sylvain thévoz

Une initiative contre la crise

Imprimer

fiscalité,richesses,durabilité,social,santé,emploiL’initiative cantonale « Pour une contribution temporaire de solidarité sur les grandes fortunes » prévoit la mise en place d’un impôt temporaire de solidarité sur la part des fortunes imposables qui dépasse 3 millions de francs, afin de permettre aux collectivités de faire face aux conséquences de la crise. Cette initiative, portée par toute la gauche et les syndicats vise à renforcer la classe moyenne, les petites et moyennes entreprises. La population est invitée à la signer largement. https://www.ps-ge.ch/wp-content/uploads/2021/09/IN-FISCALE.pdf

 

 

 

 

Il est établi que la répartition des richesses est aujourd’hui totalement disproportionnée au sein de la population. À Genève, deux pourcents de la population possèdent 63% des richesses. Si, en 2011, la fortune totale des plus riches représentait 46% des richesses totales, moins de 10 ans plus tard, en 2018, cette proportion passe à 63% ! De quoi faire douter de la sincérité de ceux qui prétendent que Genève est un « enfer fiscal ». Les grandes fortunes continuent d’affluer en masse à Genève ! Pourtant, en regard de leur potentiel fiscal, elles contribuent peu au pot commun. Notre canton est attractif pour son cadre, sa sécurité, ses commodités, toutes choses entretenues par l’impôt et payées par l’État. Nous voulons que cela continue, qu’aucune famille ou entreprise n’ait à partir ailleurs parce qu’elle n’arrive plus à se loger ou que la paix sociale et la sécurité ne sont plus assurées.

 

A Genève, le nombre de personnes sans fortune continue d’augmenter. 71% de la population n’a pas de fortune imposable. 40% de la population n’a même pas de fortune du tout, et donc aucun moyen de faire face à un coup dur. Genève est l’une des villes les plus chères et les plus prospères du monde. Elle a pourtant l’un des taux de pauvreté le plus élevé de Suisse. Il n’est pas juste que la classe moyenne soit sous pression pour assurer la solidarité, ni qu’elle voie ses prestations rognées, alors que de grandes fortunes sont protégées.

 

Le Covid a terriblement impacté la population. Des ménages ont vu leur revenu s’effondrer et se sont endettés pour régler leurs factures. Le chômage a augmenté, en particulier chez les jeunes. Des élèves ont fortement souffert de la fermeture des écoles. Des milliers de personnes ont fait appel à l’aide alimentaire pour se nourrir. L’isolement des aînés a augmenté. C’est un fait, les plus fragiles paient le prix maximal de cette crise.

 

Que propose concrètement l’initiative ? Que les fortunes imposables de plus de 3 millions assurent une contribution de solidarité de 2.5 pour mille durant 10 ans. Effort modeste, que certains réclament volontairement d’ailleurs. Mais aussi, que les déductions sociales sur la fortune soient triplées, afin de favoriser les contribuables propriétaires de leur logement et se situant au bas de l’échelle des fortunes. Enfin, que les indépendants, dont la fortune est investie dans leur entreprise, voient leur déduction passer de 500'000.- à 1.5 million. Cela donnera un bol d’air bienvenu aux travailleurs et travailleuses, aux entreprises.

Selon les estimations, la contribution temporaire de solidarité sur les grandes fortunes rapportera annuellement environ 350 millions au canton et 85 millions aux communes (dont 35 millions à la ville de Genève). Cela permettra d’assurer les prestations pour la population, renforcer le tissu économique, équilibrer les charges fiscales. Pour toutes ces raisons, je signe ! Et vous ?

https://www.ps-ge.ch/wp-content/uploads/2021/09/IN-FISCALE.pdf

 

.................

www.sylvainthevoz.ch

Commentaires

  • La personne qui a plus de 3 millions paye beaucoup d'impôts. Il peut certes en payer plus, mais il peut aussi en payer moins. Il lui suffit de mettre son adresse dans sa résidence secondaire (en général le valais) et continuer tranquillement de vivre à Genève. Ils sont déjà très nombreux à le faire. Pour ma part je ne signerai pas cette initiative et je voterai contre. Je ne souhaite pas la fuite des gros contribuables.

  • L'enfer fiscal est également dû à l'infernale spirale des dépenses publiques, au nom des habituelles et sempiternelles incantations de la gauche qui réclame de la "justice" fiscale aux fins de promouvoir des "services publics de qualité"... Quelle imposture.
    Il y a fort à parier que ce dernier fantasme sera relégué à sa juste place par l'électorat: aux oubliettes de l'histoire.

  • La gauche est toujours prête à faire fuir les contribuables qui paient beaucoup d'impôts alors que les "camarades* n'en paient pas !! Il y a déjà beaucoup de citoyens qui ont quittés Genève pour habiter dans un autre pays ou, pire encore, dans un autre canton !

  • Lorsque l'on constate les taux marginaux de taxation à Genève (Les plus élevés de Suisse pour les gros contribuables), 45 % sur le revenu et 1 % sur la fortune, c'est un impôt de plus complètement inique, ceci sans oubier l'AVS qui n'est autre qu'un impôt caché mais a au moins le mérite d'être au même niveau que le reste de la Suisse. Pour le surplus, je ne vais pas répéter la même litanie de fuite de gros contribuables, c'est une complète évidence de se mettre en résidence secondaire à Genève dans le respect des lois. Dommage pour Genève...

  • A ceux qui rechignent à signer l'initiative par peur de l'évasion fiscale je les informe que L'OCDE a annoncé le mois dernier la conclusion d'un accord définitif sur une réforme de la fiscalité internationale établissant un taux minimum d'imposition sur les sociétés de 15%. L'accord entre 136 pays a été âprement négocié entre États ces derniers jours.

    Les choses commencent donc à bouger.

  • Ici on parle de personne Physique et non d'Entreprise, à Genève nous sommes déjà taxés un maximum par rapport au reste de la Suisse, cette gauche genevoise ne sait rien d'autre que d'inventer des impôts supplémentaires, et n'a jamais su créer des emplois et des resources supplémentaires, ceux ne sont que des PARASITES.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel