sylvain thévoz

14/02/2016

MAH : ni sacccage ni éblouissement, une évolution!

mah,culture,votation,changement

Faut-il laisser le musée d'art et d'histoire tomber en ruine, au nom de la sacralisation de la margelle d'une cour? Faut-il renoncer pour les 15 prochaines années à tout changement, par peur d'évolution ? 

Pourtant, les opposants s'arque-boutent autour de la margelle de la cour, parlent de saccage et figurent Jean Nouvel comme un démon venant tout détruire. Du délire.

Il faut tout d'abord rappeler que la Commission des monuments de la nature et des sites (CMNS) a validé le projet Nouvel comme ne portant pas atteinte au bâtiment. Ensuite, que Patrimoine Suisse, principal opposant, a obtenu 80% de ses demandes de modification sur le projet initial. Il est désormais acquis que les mezzanines, qui offriront des espaces d'exposition supplémentaires, ne toucheront pas au bâtiment; que la lumière naturelle continuera d'illuminer la cour intérieure, qui évoluera comme un plateau d'accueil central, permettant enfin la circulation dans le musée; le restaurant panoramique sera inscrit dans le gabarit du bâtiment, l'espace en sous-sol sera maximalisé (un nouveau forum de 300 places, et surtout 2000m carrés dédiés aux expositions temporaires qui manquent aujourd'hui cruellement pour développer ou accueillir des expositions de format international).

Le projet Nouvel, fruit d'un appel d'offre en 1998, est au final un projet que les opposants ont grandement contribué à améliorer. En fait, mieux que tout concours, il a bénéficié de leur participation directe à l'élaboration du projet. Ni saccage ni éblouissement, c'est désormais un projet mature, comme on en fait chez nous, fruit du compromis, des contraintes patrimoniales et politiques, bien dans les clous financièrement, sur lequel le peuple se prononcera. 

La haine des opposants ne saurait être récompensée 

Les opposants ont choisi de faire une campagne qui salit. Paranoïa, théorie du complot, haine, leur stratégie est de jeter le discrédit total sur ce projet. Ils voient des liens d'intérêts partout, travestissent Nouvel en Nosferatu, un mécène en tyran, et Sami Kanaan, magistrat démocratiquement élu, en potentat soustrayant des informations. Chaque semaine, les mensonges deviennent plus gros... et grossiers. Est-ce que cela marchera? Est-ce que les genevois se laisseront abuser ? Les opposants salissent aussi la Ville de Genève et ses employé.e.s, qui ont calculé au franc près le coût de réalisation de ce projet en les décrivant comme des amateurs, au motif qu'en calculant des volumes à la louche et au pif les opposants arrivent eux à des prix plus élevés. A la longue liste des griefs des opposants, il faut donc ajouter leur mépris pour la fonction publique, qui a travaillé pour ce projet, et oeuvre dans le musée aujourd'hui.

 

Revenir au temps des machines à vapeur ?

Pourquoi un tel déchaînement de négativité? Parce que la margelle d'une cour: c'est sacré! Sérieusement ? Pourtant, si vous êtes allé une seule fois de votre vie au musée d'Orsay, à Paris, vous ne pouvez pas oublier que ce musée autrefois était une gare [1]. Et personne aujourd'hui ne pleure le tabac-journaux qui se trouvait au bout des quais. Personne, aujourd'hui, ne regrette la pissotière qui se trouvait là où, aujourd'hui, on découvre l'entier du musée. Quand vous pensez au musée d'Orsay, demandez-vous si vous souhaiteriez revenir au temps des locomotives à vapeur, et en pensant au MAH, si Genève aurait dû conserver ses fortifications. N'est-ce pas dans l'ordre des choses que les architectures évoluent ? 

 

Nostalgie quand tu nous tiens

Sacraliser la cour du MAH, avec ses quelques herbes folles, et ses flaques d'eau noire, fréquentable 4 mois par an est un réflexe de nostalgie et de refus du changement. Il y a pourtant, au jardin botanique, de belles serres et de magnifiques jardins. Il semblerait donc plus raisonnable qu'un musée soit dédié à l'exposition des oeuvres et à l'accueil de collections, plutôt que de sacrifier une rénovation complète au profit d'une cour vide.

 

24958024346_5b722c66ec_o.jpg

 

 

[1] http://www.musee-orsay.fr/fr/collections/de-la-gare-au-mu...

 

 

...............................................

www.sylvainthevoz.ch

09:44 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mah, culture, votation, changement | |  Facebook |  Imprimer | | |

10/02/2016

MAH : le choix de l'intérêt public

12651088_10153797380321826_2643496031574883991_n.jpg

 

Le moment de voter pour la rénovation et l’extension du Musée d'art et d'histoire a sonné. Ce moment, le MAH le réclame depuis des années. Notre vénérable musée de la vieille-ville tombe en ruine, et tout laisse entendre que si rien n'est fait, il devra être fermé à très courte échéance. L'heure du  choix a sonné également pour effacer la volonté pusillanime d’argumenter et contre–argumenter sans fin. Assez de palabres infinies et actons la volonté de ne pas sacraliser une ruine mais de la rénover!  

Les opposants rabâchent depuis des semaines le même article sur un appel d’offre qui aurait dû être un concours... il y a bientôt 20 ans! Ils ne semblent pas voir qu’ils y sacrifient le musée, ses collections, et son public dans une guerre procédurière dont les genevois.es sont les grands perdants. Et tout cela, parce que l’un d’entre eux n’a pas été retenu à cet appel d’offre. Désolant. Regardons plutôt où se trouve l’intérêt public prépondérant plutôt que de laisser aux aigris trop d'importance. 

 

Le grand gagnant sera le public !

Voter oui, c'est voter pour le doublement des surfaces d’exposition, le doublement des surfaces d’accueil, la création d’un restaurant panoramique, une muséographie repensée, avec un nouveau projet scientifique et culturel qui vient d'être présenté par le magistrat Sami Kanaan. C'est s'offrir un musée renouvelé et agrandit qui réouvrira en 2022. Il sera alors toujours en mains publiques, toujours gratuit, et permettra à chacun.e d'apprendre, de questionner, se renseigner sur l’histoire de Genève, de l'art, et lutter contre l’obscurantisme. De l’emploi sera créé. Ce musée sera un atout touristique de plus pour notre Ville, et les retombées pour celle-ci: majeures. Oui à ce nouveau souffle en vieille-ville et pour tout le bassin genevois !  


Un forum de 300 places sera créé sous le musée, une pompe géothermique alimentera le musée qui, a 80%, sera énergétiquement autonome. Le restaurant et le forum seront indépendants du musée. Ils pourront être ouverts même quand celui-ci sera fermé. Le musée de l’horlogerie sera établi et le musée des instruments anciens créé. Certains se demandent encore si ce projet est un projet de gauche ou de droite? Mais ce débat transcende les front politiques. L'extrême gauche s'est d'ailleurs alliée avec l'extrême droite pour le combattre. Il ne s'agit donc pas d'un front idéologique, mais d'un front qui sépare ceux qui regardent vers demain de ceux qui regardent vers hier.

Financé à 50% par les privés, ce projet préserve les finances publiques. Il permettra d'investir l'argent public ainsi économisé dans d'autres domaines (crèches, écoles, installations sportives), pour le bénéfice et le bien être de toute la collectivité.

 

Le débat démocratique a lieu

Malgré ce que prétendent les opposants (accusations paranoïaques d'opacité), ce projet a été étudié et décortiqué sous toutes ses coutures au Conseil Municipal et dans ses commissions. Un référendum a été lancé et a abouti. Des débats ont lieu désormais presque quotidiennement, le prochain ayant lieu ce jeudi[1], organisé par la Tribune de Genève. Que les opposants annoncent déjà des recours devant les tribunaux montre en fait le peu de confiance que ces derniers ont du peuple, de sa sagesse et de son vote. Leur côté procédurier à l'extrême illustre la faiblesse de leurs arguments.

 

Je voterai oui le 28 février pour le musée d'art et d'histoire. Car ce projet est bon. C'est le meilleur que nous avons en main. Il bénéficiera directement et concrètement aux genevois.e.s, à la culture, au vivre-ensemble et à toute notre région. 



[1] http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/saisir-vite-quatre-enjeux-grand-debat/story/20072159

........................................

www.sylvainthevoz.ch

 

 

22:05 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mah, votation, genève, culture | |  Facebook |  Imprimer | | |

31/01/2016

Ne remettons pas à demain ce qui peut être voté aujourd'hui

24389405590_655c3b9b55_o.jpg

 

Ouf, le projet de la nouvelle Comédie a été voté par le Grand Conseil ! Malgré les arguties d'un député PLR qui a tout tenté pour bloquer le projet, allant jusqu'à évaluer la jauge qui n'était pas la bonne (depuis quand la mission d'un député est-il de jauger le nombre et la taille des sièges d'une installation culturelle?), au fait que le projet n'avait pas été présenté assez tôt aux députés (alors que les services cantonaux travaillent dessus depuis des années, suivant un processus normal) ; qu'il ne répondrait pas à un besoin tout à fait ciblé. Objections balayées !

Un nouveau dynamisme culturel est lancé. Renforçons-le maintenant par un vote positif le 28 février pour le Musée d'art et d'histoire, afin que Genève rattrape son retard en terme d'infrastructures culturelles et réhabilite son patrimoine.

 

Ne plus perdre de temps

Les opposants conviennent que le musée d'art et d'histoire doit être rénové. Bien. Ne perdons plus de temps et évitons de nous replonger dans 20 ans de tergiversations.

L'exemple du projet de la Maison de la danse devrait nous inspirer à ne pas remettre à demain ce qui peut être voté aujourd'hui[1].

Rappel: le projet de la Maison de la danse a été formulé en 1997. Son implantation dans le projet du centre socioculturel à Lancy a eu lieu en 2002. En 2004, l'association pour la danse contemporaine trouve refuge dans... une école, aux eaux-vives pour poursuivre ses activités.

En votation populaire, en octobre 2006, le projet de la Maison de la danse dans le centre socioculturel de Lancy est enterré. Un nouveau projet est alors construit, grâce à l'important travail de l'association pour la danse contemporaine, celui d'un pavillon de la danse... réversible!

Présenté aux autorités, discuté, validé par le conseil municipal, il est (sous réserve d'oppositions), destiné à être implanté à la place Sturm en... 2018... si tout va bien. Mais déjà un ou deux riverain trouvent mille et une raison de chercher des noises au projet.... Résultat : 20 ans après... toujours pas de maison de la danse ni de pavillon de la danse...

La politique du non, du refus, du blocage et de l'opposition constante à tout nouveau projet conduit à des impasses ou à des projets redimensionnés à minima. Cela devrait nous amener à douter de la facilité avec laquelle les opposants évoquent des plans B ou C sortis de leurs chapeaux pour le MAH. Il n'en va pas ainsi à Genève.

 

24239684520_4d57ee7192_o.jpg

Repousser la rénovation du musée d'art et d'histoire aux calendes grecques?

Que se passera-t-il le 29 février si le non l'emporte ? L'ouverture d'un nouveau cycle de discussions avec une demande de rénovation simple à 80 millions, qui sera âprement discutée, et après renvois en commission, peut-être une version bis à 70 millions verra le jour, plan C qu'une courte majorité du Conseil Municipal ne votera peut-être pas, arguant du coût, que l'on fait trop pour la culture, par peur des opposants, d'un référendum, etc.,  chacun se renvoyant la patate chaude, la responsabilité du fiasco, plus personne n'osant rien faire, pour un musée maudit qui devra probablement rapidement être fermé pour question de sécurité et de vétusté avancée.  

Ce scénario catastrophe pour Genève, pour la culture et toute ambition nous pend au nez.  Si le non venait à l'emporter le 28 février 2016, s'en serait fini pour tout projet d'envergure sur le Musée d'art et d'histoire avant 20 ans. Toute rénovation a minima coûterait plus cher que le projet soumis en votation le 28 février. 

Comment éviter de casser le nouveau dynamisme culturel à Genève ?

Comment valider une planification durable, consolidée et soutenable de ses investissements en matière culturel et sportif (pavillon de la danse, centre sportif des eaux-vives, patinoire), après des années de jachère et de navigation à vue ? 

En n'opposant pas les projets.

En ne remettant pas à demain ce qui peut être voté aujourd'hui.

Par un OUI franc et net au Musée d'art et d'histoire le 28 février.

 

24036802184_9ce178a895_o.jpg

 

 

[1]http://www.adc-geneve.ch/pavillon/historique/1996-2006.html

 

 

--------------------------

www.sylvainthevoz.ch

10:18 Publié dans Air du temps, Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mah, 28 février, culture | |  Facebook |  Imprimer | | |

29/01/2016

Les barbouzes de Barbier Mueller attaquent le musée d'art et d'histoire

mah,opposants,barbier-mueller

La transparence et l'éthique tant réclamées par les opposants au projet du musée d'art et d'histoire ne s'appliquent-elles qu'aux autres? Je reste étonné devant les moyens engagés, les tout-ménage déversés dans les boîtes aux lettres, et l'appui de milieux financiers opaques qui ne disent pas leur nom. Par exemple : combien d'argent le promoteur-régisseur Barbier Mueller met-il dans la campagne du Non ? No comment répond-il [1]  ... en terme d'éthique et de transparence on a connu mieux!

Les opposants ont affirmé que leur campagne était budgétisée à 30'000.- Cela fait pourtant un long mois que l'on voit les affiches du Non sur les bus et dans les espaces d'affichage payant de la SGA, dans les journaux. Les opposants qui critiquent la provenance des fonds privés pour le projet de rénovation et d'extension, sont pour le moins discret sur l'argent qui alimente leur campagne, sa provenance.[2]

Alors : qui finance la campagne des opposants ? Quels sont les intérêts de ceux qui l'alimentent ?

Les opposants se drapent dans une éthique de la transparence. Bien. Ce principe supérieur ne s'applique-t-il qu'aux autres ? Il se dégage désormais une désagréable impression d'une petite troupe d'opposants prête à tout, financée d'une manière opaque, ayant l'objectif de dézinguer un projet public. Ce projet public est pourtant passé totalement au filtre du tamis démocratique, est transparent sur la provenance de ses fonds, tant privés que publics. On ne peut en dire autant de la campagne des opposants.

 

Dénigrer pour bloquer  

Si je résume la liste (non-exhaustive) de tous les projets que les opposants au musée d'art et d'histoire invoquent à tort et à travers en terme de dépassement budgétaire pour bloquer la situation : il y a le Musée d'ethnographie, l'Opéra des nations, la plaine de Plainpalais, le skate parc, le stade de Genève, le CEVA, la salle de l'Alhambra, ainsi que tous les projets que l'architecte Jean Nouvel aurait fait ou pu faire de par le monde.

A les entendre, tout projet, du moment qu'il engage une dépense, est à bannir; tout engagement est envisagé d'abord sous l'angle du risque inconsidéré. Tout projet est comparé au passé. Allez envisager, après cela, si le projet du MAH+ est bloqué le 28 février, comment on pourra à nouveau engager de grands projets à Genève... le mal sera fait. Le signal désastreux de ceux qui ne veulent rien faire, affirmé.

mah,opposants,barbier-mueller

   

Vers un triomphe du blocage? 

