sylvain thévoz

Genève

  • Il y eut un soir, il y eut un voisin

    Imprimer

    683D397E-7816-42BD-8170-AE35F50D1DB4.jpegIl y eut des gens pour croire à la vie sous l’écorce

    Il y eut un soir, il y eut un voisin

    Il y eu les malades et les morts, les porteurs de lumière 

    Il y eut davantage de soutiens que de charges

    davantage de regards que de règles, de liens que de chiens.

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • Menaces d'un confinement "total" : un aveu de faiblesse ?

    Imprimer

    F7303BD0-0228-4196-BEE3-A28547A0840C.jpegCertains menacent la population d'un confinement plus strict, "total", et s'en prennent d'une manière indistincte à toutes celles et ceux qui sortent, continuent d'aller dans les parcs et sur les quais pour prendre soin de leur santé physique et psychique. Cette manière de mettre la pression sur des citoyen-ne-s qui respectent pourtant les normes sanitaires en vigueur (distance de 2m, pas de regroupement à plus de 5) rajoute de l'angoisse à l'angoisse et met la pression sur des pratiques individuelles plutôt que de développer des solutions pragmatiques et accroitre les ressources collectives. 

    Alors que la population est sous une extrême pression, soumise à un stress puissant, que la crise sanitaire, sociale, économique est extrême et demande une union sacrée;  ces menaces risquent de provoquer davantage de divisions, d'oppositions... et renforcer encore davantage les inégalités sociales. 

    Alors certes, oui, il y a des personnes qui ne respectent pas encore assez les normes en vigueur. Avant de menacer de verrouiller les parcs et les quais et de punir tout le monde, ne serait-il pas de bon ton de mieux informer et de renforcer les patrouilles de terrain? L'autre jour dans un parc, un groupe d'expat' en tenue fluo faisait de la gym intensive en hurlant. C'est énervant. C'est criminel. Faut-il pour autant fermer le parc pour tout le monde? A-t-on pris soin de leur décliner les recommandations sanitaires, et ce dans différentes langues ?

    Les jeunes : boucs émissaires faciles

    Certains s'en sont pris aux jeunes, boucs émissaires faciles. Un mélange de commérage et de délations sur les réseaux sociaux a conduit à les stigmatiser en bloc. Pourtant des scouts ou d'autres associations de jeunesse se sont organisés partout en Suisse pour amener de l'aide. Les jeunes sont un des moteurs de solution et d'entraide à cette crise actuellement.

    L'économie : point noir de la lutte pour la santé

    En parallèle, ça s'entasse à plus de 40 dans les open space bancaires... ce qui ne fait pas réagir davantage notre gouvernement. Rappelons qu'à l'échelle suisse, les chantiers sont toujours ouverts, et que les caissières des supermarchés n'ont pas le droit de porter de masque. On aimerait beaucoup, plutôt que de stigmatiser les groupes sociaux les plus visibles dans l'espace public, que l'État prenne davantage soin de renforcer les contrôles dans les entreprises, protège les travailleuses et travailleurs exposés à de forts risques sanitaires, et renforce les bonnes pratiques.

    L'État lui-même se doit d'être exemplaire. Or, des policiers dénoncent le fait de devoir s'entasser à trois dans leur voiture ou à plus de dix dans les postes de police confinés, sans matériel de protection adéquat. On souhaiterait que le gouvernement prenne davantage soin de protéger son personnel, respecte lui-même les mesures sanitaires en vigueur, plutôt que de menacer à grande échelle la population d'une manière indistincte. 

     

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • Le 5 avril : Justice sociale et transition écologique!

    Imprimer

     
    IMG_0508.jpgEn cette période difficile, nos pensées vont à celles et ceux qui luttent pour maintenir à flot nos institutions et sont au front pour faire fonctionner notre système de santé ainsi que notre
    approvisionnement et notre sécurité.
     
    Nos pensées vont également à toutes celles et ceux qui
    sont touché-e-s dans leur santé par le virus ainsi qu’à leurs proches.
    Malgré la situation extrême dans laquelle nous nous trouvons,
    le 2 ème tour des élections au Conseil administratif est maintenu.
    Plus que jamais il est important de nommer des représentant-e-s à la hauteur des enjeux. Dès lors, les 4 candidat·e·s Sami Kanaan, Frédérique Perler, Christina Kitsos et Alfonso Gomez se présentent sur la liste n°1.

    Lire la suite

  • Tu veux être à la hauteur ? Garde tes distances!

    Imprimer

    90526058_10157901069091826_3303603730716295168_n.jpgPlus que jamais, notre responsabilité est requise. Pas de place pour la polémique. Pas de place pour les privilèges. Pas de place pour la panique. Il nous revient de suivre et appliquer les recommandations officielles et d'être solidaires envers les plus fragiles d’entre nous en... marquant nos distances physiques, tout en étant attentif à ce que personne ne demeure isolé. 

    Mobilisons nos énergies et ressources pour franchir collectivement ce terrible défi sanitaire et social. Protégeons-nous. Protégez-vous. Protégeons-les. C’est l’affaire de toutes et tous. C'est notre geste décisif pour soutenir toutes celles et ceux qui mettent en danger leur santé dans les hôpitaux, au sein du service public, pour garantir la santé et le bien de toutes et tous. 

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • Comment faire campagne avec le coronavirus ?

    Imprimer

    14088231730_55761a10cf_b.jpgIl faut s'approcher des gens en gardant ses distances. Cette invitation paradoxale n'est pas simple à tenir quand naturellement, en campagne, on est porté par le désir de convaincre, l'envie de partager, le souhait précisément de se rapprocher de l'autre pour s'en faire mieux connaître et développer ses idées. 

    On va pour serrer la main... on se reprend de justesse: pas de ça ! On va pour une bise... et demeure suspendu à mi-chemin. Il est intimé de ré-inventer la bonne distance. 

    Triste réflexe : on se lèche le pouce pour séparer deux flyers. Ce qui semblait  simple auparavant fait désormais office de repoussoir. Déjà que l'autre lorgnait d'un air suspect ce flyer ayant passé dans des mains inconnues... mais lécher un papier, c'est devenu immonde (criminel?). Un flyer ça pouvait encore passer, mais un flyer ensalivé ? - ENSALIVÉ? Jamais. Autant mourir. Faut plus lécher les tracts. Évidemment. 

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 0 commentaire
  • Des défis majeurs pour les villes

    Imprimer

    PROD_LV_AFFICHES PS-VERTS_F4-1.jpgLes villes sont l’échelon institutionnel le plus proche des habitant·e·s. Paradoxalement, elles ont peu de compétences décisionnelles, en particulier à Genève. Leur force et leur légitimité se trouvent dans l’action de proximité pour renforcer la cohésion sociale et l'inclusion de toutes les composantes de la population. Cet équilibre se concrétise également par un aménagement urbain respectueux du cadre de vie des gens.

    Aux défis de justice sociale s'ajoutent ceux générés par les dérèglements climatiques.

    Ses effets néfastes ont un fort impact sur les populations urbaines ; davantage encore sur les personnes défavorisées sur le plan socioéconomique.

    Les villes doivent préserver et consolider leurs compétences, leurs ressources et leur capacité de mobilisation et d’innovation pour faire face à ces enjeux. A elles également d’interpeller fortement les échelons insti- tutionnels supérieurs, ainsi que le secteur privé lorsque c’est pertinent.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 0 commentaire
  • Le virus ou la vie ?

    Imprimer

    76c387532194999f5e7095cfdcc0f2fa.jpgAlors que le coronavirus a débarqué en Suisse et que la décision du Conseil fédéral d’interdire tout rassemblement de plus de 1'000 personnes, fait trembler l’économie et suscite un mouvement de peur diffus, il est important de garder la tête froide, appliquer et faire appliquer les consignes de sécurité. Mais il ne s'agit pas, comme des bandits de grand chemin de dire : "le virus ou la vie" et de paniquer dès qu'un-e voisin-e éternue dans son coude, ou renfile dans sa manche, mais bien d'inclure la possibilité du virus dans nos vies, et tirer rapidement les enseignements politiques de cette crise. 

     

     

     

     

     

     

    Lire la suite

  • Sortir du panneau du sexisme

    Imprimer

    83362439_10157726909976826_1899120549859164160_n.jpgAvant l’intervention de la Ville de Genève, les panneaux qui représentaient des femmes étaient ceux relatifs aux poussettes dans les TPG ou aux mamans pour les rues piétonnes. La présence des femmes dans l’espace public était donc réduit à un rôle maternel. Bizarre que celles et ceux qui souhaitent avoir des panneaux ‘neutres’ et ‘universels’ ne s’en soient jamais plaints. Bizarre que celles et ceux qui hurlent quand on modifie des panneaux en argumentant sur le fait que le petit bonhomme à chapeau des années 50 serait universel, ne dénoncent pas le fait que le bouton pressoir des TPG ne l'est aucunement et ne le réclament pas. On pourrait en dire beaucoup sur la représentation de cette maman, au ventre plat, à la cambrure marquée. Encore une représentation du sexisme ordinaire. 

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • Les arbres repoussent, pas la vie humaine

    Imprimer

    D63BC086-7C04-4CA0-B00D-422F13FA671A.jpegInterpellé par l'article de La Tribune de Genève annonçant le dépôt de deux pétitions, dont une pour s'opposer à la coupe d'arbres le long de la route de Pinchat, je suis allé voir sur place de quoi il retournait[1]. Première nouvelle, des panneaux indiquent la crainte de citoyen.ne.s que cette pétition empêche la concrétisation d’une piste cyclable qui résoudra une situation dangereuse pour les cyclistes. En voyant les voitures se croiser, carrosserie contre carrosserie, sans laisser de places aux cyclistes, tassant les vélos sur le bas côté,  on comprend vite la mortelle dangerosité du lieu. Est-il préférable d'abattre un arbre ou d'attendre qu'un.e cycliste se fasse écraser? Le lieu est mal éclairé. Dangereux, dangereux! On comprend immédiatement que des cyclistes montent aux barricades pour défendre la future piste cyclable. Ce lieu est un coup-gorge. Bien sûr, il ne faudrait pas avoir à choisir entre la vie d'un arbre et la vie d'un cycliste. Si vous étiez au conseil municipal de Carouge qui va en débattre ce jeudi soir : vous voteriez quoi ? La préservation de la vie d'un arbre ou celle d'un.e cycliste? 

     

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 0 commentaire
  • Panneaux signalétiques : merci madame la Maire !

    Imprimer

    74537186_10157702407641826_8721517129930637312_n.jpg

    La politique, ce sont des projets d’infrastructures, des mesures lourdes et des mesures symboliques. Le beau projet mené conjointement par la Ville de Genève et le Canton de modifier avec une belle économie de moyens les panneaux signalétiques pour les rendre à la diversité démontre que rien n'est figé n’est figé dans le formol, et que la politique peut changer très concrètement notre quotidien.

    Le symbole, et l'acte politique fort, dans cette action, c'est que le personnage lambda "neutre" du passage piéton n'est plus un monsieur à chapeau. C'est fini. La société a changé et celles et ceux qui n'avaient pas leur place ne peuvent plus être nié-e-s aujourd'hui. Les citoyen-ne-s de second rang et de longue date (femmes, enfants, aîné.e.s) effacé-e-s de la statuaire urbaine, gommé-e-s des nominations de rue, des commémorations officielles et historiques, refont désormais surface grâce à une volonté politique, celle de la maire de la Ville de Genève Sandrine Salerno. Voilà un joli geste qui aurait dû être unanimement salué. Pourtant, des réactions conservatrices, machistes, voire haineuses et dénigrantes se sont fait entendre. Mon Dieu on a touché à la statuaire. On a remis en cause, par une modeste action, ce qui semblait de tout temps figé dans le métal et bien cadré. 

