sylvain thévoz

Réveille-toi Saint-père

Imprimer

Saint-père vous avez lu les nouvelles ?

- Non, que s’est-il passé encore, on ne me dit jamais rien.

Un rapport dénonce le fait qu’en France il y a eu 216'000 personnes victimes de pédocriminalité depuis 1950.

- Que dites-vous ? Je ne vous entends pas bien.

Une commission estime à 216'000 le nombre d’enfants et d’adolescents victimes de clercs et de religieux depuis 1950 en France.

- 216'000, ça alors! 

 

Oui, et encore, le nombre grimpe à 330'000 si l’on ajoute les personnes agressées par des laïcs travaillant dans les institutions de l’Eglise (enseignants, surveillants, cadres de mouvements de jeunesse).

- Mon Dieu, mais c’est affreux

En effet, une abomination. Le nombre de prédateurs est évalué entre 2900 et 3200 hommes, prêtres ou religieux, et encore c’est une estimation minimale. Qu’en pensez-vous ?

- Doux Jésus. Je n'en pense rien. 

Dites, qu’allez-vous faire, c’est une déflagration pour l’église. Comment est-il possible que cela soit resté inconnu, caché. C’est un système général d’abus, massif, inacceptable. Exprimer votre honte c'est déjà un pas, mais il faut aller bien plus loin, pour les victimes, pour que plus jamais cela n'arrive.

- Pardon ?

Non, pas de pardon. réveillez-vous Saint-père. Au nom du Christ si vous voulez, mais surtout au nom de la loi et en défense des victimes, secouez-vous, sortez de votre silence et faites-vous entendre haut et fort. Convoquez un concile, mettez sur pied Vatican III, engagez-vous à indemniser toutes les victimes... c’est vous le pape. Si cela s’est passé en France faites le calcul : multipliez cela par le nombre de pays, de victimes possibles… vous vous rendez compte ? Quelles garanties peut donner l’Eglise que cela ne continue pas de se produire aujourd’hui ?

- Je vais prier

Priez, ça ne peut pas faire de mal, quoique... mais de grâce : agissez Saint-père, agissez. Il est intolérable qu’un seul enfant ait été abusé. Il n’est pas imaginable qu’un seul le soit encore… et par des hommes d’église, et au nom de Dieu !

Et s’il n’est pas possible de garantir que l’église ne soit pas un piège pervers, il faut mettre bas l’église.

- Vous croyez ?

Oui. Peut-être même que c’est à cela que Dieu s’emploie.

- Décidément, on ne me dit jamais rien.
 
 
 
.................
Lien permanent Catégories : Humeur 2 commentaires

Commentaires

  • Et dire que les autorités ont interdit des sectes qui ont fait beaucoup moins de mal que la secte de l'église catholique !

  • Ne jamais oublier la définition selon laquelle la religion est une secte qui a réussi. Une fois qu'elle a acquis ce statut il n'est évidemment plus question de l'interdire, quelles que soient ses méfaits.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel