sylvain thévoz

27/12/2015

Le spa miroir du monde

FullSizeRender.jpgEn me promenant au bord du lac au matin, là où les barrières et les villas n'empêchent pas encore partout de profiter des rives, je suis tombé sur ce portail orné d'une inscription: On ne peut changer le monde mais pour vous nous changeons le décor.

 

Eh quoi, serait-ce donc là réinvention contemporaine et suave du chant troisième de la Divine comédie de Dante: Vous qui entrez, laissez toute espérance? Une invite refusant d'aller au bout du chemin, mais décorant l'enfer, avec jolies tentures et éclairages tamisés, en appliquant les oeillères du consumérisme et l'eau tiède au nombril ?

Le brouillard était épais et le chant des sirènes tentant. J'ai médité un peu devant le portail pour décrypter ce qu'il nommait.

Eh quoi, il ne nous resterait plus que cela : le réduit, le replis hédoniste, le cocon où oublier l'espérance de changer le monde et l'ambition d'en faire autre chose, autrement ? C'est donc aux bu-bulles qu'il faudrait aller pour noyer toute espérance radicale et ne pas se compliquer la vie-déjà-trop-pénible avec la pensée; mais s'anesthésier avec une ou deux flûtes de champagne, un massage à 60 balles ; et se refaire ainsi la façade ?

- Coûteuse anesthésie.

 

Le communautarisme le plus agressif d'aujourd'hui

Le communautarisme le plus à la mode et le plus virulent aujourd'hui est le communautarisme de classe. Celui de l'argent, de ceux qui en ont contre ceux qui n'en ont pas, des puissants contre les autres, de ceux qui se construisent leurs territoires protégés, leurs espaces symboliques, leurs immeubles surveillés, avec un discours taillé sur mesure pour le légitimer.

Entrez ici et oubliez le monde, et dans cet espace du cocon et du ressourcement, vous pourrez pour quelques heures tout oublier... jusqu'à vous même, avec le sentiment de faire partie du club des happy-few.

- Fous que vous êtes. 

 

La nécessité de nommer pour dominer

Oh, le puissant pétrissage des cerveaux, les rotatives de l'usine à saliver qui tournent à plein régime et bâtissent de petits îlots protégés en sucre d'orge ;  sans culpabiliser que le monde s'effrite tout autour, s'en accommodant même d'un trait de plume.

Cette idéologie triste des people et de ce qu'ils mettent sous leur sapin (cf,le Matin), racontant leurs souvenirs communs, ce qui se trouve dans leur assiette ou dans leur lit ; le jeu du pouvoir dominant qui ne rassemble plus rien, ne draine ni espérance ni engouement, mais anesthésie par l'image et le luxe, la conformité ou l'intimidation; le jeu de ceux qui ont envie et de ceux qui font mine d'avoir, mais qui pourtant sont nus.  

 

Comment cela pourrait-il tenir encore, puisque ne reposant plus sur rien ?

 

Oh le puissant déni usant son morceau de savon noir jusqu'au bout, pour nous faire oublier tout engagement et toute responsabilité.

Oh la peau morte qui ne tient plus et partira sans frottement. Il ne lui suffit pas d'exister, elle doit se nommer et se photoshoper pour faire tinter le tiroir caisse. 

 

Tout pour la joie

J'en étais là de ma méditation quand une étrange réjouissance m'a saisi face à ce présent et à l'avenir qui s'ouvre et sera nécessairement un espace de renouveau et de subversion, de solidarité et de partage.

Car ce système, à l'évidence, touche à son terme. Il vit déjà sur ses réserves, avec des contradictions de plus en plus grandes, des injustices plus criantes; et les grosses ficelles qui le maintiennent sont en train de céder. Notre société abrite les plus grands traders et négociants de matière première de la planète, les plus grands affameurs, mais voudrait être quitte de son environnement, et de la solidarité internationale, arrêtant les migrants à 500 kilomètres de là.

Cette société qui se prétend mondialisée mais ne se soucie pas du monde à l'heure du partage ne sera sauvée par aucun spa; et aucun changement de décor, ravalement de façade, ne lui suffira à sortir de ses contradictions et de ses failles; aucune jingle bells aucun message charitable ne cachera sa monstruosité structurelle.     

 

Je suis resté un temps devant cette entrée, invitation à franchir le Léthé, pour y prendre mon pied.

Et j'ai tourné les talons.

- On ne peut changer le décor, ensemble nous changerons le monde.

 

 

 

 

17:06 Publié dans Air du temps, Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

25/12/2015

Jésus à Champ-Dollon

Lève-toi, prends le petit enfant et sa mère, fuis en Egypte et restes y jusqu'à ce que je te parle, car Hérode va rechercher le petit enfant pour le faire mourir. (Matthieu 2,10)

Ainsi commence la vie de Jésus selon l'évangile, par une fuite dans la nuit loin de la terreur et d'un empereur voulant le supprimer... puis le retour de cet enfant sur la terre qui l'a vu naître lorsque cet empereur meurt.

Que l'on ait retenu de Noël les cadeaux, les rois mages et la fête de l'abondance, une trace de la joie et de l'allégresse est une chose, mais pourquoi escamoter la dimension politique, marginale et menacée de la naissance de Jésus ? La précarité de sa naissance, qui place d'entrée son existence sous le signe de miracles successifs (comme un petit enfant qui survivrait au naufrage d'une embarcation en Méditerranée).

Cadeau de Noël

Je réfléchissais à cela dans un train pour rejoindre mes parents dans un petit village vaudois. A Gland, le long de la voie ferrée et des baraquements : une trentaine de migrants assis attendaient le train ou n'attendaient rien, ils étaient là.

Dans le wagon, de mon côté, deux vieux, mari et femme, qui regardaient ces hommes comme si tout à coup ce qu'ils voyaient parfois à la télévision avaient rejoint leur réalité, sans qu'il ne me soit possible de savoir ce qu'ils en pensaient vraiment.

Au jour de Noël, à travers le petit écran d'une vitre de verre feuilletée, deux réalités instantanées, croisement fugace. Une question me vient alors : comment les rapprocher, les mettre en lien, ces deux mondes-là? Alors que ni la langue, ni l'histoire, ne les rapproche, et que pourtant ils sont appelés à vivre ensemble, cohabiter, partager les mêmes gares, les mêmes trains, les mêmes nourritures?   

Après quelques minutes d'arrêt, le train est reparti. Les deux anciens, avec leur panier de victuailles et leur sac "île de la Réunion" dans une direction. Les migrants immobiles, demeurant le long des voies ferrées.

C'était mon cadeau de Noël.

Seuls ceux qui ne veulent pas comprendre ne comprendront pas.

 

Jésus étranger à la prétendue "Civilisation judéo-chrétienne"

Je crois Jésus, réfugié politique, étranger à ceux qui parlent de la société judéo-chrétienne, des "valeurs chrétiennes", voulant les travestir et circonscrire à un territoire, une aire géographique, les instrumentalisant pour rejeter tout ce qui ébranle et conteste leurs certitudes et conforts.

Je crois à Jésus, réfugié politique, va-nu pied, migrant, dépossédé, ami des humbles, des doux et opprimés; de sa naissance à sa mort, pourchassé, prisonnier, condamné puis mis à mort, traçant un chemin de Noël à Pâques, sur l'arc d'une trajectoire radicalement étrangère à tout discours sur la prétendue "société judéo-chrétienne" légitimant en fait une société fermée, anti-évangélique et anti-chrétienne.

Je crois à Jésus, assis au bord d'un quai à Gland, prêt à accueillir celui qui descendra du train, dans l'ouverture, toujours.

Je crois à Jésus, bébé emmené dans les bras d'une femme, passant une frontière à Vallorbe ou au Tessin.

Je crois à Jésus, sorti quelque part de Syrie par son père qui s'est levé, pour fuir la mort et répondre à la vie.

Je crois aujourd'hui Jésus, musulman, chrétien, juif ou athée. 

Je crois à Jésus, adolescent, Dieu incarné, désigné du statut de non entrée en matière (NEM), souriant le long d'une voie ferrée.

Je crois à Jésus arrivant à Genève Ville de refuge et dormant sous les ponts, avec les roms déplacés d'une rue à l'autre par les bâtons tactiques.

Je crois Jésus à Champ-Dollon.

 

 

Joyeux Noël. 

 

 

 

-------------------------------

www.sylvainthevoz.ch

 

 

 

 

 

 

 

 

 

12:58 Publié dans Air du temps, Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : noël | |  Facebook |  Imprimer | | |

11/12/2015

Voulez-vous être les dindons de la dette?

En Ville de Genève, la droite a annoncé en commission des finances vouloir faire un bénéfice de 15.9 millions. Elle a déposé des amendements pour des réductions linéaires dans le domaine de la culture, du social et de l'économie de proximité.

La droite veut casser l'économie réelle qui produit de la richesse et offre de l'emploi à de nombreux habitant-e-s pour "rembourser la dette". Elle prétend infliger à la structure publique les remèdes qu'elle a développé dans le privé au bénéfice des conseils d'administration et au détriment des gens. Sauf qu'une entité publique ne se gère pas comme un fonds entrepreneurial; ses objectifs ne sont pas similaires. Sa finalité n'est pas de faire du bénéfice, mais de répondre aux besoins de la population.

 

Il n'est pas dans la vocation d'une crèche de faire du bénéfice, il n'est pas dans la vocation d'un théâtre de faire du bénéfice, il n'est pas dans la vocation de la fête de la musique d'augmenter son cash-flow ou aux associations s'occupant des plus précaires de faire du fric!

En réalisant leur mandat social, culturel, économique, ils créent des richesses et évitent l'appauvrissement de notre société. La mission de la collectivité est de leur permettre d'exercer leur travail pour le bien de toutes et tous, pas de l'entraver.

 

L'hypnose de la dette

Rembourser la dette à tout prix est le seul argument que la droite revancharde et frustrée par des années de posture minoritaire parvient à articuler pour montrer qu'elle est désormais aux commandes du cénacle municipal. Mais que veut-elle  ? Elle même ne le sait pas. Elle ne donne aucune impulsion politique, aucune direction, ne fait aucun choix. Elle veut juste "rembourser la dette" (n'importe comment, tout en créant des coûts reportés) et couper au plus court, sans concertation, sans réflexion, en biffant des lignes transversales d'un budget sans savoir ce qu'il y a dedans. 

 

La santé économique de la Ville est excellente

L'argument du remboursement de la dette est extrêmement faible. Tout d'abord, parce que la Ville de Genève bénéficie d'une économie forte avec un produit intérieur brut par habitant très élevé en comparaison internationale. Les dépenses de fonctionnement sont contrôlées (1%). La gouvernance et la gestion financière de la Ville sont excellentes. La gestion de la dette et de la trésorerie est prudente. Genève fait preuve d'un contrôle étroit sur ses entités satellites.

La Ville a effectué en mai 2014 un remboursement obligataire de 200 millions de francs suisse. Les prochains échéances de remboursement obligataire ne seront pas avant 2023. En conséquence, le service de la dette intègre uniquement à l'heure actuelle les charges financières et la dette à courte terme de la Ville. Il ne s'agit pas là de propagande socialiste... mais du rapport de Standard's and Poor's de novembre 2015 qui crédite la Ville de Genève de la note AA- et que l'on ne peut qualifier d'officine de propagande de gauche.

 

Du danger de prendre les gens pour des dindons

L'argument monomaniaque du remboursement de la dette est dangereux. Parce qu'en proposant à une collectivité publique de faire du bénéfice en coupant dans les prestations pour donner de l'argent à une économie virtuelle, cela affaiblit la collectivité et revient à engraisser des banquiers qui n'ont même rien demandé. Ces derniers ont prêté de l'argent sans intérêt à la Ville de Genève, voir à intérêt négatif.  Il est donc faux de dire que l'endettement des collectivités publiques conduit à des politiques restrictives! Ce qui est certain, c'est que la politique du coupe-coupe à courte vue détruit une économie réelle de proximité, des savoirs-faire, et une production de richesse.

 

Garder la tête froide

La déclaration de guerre de la droite élargie visant à faire du bénéfice sur un budget équilibré est négative pour la Ville de Genève. Couper les prestations à la population en temps de crise, est un choix politique périlleux et rajoute de l'insécurité à l'insécurité à un moment où il faut garder la tête froide.

Pas sûr que les genevois-es accepteront de payer plus pour obtenir moins de prestations. Pas sûr non plus que les moins fortunés accepteront d'éponger l'austérité plus fortement que ceux qui ont 10 fois plus de moyens qu'eux. Si la droite va jusqu'au bout de sa logique accidentelle, un référendum s'imposera afin de lui retirer le coupe-coupe des mains.

 

Ne soyons pas les dindons de la dette !

Ce qu'il faut retenir des remèdes ultra-libéraux de la droite ? Toujours moins de prestations pour le public; une fragilisation de l'économie pour un renforcement de l'économie virtuelle au détriment de l'économie réelle; une non-concertation avec les politiques cantonales, un mépris des associations qui vont se voir couper deux fois, et subir en quelque sorte une double peine, d'une manière totalement aléatoire, et sans réflexion sur les buts poursuivis;  un mépris des syndicats, des employés, de toute forme de réflexion participative ; une litanie, : réduire une dette.. pourtant contrôlée qui ne péjore pas les finances de la Ville, bien au contraire, elle lui permet d'entreprendre.

Ce qu'il faut retenir des remèdes ultra-libéraux de la droite ? une fièvre monomaniaque de montrer son pouvoir de nuisance et le dresser contre tout ce qu'elle ne peut comprendre ; enfin : un aveu d'impuissance et de faiblesse politique : détruire est toujours plus facile que construire.

Les genevois accepteront-ils d'être les dindons de la dette, et de payer un prix fort pour voir leurs prestations baisées par les petits comptables frustrés de la droite qui n'ont qu'une idée en tête ... faire jouer les autres au jeu de "qui veut perdre des millions" pendant qu'ils tirent les marrons du feu pour leurs petits copains de la finance et banquiers ? 

Réponse samedi 12 décembre dès 8h pour le vote du budget en Ville de Genève.

Rassemblement citoyen 8h même jour au 2 Hôtel de Ville pour s'opposer aux coupes.

Et joyeuse escalade !

 

 

 

10:06 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : budget, conseil municipal, dette, prestations publiques | |  Facebook |  Imprimer | | |

08/12/2015

Croire ou ne pas croire, telle n'est pas la question

Soyons tous à la place du Molard à Genève le mardi 8 décembre 2015 à 18h30, pour répandre la lumière et la bonté!  Des beignets, du vin chaud et une surprise pour chaque participant vous attendent avec une atmosphère chaleureuse et joyeuse, des chants, danses, et bien sur l'allumage de la Ménorah la plus haute de toute la Suisse! C'est par cet appel que, tant sur Facebook que sur son site internet [1], l'association Habad Genève "the center of jewish life in Geneva" annonce l'événement de Hannouca - la fête des lumières- au coeur de la cité de Calvin. 

 

Ayant contacté le 2 décembre Messieurs Guillaume Barazzone et Rémy Pagani afin d'avoir de plus amples informations sur la tenue de cet évènement et son autorisation par la Ville de Genève, je n'ai reçu, à ce jour, aucune réponse. Diable, le religieux serait-il si sulfureux qu'il rend nos conseillers administratifs mutiques? Dommage, parce qu'il n'y a pas là de quoi être mal à l'aise.  

 

L'expression religieuse a pleinement sa place dans l'espace public

Je me réjouis de voir allumée à Genève la plus haute Menorah de Suisse, de la tenue d'un événement festif et joyeux. Aux laïcards qui auraient l'idée saugrenue de s'étonner d'un tel événement dans l'espace public, je souhaite rappeler que le nouveau projet de loi sur la laïcité de l'Etat autorise, dans son article 7, la tenue de manifestations religieuses cultuelles et non cultuelles sur le domaine public. Rappeler aussi que la Ville de Genève s'était vue condamner par un tribunal administratif de première instance au début de l'année 2015 pour avoir interdit des stands religieux à Genève.[2]

Je soulève toutefois avec un brin d'ironie le "deux poids deux mesures" de tous les intolérants, tous ceux qui prétendent s'insurger contre le religieux mais que l'on entend glapir à orientation variable suivant quelle religion est impliquée. Ceux-là même que l'on a tant entendu critiquer le fait que la Ville de Genève entretienne ses bâtiments historiques portant une croix; ou les autres, les islamophobes notoires, qui stigmatisent la religion musulmane tout entière dès qu'ils voient un voile ou qu'un fichier S est découvert à moins de cent kilomètres de chez eux. Ceux-là montrent que leur interprétation de la laïcité est une instrumentalisation maniaque éloignée du droit, visant uniquement à stigmatiser telle ou telle tradition, culture, en la caricaturant.

Quand certains détournent la religion pour des visées terroristes, d'autres en font de même avec la "laïcité" pour des visées totalitaires et liberticides au mépris du droit et de nos traditions démocratiques. 

 

Libérer la liberté d'expression

Partager ses convictions publiquement fait partie intégrante d'une liberté inscrite dans la Constitution suisse (article 15). L'article 9 de la Convention européenne des droits de l'homme intitulé "liberté de pensée, de conscience et de religion" oblige les Etats parties à la Convention à respecter et protéger ces libertés.

Il me semble important, en ces temps troublés, de montée de psychose et d'intolérance, où certaines femmes se font insulter parce qu'elles portent le voile, se le font arracher en sortant du bus à Genève, et renoncent à porter plainte, de rappeler cet article 9  : "toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion. Chacun a le droit de changer de religion ou de conviction et a la liberté de manifester sa religion, individuellement ou collectivement, en public ou en privé. Toutes les croyances reconnues sont protégées par ce droit. L’un des enjeux modernes du respect de la liberté de pensée, de conscience et de religion réside, tant au niveau international que national, dans la montée de l’intolérance religieuse..." 

Cet été, la Ville de Genève avait autorisé la tenue d'une rupture du jeûne du ramadan sur la place de la Navigation [3]. Sans plainte dans le quartier, à la satisfaction des habitants, trouvant utile d'avoir participé à cet événement et pouvant découvrir, loin des fantasmes et de la paranoïa, l'expression ouverte et simple d'un phénomène religieux. Cet événement a crée des liens entre les jeunes et les aînés.

 

Le péril de la stigmatisation

Aujourd'hui, le péril n'est pas dans le religieux, il est dans les extrémistes de tout bord, les forcenés, les intégristes, qu'ils soient laïques, islamophobes ou antisémites, ne voulant pas établir un rapport équilibré au religieux, à l'autre, mais le stigmatisant pour l'isoler et le nier.

Aujourd'hui, le péril n'est pas dans le religieux, il est dans le défi du vivre ensemble.

Le fait religieux doit être accueilli, sans fantasmes, sans paranoïa, sans délire sécuritaire, mais avec une volonté relationnelle forte, et le désir de vivre ensemble, dans la diversité et le respect du droit et de chacun.

 

Considérer le fait religieux face à face

Les autorités doivent aujourd'hui prendre réellement conscience que le religieux doit être exprimé, expliqué, afin de faire baisser la peur panique qu'il suscite. Et le droit rappelé, encore, toujours: rien que le droit.

Cela demande des moyens et une volonté politique, car rien ne tombera du ciel. 

Il faut ici particulièrement louer les actions du Bureau d'intégration des étrangers(BIE), actif sur le champ de ces questions, depuis de nombreuses années. Le BIE permet aux différents acteurs de se réunir, partager leurs pratiques, et s'impliquer dans des projets concrets (semaine d'actions contre le racisme) en soutenant avec pédagogie, des entreprises qui visent à construire l'avenir et le vivre ensemble plutôt que le rejet et la haine de l'autre.

Islamophobes, terroristes : même visées

Madame Vallette, dans son dernier billet,[4]  prise au piège de son islamophobie crasse,  fait la preuve de son ignorance du fait religieux et de son intolérance face à tout ce qui symbolise la religion musulmane en s'en prenant à un colloque sur le voile qui avait lieu à l'université et à l'exposition de photographique de Denis Ponté "Face à elle" au théâtre Saint-Gervais. [5] Elle en profite aussi, au passage, pour attaquer un service de l'état au lance-flamme.

Au moment où l'ignorance bat son plein et où l'obscurantisme nous menace, madame Vallette montre qu'il n'y a pas besoin de porter la barbe et la kalachnikov pour se donner mission de supprimer la Culture, le dialogue et les services de l'Etat .   

La bêtise nous menace. La bêtise est sur nous. Elle fait un travail de sape radical.

Le respect du droit, l'établissement de la justice sociale, un rapport à l'acte de croire ou de ne pas croire respectueux de l'autre dans l'observation pleine et entière de nos constitutions est le cap qu'il nous faut tenir ; le défi à relever afin de ne pas alimenter les discours de haine et de dissension.

Croire ou ne pas croire, telle n'est pas la question.

Le respect plein et entier du droit et de l'autre, oui.

   

 

 

 

[1]http://www.habadgeneve.ch/templates/articlecco_cdo/aid/20...

 

[2]http://www.rts.ch/info/regions/geneve/6644216-l-interdict...

[3] http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/rupture-jeune-org...

[4]http://boulevarddelislamisme.blog.tdg.ch/archive/2015/12/...

[5] http://www.saintgervais.ch/programme/detail/face-a-elle

 

 -------------------------------------

www.sylvainthevoz.ch

 

18:33 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : religion, laïcité, genève, espace public, diversité | |  Facebook |  Imprimer | | |

20/11/2015

Touche pas à mon Etat

Suite aux attaques de Paris de vendredi passé, les services publics sont en première ligne, et montrent, s'il en était besoin, ce qui nous permet de vivre et survivre ensemble, ce qui fait le liant dans nos sociétés. 

La police, les pompiers, les ambulanciers, les psychologues, les bénévoles coordonnés par des travailleurs sociaux, les douaniers, la Mairie de Paris, les radios publiques, les médecins, les infirmières, les pompes funèbres, les experts, les consultants, les spécialistes, formés dans des universités, tous en premier ligne, tous au service de la population. Ceux qui travaillent en amont, les puéricultrices, les artistes, les éducatrices, les enseignants, les matons, les juges, les gardiens de la loi, tous et toutes: au  service de la population.  

Ces services, c'est l'Etat, qui se positionne, affirme, protège, pare au plus pressé, travaille et évite que la catastrophe ne se transforme en apocalypse. 

 

Touche pas à mon Etat ! 

Ces services, c'est tout ce qui, pour les petits soldats du libéralisme, "coûte cher" et ne rapporte rien ; tout ce qui, alors que nous nous balançons au-dessus de l'abime, voir que nous y avons déjà un pied, nous retient par le col. 

Vous vous demandez parfois à quoi servent les impôts? A nourrir, éduquer, protéger, soigner, entretenir, choyer, et protéger.

Vous vous demandez parfois à quoi servent les impôts? A préserver le vivre ensemble. A établir un Etat que les tenant de l'austérité et du libéralisme forcenés veulent mettre à bas.

 

Est-ce que Mac Do nous protègera des attaques terroristes?

Est-ce que Procter & Gamble, UBS, Crédit Suisse, les patrons du trading et de la finance viendront ramasser ta maman sur le trottoir quand un connard l'y aura collé?

Non, selon le modèle américain, et les normes du management contemporain, ils l'enjamberont pour aller travailler, parce que ce n'est pas rentable de ramasser les mamans au sol.   

Il est choquant qu'aujourd'hui, des entreprises ayant quitté la France pour venir s'établir en Suisse, n'y paient pas d'impôts, s'y trouvent à l'aise, en sécurité, bien content d'être ici, à l'oeil et en sécurité, pendant que d'autres se font canarder, que des ressources qui devraient être alloués pour lutter contre le terrorisme, l'insécurité, en France et en Suisse, se trouvent évacués pour engraisser des actionnaires.

Il est choquant que la droite veuille une transparence totale sur les citoyens (Lrens), et protège par des lois spéciales l'opacité des circuits financiers depuis des décennies (secret bancaire, forfaits fiscaux), se faisant l'allié objectif des terroristes, d'Oussama Ben Laden à Daech.

Il est choquant que malgré le péril, la droite la plus bête du monde, veuille encore dégommer l'Etat.  

 

Le terrorisme est le visage ultralibéral de la guerre économique

J'ai été éberlué d'entendre le patron d'un des cafés mitraillé de Paris, motiver ses employés à reprendre le travail le lundi suivant la canarde, comme s'il s'était agi là d'un événement mineur : allez hop les gars on y retourne... on va pas se laisser abattre. Il y avait une part d'héroïsme là-dedans, de résistance, oui. Mais il y avait aussi une part de folie, l'impossibilité de freiner, se réparer, se recueillir, soutenue par la tyrannie du travail.

Comme le déni du hamster dans sa roue, une frénésie : la terrible violence économique, celle qui fait renvoyer sur une terrasse celui qui a failli y claquer 4 jours avant, en lui demandant de sourire, pour satisfaire le client, comme il faut, comme avant.

 

L'Etat garant du vivre ensemble

Vers qui se tournent les citoyen-ne-s alors que le trouillomètre est à zéro ?

Vers  l'Etat et ses services, garants de l'ordre, de la sécurité, d'un enseignement de qualité, avec de lieux culturels diversifié, permettant les échanges sociaux, de proposer aux cerveaux autre chose que la merde djihadiste ou consumériste se trouvant sur internet et en abondance sur les écrans des gamins avec des décapitations à la pelle et une boucherie continue.  

 

Qui, hormis l'Etat, sera un antidote à la propagande djihadiste ? 

Alors que la tempête est sur nous, l'Etat prévient, balise, encadre, éduque, encourage, et punit au besoin.

Aujourd'hui, cet Etat nous protège. La droite libérale veut le casser en bradant par des cadeaux fiscaux, le juste prix d'établissement en Suisse pour des entreprises, en bousillant des associations, un savoir faire et savoir être, en coupant dans les effectifs des fonctionnaires, en ne payant pas les acteurs culturels qui créent du lien social et luttent à leur échelle contre les forces de destruction, etc.

Moins d'Etat c'est moins de service, de protection, et plus d'insécurité. 

 

Tu préfères que la dette augmente ou te faire shooter un matin par un djihadiste?

Faire, comme s'en gausse la droite, des annonces de coupe sur les budgets 2016 pour le Canton de Genève et la Ville de Genève au nom de la dette, c'est, de la part de la droite la plus bête du monde, une déclaration de guerre.

C'est pour elle se ferait l'alliée objectif des terroristes et des forces de destruction. 

C'est aussi ridicule et bête que la RTS qui annonce 250 licenciements, et coupe des émissions littéraires (Entre les lignes, index.php?id=855) et religieuses (rts-fache-supprimant-emissions-religieuses) sur ses ondes. Alors que nous n'avons jamais eu autant besoin de créer du sens, de comprendre le monde que nous habitons, de construire un vivre ensemble, bousiller ce qui fait notre culture et notre lien social est un acte suicidaire, donc terroriste. 

 

L'hydre à deux têtes

A l'hydre à deux têtes: djihadistes et droite libérale : alliés objectifs dans la destruction. 

A l'hydre à deux têtes, nous disons : ne touchez pas à notre Etat, ne touchez pas au vivre ensemble, ne touchez pas à nos cultures, nos musées, nos lieux d'enseignements.     

Nous refusons vos plans de destruction.

 

 

 

 

 

 

 

13:04 Publié dans Air du temps, Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : terrorisme, paris, néo-libéralisme | |  Facebook |  Imprimer | | |

17/11/2015

Le MCG antisémite

Lors de la séance du Conseil Municipal de la Ville de Genève du 10 novembre, le MCG, par le biais d'un de ses conseillers municipal, a tenu les propos suivants :

"(..) au cours de la désormais tristement célèbre Nuit de Cristal du mois d'octobre dernier, des anarchistes et des casseurs se sont livrés à une véritable mise à sac ainsi qu'à des déprédations sur des édifices publics de notre Ville....

Le MCG a donc fait l'amalgame entre la Nuit de Cristal et une manifestation en faveur de l'usine ayant laissé des tags en Ville de Genève.

Cet amalgame, le jour même de l'anniversaire de la Nuit de Cristal qui se déroula, pour rappel, dans la nuit du 9 au 10 novembre 1938, où près de deux cents synagogues et lieux de culte furent détruits; où 7 500 commerces et entreprises exploités par des Juifs furent saccagés ; une centaine d'entre eux assassinés, alors que des centaines d'autres se suicidèrent ou moururent des suites de leurs blessures [1], est hideux.

Amalgamer une manifestation qui a dérapé avec un événement qui envoya près de 30 000 juifs en camp de concentration, et dont le pogrom et les déportations qui suivirent causèrent la mort de 2 000 à 2 500 personnes, constituant une prémice de la Shoah, est immonde. 

Que le MCG choisisse, au jour près, 77 ans après, de comparer une bénigne manifestation à un des pires événements de l'histoire moderne ne peut être le fruit du hasard, mais doit être compris comme un acte antisémite. 

Je remercie la conseillère municipale socialiste Olga Baranova qui a réagi immédiatement à ces propos. 

Le président du conseil municipal, MCG lui aussi, n'a pas bronché, ni le bureau du même conseil municipal, à majorité de droite, cautionnant de fait cet abus de langage. 

Ni journaliste, ni télévision, ni aucun observateur ne l'ont relevé, à ma connaissance.

Personne n'est allé questionner ce conseiller municipal MCG sur son amalgame, sur ce qu'il entendait précisément par là, et s'il se rendait véritablement compte de la profondeur de ses propos.

Je pense qu'il n'y a qu'en Suisse où l'on peut tenir des propos d'une telle violence dans un parlement, sans que personne ne s'en insurge ni même ne s'en étonne.

Le Parti Socialiste, par le biais d'un communiqué aux medias, envoyé le 16 novembre, a tenu à condamner ces propos. 

 

Je pense que quand les mots ne pèsent plus grand chose, que l'on peut les employer à tort et à travers

en toute impunité et sans que plus personne ne les relève

il devient alors envisageable de tuer des gens de même

et que c'est au degré d'impunité, de perversité, et de violence du langage

que l'on peut évaluer la santé d'une société

à tout le moins 

le nombre d'anticorps

résistants au mal

qui la composent.   

 

 

 

 

 

[1] Kurt Pätzold, La « Nuit de Cristal » : les responsables, les victimes et la « majorité silencieuse », in, François Bédarida (dir.), La politique nazie d'extermination, Albin Michel, Paris, 1989, p. 201.

 

17:23 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nuit de cristal, mcg, antisémitisme | |  Facebook |  Imprimer | | |

16/11/2015

Vous voulez prévenir le terrorisme ? Préparez la justice sociale

Le monde d'aujourd'hui est d'une complexité telle, qu'en revoyant l'histoire récente, certains, à tort ou à raison, relisent la guerre froide comme une période aimable où les fronts étaient bien dessinés et les ennemis identifiés. Les terroristes d'hier, de la fraction armée rouge aux brigades rouges, à action directe, passent désormais pour des radicaux aux pouvoirs relativement limités; presque des amateurs, avec des revendications politiques tapées à la machine à écrire, envoyées au journal du coin avant l'heure de tombée. Cela semble presque romantique aujourd'hui, appartenir à l'âge de pierre du terrorisme.

 

Il est à remarquer aussi qu'hier, des terroristes étaient déconsidérés par les pouvoirs en place pour être désignés comme de petits criminels (la bande à Baader plutôt que la RAF) mais qu'aujourd'hui, des petits criminels sont très facilement élevés au rang de terroristes, simplement à la longueur de leur barbe.

Les spirales de la peur et de la stigmatisation, c'est toute la teneur du langage tenu sur la 5e colonne par le Front National, qui jette la suspicion sur tous, cible les banlieues, fragmente, divise le pays, et positionne les partis d'extrême droite comme les alliés objectifs des djihadistes contre toute minorité, et particulièrement musulmane.    

 

A qui profite la peur ?

Certes, la peur est désormais partout, pour tous. On a changé d'échelle, de manière de faire et le terrorisme est passé à l'état gazeux. Sa complexité s'allie à une apparente facilité d'action ; les kits de terroristes en herbe fleurissent sur internet et les moyens de propagation se sont démultipliés.

Nous avons un sérieux problème. Un adversaire protéiforme, puissant, se revendiquant du sacré tout en le bafouant, dans un contexte géopolitique complexe où l'essor de nouvelles technologies rend les communications volatiles. S'y ajoute un nombre de candidat-e-s à la terreur ayant grandi au rythme du désespoir touchant ceux qui n'ont plus grand chose à espérer du supermarché mondial et pour lesquels une mort médiatique serait à tout prendre le point culminant d'une vie ratée.

Et nous avons plusieurs adversaires.

La prédiction d'Andy Warhol : "à l'avenir, tout le monde sera célèbre pendant quinze minutes", s'est réalisée. Si tu n'y as pas réussi de ton vivant, tu y parviendras facilement avec une ceinture d'explosifs autour du ventre. C'est le lot de consolation amer du capitalisme médiatique.

 

La menace a changé, la réponse doit être différente

Les discours simplistes visant à fermer les frontières, renvoyer les étrangers au diable ou cibler au faciès quelques délinquants à la dérive sont d'une naïveté absolue. Cette réaction appartient à une époque révolue. Ces politiques, si elles étaient d'une aide quelconque il y a 30 ans (à voir), ne sont plus à même d'endiguer la menace aujourd'hui, protéiforme, diffuse, prenant racine dans des lieux éclatés, favorisée par la déliquescence des solidarités humaines, un accès facilité aux armes et un manque de justice sociale.

Ces politiques du repli identitaire nous ont amené dans l'impasse aujourd'hui.

    

Quoi ne pas faire ? 

Ceux qui voudraient s'engouffrer dans la ligne du Patriot Act qu'a suivi les Etats-Unis suite aux attaques du 11.09.2001 avec, à la clé, une guerre ayant nourri une déstabilisation générale, un Irak éclaté et l'émergence de Daech, ceux là même qui aimeraient un Guantanamo sur Seine et enterrer la démocratie sous des mesures spéciales et des lois liberticides ne font que répondre à la pente naturelle balisée par les terroristes qui mène à...  plus de terreur.

 

Répondre à la terreur par une coûteuse rigidité d'Etat et des postures sécuritaires ne résoudra rien, à part soigner l'audimat. La réponse doit être pondérée et à moyen-terme. Oui, plus de moyens, mais sur le terrain, pour l'appareil judiciaire, pas militaire.[1] Et pour chaque franc dans l'appareil policier ou de renseignement, deux francs pour combattre les ravages du terrorisme économique, en investissant dans l'éducation, le social et la culture.

Regardez bien les profils de ceux qui ont frappé, regardez qui ils sont et d'où ils viennent et comprenez aussi qu'ils sont le produit de la précarité sociale, de la dérive et de l'exclusion et que ce n'est pas en bombardant Raqa, même si c'est spectaculaire, que cela changera.

Vous voulez prévenir le terrorisme? Préparez la justice sociale. 

Et arrêtez de croire que, par la magie d'une rhétorique, les guerres menées au nom de la démocratie peuvent être justes et la politique de guerre commerciale avec ses "ressources humaines" à exploiter être sans conséquences, en ramenant l'humain à une chose et la vie humaine à une masse exploitable.

Comment le mépris de l'autre ne pourrait-il se retourner contre celui qui le porte ?

Vous voulez faire le jeu des terroristes ? Allez-y : restreignez encore les libertés, humiliez ceux qui sont sur la corde raide, continuez d'aggraver les injustices sociales, coupez encore dans les budgets de redistribution des richesses, libéralisez libéralisez, et secouez encore ce cocktail puant jusqu'à ce qu'il vous pète au nez.[2]

 

Scoop : la France en guerre ?

La France se découvre en guerre. Quelle surprise que cela nous surprenne, alors qu'elle est engagée sur de multiples fronts : en guerre au Mali depuis 2012, ayant fait le coup de feu en Centrafrique, s'étant alignée contre l'Etat Islamique depuis 2014, n'ayant jamais tout à fait abandonné son rêve de grandeur impérialiste et néo-colonial, ni apaisé, 10 ans exactement après les émeutes de 2005 dans les banlieues, les abyssales inégalités sociales sur son territoire.

 

Vous voulez prévenir le terrorisme ? Arrêtez d'en fabriquer

Au-delà des drapeaux français qui fleurissent sur les réseaux sociaux et déteignent sur le jet d'eau à Genève, coloré d'un bleu blanc rouge solidaire et vital, mais qui soulève aussi la question, avec la poussée d'une empathie à géométrie variable, de la portée de notre engagement et la sélectivité de notre émotivité, que faire maintenant ? Le manque de contenu politique, de nos orientations et de nos afflictions nous rend friables.

La démocratie de l'émotivité nous faisant pleurer "nos morts" et pas "ces morts", comme le rappelle Julien Salingue[4], nous condamne un jour ou l'autre à être placé devant le fait que, si nous prétendons arrêter notre empathie en deçà de la ligne où frappent nos avions, il est à craindre qu'en retour, certains y trouvent la légitimité d'étendre la profondeur du front où frapperont leurs kamikazes.

Nous nous rêvions citoyens du monde, prenant des avions pour aller aux quatre coins du monde sans rien lui devoir. De quelle façon cette citoyenneté du monde, ludique et hédoniste, peut-elle continuer de se passer d'un engagement politique responsable ?

Vous reprendrez encore un peu de yoga et de shopping à Londres après cela?  

 

La Suisse, un monde à part ?  

La Suisse est, pour l'instant, tenue à l'écart de frappes terroristes. En raison de sa neutralité, de son non-alignement sur les guerres en cours, de son caractère lilliputien ? Parce que sa prospérité lui permet d'éviter la création de zones sinistrées, terreau du désespoir des futurs terroristes ?

Et jusqu'à quand cela ? La loi sur le renseignement soumise prochainement au vote (Lrens) ne changera rien à la réalité sur le terrain. Sans moyens pour les traiter, à quoi bon obtenir toujours plus de données ? Légiférer encore et toujours plus, alourdir l'appareil étatique, et placer des drones achetés à Israël (250 millions) sur nos têtes, tout en diminuant les prestations aux populations plus précaires, coupant dans les budgets d'aide sociale et d'éducation, dans l'aide au développement?

Ces politiques de la droite nous entraînent sur une pente mortifère qui diminue objectivement notre sécurité, jusqu'à l'état militaire.     

 

Il nous faut aussi rappeler cette phrase de Jean Ziegler : chaque enfant qui meurt de faim dans le monde n'est pas la conséquence d'une fatalité, mais d'un meurtre. Ce meurtre porte lui aussi une signature, dont notre niveau de vie et nos facilités porte une trace.

Qui s'en occupe? 

 

De nouvelles solidarités, nouveaux engagements

Il est beau de constater que les actes de terreur à Paris ont produit des élans de solidarité (mouvement portes ouvertes, rassemblements, solidarité internationale). Il faut maintenant aller plus loin et mener une guerre contre toutes les terreurs par un réveil des consciences et un changement fondamental des politiques que nous soutenons.

Si nous échouons, et si la réponse devait être de faire toujours la même chose encore plus fort, ce que nous proposent les tenants du repli identitaire, il est évident que cela nous conduira au même résultat... à la folie d'Etats à bout de souffle, incapables de se repenser, se faisant les alliés objectifs des terroristes nihilistes dans leur fuite en avant. 

 

 

 

 

[1]le-juge-trevidic-la-religion-n-est-pas-le-moteur-du-jihad...

[2]  marc-trevidic-745515

[3] le-pape-denonce-lhypocrisie-des-puissants-qui-parlent-de-...

 

[4]vos-guerres-nos-morts.html

[5] 28681212

 

 

.............................

www.sylvainthevoz.ch

 

 

11:39 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

14/10/2015

Je vote moi non plus

Ce dimanche, l'abstentionnisme risque malheureusement d'être le meilleur élu lors des élections fédérales. Ce serait une leçon pour les partis, ou plutôt un désaveu, voire un désamour de la chose publique.

Mais pourquoi la politique fédérale et les enjeux autour des représentant-e- genevois-e-s à Berne passionnent si peu? Le citoyen a-t-il le sentiment de ne pas avoir assez de contrôle. C'est trop loin, trop abstrait ? Il y a trop de listes ? Les retours du terrain témoignent d'un sentiment d'être perdu devant la quantité de papillons dans la boîte aux lettres transformée en urne, des difficultés à comprendre les enjeux, voire les règles du vote (liste, panachage, biffage, etc.). Ce cumul de difficultés, à laquelle se rajoute le manque d'insertion sociale d'un nombre grandissant de citoyen-ne-s explique pour partie la faiblesse des votes.

En Suisse, on vote environ 4 fois par an. Un-e- citoyen-ne modèle votera environ 250 fois durant sa vie! Le système est complexe, particulièrement pour ceux qui sont maintenus à distance de ses enjeux. L'insertion sociale et économique est un facteur important de participation. Plus le niveau de qualification augmente plus on participe. Le fait de payer des impôts serait un élément prépondérant à la participation. Au final, c'est en s'engageant que l'on est toujours plus engagé, en votant que l'on s'habitue à voter (comment renforcer ce cercle vertueux?).

 

Une démocratie qui exclut ?

Notre démocratie représentative ne représente pas assez bien sa diversité. Or, si la composition des parlements reflète imparfaitement la diversité de la population, c'est toute la légitimité de notre démocratie qui est en péril. Des groupes manquant de modèles de référence désinvestissent le champ des élections. Il y a trop peu de femmes dans les parlements (30% en moyenne) de jeunes (2%), et de représentant-e-s des minorités visibles. Autant de facteurs qui provoquent le retrait, le désintérêt, puis l'oubli du politique par nos concitoyen-ne-s. L'usage de la langue unique et la difficulté pour des suisses non-francophones de saisir facilement les enjeux est un facteur excluant de plus. 

 

Les jeunes : on en parle !  

La chancelière Anja Wyden relevait, lors d'une journée de réflexion dédiée à la jeunesse et la citoyenneté, la faible participation électorale des jeunes. En 2013,  les taux de participation étaient, selon les classes d'âge de : 34.3 % pour les 18-19 ans. De 31.3% pour les 20-24 ans; de 31.4 % pour les 25-29 ans. En comparaison : la classe d'âge des 70-74 ans votent à  68.9% ! Et la population totale à 48.8%.

La participation des jeunes varie toutefois suivant les thèmes. Lors des votations sur l'école (novembre 2010), le tabac (2008), la gratuité des transports publics genevois(2008), ou l'initiative pour abroger le service militaire obligatoire (2013), les jeunes se sont mobilisés ! Leur comportement électoral tend vers plus de flexibilité et d'intermittence dans un contexte social marqué par la défiance et la protestation envers les associations et les grands partis (devenus plus suspects). 

Chacun-e est aujourd'hui plus seul dans la construction de son identité. La citoyenneté est alors plus critique, mais aussi plus individuelle (le chacun pour soi, tend à remplacer le un pour tous, tous pour un). Refuser de se faire enfermer dans une norme préétablie conduirait à ne plus voter pour affirmer sa différence (sauf que c'est devenu... la norme).

 

Dedieu on vote ou bien ?

On se politise désormais de plus en plus contre que pour ! On a basculé dans une citoyenneté du rejet, de la réaction, ou il est plus commun de râler que de s'engager!

Pour lutter contre ce mouvement, il faut continuer d'agir à différents niveaux et à travers des actions de proximité. Citons-en quelques unes  :

  • La sensibilisation, via des clips, des brochures, des bandes dessinées, les réseaux sociaux: utiliser ces moyens d'une manière ludique, constructive et non rébarbative. Regagner la confiance. 
  • Les contacts de proximité : toucher les gens par des discours portés par des modèles, d'une manière simple, directe. Trouver l'émotion, la passion. En faisant des porte à porte, des stands, des téléphones, des repas communs, employer tous les moyens à disposition pour ouvrir le débat et surtout ECOUTER ce que chacun-e- a à dire! 
  • L'éducation : L'école joue un rôle clé, tant par des cours sur la citoyenneté que l'organisation de débats en son sein, appuyés par des dossiers pédagogiques, avec des projets d'initiation des jeunes à ce qu'est la vie parlementaire. La famille est le premier lieu de transmission des savoirs, comment y favoriser la parole politique ? 
  • Des expériences  participatives:
  • Cinécivic (concours de films et affiches pour les 15-25 ans) où l'on constate que ce sont les jeunes qui savent le mieux parler aux jeunes!  http://www.ge.ch/cinecivic/
  • Easy Vote, visant à promouvoir le vote grâce à du matériel de vote simplifié et à des mesures de sensibilisation adaptées aux jeunes) www.easyvote.ch
  • Des événements médiatiques: par exemple la Semaine de la démocratie organisée par la chancellerie qui vise, grâce à des conférences publiques, forum, spectacles, expositions, à échanger et débattre du vivre ensemble et de la démocratie. :  http://www.semaine-democratie.ch/

 

Voter: un respect de soi

L'abstentionnisme n'est pas une fatalité.

Pour que le "je vote moi non plus" se transforme en "Je vote moi aussi!" ce sont un cumul d'actions et d'engagements qu'il faut engager dans la durée... mais c'est aussi un geste très simple à faire : celui de voter. 

Le 18 octobre, définitivement: JE VOTE! par amour pour la démocratie et parce que je me respecte en tant que citoyen-ne.

Et vous?

 

 11781838_1132786703416413_6394701408763807095_n.png

 

 

 

 

 

-----------------------------------------

www.sylvainthevoz.ch

 

 

 

11:53 Publié dans Air du temps, Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

08/10/2015

A ceux qui peuvent encore dire oui

oui...

A ceux qui écoutent

A ceux qui veulent comprendre

Aux roues de secours

A ceux qui changent les choses

A ceux qui retournent les lignes

Au cric dans le coffre

Aux croisées des chemins

A ceux qui se lèvent à l’aube   

Au pouvoir du changement

Au respect des paroles données

Au sucre sous la langue

Au suc des plantes

Au jus des oranges

Aux voûtes gothiques

Aux orages l’été

Aux volutes de fumées

A la résistance des fleurs

Aux orgues de Bach

Aux fanaux des baleines

Aux peines minimales

Aux refrains des rorquals

Aux nuits andalouses

Aux deuxièmes chances

Aux troisièmes et même plus

Aux encore

Au crédit sans caution

Au service public

Aux cinq doigts de la main

Aux libertés totales                         

Aux chutes sans gravité

Aux remontants rapides

A l’apprentissage qui rentre

A l’été indien

Aux prudences de Sioux

Aux casse-noix et au sprint final  

Aux atolls aux tortues

Aux troupeaux de bisons

Au schuss à la danse   

Aux bouchons sans champagne

Aux bouteilles à la paille

Aux poches à double fond

Aux présences des pairs

Au repère des phares

A Jaurès à Ziegler et Sénac

A Erri à Rouillan et frère Roger

Aux hérissons sous les feuilles

Aux sursauts salutaires

Aux grand huit aux montagnes ukrainiennes

Aux Syriens sans Assad

Aux Russes sans Poutine    

Aux éclipses solaires

Au Liban au Lignon

Aux Grisons à l’Irlande 

Aux théologies de la libération

Aux démarches délicates

Aux pas de côté au retrait stratégique

A l’arôme du café 

A l’amorce des bombes 

Aux marchés de Provence  

Aux préavis de grève

Aux cheveux de Jason

A la barbe d’Ulysse

A la mort des forfaits fiscaux 

Oui...

A la vitesse des lièvres

Aux prophètes du bonheur

A Jérusalem capitale Palestinienne

Aux tisons à la braise

Aux langues liées 

Aux passages de frontières

Aux terriers des renards

Aux remèdes des plantes

Aux becs des corbeaux 

Aux crapauds aux princesses

Aux miracles invisibles

Aux essais transformés

Aux questions sans réponses

Aux sorbets de cassis   

Aux refuges en forêt

Aux loukoums et kiwis

Aux coulis, confiseries

Aux sardines grillées

Oui...

Aux pieds nus dans les prés

Aux canapés pour deux 

À la mousse sur la bière 

Au hamac sous le chêne  

Au baiser contre l’arbre

A ceux qui ne sont plus là  

Aux réponses qui fusent

A ceux qui disent sans délais

Aux peigneurs de girafe

Aux boules à facettes

Au présent : éternel

Au tout premier pas

Aux ceintures de sensibilité   

Aux fétiches aux totems 

Aux pacifistes résolus 

Aux insomnies douces

A la lutte des classes

Aux cerfs-volants au vent

Aux micmacs et schmilblicks

Au milk-shake

Aux pommes duchesses

Aux brioches et au schnaps

A l’orgasme et au cri   

Aux silences débordants

A la glu qui recolle

Oui... 

Aux loyers plafonnés

A ce qui s’est échappé

A ce qui reviendra

Aux livres et à l’éclair

Aux grappes de raisin   

Aux surréalistes

A la bienveillance des bègues

Aux lignes le long des touches

Aux poires blondes

À la foi des montagnes

Aux bonhommes de paille

A la force des poignets

Aux chevilles ouvrières

A la neige d’avril  

Aux gouttières quand il pleut

Aux bulletins météo

Aux ombrelles chinoises

Aux empreintes dans le sable

A la pluie au désert 

Aux marées montantes

A Mahmoud Darwich

Oui...

Aux rencontres improbables    

Aux musiques intérieures

Aux tendresses et aux rêves

Aux fidélités sans failles   

Au droit au retour

A la trêve

Aux terres ancestrales

Aux formules magiques

Aux oreilles débouchées  

Aux machines sans billets

Aux quittances sans reçus  

Aux formules secrètes

Aux incantations libres

Aux frissons

Au regard pour les vagues

Aux armes enrayées

Au romantisme.0

A la force d’y croire

A la souplesse des genoux

Au souffle continu

Oui... 

Aux parachutes bien pliés

Aux rebonds imprévus

A l’ouverture des portes

Aux chansons fredonnées

Aux buts avec son camp

Aux refrains sans reprises 

Au saut à l’élastique

Au temps des cerises

Aux balançoires en bois

Aux briques des barricades

Au thé frais à la menthe sauvage

Aux bêtes sauvages

Au feu doux

Aux coussinets des chats

Aux étoiles fugaces  

Aux camisoles pour ego

Aux jeux de langage

A l’insouciance

Oui...

Aux prières silencieuses

Au pouvoir d’aimer

Au silence l’été

Au ciel toute l’année

A celles qui n’ont pas peur

A ceux qui peuvent encore dire oui.

 

16:04 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : oui | |  Facebook |  Imprimer | | |

07/10/2015

A ceux qui ne savent plus dire non...

 

Non ....

Aux pompiers pyromanes

Aux concasseurs de cœur

Aux briseurs de grève

Aux faiseurs de crises

Aux cerises pas mûres

Aux statues sans sourires

Aux églises sans prières

Aux sauveurs sans idées

Aux sauts sans esprit

Aux nombrils sans rebords   

Aux yaourts fermentés    

Aux rivières sans retour

Aux océans bornés

Au ciel sans soleil

Aux nuages sans pluie

Aux menottes attachées

Aux traces qui se perdent

À l’absence de grâce

Aux pentes sans secousses

Aux piscines trop chlorées

Aux couteaux dans la manche  

Aux buvards imbibés  

Aux éponges délavées

Aux essais nucléaires

Aux scooters sur les pistes TPG

Au babil politique

Aux serpents dans la mer

Aux cernes des couleuvres   

Aux amendes aux cyclistes

A tout ce qui clignote

Aux élans suspendus

Au service sans merci

Aux mécènes miséreux  

Aux tueurs de bête

Aux vols spéciaux

Aux avions sans retour

Aux faiseurs d’esclaves

Aux esprits séparés 

Aux loyers abusifs

Au Ragusa sans noisettes

Au Rivella sans sport

Aux raquettes au vestiaire

Aux abeilles qui meurent

Aux barreaux mal sciés  

Aux marches manquées 

A la chaise électrique

Aux cheveux sur la langue  

Aux preneurs d’otage

Aux demandes de rançon

Aux appels en absence

Aux connexions trop lentes

Aux tigres édentés  

A l’humain comme une chose

Aux titres dans le texte

Aux menus sans sel  

Au lustrage des poils

À l’arrachage d'ailes

Aux bunkers pour les noirs

Aux abbés abuseurs

Aux cailloux dans les pompes

Aux curés à bout de nerf

Aux poules sans têtes 

Aux grands noms

Aux vis desserrées

Aux mineurs dans leur Porsche  

Aux brouettes rouillées

Aux navets à la cave

Aux pommes en novembre 

A ceux qui ne sautent plus

A ceux qui ne peuvent pas   

Aux ampoules dans les mains 

Au pétrin

À servir la soupe

A l’orage qui vient 

Aux tiroirs qui grincent

A l’office des poursuites

Aux jeteurs de sort

Aux tireuses de cartes

Au sens unique

Aux fosses marines

À l’ours sans banquise

Aux astrologues avides

Aux tartes à la crème

Aux pilules amères

Aux billots sous la tête

Aux rats des villes

Aux champs rasés 

Aux fantômes aux fantoches

Aux couches pour les vieux

Aux sous-titres décalés

Au dimanche à l’usine

Au Noël sans cadeaux  

Aux cadenas aux compteurs

Aux bouchons sur la route  

Au pouvoir des tristes    

A la foi sans blasphème

Aux charentaises en solde

Aux chats sans gouttières

Aux héritages automatiques

Aux enfances sans amour

Aux donneurs de leçon  

Aux salaires sans mérite

Aux oiseaux sans nichées     

Aux anniversaires gâtés 

Au mal que l’on partage

Au compte à rebours

Aux os à moelle

Aux fleuristes fanés  

Aux âmes perdues

A l'amertume du miel

Aux rasoirs jetables

Au guide Michelin

À ceux qui se la ramènent

A ceux qui s’y oublient

Aux silences pesants

Aux tambours des bottes 

Aux trous dans les chaussettes

Aux baignoires bouchées

Aux arrêts cardiaques

A ceux qui se sont pris pour d’autres

Aux paris truqués

Aux perruques mal fixées

Au tiercé dans le désordre

A Blatter à Blocher au Sida

Au désordre général

Au casse-pipe

Aux éclats sans lumière

Aux cartes cumulées

Aux géraniums en plastique

A ceux qui ne s’opposent plus

A ceux qui ne savent plus dire non.

11:49 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : non, et non | |  Facebook |  Imprimer | | |

02/10/2015

Nouvelle comédie : terrorisme culturel du PLR.

file6mhvngpu5hvhufn2534.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le PLR a tombé le masque ce mardi en commission des travaux, refusant le vote sur le théâtre de la Nouvelle Comédie. Comme un mauvais acteur il essaie maintenant de se rattraper en invoquant divers arguments, tous plus spécieux les uns que les autres.    

 

Lien avec la répartition des tâches Ville-Canton

Le PLR prétend que son refus doit être pensé dans le cadre d'une négociation de la répartition des tâches entre Ville et Canton. C'est lâche et mensonger. Cette manoeuvre vise à ne pas assumer sa casse. Cela me fait penser aux agresseurs qui prétextent un mouvement de leur victime pour justifier de leur être tombé dessus. Le PLR est, au final, tellement lâche qu'il ne peut même assumer de l'être et doit encore se dédouaner sur la Ville.  

Le député PLR et promoteur Frédéric Hohl exprime, dans l'émission Genève à Chaud, sa volonté de faire un deal au détriment de la Ville et de la Culture. Selon lui, si à l’issue de la répartition des tâches, la Nouvelle Comédie devenait municipale, le Canton ne mettrait pas 45 millions. Mais, à l’inverse, si la Nouvelle Comédie devait devenir cantonale, il ne s’engage bien entendu pas à mettre les 53 millions de plus et à dédommager la Ville pour l’important travail de maîtrise d’ouvrage déjà entrepris! Monsieur Hohl joue là avec la Nouvelle comédie comme un joueur de bonneteau avec sa bille. Il faut l'arrêter. Cet homme, promoteur culturel, est empêtré dans ses conflits d'intérêts.

 

On ne peut pas jouer ainsi avec des institutions d'importance stratégique pour Genève. Dans le Temps [1], le même Frédéric Hohl annonce encore vouloir mettre de nouvelles conditions à la Ville en la poussant à garder la Comédie sous son aile. Cela revient de fait à enterrer le projet, car la Ville de Genève n'aurait probablement pas les moyens de le reprendre entièrement. Elle n'est pas riche, elle planifie simplement mieux ses investissements.

Alors qu'un projet collectif Ville-Canton est sur le point d'aboutir, il faudrait le voir se briser ? Cela serait désastreux pour Genève. 

 

Certains ont brûlé des livres, d'autres veulent fermer des théâtres

Le PLR, dans son terrorisme culturel, est prêt à laisser mourir l'actuelle Comédie sans la remplacer. Cela revient de fait à condamner un théâtre. Trucider un projet d'importance stratégique pour Genève parce qu'il est culturel, c'est du terrorisme, pas de la gestion.

Quand il s'agit d'investir dans les routes et les prisons, le PLR n'est jamais à court de dépenses. Mettons en perspective le projet de la Nouvelle Comédie avec, par exemple :

  • Les 3000 à 4000 millions !  pour l'hypothétique traversée du lac qui déboucherait en pleine campagne et dont Berne a dénoncé le caractère inutile.
  • Les 289.5 millions! pour une prison (établissement pénitentiaire des Dardelles).
  • Les 151millions pour la réfection de la route de nations.
  • Les 43 millions pour la relocalisation de l’office cantonal des véhicules.
  • Les 58 millions uniquement destinés à la simple rénovation de l’Hôtel des finances.

Et demandons-nous alors au nom de quoi le PLR veut désormais supprimer la Nouvelle Comédie ? Pas au nom de la bonne gestion, car ce nouveau théâtre c'est à peine ce que coûterait un nouvel avocat PLR aux HUG !!!

 

La Nouvelle comédie est l'avenir de Genève

La Nouvelle comédie est un théâtre qui comprendra 750 places réparties en deux salles de 500 et 250 places (en plus de deux espaces de répétition de 100 places chacun et d’un restaurant avec une centaine de places également).

Elle a été pensée comme une véritable fabrique des arts de la scène, regroupant en un même lieu des ateliers de décors, de costumes, des espaces de répétition, etc… qui seront rendus accessible au public, qui pourra ainsi découvrir les différents métiers du spectacle.

La Nouvelle comédie permettra d’accueillir les grandes productions européennes, ce qui manque aujourd'hui, tout en offrant la possibilité de créations locales ambitieuses qui à leur tour tourneront dans le monde.

Des questions d'ego et de conflit d'intérêts au PLR casseraient plus de 20 ans de travail sur ce projet ?

La Nouvelle comédie : un projet qui ne date pas d'hier

La Nouvelle comédie s’inscrit dans le cadre du nouveau quartier qui se construit autour de la future gare des Eaux-Vives. Ne pas réaliser ce théâtre revient à laisser un gigantesque trou, sur lequel il coûtera beaucoup plus cher de construire quelque chose plus tard.

Dans une période troublée comme celle que nous vivons aujourd'hui, où nous sommes en manque de récits pour raconter le monde, et y trouver notre place, le théâtre a un rôle particulier à jouer comme espace de parole, de création, de lien. Il y a déjà trop de trous et pas assez de projets de qualité. Ne les cassons pas!  

 

La culture : une richesse à cultiver

La Nouvel comédie est un équipement culturel qui sera au cœur de la région, accessible facilement et rapidement. C’est un théâtre qui fera rayonner Genève et dont notre Canton tirera bénéfice.

Si le PLR n'en a pas voulu mardi en commission des travaux, s'il a balayé ce projet avec mépris, pour des raisons de calcul politique et comptable, il faut désormais espérer qu'au sein de ce parti certains reviendront à la raison, arrêteront de jouer avec les institutions stratégiques comme au bonneteau et que les terroristes culturels seront mutés à la commission de la santé... s'il veulent vraiment faire des économies, ils pourront s'attaquer aux caisses maladies privées.       

 

 

[1] http://www.letemps.ch/culture/2015/10/01/guerre-position-autour-nouvelle-comedie

 

 

15:33 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

01/10/2015

Le droit de mourir dans la dignité

Est-ce qu'un être humain a le droit de décider de sa vie et de son cours? Oui! Est-ce qu’un être humain a le droit de décider de sa mort, du moment où il souhaite arrêter celle-ci ? Oui. Le pouvoir des prêtres et des médecins sur le droit à mourir des gens devrait appartenir à un autre siècle.

C'est à chacun-e- de décider aujourd'hui, librement, ce qu'il souhaite faire de sa vie et de la fin de celle-ci. La question de mourir dans la dignité est complexe et soulève des questions éthiques et légales, mais comment un humain peut-il se prétendre libre si sa mort ne lui appartient pas?


Quand l’homme est libre de décider de sa vie, il doit être libre de décider de sa mort.

Il est important de relire les philosophes grecs, les stoïques, et même des chrétiens; certains ont une option bien éloignée de celle de « la vie à tout prix » (et contre la vie même) que des églises ont suivies. 

Hans Küng, théologien suisse, nous rappelle [1] que le choix de mourir peut aussi être un geste de confiance en Dieu et d'abandon dans la confiance. L'acharnement médical n'est pas un geste à soutenir; avoir le droit de disposer de sa vie inclut le droit d'exercer son droit à partir. On peut lire dans ce geste une confiance et une spiritualité forte. Il est important et urgent de sortir du tabou qu’occasionne la mort pour la regarder en face, qu’elle soit vécue de la manière la plus digne et respectueuse possible.

Des situations disparates

Aujourd’hui, en Suisse, suivant les cantons, que ceux-ci soient de tradition catholique ou non, de telle ou telle obédience politique, qu'ils aient légiférés ou pas au sujet de la fin de vie (Vaud, Neuchâtel l'ont fait, toujours pas Genève),  et que la personne en souffrance soit en EMS, en hôpital ou à la maison, son droit de disposer de  sa mort n'est pas garanti.  Cela est-il équitable ? Non.  Cela est-il juste ? Non. Il est urgent de légiférer au niveau fédéral afin de garantir le même droit à mourir pour toutes et tous.

 

Distinguer clairement suicide assisté et euthanasie

Une distinction claire doit être ici posée entre le suicide assisté et l’euthanasie. Le suicide assisté est l’acte libre et éclairé d’une personne qui souhaite mourir dans la dignité. L’euthanasie est une décision prise par d’autres au sujet d'une personne qui l'élimine sans son consentement. Légiférer sur le droit au suicide assisté au niveau fédéral permettra de clarifier cette distinction et de protéger le droit à mourir dans la dignité avec un cadre clair pour tous.

Dans le suicide assisté, la personne qui se suicide doit être :

  • Consciente
  • Capable de discernement
  • Pouvoir physiquement avaler une substance ou tourner un robinet de manière autonome.

 

Attention, cela exclut de fait un certain nombre de personnes qui ont dépassé ce stade et désirent mourir. Cela exclut tous les malades psychiques et les nombreuses et même très nombreuses démences séniles et provoque actuellement ne nombreuses situations de conflit. Exemple : une personne  au début d’une évolution démente demande de mourir « avant de devenir gaga ». Le psychiatre certifie qu’il n’y a pas de capacité de discernement. Que faire?  Aujourd'hui, il faut renoncer devant le diagnostic psychiatrique. Il s’ensuit une terrible souffrance de la personne qui demande l'intervention.

 

Le droit à mourir dans la dignité ne doit être confisqué ni par les psychiatres ni par les comptables.

 

Le droit à la vie et à la mort doivent être sortis du système capitaliste, monétaire. En cela, la liberté doit être donnée à chacun de pouvoir choisir sa mort, en toute connaissance de cause, avec l'aide et l'accompagnement nécessaires. Le vieillissement de la population et les volontés de réduire les coûts de la santé, risquent de ramener le droit à la vie à un enjeu commercial, monétaire, ou de pouvoir. Il faut bien regarder la situation en face, on ne peut fermer les yeux.  

 

 

EXIT prend de l'ampleur

Aujourd’hui,  l’association Exit ADMD (Association pour le droit à mourir dans la dignité)[2]  ne cesse de prendre l’ampleur (22'000 membres en Suisse romande et presque 100'000 en Suisse allemande). Le nombre d’adhérents est toujours plus grand (environ 3'000 en plus chaque année en suisse romande). Cette association répond au besoin largement partagé de mourir dans la dignité.

Chacun-e- devrait, aujourd'hui, en Suisse, pouvoir envisager avec sérénité sa fin de vie. Le besoin de ne pas souffrir ni d’être grabataire doit être entendu. Libre à chacun-e- de l'apprécier en pleine conscience.

 

Vivre dans la dignité, c'est avoir la garantie de pouvoir mourir librement, avec une information éclairée et un cadre juridique clair pour toutes et tous. La vie est un bien trop précieux pour accepter de la laisser aux prêtres, aux psychiatres, aux comptables.

 



[1] http://www.letemps.ch/Page/Uuid/633470aa-65fb-11e5-a712-c5802dca2ce2/Hans_K%C3%BCng_envisage_de_choisir_sa_mort_en_croyant

[2] http://www.exit-geneve.ch/

08:21 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : exit, fin de vie, suicide assisté | |  Facebook |  Imprimer | | |

02/09/2015

Ni pour le meilleur ni pour le pire (réflexions sur le mariage)

 

L'office fédéral de la statistique nous avertit : 42 couples sur 100 sont voués à l'échec, si le comportement actuel par rapport au divorce ne change pas dans le futur.[1] Diable, mais comment changer le rapport au divorce. En voilà un problème de société, ça cogite sec à Berne...

 

Le PDC n'a pas trouvé la parade. Le "parti de la famille" doit constater son échec. Non seulement il ne sait plus trop ce qu'est la famille, mais par dépit se replie frileusement sur une définition limitée. Le mariage, ce serait l'union d'un homme et d'une femme, basta. Quel manque de créativité, et surtout, de réactivité par rapport aux nouvelles manières de faire famille aujourd'hui. D'autres (UDC) voient des mariages blancs partout, ou des mariages inféconds même quand ceux-ci portent déjà des enfants. Ils veulent défendre la forteresse mariage comme ils isolent la Suisse. La commission juridique du Conseil des Etats elle, vient tout juste d'autoriser le mariage homosexuel par 7 voix contre 5.[2] Voilà enfin une décision qui va dans la bonne direction. 

 

Certains proposent des "solutions" qui n'ont rien à envier au parti démocrate chrétien : si vous n'avez pas réussi votre mariage, réussissez votre divorce! Bof, à tout prendre, on préférerait quand même réussir son union.

Il reste la tentation des aventures extra-maritales, commerciales ou non.  Ashley Madison, spécialisé dans l'offre aux mariés, avec son slogan " la vie est courte, tentez l'aventure", ne convainc pas. Vivre caché n'est pas particulièrement sexy. Et quand la double vie est révélée à tous par un piratage de données, quel ridicule.

Mais, si on ne peut pas changer le rapport au divorce, autant changer le rapport au mariage, non? 

Ce qui sauvera le mariage ? Sa désacralisation et son ouverture à toutes et tous afin de donner à chacun.e l'exercice de ses droits, à l'union, à l'adoption et à la procréation.  

 

Mariages flashs

En 2013, Genève est deuxième concernant le taux brut de divorce pour mille habitants (2.6) et bonne dernière concernant la durée de vie moyenne d'un mariage : 13.5 années.

 

Globalement, au niveau Suisse, la durée de vie d'un mariage progresse de 14,5 à 14.7 années. Explications ? Le divorce menace avant tout les premières années de mariage. Bref, ce n'est ni pour le meilleur ni pour le pire que l'on se quitte, mais en général parce que l'on a n'a pas eu le temps d'expérimenter l'un ou l'autre.

 

Fait nouveau, un nombre croissant de couples divorcent après de longues années en commun. Les couples divorçant après 30 ans ou plus de mariage représentent désormais 8,2% en 2013 contre 3% de tous les divorces prononcés en 1970.

 

Pour résumer, il est de plus en plus dur de durer longtemps dans le mariage. Peut-être aussi parce que l'on dure de plus en plus longtemps... dans la vie? Lorsque l'on a vécu le pire le meilleur avec la même personne, que les enfants seront grands, l'hypothèque payée, on se dit qu'il est temps de tenter autre chose. Bref, si le cadre du mariage a été éprouvé...  pourquoi ne pas expérimenter le divorce pour continuer à aimer. 

 

Mariage pour toutes et tous :en avant  !

Et si plutôt que de réussir son mariage ou son divorce l'ambition, peu importe son orientation sexuelle, son âge, le fait d'avoir des enfants ou non, était de bien réussir à aimer? L'office fédéral de la statistique a-t-il un avis là-dessus?

En tout cas, aujourd'hui : en avant pour le mariage pour toutes et tous, belle manière de rénover cette vénérable institution pour l'adapter à notre société.

Ni pour le meilleur, ni pour le pire.

Simplement, par égalité de traitement.

Et pour mettre le mariage à la page, plutôt qu'à la porte.    

 

 

-----------------

www.sylvainthevoz.ch

 

 

[1]http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/themen/01/06/blank/key/06.html

[2]http://www.20min.ch/ro/news/suisse/story/27827293

09:20 Publié dans Air du temps, Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mariage, suisse, droits, lgbtiqh | |  Facebook |  Imprimer | | |

28/08/2015

Réformer l'économie (Contre ceux qui veulent uniquement l'optimaliser)

économie,économie suisse,réformes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans le cadre des élections fédérales d'octobre 2015, la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève, la Fédération des Entreprises Romandes Genève et Economiesuisse  ont convié les candidat(e) aux élections fédérales à une rencontre avec des représentants des milieux économiques.

Cette rencontre, réunissait tous les partis, et se voulait une occasion d'échanges sur les perspectives de l'économie genevoise et les thématiques comme la réforme de la fiscalité des entreprises et de les relations bilatérales avec l'Union européenne.

 

Comme candidat socialiste, je m'y suis donc rendu.

 

Je pensais, j'avoue, arriver dans le temple de la créativité et de l'innovation, de la réactivité et des nouvelles idées... j'ai été déçu.

 

économie,économie suisse,réformes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'optimalisation au détriment des gens

J'ai découvert un milieu auto-satisfait, ayant produit un jolie brochure rappelant que la suisse est numéro 1 en matière de compétitivité (et en terme de redistribution des richesses, d'écart de salaire entre les plus riches et les plus pauvres?), que l'espérance de vie des Suissesses est de 85 ans en moyenne soit 10 ans de plus qu'en 1960 (omettant de préciser que l'espérance des Suisses est de 82 ans ... tiens pourquoi ce décalage?) ; que Genève et Berne figurent dans le top 15 des villes où la qualité de vie est la plus élevée du monde (grâce à quoi, à qui ?), ajoutant que le phosphore des lacs suisses a fortement diminué et que 1107 musées suisse ont comptabilisé plus de 20 millions d'entrées !!

Vous cherchez le rapport entre ces statistiques? Il est uniquement de vendre l'idée que tous ces bienfaits reviennent à l'économie, omettant bien entendu de dire que celle-ci est responsable de coûts et d'externalités qu'assume uniquement l'Etat (épuisement au travail,  burn-out, stress, pressions, difficultés sociales, augmentation de la précarisation, hausse des frais médicaux.) [1]

Economie suisse, nous peint un monde en rose. Vous reprendrez bien un peu de Fluoxetine Bayer pour la voir ainsi?

Non, merci.

 

économie,économie suisse,réformes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un milieu dogmatique abusant du chantage catastrophiste

J'ai découvert là un milieu dogmatique défendant becs et ongles les neufs clés du succès helvétique, véritable bible d'une certain économie, soit : un approvisionnement en énergie sûr et compétitif, une protection efficace de l'environnement, des marchés de l'emploi libres et ouverts, des infrastructures performantes, une stabilité macroéconomique, une économie de marché performante, la liberté d'entreprendre, l'accès direct aux marchés mondiaux, un système éducatif et une recherche de pointe, des politiques financières et fiscale compétitives.

Et gare à vous si vous cherchez à étendre, ou redéfinir les clés de ce succès. Vous ne trouvez pas votre place là-dedans ? Vous vous demandez ce qu'il en est de la redistribution des richesses, d'un impôt juste, de la lutte contre les inégalités, et de la responsabilité des entreprises dans celles-ci, du partage du temps de travail ? Economie Suisse ne s'en préoccupe pas. Son objectif, OPTIMALISER les conditions cadres pour les entreprises... pour le reste, vous pouvez : travailleurs, retraités, étudiants, aller vous brosser. 

Economie Suisse défend un seul axe: le maintien de l'existant. Elle souhaite jouer, encore et toujours sa même ritournelle du chantage et des accents catastrophistes. Si vous cherchez à réformer le système pour plus de justice sociale (les entreprises partiront, la suisse reviendra au Moyen-âge), elle mettra le poids financier qu'il faudra.

Cette logique défensive ne sert pas toute l'économie. Elle permet surtout aux plus gros de devenir plus forts.   

 

 

économie,économie suisse,réformes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'économie contre les droits populaires 

Plus grave, le fait que les droits populaires et les votations soient vues comme un élément qui dérange la stabilité économique, et la sacro-sainte prévisibilité économique des multinationales.

Alors, quand le 9 février arrive ces messieurs (surtout) et dames (peu nombreuses) s'inquiètent. Pourtant, qui a fait le lit de l'extrême droite? Qui, à droite et dans les milieux bourgeois, a toujours défendu becs et ongles les intérêts privés, les grosses fortunes, freiné l'évolution du système bancaire, défendu les privilèges, refusant les naturalisations facilités et le droit de vote des étrangers afin que, PLR-UDC mains dans la main, fassent de l'étranger un bouc émissaire idéal ?

Quand arrive le 9 février 2014, ces messieurs dame sont choqués. Le chantage trop utilisé, ne fonctionne plus. Voilà l'économie en péril du fait du 9 février, on s'agite, on s'inquiète.  Mais ce n'est pas pour autant qu'il est question de se réformer et de remettre en question l'économie, non. Ce sont les droits populaires qu'il faudrait questionner !!! 

Je pensais, j'avoue, arriver dans le temple de la créativité et de l'innovation, de la réactivité et des nouvelles idées... je me suis confronté à un lobby conservateur.

Voulons-nous laisser notre économie dans ces mains là? 

 

économie,économie suisse,réformes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réformer l'économie

 

Réformons l'économie pour les PME, les gens réels, les paysans, les étudiants, pour l'avenir, pas au profit uniquement des multinationales et de l'intérêt prioritaire des grosses fortunes.

Ce que j'appelle la théorie des miettes, qui vise à défendre le fait que plus les riches sont riches, plus les classes moyennes et les pauvres en reçoivent quelque chose, doit être combattue. La justice sociale n'est pas la mendicité. C'est un rapport de force constructif.

Voilà quelques mesures concrètes pour réformer l'économie et redistribuer les richesses :

 

  • Protéger avant tout les travailleurs et travailleuses, pas uniquement les conditions cadres visant à l'optimalisation fiscale. Extension des conventions de travail.
  • Imposer l'égalité des salaires entre femmes et hommes. 
  • Création d'un impôt sur les transactions boursières pour mettre fin à la spéculation inutile et stabiliser le marché financier.
  • Réformer la fiscalité afin de la rendre transparente. Fini les cadeaux fiscaux et les forfaits fiscaux à la carte dévolus d'une manière totalement opaque.
  • Réforme RIE III des entreprises [2] : pour un taux à 17% uniforme et une défense plus forte de la place de Genève face aux avantages dont jouissent les villes de Bâle et Zurich. 
  • Soutien à l'économie Sociale et Solidaire. Facilitation des prêts pour les petites et moyennes entreprises via des Fonds publics de prêts (type FONDETEC). Mise à disposition de capital pour démarrer des entreprises sans intérêts.
  • Les primes d'assurances-maladie ne doivent pas représenter plus de 10% des revenus d'un ménage. Interdiction de faire de la publicité pour les caisses maladies avec l'argent des primes. L'argent doit aller aux assurés, pas aux conseils d'administration!
  • Constitution d'un cadre légal pour des multinationales responsables (initiative multi), protégeant ainsi les droits humains et l'environnement en mettant sur un pied d'égalité toutes les entreprises et renforçant le label Suisse. Signez l'initiative ! [3]

 

Parce qu'économie suisse demeure le lobby d'une économie partiale visant uniquement à l'optimalisation et à la facilitation des conditions pour les grands acteurs, réformer l'économie est urgent.

Parce que l'économie doit être au service de l'humain, pas le contraire.

Quand j'ai pris la parole pour exposer ce point de vue et ces propositions, celles-ci ont été prises pour de la provocation voir un crime de lèse-majesté par les patrons de l'économie (quoi? on attaque les sacro-saintes conditions cadres?!).

Ceci est la preuve, à mes yeux que l'économie ne se réformera pas toute seule, qu'il ne faut pas attendre autre chose d'elle optimalisation conservatisme et dérégulation, avec une vie peinte en rose pendant que les citoyen-ne-s paient les pots cassés des crises successives.  

L'économie ne prendra jamais toute seule les mesures qui vont contre ses intérêts d'optimalisation.

L'intérêt de l'économie n'est pas toujours celui des citoyen.ne.s

L'optimalisation forcenée n'est pas une fatalité.

A nous, citoyen.ne.s, politiques, de voter pour défendre une économie réelle, freiner l'optimalisation à tous prix aux dépends de certains pour en enrichir d'autres.

A nous d'augmenter la répartition des richesses, gage de durabilité et d'une société sans conflits sociaux.

Une autre économie est possible, plus démocratique, nous souhaitons la réaliser.   

 

 

[1]http://www.uss.ch/index.php?id=144&L=1&tx_ttnews[backPid]=&tx_ttnews[tt_news]=4190&cHash=b273c2a50d4086b75be7bec839dbf47bs

 

[2]https://www.pwc.ch/user_content/editor/files/publications15/pwc_corporate_tax_reform_iii_fr.pdf

 

[3]http://www.solidar.ch/fr/inscription/initiative-pour-des  

 

 

Les illustrations sont tirées du livre de Monique Pinçon-Charlot & Michel Pinçon, Etienne Lécroart : Pourquoi les riches sont-ils de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres? Mon premier manuel de pensée critique, Editions la ville brûle, 2014.

 

 

----------------------------

www.sylvainthevoz.ch

 

économie,économie suisse,réformes

 

 

 

 

10:34 Publié dans Air du temps, Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : économie, économie suisse, réformes | |  Facebook |  Imprimer | | |

05/08/2015

La capote et le territoire

download10.jpgMercredi

J’ai dans mon sac une pierre prise dans un bas pour cogner. Des talons aiguilles dans les yeux, je t’assure, ça fait mal.

Tu me vois, je suis là, à une et à deux et à trois heures du matin, dans la nuit dans le froid, tout l’hiver parfois. Mais je suis ailleurs en même temps, beaucoup plus loin qu’ici.

Ce que j’expose n’est pas ce que je suis, qui je suis est à l’abri bien loin.  Je me répète peut-être. Peut-être que je t’ennuie… qui je suis n’est pas celle que tu vois.

Qui je suis ne travaille pas après minuit, ne mets jamais de bas.    

Il y a plein de prostitués dans les boîtes d’assurance et les banques.

Je suis travailleuse du sexe.

Ce n’est pas parce que je travaille avec mon corps que je suis à vendre. Je facture un service, c'est à prendre ou à laisser. Ce n’est pas ma personne que je solde. Cela, les mecs ils ne le comprennent pas. Pour que leur fantasme fonctionne, il faut le leur laisser croire. Je suis une comédienne. Life is a stage. Je vais aller voir la pièce de Devanthéry à l’Orangerie cette semaine : to be or not to be. Shakespeare. Ça m'intéresse.

Je parle le moins possible. Je reste toujours le plus neutre possible. Comme cela, les hommes peuvent projeter tout ce qu’ils veulent, remplir ma corbeille vide de leurs joies, leurs colères, d’impatiences et leurs fleurs.

Je facture un fantasme. Ils paient sa réalisation.

Je travaille avec mon sexe. C’est dans ce trou que je fore. Par ce terrier, dans l’abri de verre, que je me construis, en ressors. J’essaie de comprendre ceux qui viennent me prendre. Tu ne peux pas savoir combien j’ai appris sur le trottoir. Ni comme les gens aiment salir, raconter des ragots et te déverser leurs ordures.

Je n’aimerais pas que mon fils apprenne que je travaille dans la rue. C’est la dernière chose que je veux voir. J’aurais trop honte. L’argent que je gagne, c’est durement. Je paie mes impôts, comme tout le monde, je cotise pour ma retraite. Il y a de la place pour tout le monde ici, mais le prix à payer est salé. Tu dois t’exposer, tu peux choisir ce que tu mets en vitrine. Tu n’en sors pas inchangé. Tu dois te vendre. Toi seule évalues ce que tu donnes et pour combien tu l’abandonnes.  

Le territoire, c’est vital.

Les filles, les nouvelles, sont de plus en plus jeunes. Elles s’en foutent de casser les prix. Pour deux fois rien tu baises. Pour quarante balles, elles font tout maintenant. Pour presque rien, un rapport complet. Moi, j’ai des enfants à nourrir, leur éducation à payer. En vieillissant, tu dois aussi t’occuper plus de toi. Les dents, les yeux, les seins.

download.jpgElles, elles cassent le marché. Elles se mettent dans le coin là-bas et si tu les fais chier, leur mac rapplique. C'est difficile dehors, tu vois. La semaine passée, la chinoise s’est fait bastonner. Elle n’est pas encore revenue. Même le plus petit bout de trottoir c'est un enjeu, du moment qu'il est bien exposé.

Les filles savent très bien où se mettre, où il faut aller, ne pas s’arrêter. J'ai trouvé une chaise dans la rue. Je l’ai accrochée à un soupirail avec un cadenas. Je fais 1234 pour le sécuriser. Comme cela, la nuit, quand j'ai mal aux jambes, souhaite m’asseoir, je le fais tranquillement. Cela devient mon salon et je regarde passer ceux qui me regardent m'asseoir. 

Parfois on fait fausse route. On ne pensait pas lâcher autant, ni être rattrapées par le temps. C’est ainsi. Des filles vieillissent mal. L’occasionnel a duré. Elles ne savent plus mordre. Elles sont foutues. Elles ne peuvent plus dire non. 

 

Photographies: Tous droits réservés Eric Roset www.eric-roset.ch

 

Texte écrit suite à un travail sur le boulevard des Tranchées avec les travailleuses du sexe pour l'association Aspasie, la rédaction de son journal Mots de Passe.


09:30 Publié dans Air du temps, Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : prostitution, genève, nuit, travail du sexe | |  Facebook |  Imprimer | | |

01/08/2015

La Suisse est un muscle qui se travaille

C'est toujours un moment singulier que le 1er août, jour de fête nationale. Pas que je sois un fanatique du drapeau, ni que le nationalisme soit quelque chose que je valorise particulièrement, mais en ce jour, ce sont toujours des sentiments de gratitude et de reconnaissance, un rappel de l'incroyable chance de vivre en Suisse qui surgissent. 

Pourquoi ?

Nous vivons en paix, dans un pays serein, fort, qui permet à chacun, de chercher et d'occuper la place qui lui revient.

Malgré les tensions, les dissensions, et parfois les conflits (mais nous n'en arrivons généralement pas là, notre ADN y est réfractaire), nous faisons plus que partager un territoire, nous y vivons ensemble. 

Grâce à notre tradition, notre histoire et notre confiance, nous apprenons des crises et les surmontons.

Le débat, le dialogue, la volonté de servir le bien commun l'emportent encore sur les égoïsmes. Nous constituons une communauté qui se parle et agit pour le bien du plus grand nombre. 

 

1er août d'hier

Le 1er août, relève en partie de souvenirs heureux. Depuis l'enfance : s'émerveiller des feux de la fête nationale sur les montagnes; dans les villages, des lampions, du cor des alpes et les tartes aux noix des grands-parents jouant aux cartes; jappements du bouvier bernois, grésillement de la raclette fondue sur la pierre à l'alpage.

Le 1er août porte sa part de nostalgie et de retour vers les origines. Une forme de ressourcement aussi : ovomaltine froide et barre de ragusa. Le feu qui brûle, les amis rassemblés autour. C'est un moment fort, intemporel et rassembleur. Il fournit une combustion pour aller de l'avant. S'il n'existait pas il faudrait l'inventer... ce que nous avons d'ailleurs fait. Le copyright date de 1891 à l'occasion de la commémoration du 600e anniversaire du pacte de 1291.

Par ces feux, nous perpétuons ce que l'humain a fait depuis qu'il est : se réunir autour d'un feu, ériger un totem (symbole) manger et boire autour, se tenir chaud. Nous ne sommes pas différents des autres. La naissance de la Suisse date en fait de l'origine de l'humanité.

Un nationalisme bien pensé devrait être un humanisme curieux, pas un repli sur soi inquiet; pas un privilège de naissance ou administratif, mais un engagement envers une collectivité en lien avec d'autres.  

 

1er août d'aujourd'hui

Le 1er août, c'est avant tout un présent. Dans des pays voisins, les jours de fête nationale, on brûle aussi des bagnoles. Ici, et pour longtemps encore je l'espère, des morceaux de bois, comme le faisaient nos anciens. Et c'est un moment magique de voir, venant de différents lieux, aux origines multiples, des gamins lancer des fusées, et les différentes langues parlées autour des feux. 

Il m'a toujours semblé que le drapeau suisse à croix blanche, symbolisait la croisée des chemins. Là où certains veulent dessiner pour les quatre branches des impasses, j'y ai pour ma part toujours distingué au moins quatre ouvertures possibles, et des débouchés vers les quatre points cardinaux. Petit pays au centre de l'Europe, notre pays s'est développé par les échanges et s'est fortifié par son hospitalité. Un pays risquant l'ouverture, c'est sa nature.  

Un pays central, ouvert et responsable, qui s'exporte bien à l'étranger, et représente quelque chose de fort dans le monde. Le symbole de la croix rouge s'y confond même. Aujourd'hui, nous devons veiller à ce qu'il ne soit pas écorné, par le monde de l'économie, des multinationales helvétiques avides, qui par le profit absolu qu'elles poursuivent lui font du mal, ou par des tendances politiques autistes, qui stigmatisent l'étranger, les accords internationaux, et laissent entendre que barricadés derrière nos petites frontières, réfugiés dans le quant-à-soi, nous pourrions vivre mieux. C'est une erreur. Ce serait trahir notre histoire. Nous risquons surtout de devenir, aux yeux du monde, un pays égoïste voulant avant tout défendre ses privilèges. Et pour nous même, que l'usure, le refus de vivre et de nous dépasser, nous sclérosent.     

Et si notre croix suisse à quatre branche était un muscle ? Et si nous étions le sang qui bouge pour l'oxygéner. La Suisse : un organe ? C'est un coeur! Un coeur, c'est une pompe : ce sont deux artères, deux veines; un muscle, une circulation. C'est une puissance, une organisation. Mais c'est aussi plus que cela. Un souffle, une oxygénation, un rythme. Et si notre présent était d'amener du sang frais, pour en améliorer la circulation ?

Les conservateurs sont le signe d'un infarctus. Ils veulent figer dans le formol une Suisse qui avance au risque de la tuer. Les racistes? un mauvais cholestérol enkystant la Suisse, la rendant atrophiée et fragile. Quant aux rationalistes, économistes forcenés, ils pensent qu'une boîte en métal est identique à un coeur. 

 

1er août de demain

Le 1er août c'est aussi, et toujours, un moment pour se projeter dans l'avenir. Comment vivrons nous en 2016 et 2018 et 2020, et au-delà? Quels sont les caps que nous voulons nous donner? Qu'adviendra-t-il de notre pays? Comment évoluera-t-il ? Serais-je dans celui-ci une force d'oxygénation ou un corps inerte? Une force de développement ou de repli sur soi, un globule rouge ou un virus noir ? Ferais-je le choix du risque et de l'ouverture ou de l'enfermement et du dépérissement? 

Le 1er août mêle notre passé, notre présent et notre avenir, comme il mêle les langues, les origines diverses. Il permet, dans notre Confédération, de rappeler que s'il n'y en a pas des comme nous, nous constituons toutefois, genevois, vaudois, zurichois, etc., un tout.

De la même manière, si notre pays est singulier, il appartient à un ensemble plus vaste dont il dépend, et auquel il doit une grande partie de sa richesse et de ses succès, et envers lequel il a aussi des responsabilités. 

Le 1er août sera toujours pour moi un hommage à celles et ceux qui font la Suisse, qu'ils en aient le passeport ou non; s'engagent pour le vivre ensemble, au courage qu'il faut pour poursuivre cette aventure. Il sera toujours un moment de lutte contre les périls de fragmentation, de rejet et de repli sur soi qui nous guettent. Un temps de joie, flamboyant.

 

La Suisse est un muscle qui se travaille.

Le 1e août est un temps pour l'exercer. 

 


 

 

 

 

 

 

14:39 Publié dans Air du temps, Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : 1e août, fête nationale, suisse, communauté | |  Facebook |  Imprimer | | |

31/07/2015

Genève, la nuit

ArwmX5efpF4D43iODWRfhV7Rn-SMyHgaGRUDMkwdAUM.jpgVendredi.

J’ai été violée par mon premier mec.

Mon corps ne m’appartient plus. Ce qui est dedans n’est plus à moi. Il n’y a plus rien de protégé. Plus rien à soustraire, plus rien à préserver.

J’en parle toujours comme s’il s’agissait d’une autre. Comme si c’était arrivé à une femme qui est ma meilleure amie. Parfois je regarde les plaques des rues et je les récite, ça m’empêche de trop penser : rue Jean Sénebier, boulevard Helvétique, rue de l’Athénée, rue François d’Ivernois, puis je recommence dans l’autre sens rue François d’Ivernois, Ferdinand Hodler, rue de l’Athénée, boulevard Helvétique, rue Jean Sénebier. Des mecs que des mecs, tout le temps.

J’exige toujours la capote. Les mecs sont des tarés. En baisant, ils essaient de l’enlever, de te mettre sans protection, à nu. Avec un mec derrière moi, je garde toujours un doigt à la base de son sexe, pas qu’il l’enlève. Quand je tourne le dos je regarde par-dessus moi.

A l’intérieur, à l’intérieur de moi je fais des signes de croix.

Dieu est toujours là quand je travaille.  

Dieu est toujours là quand je baise.

 

Je me protège du mieux que je peux.

Toutes les filles te diront ça, mais tu verras, après, pour le fric, pour un soir, parce qu’elles font confiance, parce qu’elles en ont marre, elles vont risquer leur corps et leur santé.

Moi, je mets les choses au clair. Ce sont les lois du marché qui veulent ça. Le tarif, la durée, où on va et comment : tout est posé d’entrée. Je ne laisse rien au hasard.

Je suis douce, ferme, et polie.

Le client est roi. Mais il ne doit jamais me prendre pour une conne.

Je rentre dans sa voiture. C’est son territoire. Quand je suis embarquée, je prie.

 

yycE4FdUubLTNZmN-MtkVM4KO23_o7ILFgX3aT7FEUE.jpgC’est sur le trottoir, exposée, que je me sens le plus en sécurité. Car il y a les collègues qui travaillent, je connais chaque coin du boulevard, la petite rampe qui monte d’un côté, et redescend de l’autre, les balustrades en ferronnerie rouillée où s’adosser. C’est un lieu que j’ai appris à apprivoiser.  Il m’est devenu en quelque sorte familier.

Dire que je l’aime ce serait trop dire, mais je l’ai apprivoisé. Ou peut-être est-ce l'inverse en fait. Je ne sais pas. Genève, la nuit, pour moi, c'est comme cela.

Voilà tout.

 

Photographies: Tous droits réservés Eric Roset www.eric-roset.ch

12:14 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : prostitution, genève, nuit | |  Facebook |  Imprimer | | |

24/12/2014

Fêter Noël comme il se doit

Glisser vite entre deux voitures. Passer tout juste. Farter ses lattes. Prendre l'arbalète du bout des doigts. Et le caddie. Appuyer sur les freins. Acheter 6 litres de lait, un pack de miel. Virage des caisses. Retirer le clou de la chambre à air, poser sur la fuite son doigt. Marcher tout droit sans regarder à gauche ni à droite. Hémorragie d'apéros. Devenir bulles. L'ivresse est triste dans la ville. Signaler à l'ami le drôle de sourire qu'il porte depuis des lustres. Retirer les coquilles la paille de ses yeux. Nettoyer ses lunettes. Dépoussiérer la crèche. Retourner dormir sous la couette. Faire bon usage des trous de souris. De l'étoile pour bergers et de la graisse. Aller voir Sade à Bodmer. 


Il 

Changer de perspective. Choisir radicalement entre le désir et la névrose. Inviter son voisin à monter sur le toit. Fuir le marchand de sable. Guet-apens pour Morphée. Un paquet de tuiles. Le collabo intime cherche la correction politique pour accroître son emprise. Roberto Zucco. Nourrir les moineaux et le renard de lard. Refuser le graphisme de plus, le diagramme de trop, l'administrateur supplémentaire. La petite musique qui sort du ventre en plastique. Joli logo du père Noël. Casser les prix. Roter la dinde. Les vers de terre jouent leur part dans les glissements de terrain. Libérer les animaux. Dire non, niet, pas plus loin. Ou encore. Dans toutes les langues, faire du silence un chant d'église. Et la famille? Et le sujet? Faire bon usage des trous de souris; des sabots gris des moutons. 

