sylvain thévoz

ukraine

  • Ukraine : un mois de guerre. Anniversaire de sang.

    Imprimer

    275920645_114645837841972_1361836875759343405_n.jpeg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Voilà un mois que Poutine a lancé son effroyable guerre contre l'Ukraine.

    Un mois que l'écoeurante tuerie dure.

    Des hommes, des femmes combattent courageusement pour leur liberté et pour la nôtre.

    Un peuple uni lutte et force l'admiration du monde entier. Des civils sont assassinés, des enfants mutilés, des théâtres, des maternités bombardées et l'insondable barbarie de cette guerre nous sonne.

    L'armée russe commet des crimes de guerre contre des populations civiles prises au piège.

    Elle applique les mêmes stratégies qu'en Tchétchénie où lors de l'hiver 2000 plus de bombes étaient tombées sur Grozny que sur toute l'Allemagne durant la seconde guerre mondiale. Le monde a laissé faire. En 2008 en Géorgie, et dès 2015, en Syrie, quand les troupes russes se sont alliées à Bachar al-Assad, les mêmes barbaries se sont déroulées, avec des bombardements sans pitiés de civils, etc.  Le monde a laissé faire.

    Le sang coule. Un mois déjà qu'il coule à un rythme effréné. 

    Les réfugiés sont là. Ils vivent avec nous.

    Natalia, tes proches luttent armes à la main. Tu es sans nouvelles de ta famille. Tu vis le deuil, l'inconnu, la perte et la peur. Tu es arrivée épuisée, après 6-7 jours de voyage à travers l'Europe. Mais tu es debout, en recherche d'un lieu où continuer de vivre. 

    Tu es dans le bus, tu montes dans le train. Tu viens d'à-côté, à deux mille kilomètres d'ici. Tu viens d'un monde qui nous est lunaire: celui de la guerre. Tu en est sortie par les poils, avec rien : un sac plastique, quelques biens.

    Chaque histoire est une leçon de vie, est un drame. 

    Ejectée de ton quotidien, tu te retrouves dans ici, dans une langue étrangère. Mais la vie se poursuit. La diaspora se constitue, les informations s'échangent. Il faut d'abord être logé. Les enfants ont faim, doivent être scolarisés. Se soigner, s'informer. S'orienter, choisir, s'enregistrer.

    Agir pour ne pas penser, ne pas devenir dingue. Agir pour ne pas sombrer, d'impuissance, de rage face à la violence qui s'est abattue. Alors, tu t'engages, naturellement. Pour accueillir ceux qui arrivent, traduire, orienter, faire à manger, dénoncer, manifester.

    Il nous revient de t'accueillir à la hauteur de la tragédie. Proposer des relais, mettre en mouvement une énergie de vie avec les ressources qui existent et aussi avec les besoins que tu peux combler. 

    Aux yeux du monde, tu es devenue une réfugiée. Par le regard posé sur toi, c'est comme une nouvelle peau, une nouvelle identité : "permis S". Quand tu montres ton passeport ukrainien, les regards changent. Chassons le misérabilisme. Organisons-nous. Il n'y a ici que des semblables qui poursuivent leur lutte pour la vie et l'indépendance. La vie d'avant s'est brutalement effondrée. Il faut parer à l'urgence et construire la vie d'après, vite, dans l'urgence, ensemble. 

    Ce qui est clair, c'est que la lutte pour la vie de plus de 11 millions d'ukrainiens ayant fui leur pays, parmi lesquels environ 11'000 sont arrivés en Suisse, nous concerne directement toutes et tous. 

    La lutte pour la vie des femmes, des jeunes et des enfants accueillis à Genève est aussi la nôtre. Elle est celle de tous les réfugiés dans la droite ligne de la tradition de Genève, ville d'accueil. Il ne faut rien opposer, mais rassembler. 

    Car il est désormais certain que le sort actuel des réfugiés ukrainiens est le miroir du nôtre si nous ne faisons rien pour arrêter le dictateur et son immonde guerre impériale.

     

    Exerçons une pression maximale sur nos autorités pour qu'elles condamnent cette guerre, poursuivent l'accueil inconditionnel des réfugié-e-s; pour que les entreprises suisses toujours actives en Russie (Nestlé & co) s'en retirent ; que les avoirs des oligarques russes soient effectivement gelés, leurs biens confisqués, et leurs sociétés paravents sanctionnées. 

    Manifestation ce jeudi 24 mars à 17h devant la mission Russe, 10 av. de la Paix. Genève. 

      

    Lien permanent Catégories : Air du temps 0 commentaire
  • Ukraine : les larmes de crocodile du Conseil fédéral

    Imprimer

    russie,ukraine,guerre,capitalisme,exploitation,financesLe Conseil fédéral, après s'être répandu en condamnations et réprobations "les plus fermes" contre l'agression russe en Ukraine, s'est refusé à s'aligner sur les sanctions occidentales. "Aujourd'hui est un jour triste comme nous n'en avons pas connu depuis longtemps" blabla.

    Pour le Conseil fédéral, pleurer des larmes de crocodiles, pourquoi pas : mais pas touche au porte monnaie et au portefeuille bancaire. "La Suisse ne pourrait pas tenir son rôle traditionnel si elle reprenait automatiquement toutes les sanctions de l'UE ou d'autres pays" nous dit le Conseil fédéral. Il ne faut surtout pas fâcher les traders et lâcher les négociants de matières première qui ont pignon sur rue, à Genève notamment. Conséquence : des millions affluent pour être planqués dans les banques genevoises[1]. Le refus de prendre position devient complicité. Les comptes des oligarques russes ne sont pas gelés. Les retraits d'argent sont toujours possibles pour eux, et Ignazio Cassis dénonce "l'émotionnalité" populaire qui voudrait que la Suisse s'aligne sur les sanctions de l'UE. L'hypocrisie de la majorité de droite du Conseil fédéral est sans limites et sous couvert des "bons offices", l'UDC et le PLR démontrent ce qu'est la souveraineté et de la neutralité helvétique pour eux : un sent-bon pour servir les intérêts de la finance au détriment des droits humains.

     

    La Suisse a une relation privilégiée avec la Russie. Genève est le premier centre de négoce du pétrole russe, ce qui est important et donne un pouvoir certain à la Suisse dans la lutte mondiale contre l'agresseur. Environ 80% du commerce russe des matières première se déroule à Genève.[2] L'association suisse de négoce des matières première se réjouit de "l'absence de sanctions contre les entreprises russes, car en cas de sanctions, les entreprises suisses ne pourraient plus travailler avec la SberBank, plus grande banque de crédit en Russie, ou la Gazprombank". "Si une entreprise qui se fait financer en partie par une banque russe ne pouvait plus le faire... ce serait embêtant." Ah oui, ce serait embêtant ! Pendant que des femmes et des enfants se font pilonner à Kiev, tuer, par l'agression sauvage voulue par un gangster sanguinaire, du côté du lobby financier et du trading on trouverait "embêtant" de perdre quelques pourcentages d'intérêts !

    Au nom de la finance et du trading, le Conseil fédéral brade notre souveraineté et neutralité, et fait de la Suisse une exception en Europe, nous isolant encore davantage vis-à-vis de nos alliés européens. Pire, il se fait l'allié objectif de l'agresseur et nous vole une partie de notre dignité, faisant de nous les usuriers de la violence. Face à cela, il nous faut évidemment hausser la voix pour dire que nous ne sommes pas d'accord. Nous n'avons peut-être pas le pouvoir d'arrêter cette guerre, mais nous avons celui de ne pas en être complice, et l'exigence de faire notre part pour en réduire les dommages. 

     

    Lire la suite

  • Politique: jeu d'enfant

    Imprimer

    Le 9 février tu as vite léché toute ta glace préférée pour que personne d'autre que toi ne puisse en profiter. Tu as fait ça dis? Oui, bon, c'était mi pour rire mi sérieux, mais maintenant tu te demandes si tu n'as pas fait une bêtise. Oups. Tu as quand même envie de goûter à d'autres parfums. Le parfum Erasmus, Blue Brain, Bilatérales douces. Mais pas touche, c'est désormais con-gelé. Tu comprends quand les autres disent: si tu veux pas partager ta glace, pourquoi on partagerait la nôtre? Tu comprends, mais c'était plus fort que toi, il fallait l'affirmer: cette glace est à moi, ce cornet m'appartient, ce sucre je le veux, je ne le partage pas. Seules les saveurs d'antan m'intéressent: les vieilles recette sinon rien. Alors les glaces c'est fini? - Bon, tu n'as pas un Sugus?- Si, mais made in Illinois maintenant. Bah, il nous reste le chocolat: Toblerone de Kraft Food. Les américains sont peut-être des étrangers, ils restent des valeurs sûres, surtout chez nous.


    49.7% et moi et moi...

    Le 10 février, tu as compris: il y en a qui veulent paraître très très sérieux. Tellement sérieux qu'ils en deviennent durs et stupides, c'est-à-dire: égoïstes. Ils montrent leurs petites dents, ça sent le vieux renard dedans. Ils ont fait de grandes affiches comme ça, avec des bottes noires à la place des glaces, ça faisait très très peur comme si on allait tout nous voler et être submergés. Plutôt que d'autres langues s'approchent, mieux vaut que la glace ne profite à personne. La glace par terre: au moins personne ne l'aura. Ils réfléchissent comme ça. Moins de glace, moins de langues. Le "travailler plus pour gagner plus" n'a plus la cote, c'est désormais: " Posséder moins pour partager moins" Miam Miam.Tu peux toujours traîner ta langue par terre si tu veux, ou sucer des cailloux, ça c'est déjà vu par le passé (cf. Victor Klemperer, LTI: la langue du III Reich) Tu peux aussi adopter la langue de bois ou celle du ressentiment, du pourrissement par la tête: celle des milliardaire versés en politiques, des agresseurs victimaires. On est pas à une contradiction près. Il n'y en pas comme nous, même si on veut toujours être comme tout le monde. Slurp. 


    Politique du passeport

    Ils te montrent du doigt les "bons suisses". Toi, toi, toi, non pas toi là, pas toi non plus là. Pour l'un la bonne glace au lait des Alpes, pour l'autre l'abri de la Protection Civile, les surplus de l'armée, les barbelés ou la mer méditerranée. Toi: Raus. Toi: Papa partir travailler en Suisse, il reviendra dans une année. Pour toi : Papy Blocher, cul bordé de nouilles, qui dit que l'on est tous des demeurés si on ne s'aligne pas casqué pour chanter l'hymne national comme de bons patriotes (bien constipés si possible, ça résonne mieux dans les aigus). Pouët Pouët.


    Les héros des barricades

    Tu as vu à la télévision là-bas les barricades, des hommes et des femmes qui ont tenu des mois dans le froid, devant la police, sous les coups, reprenant la place quand ils en avaient été chassé. Tu as demandé : de quoi vivent-ils? Qu'est-ce qu'ils mangent? Qui leur cuisine une soupe chaude? Où dorment-ils? Que feront-ils demain? Personne ne t'a répondu. Tu les as juste vu tenir, matins après matins. Avec le grand piano sur les sacs de sable. Et les pneus tout plein de flammes. Puis, on leur a tiré dessus. Des hommes habillés en noir. Dans la foule. Bang Bang Bang, visant la tête. Maintenant, finis ton déjeuner, c'est l'heure d'aller à l'école.


    Du show de Sotchi à celui des militaires

    Tu dis: pourquoi ceux qui n'ont pas de drapeaux et des cagoules mais dont tout le monde sait très bien qui ils sont, ont passé la frontière? Pourquoi personne ne les arrête ? Plus on est gros et fort, plus on peut faire peur, et prendre les glaces des autres ? On a le droit avec soi pour dire: la glace là-bas dans la main de cet homme elle est à moi, je la lui prends? On a le droit pour dire : j'ai pensé que tu allais prendre ma glace alors je prends d'abord la tienne et si tu bouges t'auras une torgnole? On peut faire ça? Oui, on peut. Cela, tu le savais déjà, ça s'apprend tout petit. Mais tu pensais que les grands... Et tu te souviens comme c'était joli le patinage artistique à Sotchi, la voix douce du commentateur.


    Les avions que nous avons et qui ne servent à rien

    Toi, tu aimes les avions. Quand le monsieur qui vient d'Afrique parce que les demandes il ne peut plus les déposer dans tes ambassades a amené directement son avion à Genève, tu étais tout content. Tu as dit: je veux aller le voir sur la piste! C'est quand même plus chouette que lorsque l'on attache les gens avec un sac sur la tête pour les faire partir, Et moins gênant que lorsque l'on va en vacances dans le pays de celui qui s'étouffe dans ses crachats et sa morve, bâillonné sur le siège à côté. Tu as dit: pourquoi il n'y a pas des gens qui nous amènent des avions plus souvent ? On t'a répondu: parce qu'ils n'ont pas d'autorisations. Et sans autorisations, on ne peut rien avoir. C'est pour cela que l'on va voter l'autorisation d'avoir plus d'avions pour lutter contre les avions de ceux qui n'ont pas d'autorisation pour venir. Oui, mais... puisque nous avons déjà les avions des autres que l'on a autorisé pourquoi avoir besoin d'autres avions pour empêcher que des avions arrivent encore? On t'a dit alors: les avions qui sont à nous ne volent pas avant l'heure du petit-déjeuner. Point barre. Ou alors quand il y a un sommet pour les plus riches dans les Grisons. Car c'est pas Suisse de voler avant le petit-déjeuner, ça perturbe le sommeil des gens, les vols migratoires des canards. Le terrorisme peut bien attendre l'heure de l'apéro. Tout ça ça s'appelle la souveraineté du ciel. La sou-ve-rain-et-é-du-ciel... oui oui là où passent tous les avions de chasse des autres armées. Alors tu as fait le calcul, ces petits jeux d'adultes, ça coûtera 4milliards, pour des avions qui ne voleront toujours pas avant que le ciel soit clair. Tu as pensé : c'est se moquer un peu du monde et surtout de la grand-maman du 3e qui a de la peine à payer son loyer.   


    Politique: jeu d'enfant

    Avec 4 milliards, tu as pensé à toutes les glaces que tu pourrais t'acheter, à toutes les grands-mamans qui pourraient être aidé pour payer leurs loyers et tes yeux ont brillé. Tu as pensé à tous les petits copains que tu allais rencontrer si tu les partageais, et tu t'es dit, parce que tu es économe, que de ne pas envoyer l'argent en l'air, c'était vraiment le salaire minimum. La politique: un jeu d'enfant.


    Vivement que tu grandisses un peu.

     

  • Festifoot: fête à la censure

    Imprimer

    "Il est hors de question de diffuser un clip d'une telle violence et susceptible d'engendrer celle-ci sur notre esplanade. Je vous rappelle que les forces de l'ordre sont présentes sur le site et que leur image en serait détériorée." La réponse de l'organisatrice de Festifoot à la question de savoir pourquoi une vidéo d'Amnesty International n'avait toujours pas été diffusée sur l'écran géant de l'esplanade des Vernets est martiale. Olivier Francey, dans un article Tribune de Genève du 14 juin, met en exergue la censure opérée par l'organisation. La gouvernance à la mode ukrainienne s'inviterait-elle à Genève? Lors du dépôt de la motion socialiste au conseil municipal demandant la non-diffusion des matchs de l'eurofoot ayant lieu en Ukraine en raison du non-respect des droits humains les plus élémentaires dans ce pays, la droite avait poussé des cris d'orfraie, criant à la censure en arguant du fait que le sport n'a rien de politique. Or, on le voit aujourd'hui, non seulement le sport est politique mais ceux qui ont pour tâche de le diffuser et de faire de l'argent avec, aussi. Madame Andersen (d'obédience libérale-UDC), assume avoir pris seule le soin de censurer le clip d’amnesty international avant les matchs de l’eurofoot sur l’esplanade des Vernets. En Ukraine, et à Genève, désormais, la libre expression à ses limites, qu'on se le dise, faut pas que ça dérange, ni mette en cause le pouvoir policier, économique et donc moral en place. Sinon: couic, on coupe.

     

    Lire la suite

  • Foot-business ou justice sociale?

    Imprimer

    Ce vendredi débute l'eurofoot en Ukraine et en Pologne. En Ukraine, l'emprisonnement de Ioulia Timochenko jette une lumière crue sur le mépris pour les droits de l'homme affichés par le pouvoir en place. La question que se posent les gouvernements européens est celle de savoir s'ils se rendront en Ukraine. Et à Genève, se pose-t-on la question de l'attitude à adopter? Faut-il diffuser les matchs comme si de rien n'était? Le fait que le football est le sport avec le taux d'audience le plus fort, qu'il est un évènement rassembleur et festif, ne doit pas servir à couvrir les agissements d'un pouvoir politique inique. Se régaler de matchs sans y porter attention serait cynique. Derrière l'eurofoot viendra le mondial au Brésil en 2014. Une campagne de Solidar a mis sur le terrain les plus de 150'000 personnes déplacées afin d'aménager un mondial le plus glamour possible. Et ensuite viendront les jeux d'hiver de Sotchi en Russie.... La question se pose donc de l'éthique à avoir en matière de retransmission sportive, de l'emballage qu'il faut ou non leur donner (message d'introductions, scène offertes à des ONG, etc.,?) La Ville de Genève ouvre et finance un bel espace devant la patinoire des Vernets pour la diffusion des matchs, avec DJ et stands de bière. Offrir cet espace pour des ONG défendant les droits de l'homme et pouvant sensibiliser les spectateurs ne serait-il pas bienvenu?  

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire