sylvain thévoz

génocide

  • Génocide des Arméniens : vérité historique

    Imprimer

    2018-jg-reverberes-memoire-01.jpegLa Fédération des associations turques de Suisse romande a envoyée aux parlementaires de la Ville de Genève et du Grand Conseil genevois un DVD à haute teneur négationniste. À l'approche du 24 avril, date commémorative du génocide des Arméniens (plus de 1.5 millions d’arméniens exécutés entre 1915 et 1916 par les autorités de l’Empire ottoman), cette propagande était accompagnée d’une lettre prétendue explicative sur ce que serait la vraie nature de ces massacres, niant leur caractère génocidaire, bafouant la mémoire des victimes. Voilà une année, un même matériel négationniste avait déjà été adressé aux élu-e-s nationaux et nationales. Nous, signataires de cette lettre, dénonçons le caractère révisionniste et négationniste de ces manoeuvres. Nous affirmons avec force notre refus du caractère nationaliste et aveugle de celles-ci. La réalité historique du génocide des Arméniens est scientifiquement établie et fait consensus parmi la communauté des historiens. Pour rappel, le Parlement européen (18 juin 1987), le Conseil de l'Europe (déclaration écrite de l'Assemblée parlementaire le 24 avril 1998), le Parlement du Mercosur (19 novembre 2007) le Président français Emmanuel Macron, notre Conseil national, ont reconnu le génocide Arménien. Le 24 avril 2021, à l'occasion de la commémoration des 106 ans du génocide, Joe Biden, président des États-Unis, l’a également reconnu officiellement. Plus de 30 pays en ont désormais fait de même. Nous déplorons que l’État Turc, contre toute évidence, nie toujours farouchement cette réalité historique, entravant une reconnaissance internationale plus large et une possible réconciliation basée sur la vérité historique. Parce qu’il ne suffit pas aux assassins d’assassiner, encore veulent-il effacer les traces de leurs crimes, nous ne serons jamais silencieux devant de tels agissements. Ce 24 avril, comme cela a été fait de par le monde, nous avons commémoré, à Genève, le génocide Arménien. Nous sommes aux côtés du peuple Arménien et de tous les peuples ayant été ou étant aujourd'hui victimes de génocide. Pour la justice, pour la paix, pour la défense des droits humains. 

    Signataires: Carlo Sommaruga (Conseiller aux États, Co-président du groupe Suisse Arménie, PS), Lisa Mazzone (Conseillère aux États, Co-présidente du groupe Suisse Arménie, Les Verts), Alex Farinelli (CN, Co-président du groupe Suisse Arménie, PLR), Marianne Streiff-Feller (CN, Co-présidente du groupe Suisse Arménie, PEV), Charles Beer (a. Conseiller d’État, PS), Glenna Baillon (GC, PS), Anna Barseghian (CM, Les Verts), Luc Barthassat (CM, Indépendant), Fabienne Beaud (CM, Le Centre), Olivia Bessat (CM, PS), Anne Carron (CM, Le Centre), Pierre Conne (GC, PLR), Alia Chaker Mangeat (CM, Le Centre), Laurence Corpataux (CM, Les Verts), Emmanuel Deonna (GC, PS), Sébastien Desfayes (GC, Le Centre), Patrick Dimier (GC, MCG), Valentin Dujoux (CM, Les Verts), Pierre Eckert (GC, Les Verts), Matthias Erhardt (CM, Les Verts), Diego Alan Esteban (GC, PS), Joëlle Fiss (GC, PLR), Timothée Fontolliet (CM, PS), Jean-Marc Guinchard (GC, Le Centre), Jocelyne Haller (GC, EAG), Alain de-Kalbermatten (CM, Le Centre), Theo Keel (CM, PS), Badia Luthi (GC, PS), Marta Julia Macchiavelli (GC, Les Verts), Danièle Magnin (GC,MCG), Paule Mangeat (CM, PS), Aude Martenot (GC, EAG), Dalya Mitri (CM, PS), Françoise Nyffeler (GC, EAG), Amanda Ojalvo (CM, PS), Xhevrie Osmani (GC, PS), Maxime Provini (CM, PLR), Patrick Saudan (GC, Indépendant), Christel Saura  (CM, PS), Salma Selle (CM, PS), Brigitte Studer (CM, EAG), Vincent Subilia (GC, PLR), Ruzanna Tarverdyan (CM, PLR),  Sylvain Thévoz (GC, PS), Louise Trottet (CM, Les Verts), Nicole Valiquer Grecuccio (GC, PS), Jean-Luc von Arx (CM, Le Centre), Luc Zimmermann (CM, Le Centre), Manuel Zwyssig (CM, PS).

    Lire la suite

  • L'anonyme et le génocide du parc La Grange

    Imprimer

    IMG_4319.jpgTa connerie est sans limite, toi, qui a fait deux croix ciblées sur deux visages de survivants du génocide du Rwanda au parc Lagrange, Genève, en ce mois d'août. 

    Mais elle montre aussi, à revers, et malgré toi, toute la beauté et la force de ces photos, et le profond travail de Lana Mesic, qui nous oblige à réfléchir à la violence, au pardon et aux raisons profondes de ceux-ci.

     

     

    Tu es passé devant cette photo et as choisi de l'attaquer en faisant deux croix noires sur deux visages noirs. Tu n'as sûrement pas compris qu'il s'agissait là d'un bourreau et d'une victime, que ces deux-là, plus de 20 ans après le génocide du Rwanda, nous donnaient, par leur geste et leur présence, par le fait d'avoir accepté de se retrouver ensemble, une incroyable et troublante leçon de vie.

     

    Des croix, au Rwanda, il y en a eu environ 800'000 entre avril et juillet 1994, mais tu l'ignorais peut-être. Tu as pensé qu'il fallait ajouter les deux tiennes. Ou alors tu n'as pensé à rien. Hannah Arendt a beaucoup parlé de la banalité du mal. Le mal qui peut être à la fois banal et extrême, alors que seul le bien est radical... mais tout ça pour toi c'est peut-être comme du chinois quand tu tiens, puissant, ton petit feutre dans ta petite main.

     

    Avant ce travail, l'artiste Lana Mesic dit qu'elle n'avait jamais touché la main d'assassins. Par cette série de photos,  elle montre les survivant.e.s et les agresseurs, côte à côte, s'embrassant, buvant ensemble, l'un debout, l'autre assis. Par ses photographies, elle rend compte de la proximité tissé avec celles et ceux qu'elle a choisi d'immortaliser. Elle nous permet de réfléchir à ce que signifie vivre côte à côte, après un génocide, avec les bourreaux de ses proches, avec ceux qui ont attenté à votre vie, et toujours avec les morts qui bien que morts, continuent d'être présents, et de peupler les mémoires.

    Tu es passé à côté de ces portraits et tu as fait deux croix sur deux visages. Je me répète peut-être, mais je n'arrive pas à comprendre pourquoi. Par racisme, bêtise, ennui, volonté de nuire, méchanceté, inconscience? Plutôt que de chercher sans réponse les raisons stupides qui t'ont mené, je constate que malgré toi tu as réalisé une sorte de nouvelle oeuvre.

    Oui. Malgré ta bêtise nihiliste, tu as crée une sorte d'égalité forcée entre le bourreau et la victime d'hier, qui se retrouvent encore presque davantage unis, soumis à ta même brutale stupidité. Ils deviennent des égaux, et toi seul, en intervenant, tu te distingues. Tu montres que le mal n'est jamais fixé sur une seule figure, mais qu'il la dépasse sans cesse, que ses racines sont si nombreuses et anonymes, qu'elles sont partout. Toi aussi, l'anonyme, tu joues ton rôle. 

    Peut-être, certains diront que ce n'est rien. Juste deux croix noires sur une affiche rouge. Qu'il y a beaucoup de petites nuisances urbaines, petits tags et déchets divers, et qu'il ne faut pas monter sur ses grands chevaux pour si peu. Peut-être, oui, il y en aura ici pour dire cela et invoquer le hasard et demander de banaliser toute cela, hausser les épaules et regarder ailleurs.   

    Moi, je n'y crois pas. Il y avait beaucoup d'affiches à griffonner. Pourquoi celle-là?

    Que tu t'arrêtes pour biffer deux visages, dans un parc paisible d'un lieu de paix, montes bien haut ton bras, peut-être à la verticale pour, presque sur la pointe de tes pieds, être bien certain de barrer ces visages, comme pour les supprimer, cela ne devrait pas laisser indifférent. 

    Je me demande si je te connais, si tu habites le quartier, es l'un de mes voisins.

    Je me demande ce que j'aurais fait si je t'avais vu faire.

    Comment je t'aurais traité. 

    Et s'il y a eu des témoins, s'ils se sont tu ou ont essayé de t'interpeller.

    Toi, passant anonyme, et sans visage.  

     

     

    278593-13060388-LanaMesic_RW_francine01b_jpg.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    https://www.lanamesic.com/work

     

    ............................

    www.sylvainthevoz.ch  

     

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire