sylvain thévoz

02/06/2015

La démocratie : rien que la démocratie

martine sumi,parti socialiste,conseil municipal,présidence,vote,démocratieCe mardi le Conseil Municipal va désigner son président ou sa présidente pour une année. Cela ne sera pas une désignation par défaut. Martine Sumi, socialiste, membre du bureau du conseil municipal brigue cette présidence. Carlos Medeiros, MCG, de même. Certains grincheux regrettent que cette élection n'ait pas été tacite. Ils auraient voulu que le siège revienne de droit au MCG. Le groupe socialiste a choisi de présenter Martine Sumi, parce que la présidence au Conseil Municipal est l'enjeu d'un débat et demande de vraies prises de position sur des valeurs politiques.

 

Tout oppose ces deux candidat-e-s. Martine Sumi est Présidente de GymSeniors, membre du comité de l’Université Populaire Albanaise et de Solidarité Bosnie. Elle s'est toujours engagée pour l'égalité femme-homme. Issue d'un petit village du canton de Vaud, elle aime rappeler que lorsqu'elle est née, les femmes n'y avaient pas encore le droit de vote. Cela l'a été bien tardivement, en 1971, lorsqu'elle avait 15 ans, et cela a été le fruit d'une lutte. Martine Sumi est une femme de dialogue, constructive. Membre du Syndicat SIT, créatrice de F-information et du bureau de l'égalité, créatrice de Viol Secours, de la  Marche mondiale des Femmes, active auprès de l'association Camarada, elle inspire confiance et a toujours placé le respect de l'autre au plus haut point. 

Carlos Medeiros? Pour l'avoir côtoyé durant 4 ans, m'être fait traiter par lui de connard, de tapette, avoir été provoqué: buste en avant et index glissé sous son cou en signe de menace, avoir vu ses insultes fleurir sur les réseaux sociaux, ce monsieur n'est pas le type d'élu dont on rêve pour représenter la Ville de Genève et ses valeurs (pour autant qu'on les partage).

En politique, il faut avoir le cuir épais. Je ne fais pas une affaire personnelle des dérives de Monsieur Medeiros. Je les rappelle simplement ici pour évoquer mon droit démocratique à ne pas soutenir quelqu'un qui fait de l'insulte une banalité et joue de l'intimidation en menaçant physiquement ses adversaires politiques. Soutenir Martine Sumi, c'est promouvoir une certaine idée de la démocratie contre ce qui la menace.  

 

MCG. Ni de gauche, ni de droite, mais prêt à tout pour être élu

Et puis, quelle étrangeté, pour un parti comme le MCG, ne se revendiquant ni de droite ni de gauche, d'invoquer un droit à obtenir cette présidence en regard d'une coutume de tournus profitant aux partis bourgeois. Or, on le sait, les coutumes sont partagées par ceux qui ont en commun les mêmes valeurs. Pour ceux qui les récusent, comment simultanément les invoquer pour en bénéficier?

Le MCG a fondé son engagement sur la contestation du système. Il s'est toujours défini comme refusant le compromis et le partage du pouvoir. Le voilà, maintenant, prêt à tout pour être élu, devenir plus royaliste que le roi, en lançant des coups de téléphone à tout va pour obtenir les voix du PLR et du PDC. Ce parti, prétendu un jour contestataire, promet maintenant de voter tous les budget de la Ville, tous les objets politiques qu'on lui présentera, tout et son contraire finalement, pour autant que son préféré soit élu.

Mais être président-e- du Conseil Municipal ne vise pas à assouvir une revanche personnelle, ce doit être une volonté de servir le bien collectif. Ainsi se pense l'alternance du pouvoir. Il est destiné à promouvoir une finalité collective. La manière dont le MCG gère cette élection montre qu'il n'en a cure. Le MCG pourrait, par exemple, présenter un autre candidat, plus rassembleur et attentif à l'avis collectif. Peut-être alors qu'un certain nombre d'élu-e-s se sentiraient potentiellement représentés par lui. Mais il faudrait, là encore, que le MCG soit prêt à dialoguer, entrer dans le jeu de la représentation, plutôt que de faire de l'autisme et du forcing avec Medeiros.   

 

Pas de putsch du parti socialiste mais une proposition alternative  

Le Parti Socialiste ne provoque pas un putsch en opposant Martine Sumi à Carlos Medeiros. Il continue d'oeuvrer dans le champ démocratique. Il propose à une assemblée à majorité de droite et d'extrême-droite, où un certain nombre voix s'élèvent pour dire qu'il leur est impossible de voter pour Monsieur Medeiros, une alternative.

L'alternative, c'est bien ce qui fonde l'alliance des verts, du ps et d'ensemble à gauche. Une alternative à ce qui met à mal les valeurs de notre République. Une alternative à un nostalgique du dictateur Salazar, aux coups de force et aux intimidations; une possibilité de ne pas subir ce vote mais d'exprimer politiquement une autre option. 

 

La violence n'a pas droit de cité

Il ne s'agit pas, ce mardi, comme l'a faussement fait entendre Julien de Weck dans un éditorial de la Tribune de Genève d'un déni de démocratie ou, comme l'a affirmé Adrien Genecand (PLR) d'un appétit démesuré de la gauche. Si le PLR ou le PDC avaient proposé un.e candidat.e, le parti socialiste l'aurait soutenu.e, par respect pour le tournus gauche-droite. Malheureusement, ils ne l'ont pas fait. Il s'agit de servir la démocratie, rien que la démocratie; et de combattre, par le vote, le MCG. Parce que nous sommes en désaccord total sur ce qu'est la racine de ce parti (le rejet de l'autre, la stigmatisation de l'étranger, le travail de sape contre les institutions, la préférence de quelques uns contre tous les autres).

Laisser accéder Medeiros à la présidence sans combattre, c'est cautionner le fait que les messages de rejet de l'autre, de haine et de violence ont droit de cité aux plus hautes fonctions de la Ville. Contrairement à certains, nous ne nous y résoudrons jamais. 

 

Quand la droite se mêle au MCG

Comment faudrait-il nommer le principe qui laisserait le champ libre en Ville de Genève à celui qui est fier d'être la doublure de Stauffer ?

Le MCG ne progresse plus en Ville de Genève. Il a été rejeté de l'exécutif de la ville d'Onex grâce à l'engagement de forces politiques diverses mobilisées pour empêcher que des "commune zéro frontalier" voient le jour.

Aujourd'hui, l'attitude de la droite est nauséabonde. Alors qu'au Canton elle s'est mobilisée pour barrer le chemin de Stauffer à la présidence, en Ville de Genève elle est prête à se soumettre devant le MCG et construire avec lui une étroite alliance politique.

Le PDC et le PLR appellent désormais ouvertement à voter Medeiros. Alors que le président du PDC, Sébastien Desfaye, avait courageusement, dès le début de sa présidence, appelé à  refuser toute alliance avec le MCG, voilà que son parti se dit prêt à retourner sa veste, se boucher le nez et voter avec l'extrême droite. Voilà que Lionel Ricou, chef de groupe du PDC en Ville de Genève embrasse le MCG, avec le soutien de Guillaume Barazonne. Les électeurs et électrices qui ont pensé voter pour plus de nature en Ville constaterons malheureusement, par ce vote, qu'ils ont soutenu quelqu'un qui préfère le brun. 

 

La démocratie jusqu'au bout

C'est bien parce que le MCG a été élu par les urnes qu'il peut être contesté par un vote. C'est ainsi que le Conseil fédéral avait été débarrassé de Blocher. Il s'agit toujours là de démocratie, de prises de position et de risques.

Qu'est-ce que le parti socialiste a à gagner dans ce combat? Pas grand chose. La droite et l'extrême droite seront tentés de se fédérer encore plus étroitement. Carlos Medeiros se pose déjà d'une manière complaisante en angelot-victime. Les intimidations vont augmenter afin de faire payer à la minorité de gauche son acte de résistance démocratique. Si Martine Sumi est élue présidente du conseil municipal, ce sera une voix de moins pour l'Alternative lors des votes en plénière.

Le PS n'a pas grand chose à gagner à la présidence de Martine Sumi. C'est la démocratie qui sortira gagnante si elle est élue à la présidence du Conseil Municipal ce mardi.   

Qu'est-ce que le parti socialiste a à gagner : pas grand chose.

La démocratie ? Beaucoup. 

 

 

 

http://www.tdg.ch/signatures/editorial/La-dignite-versus-le-deni-de-democratie/story/24550738

http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/Sebastien-Desfayes-est-le-nouveau-president-du-PDC-genevois/story/27814809

https://www.ge.ch/egalite/representation-politique/temoignages/sumi-martine.asp

07:53 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : martine sumi, parti socialiste, conseil municipal, présidence, vote, démocratie | |  Facebook |  Imprimer | | |

14/10/2014

Le PS: parti de bobos de pédés et de blacks?

Peut-on être socialiste et travailler au Mac Do? Etre socialiste et oeuvrer dans une banque; être un petit patron et s'engager au parti ? Ou plus précisément : peut-on être socialiste et travailler au WEF (World Economic Forum)? C'est la question que Jérôme Béguin, journaliste à Gauchebdo pose d'une manière péremptoire dans un édito intitulé « il faut le dire » en date du 10 octobre[1].

Avis avec oeillères

Pour lui, non, ce n'est pas possible. Le PS ne peut pas "se croire permis d'offrir aux suffrages des électeurs de gauche une senior manager employée du WEF" (sur 33 candidat-e-s). Car le WEF, c'est le mal absolu; donc, tous ceux qui y travaillent sont diaboliques, quoi qu'ils y fassent et quelle que soit leur vie en dehors du boulot. Il est toutefois piquant de constater que Gauchebdo publie en page 5 du même journal un excellent article d’Emmanuel Deonna, candidat ps au conseil municipal (!). Démonstration faite que virulence ne rime pas toujours avec cohérence.[2] 

Une extrême gauche de façade

Je souhaite réfléchir un peu sur cet édito de Gauchebdo, car il illustre une dérive des positions d’extrême gauche vers l'extrême droite. Voulant figer les identités, avec des jugements manichéens, il se donne le beau rôle, omettant de voir que les marges de résistance et de manœuvres sont multiples. Ce journaliste se mue en inquisiteur, pointant du doigt les socialistes coupables d'apostasie. Quoi?! Etre de gauche et occuper le cerveau de la bête? C'est pourtant ce que Che Guevara recommandait à Jean Ziegler: mener la lutte sur tous les terrains, dans tous les milieux, et avant toute chose là où le pouvoir réside. Ce n'est pas en se mettant une médaille de bonne conduite, en se congratulant d'être "bien de gauche", que l'on gagnera le combat, mais dans la lutte pour plus de justice sociale, où que l'on soit, avec qui que ce soit. Critiquer la liste des candidat-e-s du parti socialiste parce qu'elle serait, selon ce journaliste, majoritairement composée de gens ayant fait des études, fonctionnaires, ou engagés dans des associations, "pas de gens d'en bas travaillant plus de 40h", est un avis de droite. Il fait complètement jonction avec les discours les plus virulents de membres du parti libéral radical comme Adrien Genecand, ou du mouvement citoyen genevois type Carlos Medeiros, affichant un mépris pour la fonction publique et enquillant les préjugés et fantasmes sur une réalité qu'ils n'éprouvent pas.

Ni de gauche ni d'extrême gauche mais de droite

Campé dans une pseudo posture d’extrême gauche, c'est en fait dans une position très confortable imbibée de l'air du temps, où se mêle mépris des gens qui ont fait des études et méconnaissance de ceux qui travaillent sans être estampillé "prolo", que ce journaliste caricature des catégories dépassées. Cela illustre parfaitement ce que Luc Boltanski et Arnaud Esquerre décrivent dans leur livre vers l’extrême, extension des domaines de la droite: une pensée conservatrice et dénigrante de tout ce qui ne lui ressemble pas. [3] On assiste, dans ce livre au décryptage des discours d'extrême droite et sa critique, par exemple, du bobo (catégories fourre-tout permettant de dégommer tout ce qui est contestataire et différent) et dans le renforcement de caractéristiques identitaires magnifiées : l’ouvrier, le paysan, le peuple, etc.,etc.,

Il est temps de faire reset camarades

Cette vision complètement creuse de ce qu'est un ouvrier aujourd'hui n'aide pas à comprendre les situations précaires du quotidien. Qu'a-t-il à envier l'ouvrier à la femme monoparentale qui enquille deux boulots, au père divorcé qui est un col blanc mais n'a plus de logement et doit payer une pension alimentaire, aux travailleurs précaires dans le domaine de la culture qui font leurs 80h par semaine pour des clopinettes; à l'expatriée qui n'a aucune sécurité de l'emploi, un contrat précaire, et se fait harceler au travail? A l'enseignant qui se fait quatre établissements scolaires en simultané, et est au bord du burn-out? etc.,

Pavlovisme racoleur

Ce réflexe pavlovien d'extrémiste "de gauche" figeant toutes les catégories dans le temps est stupide et stérile. La gauche a pour ambition de secouer les catégories, découper le réel autrement, réveiller la pensée, pas de s'y vautrer. Pour ma part, je suis heureux que des membres du PS occupent, aient occupés et occuperont encore longtemps j’espère des emplois dans les domaines les plus variés, à n'importe quel niveau. C'est de l'intelligence collective, des ressources multiples pour comprendre la société et le monde d'aujourd'hui dont nous avons besoin. Ce qui compte, c'est ce que sert le coeur, les actes concrets d'engagements, pas les poses de révolutionnaires de salon.

Penser pour après

Heureusement, la vie est toujours plus souple et dynamique que les fantasmes des extrémistes. Telle camarade qui est passée au WEF travaille maintenant à la promotion du sport pour toutes et tous, et dans le cinéma, telle autre a rejoint une organisation luttant contre la mortalité infantile dans les pays du Sud dû à des maladies considérées bénignes au nord. Sorties du WEF, seraient-elles suffisamment socialistes pour Béguin maintenant? Pourtant leur engagement est le même! Le parti socialiste n’est pas sectaire, il a l’intelligence de s’intéresser à ce que les gens pensent et à leurs actions, pas à leur pedigree. Tant mieux si des personnes socialement responsables entrent en résistance là où ils sont. Je préfère des irrévérencieux engagés à des pédants fussent-ils "de gauche".

Diversité maximale

Pour ma part, je suis fier d’être au parti socialiste. Parce que ce parti accueille des gens de tous horizons, tout milieu social. Parce que ce parti n'est pas un club fermé. Il ne dicte ni les comportements, ni les modes de vie, n'édicte pas de directives sur les emplois occupés. Il n'y a pas de teste de "crédibilité socialiste" à l'entrée pour les personnes qui s'engagent dans ce parti composé de patrons, d'étudiant-e-s, de chômeurs, fonctionnaires, d'ouvrières, de syndicalistes, de femmes, de migrants, de suisses, de vieux, de plus vieux encore, d'homosexuelles, d'hétérosexuels, de croyants, d'athées, d'anarchistes, de frontaliers, de retraités, de jeunes fous; de bobos, de pédés et de blacks, etc.,

Ce qui compte, au final, c'est la posture politique, l’engagement collectif, pas le pedigree essentialiste que certains, à droite comme à l’extrême droite veulent coller sur les gens. Il est inquiétant qu'à « l’extrême gauche » ce courant prenne désormais racine; avec le fantasme de faire rentrer dans la réalité des modes de penser nostalgiques et dépassés.

 

Marx sans Engels n'aurait pas été Marx

D’ailleurs, c’est sans surprise que Pascal Décaillet rejoint cette « extrême » là et reprend sur son blog [4] cet édito « délicieusement assassin de Jérôme Béguin sur l’embourgeoisement des socialistes en Ville de Genève », faisant l’éloge des océans de nostalgie que soulève pour lui ce journal. Bourgeoisie? Marx n'aurait jamais été Marx sans Engels. Le manifeste du parti communiste n'aurait pas vu le jour sans ce fils d'industriel, mécène de Karl Marx. Ces catégories de bourgeois et de prolo sont aujourd'hui à reformuler. Il serait intellectuellement honnête, du côté de Gauchebdo, de venir voir sur le terrain qui sont les candidat-e-s du PS, ce qu'ils ont dans la tronche et le bide, pas se contenter vite fait de lister leurs emplois, leurs passe-temps, ou leur genre uniquement. Il serait surtout politiquement salvateur de saisir, à l'extrême gauche, que c'est contre l'extrême droite que se réaliseront les changements sociaux progressistes, pas en utilisant son registre, contre le PS.

Rendez-vous jeudi à 18h au temple des Pâquis 

La première occasion d’une rencontre est offerte ce jeudi 16 octobre à 18h, au temple des Pâquis (encore un endroit pour bobo), rue de Berne, pour la soirée de lancement de campagne du parti socialiste Ville de Genève ; avec la  présentation du journal Causes Communes, imprimé aux Pâquis, et de tous les candidat-e-s.

Encore une soirée de bobos?

A vous de voir...      

 

[1] http://gauchebdo.ch/pdfs/GH41.14.pdf

[2] A toutes fins utiles, il convient de préciser aussi que la candidate en question s'est retirée de la liste. Une belle preuve de la précision du travail de journalisme mené par Gauchebdo. Faites ce que je dis pas ce que je fais! 

[3] Luc Boltanski, Arnaud Esquerre, Vers l’extrême, extension des domaines de la droite. Editions dehors, 2014.

[4] http://pascaldecaillet.blog.tdg.ch/archive/2014/10/10/la-solitude-la-petite-mort-le-partage-de-la-joie-260619.html

03/07/2014

Genève entre mythe et réalité

xc.pngSommes-nous trop sur terre? L'impôt est-il un cadeau ou un fardeau ? Pour vivre à Genève faut-il forcément aller habiter en France ? Est-ce nécessaire de construire une autoroute à 4 voies dans la rade? A quoi sert la culture, coûte-t-elle trop chère? Voilà quelques unes des questions abordées sérieusement mais sous l'angle de l'humour et avec esprit dans ce numéro 34 du journal Causes Communes.


Lire la suite

23/06/2012

Les roses et les clous

Le Parti Socialiste, un groupe comme tant d'autres. En son sein: des chefs, des leaders désignés, auto-proclamés, refoulés, des envieux, des généreux, des ambitieux, des altruistes. Rien de bien singulier, un groupe comme il y en a tant: dans le monde du travail, sportif, associatif. Un groupe composé presque exclusivement de bénévoles (du latin benevolus: de bonne volonté) unit autour d'idéaux et de désirs communs, mais en proie a des rivalités aussi, des luttes, internes, externes. Saine les luttes: pour grandir, s'affirmer, se développer et lutter contre les inégalités sociales et accroître le pouvoir des citoyen-ne-s. Ceux qui reprochaient au PS son manque de transparence en sont quitte pour leur salive. C'est un signe de démocratie et de vitalité que de laver son linge sale en famille et en plus de l'étendre aux fenêtres. Aujourd'hui, même les petites culottes sont alignées au balcon, et il n'y a pas à en rougir, c'est cela le déba(llage) démocratique.

Lire la suite

22:54 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : parti socialiste, élections, crucifixion | |  Facebook |  Imprimer | | |