sylvain thévoz

06/09/2018

Affaire Maudet : crash-test pour notre démocratie

Toute l'énergie que Pierre Maudet a mise pour se hisser au pouvoir - et il  faut lui reconnaître qu'il en a mis beaucoup- va être mise désormais au service de s'y maintenir à tout prix. Il n'y a ni surprise ni choc dans le fait qu’il cherche à préserver sa position. Qu’il refuse de s'appliquer à lui-même les règles et lois qu'il a appliquées sans pitié aux autres achève toutefois d’enterrer l’image du monsieur propre au service de la République que ses mensonges ont détruits. Cela démontre que ce n'est pas l'intérêt général qui était poursuivi mais la satisfaction de l'ambition d'un seul. Or, l'ambition et la volonté de puissance d'un homme, si grandes soient-elles, ne peuvent pas primer sur les institutions, surtout quand il est prouvé que ce dernier leur fait du tort comme jamais auparavant aucun politicien ne l'a fait. Pierre Maudet restera a-minima dans l'histoire comme le premier président du Conseil d'Etat inculpé.

Cet enfermement découle de choix assumés, de compromissions torves, de mensonges finement élaborés et répétés depuis des mois et des années pour tromper tout son monde. La justice fera certes toute la lumière sur la profondeur et les véritables motifs et bénéfices de ceux-ci. En attendant, le politique doit tenir son rang, assumer ses responsabilités, sans se décharger de celles ci sur le ministère public, au risque d’en sortir durablement affaibli. 

Il est inimaginable aujourd’hui que les institutions puissent fonctionner avec un homme qui sera inculpé sous peu, et qui n'incarne plus l'Etat. Maudet maintenu à sa tête, ce serait une preuve, la signature que quelque chose est définitivement corrompu dans la République. Aucun Etat démocratique ne peut l'accepter sans être mis en danger dans sa nature et son fonctionnement. Des mois et des années de mensonges ne peuvent se balayer avec un : faites-moi confiance pour solde de tout compte. Cela ne tient pas. 

La contrition tardive et forcée de Pierre Maudet, face caméras, sonne faux. Du choix de ses mots visant à se dédouaner, à la nouvelle réinvention d'une enième version, en jouant cyniquement de la carte affective, de sa famille, mettant ses enfants en avant, est une triste instrumentalisation et provoque le dégoût. Sa volonté de sauver sa place se fait sur le dos de la transparence et de la vérité. 

Pierre Maudet va s'accrocher. Il va utiliser tous les moyens pour rester au pouvoir: les mêmes que ceux qu'il a utilisés pour y parvenir, quitte à entraîner tout le monde et les institutions avec lui.

Mentir à la justice, à une commission de gestion, à des élus, à la presse, bafouer son serment, comme Pierre Maudet l'a fait, aucun élu ne l'a jamais fait dans l'histoire de Genève. C'est inédit. L'enjeu n'est pas aujourd'hui de gloser sur l'immoralité du mensonge, ou de philosopher sur la culpabilité, il est de reconnaître qu'un élu soupçonné avec qui la confiance est totalement rompue n'est plus en état de présider notre République sans continuer de lui causer un tort énorme.

Le 31 mai 2018 Pierre Maudet jurait main levée en faisant le serment suivant : «Je jure ou je promets solennellement: - d’être fidèle à la République et canton de Genève, d’observer et de faire observer scrupuleusement la constitution et les lois, sans jamais perdre de vue que mes fonctions ne sont qu’une délégation de la suprême autorité du peuple; - de maintenir l’indépendance et l’honneur de la République, de même que la sûreté et la liberté de tous les citoyens; - d’être assidu aux séances du Conseil et d’y donner mon avis impartialement et sans aucune acception de personnes; - d’observer tous les devoirs que nous impose notre union à la Confédération suisse et d’en maintenir, de tout mon pouvoir, l’honneur, l’indépendance et la prospérité. » Ayant bafoué ce serment, il doit en tirer les conséquences, point. Il n'est plus digne de la délégation de la suprême autorité du peuple.

 

En tant que politicien de milice. Je donne du temps et de l’énergie pour faire avancer des enjeux pour le bien de la collectivité. Sur des stands, dans la rue, je rencontre et écoute des habitant.e.s qui ont perdu confiance dans la politique. Ils disent : tous pourris, tous les mêmes. Ce qui me fait peur, ce serait de devoir admettre un jour que l'histoire leur a donné raison : que le mensonge et la dissimulation à un degré inouï peuvent l'emporter sur la justice et la transparence, et leur confiance être sciemment abusée. 

Contre les taux d'abstention et la démobilisation nous nous battons pour refaire du lien et redonner confiance. Cette confiance se mérite et se conquiert au-delà du verdict des urnes. Monsieur Maudet doit maintenant démissionner pour que cette nouvelle législature puisse traiter des enjeux importants pour Genève, pas de sa petite personne. 

L’affaire Maudet est un crash-test pour notre démocratie.

 

 

 

15:55 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (17) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Le crash-test aurait été très utile lors des manquements de Cruella et l'affaire la BCGe, dans les responsabilités des dégâts causés dans Genève par les manifs contre l'OMC et le G8 organisées par le PS et les Khmers Verts puisque Hodgers était chef de la sécurité lors du casse du G8 !! Il serait aussi utile de chercher les responsables lors de l'affaire Hani Ramadan et de celle de son Frère Tarik. Hélas la gauche se planque comme toujours !!

Écrit par : Octave Vairgebel | 06/09/2018

On ne pouvait pas mieux exprimer le ressenti citoyen. Bravo Monsieur pour votre post. Que Monsieur Maudet s’en aille, et vite, avant de discréditer totalement le Conseil d’Etat et notre canton. Nous ne sommes pas des menteurs comme lui, nous ne lui ressemblons pas. On verra si le PLR continue a le défendre et comme Charles Poncet, défend le droit au mensonge aussi.

Écrit par : Ben | 06/09/2018

Comparé à la multitude de bienfaits que l'on doit à l'action politique de Monsieur Maudet, l'erreur dont il s'est rendu coupable est bien minime. Ce n'est pas par hasard qu'il a été si brillamment élu. Ce serait au peuple de décidé s'il lui fait encore confiance et pas à des chroniqueurs dont on connait les penchants subversifs.

Écrit par : norbert maendly | 06/09/2018

Mentir pour protéger sa famille et ses enfants...

Il nous prend vraiment pour des crétins pour penser une seule seconde que nous pouvons gober ça. Il continue à mentir. Bon débarras.

Qu'il ose seulement démissionner et se représenter devant le peuple. Mais pour cela il ne faut pas être un lâche. Ce sont les lâches qui mentent. Et qui ne démissionnent qu'à la dernière extrémité. Exemple: Cahuzac, Muller...
A titre de comparaison Muller avait moins de raisons d'être renvoyé que Maudet.

Écrit par : Daniel | 06/09/2018

À mon avis il aurait du démissionné et laisser la justice faire son travail. Présenter ces excuses au public Genevois était une bonne chose mais tardive et pas convoquant.

Écrit par : Mizrahi, Morris | 06/09/2018

"Ce n'est pas par hasard qu'il a été si brillamment élu."
Chouchouté par les médias en mains du plr. Campagne de presse savamment organisée. Démagogie bien placée.
Vous auriez dû le voir tout sourire lors de la naturalisation de musulmans et de musulmanes foulardisées lorsqu'il était encore à la ville. La majorité des policiers savent ce qu'il en est, pas comme vous.
Habile à refiler les responsabilités en dessous de lui.

Écrit par : Daniel | 06/09/2018

Merci d'avoir introduit ce terme de "crash test pour la démocratie" ! Parce que je vais pas me gêner pour le réutiliser. Maudet est un crash test bien insignifiant comparé a d'autres échecs a répétition qui se reproduisent depuis des années dans la plus grande indifférence des biens pensants.

Écrit par : C. Martel | 07/09/2018

"Affaire Maudet : crash-test pour notre démocratie" (Sylvain Thévoz)


Affaire Maudet : un excellent crash-test dummy pour notre démocratie.

(Fixed it for ya.)


https://www.youtube.com/watch?v=wV2UTkkQ0Fg
https://www.youtube.com/watch?v=hqGv_x2xEZY

Écrit par : Chuck Jones | 07/09/2018

Vous vous étonnez ? Mais Maudet n'est que le produit d'un système largement utilisé dans cette petite République qui est la nôtre. Si Maudet doit tomber, nombreux sont ceux et celles qui devraient le suivre. Compromissions, passe-droit, le copain ou la copine du parti à qui on donne un job, aussi bien de gauche que de droite, un tel placé par un pote pour sauver sa tête lors de changement de législature, le fille ou le fils d'un tel dont on choisit l'entreprise. Maudet n'est que le résultat d'une pratique courante à Genève. La seule différence c'est que soudain on reproche à Maudet d'être français et d'avoir des relations émiratis comme si le pur produit genevois était si "pur" et si "au-dessus de tout soupçon".
Des affaires à la Maudet, il y en pléthore dans toute la petite République. Cessons l'hyprocrisie ! Des histoires à la Maudet, il en pleut à souhait qu'on nous donne la liste exhaustive des pots-de-vin versés à Genève. Or, il est vrai qu'avec sa fonction de conseiller en charge de la police, Maudet ne peut plus rester en poste.

Écrit par : tacautac | 07/09/2018

Entièrement d'accord

Il a lourdement fauté il a menti il a profité du système, il s'est fait prendre les doigts dans le pot de confiture maintenant il doit régler la note c.a.d. démissionner.
Ce parti est un grand donneur de leçon ils n'hésitent pas a fusiller eux en public, il n'y a qu'a voir l'ancien commandant de la gendarmerie.

Comme il a aimé à dire "La confiance est rompue " et elle s'applique à lui a plus forte raison.

Son parti devrait prendre une mesure forte le forcer à démissionner et l'exclure vu ce qu'il a fait et ce qu'ils prônent ….

Le collège gouvernemental doit impérativement et rapidement lâcher ce monsieur qui ne mérite plus la collégialité.

Le peuple saura se souvenir de quel parti est issu ce cher monsieur.


J'avais l'habitude de panacher car estimant qu'il y avait du bon dans différents parti là je sais ce que je dois faire avec leur liste….

Et je saurais qu'inciter tous a se souvenir de quel parti cet automne….

Écrit par : bruno | 07/09/2018

Ceux qui utilisent un pseudo pour casser du Maudet auraient ils quelque chose à cacher ?

Écrit par : norbert maendly | 07/09/2018

Je suis si souvent en désaccord total avec M. Thévoz que je me dois, cette fois, de dire que son post reflète parfaitement mon avis sur la question.

C'est un avis que j'exprime depuis le mois de mai et dès ce moment une attitude telle que "...j'ai fait une erreur.... j'en assume les conséquences... je présente ma démission" l'aurait grandi sur le plan humain.

Au contraire, les épisodes qui ont suivi l'ont totalement discrédité et sa tentative désespérée de s'accrocher à son siège montre que, finalement, une seule chose l'intéresse : sa petite personne...

Écrit par : A. Piller | 07/09/2018

"Ceux qui utilisent un pseudo pour casser du Maudet auraient-ils quelque chose à cacher ?"
Non, quelque chose à protéger.
Maudet cassé? Pas tellement, vu qu'il est encore en poste. Et pour ce qui est d'être cassé, il le fait très bien tout seul et le reste est l'affaire de la justice.

Écrit par : Daniel | 07/09/2018

Bravo pour votre post si bien écrit. je n'ai jamais pensé que Pierre Maudet transpirait l'intelligence. Tout dans son body language et dans sa rhétorique pénible à l'oreille ne reflètent que son ivresse de pouvoir jusqu'à plus soif. Si Pierre Maudet pense que la confiance avec le peuple n'est pas rompue je l'invite à démissionner, et après la décision du Ministère public, il peut se présenter aux élections fédérales de 2019 aux Etats ou au National (si son parti en veut encore) et là nous verrons bien...comme il dit !!! Devenu parlementaire fédéral, il pourrait ainsi rêver à nouveau d'une élection au Conseil Fédéral, son obsession viscérale...."je ne perds jamais, soit je gagne, soit j'apprends"

Écrit par : alladin | 08/09/2018

Comme vous n'avez pas publier mon dernier message je vous demande de dire ce que vous pensez des relations entre le PS suisse et Benito Mussolini qui était aussi socialiste.

Écrit par : Gedeon Teusmany | 11/09/2018

Pierre Maudet paye son opération Papyrus.....régularisation d'immigrés économiques.....Bonne nouvelle camarade Topo, la Suisse n'est plus dans le top 10 des places financières mondiales....

https://www.letemps.ch/economie/suisse-exclue-top-10-places-financieres-mondiales

Écrit par : mark-o | 12/09/2018

"Bonne nouvelle camarade Topo, la Suisse n'est plus dans le top 10 des places financières mondiales...." (mark-o)

Au secours ! On va tous mourrire pauvre !

Écrit par : Chuck Jones | 12/09/2018

Les commentaires sont fermés.