sylvain thévoz

21/08/2018

Fais-moi la bise ou je te déchois de ta nationalité

La Ville de Lausanne a donc décidé de refuser la nationalité suisse à un couple pour "bigoterie".[1] Il y aurait eu refus de serrage de mains, et pire encore, refus de parler avec des personnes de sexes opposés. Je mets ici le conditionnel, car cette version est celle du magistrat PLR Hildbrand, homme blanc droit dans ses bottes ayant mené cette affaire avec deux autres élu.e.s.

Nous n'avons pas la version du couple soumis à l'enquête. Aucun.e journaliste n'est allé leur demander pourquoi ils ont agit de telle ou telle manière. Il serait pourtant intéressant de les entendre. En attendant, l'Europe entière regarde vers la Suisse se demandant si la proximité avec la France commence à contaminer nos esprits et nous faire perdre le sens des valeurs ancestrales de notre pays: accueil, paix confessionnelle, liberté individuelle, respect des différences.[2][3]

 

Une commission des naturalisation de sinistre mémoire

Je dis cela, parce que vu, de Genève, où la commissions des naturalisations en Ville a laissé de sinistres souvenirs : des élu.e.s allaient chez les gens contrôler leur suissitude, et en profitaient pour faire, pour certain.e.s, des remarques grivoises, racistes, sexistes, avec parfois même des avances sexuelles; où le racisme ordinaire et intrusif pouvait se donner à plein dans des relations dissymétriques. Cette commission a été supprimé avec soulagement. 

A n'importe quelle personne normalement constituée, voyant débarquer chez elle un.e de ces élu.e.s, j'aurai recommandé la prudence, le silence, la fuite, ou l'appel à la police, comme meilleures réponses à apporter au "questionnaire". Mais quel.le candidat.e à la nationalité, connaîtra suffisamment ses droits ou sera assez sûr qu'ils seront respectés sans qu'il se voit sanctionné, pour appeler la police quand un.e élu.e débarque chez lui ? J'ai entendu les récits de stress et de panique de celles et ceux soumis à la question des commissions de naturalisation, pour savoir que tout simplement certain.e.s ne savent plus comment se comporter, ni traiter avec le pouvoir qu'ils ont en face d'eux.

Comme rappelait il y a dix ans la commissions fédérale contre le racisme : "Les procédures de naturalisation actuelles comportent le risque que les décisions soient influencées par des stéréotypes ou des idées xénophobes, voire racistes. Plus les organes de décision découlent de la démocratie directe, plus les décisions sont politiques et plus le risque d’arbitraire et de discrimination est grand." Cela n'a pas changé. La cour des comptes a fait un audit de la commission des naturalisations en Ville de Genève et un rendu un rapport sans concessions : "Les faiblesses relevées notamment au niveau de l’impact de l’organisation communale, des délais et des durées de traitement, ou encore de l’inefficience des processus communaux mis en place en matière de traitement des dossiers de naturalisation entraînent des risques financiers, opérationnels et de contrôle."[4]

 

Je demeure donc naturellement suspicieux quand trois élus font un rapport pour bigoterie en 2018, car cela rappelle plutôt les procès en sorcellerie du 15e siècle qu'une société moderne du 21e. 

 

Ce que l'on a a vu en Ville de Genève a conduit à la suppression de la commission des naturalisations. On ne peut que recommander à toute commune soucieuse du droit et de l'égalité d'en faire de même et d'éviter que des élus se rendent au domicile pour contraindre ou soumettre à la question des individus. Ils n'en ont toute simplement pas les compétences.  On ne s'improvise pas psychologue ou médecin, pourquoi s'improviserait-on faiseur de suisse ?  

L'attribution de nationalité est aujourd'hui une roulette russe soumise à l'arbitraire plutôt qu'à des critères objectifs. Ce sont les pauvres et les migrant.e.s, et les croyant.e.s et plutôt musulmans qu'évangéliques, qui casquent. Les examinateurs reproduisant simplement des stéréotypes sociaux, un racisme moyen, et les obsessions du moment.  

Les ploutocrates ayant fait fortune en bafouant les droits humains n'ont aucuns soucis à obtenir la nationalité suisse. A-t-on déjà vu un millionnaire se faire refuser le passeport rouge à croix blanche? Non. Car notre nationalité ne s'obtient pas, elle se paie. Et ceux qui ont le plus de moyens ont le plus de chance de l'avoir.  

 

Le pouvoir de la question 

Evidemment, lorsqu'un élu a le pouvoir de donner ou non une nationalité,  la pression est maximale, donc le stress, donc la peur. Ce stress explique certains comportements. Pourquoi le refus de serrer une main serait-il obligatoirement vu comme un refus de "valeurs suisses", et pas comme une marque de respect ou de pudeur par exemple ? On peut saluer de la tête. On peut mettre la main sur le coeur. On peut s'incliner. Il y a mille façons de saluer.

De la même manière que l'on s'offusque lorsque des demandes de naturalisations n'aboutissent pas parce que la personne soumise à la question ne sait pas nommer trois noms de fromage à pâte molle où le nom d'une obscure rivière des Grisons ou les couleurs d'un drapeau communal, n'est-ce pas tout aussi absurde de refuser la nationalité par manque d'appétence physique ? [5]

 

Désormais si le serrage de main est une composante obligatoire de notre société on comprends mieux pourquoi des mecs, quand une fille ne leur répond pas ou pire leur disent non, se sentent autorisé à leur péter la gueule. 

Car, finalement, c'est le même machisme qui s'exerce, celui de la contrainte et de l'obligation de répondre, au nom de la "culture", qui devient alors plutôt le cache sexe de la domination. La sanction punitive qui s'exerce quand il y a refus de s'y soumettre étant un signe d'abus de pouvoir. Je ne savais pas que l'obligation de toucher était une valeur suisse. Et le consentement, on en fait quoi ? C'est quoi l'étape suivante: si tu me fais pas la bise, je te déchois de ta nationalité ?  

Pour revenir à Lausanne, et à ce blocage pour des raisons encore à éclaircir d'une accession à la nationalité d'un couple, et pour conclure : J'aimerai  que l'on parle de la vie de ce couple, savoir si ces gens, par leur comportement, leurs actions quotidiennes, leur travail ou leur regard sur le monde, l'éducation qu'ils donnent à leurs enfants, s'ils en ont, sont des gens vivant en paix, contribuant à leur échelle à une société respectueuse des différences. Et un mot, s'ils n'emmerdent personne. Cela me semblerait être la meilleure preuve du respect de nos coutumes (certes, elles tendent à se perdre, vu la place grandissante que la connerie prend désormais chez nous).

Personnellement, que madame me fasse la bise ou non quand je la croiserai à la Migros, et que monsieur se pinte le vendredi soir comme un "suisse moyen" n'est ni nécessaire ni souhaitable.

Quand je les croiserai, c'est d'un clin d'oeil complice que je les saluerai avec plaisir, murmurant certes vive la Suisse, mais surtout vivent les gens qui n'emmerdent pas trop leurs voisins. 

 

 

[1]https://www.letemps.ch/suisse/lausanne-refuse-naturali...

[2]https://www.la-croix.com/Religion/Islam/En-Suisse-refus-s...

[3]https://www.theguardian.com/world/2018/aug/18/muslim-coup...

[4]http://www.ekr.admin.ch/pdf/Einbuergerung_F_version_web69...

[5] https://www.letemps.ch/suisse/faiseurs-suisses-sevissent-...

...............................

www.sylvainthevoz.ch

09:32 Publié dans Air du temps, Humeur | Lien permanent | Commentaires (27) | Tags : nationalité, suisse, discriminations, arbitraire | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Vous repoussez à chaque fois les limites du ridicule. C’est un exploit. On se demande où vous allez vous arrêter. Il faut dire, comme Audiard, que vous êtes en orbite!

Écrit par : Joseph | 21/08/2018

Ah, la censure... le seul moyen pour ceux qui ont manqué d'air au moment de la mise bas, de ne pas passer pour un débile.

En tout cas, pour le clin d'oeil au mari salafiste, j'ose espérer qu'il le prendra pour une provocation à l'encontre de sa "chose", et qu'il te laissera à l'agonie sur le bord du trottoir.

Écrit par : Laurent Lefort | 21/08/2018

En général, cette bigoterie est associée à la haine du juifs, et nous sommes le mécréant. Donc ce n'est pas anodin.
De plus je ne vous comprends pas. Vous manifestez pour l'égalité homme/femme, mais seulement si cela concerne les occidentaux. Pourquoi acceptez-vous les traditions inégalitaires des autres ethnies ?

Avoir la nationalité, n'est pas un droit. Le devoir est de mesurer l'impact sur la société.
La société française nous montre ce qu'il ne faut pas faire. Des quartiers de Paris, ont été par peur, déserté par les juifs.

Je ne sais si ce couple est salafiste, mais si ils le sont, alors ce sont des fascistes.
Imaginer le salut nazi d'un couple à l'entretien. Vous seriez le premier à leurs refuser la nationalité.

Écrit par : motus | 21/08/2018

Pour chacun ici, y compris la quasi totalité des musulman.e.s (j'écris comme vous), se donner la main est la manière basique de se saluer et d'exprimer son respect, étant entendu que ce geste indique qu'il n'y a PAS de composante sexuelle dans la relation.
Vos futurs amis sont assez exceptionnels pour considérer qu'une poignée de main en Europe est le début du commencement des préliminaires du crime le plus horrible: la fornication.
Est-ce qu'ils agissent ainis pour emmerder ? Carrément !

Écrit par : Michel | 21/08/2018

L’origine de la poignée demain est de démontrer qu’on ne cache aucune arme dans la main. C’est un geste de paix. Que faut-il penser d’une personne qui refuse un geste non seulement inoffensif et totalement platonique (à moins d’être un obsédé sexuel), mais un geste qui signifie: « nous sommes amis, je ne te veux aucun mal » ?

Et pourquoi parlez-vous de racisme? A aucun moment, la couleur de peau ou l’origine de ce couple n’a été évoquée.....

Par ailleurs, un couple qui exciserait sa fille ne devrait - selon vous - probablement aussi se voir accorder le passeport sans aucun commentaire critique? Je plains les femmes qui vivent dans votre entourage, visiblement elles ne valent pas grand chose à vos yeux.

Écrit par : Arnica | 21/08/2018

Vous êtes de plus en plus ridicule et vous pratiquez l'amalgame avec une mauvaise foi remarquable, comme toujours. Vous parlez de racisme, mais il n'y pas de racisme ici.

Quel intérêt par ailleurs auraient des magistrats à monter une histoire pareille? Votre stratégie interprétative consiste à toujours soupçonner voire à accuser d'abord les Suisses, et de noyer le poisson sur les comportements débiles d'une petite minorité de musulmans qui font un tort immense à la vaste majorité des musulmans de Suisse qui respectent non seulement nos us et coutumes, mais aussi les règles élémentaires du savoir-vivre.

Refuser de serrer une main tendue, après une procédure de naturalisation qui accorde un passeport suisse, c'est plus que de l'impolitesse, c'est signifier: je vous emmerde, je ne suis pas comme vous, je ne vous connais pas, vous n'existez pas pour moi. La main et le visage constituent les deux parties du corps qui font l'humanité d'un individu, lisez Levinas. Cn a ici une religion "d'amour et de paix"... qui considère que la main et le visage sont tabou. Et vous, vous acceptez cela??

Écrit par : Christian Macherel | 21/08/2018

Ce billet est magistral!!!!! Merci, j'ai beaucoup rigolé. Vous êtes un vrai comique.

Écrit par : Riro | 21/08/2018

Désormais M. Thévoz préconise le clin d'oeil complice avec Madame (dans le dos de Monsieur, cela va de soi) au lieu du serrage de main. Bien vu.

Écrit par : dafalgan | 21/08/2018

Topo nous provoque... je suis sur qu'il ne crois pas lui même à ce qu'il écrit ou à ce qu'il dit. En cela il ressemble aux islamistes qui veulent nous faire croire que l'islam est une religion de paix.

Écrit par : Maendly | 21/08/2018

Pathétique...

Je ne sais pas ce que Topo a pris pour se"pinter le vendredi soir comme un suisse moyen" mais les effets se font encore ressentir le mardi...

Écrit par : A. Piller | 22/08/2018

« [...] avec deux autres élu.e.s. »
« [...] des élu.e.s allaient »
« [...] pour certain.e.s, des remarques »
« [...] débarquer chez elle un.e de ces élu.e.s»

etc., etc., etc…

C'est clair que ce "style" donne vraiment envie de se pinter le vendredi soir…

Écrit par : petard | 22/08/2018

D'après les règles du savoir-vivre chez nous c'est le moins élevé hiérarchiquement qui tend la main à l'autre qui… accepte ou non de la lui serrer...

C'est l'homme qui tend la main en premier, non la femme.

Pour raison de "bigoterie" est un peu exaspérant car la "question" ne se situe pas en milieux particulièrement bigots… c'est-à-dire à la piété pathologique.
On ne peut pas traiter quelqu'un de "bigot" parce que simplement musulman, catholique, protestant ou juif!

Soumettre à la "question" est torturer.

Se serrer réciproquement la main par une sorte d'accord tacite ou, selon ressentis intimes, non . En revanche le geste "automatique" imposé en classe n'apporte rien. Le prof d'autrefois saluait la classe en entrant, les élèves se levaient en lui répondent par un simple bonjour Monsieur ou Madame. En quittant la classe semblable salutation d'au revoir: mille fois plus agréable, ne posant jamais aucun problème.

Les musulmans devraient avoir à coeur d'adopter nos coutumes, certes, mais leur demander de serrer la main comme rapporté dans l'article ne signifie rien.
Serrer la main pour obtenir un passeport suisse juste sur le moment pour reprendre les "bonnes habitudes" dès le passeport en poche en principe ira de soi.
Comme dans la chanson du Pont du Nord: "Tel est le sort des enfants obstinés"!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 22/08/2018

"C'est l'homme qui tend la main en premier, non la femme."
Que nous chantez-vous là, MB ? Vous avez tout faux. C'est considéré comme une grave impolitesse pour un homme de tendre la main vers une femme dans nos standards qui sont issus des sociétés européennes qui ont cultivé "les bonnes manières". Si la dame ne tend pas la main, le sieur inclinera légèrement la tête en un salut respectueux (du fait que la dame ne veut pas lui serrer la main).

Ce cirque autour de la poignée de main m'énerve un peu. Je ne parle pas de cette affaire de naturalisation, mais de cette attitude autour de ce geste. J'ai fait pas mal de remplacements scolaires dans tous les domaines. Un jour, je me suis retrouvé face à une classe qui s'est mis en rang pour me serrer la pince à la sortie. Cela m'a fait sérieusement râler, vu l'état des mes pognes à la suite de cet épisode de bienveillance politiquement correct de vivre ensemble. Cela m'a rappelé mes années d'implantations de forage en Afrique quand une cohorte de braves paysans viennent tous vous serrer la paluche alors qu'ils ne se sont jamais lavé les leurs de leur vie entière. Et il n'y a pas d'eau là-bas, puisque c'était justement moi qui allais la leur apporter...
Je ne vous raconte pas l'état de mes mains. Je m'en souviens encore. Alors venir parler de geste d'amitié et de je ne sais trop quoi...

Écrit par : Géo | 22/08/2018

P.S.

Le yoga, ce "guérisseur", nous apprend que ces centres de guérison que sont les creux des mains comprennent chacune un chakra secondaire soit de l'énergie. Les guérisseurs "imposent les mains" (les pieds comptent plusieurs chakras secondaires qui nous connectent à la terre).

Se serrer la main n'a donc rien d'anodin.
Assise derrière un bureau une personne qui en accueille une autre en entretien peut se contenter de la saluer par un regard puis un mot... mais en fin d'entretien si le contact a passé cette personne se lèvera...contournera son bureau et se dirigera vers l'autre.
Les deux se regardent et leurs mains se tendent… potentiels réciproques de graines de sympathie, d'affinités…

En revanche ne pas serrer la main d'une femme parce que cela pourrait exciter sexuellement ou toujours pour les mêmes raisons imposer le voile sur les cheveux féminins (comme si les cheveux masculins n'avaient pas le même pouvoir!) revient à couper les mains d'un pauvre parce qu'il pourrait être tenté de voler un riche. Amputation châtiment précisément infligé aux voleurs par la charia.
(Il n'y a pas si longtemps... on menaçait de couper son zizi ("petit robinet") au garçonnet qui se "touchait"!

- Ne pas serrer la main à une femme, pourquoi?
- Parce que femme!

- Regarder quelqu'un de travers, pourquoi?
- Parce que Juif!

conduira

à... Auschwitz

Écrit par : Myriam Belakovsky | 22/08/2018

"« [...] avec deux autres élu.e.s. »
« [...] des élu.e.s allaient »
« [...] pour certain.e.s, des remarques »
« [...] débarquer chez elle un.e de ces élu.e.s»

etc., etc., etc…"
Antisexiste pour la forme, et uniquement pour la forme, parce que quand on regarde le fond, c'est un soutien sans condition à l'inégalité homme-femme prôné par cette idéologie totalitaire.

Écrit par : Daniel | 22/08/2018

Belakovsky: vous êtes à côté de la plaque, comme d'hab.

La hiérarchie n'a rien à voir. Et d'ailleurs quelle hiérarchie? Où prenez-vous l'idée que c'est l'homme qui décide en tendant sa main?? Je suis prof, et quand mes collègues femmes reçoivent des parents, je les vois toujours avancer la main en premier en leur disant bonjour.

Ben évidemment, un prof ne va pas serrer la main à tous ses élèves en entrant en classe.

Dès le passeport en possession, ça ira de soi?? Ben justement pas.

Ensuite, on ne sert pas la main "pour obtenir un passeport". On sert une main qui se tend, surtout une main qui vient de signer votre accession à la nationalité suisse.

Sauf à avoir son pire ennemi en face, on ne la refuse pas. Je comprends qu'on refuse de serrer la main de celui qui a violé ma fille. Mais refuser la main d'un officier d'état civil qui vient de vous accorder la nationalité peut-il se justifier??

L'islam, dont les Ramadan Brothers nous ont dit que c'était une religion de paix et de respect de l'autre (c'est évidemment faux, mais c'est ce que S. Thévoz pense comme beaucoup d'autres sourds et aveugles), continuer à marquer son territoire et sa différence en nous riant au nez, et avec l'appui des bisounours.

Écrit par : Christian Macherel | 22/08/2018

Belakovsky: vous êtes à côté de la plaque, comme d'hab.

La hiérarchie n'a rien à voir. Et d'ailleurs quelle hiérarchie? Où prenez-vous l'idée que c'est l'homme qui décide en tendant sa main?? Je suis prof, et quand mes collègues femmes reçoivent des parents, je les vois toujours avancer la main en premier en leur disant bonjour.

Ben évidemment, un prof ne va pas serrer la main à tous ses élèves en entrant en classe.

Dès le passeport en possession, ça ira de soi?? Ben justement pas.

Ensuite, on ne sert pas la main "pour obtenir un passeport". On sert une main qui se tend, surtout une main qui vient de signer votre accession à la nationalité suisse.

Sauf à avoir son pire ennemi en face, on ne la refuse pas. Je comprends qu'on refuse de serrer la main de celui qui a violé ma fille. Mais refuser la main d'un officier d'état civil qui vient de vous accorder la nationalité peut-il se justifier??

L'islam, dont les Ramadan Brothers nous ont dit que c'était une religion de paix et de respect de l'autre (c'est évidemment faux, mais c'est ce que S. Thévoz pense comme beaucoup d'autres sourds et aveugles), continuer à marquer son territoire et sa différence en nous riant au nez, et avec l'appui des bisounours.

Écrit par : Christian Macherel | 22/08/2018

Christian Macherel,

Je ne dis que ce que j'ai appris et vous invite à chercher sous "savoir vivre et serrer la main". Le savoir-vivre, l'élégance, appréciable chez un homme, particulièrement de nos jours, consiste à demeurer poli en ne nommant pas une femme pour la blesser, ou l'offenser, par son simple nom de famille.
Mes propos sur le yoga pieds et mains se vérifient et confirment.
Il a été longuement question que les profs serrent la main de leurs élèves non en entrant dans la classe mais en en sortant (consultez la presse et les archives).
Vous êtes à côté de la plaque, Monsieur Macherel!
Le refus musulman de serrer la main des femmes est ce dont il est question depuis des années entre autres problèmes tels fouets, voiles ou accoutrements variés.
Veuillez croire, Monsieur Macherel, que commençant à connaître l'esprit qui sévit en blogosphère côté commentateurs je n'écris rien sans, si nécessaire, vérifier.
Mon point de vue, partage entre lecteurs, n'est jamais imposé.
Qui est à côté de la plaque, Monsieur Macherel?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 22/08/2018

P.S.

consternée par la tournure des événements, l'actualité en général, il arrive que je fasse référence au yoga intégral (corps, esprit, âme et conscience) parce qu'il relie par un LIEN qui est un trait d'union.

Un trait non de discorde mais d'UNION.

Pour la poignée de mains... en complément de l'article de Monsieur Sylvain Thévoz la lecture de l'article présent ou avant-dernier de Madame Mireille Vallette est à recommander.

Bonne journée.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 23/08/2018

La position de M. Thevoz est aussi indéfendable que la position de son parti lors de l'invasion de la Hongrie et 1956 et de la Tchécoslovaquie en 1968 par l'armée soviétique. Je vous rappelle que lors de ces 2 invasions le PS avait soutenu, encouragé et justifié ces interventions scandaleuses. Pour la petite histoire le PS est le seul parti genevois qui a refusé de participer à la manif contre l'intervention soviétique à Budapest ! On comprend mieux pourquoi le PS est stupide (pour rester poli !)

Écrit par : Octave Vairgebel | 23/08/2018

Si nos élus comme Sylvain Thévoz ne sont pas à même de faire appliquer nos lois démocratiques, qu'ils démissionnent. Pour les naturalisations, il faut faire signer les règles suivantes aux candidats:

1) admettre la déclaration des droits de l'homme
2) la liberté de conscience, de croire ou de ne pas croire
3) la séparation de l'Eglise et de l'Etat
4) les lois de la démocratie sont au-dessus de celles de l'Eglise
5) laïcité et refus des signes religieux ostentatoires

Écrit par : Noëlle Ribordy | 23/08/2018

Je crois qu'il faut revenir à l'ancien système qui obligeait le nouveau suisse a abandonner définitivement son ancienne nationalité. Cela éviterait d'avoir des personnes avec 2,3 ou même 4 passeports qui ne sont des suisses qu'à 50, 33, 25 % !

Écrit par : Gedeon Teusmany | 24/08/2018

Il existe des coutumes où les gens ne se serrent pas la main, notamment au Japon, dans certaines régions d'extrême-orient, chez les juifs religieux et d'autres encore. Par contre, pour tous ceux-là, il y a des gestes différents qui marquent le respect: les deux mains jointes, la main sur le coeur, une respectueuse inclination, etc.

Je suis espagnol, suisse ou birman, j'accueille celui qui veut rejoindre la nation et la culture espagnole, suisse ou birmane; pas celui qui veut juste profiter des avantages sans participer.

Dans ma culture, le femme est en droit égale à l'homme et en spiritualité supérieure car elle donne la vie. Elle n'est pas un objet possédé par le père ou le mari qui en fait ce qu'il veut. Je la respecte et la complète, chacun de nous étant une facette de la dimension de l'Homme (au sens Mensch).

Donc celui qui vient pour profiter d'ici mais ne veut pas vivre avec les fondamentaux d'ici, voire exiger qu'on s'adapte à ses fondamentaux à lui; non, ce n'est pas mon truc.

Écrit par : archi-bald | 24/08/2018

archi-bald @ "Dans ma culture, le femme est en droit égale à l'homme et en spiritualité supérieure car elle donne la vie." Jamais lu qqch d'aussi vrai. C'est ce qu'enseigne le judaïsme ? Cela explique le respect que nous devons par essence aux femmes, sans avoir à réfléchir, discuter ou quoi que ce soit d'autre. Ceux qui ne connaissent pas ce respect instinctif sont moins que des singes.

Gedeon Teusmany@ Complétement d'accord avec vous. la notion de bi-nationalité est contraire à tous points de vue à l'égalité entre citoyens. C'est un pur scandale sur le plan juridique. Les nationaux sont transformés en citoyens de seconde zone !

Écrit par : Géo | 24/08/2018

Loué sois-Tu qui ne m'as pas créé femme (esclave, également)

est une prière quotidienne de gratitude du Juif

qui a fait couler beaucoup d'encre…

sans rien inventer, se confirme par votre moteur de recherche

Écrit par : Myriam Belakovsky | 24/08/2018

Contre l Immigration massive, la France a trouvé les solutions idéales (et non pas les causes idéales) .

C est pour cela donc que les gaulois réfractaires ont payé pour faire construire des porte-avions qui les défendraient contre... l'immigration et de même les attaques illégales contre la Syrie en Avril 2018 et le soutien du "bon boulot quand même d Al Nosra/Al Qayda de ben Laden" sic et déclaré urbi et orbi par les Escrocs Fabius (et Hollande) à Marakech déjà en septembre 2012!

Comme quoi!

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 31/08/2018

Parfaitement d'accord avec vous, M. Thévoz, quand vous écrivez (votre antépénultième paragraphe):
"J'aimerai[s] que l'on parle de la vie de ce couple, savoir si ces gens, par leur comportement, leurs actions quotidiennes, leur travail ou leur regard sur le monde, l'éducation qu'ils donnent à leurs enfants, s'ils en ont, sont des gens vivant en paix, contribuant à leur échelle à une société respectueuse des différences. Et un mot, s'ils n'emmerdent personne."

"J'aimerais savoir si ces gens...". Oui, mais comment le savoir?
J'ai une idée: instituons des commissions des naturalisations qui procéderont à des investigations!
Seulement, il y a un hic: vous laissez entendre, au début de votre 3e paragraphe, que vous êtes résolument contre de telles commissions (belle preuve de confiance envers les élus, dont vous semblez oublier que vous faites partie).

Vous avez une solution pour sortir de ce cercle vicieux, dans lequel vous embarquez vos lecteurs?

C'est volontiers que je vous serrerai la main, Monsieur le député au Grand Conseil, quand vous aurez apporté une réponse cohérente à ma question.

Écrit par : Mario Jelmini | 17/09/2018

Les commentaires sont fermés.