 

est né

La caserne de pompiers est en alerte. Allumer toutes les bougies. Poser son doigt devant la bouche. Ses lèvres sur l'orifice. Dire chuuuuut très bas. Dernier trait du calendrier. Allelouhia. Slalomer sur la piste entre briques de verre et bouchons de muscat. Marcher ou pas. Penser aux piquets de plastique. A Ingemar Stenmark, à Nabilla, au sprint de Mario Colonna. Recevoir les voeux de Noël du président, vice-président, conseiller d'Etat, d'Ueli Maurer du pape et d'Obama. Voir passer la charrette remplie de têtes et de bras. Murmurer tout bas ce qui ne se crie pas. Pourquoi les fous foncent dans la foule? Pourquoi la foule sur le foie gras? Se relever au milieu de la nuit. Le sapin bien en place. Tout va. Tout va.


le divin

Faire et refaire la grève. Occuper le vide entre les lignes. Zapper tous les best-off 2014, compilations, montages toxiques, rembobinages, remémorations et diverses propaganda. Faire diversion. Arrêter la petite musique. Tirer sur la corde des cadeaux jusqu'à ce que vienne le costume du père Noël et de tous les papas. Tenir bon la ficelle. Ne pas lâcher. Effacer les traces comme un indien. Préparer l'embuscade. Ne rien planifier pour le 31. Faire bon usage des nids d'aigle. 


enfin

Refuser la trêve, récuser la pause. Puisque tout continue, attaquer par le flanc. La dent crénelée. Le langage codé. L'incisive devant. On se comprend. Passer à une autre vitesse. Approfondir le souffle. Ne pas se prêter au jeu. Ne pas demander d'intérêts. Sourire seulement intérieurement. Un sauveur vous est né: à Bethléem ou à Gaza? Dans l'étable, à l'usine, le dernier i-phone 6. Grossir la file d'attente? Pour aller où? Boycotter Morisod, TF1, la soupe tiède de la RTS. Entrer en dissidence. Aller dans les bois. Hululer pour la chouette. 

Anticiper le temps des bonnes résolutions, des cerises, des défaites, des cabanes accueillantes. Et sur le seuil. 

Et dans l'hiver

Et dans la joie   

Fêter Noël

Comme il se doit.

 

 

 

11:29 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : noël, joyeux, enfin | |  Facebook |  Imprimer | | |

18/12/2014

Hamas- Israël : Je te tiens tu me tiens par le terrorisme ....

Si le dégel des relations entre Cuba et les Etats-Unis retient aujourd'hui toute l'attention de la presse, il est une autre annonce qui a, cette semaine, le poids de changer l'histoire et marque un tournant important dans la géopolitique mondiale. C'est la décision prononcée par la justice européenne d'annuler, pour vice de procédure, l'inscription du mouvement palestinien Hamas sur la liste des organisations terroristes de l'Union Européenne. Celle-ci a été prise en rappelant que l'inscription du Hamas sur la liste était fondée "non pas sur des faits examinés et retenus dans des décisions d'autorités nationales compétentes, mais sur des imputations factuelles."[1]

Terroriste, vraiment? 

Quoi, la justice européenne balaie ainsi pour vice de procédure une décision qui date de 2001! Incroyable. Cela montre combien les décisions de "justice" sont politiques et ce qui semblait une vérité brute un jour relayée par la bonne presse peut tomber du jour au lendemain. Et pourtant, qui peut dire que le Hamas d'aujourd'hui est différent de celui d'hier? Personne. Que reste-t-il alors des arguments de ceux qui se sont gargarisés du terme de terroriste pour diaboliser leur ennemi? Rien. Benjamin Netanyahu a beau vociférer, exiger que l'Union Européenne replace immédiatement le Hamas sur la liste des organisations terroristes, quelque chose est fondamentalement en train de bouger dans la politique européenne envers Israël.

La rhétorique du tout terroriste a fait son temps

Israël paraît avoir épuisé tout le bénéfice qu'il pouvait tirer de la rhétorique terroriste instaurée par Georges Bush et ses amis suite aux attentats du 11 septembre 2001. Benjamin Netanayahu va faire pression pour que «le Hamas reste en fin de compte sur la liste des organisations terroristes». Il va activer les pays européens amis afin qu'ils présentent des appels à la décision. N'empêche, il aura beau faire, le citron a été bien pressé, la rhétorique terroriste usée jusqu'à la corde. Il semble que les crimes de guerre à grande échelle commis par Israël cet été et la mobilisation grandissante de l'opinion publique, aient fait basculer les rapports de force. Si le Hamas devait être maintenu sur une liste terroriste, la moindre des choses serait désormais d'y ajouter Israël.


Les défaites politiques d'Israël

Si Israël enregistre défaites sur défaites politiques, [2] le soutien de son grand frère américain semble indéfectible, mais jusqu'à quand. Si un nouvel héritier de la dynastie Bush ne revenait pas au pouvoir à Washington, un changement de cap ne serait-il pas aussi envisageable? Un changement n'a jamais été aussi proche dans les rapports de force au Moyen-Orient.

Le mécanisme de chantage à l’oubli par l’Europe de la Shoah qui donne un blanc-seing et un droit de massacrer à Israël est en train de s’effilocher. Netanyahu va trop loin lorsqu'il prend à partir les européens en jouant du chantage: " trop de gens en Europe n'ont rien appris de l'histoire sur une terre ou six millions de juifs ont été massacrés. Mais nous en Israël, nous avons appris nos leçons"[3] Ce chantage à la Shoah pour légitimer une colonisation et le maintient d'un peuple sous sa botte à force d'être utilisé d'une manière trop complaisante, et de placer la raison d'état au-dessus des droits de l'Homme fragilise à la longue la crédibilité politique de l'état d'Israël et la croyance dans sa volonté sincère de chercher une solution politique à ce conflit. 

 

Le premier de nous deux qui cèdera...

Au jeu du "Je te tiens tu me tiens par le terrorisme, le premier de nous deux qui cèdera..." il semble qu'Israël fasse la grimace et perde du terrain. Il est à souhaiter qu'à Tel Aviv, une nouvelle politique voie rapidement le jour. Si les temps changent même pour Cuba, ils changeront pour d'autres aussi. Si la politique israélienne demeure cantonnée à celle du déni, du chantage et de la colonisation, il apparaîtra rapidement que des deux frères ennemis, le terroriste n'était peut-être pas vraiment celui que l'on pensait. Alors non seulement les listes, mais aussi la réalité sur le terrain, devront bien être modifiées afin de traduire la réalité du droit et sa prééminence nécessaire sur le politique.      



[1] http://www.leparisien.fr/international/l-ue-retire-le-hamas-de-la-liste-des-organisations-terroristes-17-12-2014-4381091.php

[2] http://www.20min.ch/ro/news/geneve/story/13345895

[3] http://www.rfi.fr/moyen-orient/20141218-israel-mauvaise-journee-benyamin-netanyahu/

15:03 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

15/08/2014

Amie Téléphone Maison

Téléphone

Il était pourtant là, sur cette table. J’en suis sûr. Maintenant : rien. Ni sur la table, ni dessous. Au café où j’ai passé l’après-midi : néant. Je me lance sur des bouts de plastique comme un dépendant trie des bricoles pour y trouver un peu de sa vieille came de la veille. Je me fais les poches, une fois deux fois, doublures de veste, encore. Je renverse des piles de journaux – aucune chance que ce soit là, mais qui sait.. ça ne coûte rien d’essayer; plutôt devenir dingue qu'inactif: maniaque plutôt qu'impuissant. Mais rien, non. Aucune chance, je le sais. J’essaie encore. 100% des perdants ont-ils tenté leur chance? Il était pourtant là, à portée de mains, sous mes yeux. Je soulève et souffle la poussière, vais dans des recoins ou je ne suis jamais allé.  Je scrute le sol, c’est vain, c’est inutile, c’est bête. C'est nécessaire pourtant. Il faut le perdre pour le croire. Je recommence le même cirque encore.

Maison

J’ai claqué la porte, au même moment ça a fait tilt. Mes clés sont dedans. Je refais vingt fois le mouvement qui m'a conduit à taper la lourde. Vingt fois, en 5 minutes, mime le même geste. Pour oublier, me rappeler? Mouvement brusque et bête de poussée rapide. Puis, je reste un moment béat devant la porte close. Je pense à la forcer, faire levier. Mon voisin n'a-t-il pas le double des clés, y'a une fenêtre ouverte? Puis je ris. Le rendez-vous auquel je ne peux plus me rendre, tant pis, pas important. Je pars illico presto à la recherche d’un serrurier pour pouvoir accéder chez moi – chez moi, là, juste derrière la paroi, dedans de là où je suis exclu, sans moyens d'y retourner sans aide.   

Ma faute? Uniquement? Oui, mais non, pas moi, pas seulement. Bêta. Il me faut un responsable. Ce coup de fil juste avant d’aller chercher le courrier? Oui, c’est ça, ce moment d'inattention. J’avais la clé en main, je la tenais, et puis… je ne sais pas. Il m’a dit que…. un blanc. Puis j'étais dehors. La cafetière, je l'ai mise sur le feu?

Avion

Je ne voulais pas mettre mes bagages en soute. Non,  je voulais les garder avec moi. Mettre en soute, c’est toujours attendre à l’arrivée un petit peu plus longtemps, perdre du temps encore. Il faudrait toujours voyager avec un tout petit sac, un jeans deux t-shirt : vitesse et mobilité. Mais avec confiance, toujours, j’ai glissé mon sac noir sur le bandeau de plastique: 6 kg. Beau bébé. Une paille. Bonjour. Sourire radieux de l’hôtesse. Bonjour. Autocollant passé au cou du dodu. J'attache au dernier moment un bout de papier à une anse, griffonne au crayon nom, prénom, la ville où je vis et la rue. Est-ce que je dois noter ma destination? Non. De toute façon, je ne sais pas où je vais. C'est toujours le lieu de retour qui compte, d'établissement. Et bon voyage!  

Je reviendrai, c’est certain... Dans les nuages, ivresse et découpage du temps hors du temps. Cabine pressurisée, on se détend, maintenant. Choisir parmi un des films sans sexe sans scènes de violences sans contenu politique ni avion qui tombe. Et bien sûr aucunes nouvelles du monde. Une forme sirupeuse de méthadone visuelle. Faire attention à ne heurter personne = renoncer à toucher quiconque. Salves d'applaudissements à l'atterrissage. Avant de détacher la ceinture, attendre encore que l'avion roule jusqu'au bout de la piste. Ne pas se lever, encore. Attendre que la rangée pressée se pousse vers la sortie.

Repousser négligemment du pied le gilet de sauvetage sous le siège. 

Au carrousel de métal, dodelinement des bagages. Du mien: pas de trace. Pourtant, il y en a. Des noirs, des rouges, jaunes, des carrés et des ronds. Mais le petit dodu de 6kg? Resté loin des regards, têtu, dans le ventre d'un hangar. Je vais fouiner vers un autre carrousel, faire la girouette aux carrousels 1, 2, carrousel 3. Bagages de Barcelone, Beijing Berlin. Il ne peut pourtant pas être de ceux là, non. Dire ce n'est pas perdu, c'est égaré seulement. La perte, ce n'est pas croyable. Remplir une déclaration d'égarement, euh, de perte. Oui.

Petit papier blanc noirci pour l’employé inconnu et fatigué au guichet blanc d'une ville inconnue. Repasser dix fois le mouvement de remise du sac sur le tapis roulant. J’aurai dû le prendre avec moi, ne pas le laisser partir ainsi. Il faudrait toujours voyager avec un tout petit sac, un jeans deux t-shirt : vitesse et mobilité. Oui, oui. La confiance est absurde, le mettre dedans, ce n'était pas malin.

Encore au ralenti le déroulement du film de la dépose du bagage sur la tapis roulant. J’aurai pu faire ceci, cela. C’est la faute à la compagnie, à une grève, une défaillance technique, au centre de tri, à la mécanique industrielle. La perte : égarement. Se ressaisir maintenant. 

Qu'est-ce qu’il advient de l’objet perdu? Il est toujours dans les entrailles, quelque part. Je l'oublie presque. Qu'est-ce qu'il advient de la perte? Quelqu'un s'occupe de mon bagage vs il a été expédié ailleurs, dans une autre ville, un autre hangar, d’autres douaniers à casquettes. La petite étiquette de papier plié, elle va tenir ? J’aurai dû mettre quelque chose de plus solide. Ne plus contrôler. N’avoir aucun moyen d’influencer son retour. Je laisse un message vocal sur la boîte de la compagnie qui ne les relève pas. Renouer, cela ne m’appartient pas. Je lâche prise ou j'abandonne? 

Plus de clés.

Plus de bagages.

Plus de de téléphone.

Enfin des vacances!   

Amie

Il parle tout doucement, il dit : j’enterre une amie aujourd'hui, enfin : une boîte vide. Elle a été réduite en miettes, pulvérisée dans un accident d’avion. On n'a rien retrouvé d’elle. Ni ses possessions, ni ce qu’elle avait perdu. D’elle, il ne reste rien; une boîte vide, rien de plus, à glisser dans un trou et recouvrir de terre.

Des souvenirs, des mémoires en masse et une boîte vide.

Que de l’immatériel.   

10:52 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |