sylvain thévoz

  • Menaces d'un confinement "total" : un aveu de faiblesse ?

    Imprimer

    F7303BD0-0228-4196-BEE3-A28547A0840C.jpegCertains menacent la population d'un confinement plus strict, "total", et s'en prennent d'une manière indistincte à toutes celles et ceux qui sortent, continuent d'aller dans les parcs et sur les quais pour prendre soin de leur santé physique et psychique. Cette manière de mettre la pression sur des citoyen-ne-s qui respectent pourtant les normes sanitaires en vigueur (distance de 2m, pas de regroupement à plus de 5) rajoute de l'angoisse à l'angoisse et met la pression sur des pratiques individuelles plutôt que de développer des solutions pragmatiques et accroitre les ressources collectives. 

    Alors que la population est sous une extrême pression, soumise à un stress puissant, que la crise sanitaire, sociale, économique est extrême et demande une union sacrée;  ces menaces risquent de provoquer davantage de divisions, d'oppositions... et renforcer encore davantage les inégalités sociales. 

    Alors certes, oui, il y a des personnes qui ne respectent pas encore assez les normes en vigueur. Avant de menacer de verrouiller les parcs et les quais et de punir tout le monde, ne serait-il pas de bon ton de mieux informer et de renforcer les patrouilles de terrain? L'autre jour dans un parc, un groupe d'expat' en tenue fluo faisait de la gym intensive en hurlant. C'est énervant. C'est criminel. Faut-il pour autant fermer le parc pour tout le monde? A-t-on pris soin de leur décliner les recommandations sanitaires, et ce dans différentes langues ?

    Les jeunes : boucs émissaires faciles

    Certains s'en sont pris aux jeunes, boucs émissaires faciles. Un mélange de commérage et de délations sur les réseaux sociaux a conduit à les stigmatiser en bloc. Pourtant des scouts ou d'autres associations de jeunesse se sont organisés partout en Suisse pour amener de l'aide. Les jeunes sont un des moteurs de solution et d'entraide à cette crise actuellement.

    L'économie : point noir de la lutte pour la santé

    En parallèle, ça s'entasse à plus de 40 dans les open space bancaires... ce qui ne fait pas réagir davantage notre gouvernement. Rappelons qu'à l'échelle suisse, les chantiers sont toujours ouverts, et que les caissières des supermarchés n'ont pas le droit de porter de masque. On aimerait beaucoup, plutôt que de stigmatiser les groupes sociaux les plus visibles dans l'espace public, que l'État prenne davantage soin de renforcer les contrôles dans les entreprises, protège les travailleuses et travailleurs exposés à de forts risques sanitaires, et renforce les bonnes pratiques.

    L'État lui-même se doit d'être exemplaire. Or, des policiers dénoncent le fait de devoir s'entasser à trois dans leur voiture ou à plus de dix dans les postes de police confinés, sans matériel de protection adéquat. On souhaiterait que le gouvernement prenne davantage soin de protéger son personnel, respecte lui-même les mesures sanitaires en vigueur, plutôt que de menacer à grande échelle la population d'une manière indistincte. 

     

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • Le 5 avril : Justice sociale et transition écologique!

    Imprimer

     
    IMG_0508.jpgEn cette période difficile, nos pensées vont à celles et ceux qui luttent pour maintenir à flot nos institutions et sont au front pour faire fonctionner notre système de santé ainsi que notre
    approvisionnement et notre sécurité.
     
    Nos pensées vont également à toutes celles et ceux qui
    sont touché-e-s dans leur santé par le virus ainsi qu’à leurs proches.
    Malgré la situation extrême dans laquelle nous nous trouvons,
    le 2 ème tour des élections au Conseil administratif est maintenu.
    Plus que jamais il est important de nommer des représentant-e-s à la hauteur des enjeux. Dès lors, les 4 candidat·e·s Sami Kanaan, Frédérique Perler, Christina Kitsos et Alfonso Gomez se présentent sur la liste n°1.

    Lire la suite

  • Tu veux être à la hauteur ? Garde tes distances!

    Imprimer

    90526058_10157901069091826_3303603730716295168_n.jpgPlus que jamais, notre responsabilité est requise. Pas de place pour la polémique. Pas de place pour les privilèges. Pas de place pour la panique. Il nous revient de suivre et appliquer les recommandations officielles et d'être solidaires envers les plus fragiles d’entre nous en... marquant nos distances physiques, tout en étant attentif à ce que personne ne demeure isolé. 

    Mobilisons nos énergies et ressources pour franchir collectivement ce terrible défi sanitaire et social. Protégeons-nous. Protégez-vous. Protégeons-les. C’est l’affaire de toutes et tous. C'est notre geste décisif pour soutenir toutes celles et ceux qui mettent en danger leur santé dans les hôpitaux, au sein du service public, pour garantir la santé et le bien de toutes et tous. 

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • Protégez-vous. Protégeons-nous. Protégez-les.  

    Imprimer

    images.jpgLa ruée sur les magasins est forte. Les sites de vente en ligne, de LeShop.ch à Digitec Galaxus, connaissent une hausse sans précédent du nombre de commandes, provoquant des délais jamais vus. «Nous recevons actuellement autant de commandes que lors du Black Friday 2019, et en raison de la ruée sur nos boutiques en ligne, nous avons 35 000 commandes en retard», détaille un porte-parole de Migros.[1] La ruée sur les magasins provoque des vidages de rayons, et les vagues successives de client-e-s mettent en danger la santé des caissiers et caissières, des travailleurs et travailleuses qui sont en premier ligne pour répondre à la demande. La surconsommation des un-e-s met en danger la vie des autres. Pourtant, nulle pénurie. 

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Air du temps 0 commentaire
  • Comment faire campagne avec le coronavirus ?

    Imprimer

    14088231730_55761a10cf_b.jpgIl faut s'approcher des gens en gardant ses distances. Cette invitation paradoxale n'est pas simple à tenir quand naturellement, en campagne, on est porté par le désir de convaincre, l'envie de partager, le souhait précisément de se rapprocher de l'autre pour s'en faire mieux connaître et développer ses idées. 

    On va pour serrer la main... on se reprend de justesse: pas de ça ! On va pour une bise... et demeure suspendu à mi-chemin. Il est intimé de ré-inventer la bonne distance. 

    Triste réflexe : on se lèche le pouce pour séparer deux flyers. Ce qui semblait  simple auparavant fait désormais office de repoussoir. Déjà que l'autre lorgnait d'un air suspect ce flyer ayant passé dans des mains inconnues... mais lécher un papier, c'est devenu immonde (criminel?). Un flyer ça pouvait encore passer, mais un flyer ensalivé ? - ENSALIVÉ? Jamais. Autant mourir. Faut plus lécher les tracts. Évidemment. 

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 0 commentaire
  • Des défis majeurs pour les villes

    Imprimer

    PROD_LV_AFFICHES PS-VERTS_F4-1.jpgLes villes sont l’échelon institutionnel le plus proche des habitant·e·s. Paradoxalement, elles ont peu de compétences décisionnelles, en particulier à Genève. Leur force et leur légitimité se trouvent dans l’action de proximité pour renforcer la cohésion sociale et l'inclusion de toutes les composantes de la population. Cet équilibre se concrétise également par un aménagement urbain respectueux du cadre de vie des gens.

    Aux défis de justice sociale s'ajoutent ceux générés par les dérèglements climatiques.

    Ses effets néfastes ont un fort impact sur les populations urbaines ; davantage encore sur les personnes défavorisées sur le plan socioéconomique.

    Les villes doivent préserver et consolider leurs compétences, leurs ressources et leur capacité de mobilisation et d’innovation pour faire face à ces enjeux. A elles également d’interpeller fortement les échelons insti- tutionnels supérieurs, ainsi que le secteur privé lorsque c’est pertinent.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 0 commentaire
  • Le virus ou la vie ?

    Imprimer

    76c387532194999f5e7095cfdcc0f2fa.jpgAlors que le coronavirus a débarqué en Suisse et que la décision du Conseil fédéral d’interdire tout rassemblement de plus de 1'000 personnes, fait trembler l’économie et suscite un mouvement de peur diffus, il est important de garder la tête froide, appliquer et faire appliquer les consignes de sécurité. Mais il ne s'agit pas, comme des bandits de grand chemin de dire : "le virus ou la vie" et de paniquer dès qu'un-e voisin-e éternue dans son coude, ou renfile dans sa manche, mais bien d'inclure la possibilité du virus dans nos vies, et tirer rapidement les enseignements politiques de cette crise. 

     

     

     

     

     

     

    Lire la suite