sylvain thévoz

12/04/2018

Dites-leur bien que nous sommes des hommes, pas des animaux

La connaissance de la misère humaine est difficile au riche, au puissant, parce qu'il est presque invinciblement porté à croire qu'il est quelque chose. Elle est également difficile au misérable parce qu'il est presque invinciblement porté à croire que le riche, ou le puissant, est quelque chose. (Simone Weil, la pesanteur et la grâce)

Dans la prison se tisse un lien étrange entre les détenus et ceux qui viennent les visiter. Une relation faite de nécessité et de fragilité, mais aussi de pouvoir, de domination et de peurs. Peur du vertige, du jugement et de la liberté d'un côté, de l'agressivité et de l'inconnu de l'autre. Visiteurs, nous sommes là pour un temps, de passage sur le territoire de l'autre qui y est retenu contre sa volonté.

Un premier homme dit : "Je n'ai plus rien à perdre, c'est fini..."

Que peut-on attendre de quelqu'un qui n'a plus rien à perdre ? Quoi qu'il fasse, il passera les trente prochaines années de sa vie derrière les barreaux.

"... mais je veux vous montrer ma cellule".

Hans, petit homme condamné à 20 ans, nous ouvre la porte de son monde 2x2.

Il nous montre ses quatre mètres carrés et s'exclame : 15 ans que je suis là. 15 ans : une vie. Les livres sont partout, pour être lus ou soutenir un lit fragile. Au mur, des photos du Ché, de Tania, révolutionnaire allemande des années 60. Cadeau d'une amie avec laquelle il correspond depuis des années, un drapeau basque suspendu signifie la lutte solidaire pour toutes les minorités. C'est comme si le temps s'était figé, que la révolution était juste pour demain, et que les ombres des camarades disparus signifiaient encore la possibilité d'un changement radical et immédiat de la société.

Hans nous parle de l'ancien régime de la prison. Tous devaient être au matin au pied du lit pour répondre à l'appel. Les gardes contrôlaient la propreté, passaient leur doigt sous les commodes. Une trace de poussière : une faute. Trois fautes : l'isolement. "Nous étions traités comme à l'armée, les conditions de vie étaient infectes. Il y avait partout des caméras de surveillance, une interdiction de se rassembler à plus que trois et nous ne pouvions sortir qu'une heure par jour de notre cellule. Des miradors en nombre et des soldats qui, au travers de mégaphones, nous criaient de nous disperser si nous transgressions le code de conduite."

Système absolu de surveillance panoptique. Personne ne peut voir ceux qui voient tout. Personne ne peut savoir ce que voit ceux qui peuvent tout voir. Un truc à devenir fou. Et même plus la possibilité de tourner une clé ou actionner une poignée. 

Avant, la prison était dans la vieille ville, maintenant elle a été déplacée à l'extérieur. Il n'y a même plus les bruits de la ville, les cris des enfants. Juste un bout de ciel et quelques arbres.

Les prisonniers ont fait une grève de la faim, puis une mutinerie. Il  ont brûlé un bloc. Détruit des caméras. Il en reste quelques fils pendant aux murs et puis de la suie au plafond, c'est tout. Le régime de la prison a changé. Il y fut contraint. Ainsi, les pauvres, les moins que rien ont pu déployer une puissance suffisante pour faire plier l'autorité. A l'extérieur, personne n'en parla. Ce qui se passe là-dedans reste là-dedans. Mais les rapports de force sont complexe. Ils doivent, à partir d'un certain niveau, être basé sur des rapports d'équilibre, d'acceptation réciproque, être négociés, et chèrement parfois. Pouvoir, peur, prison. 

Le négoce des choses

Un homme nous demande de lui acheter un pull dès que nous serons dehors. D'ailleurs, chacun, a tour de rôle vient nous trouver avec ses demandes et veut nous faire participer à des plans illégaux en nous testant, toujours sur le ton de la blague, mais avec un oeil curieux, toujours. Marchera ou ne marchera pas? Au début, le regard est scrutateur, puis devient observateur et peut-être ensuite, complice.

L'humour est salvateur pour louvoyer, se dégager, placer le discours en un autre lieu, faire comme si... sans rien rejeter ou promettre. Ici, les attentes sont énormes, rien ne s'oublie d'un projet, d'une promesse. La confiance est fragile, les mots essentiels, et un rien les brise. Le langage est tout ce qui reste, avec le corps, d'une puissance exprimable. Chacun a été trahi et semble guetter le moment de la prochain faillite, avec un mélange de crainte et de certitude face à la réalisation de la prophétie négative, la confirmation de leur nullité... et cela conduit à la rage ou à la résignation.

Nous travaillons à ne pas susciter d'attentes, de désirs excessifs. Pourtant, des désirs, il y en a toujours, de toute façon. On baigne dedans, du moment que l'on met un pied en prison. Alors, à la limite : Agrandir encore. Tourner les choses en dérision. -Si on peut amener une fille la prochaine fois ? Mais oui bien sûr. Une brune ou une blonde ? - Rires. Fantasmes, évasion, rêves. Tout plutôt que rester collé là-dedans, entre quatre murs.

Les rires montent. Pour s'éloigner à vitesse supersonique de la pesanteur du quotidien. Impossible néanmoins d'échapper au manque, au vide, à l'impasse. Il se glisse partout et prend toute la place.

Les familles, souvent, pour des raisons de distance, de honte, d'argent, de peur, de colère, ne viennent plus visiter les leurs qu'elles ne considèrent plus comme tels. Reste les femmes souvent; les mères, les soeurs, surtout.

Parfois la tentation de Dieu surgit. Celle de la violence ou de la mort, pour donner au vide une teinte accomplie, se réapproprier son histoire jusqu'à sa négation. Les grilles  alors, ni même les cachetons, bien qu'ils aient pu jouer un temps cette fonction, ne suffisent plus à contenir l'angoisse intérieur. A se taper la tête contre les murs alors.

L'enfermement dans l'enfermement. Alors, à la fin, tout est égal, s'aligne sur un même horizon. Quelle descendance rêver en prison, quelle suite? Vie et mort semblent tisser une trame indistincte, quand une vieille parole chargée de la poussière des siècles remonte : "j'ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction. Choisis la vie, afin que tu vives, toi et ta postérité".

Tout est égal et pourtant : une salade de fruit, un avion dans le ciel, quelques brins de tabac. Une fête. Tout est égal, et pourtant : une promesse de partie de football dans trois jours au préau central, ça c'est quelque chose. Personne n'aimerait le manquer, c'est un événement inédit.

Hans referme la porte de sa cellule comme on ferme un livre. Il range son couteau, nettoie sa tasse, se frotte la bouche du revers de la manche.

On se dit au-revoir, on s'en va, mais c'est certain, on se retrouve dans trois jours sur le préau central, pour cette partie de football.

Le rendez-vous est pris, pour se mesurer, avec ses fragilités et ses forces.

Pour rien au monde, de part et d'autre, on ne voudrait manquer cela.

Hans dit encore, au moment ou la porte se referme : dites-leur bien que nous sommes des hommes, pas des animaux.

 

 www.sylvainthevoz.ch

 

16:06 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook |  Imprimer | | |

11/04/2018

A quoi ressemblera votre vie si la droite gagne dimanche?

csm_Armut_in_der_Schweiz_CH_f_1_1300x547px_c47bcfa5c2.jpgLa pauvreté augmente en Suisse et à Genève. Elle peut frapper chacun.e. Le filet social est d'autant plus important. Pourtant, on peut lire dans le Temps la grande déclaration de l'Entente (les cinq candidats PDC et PLR) qui annonce que son seul objectif pour la prochaine législature serait, en cas d'élection de couper et couper encore dans les budgets.[1]

Pour ce programme d'austérité, ils veulent "une majorité nette" le 15 avril. Pierre Maudet susurre: "on compte sur le vote de dimanche pour pouvoir faire ce que l'on avait dit que l'on ferait et que l'on nous a empêché de faire : des coupes". C'est incroyable quand même. Voilà une droite qui a disposé d'une écrasante majorité au Conseil d'Etat et au Grand Conseil durant 5 ans et qui, à quelques jours de l'élection, piteusement, demande que l'on reparte pour un tour afin qu'ils puissent réaliser ce pour quoi ils ont été élu le coup d'avant. Il faut rappeler à Monsieur Maudet que si la droite majoritaire n'a pas réussi à mener aussi loin qu'elle l'entend son projet d'austérité, elle ne le doit qu'à elle-même et à sa propre faiblesse. En guise de "programme politique", c'est un sacré constat d'échec que reconnaît l'Entente.

 

Ce Conseil d'Etat, à l'écrasante majorité de droite, a été inefficace durant 5 ans

Il faudrait dimanche leur redonner une majorité pour que le coupe-coupe fonctionne encore? Non. Mieux vaut renverser cette majorité et retirer immédiatement tout objet tranchant de ses mains.

En Ville de Genève, l'Entente s'est trouvée empruntée. Elle ne savait pas où couper ni comment, se heurtant à la réalité : une Ville bien gérée, avec des charges maîtrisées, des budgets à l'équilibre et des comptes bénéficiaires. Quand l'Entente a réussi à trouver là où elle voulait couper (culture et social, toujours!), elle s'est heurtée deux fois en votation populaire à un refus très net (plus de 60%) de la part de la population (en 2016 et 2018).[2] Les coupes ne sont pas une voie à suivre. La population n'en veut pas. 

 

Refusons de couper l'aide publique pour engraisser les privés

L'argument de la droite pour sortir le coupe-coupe est de dire qu'à Genève, "les coûts de l’aide sociale ont explosé de 37% lors de la dernière législature, alors que les revenus ont crû de 12%". Il faut contrer cet argument fallacieux. Si l'on veut baisser les coûts de l'aide sociale, il faut appliquer des modèles créatifs et dynamiques,  afin de sortir les gens rapidement de l'aide sociale.

Par exemple, en facilitant la rente-pont[3] pour les personnes qui perdent leur emploi passé 60 ans; en se donnant les moyens de réduire le nombre de dossiers traités par travailleur social; en favorisant le retour à l'emploi rapide, la formation, en augmentant le nombre de places de crèche afin que tout parent puisse travailler. Voilà ce qui nous motive. Pas de précariser encore davantage les personnes vivant seules, dans un ménage monoparental avec des enfants mineurs, ou celles sans formation post-obligatoire, ou vivant dans un ménage sans aucune personne active occupée, etc.[4] 

 

Les coûts de l'aide sociale augmentent parce que la pauvreté augmente, malgré une conjoncture économique favorable.

Le raccourcissement des délais cadre et la diminution des moyens pour lutter contre le chômage, provoque mécaniquement une augmentation des sommes liées à l'aide sociale. La précarité est le révélateur d'une économie où les salaires sont toujours plus faibles et incertains pour une frange de la population. Un tiers des gens qui obtiennent une aide sociale travaillent! Ils n'arrivent tout simplement plus à joindre les deux bouts.

Il faut le marteler, il n'y a pas d'augmentation en Suisse du nombre de personnes à l'aide sociale en regard de la population globale, mais une augmentation du coût de l'aide sociale, lié principalement à l'augmentation des primes d'assurance maladie et au coût du logement !

La gauche l'a compris, en s'attaquant au coût de l'assurance maladie et aux loyer prohibitifs. Là dessus, il y a des économies à faire afin d'arrêter d'engraisser les privés sur le dos de la collectivité, et cela passe par des changements de lois. Le coupe-coupe de la droite ne va lui qu'enfoncer toujours plus les personnes précaires dans la pauvreté, ne permettant nullement de faire des économies, bien au contraire.

Ayant fait aboutir ce printemps deux initiatives réunissant plus de 7700 signatures pour renforcer l'emploi et la réinsertion socioprofessionnelle, le Parti socialiste agit.[5] Personne n'est par plaisir ou choix à l'aide sociale[6] et personne ne doit y rester. Cela demande un vrai engagement et une vraie politique publique dotée de moyens.  

 

A quoi ressemblera votre vie si la droite gagne?

Si la droite gagne dimanche, nous repartirons pour 5 ans d'une même bouillabaisse créant toujours plus d'inégalités. Nous aurons des entreprises privées toujours plus prospères, et des Genevois-e-s toujours plus pauvres. Pendant que l'économie du Canton continuera à croître, ce seront toujours les mêmes qui en paieront le prix. 

La droite aura beau jeu de taper sur les plus fragiles "ceux à l'aide sociale" pour cacher l'incohérence de sa politique et son manque de vision, cela n'amènera en aucune manière plus de prospérité.

Conclusion : retirons dimanche le coupe-coupe des mains de la droite. Celle-ci a déjà trop largement fait preuve, durant les 5 dernières années, de son incompétence et de son manque de vision pour affronter les défis actuels de notre société.

 

[1] https://www.letemps.ch/suisse/economies-coupes-programme-lentente-genevoise

[2]https://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/peuple-refuse-no...

[3]https://www.vd.ch/themes/social/prestations-assurances-et...

[4]https://www.tdg.ch/suisse/La-Suisse-compte-600-000-pauvre...

[5] https://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/7700-signatures-...

[6] https://www.rts.ch/info/suisse/9005618-sans-l-aide-...

.......................................

www.sylvainthevoz.ch

16:04 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook |  Imprimer | | |

09/04/2018

La démocratie s'achète-t-elle?

politique,genève,élections,ploutocratie,medias,libertésC'est la question qui se pose en ouvrant un journal dominical qui offre une double page à un magistrat de droite pour qu'il y fasse sa publicité, sans aucune question critique ni remise en cause politique de la part de la journaliste. L'arrogance, encore elle, peut s'étaler, sans frein. A la question : votre réélection passera comme une lettre à la poste, c'est trop facile ? Réponse du magistrat : je regrette cette absence de campagne. La suffisance du pouvoir s'étale sans vergogne pour celui qui a mis un certain nombre de media à sa botte pour qu'ils lui servent de commodes publireportages.

Allez pourtant demander aux policiers ce qu'ils pensent de leur direction, et aux syndicats de l'action du chef... ce sera une autre tonalité que celle donnée dans ce publireportage. Il n'y a là pas un mot sur le bilan, pas un mot sur ce qui a été réellement fait en... 6 ans de pouvoir. Et c'est là une des fragilités de cet homme: être depuis bientôt 11 ans élu à un exécutif ou un autre à Genève, et donner pourtant toujours l'impression qu'il va enfin réaliser quelque chose, que le travail va débuter, qu'il est au coeur de l'action, sans que jamais l'on ne parle de véritable réalisation, sans que jamais on ne creuse vraiment ces chantiers reportés.

Une élection chasse l'autre, une ambition dépasse l'autre, mais avec quel bilan ? On a lu récemment le récit d'une tentative d'intimidation et de menaces envers un député de gauche qui se retrouve attaqué en justice pour avoir émis des critiques et questionné l'action du magistrat en question.[1]  Ces méthodes, on les a connue en Ville de Genève aussi. La menace, toujours, pour ceux qui défendent la démocratie.   

Influencer un vote en donnant une double page à un magistrat tout en en roustant d'autres à 7 jours d'un scrutin, ce n'est pas le reflet d'une démocratie sereine.

Permettez-moi donc ici de contre-balancer.

Je ne peux croire que les Genevois.e.s se laisseront rouler dans la farine, eux qui se font traiter d'anesthésiés par ce magistrat, qui valide au passage la question d'une journaliste comme quoi ils et elles seraient endormi.e.s dans leur confort.

Mais quel confort ? Depuis 6 mois que je bats la campagne et la rue, j'entends des gens qui, arrivés à la retraite, sont contraint.e.s de quitter Genève parce qu'ils n'arrivent plus à y vivre décemment. Ils laissent leurs enfants et petit-enfants derrière eux pour aller vivre ailleurs. Est-ce cela l'endormissement dans le confort ? Ou serait-ce plutôt le taux de plus de 5% de chômeurs à Genève -record national- et l'implacable exclusion des personnes de plus de 50 ans qui témoignent du calvaire et de l'humiliation de devoir faire des offres d'emploi et de se faire traiter comme des moins que rien après s'être fait virer comme des torchons?

Ce serait donc cela l'endormissement dans le confort? Celui de cet homme qui, dans la rue, me dit avoir fait mille, oui:  1000 offres d'emplois sans aucune réponse positive. Ou cet autre qui, à la retraite, continue de bosser sur des chantiers pour compléter sa maigre retraite, ou celles et ceux qui sont baladé.e.s d'emplois précaires en emplois précaires, tout en étant sommés de payer leurs primes d'assurances maladies? Ce serait cela l'endormissement? Ou serait-ce encore plutôt celui des 17% de jeunes de 25 ans qui n'ont ni diplôme ni formation professionnelle, des working-poor, de toutes celles et ceux qui sont à l'aide sociale quand bien même ils travaillent, étant encore malgré tout sous les barèmes du minimum vital? Il ne faut en effet jamais oublier que parmi les bénéficiaires de l'aide sociale, seuls 26% sont sans emploi, et parmi eux on compte les enfants, les malades! 

Aujourd'hui, ce n'est pas l'endormissement qui guette, c'est celui de la précarisation généralisée, à cause de politiques publiques qui favorisent les plus riches et le toc au détriment des travailleuses et travailleurs, des retraité.e.s et des jeunes.     

La démocratie s'achète-t-elle ? C'est la question qui nous sera posée ce dimanche 15 avril, et aucune autre. Tout au long de cette campagne, une bande politique, née de rien, s'est payée des pans entier de visibilité médiatique. Un groupement qui a déposé plus d'un million de francs sur la table pour s'offrir des espaces médiatiques et marteler sur un maximum de supports, d'écrans, de pages, un message qui se limite à : voter pour moi. Ils ont certes essayé de faire aboutir une initiative populaire qui promettait de raser gratis, mais elle a échoué, manquant de réunir le nombre de signatures prescrites. Cela illustre le manque d'ancrage et de militant.e.s. L'esbroufe, les effets de manche, et encore plus d'argent pour vendre une image, cela fonctionnera-t-il? Pas sûr du tout que l'argent permette de tout acheter.    

Pouvoir des media, pouvoir de l'argent et de l'intimidation : il est vital de se mobiliser contre ce nivellement par le bas, cette dénaturalisation de la démocratie, et de voter et faire voter sans relâche contre ces forces obscures, afin de renforcer une vraie démocratie, celle liée à des projets politiques, des débats de fond et de défense d'idées pour le bien collectif.  

La démocratie s'achète-t-elle ? Si celles et ceux qui en ont le pouvoir, les citoyennes et citoyens ne s'engagent pas pour sa défense, il est à craindre que oui. Réponse : dimanche 15 avril dès 12h.

Et d'ici là, à chacun.e. de faire un usage précieux de son  bulletin de vote pour lutter et contester l'hégémonie de l'argent, en votant pour l'Alternative.

A 7 jours du scrutin, seul 15% du corps électoral a voté...

 

[1]https://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/Rumeurs-sur-des-ecoutes-deux-plaintes-sont-deposees/story/16751754

Photo : Eric Roset 

..............................

www.sylvainthevoz.ch

 

 

08:32 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, genève, élections, ploutocratie, medias, libertés | |  Facebook |  Imprimer | | |

05/04/2018

Conseil d'Etat: renversons la majorité et sa méthode !

conseil d'etatL’échec de la législature cantonale qui se termine aura été celui de la volonté centralisatrice et technocratique du Conseil d’Etat à majorité de droite. Incarnée par un François Longchamp en bout de course dans son Département présidentiel fantôme. Il aura servi, au final, à couper des rubans, essuyer par derrière les maladresses de ses collègues, et tenter de faire bonne figure au moment de rendre les clés du pouvoir. Guère plus.

 

Un bilan ? Les projets de lois se sont entassés. Pour quels résultats ? Loi sur la police, loi sur la restauration, les débit de boissons, l'hébergement et le divertissement, loi sur la laïcité. Les Genevois-e-s auront savouré durant 5 ans le velouté technocratique et caporaliste du conseil d’Etat. Résultat : plus de cacophonie et d’incompréhension. En rigidifiant le système, en légiférant à bloc plutôt que de chercher des solutions pragmatiques, donner davantage des moyens aux travailleurs, et mettre de l’huile plutôt que du cadre, le Conseil d’Etat a fini par rendre le système plus lourd et moins efficace. Pour une droite qui parle toujours de réformes et d'austérité, quel paradoxe!

 

La fameuse loi sur la répartition des tâches entre les communes et le canton est un exemple parfait de ce qu’il ne fallait pas faire

Le Conseil d’Etat s’y est engouffré avec un enthousiasme napoléonien. Au final : Berezina. Au nom de la lutte contre les « doublons », d’une idéologie de la « bonne gouvernance », le Conseil d’Etat a cassé des savoir-faire qui fonctionnaient en complémentarité. Et au nom de la clarification d’échelons différents, brisé des relais et des compétences qui se renforçaient.

Le Conseil d’Etat a mis sur un même niveau canton et communes pour les opposer. Cela est contreproductif et a conduit à passer à côté de ce qui a fait la richesse de Genève depuis toujours : la complémentarité des niveaux de décision. Que l’un réalise d’une certaine manière, ce que l’autre parachève, c’est souhaitable, et intelligent. Au diable les étiquettes et la volonté régalienne que tout soit « propre en ordre ». Cette manière hygiénique et maniaque de vouloir délimiter des petites cases pour les remplir, prétendant y caser la réalité est révélateur d’une idéologie carrée qui aurait davantage dû inspirer le Conseil d’Etat à gérer une entreprise de lego, plutôt que de conduire l’Etat pour 5 ans de plus.

 

Un gros problème d'humanité

Ce gouvernement a traité les humains comme des pièces, en faisant sauter des travailleurs comme des fusibles, et payer les lampistes (Affaire Adeline, renvoi de Christian Cudré-Mauroux, la trentaine de bagagistes virés de l’aéroport par P.Maudet. etc.,), mettant toujours celles et ceux qui sont en bas de l’échelle sous pression pour que d'autres conservent leur poste ou bonne figure.

Ce Conseil d’Etat a failli, parce qu’il a tellement cru dans l’idéologie des petites boîtes qu’il en est devenu une lui-même, pas très subtile et reproduisant les mêmes erreurs, en fonctionnant sur un même logiciel, manquant d’âme et d’engagement, proposant de gérer Genève à coup de normes plutôt que de négociations et pragmatisme.

 

Assez de technocratisme !

1) Assez des lois inutiles qui, plutôt qu'encadrer une réalité sociale complexe, la rendent plus nouée.  Assez de technocratisme et de rigidités idéologiques qui se font sur le dos de la république mais en son nom, et qui, au nom d’appliquer les mêmes lois pour toutes et tous, inventent des textes inapplicables en regard de la réalité du terrain, constituant de nouvelles inégalités.

Au final, les plus fragiles ou trop honnêtes sont punis. Soit parce que l’Etat les a sous la main, soit parce qu’ils ne sont pas assez organisés pour se défendre, ou parce que l’usure et la fatigue fait son travail. L’Etat alors cognera encore sur eux,  prétendant que la lassitude de se défendre et l’abandon de la bagarre est un signe de manque d’adaptabilité et de sveltesse. A l’iniquité de mauvaises lois sera rajouté alors la punition de les avoir subies de plein fouet.  

2) Assez du désengagement de l’Etat au profit des bénévoles et des associations sans moyens supplémentaires. Par exemple dans le domaine des assurances sociales, les gens sont découragés d’exercer leurs droits, et parfois volontairement maintenus dans l’ignorance. Les pauvres sont fliquées, et la chasse aux précaires est organisée (loi contre la mendicité). Monsieur Poggia n'a fait pas son travail jusqu’au bout. Il a laissé des « dossiers » être ventilés ici et là parce que les travailleurs sociaux n’ont plus les moyens de les gérer. La « subsidiarité » voulue au profit des associations devient un mot vertueux pour une sale pratique, celle de dire « bon débarras » de la part de l’Etat en direction du monde associatif fonctionnant d’une manière bénévole usante en regard des charges imposées.

2) Assez de traiter les gens comme des ressources inertes, des fusibles que l’on fait sauter, pour un oui ou un non. Ce conseil d’Etat est en échec, parce qu’il a oublié de travailler avec les gens et pour les gens, se souciant avant tout de sauver son arrière train, sans panache ni courage. On ne fait pas de politique avec le trouillomètre à zéro, juste pour éviter de se faire des ennemis ou pour finir conseiller fédéral en slalomant médiatiquement et méthodiquement en direction de Berne. Cette manière-là de fonctionner, c’est toujours sur le dos des citoyen.ne.s qu’elle se fait.

3) Assez d’un Etat déconnecté du terrain. Sans les communes, l’Etat n’est rien. Sans la proximité du local, sans le travail et la connaissance des réseaux locaux, les décrets et les grands plans quinquennaux, les belles déclarations de principe et le projet de traversée du lac à 5 milliards pour 2060 si tout va bien, c’est juste du vent ou de la com’ opportuniste. Il s’agit de renforcer le pouvoir des communes, le pouvoir des travailleuses et travailleurs de proximité, d’accentuer les collaborations et transversalité avec l’Etat. Le temps des silos a vécu, le temps des mammouths est fini depuis longtemps. Il est temps de changer de manière de faire. Et pour cela, renverser la double majorité de droite (Conseil d'Etat et Grand Conseil). 

A gauche !

Ce conseil d’Etat à dominance de droite a vécu. Il a eu sa chance. Il a échoué. Renversons-le à gauche, pour changer de majorité et de méthode, afin que le nouveau Conseil d'Etat travaille enfin de manière véritablement concertée, collégiale, pour les genevois.e.s, et pour le bien public! 

 

[1]https://www.humanrights.ch/fr/droits-humains-suisse/inter...

 

...................

www.sylvainthevoz.ch

12:03 Publié dans Air du temps, Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : conseil d'etat, élections, genève, majorité, gauche | |  Facebook |  Imprimer | | |