sylvain thévoz

L'UDC sous la ceinture

Imprimer

IMG_0509.jpgL’ancien conseiller national UDC Christoph Mörgeli a signé dans la Weltwoche, officine de ce parti, un article de 4 pages traînant dans la boue le conseiller fédéral Alain Berset. Réchauffant une vieille histoire de liaison extra-conjugale, son objectif était clair : salir le Conseiller fédéral en tapant sous la ceinture. La presse romande a suivi docilement l’UDC dans le caniveau, voyant un intérêt public là où il n’y avait que manœuvre politique. Le thème a fait la manchette de la Tribune de Genève. Pour quel intérêt ? On s’en moque bien de savoir avec qui couche Berset. Chacun-e à le droit de gérer sa vie privée comme il l’entend. Cet épisode illustre par contre bien à quel niveau l’UDC place le débat public. La gestion de la pandémie est un casse-tête, les taux d’infection inquiétants, les décisions politiques difficilement acceptées par la population. L’UDC propose … d’aller fouiller dans la culotte de notre ministre de la santé. A ces méthodes d’apprentis paparazzis vivant du scandale qu’ils créent, une seule réponse possible : le mépris et le refus de laisser ramener la vie politique suisse à un épisode de la série Sex/life.

L'émission infrarouge de la RTS, est tombée dans le panneau de l'UDC, en faisant une émission spéciale sur le fond de la culotte de Berset, descendant sans honte dans le caniveau people. La RTS invoquera sûrement l'intérêt public. Ah bon. Etonnant pour un media qui, lorsque les scandales sur les harcèlements sexuel en son sein avaient éclaté n'avait pas daigné ouvrir son émission au débat. Sûrement trop personnel comme enjeu public. Concernant Berset, c'est l'exact inverse: il s'agit d'une affaire privé d'un personnage public, cela mériterait retenue. Comme quoi la notion "d'intérêt public" semble plus soumis à l'audimat que sujet à interprétation.

 

Surtout, en tirant sur l'ambulance Berset, l'UDC et ceux qui le suivent font le lit des fascistes, complotistes, anti-vax et autres. Pendant que Maurer se balade avec le T-shirt des "Freiheitstrychler", groupe de sonneurs de cloches fermement opposé aux mesures de lutte contre le coronavirus, cassant et la collégialité du Conseil fédéral et le message sanitaire que les autorités défendent, la diversion de l'UDC sur Berset permet de déplacer le curseur politique sur des affaires de moeurs... et quelques jours plus tard les extrémistes anti-mesures de protections sanitaires assiègent le palais fédéral.

IMG_0510.PNGL'UDC indique le caniveau, son objectif est clair, couler Berset dans le purin. Cela n'étonnera personne de la part du parti d'extrême droite. La complicité avec laquelle la presse marche dans la combine est plus discutable, faisant le lit des extrémistes et d'un débat vicié cautionnant attaques personnelles et dénigrement. Des autocollants antisémites, immondes, grimant Berset en Adolf Hitler avec "mein kampf" en bandeau sont collés sur des murs à Genève. Dégoût total.

 

www.sylvainthevoz.ch

 

 

Lien permanent Catégories : Humeur 16 commentaires

Commentaires

  • les Faits: afin de se rendre à un rendez-vous galant l'auteur des "Bersets Sataniques" a utilisé une voiture de fonction avec chauffeur,bien qu'il semble dans son bon droit , il subit une attaque sous la ceinture de sécurité. Cela me rappelle l'incident de Giscard"séducteur compulsif" à l'heure du laitier avec une camionnette de livraison il s'était lui très attaché à une actrice.

  • Cher Monsieur,
    Personnellement je ne suis pas de votre bord politique, mais j'ai apprécié la manière dont Monsieur Berset a pris en charge cette pandémie ainsi que le CF, cette période a été très difficile, en Suisse nous avons eu la chance d'avoir plus de libertés que certains pays avoisinants, je trouve toutes ces remarques contre lui et le CF " d'enfants gâtés" alors que nous devrions leur en être reconnaissants même si tout n'était pas parfait.
    Maintenant je trouve scandaleux cette cabale contre Monsieur Berset, il s'agit de sa vie privée, qui n'a rien à voir avec sa vie publique, là on touche le fond du caniveau, et c'est dommageable... j'espère que le peuple Suisse saura faire la part des choses.

  • Avec toutes les leçons que donne ce monsieur il devrait être exemplaire lui-même!
    Il est loin d’être exemplaire avec tout ces reniements
    Qu’il continue comme ça et il verra ce qu’on en fait de son pass sanitaire qui devait être limité à des exceptions et sa vaccination obligatoire sans le dire
    Qu’il assume

  • Ce que vous vous gardez bien de précisez Monsieur Thévoz, et comme l'a divulgué la Tribune de Genève, on reproche à Alain Berset d'avoir eu recours à du personnel de l'administration pour gérer l'affaire du chantage que lui faisait une femme. De même lui reproche-t-on d'avoir eu recours à une limousine de fonction. Alors, ce n'est nullement une affaire en dessous de la ceinture dont le monde s'en fiche, mais une affaire bien plus grave. Merci de vous en tenir aux faits reprochés.

  • L'obligation vaccinale détournée assumée par Berset est assurément un coup sous la ceinture. En effet, le certificat covid contourne la loi sur les épidémies et, de ce fait, viole la constitution fédérale qui stipule la bonne foi étatique (5 cst.féd.).

    Ce certificat, qui est une contrainte vaccinale, n'a rien de sanitaire dès lors qu'en les lieux "protégés" par le certificat il n'existe plus aucune mesure de protection et que, de plus, on y introduit librement des moins de 16 ans qui connaissent une très grande circulation du virus, des anciens vaccinés au pfizer devenus passoires à virus, du personnel sans certificat et des testés faux négatifs.

    Rien de sanitaire. Tout d'une contrainte vaccinale dont vous et vos pairs, dont Berset, vous délectez.

  • @Frenkel
    Il n'y a aucune gravité. Si le personnel a géré ce chantage, rien de plus normal, c'est naturel dans tous les pays lorsque l'on est à de hautes responsabilités. La voiture, une imbécilité sans gravité non plus.
    Il n'y a pas de hasard entre la connerie de Maurer suivit des incidents devant le Palais fédéral, et la sortie dans les journaux du non évènement sur Berset.

    Mais tout le monde s'en fout à fond de cette histoire de Berset. L'UDC cultive le ridicule parce qu'à part mousser ses partisans les plus fidèles, les autres voient un UDC qui cherche à capter des électeurs en faisant passer du rien pour quelque chose.
    Et les conséquences, on les connaît pour l'UDC, ce sera les échecs aux Etats qui n'en finissent pas, par manque de crédibilité auprès des électeurs de droite.
    Le journal de soutien à l'UDC s'est tiré une balle dans le pied. Le suisse n'aime pas la vulgarité.

    La position philosophique de la gauche suisse, discriminante et communautariste est plus efficace pour la démolir, qu'un article dans la Weltwoche sur Berset.

  • @Motus, au regret de vous dire que bien des contribuables genevois ne sont pas d'accord que monsieur Berset utilise le personnel de la confédération (financé par l'impôt fédéral direct) à des fins judiciaires privées. Le canton de Berne a suffisamment de policiers, de magistrats pour régler les affaires personnelles du Conseiller Fédéral

  • François Hollande s'était déplacé en scooter :-D (de fonction .... ?)
    Comme quoi, les hommes sont tous pareils.... En tant que membre de gouvernement, il est normal que Berset ait recours aux moyens de l'Etat pour se défendre et lui permettre de continuer à travailler en paix au Conseil fédéral.

    La maîtresse chanteuse s'en tire sans trop de frais, une peine avec sursis si j'ai bien compris, alors que son comportement est parfaitement odieux et opportuniste. L'affaire remonte à 2012, autrement dit, elle a cherché à se faire du pognon en exploitant le rang de Berset. Si Berset était M. Tartempion, il est clair que l'Etat n'aurait pas mobilisé les grands moyens. L'UDC s'imagine que si elle obtenait la démission de Berset, les mesures sanitaires disparaîtraient par la même occasion, ce qui est parfaitement stupide.

    Quand il s'est agi d'aller arrêter Simon Brandt, les moyens étaient disproportionnés aussi et pourtant Brandt a été débouté de sa plainte.

  • On a viré Mme. Kopp pour beaucoup moins que ça !

  • Soit vous ne connaissez pas l'affaire Kopp soit vous êtes de mauvaise foi. Kopp a dû démissionner pour avoir prévenu son mari qu'il faisait l'objet d'une enquête du MPC pour des soupçons de blanchiment d’argent sale et lui a conseillé de démissionner de son poste au Conseil d'administration de l'entreprise incriminée. C'est autrement plus grave que l'accusation - non étayée - d'avoir utilisé la mercedes du CF pour un voyage en Allemagne avec sa maîtresse.

  • Exact !!!

    Le Tribunal fédéral l'avait blanchit totalement !

  • Et pas seulement Paul, mais et comme je l'ai dis à Motus : bien des contribuables genevois ne sont pas d'accord que monsieur Berset utilise le personnel de la Confédération (financé par l'impôt fédéral direct) à des fins judiciaires privées.

  • Frrenkel, donnez-vous la peine de lire directement l'article de Die weltwoche et non pas un compte-rendu partiel de la TdG. Vous y trouverez quelques faits (l'existence d'une liaison, la tentative de chantage, la condamnation de l'accusée) et pas mal de spéculations. Le journaliste de Weltwoche va jusqu'à prétendre qu'en mobilisant une bonne partie des forces fédérales (composée officiellement de 14 policiers) Berset aurait laissé la Suisse vulnérable durant plusieurs heures dans l'hypothèse d'une attaque terroriste. Comme on a coutume de dire, "avec des si, on mettrait Paris en bouteille".
    Il y a de nombreuses spéculations dans cet article, coincées entre des faits avérés.
    Si Berset a fait un mauvais usage des deniers publics, une enquête le démontrera. Ce n'est pas à vous de le juger en vous abritant derrière votre habituel mantra "les faits, rien que les faits" surtout lorsque vous les sélectionnez pour étayer votre propos.
    Il y a 20 ans, on avait reproché à Ruth Metzler d'utiliser l'hélicoptère de la CH pour rentrer dans son canton d'Appenzell. L'affaire avait fait grand bruit mais a fini en eau de boudin.

    Ce qui me gène surtout, c'est que la Weltwoche fonctionne comme jadis la Pravda, à savoir comme le bras armée de l'UDC. Son propriétaire et rédacteur en chef étant un élu de l'UDC, on peut s'interroger sur ses raisons de publier maintenant une enquête "approfondie" sur la tentative de chantage sur la personne d'un CF.

  • C'est tout à fait normal d'avoir une maîtresse et de diriger un pays. Je ne vois pas le problème. On peut avoir totalement confiance à une personne comme Monsieur Berset.

  • J'essaie de m'imaginer ce qu'aurait écrit Toto Thévoz si c'est un CF UDC qui aurait eu le rôle de Berselinot!

  • Paul: On ne mobilise la Police fédérale pour une affaire privée ! voir l’excellent article de Monsieur Ruetschi dans la Tribune de Genève aujourd'hui. Si la Weltwoche est le bras de l'UDC, ce n'est pourtant pas l'UDC qui a utilisé les deniers du contribuables pour la défense d'Alain Berset. C'est comme si le simple pékin qui pour lutter contre un chantage utiliserait les fonds des contribuables.

Les commentaires sont fermés.