sylvain thévoz

10/04/2017

Décalages de Pâques

décalages,poésie,littérature

Dire, c'est décaper.

C'est être décentré par le décalage entre ce qui est montré et ce qui est vécu, ce qui est articulé et ce qui est mâché; entre ce qui est cherché et trouvé, ce qui est mis sur la porte et ce que les invités y lisent, ce qui est commandé et ce qui est livré, entre le départ du mot et le temps qu'il prend pour passer, d'une bouche à une oreille, et qui sait: avec l'écoute... 

 

 

Rien ne suppose que quoi que ce soit puisse être lisse harmonieux, à tout le moins audible. Et rien ne laisse croire qu'une traduction puisse se passer sans ratures, raccrocs, reprises, rehaussement. En un mot : sans dialogue...       

Dire vient, par défaut, en boitant bas, avec un manque de moyens et un refus du masque, pour amplifier l'écho du monde. Non pour établir quoi que ce soit, s'afficher ou glorifier, mais pour entrer dans l'intime et le fragile dans un mouvement qui ressemble à celui des vents, de déplacements sans véritable progression, refusant d'envisager autre chose que de glisser, encore, et de ce mouvement, se miniaturiser et se déployer à la fois.    

Dire, pourtant, c'est agir dans ce décalage entre ce qui est nommé et ce qui se tait, entre l'agir et le penser, la courbe et l'arrivée; entre le son et le souffle, là où se trouve encore logé le soupir ou le bégaiement. 

 

Décalages entre la réalité des êtres, profondeur et complexité, et les images que l'on s'en fait; les petites cages et cadres serrés.

Décalages entre l'être et l'objet, entre ce qui les rend absolument distinct. Et résistance à toutes les forces qui cherchent à les confondre.

Décalages entre les bouts de soi et le soi entier, entre un mot et la phrase. Entre l'immédiateté du vouloir et la part du phrasé, entre une victoire ou la défaite, le désir et la contrainte.

Décalages poussant à exprimer, tout simplement, ce qui n'a pas de nom et ne peut en avoir, ce qui invite à prendre et à laisser et qui, sitôt désigné, à peine effleuré, repart ailleurs, d'un bond, comme un animal de la forêt se glisse hors du faisceau des phares.

Décalage entre le bond et le surgissement, entre ce qui est dit et ce qui appelle, encore.

Décalages entre les palmes et le sang des rameaux.

Décalages.

Conditions de l'être. 

 

 

...............................

www.sylvainthevoz.ch

 

 

 

 

 

 

11:06 Publié dans Littérature | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : décalages, poésie, littérature | |  Facebook |  Imprimer | | |

12/03/2017

Pourquoi je l'aime

poésie,écriture,silenceJe l'aime, parce qu'elle ne cherche pas à parler la première, ni ne s'oblige à terminer une conversation.

Elle n'a pas besoin de clôture ou de panneaux d'orientation.

Je l'aime, car elle ne se sert pas de la parole comme d'un burin ou d'un marteau, mais comme si elle en était travaillée. Elle est l'outil de la parole, sa propre finalité. Elle ne communique pas, elle délivre. Elle ne convainc pas, elle offre.

Je l'aime, parce qu'elle se laisse travailler par celui qui s'en approche, s'affine à son contact, agrandit celui qui la cherche. Pour sa confiance, sa quête d'authenticité. Parce qu'elle sait se laisser trouver, je l'aime.

Je l'aime, parce qu'elle me donne le sentiment d'être toujours au commencement du commencement, au tout début, et que la source est toujours de biais. 

Je l'aime, parce qu'elle ne cherche ni à dominer ou contrôler, à rameuter ou refuser. Parce qu'elle n'a rien de chiche, de comptable, de rétréci ou rabougri; rien de la meute ou du clan, du badge, du code-barre, ou code d'entrée.

Je l'aime, parce qu'elle n'a ni nation, ni drapeau, ni troupes à son service, mais sert les plus détraqués et démunis: les lunatiques, les sensibles, les rêveurs, les épuisés: nous tous. Parce qu'elle est toujours un don, une gratuité, une présence et une option.  

Je l'aime, parce que la parole ne lui appartient pas. Elle l'accueille seulement, la relaie. Quand elle en est parcourue, tout le monde le ressent, c'est un frisson. La parole la traverse simplement. Elle va son chemin. Elle n'accapare rien.

Elle ouvre sa maison comme si elle s'étonnait qu'on puisse s'arrêter chez elle, y trouver un intérêt quelconque. Elle illumine tout, le plus simple le plus quotidien. Elle a sûrement préparé la table, pris soin de son intérieur, décoré joliment les choses, déposé quelques fleurs sur le rebord de la fenêtre, mais la parole aurait aussi pu ne jamais venir. Parfois elle se moque des maisons trop bien rangées.

Je l'aime, parce qu'elle peut attendre sans impatience et donner sans recevoir. Elle est un souffle, un nid pour l'innomé. Parfois rien ne vient. Ce n'est pas cela qui importe. Elle permet de retrouver ce qui est perdu.  

Je l'aime, parce qu'elle reconnaît les larmes, les rires, les silences, les prières et les insomnies comme le pouls du monde. 

Je l'aime, parce qu'elle sait accueillir et dire au-revoir à la parole sans s'y attacher, comme si elle la connaissait depuis longtemps et ne s'étonnait plus qu'elle vienne ainsi, à petits pas, à bas bruit, comme un oiseau, un animal de la forêt, bouleverse tout parfois. Je l'aime parce qu'elle connaît la profondeur de la perte. Je l'aime parce qu'elle peut tout reprendre, chambouler.

Elle découvre ce qui la visite, à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit, avec l'innocence de l'enfant. Elle sait que les horloges des humains n'ont pas le dernier mot sur le temps. Je l'aime, parce qu'elle ne retient rien, ne contrôle pas, ne planifie jamais.

Je l'aime, parce qu'elle connaît la liberté, le vertige et le désir, et qu'elle refuse l'imposition. Elle sait de quoi est faite la peur. 

Je l'aime, parce qu'elle sait dire l'amour, le silence et la mort, qui sont toute la vie.

Je l'aime parce qu'elle sait se passer des mots aussi, se faire note, oscillation, arbre, couleur, ou simple son.

Je l'aime, enfin, parce que je crois qu'elle nous survit, nous dépasse et nous agrandit; parce qu'elle est l'absence la plus présente qui soit. 

La poésie.

 

http://printempspoesie.ch/wordpress

 

Photo : Eric Roset www.eric-roset.ch

....................................................

www.sylvainthevoz.ch

14:38 Publié dans Genève, Humeur, Littérature | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poésie, écriture, silence | |  Facebook |  Imprimer | | |

21/08/2016

Heureux ou pas, Europa

Pas l'Europe économique[1], l'Europe politique, pas l’Europe technocratique, l’Europe mécanique, pas l’Europe des clics, du toc du fric. Pas l’Europe forteresse, des cimetières marins, cales sèches. Pas l’Europe des bourses, des blocs, des pieds d’argile avec jolies baskets, des bunkers et frontières. Pas l’Europe sans fenêtres, sans passe partout. Pas l’Europe des routes barrées, barbelés et centres de tri, sans champs de luzerne et de blé. Pas l’Europe des lieux de rétention, des satellites sans soleils, des usines de viande, de la jungle de Calais, et au cœur : plus rien.[2]

Pas l’Europe des pinèdes coupées, des vallées sans issues, des chiens à trois pattes, des lignes à grande vitesse, des rondins retournés. Pas l’Europe sans antennes mystiques, sans tiges souples et bourgeons. Pas d’Europe sans horizon, pas d’horizon sans ascendance, pas d’ascendance sans recueillement. Pas d’Europe sans désir commun, pas de désir sans amour, pas de lumière sans regard intérieur. Pas l’Europe du néant, sans base ou sommet, balançoires libres.    

Pas l’Europe des cœurs cuits. Pas l’Europe des mineurs sans accompagnants, des docteurs qui font le ménage, des ménagères abusées. Pas l’Europe centralisée, aux étoiles effilées, aux étoles étourdies, sans Erri De Luca. Pas l’Europe des écrans, des oiseaux nucléaires, des graphiques abstraits.

Pas l’Europe fin de siècle, négationniste, du c’était mieux avant, maintenant on retourne en arrière. Pas l’Europe du reflux. Pas l’Europe néocoloniale, style 2035 qui répète cent ans après, du balais.

Pas l’Europe suprématiste, neurasthénique, sexiste. Pas l’Europe lepéniste, capitaliste, productiviste. Pas l’Europe antisémite, islamophobe, raciste, de l’inimité et du repli. Pas l’Europe matérialiste et brutale, nationaliste, du bug du rot de l’UDC, de la colique, à la presse anémique.

Pas l’Europe qui bégaie. Pas l’Europe militaire, va-t-en guerre donc ailleurs, aux œillères, effrayée, épileptique. Pas l’Europe des tiques, de la meute et mimétiste, des hamsters, des ghettos.

Pas l’Europe de la bouffe lyophilisée, des cartons renversés, des abattoirs glauques, des centres commerciaux et des gares de triage : casinos et cloisonnements. Pas l’Europe qui répète et s’enraie. Pas d’Europe sans ciel bleu, sans merles et guirlandes. Pas d’Europe sans heureux, pas d’heureux sans Europa, pas d’Europe sans changement de rythme, sans Char ou Eluard. Pas d’Europe sans poésie, sans rêve et nuits fleuries, sans graines et sans semis, sans Pavese Pessoa Pasolini, sans héritage ou futur. Pas d’Europe au présent, sans le souffle, amis.


Pour l’Europe du oui, de l’esprit et du cœur. Pour l’Europe du rythme inspiré, du partage et du risque naïf. Pour la gentillesse puissante, la tendresse des bêtes, les cadenas ouverts.

Pour le sel sous les pieds, pour l’huile dans les paumes, le don sans partage. Pour l’Europe des paroles sensibles, des murmures à l’accueil, l’Europe des livres, des bibles, des Corans, des rouleaux de méditation et portes ouvertes.