Que les opposants au projet de renouvellement et d'extension du Musée d'art et d'histoire soient transparents et disent tout de suite qu'ils ne veulent plus jamais que la Ville ou le Canton construise quoi que ce soit.

Qu'il disent qu'ils souhaitent maintenir les infrastructures à Genève au début du siècle, là au moins on savait combien il y avait de cailloux autour du feu pour se chauffer.

Qu'ils reconnaissent aussi les intérêts qu'ils servent plutôt que ceux contre lesquels ils prétendent s'opposer.  

La dernière trouvaille des opposants est de demander au Cercle de soutien du MAH+ de s'engager à payer la différence en cas de dépassement budgétaire. Tiens donc, je croyais que les opposants étaient contre la privatisation des biens publics ?

Cette incohérence totale dans l'argumentation dévoile leur volonté de faire obstruction, de gripper la rénovation et l'extension de ce musée à tout prix, même au prix de coûteuses procédures judiciaires.

 

L'argent, moteur unique des opposants

Le projet de rénovation et d'extension du MAH a été voté par le Conseil municipal, il est budgétisé comme investissement. Il est financé pour moitié par des privés ce qui allège la facture pour la collectivité. Entretenir un musée qui tombe en ruine, n'est plus aux normes, et met en danger ses oeuvres s'il n'est pas réhabilité, coûtera chaque jour plus cher, à tel point qu'il faudra fermer le musée, et continuer de payer des gens qui ne pourront même plus y travailler.

Pris dans leurs contradictions et leurs liens d'intérêts, les opposants invoquent l'exemple du sauvetage des bains des Pâquis en votation populaire en 1988. C'est pourtant bien en votant OUI au MAH le 28 février que les genevois-e-s préserveront le musée d'art et d'histoire, lui garantiront une rénovation et valoriseront leur patrimoine. Ce n'est pas en le laissant à sa ruine qu'il sera sauvé, ni en spéculant sur un nouveau projet miraculeux magique et subitement consensuel à l'horizon 2030 au profit d'un quelconque privé qui aura torpillé le projet de 2016. 

Il faut arrêter de croire le mensonge que voter non le 28 février provoquera des économies, c'est malheureusement tout le contraire qui est vrai.

Il faut arrêter de croire que les opposants, financés d'une manière opaque et entamant des procédures judiciaires avant même le vote populaire du 28 février servent les intérêts de la population.

Combien le promoteur-régisseur Barbier Mueller met-il d'argent dans la campagne du Non et à quelles fins, pourrait-on maintenant le savoir ?

 

mah,opposants,barbier-mueller

 

 

[1] https://www.letemps.ch/culture/2016/01/22/nebuleuse-opposants-musee-art-histoire

[2] http://www.lecourrier.ch/135676/mah_les_opposants_denonce...

 

 

---------------------------------------

www.sylvainthevoz.ch

 

12:11 Publié dans Air du temps, Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mah, opposants, barbier-mueller | |  Facebook |  Imprimer | | |

21/05/2015

Nouveau MAH : Exiger de Gandur

Le conseil municipal a donc voté, au terme d'un marathon parlementaire, un crédit de 132 millions pour la rénovation-extension du musée d'art et d'histoire.

C'est une très bonne nouvelle. Aujourd'hui, le musée d'art et d'histoire tombe en ruine. Une rénovation s'impose de manière urgente. Le soulagement et la satisfaction domine chez ceux qui ont voté ce crédit. Ils ont donné les moyens à la Ville de Genève de faire de ce musée le grand musée de Genève et de Suisse de demain.

Chez les opposants (Verts, Ensemble à Gauche et UDC), les perdants des dernières élections municipales, c'est la soupe à la grimace et l'annonce déjà d'un référendum. Il sera lancé dès la semaine prochaine. Les opposants auront alors 40 jours pour récolter 4000 signatures. La votation populaire devrait avoir lieu au tout début de l'année prochaine. On peut regretter que seuls les habitants de la Ville de Genève voteront sur celui-ci alors que pour ce musée, ce sont tous les genevois,et même au-delà d'eux, tous les habitant-e-s de la région qui sont concernés.

Sur les 132 millions votés par le conseil municipal, pratiquement la moitié devrait être amené par des privés, dont 40 millions par Monsieur Jean-Claude Gandur. Cet apport est un enjeu important.

Monsieur Gandur n'est ni un gentleman ou un mécène désintéressé (PLR), ni  un buveur de sang (Ensemble à gauche), c'est un businessman, un homme habitué à faire et conclure des deal. Lorsque monsieur Gandur se répand dans la presse, faisant état de ses états d'âme en s'étonnant d'un amendement du Conseil administratif visant à clarifier la convention lors des débats, il fait au mieux du théâtre, au pire: pression sur les élus... et certainement un peu des deux.

Monsieur Gandur devrait se réjouir de la volonté de la Ville de Genève de clarifier la mise en oeuvre de la convention liant la Ville à la Fondation Gandur pour l'Art. Lorsque Monsieur Gandur dit que Monsieur Kanaan ne l'a pas contacté depuis 2011 il fait preuve d'interprétation libre. C'est troublant d'avoir un partenaire à la mémoire sélective. On est aujourd'hui en droit d'avoir des doutes sur la fiabilité de ce partenaire. Il faut rapidement les clarifier.

Par le vote du conseil municipal, un signal extrêmement positif est venu de la Ville de Genève. Le oui au nouveau projet du MAH et le oui à l'accueil de la collection de Monsieur Gandur est important pour Genève. Il faut maintenant veiller soigneusement à ce qu'une convention soumise à de trop larges possibilités d'interprétation ne soit source de conflits futurs et surtout à ce que l'intérêt public, prépondérant, soit garanti dans la convention.  Monsieur Gandur doit accepter que certains points en soient renégociés et précisés.

Ne le ferait-il pas, il serait raisonnable, au nom de l'intérêt public, de l'exiger de lui. Et si Monsieur Gandur refuse toujours, comme partenaire important, de discuter sereinement de la meilleure convention possible pour la Ville et pour la Fondation Gandur pour l'Art, il s'agira alors peut-être de rejoindre monsieur Gandur sur son avis, certes radical, mais peut-être non dénué de bon sens, qui est de se quitter bons amis, comme il l'a annoncé lui-même dans la presse.

Et vous me direz alors : Quid des 40 millions ? Quid des oeuvres de Monsieur Gandur? Cette issue serait regrettable. Toutefois, on ne peut forcer un partenaire décidé à partir à rester. Il existe d'autres partenaires privés, nul n'est irremplaçable, surtout pas dans une ville comme Genève. De nombreux collectionneurs seraient heureux de déposer leurs collections dans le futur nouveau musée d'art et d'histoire.

Certains trouvent que l'avancée de ce projet a pris décidément trop de temps. En même temps, en voyant toutes les étapes franchies par ce projet, je suis marqué par le travail démocratique, de négociation, avec les opposants, dans les forums démocratiques, les commissions, pour arriver aujourd'hui avec un projet à bout touchant.   

Au final, ce sera le peuple qui décidera du sort du nouveau MAH. Au final, suite au vote du conseil municipal, c'est maintenant au conseil administratif de la Ville de Genève d'exiger de Monsieur Gandur un peu plus de considération pour son partenaire et de ne pas se réfugier derrière une convention conclue rapidement et légèrement par le magistrat vert précédant : Patrice Mugny.

Cette convention doit être clarifiée. Pour Genève, pour l'intérêt public, pour le musée d'art et d'histoire et pour que le référendum menaçant ce beau projet soit une opportunité populaire d'exprimer un oui au musée d'art et d'histoire rénové, agrandi, redessinant totalement la carte culturelle de la Ville de Genève.          

 

 

 

http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/municipal-accepte-credit-financer-nouveau-mah/story/21306636

http://www.tdg.ch/culture/jean-claude-gandur-dynamite-beau-projet/story/11047569

 

 

10:00 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mah, gandur, convention | |  Facebook |  Imprimer | | |

04/03/2015

MAH : Rénover-agrandir ou tergiverser encore?


Ensemble à Gauche, avec drapeaux et calicots, est allée exprimer ce mardi toutes ses réticences sur le projet de rénovation-extension du Musée d'Art et d'Histoire.

Des opposants pressés de... tergiverser  

Faut-il ou non rénover et agrandir le MAH? Ce débat est important pour notre ville. Il promet d'être passionnant. Il a déjà commencé en commissions, avec des votes positif à leur sortie. Il aura  lieu encore en avril lors du vote au conseil municipal. Si Ensemble à Gauche, comme il l'a annoncé, lance un référendum (avec probablement l'UDC à ses côtés qui partage les critiques sur la convention Gandur), le peuple se prononcera dessus en 2016. Pourquoi s'exciter déjà maintenant ?


Des opposants nerveux 

Car cela s'échauffe sur les réseaux sociaux. Le débat de fond se fait pourtant difficilement sur facebook et twitter, il est beaucoup plus intéressant que deux like et trois clic. Or, patience pour la polémique, chaque chose en son temps. Mais pour la Culture, en avant toute. Cela fait des dizaines d'années que ce musée doit être rénové. Attendre encore 20 ans qu'il s'effondre parce que le projet de rénovation-extension ne serait pas un idéal-type n'est pas un bon calcul. Nous avons désormais un projet culturel ambitieux qui bénéficiera pleinement aux habitant-e-s de Genève et de toute la région. En faire un enjeu pour les élections municipales d'avril-mai c'est l'instrumentaliser et le prendre en otage. Ce projet vaut mieux qu'un crêpage de chignons sur fond électoral.  


Ensemble à Gauche divisé

Rémi Pagani magistrat et leader d'Ensemble à Gauche soutient le projet de rénovation-extension et l'apport de Monsieur Gandur. Jean Ziegler est régulièrement cité par certains comme un opposant au projet. Si dans son livre 'destruction massive' il porte un regard critique sur les entreprises de Monsieur Gandur, il n'a pourtant pas écrit de livre sur le projet 'rénovation-extension du MAH'. L'instrumentaliser pour lui faire dire ce qu'il ne dit pas sur le MAH est une mauvaise lecture de son oeuvre.

Ce qui est certain, c'est qu'en terme d'œuvres montrées, de projet culturel et d'ouverture au public, le MAH va prendre une nouvelle dimension. Ce projet est une offrande culturelle à ne pas manquer pour Genève. Les milliers d'oeuvres qui dorment dans les caves du MAH ont besoin de nouveaux espaces. Elles seront heureuses si elles peuvent respirer bientôt plutôt que de continuer à moisir sur des rayonnages du siècle passé. 


Un projet qui bénéficie au plus grand nombre

La rénovation-extension du MAH bénéficiera à la collectivité. La liste des soutiens est diversifiée. En la découvrant, forte de plus de 1700 personnes, qui affirment leur soutien au projet de rénovation-extension on trouve une belle diversité :  fleuristes, artistes, politiques, médecins, avocat.e.s, étudiant.e.s, infirmières, etc., (http://www.cerclemahplus.ch/le-cercle-de-soutien)

Dépourvu de budget d'acquisition le MAH n'a pas les moyens d'acquérir de nouvelles oeuvres. La convention avec la Fondation Gandur pour l'Art amènera des oeuvres de qualité mondiale (Dubuffet, Chaissac, Soulages, Riopelle, etc). Aller sur le site de la fondation fait culturellement rêver. (http://fg-art.org). Ces oeuvres sont enviées aujourd'hui par le Louvre et d'autres musées majeurs qui souhaitent les acquérir. Si ce projet ne devait pas se faire à Genève, Lausanne sera toute heureuse de récupérer la collection Gandur pour l'Art. La laisser partir ailleurs serait une perte culturelle pour notre ville.


Partenariat privé public: un mot sale pour la gauche?

Non. Pour autant que les partenariats soient solidement négociés et les conventions interprétées et défendues dans l'intérêt de la Ville par des magistrats forts. Dans le cas qui nous intéresse ici, il ne s'agit pas de privatiser un musée public comme le laissent entendre les opposants, mais de donner les moyens à un musée public de servir au mieux les habitant-e-s. Faire une lecture catastrophiste de la Convention Gandur est une mauvaise lecture.   


Rénover-agrandir ou tergiverser encore? 

Parce que le MAH est à bout de souffle. Parce que les finances publiques vont être soumises à rude épreuve ces prochaines années, parce que la Ville a des immeubles à rénover (Minoteries, Michel Simon), des salles municipales (Faubourg), des crèches à construire, etc., Parce qu'il est antisocial de cracher sur de l'argent qui bénéficiera avant tout aux habitant-e-s de cette ville et créera une nouvelle dynamique au MAH. Parce que, sur la table, nous avons un seul projet aujourd'hui. Voulons-nous payer encore pour des crédits d'étude et raboter le projet d'un musée qui a besoin d'une urgente rénovation, rempiler pour 20 ans de tergiversation autour de ce musée ? Non. Surtout pas cela. 

Nous avons donc aujourd'hui un choix à effectuer entre:

A) Un projet MAH+ de rénovation-extension qui n'est pas l'idéal-type certes, mais permet de mettre une collection mondialement reconnue à disposition du public genevois, de financer une partie du renouvellement du patrimoine historique de la Ville avec un financement privé, de sécuriser un immeuble qui devient dangereux pour les oeuvres et même le public, de donner une impulsion positive au domaine culturel et à Genève.

B) Casser le projet A, repousser à 15-20 ans une rénovation simple, perdre la collection Gandur, donner un mauvais signal aux privés qui engagent leur nom et leur réputation avec la Ville sur des projets ambitieux, renoncer pour un bon moment d'avoir un musée public de l'horlogerie, tout en engloutissant encore quelques millions en frais d'études et réflexion sur de nouvelles variantes (du type "la nouveauté" qu'Ensemble à Gauche a sorti de ses cartons cette semaine et qui a déjà été envisagée-étudiée-écartée) qui finiront par coûter plus cher que toutes les conventions et les projets, aussi bon soient-ils.


Un oui pour Genève et la Culture


Après cette rapide pesée des intérêts, nous sommes placés devant un choix qui peut se résumer ainsi
: rénover-agrandir le musée d'Art et d'Histoire maintenant, ou tergiverser encore et payer plus cher en frais d'études et occasions manquées pour au final n'avoir au bout qu'un vieux musée rafistolé, en rempilant pour 20 ans de tergiversations architecturales et financières au détriment d'un projet culturel.  

Le fait d'avoir lié l'extension à la rénovation est un geste qui fédérera peut-être des oppositions; en même temps, c'est une ambition qui donne de la valeur à ce projet et une nouvelle dimension à Genève.  

J'ai choisi, pour ma part, après réflexion, de dire oui à une rénovation-extension culturellement passionnante et oui à une rénovation-extension du Musée d'Art et d'Histoire qui ouvre de belles et nouvelles perspectives pour Genève.  


12:12 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mah, extension, rénovation, mah+ | |  Facebook |  Imprimer | | |

02/02/2015

Les musées doivent se secouer

Une genevoise s’est dite choquée par mon texte sur le Musée d’art et d’histoire (MAH) du 10 décembre, elle l’a exprimé par un coup de gueule dans la TDG, ce dont je me réjouis. La culture en ville de Genève manque de sel dans les débats et de passions dans ses enjeux. De temps en temps un petit frisson nous parcourt l’échine, mais sinon, il faut l’admettre, ça manque d’enthousiasmes et de passions.   

