sylvain thévoz

Topo Thévoz

  • Ne sauvons pas Noël !

    Imprimer

    12328644.jpgUne pétition a été lancée pour demander à ce que le Conseil d’État assure les célébrations de Noël, car : « les récents arrêtés cantonaux pris interdisent à tous les chrétiens d’assister physiquement à la messe ou au culte ces prochaines semaines. Ce dommage irréparable est vécu douloureusement par de très nombreux catholiques ne peuvent plus participer à la sainte Messe. » Reprenant le conseiller fédéral Alain Berset qui avait déclaré : Je ne sais pas si on pourra sauver Noël »,  cette pétition demande donc en conséquence au Conseil d’État de prendre toutes les mesures pour permettre aux fidèles de leur canton de suivre dans les églises et les chapelles les diverses célébrations religieuses.

    Pour notre part il nous semble surtout urgent de sauver, non pas la messe, mais les gens, leur santé, et l’économie réelle.

    Dans les évangiles, (Matthieu 18 :20) ces paroles de Jésus sont rapportées : « là où deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis au milieu d’eux ». Pas besoin d’être cent donc, ni de rouvrir les églises. Pas besoin des foules aux messes de Noël s’y rendant après les agapes de Noël pour se distraire. D’ailleurs, aux temps des premiers chrétiens, les communautés étaient petites, quelques hommes, quelques femmes, guère plus que cinq. C’est donc plutôt en petits groupes, que la spiritualité prend tout son sens. Et c’est au moment où l’obscurité est la plus grande que même la plus petite lumière brille le plus fort.

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 3 commentaires
  • Hé les pros du foot : mollo sur la testo!

    Imprimer

    20201114225650347.jpgJe ne sais pas si vous avez suivi le match de football Suisse-Espagne hier soir (joli match) et si vous avez vibré aux deux arrêts de pénalty du gardien helvétique. Moi, oui. J'aime le football, qui rassemble les gens. 

    Un truc m'a chiffonné quand même, c'est de voir les joueur s'enlacer, se bécoter, se prendre le visage à pleines mains, se frotter les joues, les cheveux, les fesses, se coller les épaules lorsqu'ils marquent un but (ou en arrêtent un). La masculinité s'en donne à coeur joie : crachats, glaires sur le terrain. Alors oui, bien sûr il y a la tension, l'adrénaline, la joie, mais... en période de pandémie, ne faudrait-il pas les mettre un peu en veilleuse les éruptions de testo?

    Depuis des décennies on voit les joueurs s'agglutiner les uns aux autres pour se fêter, alors on comprend le poids du rituel. En même temps les messes sont suspendues, chacun fera Noël chez soi, on va plus au resto, il y aurait peut-être aussi moyen de la mettre en veilleuse  l'exultation viriliste, non?

    Après tout, beaucoup de professionnel-le-s ne peuvent  plus exercer leur métier. Celles et ceux qui le peuvent encore font très attention et sont soumis à des normes très strictes. S'ils réussissent un contrat, trouvent un vaccin, gagnent une élection, ou sauvent une vie à l'hôpital, on sait qu'ils et elles évitent de se sauter dessus à 10 pour s'embrasser. Alors, ça devrait être possible pour les footeux aussi, non ? Si les gens du commun le peuvent, pourquoi pas eux ? La décence ou la loi devraient les inviter à le faire.

    Ces joueurs, érigés en "modèles de société", s'exhibent devant des centaines de milliers de personnes cloîtrés dans leur salon, donnant encore une image de nouveaux riches au-dessus des règles. 

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Air du temps, Genève, Humeur 1 commentaire
  • Oui au contrôle élémentaire des entreprises multinationales

    Imprimer

    124864913_10159025167622728_8364362662442350170_n.jpgL’initiative pour des multinationales responsables demande quelque chose de simple : que les entreprises suisses respectent le droit humain et le droit du travail. Le principe de territorialité n’est pas une excuse pour fouler aux pieds ces droits et détruire l’environnement. Déchets toxiques provoquant des maladies graves, conditions de travail inhumaines dans les usines textiles, travail d’enfant dans les plantations de cacao. Le 29 novembre, nous avons le pouvoir de faire en sorte que certaines multinationales suisses n’utilisent plus le drapeau national pour masquer leurs méfaits. Ces multinationales peu scrupuleuses doivent être soumises à des normes contraignantes. Celles qui ne respectent pas la loi, en assumer les conséquences juridiques. L’économie et le profit ne peuvent être placées au-dessus du droit commun.

     

     

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Air du temps, Genève 1 commentaire
  • À distance certes, mais serrons-nous les coudes !

    Imprimer

    M2.2.png« Être sous le choc » est une expression française qui est rarement utilisée au pluriel. Pourtant, aujourd’hui, ce sont bien des chocs qui nous frappent. L’automne est rude. La deuxième vague, annoncée depuis ce printemps, nous percute avec une violence que les autorités cantonales ne semblaient pas avoir pleinement anticipée.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 3 commentaires
  • Pierre Maudet, coûteuse fuite en avant

    Imprimer

    IMG_1845 - copie.jpgEn pleine crise de la Covid-19, alors que plus que jamais nous avons besoin d'unité,  d'un Conseil d'État opérationnel et réactif, Pierre Maudet, qui, depuis deux ans mine le Conseil d'État et les institutions à Genève, joue une fois de plus sa carte personnelle, la seule qu'il connaisse, sans égard ni pour la collectivité, ni pour l'intérêt commun. 

    S'il annonce enfin démissionner, il se refuse à le faire avec effet immédiat, continuant de siéger au sein d'un collège au sein duquel il va mener une campagne personnelle, bénéficiant d'informations confidentielles, jouant sur plusieurs tableaux à la fois, minant encore et toujours la dynamique d'un gouvernement qui pourtant, plus que jamais, a besoin de travailler dans la confiance, sans se soucier des éruptions égotique d'un seul.   

    L'unique décision digne de Monsieur Maudet aurait été de tirer les conclusions de ses mensonges et magouilles et annoncer sa démission avec effet immédiat. Cela aurait permis de faire l'économie, pour la collectivité, de sa candidature à sa propre succession. Il a certes le droit de le faire, comme il a le droit de continuer à toucher un salaire pour ne rien faire. Personne ne peut l'en empêcher. Il montre toutefois, en faisant cela, sa complète faillite morale et le peu de cas qu'il fait du bien commun et de nos institutions. Genève n'est pas une monarchie, c'est une République. Elle ne se réduit pas au service, ni à la folie, d'un seul. 

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 36 commentaires
  • Préserver la vie, à tout prix

    Imprimer

    IMG_6410.jpegLe Point épidémiologique hebdomadaire du Canton de Genève, publié le 22 octobre, est très alarmant. Le temps de doublement des nouvelles hospitalisations est passé à 4 jours, dénotant une accélération rapide de la progression épidémique. Les clusters sont très nombreux et concernent tous les milieux : familiaux, professionnels, scolaires, médicaux, de loisirs, et lieux de vie pour personnes âgées. Le nombre élevé de nouveaux cas positifs ne permet plus d’identifier et analyser tous les clusters. Les mauvaises nouvelles s’accumulent. Les cas de Covid augmentent rapidement, les décès également. La montée en flèche des cas positifs fait peser une lourde pression sur le système de santé.  Les délais d’attente pour se faire tester se comptent en jours. La capacité de traçage est noyée sous les cas. Les professionnel·les du domaine tirent la sonnette d’alarme. Si rien n’est fait immédiatement pour infléchir la courbe des infections, on va dans le mur.

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 10 commentaires
  • Merci, Georges

    Imprimer

    8841747.image.jpgGeorges Haldas est décédé voilà 10 ans, le 24 octobre 2010. Il repose au cimetière des rois. Une tombe simple, à l'image de l'homme qu'il était : modeste.

    Une brève chronique sur la radio suisse romande ce matin m'a rappelé l'anniversaire de sa mort. Cela m'a conduit à me souvenir des jours où je l'ai croisé et de l'unique fois où j'étais allé chez lui. C'était au Mont-sur-Lausanne. Il m'avait ouvert sa porte. J'étais jeune étudiant. Je n'étais personne. C'est dire la modestie du bonhomme. Il s'était servi un verre de chianti. Je me souviens de ses lunettes à gros foyer, d'un vieux cendrier où il faisait tomber ses cendres, y frottait son cigare. Je me souviens de sa gentillesse, et du rappel à la persévérance qu'il m'avait communiqué : fais ce que tu veux faire mais fais le bien. Je n'ai jamais oublié cette rencontre. Le bonhomme, sa chaleur, sa générosité. 

    J'avais lu tous les livres de lui que j'avais pu trouver. Par ses chroniques, Georges m'avait éclairé, et par sa poésie, transmis une manière de voir le monde, de ressentir les choses, avec la volonté tenace de les nommer. Georges m'avait fait découvrir l'importance d'investir une langue et que celle-ci se façonnait, par l'exercice, au travers d'une ascèse : l'écriture, qui permettait de se situer, s'orienter dans le temps et l'espace. Georges m'avait ouvert à la possibilité d'avoir une langue et d'ouvrir la porte de l'enclos, en offrant la clé. 

    La langue permettait de (se) comprendre, (se) construire, avec les autres. Elle était également un territoire. - Habiter sa langue- : disposer d'une sorte de patrie portative.

    La langue, grâce à lui, m'était devenue familière. Un territoire et un espace que je pouvais occuper et travailler. Bref : une appartenance. Mieux encore, Georges m'avait ouvert à la transcendance. Sa langue était prière, méditation. Il décrivait les autres, mais aussi l'Autre (avec un grand A) et se tenait au point d'intersection entre l'introspection et l'élévation. "Vis selon ce que tu pressens et crois. Avance dans la voie dont tu sais qu'elle ne peut être que la tienne. Le reste te sera donné de surcroît"  

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Littérature 0 commentaire
  • Des soignant-e-s bien mal soigné-e-s !

    Imprimer

    1ecc5b84-ad60-469b-a78f-4dbb881fc030.jpgPour davantage de postes de soignants aux HUG, pour une meilleure qualité des soins et des conditions de travail dignes ! Cette pétition [1] demande une reconnaissance du travail des soignant-e-s. Discutée en commission du Grand Conseil, elle y a été sèchement balayée par la droite cet automne, entre deux vagues de Covid-19. Prendre soin des soignant-e-s est pourtant plus que jamais vital et nous concerne toutes et tous. Le coup de couteau dans le dos du Conseil d'État (baisse des salaires) et de la droite parlementaire à celles et ceux qui sont au front n'est pas acceptable. 

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 9 commentaires
  • A quel saint se vouer?

    Imprimer

    Princ-25-500x500.jpgLa nécessité légale de dissimuler une partie de son visage oblige à faire un parallèle avec celles et ceux qui, hier, s'opposaient au port du voile pour des communautés religieuses et voulaient le bannir jusque dans l'espace public.

    La force avec laquelle le port du masque est aujourd'hui imposé par l'État démontre la variabilité et la rapidité avec laquelle les choses changent ; la nécessaire adaptation dont l'humain fait preuve pour vivre et survivre. La flexibilité des règles et valeurs qu'il se donne. 

    Certains légitimaient par la défense de "valeurs", la nécessité de montrer son visage. Ils invitent aujourd'hui à se voiler au nom de la santé. Les fondamentalistes laïc, les prescripteurs du visage nu s'agenouillent sans souci devant le voile. Cocasse. 

    Que n'a-t-on pas entendu de la part des anti-masques pour refuser d'accepter que des gens se couvrent la face?  De la tradition de nos pays de montrer un visage découvert, d'un prétendu héritage chrétien, à la volonté de lutter contre le hooliganisme, les black bloc ou la burka. Et que redécouvre-t-on ? Que le voile est désormais utile, un must imposé par l'Office fédéral de la santé publique. LOL.

    Nos grands-mères portaient des fichus dans les campagnes pour se protéger du soleil et des poussières. Ce bout de tissu tant décrié est désormais imposé de force sous menace de l'amende, partout, par nos autorités. Les mêmes qui hurlaient à l'oppression des femmes imposent à toutes et tous de se couvrir le visage. Ils réajustent le masque de leurs ados quand ces derniers passent la porte de la maison. Le masque a naturellement pris place sur les bouches et le nez, avec même des allelouias quand, sur le tarmac de l'aéroport de Cointrin, des gros porteurs atterrissent, chargés de masques chinois. 

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Air du temps 0 commentaire
  • Évacuer maintenant !

    Imprimer

    MORIAMANIF2.jpgSamedi dernier a eu lieu sur la Place fédérale à Berne un rassemblement national organisé par la coalition #evacuer-maintenant. Les organisations militant en faveur du soutien des villes suisses à l’accueil des réfugié·es du camp de Moria sur l’île de Lesbos en Grèce exigeaient la fin de la situation inhumaine dans le nouveau camp mis en place suite aux incendies de septembre. L’utilisation de l’argent des contribuables suisses pour construire un deuxième camp sur un champ de tir militaire a été dénoncée ainsi que les conditions de vie des réfugié·es. Plusieurs centaines de personnes étaient présentes pour rappeler l’urgence à ce que notre pays fasse davantage qu’une charité à distance.

     

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Cher Monsieur Poggia

    Imprimer

    Monsieur le Conseiller d'État, cher Monsieur Poggia, 
     
    Je vous ai entendu cette semaine menacer directement la vie privée des gens, et faire peser sur eux l'interdiction de se réunir dans leur sphère privé. Je vous ai vu, une fois de plus (cela avait déjà été le cas lors de la manifestation cycliste à Plainpalais au mois de juin) aller au-delà de ce que la loi vous autorise pour vous en prendre à des concitoyen-ne-s, à leurs libertés fondamentales, et les menacer d'amende pour les intimer de suivre vos "recommandations". Cette manière de faire est contre-productive, pire elle menace directement la santé de nos concitoyennes et concitoyens. 
     
     
     
     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 0 commentaire
  • Paul Biya : le tribunal plutôt que l'Intercontinental!

    Imprimer

    Unknown.jpgDepuis le 22 septembre, le peuple camerounais manifeste pacifiquement au Cameroun mais aussi dans les capitales occidentales et africaines pour appeler à la démission du dictateur Paul Biya, en poste depuis 38 ans! Le gouvernement de Biya entend réprimer violemment ces manifestations pacifiques, y compris dans le sang comme il l'a fait dans les régions anglaises du Cameroun (Ambazonie) depuis septembre 2017, avec plus de 3'000 morts à la clé.[1]

    Le président de facto du Cameroun, le dictateur Paul Biya, 88 ans, est porté disparu depuis plusieurs mois maintenant, soit depuis le déclenchement de la pandémie de la Covid-19 au Cameroun. Ses quelques apparitions minutées à la télévision nationale, faisant mine de recevoir notamment quelques diplomates internationaux, n'ont pas convaincu l'opinion publique de sa capacité à continuer à gouverner l'État du Cameroun. Le peuple camerounais a aujourd'hui besoin du soutien et de la solidarité de la communauté internationale. Tous les gens de bonne volonté doivent condamner les dérives du régime de Biya, et accompagner le peuple camerounais dans sa libération de l'un des plus anciens dictateur du monde, de 1982 à ce jour! Ce serait aussi la meilleure manière de mettre fin au génocide en cours assumé par M. Biya Paul et son régime dans les régions anglophones du Cameroun depuis 2017.

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 0 commentaire
  • Critical mass : stop répression gratuite

    Imprimer

    118373902_10158440174341826_6661456991947542292_n.jpgUne fois pas mois, le dernier vendredi, des cyclistes se réunissent pour rouler dans la ville. Cela s'appelle une Critical mass. Mais cela se passe aussi fréquemment le samedi, ou  le dimanche matin, et cela s'appelle... un peloton cycliste. Rien ne les distingue, et il ne viendrait à l'idée de personne de devoir faire une demande d'autorisation pour aller rouler avec son club cycliste ou à l'appel de son association de quartier pour une balade à vélo. Une autre différence notable également est la mobilisation massive de la police qui cible une seule réunion de cycliste, celle du vendredi, engageant des dizaines de policiers dans une stratégie de la tension contre-productive. 

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • Urgence Covid ! (patientez s'il vous plaît?)

    Imprimer

    IMG_5327.jpgUne association organise une conférence. La personne qui vient la donner réside à Paris. Est-il nécessaire de faire une demande de dérogation afin qu'elle ne soit pas mise en quarantaine à son arrivée ?

    A cette question simple, j'ai cherché une réponse rapide. Mon premier réflexe fut de taper Information Covid Genève sur mon ordinateur. Je suis immédiatement tombé sur la hotline genevoise, ligne d'information genevoise dédiée à la Covid-19 0800 909 400. Facile!

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Ferraris et sans abris

    Imprimer

    IMG_6002.jpgCette photo a été prise le dimanche 30 août 2020 dans le quartier de la Servette. Une Ferrari (rouge évidemment, le conformisme fétichiste de l'objet l'impose), ayant payé son dû au parcmètre,  occupe l'espace public, suscitant les regards curieux et les photographies des gamins du quartier. Ce qui ne se voit pas et ce que personne ne veut constater c'est, en contre-bas, la literie improvisée d'une personne sans abri dormant devant l'entrée de la paroisse. L'envers du décors.  

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Air du temps, Genève 0 commentaire
  • Pour une allocation de rentrée scolaire cantonale !

    Imprimer

    1575299520-famille-nombreuse-vacances.jpgAu coeur d'une crise sanitaire depuis plusieurs mois, nous affrontons également une importante crise sociale, qui va probablement s'inscrire dans la durée. Le ralentissement brutal de l'économie a en effet eu des impacts sociaux très forts qui se sont manifestés par une hausse considérable du recours aux prestations sous condition de ressources. L'Hospice général a ainsi connu une hausse de près de 1000 dossiers (soit 1745 personnes) en l'espace de quelques semaines. 

    Il est aujourd'hui nécessaire de soutenir financièrement les familles avec enfants en situation de précarité, focale qui n'a pour l'instant que peu été prise en compte.[1] Chaque année, la rentrée scolaire engendre de nombreux sacrifices pour les familles, notamment parce qu’elle représente une dépense importante dans leur budget. L’achat des fournitures, mais aussi de vêtements ou d’outils informatiques devenus indispensables, ne cesse de peser de manière croissante sur les finances des familles. La Ville de Genève l’a bien compris, qui a instauré une allocation de rentrée scolaire depuis 2012 déjà.[2] Mais qu’en est-il des autres communes ?[3] Il n'est pas juste qu'une famille perde son allocation de rentrée scolaire si elle change de commune. Le Parti socialiste a donc déposé un projet de loi pour une allocation de rentrée scolairee d'un montant de 200.- par enfant pour la rentrée 2020. 

     

     

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • "Dix petits nègres" retrouve son rythme

    Imprimer

    004948886_1-e9d0f0522b6cadd1310d048ce19ae4c8.png"Dix petits nègres" d'Agatha Christie change de nom en français. Aucun soucis avec ça, bien au contraire. La phrase de l'arrière-petit-fils de la romancière est pleine de bon sens : "Mon avis, c'est qu'Agatha Christie était avant tout là pour divertir et elle n'aurait pas aimé l'idée que quelqu'un soit blessé par une de ses tournures de phrases (...) Ça a du sens pour moi: je ne voudrais pas d'un titre qui détourne l'attention de son travail. Si une seule personne ressentait cela, ce serait déjà trop!"[1]. Dont acte. Certains s'en offusquent. Au nom de quoi ? 

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 0 commentaire
  • Covid-19 : Genève condamnée à être cancre de Suisse?

    Imprimer

    EAF7C927-0D7F-4165-9256-3B874E632235.JPGLa situation de Genève inquiète Berne[1]. Genève est la triste leader du nombre de contaminations au Covid-19, devançant Vaud et Zürich. Notre canton est trois fois plus touché par l'épidémie que le reste du pays. L'OFSP rappelle que la majorité des contaminations ont lieu dans les familles ou sur le lieu de travail. L'échec des autorités à juguler les cas de contamination montre clairement les limites d'un discours stigmatisant certaines minorités (les jeunes, les frontaliers), menaçant (amendes, punitions, sanctions), ou passif (la faute à la malchance selon Monsieur Poggia). A ce jour, la stratégie pour contenir les contaminations échoue. Pourquoi ? 

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Air du temps, Genève 0 commentaire
  • Stop à la stigmatisation "des jeunes"

    Imprimer

    logo200.pngDans Le Matin Dimanche, le magistrat de la police et de la santé Mauro Poggia s’en est pris aux jeunes. Il a mis en garde contre la tenue de "rave parties" les interprétant comme "zones de non-droit" et a déclaré qu'il y a : "de plus en plus de groupes de jeunes, sur le territoire genevois, qui n'ont aucun respect pour l'autorité". Cette façon de stigmatiser les jeunes n'est pas acceptable. 


    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Air du temps, Genève, Humeur 0 commentaire
  • Joyeux quatre août à toutes et tous !

    Imprimer

    IMG_2969.JPGCe premier août pas comme les autres nous a permis de repenser les bases qui fondent notre vivre ensemble, nous interroger sur ce qui nous lie et ce que doit être l'avenir de la Suisse. Les discours ont été nombreux, les prises de positions ambitieuses, à l'occasion d'un premier août forcément marqué par la crise du Covid-19. Notre présidente de la confédération, Simonetta Sommaruga, a remercié les Suissesses et les Suisses pour leur solidarité pendant la pandémie. Elle a appelé samedi chacune et chacun à prendre ses responsabilités face à une nouvelle hausse des infections liées au Covid-19.[1] A Genève, la Ville a organisé un événement original cette année en répartissant les festivités sur huit sites différents avec arts de rue, musique et performances, ainsi qu’une partie officielle dont l'invitée d’honneur était la vice-présidente de la section genevoise de l’Association suisse des infirmières et infirmiers, Mme Patricia Borrero. Cette dernière a rappelé le rôle crucial joué par les infirmières et infirmiers, les risques pris par les soignant-e-s dans des conditions de travail extrême.

    Aux côtés des infirmières et infirmiers, il faut encore rappeler le rôle joué par les employé-e-s des transports publics, des supermarchés, des pharmacies, des corps de la police ou des pompiers, de la voirie; des enseignant-e-s ayant donné des cours à distance, des facteurs ayant apporté des colis à domicile, etc. Cet engagement sans faille doit se marquer par de meilleures conditions de travail pour ces corps de métier et davantage de reconnaissance.

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire