sylvain thévoz

28/12/2016

Quelle collaboration suisse avec un état colonial ?

 

israël,palestine,onu,résolution,coloniesLe vote, le vendredi 23 décembre, par 14 pays et l'abstention notable des Etats-Unis, de la résolution 2334 du conseil de sécurité de l'ONU, énonce clairement que les colonies d'Israël, toute les colonies, dans les territoires occupés de Cisjordanie et de Jérusalem sont illégales.[1]

 

Il devient dès lors impossible, pour le monde entier, de faire comme si, ou de légitimer l'occupation de quelque manière que ce soit. Ce vote marque un moment important pour la reconnaissance du droit du peuple palestinien; un tournant dans une histoire emplie de méandres. S'il n'y a pas de quoi tomber dans l'euphorie, cette résolution est clairement un jalon, suite aux nombreuses résolutions réaffirmant la primauté du droit international sur la logique d'annexion.[2]

   

Une résolution de plus, un pas vers le changement?

Le gouvernement Netanyahou a beau s'agiter dans tous les sens, vitupérer, menacer ses alliés ayant voté cette résolution (France, Angleterre, Nouvelle-Zélande) l'onde de choc est profonde et marque une prise de conscience du cul-de-sac dans lequel la politique du gouvernement Netanyahou entraîne son pays. Si les Etats-Unis s'abstiennent de faire usage de leur droit de veto pour protéger leur allié, le passe-droit permettant d'accaparer une terre au mépris du droit international se retourne en acte d'accusation.[3]

La fébrilité actuelle, en Israël, illustre le fait que les sanctions internationales ne sont pas indolores. Les atermoiements de Natanyahou, entre menaces et coups d'éclats : annonces de nouvelles colonies, puis leur mise en suspens, l'illustre. Le gouvernement israélien ne peut se permettre d'être politiquement mis aux bans des nations. La bataille des consciences et de l'image est un enjeu important. La colonisation tient encore, en 2016, par le seul fait d'être encore suffisamment légitimée aux yeux de la communauté internationale comme un "état de fait".[4]

 

Une victoire pour BDS !

Cette résolution 2334 est une victoire importante pour les mouvements dénonçant l'occupation israélienne. Elle marque une légitimité renforcée pour le mouvement du BDS (Boycott Désinvestissement Sanctions), qui trouve dans cette résolution du conseil de sécurité une caution internationale à sa dénonciation d'un état hors-la-loi.

Surtout, elle démontre que les moyens d'actions du BDS sont articulés d'une manière cohérente. Ils permettent d'actualiser dans des faits des décisions politiques, et de tendre vers la justice sociale, en haussant le niveau de conscience des populations concernées.

Alors que le ballet du Grand théâtre de Genève et le ballet Béjart Lausanne achèvent une tournée polémique à Tel-Aviv, malgré les avertissements du BDS, la résolution de l'ONU tombe à pic pour rappeler les risques de danser avec l'apartheid. Le dégât d'image étant fait, on peut désormais espérer que l'agenda 2017 des tournées de ces vénérables institutions sera plus solidaire et politiquement mieux inspiré. 

 

israël,palestine,onu,résolution,coloniesContinuer comme avant ?

Cette résolution du Conseil de sécurité conduit désormais directement à s'interroger sur la politique que la Suisse va désormais mener vis-à-vis d'Israël.

Pour rappel, Israël était, en 2015 le troisième partenaire commercial de la Suisse au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, après les Emirats Arabes Unis et l'Arabie Saoudite. Les biens exportés en Israël sont les produits pharmaceutiques, comptant pour plus d’un tiers des exportations (35%), les pierres précieuses et la bijouterie (19% principalement des diamants), ainsi que des machines (14%), des produits horlogers (7%) et agricoles (6%). Les importations d’Israël sont principalement constituées de pierres précieuses et de bijoux (diamants), comptant pour 66.4% du total.[5]

Est-il vraiment envisageable de continuer ce commerce comme si rien ne s'était passé ce 23 décembre 2016?

 

Quel impact, en Suisse, pour cette résolution de l'ONU ?

Certes, il n'est pas certain que la résolution de l'ONU dénonçant la politique de colonisation d'Israël puisse faire rapidement évoluer la situation dans les territoires occupés.

Toutefois, elle doit être reçue comme un signal important pour revoir la politique menée en Suisse à l'égard d'Israël.

Les positions de la Suisse doivent se fonder sur le respect inconditionnel des droits humains, du droit international, et de sa propre neutralité, garante de la paix.

Alors que le gouvernement israélien est condamné par la communauté internationale, il semblerait anachronique et dangereux que notre pays poursuive sa politique d'étroite collaboration économique, militaire, culturelle, avec un état désormais hors-la-loi.

Aux parlementaires fédéraux, aux élus, aux citoyens, consommateurs que nous sommes, de marquer la différence, par le boycott, le désinvestissement, et les sanctions, à l'égard d'Israël, et de faire pression sur notre gouvernement pour que lui aussi passe à l'acte. 

Refuser la collaboration en Suisse avec les états coloniaux, c'est un choix en faveur de la paix.

 

 

[1] https://electronicintifada.net/blogs/ali-abunimah/israel-punishes-world-after-un-vote

[2] https://www.monde-diplomatique.fr/2009/02/A/16775

[3]http://www.haaretz.com/opinion/.premium-1.761114

[4]https://www.letemps.ch/monde/2016/12/26/colonies-rage-net...

[5]https://www.seco.admin.ch/seco/fr/home/Aussenwirtschaftsp...

 

Photo : Afrique du Sud, 1992 - Enfants de Soweto au trempoline - James Nachtwey-  http://www.jamesnachtwey.com

...............................

www.sylvainthevoz.ch

17:05 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : israël, palestine, onu, résolution, colonies | |  Facebook |  Imprimer | | |

11/11/2013

Le paradis c'est exactement ici

IMG_4424.JPGTu vas dans un sens qui plaît à la sécurité israélienne : direction les territoires occupés. Tu passes moins d'heures au checkpoint. La route traverse la ville de Qalandyia, le chauffeur t’indique le camp de réfugiés. Des personnes vivent ici depuis 1948 –une vie de déterré- d’autres viennent d’arriver. C'est de là que descendent les gamins qui lancent parfois des pierres. Il y a 2 mois, en réaction à la mort d'un gamin assassiné, il y a eu des jets de gravats contre les miradors. Comme punition collective, les israéliens ont posé des blocs de béton. Résultat: le checkpoint est plus lent à passer ; le chaos interminable aux heures de pointe. La frustration des gens augmente et le ras-le-bol devant les discriminations, les tracasseries des soldats, éreinte. La ville est prise dans un étau, le mur l’a entouré. C’est invivable. Pourtant, ils tiennent.

Ramallah Dream

Tu montes vers Ramallah. Paysage d’une ville nouvelle. Ramallah récolte des capitaux étrangers grâce à la politique économique de l’ancien premier ministre Salam Fayyad. Une grande partie de l’aide des pays donateurs y arrive. La ville est en plein(e) boom (bulle) économique. Les grues des immeubles en construction sont nombreuses, les immeubles de plus de 10 étages légion. Jolis cafés, boutiques coquettes, restaurants sélects ; tiens, même un hôtel Mövenpick – Ouvert en 2010, les israéliens ont immédiatement interdit l’importation des célèbres glaces de l’enseigne – enfin de vraies raisons sécuritaires!- Pas un diplomate suisse pour protester contre l’outrage, on achètera quand même votre technologie militaire, soyez sans crainte- Ramallah en jette par son dynamisme, mais on peut penser, comme certains analystes, que les israéliens contrôlent stratégiquement ce développement. Laisser grandir Ramallah lui laisser des attributs, ne serait-ce pas en faire de facto la petite capitale des territoires occupés? Multiplier simultanément, pour les palestiniens de Jérusalem Est les entraves, les vexations, tout faire pour les décourager puis les chasser facilement, délégitimiser l’idée de deux états avec Jérusalem pour capitale? Au droit au retour que demandent les Palestiniens les israéliens répondent par les expulsions devant le mur qui déblaie les paysans devant soi et avale la terre. Israël tient la Palestine à la gorge, laisse passer un peu d’air, serre plus fort au besoin. Lis Benjamin Barthe : "Ramallah Dream" (éd.Découverte 2011). Tu ouvres grand les yeux. La résistance de ce peuple est hallucinante.