Oui, cette Genevoise à raison de gueuler ; mais si mon propos est iconoclaste à ses yeux, j’affirme pourtant quelque chose de très simple : le MAH rénové et étendu doit être un musée vivant, avec un public renouvelé, des animations populaires, pas un parc à tableaux. Oui, le musée de papa où l’on roupille, doit mourir. Le mouvement est désormais amorcé ; pour renaître, il faut faire de l’original avec l’ancien, par des coups de pelles et de vrais choix muséaux.   

Pourquoi pas, en effet, des bals musette et des machines à hot dog, des collaborations avec les maisons de quartier ? Quoi de choquant dans le fait que les beaux-arts s’ouvrent aux habitant-e-s, que les collections soient mises au profit du vivre ensemble ? Le musée ne doit plus être  uniquement au service de la compilation des savoirs et des impuissances curatrices des conservateurs, avec un public alibi ou otage. Le musée sensible doit faire plus de liens avec le vécu des habitant-e-s, les engager à participer, à créer du sens par des médiations risquées. Oui à un musée dynamique, un musée qui donne soif de s’en imprégner, pas de poser devant un petit carré de Van Gogh ou de Soulages, s’y faisant prendre en photo consommant sa barre de culture chocolatée.   

J’ai été bouleversé par l’exposition Sade au musée d’Orsay. Pas parce qu’il y avait des machines à hot dog – non, il n’y en avait pas, nul n’est parfait- mais par l’intelligence du dialogue établi entre l’œuvre de l’écrivain et des tableaux, des courts métrages de différentes époques et courants ; tout un agencement accessible, intelligent, articulé, qui offrait au public du matériel pour composer un présent étayant ses désirs, ses cauchemars, ses fantasmes, à partir de choix affirmés.  

Le MAH est riche de possible et d’un potentiel élevé. Ne manquons pas l’opportunité d’être secoués, émus, exaspérés, cultivés et choqués dans nos musées. Rénovons, étendons, repensons, travaillons les médiations. Si ce courant ne l'emporte pas, je pense que la place des musées sera bientôt au cimetière et que les parcs d’attraction les remplaceront adéquatement.

Cela vous choque ? Je dois vous l’avouer : moi aussi.

Sylvain Thévoz

13:20 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mah, extension, rénovation, musées | |  Facebook |  Imprimer | | |

10/12/2014

Le musée mondial de demain

On a beaucoup parlé architecture et financement concernant le Musée d’Art et d’Histoire (MAH). Certains aiment le projet Jean Nouvel, d’autres non. Certains ne veulent pas d’argent privé,  ni de la fondation Gandur pour l’art ; d’autres, au contraire, souhaitent que l’argent privé soit utilisé à bon escient pour des projets servant la collectivité. On a parlé chevrons, vieux clous, d’un restaurant surélevé, de l’extension du musée dans ou hors de la cour. Cela n’est pourtant pas l’essentiel.

Ce dont on a encore trop peu parlé, et qui doit être le centre du projet, c’est sa dimension culturelle. Ce musée doit désormais nous faire rêver. Il doit être un moteur pour Genève. Dans l’exercice d’une muséologie novatrice, nous attendons une ouverture bouleversant la Cité. Les « Beaux-Arts » ne sont pas réservés à une élite, comme la vieille ville l’est aux pédants qui interdisent aux prostituées de travailler aux abords de l’église Russe. 

Ce que sera le MAH ? Une usine de production, une ruche créatrice d’échanges, de liens et de richesses. Le public ? Ce seront les gamins de la Jonction, les adolescents de la Servette, les touristes étrangers ou les aînées des Eaux-vives. Nous voulons un lieu gratuit, fruit d’un savoir-faire local, où pétrir l’art avec des idées neuves ; et que les habitant-e-s puissent se l’approprier par des expositions thématiques et intelligentes qui accompagneront les enjeux sociaux et politiques actuels.   

Oui aux Picasso, aux Vallotton et Soulages, aux mouvements précieux des horlogers, mais oui surtout aux ateliers de dessins, aux machines à hot-dog et au bal musette, aux  sessions de play station et aux nuits du jeu ; à des soirées pyjamas et à des performances contemporaines. Nos modèles peuvent être le Victoria and Albert Museum de Londres, le British Museum, le 104 à Paris, lieu de coopération culturelle, ouvert sur la Cité, avec des gens motivés, dédiés aux publics, proposant des expositions à haute valeur populaire ajoutée.

Les champs de l’art et de la culture ont bougé depuis le XIXe siècle. Nous voulons un lieu décloisonné et neuf. Un lieu unique, où les gens viendront et reviendront encore, parce que ce lieu leur appartiendra. Nous voulons le musée mondial de demain… et nous le voulons aujourd’hui.

Nous avons les plans, nous avons les idées, nous devons maintenant en charger le contenu. Une telle chance nous est offerte une fois par génération, ne la sacrifions pas pour des vieux clous ou des chevrons vétustes.  Nous ne laisserons personne dire que le MAH ne sera pas le plus puissant musée du monde. Et surtout, nous nous battrons pour qu’il le soit.   

 

10:41 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mah | |  Facebook |  Imprimer | | |

17/05/2014

Nuit des musées: la créature du Dr.Frankenstein, les dinosaures rances, les millionaires à l'amende salée.

10153972_738091769545078_5462956265661287917_n.jpgLa nuit des musées, deuxième édition, ce sont des spiderman en veux-tu en voilà, des batman accrochés au plafond, des superman qui déboulent au musée d'histoire naturelle, un super Kanaan. Les horaires ont été étendus par rapport à l'année passée. Les musées ferment désormais à 23h ou 1h du matin. 33 musées sont dans le coup contre 23 l'année passée. Une partie du programme est en anglais, l'autre se déroule sur les murs. La fête promet d'être belle.

L'attaque désespérée des dinosaures

L'annonce en début de semaine par les dinosaures de Patrimoine Suisse Genève de faire recours contre le jugement du Tribunal administratif de première instance au sujet de l'extension et la rénovation du Musée d'Art et d'Histoire ne gâchera pas la fête. Le mouvement de l'histoire leur est contraire. Ce n'est pas parce que ces dinosaures réactionnaires meurent et veulent faire mourir avec eux  des musées, limiter leurs ouvertures et extensions, qu'ils y parviendront. Ils ne sont plus qu'une dizaine, contre des milliers qui soutiennent le changement et le projet du MAH+: rénovation et extension du musée d'Art et d'Histoire. Même Achille, Héraclès, Ulysse et Trajan veulent la rénovation. Ils ont assez vu tomber de murs, souhaitent désormais des constructions sous les corniches chancelantes du MAH. Pourvu que le ciel ne leur tombe pas sur la tête.     

Brady Dougan supermenteur

Le charme de cette nuit des musées, c'est aussi d'entrer dans de nouveaux espaces, comme cet étonnant Forum du Crédit Suisse où le super-menteur Brady Dougan a aidé les super-résidents américains à frauder le fisc et se retrouve à couver de jeunes artistes helvétiques  pendant que l'héroïque Christian Levrat relève son épée de justicier visant sa tête ainsi que celle du président du crédit suisse Urs Rohner, et le juriste en chef Romeo Cerutti. Un combat de titan, où les super rémunérations à 70 millions du patron du crédit suisse, la belle prune de 2,5 milliards de dollars que CS (Crédit Super) doit aux USA fera apprécier le super prix d'entrée pour cette nuit des musées: 10 balles, autant dire : des cacahuète; un accès démocratique à la culture. Mais quittons l'art bling-bling au service de la banque pour aller, après un passage au musée des sapeurs-pompiers -comment s'éteint un feu- à la plaine de Plainpalais.


1827237_pic_970x641.jpgLa créature sans nom du Dr. Frankenstein

Car le clou de la soirée, l'évènement à ne manquer sous aucun prétexte, c'est l'inauguration de la statue de la créature du Dr. Frankenstein par le collectif Klat. A 21h tapante, dans un tonnerre de décibels et d'éclairs électropyrotechniques, la créature sans nom, sans généalogie, sans foyer, assemblage de bouts de cadavre recousus et composée dans le cerveau de Marie Shelley en 1816 à Genève, fera retour dans sa ville d'origine. Frankie a.k.a The Creature of Doctor Frankenstein figure du double monstrueux fuyant la cruauté des Hommes au milieu d'une Suisse pastorale et luxuriante, marchera désormais à nouveau sur la plaine de Plainpalais en jeans et sweat-shirt à capuche. Elle revient, comme font retour la violence, le désespoir et la nuit quand on les nie, à l'occasion de la fête des musées.

frankie-fmac-ville-geneve-2014.jpgLa créature: symbole d'une révolte

Symbole des marginaux, des rejetés, des égarés, cette statue de la créature est un monument, une reconnaissance des victimes d'expérimentations économiques, de ceux qui repoussent les limites inhumaines du business.  Un contemporain. Quand Viktor Frankenstein revient à Genève, il s'exclame: "Chères montagnes! Mon lac merveilleux! Quel accueil réservez-vous à votre voyageur? (Chapitre VII) Quel accueil ce soir pour la créature ? Sera-t-elle fraîchement accueillie par les aigrefins et les aigris? Peut-être. Elle place de fait devant leurs yeux une part d'eux, de la société, d'ordinaire escamotée et qui fait mal.   

10303943_747348851952703_3098721526191218159_n.jpgA minuit, à la Maison de Rousseau et de Littérature (MRL), trois comédiens donneront voix à la super star du Dr Frankenstein dans l'intimité propice à l'écoute. Place à la danse ensuite à l'usine Kugler avec les WonderWomans DJs, les dinosaures rances du Patrimoine -poussière-, les super millionnaires déchus -paillettes- et la Créature écorchée -bière-. Bal burlesque et bigarré des héros et anti-héros. Pour le brunch des super-familles à 10h, une petite douche, une aspirine, et ça devrait pouvoir le faire.  

Nuit des musées, Genève: 17-18 mai. 

http://www.ville-ge.ch/culture/nuitdesmusees

 

 

 

 

10:04 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nuit des musées, genève, mah, mrl, fmac, frankenstein, batman, wonderwoman, spiderman, kanaan. | |  Facebook |  Imprimer | | |