sylvain thévoz

01/07/2018

Spécisme & co

antispécisme,alimentation,chasse,animaux,familiers,domestiquesQuelle est la différence entre un bon et un mauvais chasseur ? Un bon chasseur il tire, et un mauvais chasseur... il tire aussi. Cette chute d'une vidéo des Inconnus sur les chasseurs a longtemps été citée comme paradigmatique de l'absurde de la chasse[1]. Aujourd'hui, si cette vidéo était prolongée, on pourrait y adjoindre une séquence : quand un chasseur voit la biche : il tire. Si c'est un âne: il tire pas. Ben ouais, la biche c'est un animal, et l'âne c'est... euh... un animal, mais pas comme la biche.

Le bon et le mauvais chasseur 

Un article de la tribune de Genève du 29 juin nous indique qu'un mauvais chasseur a été condamné  pour avoir tiré sur des ânes près du village d'Arith, en France voisine.[2]. Deux bêtes sont mortes sur le coup, deux autres gravement blessées ont été euthanasiées par la suite. Le chasseur a été poursuivi pour actes de cruauté envers animaux domestiques et violation d'ordonnance sur la chasse. La Fédération de chasse de la Savoie s'est aussi constitué partie civile. Le chasseur, pour sa défense, a prétendu avoir confondu les ânes avec des biches. La fédération des chasseurs a confirmé qu'il était impossible, à la distance où se tenait le chasseur, de les confondre. Le chasseur a été condamné à une amende. Son permis de chasse révoqué. Très (très) mauvais chasseur, donc.

Qu'est-ce qui différence un chat d'un chat sauvage?

Cela interpelle et questionne. Car enfin, un bon chasseur peut tirer des biches sans crainte de jugement pour cruauté envers animal, mais pas des ânes. Pourtant, qu'est-ce qui différencie la biche de l'âne? En un mot : la domesticité, qui est un autre mot pour dire la familiarité. L'âne a un propriétaire, là où la biche n'en a pas. Et les enfants, nous précise l'article, caressaient les ânes dans le champ, et jouaient avec eux. Si le mauvais chasseur avait tiré sur une vache, un chat ou un chien, il aurait certainement écopé du même verdict. Au diable galinettes cendrées, sangliers ou chevreuils, ces derniers peuvent passer sans autre à la moulinette. Les enfants n'ont pas de lien particulier avec eux, on ne leur donne pas de petit nom, ne les nomme ni "fleurette" ou "médor". Conséquence: on leur envoie du plomb. C'est la loi, la coutume.

L'acte de nommer ferait donc basculer du champ du sauvage à celui du familier et préserverait des balles. Il est intéressant de relever que le chemin inverse se fait pour les tueurs d'humain. L'histoire nous montre que ces derniers prennent comme première mesure de retirer le nom de leur victime, d'effacer l'identité de celles et ceux qu'ils peuvent ensuite tuer... comme des bêtes. Le fait de nommer distingue ce qui est familier de ce qui ne l'est plus, et qui finit, suivant une pente bien humaine et morbide, de ne plus mériter aucun égard, ni même la vie.

 

Qu'est-ce que le domestique?

Mais notre chasseur d'ânes, pourquoi n'a-t-il pas écopé de dommage à la propriété plutôt que cruauté sur animal ? Et puis,  s'il y a cruauté envers animaux, quand un chasseur s'en prend à des ânes dans un champ, comment se fait-il que le paysan qui envoie ses chevaux à l'abattoir ou fait de son cochon saucisses et boudins, n'écope pas lui aussi d'une même peine ? Ne devrait-il pas être pareillement condamné pour cruauté sur animal ? Les tribunaux seraient alors remplis d'éleveurs, et les chaînes de supermarchés définitivement et lourdement condamnées pour massacres en bande organisée. Pourtant, à ce jour, cela n'arrive pas. La loi protège ceux qui tuent des animaux domestiques pour autant que ces derniers soient sur une liste agrée et que cela se pratique dans les règles.

 

Tu ne tueras point ( sauf exceptions listées ci-dessous)

Résumons :

1) Les bêtes dites sauvages (celles à qui on ne donne pas un nom d'ami), on peut leur tirer dessus (pour autant qu'elles ne soient pas en voie de disparition, parce que là ça va trop loin), à des périodes spécifiques (chasse ou fêtes), en dehors desquelles, il faut les laisser souffler (elles doivent bien pouvoir se reproduire pour qu'on puisse les supprimer).

2) Les bêtes domestiques, il est interdit de leur faire du mal (essayez de tirer sur votre chat pour voir), mais à l'exception de certains animaux domestiques (qui sont joyeusement mis à mort), mais selon certaines règles (n'amenez pas votre chat à la boucherie, vous serez dénoncé, et ne tuez pas votre cheval dans un champ), et ce donc avec une ferveur redoublée  à certaines périodes de l'année (à Noël ou en été, pour la dinde ou les grillades).

3) Enfin, il y a des animaux domestiques qui sont supprimables sans aucuns soucis légaux (vous pouvez broyer de la souris tant que vous voulez, gazer des taupes, éliminer tous les insectes possibles et imaginables, ces derniers étant rangés dans la catégorie des nuisibles, donc considérés comme qualité négligeable, quel que soit le petit nom que vous ou vos enfants leur aurez donné. Un conseil, faites juste gaffe, si votre enfant a appelé mimi la petite souris de la cave, de bien nettoyer la pelle qui aura servi à l'occire, car en cas de disparition avérée, soupçonné, vous aurez à siéger devant le plus sévère des tribunaux : familial, dont la sanction ne sera pas pécuniaire, mais affective, ce qui est grave).

 

L'humain au centre: mais de quoi ?

Ces distinctions arbitraires entre le domestique et le sauvage sont construites sur des bases économiques, culturelles, historiques, relativement complexes. Voulues et pensées par l'humain, c'est lui qui en assume les frontières et les évolutions. L'histoire change, et si une certaine cohérence d'ensemble s'y retrouve, elle est grandement illisible pour celles et ceux qui ne reconnaissent pas les mêmes codes culturels ou y cherchent une logique éthique (ici on mange les cuisses de grenouille là bas on ne touchera jamais au cuisseau d’un canasson). Bien sûr, tout cela change au fil des siècles, et si nos grands-parents ont massacré des renards, leur tirer dessus quand ils chapardent dans les poubelles du quartier serait condamné, et pas seulement pour trouble à l’ordre public. L'humain aujourd'hui reste le centre, mais l'économie, la culture ont changé, et pas sûr que les coutumes des grands-pères et grands-mères soient encore applicable à notre siècle.

 

L'antispécisme : un temps d'avance

Aujourd'hui, celles et ceux que l'on appelle antispécistes, et qui refusent toute mise à mort d'animaux, ont une avance éthique et une cohérence considérable sur ce sujet. Cela leur donne une puissance incontestable. Que certains d'entre eux en viennent à casser des vitrines pour se faire entendre est regrettable, mais devrait alimenter le débat de fond plutôt que de permettre à certains de se cacher derrière le verre éclaté pour ne pas affronter l’interrogation sur la légitimité au-delà de la légalité pour l’humain de tuer ou non des animaux, et la manière dont il se le permet.

L'humain a décidé des espèce qui lui sont asservies pour sa nourriture, son agrément, et son plaisir. Il a défini les espèces qu'il s’autorise à tuer, et d'autres qu'il peut élever pour un usage segmenté de telle ou partie de la bête - fourrure, oeufs, ou essences-, et d'autres enfin qu'il vénère. Aujourd'hui, cette carte peut, doit évoluer.

Le mauvais chasseur qui a tiré sur des ânes a été condamné pour cruauté sur animal. Les bons chasseurs aux mains immaculées : Monsieur et Madame tout le monde mangeant de bons steak au restaurant et se délectant de filets de perche ne le seront pas...  enfin, pas dans l'immédiat. Il n’empêche, la réflexion sur l’hégemonie humaine du droit de vie ou de mort sur les animaux de la part des bipèdes est à poursuivre.

 

 

[1]https://www.youtube.com/watch?v=QuGcoOJKXT8

[2]https://www.tdg.ch/geneve/grand-geneve/Le-chasseur-suisse...

 

 

..................................

www.sylvainthevoz.ch

10:16 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : antispécisme, alimentation, chasse, animaux, familiers, domestiques | |  Facebook |  Imprimer | | |

02/03/2013

Finir nos assiettes et nous taire?

Parti d'angleterre pour se découvrir européen, le scandale des mets préparés avec de la viande de cheval vendu pour du boeuf en Europe, touche désormais la planète entière et l'Afrique du Sud, où un scandale éclate: ce qui était vendu pour de l'antilope était à 90% de la girafe, voir du porc. Au final, ces scandales ont leur source en un lieu, celui de la spéculation alimentaire qui pousse à faire flamber les prix, à tricher à tous les niveaux pour être concurrentiel. Si la traçabilité doit être renforcée, elle est difficile à appliquer. La loi du profit et la mauvaise volonté à jouer le jeu de la transparence vont de pair. Le journal "Entreprise Romande" l'exemplifie dans sa dernière édition: "Il est ainsi question d'obliger les restaurateurs à indiquer la provenance du poisson, comme c'est déjà le cas avec la viande. Or, beaucoup d'établissements reçoivent des arrivages aléatoires pouvant aller jusqu'à deux fois par jour. Comment savoir si le pêcheur du cru trouvera des perches ce jour là. Et comment traduire une telle incertitude dans la carte?". Alors oui, c'est vrai, à un niveau micro comme macro, pour régler l'incertitude, il existe un moyen rapide: toujours dire que c'est du boeuf et de la perche du lac, ça passe mieux auprès des consommateurs pressés et ça se vend pareil. La loi folle du bénéfice maximum ne s'applique pas seulement sur des étiquettes mensongères. Le scandale est économique. Les instances politiques doivent reprendre pied face à la dérégulation des marchés. 

Miam miam du sang dans mes spaghettis

Aujourd'hui, un milliard d'être humains souffrent de la faim, ce n'est pas une fatalité, mais le produit d'un système financier spéculatif poussant la logique du profit à son maximum. Alors qu'il y a suffisamment de nourritures pour couvrir les besoins de toute la population mondiale, la spéculation sur les matières premières fait exploser le coût du riz du maïs et du blé.  Pour y remédier, la transparence doit être exigée à la racine du problème. Solidar a donc lancé une intitiative http://www.solidar.ch/speculation pour faire inscrire dans la Constitution suisse la lutte contre la spéculation sur les matières premières agricoles et les denrées alimentaires. 

Car si le système du tout profitable nous roule ici dans la farine, en vendant n'importe quoi sous des emballages bien publicisé, il soustrait ailleurs les aliments à la population. C'est la même logique qui est à l'oeuvre. Des banques, des caisses de pension tirent de gras bénéfices de cette spéculation sur les matières premières. Bouffer de la M.... sans exiger d'en connaître la provenance nous rend au mieux naïf au pire captif; cautionner par nos achats la faim dans le monde : complice. Jean Ziegler a tiré la sonnette d'alarme avec son livre Destruction massive et rappelle que Genève est la capitale mondiale des spéculateurs agroalimentaires. Le Gaïa World Agri Fund, un des plus féroces spéculateurs sur les biens agroalimentaires a son siège ici, et de nombreuses hedge-fund sont accueillies chez nous via la complaisance du Conseil d'Etat. Leur comportement pirate est destructeur pour la planète entière.

L'intitiative de Solidar  vise donc à empêcher les banques, les négociants en valeurs mobilières, les assurances privées, les fonds de placement, les investisseurs institutionnels et les gestionnaires de fortune indépendants, etc., d'investir dans des instruments financiers se rapportant à des matières premières agricoles. Il faut signer cette intitiative, affamer les affameurs en ne leur permettant pas de faire du profit avec nos ventres. http://www.solidar.ch/speculation  Mais il faudra aussi, si nous voulons vraiment faire le ménage dans nos assiettes, s'occuper rapidement des Hedge-fund qui ne sont pas soumises au contrôle de l'autorité des marchés financiers suisses (la FINMA), par la faute de la complaisance du Conseil d'Etat et des néo-libéraux du Grand Conseil qui les ont fait venir ici sans souci de mettre en place des mécanismes de contrôle de leurs comportements pirates. Il faudra donc commencer par faire la vaisselle chez nous, dans les entreprises que Genève accueille, si nous voulons y voir plus clair dans nos assiettes.

Hurler que nous ne trouvons pas dans nos assiettes ce que l'emballage nous promet, et nourrir en même temps les spéculateurs de matières alimentaires qui participent de cette situation, sous le prétexte que ces derniers nous donnent quelques miettes de leurs bénéfices n'est pas cohérent. Réevaluons plutôt rapidement les assiettes fiscales des hedge-fund, soutenons notre agriculture locale et signons l'initiative de Solidar pour stopper la spéculation sur les biens alimentaires. Finir nos assiettes et nous taire? Et si on en changeait plutôt la composition ?