sylvain thévoz

Genève

  • mariage pour tous : pourquoi tant de haine ?

    Imprimer

    mariage pour tous,égalité,haine,droitsUn quatrième drapeaux a été arraché par un indélicat. Pas de traces, pas un mot, à chaque fois un arrachage sauvage. Lors du vol du drapeau 2, j'ai juste pu voir un bougre emporter le drapeau en lui criant 'voleur voleur'. Peine perdue. Mais pourquoi tant de haine ? Pourquoi vouloir à ce point invisibiliser l'opinion d'autrui? Petit voleur de drapeau, qu'est-ce qui te fait tellement mal à la vue de ces couleurs arc-en-ciel  ?

    Des affiches sont également arrachées dans la rue, des personnes salies dans leur identité. La campagne des opposants dénigre et veut semer le doute, avec des amalgames absurdes entre mariage-GPA-PMA, de sinistres outrances langagières. Drôle de manière de faire vivre et respecter le débat démocratique. À cours d'arguments, les opposants puisent dans leur virulence une énergie noire pour réduire au silence l'opinion et le droit d'autrui à aimer qui il/elle veut.

     

     

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 7 commentaires
  • Paul Biya semeur de troubles

    Imprimer

    biya,cameroun,genèveNous vivons dans une démocratie, dans un canton et une ville au rayonnement international. Si nous sommes très fiers de rappeler les principes humanitaires de Genève et la neutralité de la Suisse, nous devons également en honorer les valeurs et nous montrer à la fois responsables et cohérents dans les choix que nous opérons.

    En 2020, nous déposions une pétition[1], soutenue par plus de 15 000 personnes: des démocrates à Genève, en Suisse et ailleurs, des camerounais-es qui pouvaient légitimement craindre pour leur famille au pays. Cette pétition demandait quelque chose d'important pour le respect des droits humains, à savoir que M. Paul Biya soit déclaré persona non grata à Genève, afin de préserver l'ordre public et que Genève cesse d'être une confortable base arrière pour des dictateurs. Le signal politique était important. Malheureusement, la droite majoritaire au Grand Conseil l'a balayé invitant le potentat à poursuivre sa dolce Vita à Genève.[2]

    Suite à l'agression de M. Adrien Krause, journaliste de la RTS, molesté par les gardes du corps de M. Paul Biya, en marge d'une manifestation durant laquelle la police n'y était pas allée de main morte dans la répression des manifestants en juin 2019, l'image de Genève avait été écornée. Une indignation très large, à la portée internationale, s'était élevée.

    Des articles étaient parus dans des journaux américains et en Afrique, montrant non seulement l'indélicatesse dont faisait preuve Genève vis-à-vis de la liberté de manifester, mais aussi comment, dans sa pesée d'intérêt, elle exerçait le "deux poids, deux mesures" -  - à savoir une protection accrue de Paul Biya dans l'hôtel Intercontinental où il séjourne régulièrement versus une répression des manifestants venus démocratiquement questionner sa présence.

    Aujourd'hui, alors que Paul Biya revient à Genève dépenser un argent qui n'est pas le sien et y semer le trouble, une manifestation annoncée par les opposant-e-s à son régime est interdite[3] par la police et Monsieur Poggia. Il est à craindre que cette décision n'envenime la situation. Malgré cette interdiction des manifestant-e-s iront de l'avant. 

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Air du temps, Genève, Humeur 0 commentaire
  • Qui bloque la Ville ?

    Imprimer

    IMG_7269.jpgLe mouvement extinction rébellion a demandé que le Conseil fédéral déclare l'urgence climatique, sinon ils passeront à l'action. Les activistes du climat ont annoncé qu'il bloqueront la ville de Zurich pacifiquement si les autorités n'écoutent pas la communauté scientifique. Cela en a fait frémir certain-e-s... mon Dieu bloquer une ville! Des images d'embargo, de siège, de barricades ont surgi.

    Des élu-e-s se sont distancé-e-s en rappelant qu'évidemment si la cause était juste il fallait utiliser le dialogue et la concertation pour avancer. D'autres ont sévèrement condamnés, appelant presque à mobiliser les chars de l'armée pour écraser les mutins. Après avoir entendu tout cela on est descendu dans la rue. Qu'avons-nous vu?  

