sylvain thévoz

Genève

  • L'Homme est un animal de terrasse

    Imprimer

    IMG_4954.jpgSur les terrasses des cafés, restaurants, tea-room, c'est un joli ballet  qui a lieu ce week-end. Ça frotte, ripoline, ça karchérise, recloue ici, repeint-là, balaie tout, sous un petit air printanier et de redémarrage qui chauffe le coeur.

    Les blagues s'enchaînent. Au Portofino ça pince l'arrivée d'eau du Karcher pour chambrer le patron qui nettoie sa terrasse. Peut-être pour lui éviter de trop se prendre la tête sur comment il va disposer ses tables, mesurer les séparations en Plexiglas entre celles-ci, les remonter de la cave. C'est un peu comme avant un jour de fête: il y a une effervescence pour tout remettre en ordre, que ce soit beau et accueillant. Les habitué-e-s promettent qu'ils seront là lundi, même s'il fait froid, même s'il pleut. Ils lancent de joviaux : "ça m'a manqué", de joyeux : "vivement un petit espress' en terrasse", pour ponctuer les échanges et se dire à demain, à défaut de se serrer la main. 

    Lire la suite

  • Jésus Christ, le chocolat et la chasse aux oeufs

    Imprimer

    artworks-000123515687-jemzsx-t500x500.jpgLe vendredi saint est un jour de deuil où les chrétien-ne-s commémorent la passion et la crucifixion du Christ. Un ami me demandait ce qu'était au juste ce vendredi saint. Je lui ai expliqué en peu de mots qu'il y a plus de 2000 ans, un homme avait vécu une vie si extraordinaire que l'on s'en souvenait encore aujourd'hui et que l'on marquait sa mort comme une fête, car elle préfigurait quelque chose d'inconcevable : une résurrection (rien de moins) et surtout : la confirmation d'un engagement pour l'autre total menant à une vie éternelle (j'en vois déjà grincer des dents). 

    Ce vendredi est un jour de cendre, de tristesse, où un innocent est mis à mort, broyé par les pouvoirs du monde; où la volonté du bien est annihilée par les pouvoirs de l'indifférence, de la jalousie et de la voracité. Pas de quoi se réjouir, pas de quoi fêter non, vraiment pas.  Pas de quoi aller griller ses saucisses avec ses potes, monter au chalet en Valais en sifflotant une main sur le volant, surtout si l'on pense une seconde que les prisons du monde entier sont pleines de petits Jésus cassés en deux, les orphelinats aussi, les abattoirs et les tranchées de même en ce vendredi 2 avril 2021.

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 6 commentaires
  • Hébergement d'urgence : printemps à risque

    Imprimer

    La motion "Pour lutter efficacement contre la Covid-19 : zéro sans- abris" avait été déposée le 9 novembre 2020. Elle partait d’une forme d’indignation et faisait écho d’une remontée du terrain constatant qu’un grand nombre de personnes dormaient à la rue, notamment, et c’est choquant : des femmes enceintes et des familles entières. Il est choquant que des êtres humains soit contraints, à Genève, l’un des villes les plus riches du monde, à dormir sous les ponts, dans les caves dans les bois, etc.  Suite au dépôt de cette motion, de nombreuses démarches ont eu lieu. Le parlement cantonal a voté en décembre un projet de loi de 1.4 millions pour le CAUSE (collectif d'associations pour l'urgence sociale). Ce crédit a permis à 155 personnes d’être accueillies dans des hôtels avec un accompagnement social de qualité.  

      

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Air du temps, Genève, Humeur 0 commentaire
  • Le 28 mars, tournons la page !

    Imprimer

    158864059_3871359079576785_4172811667846407990_o.jpgVoilà bientôt trois ans que la double majorité de droite au Grand Conseil et au Conseil d’État a fait la démonstration crasse de son incapacité à gérer Genève. Le bilan est une infâme bouillabaisse faite de scandales, de dissensions et de coups bas. Nous sommes devenus la risée et la honte de la Suisse. 

    Le 28 mars, nous avons l’opportunité de tourner la page. Il est inimaginable que celle-ci reste collée et que l’on reparte pour deux ans supplémentaires avec la même majorité, pour rejouer encore et encore les mêmes blocages, assister aux mêmes coups bas. A toute personne lucide, il apparaîtra clairement qu’il faut un changement de cap et donc de majorité. Cela passe en conséquence par un changement de personne. 

    Ayons une analyse politique de l’élection du 28 mars. Donner un nouvel axe au Conseil d’État en le faisant basculer à gauche, permettra d’avoir un gouvernement lisible, redevable, débarrassé des affaires et des conflits interpersonnels. C’est le seul choix qui s’impose. Si j’étais un électeur ou une électrice de droite, je sauterais sur l’occasion pour voter Fabienne Fischer, afin, en 2023, de pouvoir tirer un bilan, sanctionner la gauche au besoin. 

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 0 commentaire
  • Une voix pour les sans-voix !

    Imprimer

    covid-19,travailleur précaire,votations,justice socialeLe menu des votations du 7 mars est copieux. Nous avons beaucoup entendu les candidat-e-s au Conseil d’État, mais il est des gens bien plus silencieux dont nous n’avons jamais perçu la voix, et que nous n’entendrons probablement jamais.

    Ces derniers sont pourtant directement concernés par un objet soumis au suffrage populaire. Il s’agit de la votation cantonale sur l’indemnisation pour perte de revenus liée aux mesures de lutte contre le coronavirus. En cas de oui, l’indemnisation de toutes les personnes résidantes et travaillant à Genève qui ont subi une perte de revenus pendant la 1ère vague de Covid-19, sans avoir pu bénéficier d’aucune aide serait garantie. Ce sont ainsi 15 millions qui seraient enfin débloqués pour leur venir en soutien.

    Des milliers de personnes ont perdu du jour au lendemain tout ou partie de leur revenu. Des employeurs indélicats leur ont fermé leur porte au nez sans autre forme de respect pour le droit. Dans l’économie domestique, informelle, culturelle ou autre, des gens qui vivaient à la limite se sont retrouvés plongés sous la ligne de flottaison. Il est fondamental de les prendre en compte et de leur rendre justice.

     

     

    Lire la suite

  • Clé-de-rive : qui paiera l'addition ?

    Imprimer

    151772481_128916205791787_2600656901574446220_o.jpgLe projet Clé-de-Rive est daté. En prévoyant de miter et bétonner tout le sous-sol, c'est l'avenir que l'on hypothèque. Les changements de société, climatiques, économiques et de mobilité sont massifs. Le modèle de ville centre est à un tournant.

    Les promoteurs spéculent sur 170 millions de revenus pour la Ville contre un droit de superficie de 65 ans. Ne tombons pas dans le piège. Pour rappel, la rente de superficie sera exprimée annuellement en pourcentage du chiffre d’affaires brut total réalisé par la société Parking Clé-de-Rive SA. Or, l'usage des parkings est en décroissance. Il est certainement possible pour les promoteurs de maximaliser l'usage du parking encore quelques années en 'vendant' son usage et en renforçant l'invitation faite aux gens de continuer à prendre leur voiture pour aller au centre-ville (ce que les experts dénoncent comme un non-sens), le temps pour eux d'amortir leur investissement. Ainsi, les promoteurs auront tiré leurs marrons du feu. Le 'gigantesque cadeau'  de Clé-de-Rive est empoisonné  et sa charge est destiné à la collectivité. Il fait craindre un usage maximaliste et agressif de Clé-de-Rive au détriment de la santé des habitant-e-s.

    Aux privés les bénéfices, à la collectivité les charges! Le risque est pour la collectivité : aux habitant-e-s les nuisances immédiates avec plus de voitures et de trafic, et à la Ville l'éléphant blanc dont on ne saura que faire pour les 300 prochaines années très prochainement. 

     
     

    Lire la suite

  • L’égalité femme-homme mérite mieux qu’une chasse au symbole électoraliste

    Imprimer

    Personne n’est dupe et personne ne soutient le port de la burka en Suisse.  A partir d'un symbole d'oppression unanimement reconnu - et quasiment absent en Suisse-, l'UDC veut couvrir des inégalités et dominations sexistes bien réelles d'un voile complice. La manoeuvre de l'UDC est limpide : pointer l'Islam du doigt et lui faire porter l'entier du poids du sexisme. Combattre concrètement les violences patriarcales et conjugales est pourtant bien plus urgent que de faire une chasse aux symboles.

     

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 2 commentaires
  • Un printemps qui s’annonce chaud

    Imprimer

    0BAFBFB7-D1A6-4A9D-A096-D1C94A8F819D.jpegAvec cette chaleur inhabituelle, la plage des Eaux-vives était noire de monde ce week-end. Des milliers de personnes se sont agglutinés sur celle-ci, dans les parcs et sur tout le bord du lac.

    Tout le monde perçoit bien les limites actuelles de l’exercice du semi-confinement. L’hiver est éreintant, on n’en peut plus, la sortie du tunnel pointe avec l’arrivée des vaccins, alors les beaux jours et ce petit air de printemps poussent tout le monde dehors, musées et cafés demeurant fermés.

    Où aller en famille quand on n’en peut plus d’être chez soi ou quand le chez soi est déjà devenu son bureau ou son ermitage ? Alors ça se bouscule sur la plage, ça se ramasse dans les parcs. On voit s’aggraver le risque de discriminations avec des amendes qui tombent quand un groupe de jeunes se réunit à 10 dans un préau le soir, mais les attroupements massifs diurnes sont épargnés. La loi du nombre rendant toute intervention plus délicate.

    Le fantastique succès de la plage des Eaux-Vives laisse augurer d’un été délicat. Après des mois d’isolement et d’observance de la distanciation sociale, il y a quelque chose de presque choquant dans ces grands attroupements, mais aussi de très naturel. De nombreuses personnes n’en peuvent plus et se ruent dehors. Comment anticiper et accompagner ce mouvement ?

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 2 commentaires
  • Maudet au tribunal, et nous dans la rue ! 

    Imprimer

    432219CB-B374-4C52-86E1-F2F762509697.jpegCe lundi a commencé le procès de celui qui fut Conseiller administratif en Ville de Genève puis Conseiller d’État et a mené une course pour être Conseiller fédéral. Ce procès est important pour notre République et pour toute la Suisse. Il fera date concernant la transparence et l’éthique en politique. Il aura certainement pour vertu de mettre en lumière et d’objectiver les agissements d’un élu qui aura, par ses actions, son comportement et ses mensonges mis à mal notre République, fragilisé nos institutions, ainsi que la confiance des Genevois·es dans celles-ci. Un élu qui, d’ailleurs, à ce jour, demeure au Conseil d’État et aura poussé l’indécence jusqu’à démissionner tout en restant en poste, continuant à être payé pour… ne plus rien faire si ce n’est campagne pour sa réélection.  Après des années de bassinage sur la bonne gestion, l’éthique et la rigueur, c’est pour le moins piquant que les impôts des citoyen·nes servent à payer ses avocats et sa campagne électorale, pour une réélection dans un collège qui ne veut plus de lui et avec qui il ne sait travailler.   

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 0 commentaire
  • Renvoi vers l’Ethiopie : pourquoi ce zèle du Conseil d’Etat ?

    Imprimer
    87303-france-immigrants-detention-expulsion.jpgAlors que la situation en Éthiopie est jugée à risque par de multiples organisations internationales, la Suisse et son Secrétariat d’État aux migrations (SEM) ont décidé malgré tout de renvoyer des Éthiopiens par vol spécial. Le mercredi 27 janvier 2021 au soir, Tahir Telma, Arkisso Solomon, Teklu Feyisa et d’autres ont été déportés en Ethopie, pays en guerre. A Genève, malgré une forte mobilisation citoyenne, associative et le recours d’avocats, le Conseil d’Etat n’a pas exercé sa marge de manœuvre pour surseoir à cette expulsion

     

     

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 0 commentaire
  • Alerte esclavagisme moderne ! 

    Imprimer

    swissport,travail,précarité,exploitation,syndicatsNous étions à la place du Bourg-de-Four ce vendredi matin au côté des employé·es de Swissport dans leur conflit de travail avec leur employeur à l’aéroport de Genève. Nous les avons entendu dénoncer haut et fort leurs conditions de travail exécrables et les traitements dégradants de la part de leur employeur. Des exemples ? Des employé·es convoqué·es pour des tournus de trois heures, qui, une fois sur place, se voient congédier après moins d’une heure de travail ; des tâches démultipliées ; une sécurité au travail qui n’est pas toujours assurée ; une hiérarchie exerçant des pressions, violant la loi, dans une logique de marche ou crève, répétée. Une pétition a été lancée par les employé·es pour une reprise immédiate des négociations pour une Convention collective de travail qui protège les employé·es de Swissport. 

     

    Lire la suite

  • Avec Fabienne Fischer

    Imprimer

    0F4901BE-BA6D-4BA1-A3AC-8B2A3B045DFD.jpegCe samedi, sur un stand du Parti socialiste Ville de Genève, la candidate verte au Conseil d’État Fabienne Fischer est venue soutenir la campagne du NON au parking Clé-de-Rive. Nous avons été touché-e-s par son engagement, sa simplicité et sa disponibilité. Fabienne Fischer a passé de longues heures à écouter les demandes, attentes et doléances des habitant-e-s. Pendant que certains candidats font de l’esbroufe et tentent à tout prix d’occuper l’espace médiatique avec leur ego ou leur désir de revanche, confondant combat individuel et représentation collective, Fabienne Fischer, elle, demeure véritablement au service d’un projet politique : l’urgence sociale et climatique. 

     

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 0 commentaire
  • Ecarter les petits trumps

    Imprimer

    88e6261d5031e0296aa12bb2dcf7f2b1a2633e8f.jpgL'insurrection initiée par Trump et ses supporters ce mercredi à Washington conduisant au saccage du Capitole et à l'interruption des travaux parlementaires du Congrès visant à certifier l'élection de Joe Biden à la Maison Blanche n'est ni un coup de folie ni un coup de poker. C'est l'aboutissement logique de 4 années de mensonges, de renversements de la réalité et de jonglage avec les institutions. C'est la conséquence logique d'une volonté destructrice et narcissique d'un homme assisté d'une petite armée de fidèles serviles et endoctrinés. C'est le produit d'un manipulateur servant chaud son ressentiment et l'aigreur d'une volonté de puissance contrariée. C'est enfin l'incapacité d'un homme à reconnaître et accepter une défaite. Sa volonté martelée de retourner les institutions à son profit pour se maintenir à tout prix au pouvoir. Comme si la démocratie était un jeu de cartes que l'on pouvait battre et rebattre sans cesse, sans jamais quitter la table, sans en accepter les règles.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 0 commentaire
  • Dans la mangeoire...

    Imprimer

    Noël se comprend en une phrase. 

    "Et elle mit au monde son fils premier-né. Elle l'enveloppa de langes et le coucha dans une mangeoire parce qu'il n'y avait pas de place pour eux dans la salle des hôtes. (Luc 2.7) " 

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 0 commentaire
  • Un bon budget pour la Ville et pour ses habitant-e-s!

    Imprimer

    conseil municipal, Ville de Genève, politique Ce samedi 12 décembre, dès 8h du matin, le Conseil municipal de la Ville de Genève entamera son long marathon budgétaire.[1] Avec une double majorité de gauche au Conseil municipal et au Conseil administratif, le vote du budget devrait être une formalité. Les subventions sont assurées, les prestations à la population garanties, les mécanismes salariaux protégés, et le déficit maximal prévu par la loi sur l’administration des communes à -49,3 million atteint, ce qui permet de maintenir le rôle fondamental de la commune face à cette crise extraordinaire. Le projet de budget 2021 est un bon budget qui permet de lutter contre la crise sociale et sanitaire. Sauf que…

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 0 commentaire
  • Le sport, menace pour la santé publique ?

    Imprimer

    sport,covid-19Malgré une situation qui ne pousse pas du tout à l'optimisme sur le front des nouvelles contaminations, les annonces de réouvertures s'enchaînent. Alors que les bars, restaurants, salles de concert, cinéma, théâtre, bibliothèques, musées, coiffeurs, réouvrent ou ont réouvert, et que la justice impose au Conseil d'État d'ouvrir les lieux de culte,  un domaine manque à l'appel, c'est celui du sport. Étrange. Alors qu'il est en général invoqué en premier lieu comme garantie de santé, ce domaine est tenu à l'écart des réouvertures. Pourquoi ? 

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • Si tu ne le fais pas pour toi, fais-le pour les autres

    Imprimer

    IMG_7764.jpegNous arrivons à l'époque la plus noire de l'année. Nous sommes en route vers la nuit la plus longue. Il en faut du courage pour accompagner le rétrécissement des jours, et avec la covid-19, ne pas se sentir mentalement étriqué, réduit dans le noir.

    Mais au solstice d'hiver, le 21 décembre, tout basculera. Les jours rallongeront par la suite. Si nous sommes à une période critique, nous allons vers l'ouverture. Il est facile, dans la brume, de perdre le fil, s'y égarer. Pourtant, c'est au moment de la nuit la plus noire que l'aube vient (Edmond Fleg). Plus que jamais, il est important de veiller les un-e-s sur les autres.

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Air du temps, Genève 0 commentaire
  • Une couverture parlementaire pour lutter contre la précarité

    Imprimer
    IMG_9122.JPGLe Grand Conseil a voté ce jeudi le Projet de loi du Conseil d'État porté par le magistrat Thierry Apothéloz attribuant 1.4 millions au collectif d'associations pour l'urgence sociale (CausE) afin d'accueillir durant 5 mois 155 personnes au chaud, avec un accompagnement social.[1] 
     
    L'hiver sera terrible. La crise est terrible. Loger 155 personnes sans abris dans des hôtels est une victoire d'étape. Clairement, il n'est pas sûr que cela sera suffisant pour passer l'hiver car nous ne faisons qu'entrer plus profondément et douloureusement dans une crise sociale aux conséquences incalculables. Mais c'est un engagement sérieux du Canton sur le front de l'hébergement d'urgence.
     
    Bravo à toutes celles et ceux qui s'engagent au quotidien et toute l'année, crise sanitaire ou pas, pour la défense du droit au logement pour toutes et tous à Genève. Bravo aux associations, aux bénévoles, aux militant-e-s, à la Ville de Genève. Cette dernière, au début de l'été, avait rajouté 6.9 millions au budget 2020 dédié à l'hébergement d'urgence, grâce à l'action de Christina Kitsos. La caserne des Vernets a pu demeurer ouverte toute l'été. Les autres communes ont suivi. Le fonds intercommunal a apporté 1 million fin octobre 2020. Des fondations privées ont généreusement fait leur part. Le Canton ne pouvait plus rester en dehors de cette large mobilisation solidaire.  

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 0 commentaire
  • Ne sauvons pas Noël !

    Imprimer

    12328644.jpgUne pétition a été lancée pour demander à ce que le Conseil d’État assure les célébrations de Noël, car : « les récents arrêtés cantonaux pris interdisent à tous les chrétiens d’assister physiquement à la messe ou au culte ces prochaines semaines. Ce dommage irréparable est vécu douloureusement par de très nombreux catholiques ne peuvent plus participer à la sainte Messe. » Reprenant le conseiller fédéral Alain Berset qui avait déclaré : Je ne sais pas si on pourra sauver Noël »,  cette pétition demande donc en conséquence au Conseil d’État de prendre toutes les mesures pour permettre aux fidèles de leur canton de suivre dans les églises et les chapelles les diverses célébrations religieuses.

    Pour notre part il nous semble surtout urgent de sauver, non pas la messe, mais les gens, leur santé, et l’économie réelle.

    Dans les évangiles, (Matthieu 18 :20) ces paroles de Jésus sont rapportées : « là où deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis au milieu d’eux ». Pas besoin d’être cent donc, ni de rouvrir les églises. Pas besoin des foules aux messes de Noël s’y rendant après les agapes de Noël pour se distraire. D’ailleurs, aux temps des premiers chrétiens, les communautés étaient petites, quelques hommes, quelques femmes, guère plus que cinq. C’est donc plutôt en petits groupes, que la spiritualité prend tout son sens. Et c’est au moment où l’obscurité est la plus grande que même la plus petite lumière brille le plus fort.

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 0 commentaire
  • Hé les pros du foot : mollo sur la testo!

    Imprimer

    20201114225650347.jpgJe ne sais pas si vous avez suivi le match de football Suisse-Espagne hier soir (joli match) et si vous avez vibré aux deux arrêts de pénalty du gardien helvétique. Moi, oui. J'aime le football, qui rassemble les gens. 

    Un truc m'a chiffonné quand même, c'est de voir les joueur s'enlacer, se bécoter, se prendre le visage à pleines mains, se frotter les joues, les cheveux, les fesses, se coller les épaules lorsqu'ils marquent un but (ou en arrêtent un). La masculinité s'en donne à coeur joie : crachats, glaires sur le terrain. Alors oui, bien sûr il y a la tension, l'adrénaline, la joie, mais... en période de pandémie, ne faudrait-il pas les mettre un peu en veilleuse les éruptions de testo?

    Depuis des décennies on voit les joueurs s'agglutiner les uns aux autres pour se fêter, alors on comprend le poids du rituel. En même temps les messes sont suspendues, chacun fera Noël chez soi, on va plus au resto, il y aurait peut-être aussi moyen de la mettre en veilleuse  l'exultation viriliste, non?

    Après tout, beaucoup de professionnel-le-s ne peuvent  plus exercer leur métier. Celles et ceux qui le peuvent encore font très attention et sont soumis à des normes très strictes. S'ils réussissent un contrat, trouvent un vaccin, gagnent une élection, ou sauvent une vie à l'hôpital, on sait qu'ils et elles évitent de se sauter dessus à 10 pour s'embrasser. Alors, ça devrait être possible pour les footeux aussi, non ? Si les gens du commun le peuvent, pourquoi pas eux ? La décence ou la loi devraient les inviter à le faire.

    Ces joueurs, érigés en "modèles de société", s'exhibent devant des centaines de milliers de personnes cloîtrés dans leur salon, donnant encore une image de nouveaux riches au-dessus des règles. 

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Air du temps, Genève, Humeur 0 commentaire