sylvain thévoz

Lettre ouverte à ceux qui se sont appropriés la route

Imprimer

letsbikeit2.jpgCher motoriste,

Tu as gagné.

Je l'accepte, c'est acquis. A l'avenir, je n'essaierai plus de me tasser le long des trottoirs pour te laisser passer. Je ne partirai plus 3 secondes avant toi alors que le feu est encore rouge, pour ne pas risquer de me faire écraser quand tu lâches tes chevaux.

Je ne mordrai plus jamais sur les trottoirs pour te laisser le champ libre (au boulevard Georges Favon notamment, ou à la rue Wendt). Je n'embêterai plus les piéton.ne.s, en aucune façon. C'était une grave erreur de te laisser toute la place et d'enquiquiner des usager.e.s encore plus vulnérables, en empiétant ici et là sur leur espace vital. Je ne slalomerai plus sur les voies de tram, risquant la chute à chaque changement de direction 

C'est fini. Tu as gagné. Désormais, je prendrai ma place sur la route. Simplement.

Après tout, tu es à 90% du temps seul dans ta voiture comme je suis seul sur mon vélo. Pourquoi la route serait-elle à toi ? Nous allons à la même vitesse en ville, nous nous rendons au final du point A au point B à la même allure. L'air conditionné, la musique pour toi, les risques et les cassages de gueule pour moi ? Non. Désormais c'est acquis, je roulerai au milieu du chemin, sans me tasser, sans me faire encore plus petit devant ta tonne de ferraille.

J'en profite pour inviter toutes et tous les cyclistes à faire de même. Prenez la route. Vous serez davantage en sécurité. La stratégie de se tasser dans les coins ou attendre d'improbables pistes cyclables a échoué.

Cher motoriste,

C'est fini.

Je ne veux plus me prendre les portières qui s'ouvrent quand je longe les rangées de bagnoles parquées. Je ne veux plus me faire frôler à 20 centimètres parce que la route n'est plus assez grande pour ton 4X4 surdimensionné. Je refuse de déboiter sur la route parce que  la piste cyclable (quand il y en a une) est encombrée à choix :

1) de scooters qui la prennent pour une voie rapide

2) de véhicules de livraison qui stationnent dessus, de voitures garées le temps d'une course (ou plus)

4) de détritus divers : de neige en hiver, de verre cassés en été

5) de bagnoles qui sortent de leur parking et pour s'inclure dans le trafic barrent le chemin ou déboulent sans crier gare

Cher motoriste,

ça suffit.

J'en ai marre de l'interminable provisoire; des pistes cyclables non finies, de celles qui s'arrêtent abruptement. De la dangereuse piste temporaire sur le pont du Mont-Blanc, à l'essai depuis... 2017; de slalomer entre les touristes à l'horloge fleurie, me faire envoyer sur les trottoirs alors que tu te royaumes sur la route, et mange tout l'espace; marre de la peinture qui s'efface, des trous sur le bord de la route, de céder le passage. Les 30 glorieuses sont finies, ton règne aurait dû s'arrêter avec. Promis, je ne parlerai même pas ici de pollution, même si ce sujet devrait te faire réfléchir.[1]

L'air conditionné pour toi, l'asthme pour les autres, ce n'est pas tout à fait juste non plus.

Cher motoriste,

J'étends aussi la lutte au parking. Je ne parquerai plus mon vélo sur les trottoirs, ni le long des fenêtres, ne l'accrocherai plus au poteau alors qu'il y a de grandes places libres toujours pour toi seul et ton imposant véhicule. 1 véhicule = 1 place. Soit. Nous voilà donc à égalité, sur la route comme pour le stationnement.

Ne t'impatiente donc pas trop quand tu seras derrière moi. Tu es longtemps passé à côté sans me voir. De toute façon l'embouteillage est généralisé. Désormais tu verras une autre partie de mon anatomie. Profite-en bien.

Pour conclure, et si tu me trouves trop lent ou trop radical, ou si comme moi tu en as marre de cette incurie dans les transports genevois, n'oublie pas qu'il y a un responsable politique cantonal qui est censé mettre de l'ordre dans cette gabegie et qu'il serait temps qu'il fasse de vrais choix, parce qu'à faire un peu de tout pour personne, ou rien pour tout le monde, la ville continue à s'engorger et l'insatisfaction à croître.

Envoie-lui des petits mots quand tu es arrêté dans ta voiture.

Sur mon vélo je ne peux pas écrire.

Bien à toi. Bonne route.

Amitiés.

 

[1] https://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/geneve-maintient-alerte-pollution-lair/story/10127835

..................................

www.sylvainthevoz.ch

Lien permanent 12 commentaires

Commentaires

  • Pas besoin de lire votre billet jusqu'au bout. Message reçu.
    Vous faites partie de ceux qui ont besoin d'alimenter la guerre pour exister.
    Je vous laisse donc à vos combats qui ne font que nourrir tout ce que vous détestez en vous donnant l'impression d'être vivant, d'exister pour une cause noble.
    Comme tout le monde, vous projetez votre réalité sur le monde et vous avez besoin de convertir. La vie monastique devrait vous inspirer. Car le seul qui a besoin d'être converti, c'est bien vous et ceux qui vous ressemblent.
    Sous des airs ouverts, vous voulez imposer votre bien-pensance. Sûr d'être dans le droit chemin. Je ne vois que la lutte entre vous et vous. Elle se lit sur votre visage.

  • La route, c'est mon monde. Je suis chauffeur de taxis depuis plus de quarante ans. Et je me déplace principalement à vélo lorsque je ne conduis pas mon taxi.
    Je fais partie de ceux qui ont compris que nous pouvons tous vivre harmonieusement si nous respectons l'autre, la différence.
    Ainsi, je remercie tous les cyclistes qui ont le bon goût d'anticiper le départ au feu, qui grillent systématiquement tous les carrefours où ils ne risquent rien, notamment les tourner à droite qui font l'objet d'un test à Bâle je crois.
    Et j'ai un élan de sympathie envers ces automobilistes qui ont une trouille dingue de toucher un vélo.
    Aucune tolérance en revanche pour des types de votre genre qui voudraient occuper l'espace. Au contraire, je pense que vous mériteriez de vous faire renverser et passer quelques jours à l'hosto pour apprendre plus vite la cohabitation.

  • @Pierre Jenni: on ne va bien évidemment pas souhaiter malheur à Monsieur Thévoz, l'absence de ses billets nous priverait de trop de bons moments de franche rigolade. Mais il est vrai que vous mettez le doigt sur un phénomène qui est source de la plupart des problèmes liés notamment au fonctionnement des administrations publiques, quand celles-ci tombent dans la bureaucratie (ce qui est malheureusement bien souvent le cas sous nos latitudes), à savoir que toute personnalité médiocre à qui l'on confie une once de pouvoir, n'a la capacité de sentir ce pouvoir, de s'en enivrer, qu'en usant du principe de l'"emmerdement maximum". Le médiocre aime, adore, "kiffe" d'emmerder les autres, c'est sans doute une forme de revanche par rapport à l'insatisfaction que lui apporte sa propre existence.

  • Pierre, dans cette ville, anticiper le départ au feu, est un suicide. Avec le nombre de neuneus qui passent au rouge cramoisi...Je suis motard et cycliste et, j’avoue en avoir plus que marre de voir des tanks de trois tonnes circuler sur deux voies tellement ils sont massifs. Et en cas d’impact, ce sera plutôt le service des grands brûlés ou St.Georges, que quelques jours à l’hosto. Si Thevoz veut jouer avec sa vie, c’est son droit.

  • Je suis parfois cycliste, souvent piéton et automobiliste, et le moins possible usager des TP.

    Et je ne comprends pas quelle haine vous habite pour prétendre créer des catégories de mobilité étanche qui devraient obligatoirement s'affronter.

  • Lettre ouverte à CEUX... tiens, plus de langage épicène pour le coup, quand c'est mal, c'est mâle ;-)

    Au fait... "Je ne partirai plus 3 secondes avant toi alors que le feu est encore rouge, pour ne pas risquer de me faire écraser quand tu lâches tes chevaux." Il y a vraiment quelqu'un à qui vous espérez faire croire un bobard pareil? alors qu'il est de notoriété publique que la plupart des cyclistes (daltoniens patentés) ignorent tout simplement la signification de ces étranges appareils lumineux, quelle que soit la phase en cours.

    Donc en langage cycliste, désormais, se mettre en péril signifie se protéger. Orwell est bien passé par là.

  • Encombrement de l'espace routier, aérien, de l'aéroport, des établissements scolaires, du service des urgences, des services sociaux, des encombrants et j'en oublie certainement...

  • Une lettre ouverte à ceux (scooters et motos) qui se sont appropriés les parkings vélo et les trottoirs pour en faire des aires de stationnement serait une bonne idée.

  • @ Riro : on peut rajouter les automobilistes qui s'arrêtent sur les trottoirs - pas de parking à payer !!! - dans l'unique but de consulter leur portable AVEC moteur allumé pour bénéficier de la ... climatisation sans aucun égard pour les piétons ...

  • Le langage épicène, c'est à chier contre le murs.

  • ‪Le mythe des cycloterroristes en prend un fameux coup: Les cyclistes commettent beaucoup moins d'infractions que les automobilistes! https://www.liberation.fr/amphtml/planete/2019/07/04/les-cyclistes-commettent-beaucoup-moins-d-infractions-que-les-automobilistes_1733669?__twitter_impression=true‬

  • Etrange, prendre une étude danoise pour en généraliser le résultat dans un titre accrocheur mais mensonger (par omission). Cela montre l'absence de sérieux et de rigueur déontologique d'un journal tel que Libération. Il suffit pourtant de s'être rendu à Copenhage, pour avoir pu comparer le comportement des usagers de la route dans cette ville (tous modes confondus) avec celui ayant cours dans des villes telles que Paris ou... Genève. Il y a là-bas une chose qui manque largement ici: le respect et l'esprit civique. Et c'est infiniment pire en proportion chez les cyclistes que chez les automobilistes, il faut bien le reconnaître.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel