sylvain thévoz

23/01/2016

La culture, toute la culture

MAH+, musée d'art et d'histoire, culture,

A qui appartient la culture? C'est la question qu'a cherché à poser Leila el-Wakil dans son blog "la culture confisquée"[1] avant de l'abandonner rapidement pour casser ceux qui défendent le OUI au Musée d'art et d'histoire et adopter une posture partisane. C'est dommage. 

Que reproche exactement Leila el-wakil à ceux qui disent OUI à un musée agrandi et rénové en Ville de Genève? Elle leur reproche de s'approprier la culture, en apposant un  autocollant Oui au musée sur le panneau d'un volet du célèbre retable de Konrad Witz, et de faire ainsi "main basse sur les biens publics". Elle va même jusqu'à se demander ce que Witz aurait pu penser de ce "kidnapping", et du "mauvais goût" de ce collage. Elle ajoute là un anachronisme à sa réflexion avant de juger lourdement les incultes qui ont osé taguer le retable sur un flyer. La culture se pratique "dans l'intelligence et passe par la connaissance" énonce-t-elle avant de reprocher aux incultes de la dénaturer... ne voyant pas combien elle démontre là une vision élitiste et réductrice de l'art.

La question " à qui appartient la culture" s'est dès lors muée en acte d'accusation et de dégradation de ceux qui ne pensent pas comme elle, et c'est dommage. C'est dommage pour elle d'abord, qui oublie toutes nuances, et finit par faire exactement ce qu'elle prétend dénoncer: prendre en otage la culture. C'est dommage ensuite pour sa position politique qui se mue en refus d'un projet novateur pour Genève et d'une culture en évolution et changement. Après l'affiche du NON qui montrait un architecte changé en Nosferatu casser le Musée d'art et d'histoire, on découvre à nouveau une vision négative, recroquevillée sur elle-même, dénigrante de la culture, s'opposant à tout changement au nom d'une vision classieuse de la culture ou figée dans le passé. Il est faux d'opposer culture ancienne et moderne. Elles devraient idéalement pouvoir voisiner, se visiter ensemble. Il n'y a pas une culture. Il y en a plusieurs. La question est plutôt: comment les faire coexister ?     

Au secours Konrad Witz ! 

Il est ridicule d'appeler au secours Konrad Witz, prétendre parler en son nom, pour lui faire exprimer son dégoût d'avoir un autocollant sur sa toge. Cela nie toute l'histoire de l'art, qui est faite d'emprunts, d'ajouts, de collages et de détournements. Depuis la nuit des temps, de Lascaux, en passant par le mouvement Dada qui fêtera ses cent ans le 5 février, au surréalisme, au situationnisme, aux emprunts occidentaux aux arts premiers, au futurisme, jusqu'aux post-matérialistes, la culture est faite de recouvrement, de provocation et de collage.... jusqu'à l'affiche des opposants détournant Nosferatu pour le mettre à leur profit ! Il s'agit là de créativité, d'expression culturelle encore, dans toute leur dimension, et tant mieux ! Il faut d'ailleurs vraiment être un taliban de la culture pour ne pas faire la distinction entre une oeuvre d'art et un flyer de soutien à un musée renouvelé et étendu ; manquer singulièrement d'humour et de second degré pour y voir une dégradation.

     

La culture, toute la culture 

Alors, à qui appartient la culture ? A personne! Autrement dit : à tout le monde! Ou plutôt : à tous ceux et toutes celles qui la servent, par la création, l'imagination, l'inventivité et leur sensibilité. L'enjeu n'est alors plus de savoir, contrairement à ce que pense Leila el-wakil, qui la possède, mais qui favorise son éclosion et son développement... qui passe aussi, ne lui en déplaise, par des mutations.

Qui soutient la culture, toute la culture, qui refuse de la casser, de la limiter? Qui refuse de la diviser, de couper dans les budgets culturels, que des corniches tombent, que le Musée d'art et d'histoire s'enfonce dans la marasme ? Qui lutte pour permettre une meilleur conservation des oeuvres et une augmentation des surfaces d'exposition, mais aussi qu'elle puisse continuer d'émerger dans des lieux improbables de la Ville, se transmettre, et demeurer une aventure humaine multiple? Qui lutte pour que les artistes soient reconnus, que leur travail soit rémunéré à sa juste valeur, sans mépris ni fausse considération? Qui dit oui à la culture, toute la culture?

On l'aura compris, la question à se poser n'est pas à qui appartient la culture mais qui est à son service. La culture nous constitue. Ne la limitons pas, n'empêchons pas son renouvellement. Acceptons la créativité, comme nous soutenons tout projet culturel qui augmente la qualité de vie et l'intelligence collective en Ville de Genève, en lui donnant les moyens d'exister, de rayonner.

Il serait souhaitable que les opposants, comme ceux qui soutiennent le renouvellement et l'extension du musée d'art et d'histoire, ne s'affrontent pas sur une affiche ou pour un autocollant sur une reproduction mais servent le public genevois et son intérêt légitime à disposer, sans perdre plus de temps encore, d'un vrai beau musée en Ville de Genève.  

 

[1] http://lelwakil.blog.tdg.ch/archive/2016/01/17/la-culture-confisquee.html

-----------------------------

www.sylvainthevoz.ch

 

 

09:34 Publié dans Air du temps, Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mah+, musée d'art et d'histoire, culture | |  Facebook |  Imprimer | | |

18/01/2016

OUI au Musée d'art et d'histoire le 28 février !

 

mah+,musée,projet,genève

Prenez un musée

Prenez un musée centenaire qui n'a jamais été rénové, dont les corniches tombent, dont les infiltrations d'eau et les variations de température mettent en danger les oeuvres.

Prenez un musée dont 1,5% seulement des collections sont exposées, dont la muséographie n'est plus optimale, entravée par une architecture inadaptée aux besoins actuels de conservation et d'exposition. 

Prenez un musée dont les accès sont limités pour les personnes à mobilité réduite, qui ne peut envisager des expositions de grande ampleur pour des questions de sécurité et de place ou plus prosaïquement parce que certaines assurances refusent d'y assurer le prêt d'oeuvres. 

Prenez un musée encyclopédique dont les expositions permettent de valoriser le patrimoine, restaurer des oeuvres et développer des métiers de l'art et de la recherche, mais qui est coincé dans son développement. 

Prenez un musée qui sera fermé prochainement s'il n'est pas d'urgence rénové; un musée qui aujourd'hui coûte cher et montre peu d'oeuvres.

Prenez une Ville, Genève, qui a le droit d'oser l'ambition et voir plus grand que le fond de sa cuvette.  

 

mah+,musée,projet,genève

 

Proposez un projet

Proposez un projet qui valorise le patrimoine, offre 50% de surfaces d'exposition en plus, double les surfaces dédiées à l'accueil des publics, crée un restaurant panoramique et innove avec un forum de 300 places, permet l'utilisation de ceux-ci hors des heures d'ouverture du musée.

Proposez un financement à 50% assuré par les privés, qui préservera les finances publiques.

Proposez un projet culturel qui inclut un musée d'horlogerie, un musée des instruments anciens, de valoriser la collection existante et d'y ajouter l'étonnante collection d'une fondation privée.

Proposez de maintenir la gratuité du musée, d'animer la Vieille-Ville, de soutenir ainsi la Culture, le Vivre ensemble, et l'accueil des publics.

Proposez un projet écologique, utilisant 80% d'énergies renouvelables, doté d'une pompe géothermique, d'un système de récupération d'eau de pluie et d'une isolation optimale.

Proposez de ne pas accorder d'importance aux architectes frustrés, aux chercheurs de noises, à ceux qui veulent figer le temps en 1910, ceux qui prétendent que ce projet coûte trop cher quand c'est l'immobilisme qui est un gaspillage de ressources et le pinaillage qui le plombe.

Proposez de ne plus perdre de temps. Le temps c'est de l'élan.  

 

mah+,musée,projet,genève

 

Votez maintenant

Votez pour un projet servant l'avenir, pas pour le refus et la peur.  

Votez pour un projet, pas contre un architecte, un mécène ou contre le changement.

Votez pour un projet culturel concret, réaliste, créateur de richesses.

Votez pour éviter de rejouer dans 20 ans la même histoire avec de nouveaux opposants sur le dos et un projet qui sera obligatoirement plus cher.

Votez pour le respect de notre patrimoine.

Votez pour Genève, pas contre ses intérêts. 

Votez OUI au Musée d'art et d'histoire, le 28 février. 

 

 

........................................

www.sylvainthevoz.ch

 

 

08:42 Publié dans Air du temps, Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mah+, musée, projet, genève | |  Facebook |  Imprimer | | |

04/03/2015

MAH : Rénover-agrandir ou tergiverser encore?


Ensemble à Gauche, avec drapeaux et calicots, est allée exprimer ce mardi toutes ses réticences sur le projet de rénovation-extension du Musée d'Art et d'Histoire.

Des opposants pressés de... tergiverser  

Faut-il ou non rénover et agrandir le MAH? Ce débat est important pour notre ville. Il promet d'être passionnant. Il a déjà commencé en commissions, avec des votes positif à leur sortie. Il aura  lieu encore en avril lors du vote au conseil municipal. Si Ensemble à Gauche, comme il l'a annoncé, lance un référendum (avec probablement l'UDC à ses côtés qui partage les critiques sur la convention Gandur), le peuple se prononcera dessus en 2016. Pourquoi s'exciter déjà maintenant ?


Des opposants nerveux 

Car cela s'échauffe sur les réseaux sociaux. Le débat de fond se fait pourtant difficilement sur facebook et twitter, il est beaucoup plus intéressant que deux like et trois clic. Or, patience pour la polémique, chaque chose en son temps. Mais pour la Culture, en avant toute. Cela fait des dizaines d'années que ce musée doit être rénové. Attendre encore 20 ans qu'il s'effondre parce que le projet de rénovation-extension ne serait pas un idéal-type n'est pas un bon calcul. Nous avons désormais un projet culturel ambitieux qui bénéficiera pleinement aux habitant-e-s de Genève et de toute la région. En faire un enjeu pour les élections municipales d'avril-mai c'est l'instrumentaliser et le prendre en otage. Ce projet vaut mieux qu'un crêpage de chignons sur fond électoral.  


Ensemble à Gauche divisé

Rémi Pagani magistrat et leader d'Ensemble à Gauche soutient le projet de rénovation-extension et l'apport de Monsieur Gandur. Jean Ziegler est régulièrement cité par certains comme un opposant au projet. Si dans son livre 'destruction massive' il porte un regard critique sur les entreprises de Monsieur Gandur, il n'a pourtant pas écrit de livre sur le projet 'rénovation-extension du MAH'. L'instrumentaliser pour lui faire dire ce qu'il ne dit pas sur le MAH est une mauvaise lecture de son oeuvre.

Ce qui est certain, c'est qu'en terme d'œuvres montrées, de projet culturel et d'ouverture au public, le MAH va prendre une nouvelle dimension. Ce projet est une offrande culturelle à ne pas manquer pour Genève. Les milliers d'oeuvres qui dorment dans les caves du MAH ont besoin de nouveaux espaces. Elles seront heureuses si elles peuvent respirer bientôt plutôt que de continuer à moisir sur des rayonnages du siècle passé. 


Un projet qui bénéficie au plus grand nombre

La rénovation-extension du MAH bénéficiera à la collectivité. La liste des soutiens est diversifiée. En la découvrant, forte de plus de 1700 personnes, qui affirment leur soutien au projet de rénovation-extension on trouve une belle diversité :  fleuristes, artistes, politiques, médecins, avocat.e.s, étudiant.e.s, infirmières, etc., (http://www.cerclemahplus.ch/le-cercle-de-soutien)

Dépourvu de budget d'acquisition le MAH n'a pas les moyens d'acquérir de nouvelles oeuvres. La convention avec la Fondation Gandur pour l'Art amènera des oeuvres de qualité mondiale (Dubuffet, Chaissac, Soulages, Riopelle, etc). Aller sur le site de la fondation fait culturellement rêver. (http://fg-art.org). Ces oeuvres sont enviées aujourd'hui par le Louvre et d'autres musées majeurs qui souhaitent les acquérir. Si ce projet ne devait pas se faire à Genève, Lausanne sera toute heureuse de récupérer la collection Gandur pour l'Art. La laisser partir ailleurs serait une perte culturelle pour notre ville.


Partenariat privé public: un mot sale pour la gauche?

Non. Pour autant que les partenariats soient solidement négociés et les conventions interprétées et défendues dans l'intérêt de la Ville par des magistrats forts. Dans le cas qui nous intéresse ici, il ne s'agit pas de privatiser un musée public comme le laissent entendre les opposants, mais de donner les moyens à un musée public de servir au mieux les habitant-e-s. Faire une lecture catastrophiste de la Convention Gandur est une mauvaise lecture.   


Rénover-agrandir ou tergiverser encore? 

Parce que le MAH est à bout de souffle. Parce que les finances publiques vont être soumises à rude épreuve ces prochaines années, parce que la Ville a des immeubles à rénover (Minoteries, Michel Simon), des salles municipales (Faubourg), des crèches à construire, etc., Parce qu'il est antisocial de cracher sur de l'argent qui bénéficiera avant tout aux habitant-e-s de cette ville et créera une nouvelle dynamique au MAH. Parce que, sur la table, nous avons un seul projet aujourd'hui. Voulons-nous payer encore pour des crédits d'étude et raboter le projet d'un musée qui a besoin d'une urgente rénovation, rempiler pour 20 ans de tergiversation autour de ce musée ? Non. Surtout pas cela. 

Nous avons donc aujourd'hui un choix à effectuer entre:

A) Un projet MAH+ de rénovation-extension qui n'est pas l'idéal-type certes, mais permet de mettre une collection mondialement reconnue à disposition du public genevois, de financer une partie du renouvellement du patrimoine historique de la Ville avec un financement privé, de sécuriser un immeuble qui devient dangereux pour les oeuvres et même le public, de donner une impulsion positive au domaine culturel et à Genève.

B) Casser le projet A, repousser à 15-20 ans une rénovation simple, perdre la collection Gandur, donner un mauvais signal aux privés qui engagent leur nom et leur réputation avec la Ville sur des projets ambitieux, renoncer pour un bon moment d'avoir un musée public de l'horlogerie, tout en engloutissant encore quelques millions en frais d'études et réflexion sur de nouvelles variantes (du type "la nouveauté" qu'Ensemble à Gauche a sorti de ses cartons cette semaine et qui a déjà été envisagée-étudiée-écartée) qui finiront par coûter plus cher que toutes les conventions et les projets, aussi bon soient-ils.


Un oui pour Genève et la Culture


Après cette rapide pesée des intérêts, nous sommes placés devant un choix qui peut se résumer ainsi
: rénover-agrandir le musée d'Art et d'Histoire maintenant, ou tergiverser encore et payer plus cher en frais d'études et occasions manquées pour au final n'avoir au bout qu'un vieux musée rafistolé, en rempilant pour 20 ans de tergiversations architecturales et financières au détriment d'un projet culturel.  

Le fait d'avoir lié l'extension à la rénovation est un geste qui fédérera peut-être des oppositions; en même temps, c'est une ambition qui donne de la valeur à ce projet et une nouvelle dimension à Genève.  

J'ai choisi, pour ma part, après réflexion, de dire oui à une rénovation-extension culturellement passionnante et oui à une rénovation-extension du Musée d'Art et d'Histoire qui ouvre de belles et nouvelles perspectives pour Genève.  


12:12 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mah, extension, rénovation, mah+ | |  Facebook |  Imprimer | | |