sylvain thévoz

14/03/2014

Ne nagez pas samedi

hqdefault.jpgLe gardien de bain l'a dit spontanément, il devait le porter sur le coeur depuis un moment. "Ne venez pas nager le samedi matin", vous ne trouverez pas de lignes ouvertes au public, elles sont toutes réservées aux clubs. Conseil d'ami? Cela se passe à la piscine des Vernets, où la foire d'empoigne c'est tous les jours entre midi et 14h, et dès 17h jusqu'à la fermeture. Le gardien de bain est fataliste. La semaine, il reste une petite ligne pour le public, mais les 80% de la piscine sont occupés par les clubs. Le samedi... c'est encore pire. Ne venez pas nager, faites plutôt de la course à pied, du vélo, à moins que vous n'aimiez la boxe. On va y penser.... vivement l'été qu'on puisse aller nager au lac?

Lire la suite

11:52 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : piscine, investissements, équipements, administration, sport, détente | |  Facebook |  Imprimer | | |

13/11/2013

Rouages de la domination

 

IMG_4610.JPGAvant le passage du checkpoint de Qalandyia. Une femme te dit : tu vas aller sur ma terre. Moi je n’ai plus le droit d’y aller. Tu viens de l’autre bout de l’Europe et tu peux voyager avec facilité. Je n'y ai plus accès. Elle habite à 10 kilomètres de chez elle, de l’autre côté du mur. Un jour, elle a pu obtenir une autorisation pour le franchir. Elle s’est rendue avec une amie sur son terrain pour voir sa maison. Des personnes lui ont demandé ce qu’elle faisait là. Elle a dit qu’elle admirait la nature. Elle ne pouvait pas dire pourquoi elle était là. On l’aurait chassée. Des gamins habitent à 20 km de la mer Méditerranée. Ils n'y sont jamais allé. Des vieux ne l'ont plus revue depuis 60 ans. 

Pendant le passage de Qalandyia. Tu comprends petit à petit le tourbillon administratif et ses complexités. 1)Les résidents des Territoires occupés ont une carte orange, ils ne peuvent entrer dans le bus et passent à pieds le checkpoint, leurs automobiles ont des plaques vertes, et ne sortent pas des territoires. 2)Les résidents « permanents » de Jérusalem ont des cartes d’identité bleues, leurs automobiles ont des plaques jaunes, elles peuvent entrer dans les territoires occupés. Obtenir toute pièce administrative est un chemin de croix.

Un seul peuple, régi arbitrairement par le découpage d’un mur et l’occupation. La séparation du mur impose des statuts complètement différent. L'ordre administratif impose à des familles d’être séparées, de ne plus pouvoir se voir; à des villageois de perdre l’usage de leurs champs. Ce dernier est juste de l’autre côté du mur, mais il faut un détour de 45 kilomètres, franchir un checkpoint, pour y rentrer, à des heures spécifiques, étriquées, et toujours au risque des brimades, refus, pertes de temps imposée. Tu lis René Backmann, un mur en Palestine (Folio, 2009). Lire, comprendre, avoir bien visible devant les yeux ces rouages de domination. Ici, ça malaxe et broie de vies. Le soleil brille, l'air est si doux. Des chats jouent dans la rue.  

2013-11-09 16.01.18.jpgPassage de Qalandyia. Les militaires israéliens montent à trois dans le bus, gilet pare-balle et arme en bandoulière. Ils contrôlent les documents de chacun-e-. Avec rudesse. Une jeune soldate demande du menton à un homme de retirer la casquette de sa tête, ce qu’il fait. Il la remet. Elle lui demande de la retirer une deuxième fois, ce qu’il fait encore. Il te glisse doucement : « they are crazy ». Ils demandent à une femme au fond du bus de sortir. Elle ne veut pas. La soldate insiste pour qu’elle sorte. Elle gagne du temps. Les passagers du bus la soutiennent. Les soldats vont parler au chauffeur du bus et s'en vont. Le chauffeur du bus se lève. Il demande à la femme de sortir. Elle y est obligée, prend son enfant sous le bras. Les soldats l’entourent à 4. Le bus repart. Un homme engueule le chauffeur du bus durant le reste du voyage.   

Après le passage de Qalandyia. Dans le bus, une mère de famille qui revient de Gaza, y travaille comme pédiatre. Gaza-Ramallah : 83 kilomètres. Des familles entière séparées. Pour aller à Gaza elle doit passer par la Jordanie, puis de là en Egypte, avant d’entrer dans la bande par le poste frontière. C'est comme si, pour aller à Berne, tu devais passer par Paris en avion et entrer par l'Allemagne (en beaucoup plus compliqué risqué et coûteux). Les comparaisons sont faiblardes et bancales, car tu es libre, toi.

Sa voisine enseigne à l’université Al-Quds (Jérusalem). Excédée de tout, fatiguée, mais avec une rage qui ne laisse pas place au doute. Elle vient d’aller voir sa sœur malade à Bethléem. Pour cela, il lui faut sortir de Ramallah, passer le check-point de Qalandyia, entrer à Jérusalem, passer le checkpoint de Bethléem, et rebelote dans l’autre sens pour rentrer chez elle. 6h minimum de déplacement pour aller de Genève à Morges. Elle parle de l’interminable attente pour avoir cette autorisation pour entrer seulement 24h en Israël. Pendant ce temps, sa sœur meurt. Elle lui parle par téléphone. Elle dit: je suis résolue, je n'arrêterai pas de lutter jusqu'à la fin de l'occupation, mais je me sens aussi comme un hamster qui se démène dans sa cage. Jusqu'à quand? 

checkpoint,humiliations,administration,aparthied,stapartheid,israël,palestineDes gens vont à l’hôpital en Israël. Ils obtiennent des autorisations de 24h. Pour faire les examens, rester en observation, recevoir les résultats, il leur faudrait le double et plus.Humiliations en passant aux checkpoints où il n’y a pas de contacts humains. Une voix derrière une paroi dit : tu poses tes affaires là, tu avances de quatre pas, tu lèves les mains. Tu avances de huit pas. Bien. Une voix lui crie dessus si elle ne fait pas exactement ce que la voix veut qu’elle fasse. Tu recules de huit pas! (c'est donc cela ce qu'ils appellent processus de paix) Une voix qui la rend pareil à une chose. Une voix qui se protège d’elle-même peut-être, de sa propre humanité, derrière la cloison. Les gants en plastique sur sa peau. Elle dit: être traité comme moins qu'une chose. On prend plus soin du matériel que des gens ici.

A la sortie de Qalandyia, l’embouteillage est monstrueux. Chaos de voitures et de bus qui se poussent. On reste deux heures coincé à parler. Sa fille l’appelle, elle veut savoir quand elle sera rentrée à la maison. Elle dit: bientôt... 

J'arrive.

08:04 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : checkpoint, humiliations, administration, aparthied, stapartheid, israël, palestine | |  Facebook |  Imprimer | | |

13/11/2012

Pierre Maudet tentacule froide

Quelles reptations se déroulent au département de la sécurité? Animé par ce qui sonne comme un cinglant désaveu de la politique menée par sa consoeur Isabelle Rochat, Pierre Maudet touche du bout de ses ventouses des mains, ramène les corps à sa bouche, et les boulote. Noyée Dominique Roulin, directrice de la Clairière, excrétée Fabienne Bugnon, directrice de l’Office des droits humains (ODH), broyée la carapace de l'ODH, ouvertes muqueuses et chaires. Vorace, le tentacule accomplit froidement son travail de démembrement. Cela pourrait être un simple basculement entre hyperphagie et boulimie; entendre, en français courant: entre ce qui se vomit et ne se vomit pas. Mais le tentacule, si elle porte toujours une bouche, a nécessairement un anus. Ce qui sort donc d'un côté doit entrer par l'autre, ou plutôt, parce que cela doit entrer d'un côté, il faut d'abord faire le vide de l'autre.

La faim se fait sentir, le besoin de remplir, le transit s'accélère. Après Roulin et Bugnon, c'est le directeur général des systèmes d'informations qui passe dans le tube. Ouverture du poste au 12 octobre, clotûre au 25. Le 31 octobre déjà le Conseil d'Etat annonce la nomination au poste susmentionné de ... l'ancien directeur depuis 2002 des systèmes d'information et de communication de la Ville de Genève ! Et créé au passage le scaphandre doré de directeur-adjoint pour l'ancien-directeur. Même sous l'eau, les chaises musicales ça marche bien, le son est juste un peu assourdi. Ce nouveau directeur est placé directement sous l'autorité hierarchique d'un secrétaire général. Hop, voilà un poste de secrétaire général qui s'ouvre, parution dans la presse le 12 octobre pour une clôture le... 14. Un poste de cette importance à repourvoir en 4 jours? Etrange comme pratique, non? Si j'ai parfois une algue dans l'oeil qui m'empêche de voir le tentacule dans celle du voisin, je mise là mon maillot de bain et mes tongs que l'heureux élu le savait bien avant l'ouverture de son poste. Si la pêche au gros est bonne, elle est très sélective. Où donc est passée l'ancien secrétaire général ? C'est un scaphandre doré de plus qui nage dans les eaux du Canton?  

Le tentacule froid a fait ses gammes. Avant de s'étendre au Canton, il se nourrissait en Ville. Ses petits poissons préférés: les Agents de Police Municipaux. Il en voulait 25 chaque année. Par gourmandise? Au final, c'était soit du surgelé pour le frigidaire, soit commercialisé sous un autre nom. Un exemple? Le conseil municipal votait pour la bonne bouche 6 policiers municipaux, mais par derrière, c'étaient 6 travailleurs à l'unité de gestion des incivilités qui ressortaient. Joli tour de passe-passe. Et personne hors du bocal pour crier au copinage, dénoncer l'arnaque sur l'étiquetage?

Je n'ai pas de lunettes pour voir dans l'eau trouble, ni la vocation du requin pour nager dans le sang. Je lève juste un drapeau de prudence à la baignade. Même si un bon plongeur devrait quand même aller voir de plus près ce qui se passe dans l'aquarium du département de la sécurité. Bien sûr, les vitres de l'aquarium sont propres, le silence règne. Mais il faut douter de l'entreprise de communication qui transforme la boue en eau trop claire et des tentacules en outils de bonne gestion. Car derrière la vitre, ça dégurgite à tout va et à défaut de se la jouer grand bleu, Pierre punit la chaîne Léman Bleu, et rajoute du pschit pschit et son déo sur les vitres.

Qu'est-ce ce qui l'emportera de la digestion ou de l'excrétion; de la communication aseptisée qui cache la merde aux poissons ou de la transparence? Et durant combien de temps accepterons-nous encore que la santé, le logement, le social soient passés à la moulinette aux cris de REGIME pendant que le tentacule se frotte la panse et se fabrique des scaphadres dorés tout en nous rotant au visage des petits poissons morts au milieu de bulles colorées ?

18:08 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : maudet, politique, administration, sécurité | |  Facebook |  Imprimer | | |

13/07/2012

Des bâtons dans les chambres à air

403924_10151072840706826_2002892120_n.jpgUn été à la plage? Tomber sur Jean Georges Ernst est toujours vivifiant. L'homme porte à sa taille chambres à air, niches à briquet ou téléphone portable, kit d'outils d'entretien pour son "cheetah-baby plage", des bouts de bois en bandoulière. Il ressemble presque aux vénérables platanes qui supportent un entrelac de pneus, de lianes, de balançoires et d'échelles -uniquement du matériel recyclé- n'étaient la barbe et les cheveux blancs alors que ceux des platanes sont d'un vert fluorescent. Mais le bonhomme a la sève qui bouillonnne. Aujourd'hui, il est en colère.

 

Lire la suite

18:45 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cheetah-baby plage, jean georges ernst, administration, citoyenneté | |  Facebook |  Imprimer | | |