sylvain thévoz

Déboulonnons les David de Pury, Piachaud & co !

Imprimer

29401100894430L.gifC'est une contradiction totale pour nos démocratie de maintenir des statues de grands hommes du passé dont on sait et reconnaît aujourd'hui que la fortune bâtie ou les agissements se sont faits au prix du sang et en bafouant les droits humains. Comment condamner le meurtre, le viol, la traite des être humains, le travail au noir aujourd'hui et maintenir des statuaires de tyrans des siècles passés ?

Quelle cohérence il y a-t-il à continuer de glorifier d'une main, par le bronze et la pierre, ce que l'on  prétend vouloir condamner pénalement aujourd'hui ?

Les pétitions et textes parlementaires qui demandent de retirer de l'espace public les représentations de tyrans sont bienvenues.[1] Il faut faire le ménage.  

 

Une société dynamique, capable de se renouveler, est capable de revisiter régulièrement son passé, faire une mise à jour de ses symboles, et de ses modèles. La lourdeur de la statuaire impose de fait une inertie de la pensée et une pesante permanence de l'existant, mais il nous faut secouer et surmonter cette inertie. Les historiens doivent être appelés à la rescousse. 

Force est de constater que nous avons manqué plusieurs mises à jour. La société d'hier n'est d'évidence plus celle d'aujourd'hui et la glorification statuaire à un siècle de retard. Il est évident que les femmes y sont sous-représentées, que d'autres minorités y trouveraient légitimement place avec une volonté politique plus marquée.

Source de honte : il y a encore des sympathisants d'extrême droite, des ségrégationnistes, qui se voient honorer à Genève alors que des minorités longent les murs quand elles voient la police arriver. Cela est un scandale  pour notre cité qui se prétend "capitale des droits humains".  


Certains objecteront qu'il suffirait de mettre une explication en dessous des statues visées par le renouvellement.
Mais pourquoi vouloir a tout prix sauver ces statues dans l'espace public? A-t-on gardé en Europe de l'Est les statues de Staline, de Ceaucescu, en faisant des explications de texte au-dessous ? Non. On les a retirées, tout simplement. Maintenir les statues contre le devoir de mémoire est offensant, même avec une plaque explicative dessous. 

Certains objecteront que déboulonner des statues ne mettra pas fin au racisme. C'est vrai, il faudra bien d'autres actions et prises de conscience, mais cela y contribuera. De la même manière qu'on trouverait difficilement quelqu'un pour refuser de déboulonner une statue d'Harvey Weinstein aujourd'hui. Pourquoi en serait-il autrement pour des esclavagistes ? Est-ce le poids du bronze qui rend plus inerte les prises de décision?

 

Certains objecteront aussi que David de Pury, par exemple, n'a pas fait tout faux. Il a fait fortune à une époque où le type de commerce qu'il pratiquait était légal et largement répandu en Suisse[2]. Mais légitimer à posteriori la torture et la déportation au nom de dons ou d'oeuvres de bienfaisance à la même tonalité que ces discours fascistes qui légitiment le régime nazi en mettant en avant la construction des autoroutes et les progrès de l'industrie sous ce régime génocidaire. 

Dans la même veine, certains diront que René-Louis Piachaud, fasciste et ardent défenseur du collabo antisémite Georges Oltramare qui défilait en chemise grise dans les rues de Genève dans les années 1930, doit voir son buste protégé à la rue Toepffer car il a écrit des poèmes et a traduit Shakespeare.... il y a de mémoires bien sélectives [3]. Nettoyer l'espace publique de ce genre de statuaire est une oeuvre de salubrité publique, à réaliser sans tarder.

Déboulonnons les de Pury, Piachaud & co ! Les temps changent, les mentalités avec, et les statuaires fascistes, racistes, esclavagistes, n'ont rien à faire à Genève. Notre appréciation de l'histoire doit être revisitée. Et pour faire de l'explication de texte, un vrai travail de mémoire, apposer des dessous de plaque à des statues contestées est insuffisant. Il faut engager un véritable travail de mémoire scientifique, et un inventaire de la statuaire et plaque de rue.

Il serait salutaire aussi d'envisager la création d'un musée ou d'un mémorial dénonçant le rôle de la Suisse, des Suisses, Genevois (coucou François Favre) et autres durant la traite négrière et ses responsabilités historiques. Certains helvètes n'étaient pas seulement des négriers, mais également des esclavagistes. Ils ont de surcroît contribué à maintenir le système américain de plantation esclavagiste.

Nantes a crée le mémorial de l'abolition de l'esclavage en 2012[4]. Une voie à suivre à Genève afin que ne soient plus statufiés ceux qui du 16e au 19e siècle ont organisé la traite d'être humains à destination des Antilles, d'Amérique et de îles de l'Océan Indien, faisant plus de 12 millions de morts. 

En attendant, faisons le ménage, renouvelons la statuaire, afin de reléguer certains mythes, et bustes de "grands hommes" à leur juste place : dans un sous-sol du musée d'art et d'histoire ou d'ethnographie, en expliquant le contexte, les crimes, le sang versé, avec la maturité et le recul historique. Sortons de la glorification et entrons dans une juste appréciation du passé sans tabous ni zones grises.

Si nous ne le faisons pas, il est à craindre que nous ne soyons encore, consciemment ou inconsciemment, tacitement ou implicitement, d'accord de cautionner collectivement les crimes commis par certains de nos pères et grands-pères... et de continuer l'air de rien à jouir des bénéfices de ceux-ci.    

 

[1]https://www.change.org/p/etat-de-neuchâtel-on-ne-veut-plus-de-statue-d-esclavagiste-pour-que-la-statue-de-david-de-pury-soit-retirée

[2]https://www.letemps.ch/suisse/decouverte-dun-pan-lhistoire-nationale-sillage-negriers-suisses

[3]https://ge.ch/noms-geographiques/voie/geneve/rue-rene-louis-piachaud

[4]http://memorial.nantes.fr/l-esclavage-et-les-traites-negrieres/

...............

www.sylvainthevoz.ch

 

 

Lien permanent Catégories : Air du temps, Genève 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.