     

    Lire la suite

  • Le compte à rebours du 31 décembre

    Imprimer

    F06B4E5D-04E8-4B00-AEBA-70A1DCE368BB.jpegC'est un cycle plus immuable que le lever du soleil. Chaque année il revient, chaque fois similaire. Tout change peut-être. Notre monde s'accélère, se dématérialise disent certains, se numérise certes, mais il demeure un pieu bien solide fiché jusqu'au fond des cerveaux des spectateurs fussent-ils écervelés : le triptyque charité-rétrospective-strass et paillettes de fin d'année.  A chaque journal télévisé, la fabrique du bornage social est puissante. Les phases médiatiques de fin d'année:  plus prévisibles que les cycles des marées. 

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • Mobilisation pour Julian Assange

    Imprimer

    Ce jeudi, sur la place des Nations, à Genève, les partis politiques de gauche et de nombreuses associations étaient réunis pour demander la libération immédiate de Julian Assange et sa conduite en lieu sûr, pour soutenir toutes les démarches possibles afin que la Suisse lui accorde l’asile politique.

    Le Conseiller aux Etats Carlo Sommaruga a été remercié pour les démarches entreprises à Berne afin de protéger la vie de Julian Assange. Toutefois, les démarches pour obtenir l’asile ou un visa humanitaire en Suisse sont complexes et très réglementées. Depuis 2012, plus aucune demande d’asile ne peut être déposée auprès des représentations diplomatiques suisses à l’étranger. Ce qui est regrettable. Des personnes perdent la vie aujourd’hui du fait de cette impossibilité de déposer des demandes d’asile depuis l’étranger. La Ville de Genève a également demandé au gouvernement suisse d’intervenir pour sauvegarder la vie et l’intégrité corporelle de Julian Assange, fondateur de Wikileaks.

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Air du temps, Genève 0 commentaire
  • Les casseurs sont au parlement!

    Imprimer

    80361208_10157597195016826_3031445225265430528_n.jpgLes député.e.s étaient réuni.e.s au Grand Conseil pour le vote du budget. La droite cantonale a procédé alors au massacre de Noël en biffant 412 postes du budget 2020 de l'Etat de Genève (des postes d'enseignant.e.s, au service de la protection de l'adulte, au service de la protection des mineurs, etc.,); cassant violemment l'équilibre social. Un collègue partageait alors avec moi la photo prise lors de l'inauguration officielle du Leman Express ce jeudi 12 décembre. Et que montrait cette terrible photo? un tag! Sur le nouveau train ! Blasphème.

    Avec un brin d'humour, et un clin d'oeil décalé rendant hommage à l'acte créatif et politique d'appropriation d'une rame de train flambant neuve par des adeptes de peinture, je soulignais brièvement le caractère subversif et créatif de ce trait sur un réseau social. Pour rappel, la culture du graff est une culture non-violente, et avant tout un mode d'expression. Les graffitis existent depuis des époques reculées, certains exemples remontent à la Grèce antique et à l'Empire romain. Le graffiti est aussi une forme d'art graphique. Certains le trouvent beau et esthétique, d'autres y voient du vandalisme. Au moment où les officiels étaient réunis autour du Léman Express, ce graffiti ramenait sur le devant de la scène ceux qui n'y étaient pas été conviés, ceux qui, au milieu des délais et budgets respectés, avaient réussi à glisser un trait décalé. Il y avait dans cet acte aussi quelque chose de fort Pas de quoi casser trois pattes à un canard?    

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • Sion-Servette: mettons le racisme hors-jeu!

    Imprimer

    73056627_10157449749036826_4998682663653998592_n.jpgSortez vos bâtons les rats sont de sortie. Voilà le message affligeant répandu en Ville de Sion avant le derby Sion-Servette de ce samedi 26 octobre. Voilà ce que peuvent produire de plus ineptes des petites affichettes A4 sorties d’une imprimante et de tous petits cerveaux. D’autres messages rappellent aussi l’heure du match et l'accompagnent d’impératifs brusques comme « honore ta ville » une phraséologie bas de plafond et dangereusement haineuse.  

     

    Lire la suite

  • Es-tu vraiment au coeur de ta vie?

    Imprimer

    0AE69D4C-068F-4111-A987-D4BD4956E161.jpegCela faisait longtemps que je ne l'avais pas vu. D'habitude il se tenait devant le supermarché du coin, jouant de la flûte, demandant une pièce. Puis il avait disparu. Ce dimanche matin, il était de retour, devant le supermarché fermé, dans une rue déserte, jouant de son instrument, pendant que de timides lumières s'allumaient aux fenêtres. Les petits-déjeuners se préparaient, les enfants se réveillaient. Je me suis arrêté pour l'écouter et lui parler. Il m'a raconté sa vie. Il n'était pas d'ici. Il m'a dit : "Es-tu vraiment au coeur de ta vie?" 
     
     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 0 commentaire
  • Lettre d'amour à un.e candidat.e

    Imprimer

    metro-bonde-a-chatelet.jpgCher.e candidat.e

    Les élections sont au système démocratique ce que la déclaration est à l'amour. Un passage obligé et chargé d'émotions. Un moment clé, où la connexion intime est confirmée, ou une gênante fin de non-recevoir murmurée.

    Quand tu t'es porté.e candidat.e, tu n'aurais jamais imaginé combien cet amour pouvait être exigeant. Passage obligé, les plateaux télé ou radio, les émissions de plus ou moins bonne qualité, où tu dois parfois te faire violence pour répondre aux questions. Ces dernières vont du quizz indigeste (date de naissance d'un illustre inconnu du 18e aux dernières lois votées à Berne) à des développements qui n'ont rien à envier à de véritables thèses de doctorat. Toi, tu dois être prêt.e à tout. Tu dois répondre de tout. 

    Insidieusement, tu t'es transformé en toutou savant.e, en encyclopédie sur patte. On attend de toi au minimum une forme de science infuse; on ne te pardonnera pas de manquer de sympathie et de sourire ou de charisme. Et cela 24 sur 24, à l'aube comme au bout de la nuit. 

    Tu connais par coeur maintenant le sadisme galant de ceux qui veulent te prendre en défaut, te glissent avec délectation des peaux de banane sous tes pas. Heureusement, il y a les autres, celles et ceux pour qui tu te bouges et qui ont besoin de changement, attendent de vraies réponses pour leur vie quotidienne, ont des besoins criants et cherchent des partenaires fiables pour y répondre : toi. 

    Tu devrais tout savoir. Et si tu ne sais pas, nous faire croire que tu sais? C'est vrai, on n'aime pas rester sans réponse et si possible immédiate, dans notre société. Mais surtout, on te désire sincère. C'est la base de l'amour non? La séduction n'a qu'un temps, et est souvent un leurre. 

    Les invitations, innombrables, pleuvent. Elles vont d'une fête de quartier aux cercles les plus restreints d'entrepreneurs ou d'artistes. Dans ton sac maintenant, toujours deux jeux de vêtements, au minimum. Ainsi, en une journée, tu peux traverser plusieurs mondes. Toujours, tu dois correspondre aux codes des milieux que tu traverses. Gare au faux-pas. Quand il pleut, te déplacer d'un lieu à l'autre tout en restant impeccable. Quand il fait chaud, ne plus transpirer sous les aisselles. Tu n'aurais pas imaginé que notre société était composé de tant de différences. Si l'élu.e est du peuple, il doit montrer des talents d'homme ou de femmes orchestre que peu possèdent. 

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Air du temps, Genève, Humeur 0 commentaire
  • Grève des femmes* et féministes à Genève : combien étaient-elles ?

    Imprimer

    storybundle.jpgCe vendredi 14 juin, jour national de grève des femmes* et féministe, une foule immense, que l’on n’avait jamais vue de mémoire de Genevois-es, s’est réunie sur la plaine de Plainpalais pour exiger la fin des inégalités salariales et des discriminations dans le monde du travail, l’établissement de rentes qui permettent de vivre dignement.

    Cette foule immense et résolue de femmes* habillées en violet regroupant plusieurs générations, demandait que le travail domestique, éducatif et de soins soit reconnu et partagé, de même que la charge mentale, afin que que le travail éducatif et de soins soit une préoccupation collective. Cette mobilisation impressionnante, s'est levée dans toutes les villes et les campagnes de Suisse ainsi qu'à Genève. Elle exigeait, ce 14 juin, d'une même voix, la fin des violences sexistes et sexuelles ainsi que la fin de toute forme de discrimination basée sur le sexe. L’intensité émotionnelle ce 14 juin était dingue, le moment historique. Combien étaient-elles ? 

     

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • Urgence démocratique

    Imprimer

    11E39E96-A101-488C-A2D8-896D6933F74E.JPGFranchement, cette votation du 19 mai était déjà bien compliquée. Les électrices et électeurs s'étaient déjà faits assommer par une brochure explicative longue comme le bras. Ils devaient ensuite, estourbis, chercher dans une deuxième enveloppe leur parvenant en décalé, leur matériel de vote. Déjà la participation plafonnait à une poignée de pourcents (18% à J-10). On se demandait qui allait vraiment voter au final. C’est alors qu'éclatait une bombe : l'annonce de possibles manipulations de matériel de vote au service des élections et votations et ce durant des années, pouvant potentiellement avoir faussé, biaisé des résultats, et déjà entaché les votations du 19 mai. 

    Avant la bombe déjà, cela demandait beaucoup d'abnégation pour voter; un certain nombre de compétences pour comprendre les enjeux, se sentir certain de son choix ou à tout le moins suffisamment serein pour le lâcher, s'en remettre aux mots d'ordre des partis, aux recommandations d’un tel ou une telle. Après la bombe, instantanément, la certitude que sa voix allait porter ne semblait plus garantie. Sentiment de trahison. La bonhomme certitude de la fiabilité du processus volait en éclat. A tel point qu’il faille s’interroger froidement aujourd’hui sur qui ira au bout du processus en allant voter. A cette question, le peuple devrait donner une réponse forte: mobilisation! 

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Air du temps, Genève 0 commentaire
  • Pousse toi de mon trottoir que je pousse un sprint

    Imprimer

    femina_41_bootcamp_1_0.jpgCe matin un homme torse nu, petit short, s’étire devant la boulangerie où j’ai l’habitude de prendre mon premier café de la journée. Musclé, il fait ses étirements sur le trottoir, comme s’il était dans un parc ou au fitness. Peau bronzée, impeccable, les abdos bien découpés, un banc public fait office de barre d'appui pour ses exercices d'agrès. La patrouilleuse scolaire ne se laisse pas perturber et continue de lever son sémaphore: autre type d'exercice, afin de freiner les voitures pour laisser traverser les écolier.e.s en sécurité. Lui, imperturbable, fait son stretching sur les caissettes de journaux. Le matin orange est mort, vive l'étirement des mollets durcis...   

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • Anachronisme chronophage

    Imprimer

    7A35D62C-2FDE-41A7-8CE8-B82EAAD887B7.jpegAnachronisme chronophage c'est un peu barbare comme énoncé, mais je trouve que ça résume bien le fait qu'il y a des survivances du passé qui aujourd'hui nous empêchent d'être dans le présent.

    Je m'explique : Devant un hôtel 5 étoiles du quai des Bergues, sous les enseignes rutilantes des marques de luxe, des bolides de luxe sont alignés. Des modèles rares sûrement, qui se manoeuvrent avec précaution, s’emboîtant les uns dans les autres pour former une lignée tape à l’œil. 

    Est-ce remarquable ? En tous les cas, cela attire l’attention. En face de ce mur de rétroviseurs stylés, de carénages empâtés, de jeunes hommes prennent des photos, immortalisent un monde en train de mourir, se prenant eux-mêmes en photo devant ces cercueils de métal rendus sexy par des peintures affriolantes. . 

    Ces jeunes hommes s’approchent des modèles comme s’il s’agissait d’un Saint-Graal ou de totems anthropologiques à vénérer. Mais on dirait plutôt des reliques d'un monde défait. Sorte de mausolées ou de cénotaphe, monument funéraire sans corps, sans vie, sans avenir. On se rappelle alors que le quai des Bergues devait être piéton des ponts de l’Ile à l’hôtel des Bergues, et que devant l’hôtel de luxe devait se trouver une zone piétonne. Dans les faits, cet espace sert de fait de parking de luxe offrant l’image la plus vulgaire, à contre-courant de l’histoire et caricaturale que l’on puisse imaginer. On en vient vite au constat de la quantité de vie que prennent ces bolides. Vie des rues, vie des routes, place des places piétonnes. Empiétement et envahissement.   

      

    Mausolée de l'auto

    Ce culte des bagnoles de luxe doit avoir lieu en lien avec une grande messe quelconque. C’est évidemment le traditionnel salon de l’auto qui s’annonce. Ce défilé de bagnoles est aussi vulgaire et anachronique qu’un « ballet aérien » (nom poétique pour dire « vol d'avions en escadron » ou un concours de jet ski.

    Ces occupations du XXe siècle, définitivement ringardes, polluantes, traces historiques d’une période de l’histoire où l’humain pouvait pétarader comme un cochon dans la nature, et avec jubilation s’envoyer en l’air avec son petit avion ou sa grosse bagnole en se pensant le roi du monde et définitivement seul dans celui-ci.

    Ces occupations désuètes devraient être remisées aux expositions du musée d’ethnographie. On pourrait les documenter, en retracer l’histoire, cela aurait des vertus éducationnelles pour les prochaines générations. Pas sûr que cela les fasse rire. Peut-être pleurer. Mais les déployer encore pour en faire des événements publics, en 2019 ? Démontons ces voitures et gardons un rétroviseur pour le musée d'art et d'histoire ou une boîte d'embrayage pour le MEG. Et basta. 

    Dans cet alignement pornographique de bolides de luxe devant un hôtel de luxe, tout y est d’un monde qui s’écroule. Les inégalités sociales jaillissent d’abord, dans ce que les jantes rutilantes laissent voir des employés qui les astiquent, l’étalement vulgaire du luxe, et le cannibalisme visuel de téléphones qui sont exhibés pour prendre en photo des machines pétaradantes et suintantes d'arrogance.   

    La manchette du Temps de ce mardi 5 mars : « La terre est-elle à son point de rupture ?», fait réfléchir. Et si c’était notre cerveau qui était au point de fusion ?

    Anachronisme chronophage c'est un peu barbare comme titre. Je voulais dire que les reliquats d'hier non seulement maltraitent notre présent mais mettent en péril notre futur. Et que si nous voulions commencer à vivre maintenant comme demain, il faudrait se débarrasser rapidement de certaines de ces habitudes archaïques. 

    Mais peut-être devrais-je changer le titre de ce billet. Anachronisme chronophage, ça traîne en longueur.

    Et du temps, nous n'en avons plus beaucoup. 

     

    ...................................

    www.sylvainthevoz.ch 

    Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 0 commentaire