2013-11-09 14.53.47.jpg

Un modèle de colonisation

De fait, israël est partout. Ton shawarma vient d’israël, ton halva, ton agneau ton poulet, ton boeuf, tes aubergines, tes carottes, viennent d'israël, ton jus d'orange, ton café, ton chocolat, tes glaçons viennent d'israël. Ton Mars ton lait ton Kit et Kat viennent d’israël. Tout ce qui entre est d’israël, sujet au bon vouloir du prince. En sens inverse, tout ce qui vient des territoires occupés est étiqueté israël, en violation encore du droit international. Si israël ne reverse pas aux Palestiniens mensuellement le produit des taxes qu’elle perçoit à son compte, c’est la banqueroute immédiate pour l'Autorité Palestinienne. La dépendance économique est totale. La sujétion militaire aussi : en deux minutes, les forces d’israël seront au palais présidentiel, feront tomber Abbas, si elles le veulent. Les policiers Palestiniens ne sont pas armés. La Palestine, c’est la cour d’une prison. Certains sont dans la cour, d’autres dans des cellules d'autres dans le placard de leur cellule. Certains dans un sac dans le placard. La résistance de ce peuple est hallucinante.

 

Pour un clic ou pour un rien

Facebook est la fenêtre de la prison derrière laquelle des gamins agitent des mouchoirs. Le 8 novembre, 30 palestiniens ont été arrêté, dont un grand nombre des jeunes filles, parce qu’elles tapotaient des slogans entre deux mots d'amour sur le net. La plus forte armée du monde fracasse les portes des maisons pour sortir du lit des kids de 12 ans qui pourraient être tes fils et tes filles si tu avais oublié de leur mettre le contrôle parental, et qui ont écrit Fuck Israël sur leur mur virtuel – les gros terroristes!-. Un mur virtuel face au gros mur et aux "raisons sécuritaires" qui cassent leur vie pour vrai. L’armée israélienne pourchasse les gamins, les prend en photo et les arrête pour un clic ou pour un rien. Elle les tue aussi. Arbitrairement, par ennui, stratégie ou accident.

palestine,colonies,ramallah,droits humains,arbitraire,droit international

Le paradis c'est exactement ici

Fadwah t’emmène de nuit à Jéricho avec ses filles. Elle te montre sur les collines les colonies illégales : ici Ariel, ici Ma'ale Adumim, ici encore une colonie et une autre, comme de petits Los Angeles sur la terre colonisée, toujours en hauteur, toujours au-dessus. Comme à Hébron où les soldats sont sur les toits avec les colons, et balancent sur les palestiniens en-dessous d’eux tous ce qui leur tombe sous la main ou leur urinent dessus. Plus loin un camp militaire ; là où il y a de grosses lumières; c’est une source d’eau accaparée. Là une prison, ici une route barrée, et derrière ces murs un centre militaire délivrant des autorisations de passage au compte-gouttes. Ce territoire est mité, bouffé par les installations d'occupations militaires et les colonies illégales en regard du droit international. Mais Israël pisse à la raie du droit international. Trop de radicalisme rend con, pas assez de radicalisme complice. L’écoeurement monte. Tu te demandes comment ils font pour respirer dans cet espace confiné, résister. Dans la voiture monte une clameur sur une chanson de Faïrouz, voix fortes. أنا لحبيبي وحبيبي إلي Je suis à mon amour et mon amour est à moi. Les filles tapent dans les mains, il faut bien se lâcher, sinon on devient dingues ici. Tu lis cette inscription sur le T-shirt de l’une d’elle –humour palestinien-

« Paradise is just where you are ». Le paradis c'est exactement là où tu te tiens.

Retiens bien la leçon.

C’est quand que le Dalaï Lama ou Frère François viennent visiter Ramallah ?

 

 

13:57 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : palestine, colonies, ramallah, droits humains, arbitraire, droit international | |  Facebook |  Imprimer | | |