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 0 commentaire
  • En marge du sommet Biden-Poutine

    Imprimer

    201963641_10159192045246826_3449318649991298321_n.jpgAlors que les caméras du monde entier sont aujourd’hui braquées sur Genève, que les présidents de deux des plus grandes puissances mondiales se rencontrent au parc La Grange, nous souhaitons dénoncer la guerre d’agression lancée par l’Azerbaïdjan le 27 septembre dernier contre les Arméniens du Haut-Karabakh ayant causé plus de 10 000 morts de part et d'autre et alerter sur les menaces qui pèsent lourdement aujourd’hui sur le peuple arménien.

     

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 0 commentaire
  • Oui à un futur désirable le 13 juin

    Imprimer

    Nous suivrons particulièrement ce dimanche à Genève le résultat du vote populaire sur la Cité de la musique en Ville de Genève, et du projet de la Goutte de Saint-Mathieu au niveau cantonal. De ces deux votes dépendent la construction d'écoles, et donc pour partie l'avenir de notre jeunesse et de notre canton dans sa capacité à offrir des conditions d'étude adéquates aux générations futures.

    On peut en effet craindre que ceux qui refusent la Cité de la musique ne se mettent en travers du projet de future patinoire au trèfle blanc avec l'argument que c'est un gouffre énergétique et probablement qu'il suffira aussi de construire celle-ci dans des bureaux; voire que tout va très bien comme ça aujourd'hui aux Vernets. N'alimentons pas la vague du refus et du rejet. Aujourd'hui la culture en paiera le prix, demain ce sera le sport. On a déjà senti passer le vent du boulet aux Evaux, où de jeunes sportifs ont failli se retrouver sans terrains pour pratiquer leur passion et progresser. 

    La votation sur la Cité de la musique a soulevé des passions. Comme s'il s'agissait d'une question de vie ou de mort, un vocabulaire excessif a noué écocide à criminel et des commentaires agressifs ont achevé de vitrioler à l'extrême un enjeu très concret et méritant un débat public approfondi. Faut-il bâtir ou non une école de musique et un lieu d'accueil pour un orchestre philharmonique ou faut-il les laisser dans des locaux peu adaptés ? Faut-il offrir des outils conformes aux jeunes avec des conditions de travail irréprochables en dessinant un avenir désirable ? 

     

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Air du temps, Genève, Humeur 0 commentaire
  • Le 13 juin soutenons la nature ET la culture

    Imprimer

    200807_parc.jpgMa conception de l'écologie n'est pas de l'opposer aux besoins sociaux et culturels. L'écologie doit se construire avec les gens mais pas contre eux. Le 13 juin, en Ville de genève, nous voterons sur le projet de la Cité de la musique. Il est faux de dire que c'est un écocide et que la coupe de 130 arbres (il y en a plus d'un million à Genève) aura quelque impact que ce soit sur le climat. Faire croire cela, c'est prendre les gens pour des imbéciles et menacer tout futur projet dès lors qu'un arbre sera en vue. 141 arbres seront maintenus sur le site, les plus remarquables et les plus anciens. Mais surtout, 260 arbres seront replantés. On a coupé 1000 arbres pour le Léman Express. Un orage a détruit une centaine d'arbres à Genève en août 2020. Il faut aller voir dans les parcs où ils sont tombés ce qui est en train d'être replanté, aménagé. La Ville de Genève y fait un extraordinaire travail.

    La nature est fait de cycle de destruction et de régénération, ou alors chaque fois qu'un troupeau de vaches pète ou que les foins sont faits, il faudra également parler d'écocide. Il nous faut regagner de l'espace sur les parkings et le bitume, pas contre une école de musique et des artistes. Ce qui me dérange, c'est la virulence de certains de jouer le climat contre la culture, les arbres contre le social et l'éducation, en s'opposant à des projets d'intérêts publics. Ce n'est pas une honte de réaménager des espaces verts. J'ai grandi à la campagne. Petit-fils de paysan, j'ai côtoyé ceux qui connaissent la terre et sa dureté, en vivent. Certains demeurent ahuris par le toupet de ceux qui parlent de "nature" sans y avoir jamais mis les pieds.

    Allez voir le biotope réaménagé au parc des Franchises, ce que revitalisation veut dire. Là aussi il a fallu couper des arbres. Le résultat est à la hauteur des choix opérés. Mais si chaque arbre coupé est un crime, que font les opposants pour freiner l'extension de l'autoroute qui arrive place des nations ? Que ceux qui veulent se suspendre aux arbres des Evaux pour s'opposer à un centre de formation sportif se placent devant les pelleteuses qui ravagent en ce moment un pan entier de la ville dans le tintamarre des moteurs diesel et leur silence honteux. Les autoroutes ce serait ok, et la culture et le sport, pas ok ? Le 13 juin, soutenons la nature ET la culture, faisons les avancer ensemble. 

     

    Lire la suite

  • Cité de la musique : quel rôle pour le Canton ?

    Imprimer

    200807_parvis d'entrée.jpgEn date du 30 avril 2021, le Grand Conseil a renvoyé au Conseil d’Etat une question écrite urgente (QUE-1351)  qui a la teneur suivante : "Les habitant-e-s de la Ville de Genève voteront le 13 juin sur la Cité de la musique. Un oui permettra de rassembler sous un même toit les musicien-ne-s professionnel-le-s de l’Orchestre de la Suisse romande (OSR) ainsi que 500 étudiant-e-s de la Haute école de musique de Genève aujourd’hui dispersé sur 9 sites, pas équitablement adaptés à l’enseignement. La Cité de la musique proposera également au public deux restaurants, une bibliothèque-médiathèque, ainsi qu’un espace d’exposition ouvert à toutes et tous. Le terrain des Feuillantines au nord de la place des Nations, propriété des Nations Unies, constitue une parcelle adéquate et suffisamment grande pour accueillir le projet, dont le propriétaire (l’ONU) accepte de céder la maîtrise.

    Au vu de ce qui précède, j'ai demandé au Conseil d’Etat de bien vouloir répondre aux questions suivantes :

    • Certaines voix s’élèvent pour affirmer que ce projet aurait très bien pu se développer au sein du secteur du PAV. Existe-t-il actuellement, au sein du PAV, des espaces vierges qui pourraient accueillir un projet B de Cité de la musique ? Si oui, dans quel délai ?

    • Le Conseil d’Etat est-il intervenu dans les réflexions pour identifier le lieu idéal pour la Cité de la musique ?

    • Le Conseil d’Etat envisage-t-il de soutenir financièrement le projet de la Cité de la musique comme pourrait l’y inviter l’initiative cantonale 167 « pour une politique culturelle cohérente à Genève » votée à 83% en 2019 plébiscitant le fait que le canton doit s’impliquer davantage dans le champ culturel ?

    • En cas de soutien financier du canton, quels en seraient les nouveaux bénéficiaires, étant entendu que les frais de fonctionnement de l’OSR et de la HEM sont couverts ? Quels en seraient les montants ?

      La réponse du Conseil d'Etat est la suivante : 

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Air du temps, Genève 0 commentaire
  • En avant la musique !

    Imprimer

    200807_parc.jpgLes habitant-e-s de la Ville de Genève voteront le 13 juin sur la Cité de la musique. Un oui permettra de rassembler sous un même toit les musicien-ne-s professionnel-le-s de l’Orchestre de la Suisse Romande (OSR) ainsi que 500 étudiant-e-s de la Haute école de musique de Genève aujourd’hui dispersé sur 9 sites, pas équitablement adaptés à l’enseignement. La Cité de la musique proposera également au public deux restaurants, une bibliothèque-médiathèque, ainsi qu'un espace d’exposition ouverts à toutes et tous. Ce projet libèrera des espaces au Victoria Hall pour d'autres expressions musicales. En cas de vote positif, un espace clos, propriété de l'ONU, sera ouvert, un parc public aménagé, avec une promenade pour en faciliter les points de passage. On ne vote « que » sur le plan localisé de quartier le 13 juin. Le projet culturel de la Cité de la musique n’est pas finalisé. Mais en l’état : il y aura une « black box » destinée à la musique expérimentale et quatre auditoires de 100 à 120 places, en plus de la salle philharmonique de 1580 places, et deux salles de concert de 142 à 390 places. S'y ajouteront des salles de classes et de répétition pour les étudiants, les professeurs et les musiciens professionnel-le-s. 

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • Bannir les pauvres de la première classe est-ce utile?

    Imprimer

    La journaliste Marianne Grosjean interroge, dans une article de La Tribune de Genève,  le bien fondé, pour certains groupes, de se réunir sans que n'importe qui puisse y participer. Ces groupes fermés, en mixité choisie, excluent de fait d'autres catégories considérées par ces groupes comme des dominants. Par exemple les mâles, les blancs, les patrons, voire les trois à la fois. Dans son article : "Bannir les blancs des réunions, est-ce utile?"[1] Marianne Grosjean laisse entendre que cela n'aurait pas vraiment lieu d'être. 

     
     
     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 0 commentaire
  • L'Homme est un animal de terrasse

    Imprimer

    IMG_4954.jpgSur les terrasses des cafés, restaurants, tea-room, c'est un joli ballet  qui a lieu ce week-end. Ça frotte, ripoline, ça karchérise, recloue ici, repeint-là, balaie tout, sous un petit air printanier et de redémarrage qui chauffe le coeur.

    Les blagues s'enchaînent. Au Portofino ça pince l'arrivée d'eau du Karcher pour chambrer le patron qui nettoie sa terrasse. Peut-être pour lui éviter de trop se prendre la tête sur comment il va disposer ses tables, mesurer les séparations en Plexiglas entre celles-ci, les remonter de la cave. C'est un peu comme avant un jour de fête: il y a une effervescence pour tout remettre en ordre, que ce soit beau et accueillant. Les habitué-e-s promettent qu'ils seront là lundi, même s'il fait froid, même s'il pleut. Ils lancent de joviaux : "ça m'a manqué", de joyeux : "vivement un petit espress' en terrasse", pour ponctuer les échanges et se dire à demain, à défaut de se serrer la main. 

    Lire la suite

  • Jésus Christ, le chocolat et la chasse aux oeufs

    Imprimer

    artworks-000123515687-jemzsx-t500x500.jpgLe vendredi saint est un jour de deuil où les chrétien-ne-s commémorent la passion et la crucifixion du Christ. Un ami me demandait ce qu'était au juste ce vendredi saint. Je lui ai expliqué en peu de mots qu'il y a plus de 2000 ans, un homme avait vécu une vie si extraordinaire que l'on s'en souvenait encore aujourd'hui et que l'on marquait sa mort comme une fête, car elle préfigurait quelque chose d'inconcevable : une résurrection (rien de moins) et surtout : la confirmation d'un engagement pour l'autre total menant à une vie éternelle (j'en vois déjà grincer des dents). 

    Ce vendredi est un jour de cendre, de tristesse, où un innocent est mis à mort, broyé par les pouvoirs du monde; où la volonté du bien est annihilée par les pouvoirs de l'indifférence, de la jalousie et de la voracité. Pas de quoi se réjouir, pas de quoi fêter non, vraiment pas.  Pas de quoi aller griller ses saucisses avec ses potes, monter au chalet en Valais en sifflotant une main sur le volant, surtout si l'on pense une seconde que les prisons du monde entier sont pleines de petits Jésus cassés en deux, les orphelinats aussi, les abattoirs et les tranchées de même en ce vendredi 2 avril 2021.

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 0 commentaire
  • Hébergement d'urgence : printemps à risque

    Imprimer

    La motion "Pour lutter efficacement contre la Covid-19 : zéro sans- abris" avait été déposée le 9 novembre 2020. Elle partait d’une forme d’indignation et faisait écho d’une remontée du terrain constatant qu’un grand nombre de personnes dormaient à la rue, notamment, et c’est choquant : des femmes enceintes et des familles entières. Il est choquant que des êtres humains soit contraints, à Genève, l’un des villes les plus riches du monde, à dormir sous les ponts, dans les caves dans les bois, etc.  Suite au dépôt de cette motion, de nombreuses démarches ont eu lieu. Le parlement cantonal a voté en décembre un projet de loi de 1.4 millions pour le CAUSE (collectif d'associations pour l'urgence sociale). Ce crédit a permis à 155 personnes d’être accueillies dans des hôtels avec un accompagnement social de qualité.  

      

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Air du temps, Genève, Humeur 0 commentaire
  • Le 28 mars, tournons la page !

    Imprimer

    158864059_3871359079576785_4172811667846407990_o.jpgVoilà bientôt trois ans que la double majorité de droite au Grand Conseil et au Conseil d’État a fait la démonstration crasse de son incapacité à gérer Genève. Le bilan est une infâme bouillabaisse faite de scandales, de dissensions et de coups bas. Nous sommes devenus la risée et la honte de la Suisse. 

    Le 28 mars, nous avons l’opportunité de tourner la page. Il est inimaginable que celle-ci reste collée et que l’on reparte pour deux ans supplémentaires avec la même majorité, pour rejouer encore et encore les mêmes blocages, assister aux mêmes coups bas. A toute personne lucide, il apparaîtra clairement qu’il faut un changement de cap et donc de majorité. Cela passe en conséquence par un changement de personne. 

    Ayons une analyse politique de l’élection du 28 mars. Donner un nouvel axe au Conseil d’État en le faisant basculer à gauche, permettra d’avoir un gouvernement lisible, redevable, débarrassé des affaires et des conflits interpersonnels. C’est le seul choix qui s’impose. Si j’étais un électeur ou une électrice de droite, je sauterais sur l’occasion pour voter Fabienne Fischer, afin, en 2023, de pouvoir tirer un bilan, sanctionner la gauche au besoin. 

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 0 commentaire
  • Une voix pour les sans-voix !

    Imprimer

    covid-19,travailleur précaire,votations,justice socialeLe menu des votations du 7 mars est copieux. Nous avons beaucoup entendu les candidat-e-s au Conseil d’État, mais il est des gens bien plus silencieux dont nous n’avons jamais perçu la voix, et que nous n’entendrons probablement jamais.

    Ces derniers sont pourtant directement concernés par un objet soumis au suffrage populaire. Il s’agit de la votation cantonale sur l’indemnisation pour perte de revenus liée aux mesures de lutte contre le coronavirus. En cas de oui, l’indemnisation de toutes les personnes résidantes et travaillant à Genève qui ont subi une perte de revenus pendant la 1ère vague de Covid-19, sans avoir pu bénéficier d’aucune aide serait garantie. Ce sont ainsi 15 millions qui seraient enfin débloqués pour leur venir en soutien.

    Des milliers de personnes ont perdu du jour au lendemain tout ou partie de leur revenu. Des employeurs indélicats leur ont fermé leur porte au nez sans autre forme de respect pour le droit. Dans l’économie domestique, informelle, culturelle ou autre, des gens qui vivaient à la limite se sont retrouvés plongés sous la ligne de flottaison. Il est fondamental de les prendre en compte et de leur rendre justice.

     

     

    Lire la suite

  • Clé-de-rive : qui paiera l'addition ?

    Imprimer

    151772481_128916205791787_2600656901574446220_o.jpgLe projet Clé-de-Rive est daté. En prévoyant de miter et bétonner tout le sous-sol, c'est l'avenir que l'on hypothèque. Les changements de société, climatiques, économiques et de mobilité sont massifs. Le modèle de ville centre est à un tournant.

    Les promoteurs spéculent sur 170 millions de revenus pour la Ville contre un droit de superficie de 65 ans. Ne tombons pas dans le piège. Pour rappel, la rente de superficie sera exprimée annuellement en pourcentage du chiffre d’affaires brut total réalisé par la société Parking Clé-de-Rive SA. Or, l'usage des parkings est en décroissance. Il est certainement possible pour les promoteurs de maximaliser l'usage du parking encore quelques années en 'vendant' son usage et en renforçant l'invitation faite aux gens de continuer à prendre leur voiture pour aller au centre-ville (ce que les experts dénoncent comme un non-sens), le temps pour eux d'amortir leur investissement. Ainsi, les promoteurs auront tiré leurs marrons du feu. Le 'gigantesque cadeau'  de Clé-de-Rive est empoisonné  et sa charge est destiné à la collectivité. Il fait craindre un usage maximaliste et agressif de Clé-de-Rive au détriment de la santé des habitant-e-s.

    Aux privés les bénéfices, à la collectivité les charges! Le risque est pour la collectivité : aux habitant-e-s les nuisances immédiates avec plus de voitures et de trafic, et à la Ville l'éléphant blanc dont on ne saura que faire pour les 300 prochaines années très prochainement. 

     
     

    Lire la suite

  • L’égalité femme-homme mérite mieux qu’une chasse au symbole électoraliste

    Imprimer

    Personne n’est dupe et personne ne soutient le port de la burka en Suisse.  A partir d'un symbole d'oppression unanimement reconnu - et quasiment absent en Suisse-, l'UDC veut couvrir des inégalités et dominations sexistes bien réelles d'un voile complice. La manoeuvre de l'UDC est limpide : pointer l'Islam du doigt et lui faire porter l'entier du poids du sexisme. Combattre concrètement les violences patriarcales et conjugales est pourtant bien plus urgent que de faire une chasse aux symboles.

     

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 0 commentaire
  • Un printemps qui s’annonce chaud

    Imprimer

    0BAFBFB7-D1A6-4A9D-A096-D1C94A8F819D.jpegAvec cette chaleur inhabituelle, la plage des Eaux-vives était noire de monde ce week-end. Des milliers de personnes se sont agglutinés sur celle-ci, dans les parcs et sur tout le bord du lac.

    Tout le monde perçoit bien les limites actuelles de l’exercice du semi-confinement. L’hiver est éreintant, on n’en peut plus, la sortie du tunnel pointe avec l’arrivée des vaccins, alors les beaux jours et ce petit air de printemps poussent tout le monde dehors, musées et cafés demeurant fermés.

    Où aller en famille quand on n’en peut plus d’être chez soi ou quand le chez soi est déjà devenu son bureau ou son ermitage ? Alors ça se bouscule sur la plage, ça se ramasse dans les parcs. On voit s’aggraver le risque de discriminations avec des amendes qui tombent quand un groupe de jeunes se réunit à 10 dans un préau le soir, mais les attroupements massifs diurnes sont épargnés. La loi du nombre rendant toute intervention plus délicate.

    Le fantastique succès de la plage des Eaux-Vives laisse augurer d’un été délicat. Après des mois d’isolement et d’observance de la distanciation sociale, il y a quelque chose de presque choquant dans ces grands attroupements, mais aussi de très naturel. De nombreuses personnes n’en peuvent plus et se ruent dehors. Comment anticiper et accompagner ce mouvement ?

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 0 commentaire
  • Maudet au tribunal, et nous dans la rue ! 

    Imprimer

    432219CB-B374-4C52-86E1-F2F762509697.jpegCe lundi a commencé le procès de celui qui fut Conseiller administratif en Ville de Genève puis Conseiller d’État et a mené une course pour être Conseiller fédéral. Ce procès est important pour notre République et pour toute la Suisse. Il fera date concernant la transparence et l’éthique en politique. Il aura certainement pour vertu de mettre en lumière et d’objectiver les agissements d’un élu qui aura, par ses actions, son comportement et ses mensonges mis à mal notre République, fragilisé nos institutions, ainsi que la confiance des Genevois·es dans celles-ci. Un élu qui, d’ailleurs, à ce jour, demeure au Conseil d’État et aura poussé l’indécence jusqu’à démissionner tout en restant en poste, continuant à être payé pour… ne plus rien faire si ce n’est campagne pour sa réélection.  Après des années de bassinage sur la bonne gestion, l’éthique et la rigueur, c’est pour le moins piquant que les impôts des citoyen·nes servent à payer ses avocats et sa campagne électorale, pour une réélection dans un collège qui ne veut plus de lui et avec qui il ne sait travailler.   

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 0 commentaire
  • Renvoi vers l’Ethiopie : pourquoi ce zèle du Conseil d’Etat ?

    Imprimer
    87303-france-immigrants-detention-expulsion.jpgAlors que la situation en Éthiopie est jugée à risque par de multiples organisations internationales, la Suisse et son Secrétariat d’État aux migrations (SEM) ont décidé malgré tout de renvoyer des Éthiopiens par vol spécial. Le mercredi 27 janvier 2021 au soir, Tahir Telma, Arkisso Solomon, Teklu Feyisa et d’autres ont été déportés en Ethopie, pays en guerre. A Genève, malgré une forte mobilisation citoyenne, associative et le recours d’avocats, le Conseil d’Etat n’a pas exercé sa marge de manœuvre pour surseoir à cette expulsion

     

     

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 0 commentaire
  • Alerte esclavagisme moderne ! 

    Imprimer

    swissport,travail,précarité,exploitation,syndicatsNous étions à la place du Bourg-de-Four ce vendredi matin au côté des employé·es de Swissport dans leur conflit de travail avec leur employeur à l’aéroport de Genève. Nous les avons entendu dénoncer haut et fort leurs conditions de travail exécrables et les traitements dégradants de la part de leur employeur. Des exemples ? Des employé·es convoqué·es pour des tournus de trois heures, qui, une fois sur place, se voient congédier après moins d’une heure de travail ; des tâches démultipliées ; une sécurité au travail qui n’est pas toujours assurée ; une hiérarchie exerçant des pressions, violant la loi, dans une logique de marche ou crève, répétée. Une pétition a été lancée par les employé·es pour une reprise immédiate des négociations pour une Convention collective de travail qui protège les employé·es de Swissport. 

     

    Lire la suite