Pour l’Europe d'Ernst Bloch, colorée et métisse. Pour l’Europe des lynx, des abeilles et des ours. Pour l’Europe de la ruche, humaniste. Pour l’Europe créative qui débute au pollen, à la craie. Pour l’Europe de l’amour, des ermites, du silence, des refuges et des ponts.

Pour l’Europe passionnelle, sensuelle. Pour Europa ou pas, la large joie. Pour le cri primal, les sangles levées et la bride abattue, l’Europe échevelée.

Pour l’Europe des chamois sur la neige, des cairns et cailloux retournés. Pour l’Europe des bisses, des racines et des sèves, des saisons et poussées, des épis et brioches braisées.

Pour l’Europe des levains, des matsoths et kebbés, des ressources et des fleuves. Pour l’Europe solidaire, pour l’union des clochers, minarets, synagogues et cabanes hauts perchés.

Pour l’Europe communion, au respect de chaque nom.

Pour l’Europe solaire, ceintures en peau de bête, bras-dessus bras-dessous et bals musette. Pour l’Europe des mies de pain, des mains nues, des hérons cendrés, du refrain des marées. Pour l’Europe de l’intranquille et du chant, du ressac des courants, du désir de chêne.

Pour l’Europe du risque, du souffle et du troc. Pour l’Europe des braises, du braille et des guides. Pour les pièces retournées, la mendicité large et l’échange des fous. Pour le bonheur simple.

Pas d’Europe sans ciel bleu, sans merles ni guirlandes. Pas d’Europe sans heureux, pas d’heureux sans Europa, pas d’Europe sans changement de rythme, sans Char ou Eluard. Pas d’Europe sans poésie, sans rêve et nuits fleuries, sans graines et sans semis, sans Pavese Pessoa Pasolini, sans héritage ou futur.

Pas d’Europe au présent, sans le souffle, amis.

                                                  

                                                                                                    Sylvain Thévoz

 

[1] Texte paru dans  :Parler de l'Europe, en Suisse. Un projet de Art et Politique. Avec une mosaïque de contributions. Pour la Romandie : Heike Fiedler, Daniel de Roulet, Marina Skalova, Antonio Rodriguez, Silvia Ricci Lempen, Max Lobe, Eugene, etc.

http://marignano.ch/pagina.php?1,0,0,0,2016

 

[2]Zbigniew Preisner, Song for the unification of Europe

https://www.youtube.com/watch?v=gBcwcMFNvsA

 

...........................

www.sylvainthevoz.ch

18:21 Publié dans Air du temps, Littérature | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe, littérature, poésie, principe, espérance | |  Facebook |  Imprimer | | |

17/04/2016

La poésie est une langue de résistance

On m'a posé une question  : la poésie a-t-elle à voir avec le sacré ?[1]

Pour ma part, je vois plutôt la poésie du côté de la résistance que du sacré, de la transgression plutôt que de la vénération. Le sacré serait un espace trop précautionneux, presque ouaté, dans un présent trouble et tendu. La révérence et la sainteté ne me semblent pas aptes à répondre à ce qui nous secoue. Elles ne comblent pas la nécessité d’une parole qui se déploie libre au milieu du chahut, du chaos -pas pour les résoudre et les régler, non-, pour y faire entendre un son autre que les cliquetis monomaniaque des claviers et vaincre l’autisme des casques audio.

La poésie n'est pas l'opium du peuple mais son éphédrine.

Il faut relire  les carnets clandestins du philologue Victor Klemperer: "LTI (lingua tertii imperii), la langue du IIIe Reich" qui s'ouvre par ces mots de Franz Rosenzweig: "la langue est plus que le sang". Ce livre écrit entre 1933 et 1945, publié tardivement en Allemagne en 1995 seulement, analyse les manipulation de la langue par les nazis, comment l'emprise et la destruction ont commencé dans celle-ci. 

Mais si l'emprise et la destruction commencent là, c'est bien de là aussi que peut prendre forme la résistance la plus forte.

La poésie est un acte de résistance
Que la poésie soit une respiration, un soulagement ou un poing levé, oui. Qu’elle puise son énergie au silencieux, au dissimulé, d’évidence. Que l’intime y ait sa part et la sensibilité la nourrisse: clairement. Elle est en cela un lieu de résistance à la vitesse, à la bêtise et à la vulgarité, au discours économique, et à sa force de frappe ; à l’abêtissement par matraquage médiatique ou conformiste. Pourquoi avons-nous faibli jusque dans la langue? La parole a été colonisée par les nababs du bankable. Avant d’être un lieu de vénération, la poésie est un haut-lieu de résistance. La domination du langage "d'implementation, de gouvernance, de sur-sécurisation" doit être subverti. 

La langue qui échappe au discours de l'efficience
Cette résistance dans la langue fait-elle alors de l’écriture poétique un domaine relevant du sacré ? La conduit-elle au religieux ? Non. Voilà longtemps aussi que le sacré et le religieux, tels que nous les entendons, ont cédé dedans la colle de l’engluement. Pourtant, dans la poésie, quelque chose d’un ordre mystérieux et innomé trouve refuge. Qu’un silence s’installe entre deux voyelles, que claque le bris de quelques consonnes, c’est un miracle déjà. Et que dans ces assemblages de paille et de débris, ces nids et terriers, il y ait la vie, se disant avec des moyens pauvres et une nécessité vitale, c’est le signe indéniable d’une puissance, fortifiante.

Bienvenue la parole vivifiée
De la poésie découle une émotion sensible nous immergeant dans une langue neuve, et pourtant donnée et reconnaissable de toujours. Serait-ce qu’elle nous préexiste ? Bienvenue à l’écriture sensible, à l’écriture fragile. Que l’on ne se presse pas trop à lui refermer au museau le couvercle des catégories, des classifications, des chapelles, en l’appelant : écriture du sacré, écriture religieuse ou spirituelle, ou Dieu sait quoi encore. Ne l’organisons pas trop vite en salons ou festival, ne cherchons pas à la rentabiliser. Laissons-la gambader sur les pages, les murs, les écrans, dans les bouches et les corps. Laissons-la à son lent travail d’être et de devenir. Dit-on d’une herbe qu’elle est religieuse ou spirituelle ? Le dit-on d’un toit de tuile ou du bras d’une rivière, du vent et de la pierre ? Pourquoi ferions-nous alors entrer de force un poème qui est présent simplement, agencement de sons, de lettres et de souffles, dans les carcans de la convenance ou de formes identifiables? Pourquoi devrions-nous dire, toujours, comme des enfants : c’est toi qui l’a dit, alors c’est toi qui l’est ? 

Ni carcans ni arcanes

La poésie se sauve sur les sentiers de traverse et évite les assemblées et maison que l’on prépare pour elle. Elle est surprise et effacement, sur le mode ce que Dubuffet énonçait pour l’Art brut. Il est beau de sentir que la graine poétique pousse dans des terres autres que celles des champs ratissés, abondamment traités, et qu’elle refuse de produire une plante standardisée bonne à l'ingestion de masse, dans des sillons gravés. Il est merveilleux de ressentir que la poésie croît dans des terres arides, ingrates, des terres libres ou dont plus personne ne veut, bradées pour deux francs six sous au marché, ou offertes à pleines brassées à qui veut bien les aménager par petits groupes.

Poésie: Sacrilège !
La poésie se nourrit de la différence, de la singularité, de l’intime, de l’unique et de l’éphémère. Elle est, en époque de standardisation, une transgression, une résistance, face au dogme dominant. Elle refuse la rentabilité, la capitalisation du vivant, la standardisation généralisée.

Les premiers hommes se sont nommés ainsi parce qu’ils fleurissaient leurs tombes, couvraient des grottes de pigments de couleurs.

C’est l’acte poétique qui fonde l’humanité, pas sa technologie.

Tout poème est une graine ou une liane.

 

 

[1] http://www.poesieromande.ch/wordpress/

 

------------------------------------------------

www.sylvainthevoz.ch

14:14 Publié dans Air du temps, Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poésie, langage, résistance | |  Facebook |  Imprimer | | |

15/06/2015

(D)ébauche du père

 

ebauche-du-pere-de-jean-senac.jpg

 

Le calendrier des saints laïques est bien ordonnée : Mandela, JFK, Gandhi, celui des religieux aussi : Mère Teresa, l'abbé Pierre sont parés d'honneurs, sans parler de celui des révolutionnaires : Ché Guevara en tête. Il est un homme qui pourrait revendiquer une place hors catégories et pourtant dans toutes celles-ci, c'est Jean Sénac, à côté de Pasolini, Antonin Artaud et Jean Genet.

 

 

Un saint roulé dans le sable et carbonisé.  

Jean Sénac est né en 1926 à Béni Saf, petit port de l'ouest algérien, d'une mère d'origine espagnole et d'un père inconnu. Il grandit à Oran, dans la pauvreté et un milieu multiculturel et religieux. Je suis né arabe, espagnol, berbère, juif, français. Je suis né mozabite et bâtisseur de minarets, fils de grande tente et gazelle des steppes. Il naît sans père, du viol de sa mère.

Très vite il se tourne vers l'écriture, entame une correspondance passionnée avec Camus. Proche de René Char, il fonde la revue Soleil, publie les poètes Kateb Yacine, Mohamed Dib, Mouloud Feraoun, s'engage corps et âme pour la révolution algérienne. Il entre en résistance par la langue, devient un chantre de la révolution avant que celle-ci ne le rejette à la fin des années 60, lui, le bâtard, l'occidental. Il vit alors dans une cave comme un reclus et place, martyrisé, à demi fou, la poésie en premier lieu, animant une émission de radio : Poésie sur tous les fronts. Il est de ceux qui répondent à la violence par le pouvoir du langage et son incantation, ouvre les identités à la pluralité.

Pied noir solaire, de souche transcendante, pour lui l'algérien n'est pas qu'un arabe musulman, mais aussi un homosexuel chrétien, un animal, un poète, révolutionnaire mystique, animiste, berbère, combattant dans la langue et l'érotisme les pouvoirs dominants d'où qu'ils viennent.   

 

jean sénac,poésie,révolution,père,algérieJean Sénac fonde le front homosexuel d'action révolutionnaire, vit d'amours clandestins et multiples; fréquente voyous et brigands la nuit. L'extrême droite française le combat, il est le symbole de ce que redoute les fachos: la féminité, l'affaiblissement des moeurs, une contamination du nord par le sud. Les nationalistes algériens l'isolent : trop différent, trop singulier pour correspondre aux images de la nouvelle propagande. L'homme signe ses lettres d'un soleil à cinq branches, symbole de fraternité. Il meurt mystérieusement assassiné le 30 août 1973 à Alger. 

 

jean sénac,poésie,révolution,père,algérieSon héritage n'est précédé d'aucun testament

Dans ébauche du père, publié comme la plupart de ses écrits à titre posthume, Jean Sénac propose d'en finir avec l'enfance. Il ne fait pourtant que réifier la figure du père, l'adoré, le manquant, le troué. Il lui règle son compte, il lui érige une stèle, l'embrasse de la bouche à la bouche, comme un chien.

Dans une langue solaire et crue, Sénac travaille un roman-poème, autobiographique et troué, où il se dévide et compose, plaçant dans le corps, le plaisir, le noyau de la résistance aux oppressions, avec une revendication forte de pouvoir habiter ce monde tel qu'il est, comme un animal, un souffle, une prière.

Dimension archaïque et mystique de la langue; ébauche du père: débauche d'énergie et cri puissant. Parfums, odeurs, incarnation forte de la langue. Odeur de lait, de café, un peu d'urine secouée, et d'eau de cologne. Bonnes odeurs du matin. Et le soleil partout. Dehors. Dans la cour. Car on n'avait pas encore ouvert les volets. On est projeté dans le port, dans la rue, les venelles du souk, sous le soleil, dans le soleil même. On n'a rien ouvert encore.

 

Jean Sénac figure actuelle   

Dans la période actuelle, alors que les exclusions et les intolérances vont grandissantes, Jean Sénac, fils bâtard du viol et de l'abandon, transmet une autre image de l'appartenance, celle que l'on se choisit, et non celle à laquelle on se trouve assignée.

La patrie c'est l'endroit où l'on est bien. L'endroit où votre corps est le mieux encastré. Où les pores respirent. Où vos paroles s'ouvrent. Où vos mensonges eux-mêmes n'ont pas peur. Je suis né algérien. Il m'a fallu tourner en tous sens dans les siècles pour redevenir algérien et ne plus avoir de comptes à rendre à ceux qui me parlent d'autres cieux.

Dans la période d'aseptisation actuelle et d'uniformisation généralisée, de construction de ghettos de la pensée, et de sériation des êtres humains, Jean Sénac, libertaire, fou furieux, transgresseur solaire, est un saint inspirant. Un démon qui plonge ses racines multiples pour aller chercher eau, sel, lumière, et sable, au plus profond de la Méditerranée, les passer au tamis du langage pour construire des individualités debout, dressées contre les pouvoirs d'oppression.

jean sénac,poésie,révolution,père,algérieJe suis né, dit Sénac, pour qu'un petit enfant pauvre d'Oran puisse dresser un jour sa voix contre ses maîtres, les maîtres de tous les préjugés et de toutes les contraintes, pour qu'il puisse patauger avec ses sandales trouées dans les larmes de sa mère, pour qu'il élève une barricade de cris intolérables comme un condamnation, un remords, un appel.

Je suis né, dit Sénac, pour que tous les Pères d'Europe, viennent sur ma langue bavarde et contestée recueillir une dernière fois l'écume de leur bave et leurs petites splendeurs, s'enivrer de leur honte et de leurs fausses flammes, avant que tout s'effondre, que s'éveille la fleur des continents proscrits, et que sur nos déchets, naisse enfin l'HOMME HEUREUX. 

 

Jean Sénac, dans le calendrier des saints a une place de père ; dans la débauche et sa folle création il constitue une famille. celle que l'on choisit, que l'on élit, la famille enfin que l'on se transmet, faisant fi de la génétique, des passeport biométriques et de la langue morte qui traîne par terre ou dans les vitrines lubrifiées des magasins.

 

 

 

Jean Sénac, ébauche du père, roman Gallimard, 1989

 

 

http://www.revues-plurielles.org/_uploads/pdf/4/algerie_litterature_action.pdf

http://www.les-lettres-francaises.fr/2012/06/quel-soleil-chavire-ta-langue/

10:17 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jean sénac, poésie, révolution, père, algérie | |  Facebook |  Imprimer | | |

22/07/2014

La poésie est une faiblesse inarrêtable

Que peut la poésie? Vendredi 25 juillet à midi et au soir, dans le cadre du mouvement poétique mondial, des poètes genevois liront leurs textes dans un geste de faiblesse inarrêtable. 

Conflit israélien, agressions, conflit ukrainien, violences, catastrophes en tout genre, on entend de plus en plus : le monde est malade, miné, le monde est foutu, il y a quelque chose qui ne tourne pas rond. Le désarroi et l'impuissance rivalisent avec la violence ; il semble qu'il n'y ait pas de réponses ou de solutions devant la brutalité du monde qui décape toutes bonnes volontés et l'empathie que nous abritons d'une manière innée.

Alors quoi, pour ne pas être blessé il faudrait ne plus voir? Comment résister contre les forces qui nous font désespérer, d'abord du monde, ensuite des autres et au final de nous-même? Comment remettre des liens et de l'ordre entre ces différents niveaux et ne pas céder au pessimisme, au spectre trompeur des news qui montrent le conflictuel et le douloureux au détriment des réalisations et de la joie ; des forces de paix et de réinvention à l'oeuvre quotidiennement? 

Comment dire

Comment ne pas chercher la joie et le positif d'une manière tronquée en s'aveuglant pour partie afin de pouvoir continuer d'avancer sans hurler de douleur à chaque pas? Il faudrait donc gober la pornographie du sang et des larmes autorisée au moins de 12 ans à l'heure du journal télévisé ; continuer d'absorber le goutte-à-goutte des mauvaises nouvelles en intraveineuse et sur onde moyenne, demeurer silencieux ou se replier sur soi? 

Comment dire

La méthode Coué ou les antidépresseurs: une alternative? Moindre mal qui sait.. se doper, se shooter pour tenir le coup, s'égayer un peu? Ce qui se passe là-bas se trame ici. Ce qui se dévide ici à des répercussions là-bas. On nous a vendu un monde global et inter relié, comment l'économie pourrait-elle l'être et notre humanité résorbée ou confinée à la sphère familiale ou au cercle des plus proches, dans un pur réflexe tribal. Il y a quelque chose qui ne va pas. Oui. Le business serait global et libre et notre capacité d'action et d'indignation n'irait pas plus loin qu'un clic sur une pétition Avaaz? Il serait possible d'avoir les avantages de la soi-dite mondialisation avec des billets d'avion pas cher -super- et la liberté de voyager, sans en payer "le prix", c'est-à-dire un plus grand engagement et une plus grande responsabilité envers les conditions de production, de partage, et de vie des autres humains? Tel Aviv : 79.- avec Easy Jet. Et ce qui se déroule 71 km plus bas: rien à foutre et aucune prise dessus? 

La culture : une rotative

Accueillir ce monde en sensibilité sans s'anesthésier ou être frappé d'handicap par la violence des forces en jeu est un défi; continuer de le penser et d'y tenir son rang sans lâcher prise et être relégué à celui d'amibe consommateur, une épreuve. La culture joue un rôle essentiel de rotative pour métaboliser la boue des journaux télévisés en ferments de vie et le purin des conflits en germes de possibles. Nous croyons au langage. Nous croyons à la poésie comme force mondiale de changement à portée de chacun-e-. Nous croyons que nous changerons le monde quand nous changerons notre manière de le raconter et de croire ou non à ses fables; quand nous fabriquerons un nouveau langage pour le dire; quand nous saurons résister aux forces de destruction, quand nous saurons entendre au travers des mots la sincérité qu'ils portent et l'esprit qui les anime ou non. Quand nous serons tous les jours un peu plus nombreux à être faibles, mais actifs, donc inarrêtables. La culture est une ligne de front collective pas un outil de décoration de supermarchés ou de musées.        

Mouvement poétique mondial

Le mouvement poétique mondial a été fondé dans le contexte de la rencontre mondiale des directeurs de 37 festival international de poésie, à Medellin, Colombie en juillet 2011. Il a pour objectif d'être un lieu de convergence et de création. Il regroupe sur son site (www.wpm2011.org) des annonces d'événements, de lectures et de prises de positions poétiques sur tous les continents. Il milite en faveur de la poésie et de la paix, par des gestes infimes, des actions performatives, ou de grands festivals. Il se donne pour objectif la reconstruction de l'esprit humain, la réconciliation et la préservation de la nature, l'unité culturelle et la diversité des peuples. Le mouvement poétique mondial lutte contre la misère matérielle. Il soutient des actions pour un mouvement global de la poésie. Ni bombes ou roquettes. Bombes et roquettes plutôt: l'arc des mots. 

Vendredi 25 juillet : actions poétiques à Genève

Vendredi 25 juillet 2014, dans le cadre du Mouvement poétique mondial, les poètes genevois Patrice Duret, Vince Fasciani, Heike Fiedler, Jean Firmann, Laure Mi Hyun Croset, Isabelle Sbrissa et Sylvain Thévoz liront leurs textes, individuellement, ensemble, voix de résistance collective devant les forces d'anonymat, de désindividualisation, de l'à-quoi bon et de la lassitude.      

Ces textes seront partagés à midi tout d'abord au Geneva Centre for human rights advancement and global dialogue, 37-39 rue de Vermont. Puis à 20h au Code Bar, rue Baulacre 10.

Ces deux moments, se dérouleront dans un lieu de la "Genève internationale" puis dans un lieu de la "Genève associative" au sein de l'association Carrefour rue luttant contre la précarité sociale. Ces deux moments tisseront des liens entre ces deux Genève. Si global et local sont véritablement intriqués, il est nécessaire que les liens qui les unissent soient resserrés. Ces moments de lecture seront une opportunité de rencontre et de partage. Ils seront suivis d'une verrée et d'un temps d'échange avec le public.

 
Que peut la poésie?

Le mouvement mondial pour la poésie défend le fait que le développement socio-culturel pour le changement est essentiel afin de composer de nouvelles manière de voir et d'envisager le monde. Il vise à susciter de nouvelles attitudes. Pour affronter un monde nouveau nous nécessitons des langages renouvelés pour le re-penser. Nos vieux langages sont fatigués (et fatigants), les "spécialistes", bien souvent les mêmes, et pour certains indéboulonnable, remâchent des postures éculées. Les "faiseurs d'opinion" usinent un langage convenu et produisent de la domination à la chaîne. La poésie nous aide à faire reset. La poésie est une faiblesse inarrêtable. Et comme l'écrivait Mahmoud Darwich (entretiens sur la poésie) c'est peut-être dans cette fragilité qu'il faut trouver la force de continuer et de creuser la résistance alors que la mort fait son siège des territoires habités.    


"Je souhaite être un poète troyen. Je ne suis pas le poète de la victoire, tout simplement parce que nous ne sommes pas victorieux. Et puis, même si nous l'étions, je ne suis pas sûr de pouvoir célébrer la victoire, tant je me suis habitué, poétiquement aux défaites. Je me demande d'ailleurs s'il existe des poètes de la victoire, si la poésie n'est pas toujours l'alliée des perdants, elle qui regarde passer les armées impériales sans s'émouvoir. L'armée d'Alexandre est moins poétique que l'enfant qui la voit défiler, et ce ne sont pas les casques des soldats qui intéressent le poète mais l'herbe qui pourrait y pousser. Non ! Je ne suis pas un poète d'élégies funèbres. Je suis un poète assiégé par la mort."

Ce sera par le fait de changer les mots, subvertir les mécaniques, que les rouleaux compresseurs deviendront des rotatives ; en se réappropriant le langage que les lignes bougeront. Pour que l'interculturalité, la diversité, l'inclusion, la justice ne soient pas des phrases creuses accaparées par d'autres, ils doivent s'ancrer dans des mots d'abord, qui seront des actes, et des actions ensuite. "Ce ne sont que des mots ", "ils jouent avec les mots" Non, ce ne sont pas seulement des mots, le blabla de la langue qui traîne par terre, lavasse, mais des armes à portée de tous, à affûter.    

La poésie est une puissance mondiale

La poésie est une puissance mondiale, intime et fracturée. Elle laisse passer la lumière, tisse des liens. Elle montre sans exclure, dégage du possible, rassemble, faiblesse inarrêtable, insuffisante toujours, essentielle pourtant, pour ne pas céder devant les forces d'atomisation et de destruction qui avancent ici, là-bas, sans arrêt, avec des bombes à fragmentation ou à retardement. "Qui impose son récit hérite la terre du récit" écrivait Mahmoud Darwich.

Oui.

C'est vrai.

patrice duret,vince fasciani,heike fiedler,jean firmann,laure mi hyun croset,isabelle sbrissa,sylvain thévoz,wpm,poésie,lecture

28/04/2014

Même pas lost in translation

HongKong27.04 099.JPGTu prends l'avion, l'avion te porte: 13h dans un sens, avec un petit plateau repas et l'attention fidèle des hôtesses. Tu prends le décalage qui va avec, la température moite. Tu prends la surprise: à l'arrivée, ce n'est jamais ce à quoi tu t'attends. Enfin, sauf si tu as pris soin de ne t'attendre à rien, ou alors le moins possible. Alors seulement, tu pourrais être surpris, quoi que.... l'inverse est aussi vrai. Je ne sais plus, déjà. A l'arrivée, ce n'est jamais ce à quoi tu t'attends, c'est peut-être d'ailleurs pour ça que tu y vas. Quand tu sauras où tu vas, tu chercheras à aller ailleurs, n'est-ce pas. Pourquoi?

 

Bribes et brindilles du voyage

Tu discutes en attendant l'avion. Tu discutes dans l'avion, tu discutes dans le bus qui te mène à un autre avion. Tu ramasses des bribes de récit. Cette femme va visiter sa mère malade à Manille. Elle te donne des brindilles d'une histoire que tu connais déjà. Il est difficile d'en rendre compte autrement que comme ça: par des mots. Si elle la racontait avec les siens, tu ne comprendrais rien. Elle essaie de te faire comprendre. Elle dit: c'est grand, ça va vite, c'est cher, ça change tout le temps, le commerce est roi. Tu traduis. Tu ne la crois qu'à moitié. C'est la surface pour toi : des clichés. Ton expérience sera autre, forcément. Tu oses: Il paraît que cela sent le riz pourri, le jasmin et l'encens? - Non, ce n'est pas vrai. Cela sent la ville, la vitesse et les gaz d'échappement. Et la vanille? C'est une illusion de l'air conditionné.

HongKong27.04 035.JPGC'est comment ici?

C'est beaucoup moins pollué qu'en Chine et la vue sur les tours est imprenable. Ah, parce que ce n'est pas la Chine? Non. Enfin, si, un petit peu. Les gens sont gentils, mais moins qu'à Taïwan. Il y a moins de touristes, vous comprenez, les gens ne sont donc pas blasés. Par contre, c'est très sûr, vous pouvez laisser votre sac sur un banc, vous le retrouverez intact, avec tout dedans. Taïwan, vous devriez quand même y aller, c'est magnifique. Vous restez combien de temps? 8 jours. Ah, non, c'est trop court. Allez à Macao plutôt, vous ne serez pas dépaysé. Elle ne te demande ni ton adresse mail, ni ton nom pour te trouver sur facebook, ou twitter. Il est encore possible de faire une belle rencontre qui n'aura pas de suite; juste un moment suspendu dans les airs, un souvenir en rappel de temps en temps.    

Lire la suite

10/10/2012

Gaston fou roillé

Il disait je suis l'affreux, le mouton noir le fils de l'ouvrier et de la servante, enfant perdu, mauvais garçon. Oscillant entre l'argot et une langue travaillée, entre le refus des bourgeois et l'oubli de sa classe, il a avancé sur un fil, le beatnik de la Broye, pécheur de tanches. Il disait: je suis un martyre un dérangeant, un dérangé. Il vivait au Lieu qui est une jolie place pour être, à la vallée de Joux, entre le Chenit et le Sentier, proche du jour comme du jouir. J'écris il vivait, car il a changé d'espace, le millitant le révolté, l'élu du Parti Ouvrier Populaire, éloigné de l'enseignement pour raisons politiques; le renégat, non-renonçant, étendu sous une bannière gauchiste, entendu sous une autre, forcené social. Main tendue poings fermé, dans Cherpillod, j'entends charpie, billlot, entends ruclon, bétaillère, raisinée, ruches, galetas, salée au sucre, petit blanc du Lavaux... et la bise noire désormais. Donner, recevoir, échanger: des mots, des coups. Mort, Cherpillod, vraiment? Morts Chappaz, Haldas, Yvette Z'graggen, Monique Laederach, encore? Têtes chercheuses des lettres romandes, l'ayant fait vrombir à plein moteur sur leur gauche, là où le coeur se loge, dans une langue vernaculaire, celle du combat du peuple des cafés et des stades, des théâtres, des collèges, des parlements, de toutes des arènes de paroles, généreuses, granuleuses... grivoises aussi. Ecrevisses aux pâtes grêles, voix qui portent.

Dans ce temps où les lieux de parole collective sont attaqués, menacés, contestés par l'hégémonie du langage opérationnel, programmatique, efficace; ou l'écran fait véritablement obstacle, ou dire c'est pour faire et faire pour se taire, il disait, le poète que prendre la parole à la place d'autrui était non seulement risqué mais scandaleux. Chacun sa voix. Chacun son souffle. Mais chacun pour tous. Son parti place l'écriture au rang de patrimoine muséal, et le public avant le peuple, il choisit d'aller se faire élire ailleurs. Cherpillod, chêne brûlé, Gaston for ever, pour ne pas dire foudroyé. Fou roillé, dingue, illuminé, irradié d'une folie révolutionnaire aurait dit: les balbutiements de la gauche sont un problème orthophonique. Quand on a des cristaux dans l'oreille, ça peut conduire au vertige, on doit alors se jeter violemment contre un mur. Et ça passe. Pour bien entendre et bien dire, il faut des oreilles et une langue propre. Gaston en a donné une, fondamentale, elle appelle la tradition, socle où rebondir.  Elle est aussi foudre ou benzine, produit inflammable tombé d'un ciel bleu pâle hautement incendiaire.        

16:03 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cherpillod, politique, langage, poésie | |  Facebook |  Imprimer | | |

29/06/2012

Christian Bernard poète

Dans l'arrière-cour de la librairie du Parnasse, devant les garages, un espace en pente avec les bécosses (back-house) d'un restaurant Maroccain, les odeurs de friture et les premiers klaxons du match de foot qui va commencer. Allemagne-Italie au menu ce soir. Radios, télés allumées, cliquètements des cuisines. Il y a des gens, une vingtaine, des chaises en bois alignées (6 rangées) et Christian B. qui vient pour lire son recueil, cinquante sonnets publiés aux éditions Sitaudis. A ses côtés un homme qui, ça se sent, le connaît bien -pourrait être son demi frère - va l'obliger à aller plus loin que ce qu'il dit, révèler un peu de l'armature, architecture du poème. Peut-être est-il aussi là pour le protéger?

Lire la suite

08:52 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poésie, lecture, librairie le parnasse | |  Facebook |  Imprimer | | |

29/11/2011

Limites de l'intelligible

television.jpgLa poésie l’emportera sur la télévision ou la télévision deviendra poétique, sinon il n’y aura plus qu’un individu hypnotisé qui se cherchera sans se trouver devant son écran miroir. Il n’y aura plus que des fractions, des parties, à nouveau : plus de nous, de communauté. Des êtres démembrés et jetables. La poésie l’emportera sur le prothétique, ou alors le prothétique l’emportera sur l’humain. Ecrans, gadgets, twitts et bips et tu écriras LOL au fond de ta solitude.

 

Lire la suite

18:36 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : culture, communauté, poésie, exclusion | |  Facebook |  Imprimer | | |