sylvain thévoz

31/12/2014

100 bonnes raisons de fêter la nouvelle année ( à l'attention des grincheux)

Parce que c'est peut-être la dernière fois.


Parce que les voisins n'oseront pas appeler la police avant 3 ou 4 heures du matin. (j'en fais le pari, les miens sont désormais prévenus).

Parce que la police n'osera pas venir. Pas un 31 quand même...


Parce que même le foot et le hockey sont en arrêt à la télé. Tu veux vraiment regarder des dessins animés le soir de Nouvel An?

Parce que c'est en chantant que l'on devient chanteur, en dansant que l'on devient danseur, en fêtant que l'on est joyeux, et...en se souhaitant la bonne année qu'elle le sera... enfin, je le crois.


Parce qu'on en fait un tel foin, à la radio, la télé, au bistrot du coin, qu'on n'y échappera pas.

Tout animal a trois modes de réaction à l'agression : la fuite, la soumission et l'attaque. On ne va quand même pas, un 31, mordre celui qui nous souhaite la bonne année, reculer dans les bois face au grand saut ?

Parce que le tricot peut attendre.


Bachar El Assad toute l'année, ça ne te suffit pas? Tu veux vraiment lui donner l'emprise sur toutes, TOUTES, tes soirées ?


"Une maille à l'endroit, une maille à l'envers" peut être pratiqué dans l'espace public aussi.

Parce qu'il n'y a de toute façon plus d'autre thème qui vaille, ni de sujet de conversation. Le réveillon, c'est un raz-de-marée. Il faut nécessairement qu'il recule avant d'aller se promener pour ramasser des coquillages sur la plage.


Tu n'as pas assez vu la tête de Poutine cette année?

Pour s'éviter la honte de : alors tu as fait quoi? - autant s'occuper-.

J'ai mangé un pot de yogourt en regardant la télé avant d'aller me coucher n'est pas une excuse valable. On n'est pas rebelle en mettant ses chaussons, en tirant les rideaux et montant le chauffage.... même un 31.

C'est pas parce que tu es grincheux que tu es cool.


La rébellion réside dans la joie.

Alain Morisod n'est pas un compagnon de réveillon digne de ce nom.


C'est pas l'Homme qui fait le réveillon, c'est le réveillon qui fait l'Homme chantait bien Renaud.


Si tu ne veux pas faire comme les autres, invente quelque chose de neuf.

Parce que réveillonner est la fête sociale par excellence. La vivre seul, c'est un onanisme social bon pour l'église catholique. C'est un truc à finir sourd, barricadé chez soi, avec les urgences médicales à la porte (que tu n'entendras même plus).

Les chrétiens ont Noël, il faut bien que les païens résistent.

Cela fait trop longtemps que l'on n'a plus entendu Bonnie Tyler, Abba et Boney M dans la même soirée (même si, en général, ils chantent ensemble)

Mieux vaut une bonne cuite que la schizophrénie. A force de balancer entre je fête je fête pas, il faut trancher.

Si tu restes dans ton lit à écouter Brassens (qui a écrit une chanson sur son aversion du 14 juillet, pas sur le réveillon, je rappelle) il faut au minimum un chat et une pipe.

Parce qu'avec tout ce que tu manges depuis des semaines, de repas en soupers de famille, tu doit danser un peu aussi.

Souffler sur ses doigts dans le froid, ça active la circulation. L'exercice, est bon pour la santé.Tu pourras te luger à 4 heures du matin.

Personne n'a pris un rhume après avoir été arrosé de champagne un soir d'hiver. Tu peux te croire à Spa Francorchamps ou au sommet de l'Alpe d'Huez quand on te salue au mousseux.


Parce que ce n'est pas le 31 qu'il faut faire fonctionner tes neurones, mais tout le reste de l'année.

Parce que même si le prosecco vient de Denner et que ta femme en profite pour en embrasser d'autres (ne fais pas ton grincheux, elle a raison de s'amuser) le 31 c'est une part de rêve, et tu te réveilleras toujours demain, avec ou sans confettis dans les cheveux.  


Tu trouves toujours que les gens font la gueule. Pourquoi prendre une mine renfrognée quand tout le monde te sourit?

Puisque tu râles au quotidien qu'on ne se dit plus bonjour, ne se tient plus les portes, ne se lève plus dans le bus afin que les anciens s'assoient. Ce soir tu peux dire "bonne année" à une foule d'inconnus, faire de nouvelles rencontres, embrasser quiconque, profites-en!

Tu trouves que c'est trop forcé, que c'est artificiel? Quand on t'aura mis une valve aortique en métal, tu changeras peut-être d'avis. 

Parce qu'il y a des gens dans des hôpitaux qui ne peuvent même plus remuer le petit doigt, et qui n'arriveront pas à minuit.

Parce que tu peux faire un compte à rebours dans la joie, c'est si rare aujourd'hui.

Parce que tu peux chanter, rire, faire l'amour si tu veux. L'orgasme de minuit, c'est un joli feu d'artifice....  

Parce qu'on est contraint de bosser pour gagner sa vie. Pour une fois que tu es obligé de chanter et danser, tu aurais tort de t'en priver.

Mieux vaut fêter le 31 que bosser le 5 janvier.

Ecrire un texte là-dessus, j'aurais peut-être pu m'en passer, oui c'est vrai. Tu as raison mon grincheux, allez  :

BONNE ANNEE! SOIS HEUREUX !


http://www.ville-geneve.ch/mairie-geneve/manifestations-evenements/nouvel/

 

11:11 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : réveillon, nouvelle année, paillettes et champagne | |  Facebook |  Imprimer | | |

29/12/2013

Tu fais quoi le 31 décembre?

geneve-fete-le-31-flyer.jpgTu fais quoi le 31 décembre? T'as un plan? C'est la question qui est en général sur toutes les bouches deux ou trois jours avant la fin de l'année. Les réponses sont multiples. Entre ceux qui, depuis longtemps, ont prévu une escapade loin de la ville, ceux qui filent à la montagne, qui verront bien à la dernière minute, ou ceux qui aimeraient bien mais n'ont pas l'argent, les options et les possibilités sont multiples. Il y a probablement autant de manière de planifier son réveillon que... de le rater. 

Il y a aussi ceux qui n'ont pas de projets, ne veulent pas choisir, préfèrent se laisser emporter par l'instant, les propositions de dernière minutes, saisir les invitations qui viendront (ou pas). Ceux que le 31 décembre rebute, écoeure, fatigue, avec ses aspects clinquants, forcés:  "Ce soir on s'amuse" et pour lesquels réveillon rime plutôt avec "je me terre, je fais le mort, et j'attends que ça passe".

Un 31 décembre en solitaire ?

Subir la pression sociale qui veut que le 31, par définition, est joyeux, festif n'est pas simple. Faire la fête le dernier jour de l'année en solitaire : pas à la porté de tous. Vous avez déjà essayé de faire le 31 décembre devant votre télé et d'attendre les 12 coups avant d'aller vous coucher? L'isolement, le sentiment d'exclusion est renforcé durant les fêtes. Pour celles et ceux qui n'ont pas de réseaux ou de moyens d'agrémenter leurs solitudes, c'est la galère. Les lieux habituels sont fermés, la ville ralentit, les familles se regroupent, les solitudes s'accroissent. On se souviendra, en riant jaune, du film " Le père Noël est une ordure". On se rappellera que le temps des fêtes est aussi celui des solitudes et de l'isolement, un temps de fragilisation et d'augmentation des conduites à risques. 

Bilan de l'année ou bilan de vie?

Nouvel An, c'est aussi le moment de l'année où l'on fait les bilans, subit les innombrables rétrospectives (et moi dans tout ça qu'est-ce que j'ai fait?) où l'on constate que l'on n'est pas le superman Suisse de l'année (Wavrinka) -ah bon?- ou Genevois (Dicker); tiens donc, il n'y a pas de catégorie féminine ? Le 31 décembre, moment où l'on se prend en face la réalité compacte de sa situation sociale. Fêtes des familles séparées, des deuils de l'année, fêtes où l'on-aimerait-bien- oublier-mais-où-l'on-n'y-parvient-jamais-tout-à-fait, fêtes où l'on remarque les absents; papas en prisons, sans travail, mamans éloignées, où les expatriée-e-s ne sont jamais autant sans patrie, et où la helpline suicide des HUG marche à plein (022.372.42.42) 24h sur 24 et 7 jours sur 7.  Alors: Tu fais quoi le 31? Certains s'inventent des plans, pour ne pas dire qu'ils ne font rien, et qu'ils sont seuls sans l'avoir vraiment choisi.


Bravo la Ville de Genève!

Dans ce contexte difficile, bravo à la Ville de Genève qui a compris que le 31 décembre n'est pas un jour comme les autres, et pas qu'une fête. Malgré les rabat-joie de droite, qui pensent peut-être que tout le monde a une famille ou du fric pour s'évader. Exemple: Eric Bertinat, UDC, pour qui le 31 décembre ne peut être qu'un bastringue de musique électro avec des gens bourrés, pétés à l'alcool ou au cannabis, ou Adrien Genecand (PLR) pour qui la Ville n'a pas à se soucier des personnes qui n'ont pas 50 balles pour aller danser, ou des solitudes qui n'ont nulle part où aller un soir de réveillon. Tous deux ne voient que le côté "divertissant" de cette fête tout en jouant les pisse-froid. Triste. Mais puisque le 31 décembre est aussi une fête, qui dit fête, dit évidemment possibles excès, et tant mieux si ceux-ci sont encadrés et canalisés en un lieu.

Bravo à la Ville de Genève de préparer cette fête d'une manière créative bien loin du fantasme des "botellon géant" que craignent ces élus de droite. Bravo à la Ville qui prend ses responsabilités de collectivité publique. Bravo à elle qui sait qu'organiser une fête populaire, gratuite, sur la plaine de Plainpalais est important. Celles et ceux qui ne savent pas où aller, ne peuvent aller nulle part, ou tout simplement veulent faire la fête dans leur Ville sans débourser des centaines de francs, pourront le faire. Et puis, n'est-il pas de la responsabilité de la Ville de Genève, qui se targue de son rang international et de cité d'importance, d'offrir à celles et ceux pour qui notre territoire est avant tout un lieu de transit ou d'accueil et qui de fait sont loin de leurs familles, de commémorer le passage à l'année nouvelle avec d'autres? Et de faire ainsi de l'espace publique autre chose qu'un espace désert, silencieux, et froid?  

Une fête simple et conviviale

Le programme du réveillon sur la plainte de Plainpalais est simple, diversifié, et convivial. Installation d'une grande scène à la pointe de la plaine, avec en début de soirée Aliose, groupe suisse, aux textes poétiques. Place ensuite à de la musique rock-funk-disco des années 70 à nos jours puis vibrations électros jusqu'à 2h du matin. Petit plus: possibilité de transmettre ses voeux (textes, photos, vidéos) en direct et sur grand écran le soir de la fête en utilisant le hashtag #31GE sur les réseaux sociaux (instagram, facebook, google + etc.,). Sympa!


Je ne sais pas si j'irai faire la fête le 31 décembre sur la plaine de Plainpalais, mais savoir qu'elle existe, qu'il y aura là quelque chose plutôt que rien, un espace gratuit pour aller marquer le coup, est réjouissant.

Bravo et merci à la Ville, à celles et ceux qui travailleront ce soir là pour la collectivité; pour qui faire la fête c'est aussi la faire pour d'autres, et bonne année à toutes et tous! 

http://www.ville-geneve.ch/mairie-geneve/manifestations-evenements/fete-31-decembre-2013/

 

 

18:06 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : 31 décembre, réveillon, genève, genecand, bertinat, #31ge, 2014, joyeuse année, nouvel an | |  Facebook |  Imprimer | | |