sylvain thévoz

Genève, paradis des religions (17/04/2022)

278371396_10159750111321826_3805961748768101825_n.jpegGenève, l’ex Rome protestante est devenue la Mecque des religions. Avec plus de 270 lieux de cultes recensés et 400 communautés notre canton s’illustre par sa diversité et sa tolérance. Si l’on y ajoute les mille et une écoles de yoga qui invoquent bouddha, mère nature ou toute autre essence supérieure, ainsi que les écoles de développement personnels faisant de l'ego une quasi divinité, notre Canton est indéniablement un bouillon spirituel, bien aidé par les plus de 189 nationalités étrangère représentées sur notre territoire, y partageant leurs croyances et coutumes.  

En pleine période de Pâques et de Ramadan, alors que le nouvel an bouddhiste theravada a débuté, la diversité et le respect avec lequel les différents groupes religieux coexistent à Genève est à souligner.

Les nouvelles du monde nous donnent parfois une image écoeurante des religions. Découvrir la diversité genevoise, c’est à l’inverse forer une filon de joie. Des liens de solidarité et d’entraide existent dans tous les quartiers ou presque. On les découvre en poussant au hasard la porte d’une synagogue, d’une mosquée, d'une église ou d'un ashram. La Plateforme interreligieuse (PFIR) qui contribue à la réflexion et au partage des savoirs et des expériences dans le domaine interreligieux au travers de projets, événements, prises de parole et manifestations publiques à Genève et à proximité, en rend joliment compte. 

J’ai été émerveillé, le dimanche des rameaux, en entrant dans l’église Notre-Dame proche de la gare. Les gens priaient, allumaient des bougies, d’autres se retrouvaient pour échanger, attendaient sur le parvis. Toute une petite vie, avec des communautés de soutien et de solidarités. Une femme avait la tête appuyée contre une colonne du temple. Elle priait seule. Cette femme que je vois d'habitude dans la rue, devant un centre commercial pour demander un sou, priait à genoux. Et peut-être n'était-ce là qu'une suite de sa prière quand elle demande de l'aide aux passants. J'ai eu honte pour les politiciens de droite -certains se proclamant même chrétiens- qui ont voté voilà quelques mois une nouvelle loi interdisant la mendicité et criminalisant des chrétiens.  

Il ne reste plus beaucoup de lieux dans notre canton où des gens de tout horizon, origine et revenus se côtoient. Peut-être il y a-t-il les supermarché et les cimetières. Avec ceux-ci : les lieux de culte, où les plus précaires sont soutenus, sans tambours ni trompettes. Ces lieux de vie font indubitablement partie de la liste... et de Genève un paradis pour les religions. Joyeuses Pâques !

14:28 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |