sylvain thévoz

Humeur - Page 9

  • Une jolie petite histoire de fleur

    Imprimer

    Je te raconte une jolie histoire de fleur okay? Une histoire de fleur, de pétales et de paille ; une histoire de pistils et de poils. Ce qui s'attire s'unit, c'est incontournable. Tu crois? Je te raconte une petite histoire de fleur effleurée, caressée sans même m'en rendre compte, okay? Une histoire piétinée au hasard, coupée exprès pour faire tienne. Tu suis? Petite histoire d'épines et de feuilles, de tiges et de pollen, de fleur qui pousse derrière la haie, ou même au fond d'une cave; fleur redressée un temps ... à moins que ce n'aie juste été le fait du hasard et que toi, tu aies été là, courant d'air, juste avant la gare, le changement de câble... mais ça, c'est un peu compliqué à raconter... et c'est encore une autre histoire. Une autre saison. 

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Humeur 0 commentaire
  • Le printemps c'est maintenant

    Imprimer

    bonhommeHiver1.pngOn a brûlé des bonhommes hiver un peu partout hier et depuis il fait un petit peu plus... froid. Etrange, et pourtant voilà, c'est le printemps. Les milans noirs ont fait leur retour en ville. Ils reviennent d'Afrique subsaharienne, avec un peu de sable dans les plumes. On les annonçait pour fin-avril, ils ont atterri mi-mars. Ils sont en retard? Mais que sait-on du temps des bêtes? On les a vu mercredi pour la première fois sur les hauteurs de Saint-Jean. Ils repartiront fin août, peut-être...

    Lire la suite

  • tu choisiras la vie

    Imprimer

    23437.jpg"Je ne suis pas morte à quatre ans parce que j'adorais lire. Quand, en pleine guerre d'Algérie, la bombe de l'OAS (organisation armée secrète), destinée au ministre André Malraux, qui habitait au-dessus, a explosé sur le rebord de ma fenêtre, j'étais allongée par terre, plongée dans mon livre. De sorte que j'ai perdu la vue, mais pas la vie, quoique de justesse, quand tout a volé en éclat"  Ainsi commence le livre de Delphine Renard "Tu choisiras la vie" écrit 50 ans après l'attentat qui, enfant, l'a défiguré et pris la vue. Cet ouvrage est aussi dédicacé au neuf personnes tués par la police aux ordres du tristement célèbre préfet Papon au métro Charonne à Paris lors des manifestations demandant la paix en Algérie et brutalement réprimées au lendemain de l'attentat. Le plus jeune de ces travailleurs et travailleuses assassinés avait... 16 ans. 

    Que raconte ce livre? il dévoile sans haine la violence aveugle et son inscription irréversible dans un corps. Il déploie, dans une langue puissante, tendre et incarnée, l'intime besoin de dire: je suis marquée à cet endroit par cet événement j'ai traversé ceci et la plaie est encore ouverte. Il souffle la volonté de se construite malgré l'injustice, en refusant la nuit et le silence. Il exprime la résilience, son coût aussi.  

    Le titre s'inspire d'un passage biblique (Deutéronome 30) "Regarde, j'ai mis aujourd'hui devant toi la vie et le bien, la mort et le mal. Choisis donc la vie, afin que tu vives, toi et ta postérité." Il reconstitue un cheminement de mémoire, de compréhension et ouvre les boucles d'émotions de celle qui s'est construite depuis l'horreur et dans l'émancipation, rappelant au passage les tortures pratiquées par Jean-Marie Le Pen durant la guerre d'Algérie pour lier étroitement l'intime et le politique.

    Delphine Renard, dans un interview au journal l'Humanité disait récemment porter une responsabilité à l’égard de ceux qui, atteints par le terrorisme de l’OAS, y ont perdu la vie et ne sont plus là pour en témoigner. Elle disait son écoeurement devant la décoration de la légion d'honneur de certains membres de l'OAS par Chirac et Sarkozy: Michel Alibert en 2006; Gérard Baudry, Jean-François Collin et Hélie Denoix de Saint Marc entre 2007 et 2011. Et son soulagement à voir ces décorations révoquées par François Hollande. Position nouvelle de l'Etat français sur la question de la guerre d'Algérie. 

    Pourquoi écrire aujourd'hui? Parce que les années Sarkozy ont poussé une politique de mémoire révisionniste qui consistait à glorifier d’anciens terroristes de l’OAS et négationniste par le mépris dans lequel étaient tenues les victimes de cette organisation. Le 1er mai 1995, Brahim Bouraam était poussé dans la Seine par un jeune du Front National. Le 5 juin dernier, Clément Meric était frappé à mort à Paris par un membres des jeunesses identitaires. Alors, oui, écrire pour ne pas être complice et jeter la luimière sur les conséquences des mouvements identitaires nationalistes.   

    Delphine Renard termine son livre en racontant le dévoilement de la plaque en mémoire des tués du métro Charron par le marie de Paris,Bertrand Delanoë, le 6 octobre 2012.

    Ce qui était "juste" des mots, puis juste le dévoilement d'une plaque, devenait aussi tout un signal.

    Le choix d'une vie.

    OAS, DElphine Renard, LE Pen, extrême droite, tu choisiras la vie
     

  • L'actu datait d'hier

    Imprimer

    sans-titre.pngdownload.jpg

     

     

     

     

     

     

     

    Omar Feisal, photographe chez Reuters a reçu en 2011 le 1e prix dans la catégorie vie quotidienne pour la photo d'un homme transportant un requin dans les rues de Mogadiscio en Somalie. Le mercredi 19 décembre 2012 la photo du jour de la tribune de Genève est désormais l'homme à... l'espadon, photo Reuters toujours (omar Feisal encore?) qui dans une troublante répétition des ruines et de la guerre, rejoue la même histoire. La photo du jour n'est-elle pas celle d'hier, dans un perpétuel recommencement du même? "L'actualité" un plat réchauffé ou plutôt cuisiné avec espadon ou requin mais toujours à la même sauce.... Les commentaires changent, les preneurs d'images, d'otages, ou de sons vieillissent, le propos dominant reste le même.  

    Dans le genre "l'actualité" bégaie. Patrick Simon dans la Tribune toujours,  propose une apologie de la colonisation israélienne vieille comme le monde en resservant les mythes israéliens les plus éculés et insultant les faits.

    1) Israël aspire à vivre en paix avec ses voisins et l'a montré à maintes reprises (Ben oui les bombes c'est bien connu c'est une bonne base pour le bien vivre ensemble. Les Gazaouites peuvent en témoigner. 2002: invasion de la bande de Gaza sous le nom opération bouclier défensif, mai 2004: opération arc-en-ciel. Octobre 2004: opération jours de pénitence.  2006: Opérations pluie d'été, Israël lâche plus de 40'000 bombes et missiles sur la bande de Gaza en un été. 2008: oération hiver chaud contre Gaza encore. 2009: opération plomb durci assaut massif contre la bande de Gaza ainsi qu'une opération en eaux internationales dans la méditerrannée contre une flotille pacifiste. C'est l'opération vent du ciel: neuf morts et vingt huit blessés parmi les miliants. Toujours, les opérations sont affublées de noms rappelant la nature ou la bible pour laisser sous-entendre que les opérations sont de droit divin ou naturel, comme le relève Raja Shehadeh. La place manque ici pour parler des agressions répétées d'Israël contre le Liban. Au rayon chiffre: de juin 2005 à novembre 2008, l'association israélienne B'Tselem compte 1609 palestiniens tués par les israéliens, et 99 israéliens tués par les palestiniens; plus de 8200 détenus palestiniens sont dans les prisons israéliennes, pour un seul détenu israélien, le soldat Guilad Shalit, libéré le 18 octobre 2011. Si c'est vrai qu'Israël aspire à vivre en paix avec ses voisins, il va bien au-delà de l'adage qui dit qu'il faut préparer la guerre, il la fait et frappe fort.

    2)  Israël est un pays démocratique qui accorde aux arabes palestiniens le droit d'être représenté au sein du parlement israélien (Pourquoi alors n'ont-ils pas le même statut de citoyen, sont dispensés de faire l'armée, sont victimes d'inégalités économiques, sociales, culturelles et religieuses? Pourquoi sont-ils de fait, des citoyens de seconde zone de plus en plus marginalisés? De plus, comment un état peut-il être dit démocratique quand il est sous une tutelle économique complète, maintenu en vie sous perfusion par les Etats-unis: environ 85 milliards reçus depuis la création d'israël en aides sonnantes et trébuchantes, sans compter le soutien militaire et diplomatique sans faille. Israël est un pays de colons colonisés, pas encore une démocratie.)

    3) Israël est un ilôt de civilisation et de démocratie entouré de vilains états arabes vivant à l'état sauvage et opposé à la libéralisation de la femme (c'est clair les communauté ultra-orthodoxes juives qui imposent des bus séparés pour les hommes et les femmes, chassent les femmes qui ont des tenues "indécentes", sont un modèle d'équité! Mmh, qui veut faire l'expérience d'aller en jupe à Méa-Sharim? Israël est un pays de colons colonisé par sa propre tentation terroriste et son choix de  sauvage fuite en avant).  

    Enfin, à la fin de cette journée "d'actu", un scoop! L'annonce par Israël de la construction de 2621 logements supplémentaires à Jérusalem Est, qui se rajoutaient aux 1500 annoncés quelques jours plus tôt. L'actu' du jour datait en fait d'hier, voire d'avant-hier. La colonisation se poursuit tant et plus, il y a toujours des voix pour la légitimer. Shalom Simon d'avoir amené ta pierre à l'édifice, à défaut d'avoir porté la croix cette fois-ci. 

    Alors peut-être que demain les archives feront la une? En attendant, si l'histoire n'est pas seulement cet éternel recommencement de "l'actu",  c'est bien parce qu'elle se construit dans ses failles et zones d'ombre, en arrière plan et au revers des écrans.     

    Il y a beaucoup de requins et d'espadons en liberté dans l'océan. 

     

    Lien permanent Catégories : Humeur 0 commentaire
  • Dicker, son éditeur, et la Berne fédérale.

    Imprimer

    Le 4 décembre, l'office fédéral de la culture a désigné les premiers lauréats des prix fédéraux de littérature. Huit auteurs sont primés, quatre alémaniques, trois romands, un italophone nous annonce le communiqué de presse de la Berne fédérale. Irena Brežná, Massimo Daviddi, Thilo Krause, Marius Daniel Popescu, Catherine Safonoff, Frédéric Wandelère, Matthias Zschokke, et Arno Camenisch. Bravo aux écrivains talentueux de ces nouveaux prix qui ont remplacé le bon vieux prix Schiller qui était attribué depuis 1905 à un auteur ou une autrice par année. Bravo aussi aux maisons d'édition qui les ont soutenus, côté romand: les éditions Zoé et la Dogana. 

    Mais il faut signaler quand même que le communiqué de presse fédéral ne reconnaît pas le fait qu'Arno Camenisch (certes publié aux Editions d'en-bas) écrive en romanche et qu'il est un écrivain originaire et trouvant assise dans la quatrième langue helvétique, qui est déjà bien suffisamment oubliée et menacée sans que la culture s'en mêle. Mais ce qui est encore plus surprenant, c'est que Joël Dicker, primé en France par le grand prix du roman de l'académie française 2012, le Goncourt des lycéens 2012, ou le prix de la vocation de la fondation Bleustein-Blanchet 2012, ne trouve pas grâce aux yeux du jury fédéral. Okay, nul n'est écrivain en son pays, mais là quand même, on frise le blasphème.

    Alors, un prix fédéral de littérature de 2012 qui passe à côté de la révélation littéraire helvétique de l'année éditée à l'âge d'homme: scandale? En tout cas, la société genevoise des écrivains n'avait, elle, pas raté le petit Joël. C'était en 2010 sur manuscrit anonyme pour son premier roman: "les derniers jours de nos pères". Bravo les écrivains genevois! Comme quoi, si nul n'est prophète en son pays, il l'est parfois dans son canton... Mais on se calme tout de suite, car il faut laisser son indépendance au jury, et penser qu'il a probablement préféré primer, pour sa première année, des auteurs un peu moins connus, placés à distance respectable du feu des projecteurs. Enfin, peut-être, on spécule... eh bien... non. La raison est à chercher ailleurs que dans un choix artistique du jury, mais tout bonnement dans le fait que le prix était donné sur concours.  Vos manuscrits, si vous aviez des prétentions devaient avoir été envoyés entre le 26 juin et le 15 août 2012 pour avoir une chance de concourir au... prix littéraire de l'année 2012 (ben oui, il valait mieux s'y prendre à l'avance). Alors, Goncourt, Grand prix de l'académie ou pas, cela ne changeait rien à l'affaire. Au moment où le concours fédéral des prix littéraires se bouclait, les prix français n'étaient pas encore attribués. Je vous le dis, y'en a pas des comme nous. La Berne fédérale sélectionne avant les prix français, mais annonce les résultats après ceux-ci. Vous avez dit kafkaïen?

    Maintenant, une petite question perfide: Dicker faisait-il partie du lot? Etait-il du nombre des 236 auteurs et autrices à avoir tenté leur chance du premier prix fédéral de la Culture? Si c'est le cas, le premier prix fédéral de littérature serait alors passé à côté du futur grand prix du roman de l'académie française 2012 qu'il n'avait pas vu venir.

    Mais cela, seul Dicker, son éditeur et la Berne fédérale le savent....

     

  • Lettre ouverte aux faux-derches (de la municipalité de Lausanne)

    Imprimer

    Cher collège de la municipalité de Lausanne. Dans votre contre-projet à l'initiative populaire du Parti libéral Radical "Stop à la mendicité par métier"  de janvier 2011 rendu publique cette semaine, vous incarnez parfaitement la posture des faux-derches. Je m'explique. Dans votre contre-projet hypocritement appelé "restreindre la mendicité sans criminaliser la pauvreté", de 27 pages, vous vous proposez non pas d'interdire la mendicité mais d'en limiter la pratique. Les mendiants, je vous cite: "n'auront ainsi plus le droit de prendre à partie les passants, de s'accompagner de mineurs et d'être insistants envers la population. Il leur sera également interdit de se poster à certains endroits considérés comme délicats: où la manipulation d'argent peut induire un certain sentiment d'insécurité (marchés, proximité des horodateurs, des distributeurs d'argent ou des arrêts de transports public, etc., );  où les passants souhaitent de la quiétude (parcs publics, place de jeux, cimetière, lieux de culte -ben ouais, faut pas déranger les croyants avec la misère quand ils sortent de prière- etc.,) ; où le libre accès aux domaines publics et privé est freiné par la présence des mendiants (débarcadère, quais, commerces, administrations publiques, musées, à l'intérieur des magasins, commerces, cinémas, ainsi qu'à moins de 5 mètres de leurs entrées respectives et sur les terrasses, etc., )" On appréciera à sa juste valeur les etc., qui jalonnent votre texte et étendent indéfiniment l'extension de l'interdiction. Comme si celle-ci n'était pas déjà suffisamment exhaustive, ne laissant aux mendiants que les pissotières et les banlieues désertes pour faire appel à la solidarité de leur prochain. Vous correspondez, en cela, à la définition des faux-derches, car vous barrez l'usage public aux mendiants tout en jurant vos grands Dieux de ne pas vouloir bannir la mendicité. Ce n'est donc pas un contre-projet que le vôtre mais le projet affiné, prolongé, de la droite que vous proposez et vous retirez aux personnes démunies l'exercice d'un des droits humains le plus nu: celui de solliciter autrui pour obtenir librement son aide.

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Humeur 0 commentaire