sylvain thévoz

12/10/2018

Toujours plus intelligent après qu'avant ?

Cela vous est-il déjà arrivé ? Sûrement. Une prise de parole, un choix à faire et, dans l'après coup, le sentiment que cela aurait pu tourner autrement, qu'il aurait été possible de rendre plus précise ou plus vive l'interpellation, ou juste d'éviter de se prendre les pieds dans le tapis, voire d'éviter la chute de quelqu'un. 

On est toujours plus intelligent après qu'avant, c'est en effet ce que dit le dicton, et que l'on se répète parfois comme un mantra, un lot de consolation, une manière de s'encourager à... ne pas se décourager, effacer une amertume ou une déception. 

Toute action, ou inaction, prise de parole ou bouche cousue, reste pourtant un exercice d'humilité et d'engagement. On réalise bien vite que le monde réel est bien éloigné du monde idéal et que si l'on ne fait pas d'omelettes sans casser d'oeufs, il arrive aussi souvent que des oeufs se brisent dans le panier sans même faire d'omelette, et qu'il n'y a pour cela ni culpabilité ni regrets à avoir. C'est la vie, alea jacta est et inch allah, ou à Dieu vat, et elle nous dépasse totalement.  

Ce petit texte pour dire donc pédale douce sur les exigences finissant par actionner la broyeuse à humain, conduisant certains à vouloir tout contrôler et régenter, ou d'autres à ne plus rien risquer du tout, voire à tout subir. Pédale douce donc sur les mortifications et les jugements, les attentes irréalisables et le perfectionnisme conduisant à l'inaction ou aux espaces anxiogènes des tableaux  statistiques, aux sentiments de toute puissance ou d'extrêmes vulnérabilités, à la violence: contre soi ou d'autres. Tolérance zéro, risque zéro, compréhension zéro: risque maximal de scier des existences. 

On est toujours plus intelligent après qu'avant. Vraiment? Pourtant si l'expérience nous enseignait vraiment, il faudrait lui accorder beaucoup plus d'attention, enseigner la sagesse et consulter les anciens, et leur donner beaucoup plus de temps et de place, plutôt que d'aller, en mode vision tunnel, vers une accélération constante dans l'abêtissement.   

Il arrive aussi souvent que l'on soit plus intelligent avant qu'après. Les enfants, par exemple: regardez-les bien et vous constatez que l'on a d'évidence beaucoup à apprendre d'eux. Dans de nombreux domaines, ils nous enseignent et nous apprennent l'essentiel de la vie. On gagnerait peut-être aussi à être un brin plus idéaliste qu'intelligent, ici et maintenant.

Avec le temps va tout s'en va. Peut-être notre volonté de persister dans la durée est-il un facteur d'abêtissement. Avec le passage du temps, le risque augmenterait de devenir un vieux con. Bon, certains diront peut-être que soit l'on est con soit on ne l'est pas, et que le temps ne fait rien à l'affaire, le temps ne distinguant au final que les jeunes cons des vieux cons. Peut-être. On ne serait alors intelligent ni avant ni après.   

Plutôt que de dire : on ne m'y reprendra plus, ne devrait-on pas dire : j'y retournerai avec plaisir. Puisqu'il est impossible de tout maîtriser, et parce que la chance, le hasard  jouent un rôle décisif, puisque ce qui s'est passé devait se dérouler et que les facteurs d'influence sont multiples, ne serait-il pas important de l'accepter? Sans regrets. Sans dicton. Sans coupable. C'est là l'idée du fatum, du destin. Une certaine idée anti-individualiste et peut-être stoïque ou spirituelle voulant que le centre de gravité de l'existence ne réside pas seulement dans ce que l'individu peut faire ou non, ni ne dépend totalement de lui ou d'elle. La vie n'étant pas une courbe linéaire et progressive visant par une sorte d'automatisme à accumuler de l'expérience ou du capital pour se prémunir de l'accident, de l'erreur, mais bien une existence fractionnée, vulnérable, exposée, et donc nécessairement friable et totalement dépendante de celle des autres.  

Peut-être donc nous faudrait-il surtout, plutôt que de vouloir être plus intelligents après qu'avant, oeuvrer à être plus amoureux, tendres, collectifs et prévenants avant qu'après ; et en un mot plus humains et collectivement solidaires, afin d'éviter de devoir se résoudre à être toujours plus ou moins intelligent tout seul, dans l'angoisse de ne jamais l'être assez.  

 

........

www.sylvainthevoz.ch


 

18:32 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Plus intelligents ? Certains diraient moins con. C'est plus modeste même si ça semble plus rude.
Pour ceux qui voudraient un peu accélérer le processus, il est dorénavant possible de faire quelques expériences avec les substances hallucinogènes qui ne sont plus fustigées et qui, au contraire, semblent très prometteuses dans la recherche contre les addictions et la dépression.
Les divers rapports sont unanimes sur les expériences des sujets qui tous découvrent la relativité permanente des adjectifs et des adverbes, plus, moins, mieux, trop, pas assez, pire etc.
Mais surtout ils semblent confirmer que tout est bien plus simple que ça en à l'air et qu'il est juste impossible d'apprendre à aimer, être collectif, prévenant ou humain (je sucre le "plus" puisqu'il ne veut rien dire).
Il s'agit simplement de vivre et d'observer. Chaque minute est nouvelle et l'expérience, ou plutôt ce qu'on en fait, contribue à nous maintenir dans le carcan de ce que nous considérons provisoirement comme juste ou faux, bon ou mauvais et donc à rester un con, jeune ou vieux.

Écrit par : Pierre Jenni | 12/10/2018

L`intelligence est multiforme. La votre, Sylvain Thévoz, est celle dite du coeur. C`est l`intelligence sociale, celle de l`empathie, celle qui vous fait facilement aimer vos copines et copains homo sapiens. C`est la forme d`intelligence que je préfere.

Écrit par : Jean Jarogh | 13/10/2018

"C`est la forme d`intelligence que je préfere" Et cela se voit très fort. Vous êtes vraiment la copie conforme l'un de l'autre.

Écrit par : Géo | 13/10/2018

Allons Géo, tout le monde ne peut pas etre misanthrope. Le grand zoo du bon dieu a besoin de diversité.

Écrit par : Jean Jarogh | 13/10/2018

Les commentaires sont fermés.