sylvain thévoz

12/10/2018

Toujours plus intelligent après qu'avant ?

Cela vous est-il déjà arrivé ? Sûrement. Une prise de parole, un choix à faire et, dans l'après coup, le sentiment que cela aurait pu tourner autrement, qu'il aurait été possible de rendre plus précise ou plus vive l'interpellation, ou juste d'éviter de se prendre les pieds dans le tapis, voire d'éviter la chute de quelqu'un. 

On est toujours plus intelligent après qu'avant, c'est en effet ce que dit le dicton, et que l'on se répète parfois comme un mantra, un lot de consolation, une manière de s'encourager à... ne pas se décourager, effacer une amertume ou une déception. 

Toute action, ou inaction, prise de parole ou bouche cousue, reste pourtant un exercice d'humilité et d'engagement. On réalise bien vite que le monde réel est bien éloigné du monde idéal et que si l'on ne fait pas d'omelettes sans casser d'oeufs, il arrive aussi souvent que des oeufs se brisent dans le panier sans même faire d'omelette, et qu'il n'y a pour cela ni culpabilité ni regrets à avoir. C'est la vie, alea jacta est et inch allah, ou à Dieu vat, et elle nous dépasse totalement.  

Ce petit texte pour dire donc pédale douce sur les exigences finissant par actionner la broyeuse à humain, conduisant certains à vouloir tout contrôler et régenter, ou d'autres à ne plus rien risquer du tout, voire à tout subir. Pédale douce donc sur les mortifications et les jugements, les attentes irréalisables et le perfectionnisme conduisant à l'inaction ou aux espaces anxiogènes des tableaux  statistiques, aux sentiments de toute puissance ou d'extrêmes vulnérabilités, à la violence: contre soi ou d'autres. Tolérance zéro, risque zéro, compréhension zéro: risque maximal de scier des existences. 

On est toujours plus intelligent après qu'avant. Vraiment? Pourtant si l'expérience nous enseignait vraiment, il faudrait lui accorder beaucoup plus d'attention, enseigner la sagesse et consulter les anciens, et leur donner beaucoup plus de temps et de place, plutôt que d'aller, en mode vision tunnel, vers une accélération constante dans l'abêtissement.   

Il arrive aussi souvent que l'on soit plus intelligent avant qu'après. Les enfants, par exemple: regardez-les bien et vous constatez que l'on a d'évidence beaucoup à apprendre d'eux. Dans de nombreux domaines, ils nous enseignent et nous apprennent l'essentiel de la vie. On gagnerait peut-être aussi à être un brin plus idéaliste qu'intelligent, ici et maintenant.

Avec le temps va tout s'en va. Peut-être notre volonté de persister dans la durée est-il un facteur d'abêtissement. Avec le passage du temps, le risque augmenterait de devenir un vieux con. Bon, certains diront peut-être que soit l'on est con soit on ne l'est pas, et que le temps ne fait rien à l'affaire, le temps ne distinguant au final que les jeunes cons des vieux cons. Peut-être. On ne serait alors intelligent ni avant ni après.   

Plutôt que de dire : on ne m'y reprendra plus, ne devrait-on pas dire : j'y retournerai avec plaisir. Puisqu'il est impossible de tout maîtriser, et parce que la chance, le hasard  jouent un rôle décisif, puisque ce qui s'est passé devait se dérouler et que les facteurs d'influence sont multiples, ne serait-il pas important de l'accepter? Sans regrets. Sans dicton. Sans coupable. C'est là l'idée du fatum, du destin. Une certaine idée anti-individualiste et peut-être stoïque ou spirituelle voulant que le centre de gravité de l'existence ne réside pas seulement dans ce que l'individu peut faire ou non, ni ne dépend totalement de lui ou d'elle. La vie n'étant pas une courbe linéaire et progressive visant par une sorte d'automatisme à accumuler de l'expérience ou du capital pour se prémunir de l'accident, de l'erreur, mais bien une existence fractionnée, vulnérable, exposée, et donc nécessairement friable et totalement dépendante de celle des autres.  

Peut-être donc nous faudrait-il surtout, plutôt que de vouloir être plus intelligents après qu'avant, oeuvrer à être plus amoureux, tendres, collectifs et prévenants avant qu'après ; et en un mot plus humains et collectivement solidaires, afin d'éviter de devoir se résoudre à être toujours plus ou moins intelligent tout seul, dans l'angoisse de ne jamais l'être assez.  

 

........

www.sylvainthevoz.ch


 

18:32 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | |

09/10/2018

Ce qui fait peur...


Ce qui fait peur: 

La camionnette blanche montant deux roues sur le trottoir.

Un pétard, un sac plastique claqué dans les doigts

Tout ce qui fait Bang ou Paf désormais

Et surtout ce qui ne fait plus de bruit et disparaît dans la nuit.

 

Ce qui fait peur: 

la craie la cendre les os et le sel

tout ce qui a le goût de la moelle ou du miel

Un fût de bière vide à changer. Un frein à main dur à tirer. 

Une poignée de main qui se refuse. 

Un regard croisé trop insistant ou fuyant 

Tout ce qui ne se résume pas à la norme

à l’artificialité du mimétisme ou du cadre.

 

Ce qui fait peur : 

Les lieux de culture sans personne

Les cultes de la personnalité sans limite 

Etre approché dans la rue. Que plus personne ne se retourne sur elle

La hausse des primes d’assurance maladie.

Foirer dans son tri. 

 

Ce qui fait peur :

La présentation des gestes qui sauvent avant le décollage de l’avion.

L'absence de présentation de gestes qui sauvent par les hôtesses.

Le lait caillé. L’évier bouché. Cette douleur sous le coude. 

Trop de sourires à la douane. 

 

Ce qui fait peur : 

Tous les gestes qui sauvent quand il n’y a plus personne à sauver.

Le naufrage de l’Aquarius.

La propriété privée défendues par des haies.

Jouer en se chamaillant comme si on avait trois planètes et cinq vies.

 

Ce qui fait peur:

Les policiers dans la rue. 

L'état de s,iège, les robots, les abris et les caves 

Un petit chien sans collier. Un gros chien sans petit maître.

L’oiseau bleu dans un sac papier.

 

Ce qui fait peur: 

Une paille avec un palmier translucide, ou pire une sirène au bout. 

Retrouver un numéro de téléphone

Ne plus se souvenir de qui c’etait. 

 

Ce qui fait peur:

La perte de son i-phone. L'oubli des codes. L'absence de marques au sol. 

Le wifi qui fléchit, le manque de mémoire vive.

L’article manquant au catalogue la rupture de stock

La fonte de la chaîne du froid 

Les soldes à 50% sans acheteur.

Le crédit sans débiteur.

 

Ce qui fait peur:

La viande découpées sous vide.

Les cerises de Bulgarie.

L'usine d’incinération à l’arrêt

L’hésitation entre la déglutition ou la sieste

chez ceux qui portent la cravate, la culotte ou la corde au cou.

 

Ce qui fait peur: 

Quitter Facebook pour toujours à jamais

y revenir 1h après.

La disparition de l'humour et du jeu 

La mort des abeilles et du feu 

Les photos instagram de son ex, un bouton d’acné sur les fesses.

 

Ce qui fait peur:

Fumer davantage d’herbe que de tabac 

Prendre des patchs de nicotine paraît que c’est tendance 

Mâcher son chewing-gum des molaires, ronger ses ongles aux canines.

Croire que le sorbitol est un corticoïde

Naviguer sur doctissimo pour se doper avant une course populaire. 

Perdre son boulot. Manger des pruneaux. 

Chercher un boulot : le perdre à nouveau

Economiser chaque mouvement et chaque mot. 

 

Ce qui fait peur 

Aller chez le médecin. Attendre un diagnostic.

Recevoir un diagnostic. Ne plus aller chez le médecin

En Afrique les enfants meurent encore de dysenterie. 

 

Dresser des listes de ce qui fait plaisir 

Arriver au bas de la liste

Recommencer encore 

Sans envies et sans peurs.

 

08:07 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |