sylvain thévoz

08/11/2018

Décès d'une piétonne : commémoration aux Eaux-Vives

45558766_10156586412336826_6955616694542794752_n.jpgCe vendredi 9 novembre dès 07h30 se tiendra une commémoration à l’avenue William-Favre, à l’entrée du parc de La Grange, pour rendre hommage à une piétonne de 27 ans tuée samedi passé après avoir été renversée par une voiture à l’avenue William-Favre.[1] Merci d’amener vos bougies, fleurs et témoignages. Ce moment est important pour, individuellement et collectivement, rendre hommage à cette jeune femme, ainsi qu’à toutes et tous les autres piéton.ne.s, cyclistes, qui ont perdu la vie ou ont été blessé.e.s à Genève ces dernières années. Leur nombre est en constante augmentation et cela nous est totalement intolérable.[2] 

Ce moment de commémoration se veut donc également un appel aux autorités locales pour : réduire les limites de vitesse sur les routes principales du quartier, y compris l’avenue William-Favre, et à Genève ; améliorer l’infrastructure routière pour la sécurité des piéton.ne.s ; mettre en place des campagnes de sensibilisation du public et des conducteurs à la sécurité piétonne et à la conduite responsable, car le décès sur la route n'est ni une fatalité ni un drame qui n'aurait pu être évité.  

Des habitant.e.s avaient déjà attiré l'attention des autorités sur la dangerosité de cette avenue William Favre, et sur la nécessité d'un aménagement pour qu'une zone à vitesse limitée avec davantage de lumières soit réalisée, afin que la sécurité des piéton.ne.s, des cyclistes mais aussi des automobilistes soit garantie.

L'avenue William Favre, en pente, est peu éclairée en raison des frondaisons du parc qui opacifient les luminaires. Les autorités reconnaissent que plusieurs luminaires n'éclairent pas avec une efficience suffisante car ils se trouvent parfois dans le feuillage des arbres et élaguent régulièrement ces derniers. Le grand nombre de voitures parquées, ainsi que le peu de passages piétons et de feux pour sécuriser l'avenue expose les piéton.ne.s s'aventurant sur la route à des dangers accrus et reconnus par les autorités. 

Pour les autorités, l'avenue William Favre fait partie du réseau secondaire de la hiérarchie du réseau. A ce titre, cet axe doit pouvoir assurer des échanges, notamment entre divers quartiers. Pour les autorités, l'avenue William Favre est donc sortie de la zone 30 des Eaux-Vives, et n'est de fait pas soumis à une limitation de vitesse qui demeure donc à 50km/h. 

Pour les autorités, l'aménagement d'un seuil à un croisement avec la rue de Montchoisy modère la vitesse à cet endroit. Mais ce dernier n'enlève rien à la dangerosité des voitures en amont et qui déboulent finalement à plus de 50km/h à l'arrivée de ce seuil, et mettent mortellement en danger les enfants, familles, aîné.e.s, qui sortent de ce parc apprécié et fréquenté par les habitant.e.s du quartier et des genevois.es pour déboucher sur une route dangereuse.

Les autorités reconnaissent tout de même que ce ralentisseur est insuffisant, notamment la nuit, lorsque le trafic est peu important, la topographie en pente de la rue induisant des vitesses trop élevées. Les autorités municipales reconnaissent que leurs marges de manoeuvres sont limitées. L'avenue William Favre est pourtant identifiée dans la stratégie cyclable de la Ville de Genève comme un axe prioritaire devant faire l'objet d'aménagements sécurisés. Ces aménagements participeraient à la modération des vitesses et réduiraient les risques. Néanmoins, la faisabilité technique de cette mesure la rend difficilement réalisable pour les autorités, tout du moins à court terme, car elle nécessite la suppression de 150 places de stationnement, faute de gabarit nécessaire ! 

Une telle suppression de places n'est donc pas envisageable pour les autorités, au regard de la loi sur la compensation du stationnement car le nombre de places qu'il est possible de supprimer en une année est limitée. Mais surtout, vue la forte pression de stationnement pour les habitant.e.s du quartier, des Eaux-Vives, ces places sont importantes pour les habitant.e.s du quartier qui possèdent une voiture et qui ne peuvent souvent pas faire autrement que de la parquer sur l'espace public. Les autorités regrettent de ne pouvoir envisager d'intervenir rapidement sur cet axe pour améliorer encore la modération du trafic et ainsi transformer l'avenue William Favre en zone à vitesse limitée.

Il faudra à un moment se poser froidement la question de savoir si nous voulons défendre des êtres humains ou des places de parc. Nous pensons que ce débat doit urgemment être mené et tranché.  

 

Habitant.e.s des Eaux-Vives, ce vendredi dès 7h30 nous fleurirons le portail du parc La Grange pour signifier  plus jamais ça, demander aux autorités de sortir de leur torpeur pour agir. et sutout rendre hommage à une vie trop tôt fauchée. 

 

[1]https://www.20min.ch/ro/news/geneve/story/Deces-d-une-pie...

[2] https://www.tdg.ch/suisse/230-morts-routes-suisses-2017/story/19644613

 

 

........................................

 www.sylvainthevoz.ch

17:57 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Trop de laxisme en Suisse envers l`alcoolisme au volant qui n`est sérieusement sanctionné que lorsque le sang coule. Il y a d`ailleurs tres peu de controle préventif sur la route, pour ma part en une trentaine d`années passées a Geneve comme automobiliste, je n`ai jamais été controlé. C`est évidemment un choix économique car on veut ménager les restaurateurs mais, ce faisant, on sacrifie des vies sur l`autel des rentrées fiscales.

Écrit par : Jean Jarogh | 09/11/2018

Et la drogue????? (13 ans mort pour rien) sur le site de France Info! Très bien vu chère???? (Sheila Lutfinal@)

Écrit par : Dominique Degoumois | 09/11/2018

Je trouve logique de combattre l'alcoolisme au volant mais que penser de cette ancienne conseillère fédérale socialiste qui propose de libéraliser toutes les drogues ? Donc L'alcool non mais la drogue oui ! Bien les socialos !

Écrit par : Sheila Lutfinal | 09/11/2018

D`accord avec vous mais il faut savoir que meme sans la liberalisation des drogues "douces", il y a déja plein de quidams qui roulent en planant sous l`effet d`excitants tres forts comme les boissons "énergétisantes" ou de tranquillisants de choc comme les benzodiazépines. Parfois meme les deux combinés...

Écrit par : Jean Jarogh | 09/11/2018

Les commentaires sont fermés.