sylvain thévoz

28/12/2017

Réponse à P.Rothenbühler

Monsieur Rothenbühler,

Dans votre dernier billet paru dans le matin Dimanche, vous vous en prenez aux femmes mendiantes roms, les accusant d’être les vraies harceleuse de notre temps. Empilant les considérations sexistes, racistes, sur une minorité discriminée, vous le faites à dessein pour détourner le regard du harcèlement sexuel de rue, problème social avéré. Votre manœuvre est grossière et ne trompe personne.

Banalisant le harcèlement sexuel de rue, niant son caractère massif, vous devenez l’allié objectif des abuseurs et harceleurs sexuels, dont le pouvoir découle du silence et de la complicité. Niant les rapports les plus récents démontrant l’ampleur du phénomène, vous prétendez qu’il n’y a pas plus de 10 cas par an qui aboutissent à des plaintes. Ce phénomène est donc, selon vous, insignifiant. Vous faites ainsi mine d’ignorer que le chemin menant du harcèlement à la dénonciation est complexe, les preuves difficiles à apporter.

Selon vous donc, une femme qui marche dans les rues, qui se fait harceler, siffler, toucher, est dans le même rapport que vous l’êtes vis-à-vis des femmes mendiantes roms qui vous demandent la pièce. Or, entre une femme harcelée dans la rue et votre choix de donner ou non votre écot, le rapport n’est pas symétrique. Le rapport de force et de domination est et sera toujours totalement à votre avantage face à une mendiante, monsieur Rothenbühler, et vous le savez, jusque dans votre billet qui l’illustre.

Vous n’êtes pas une victime, mais bien un mâle occupant une profession en vue doté d’une parole influente. Prétendre le contraire, face à des femmes battant le pavé pour mendier, c’est travestir la réalité sociale. Il semble hallucinant, qu’il faille ici rappeler de telles évidences.  

 

La grande menace, les femmes mendiantes rom. Vraiment?

En ces temps des fêtes la grande menace pour vous, le grand harcèlement, vient des femmes  mendiantes rom qui, je vous cite : « se mettent en travers du chemin, nous interpellent à tous les coins de rue ». Non content de vous en prendre à une minorité particulièrement vulnérable, vous ciblez, au sein de celle-ci, les plus exposées, en les peignant comme « les plus agressives  et insistantes ». Vous les ciblez pour en faire des furies à la tête de « petites pme roumaines qui squattent l’espace public », mentant allégrement sur les prétendues fortunes qu’elles retirent de l’aumône. Mais, et vous le savez, si elles en obtiennent 3 ou 4 francs de l’heure pour survivre, c’est un miracle. Et finalement peu payé pour se farcir des insultes et parfois des coups de la part de gens qui, je regrette de vous le dire, vous ressemblent furieusement.  

 

Par ailleurs, vous ne désignez pas à votre vindicte ciblée, les toxicodépendants, qui eux aussi s’adonnent à la mendicité, ni les personnes âgées dans la précarité. Peut-être parce qu’il se trouve parmi eux le cousin de votre garagiste, ou le fils d’un ami. Vous faites croire à vos lecteurs que la mendicité ne serait que l’apanage d’un groupe ethnique éloigné. Ce faisant, vous renforcez les préjugés, la stigmatisation et le racisme. Faut-il encore le rappeler : les roms sont discriminés et menacés dans l’ensemble des pays européens. N’ayant suivi aucune scolarité pour la plupart et vivant dans des conditions telles que l’exil est la seule issue; la mendicité, la prostitution, les solidarités familiales, les rares possibilités de revenus pour survivre. Vous avez choisi de faire de ces femmes mendiantes rom vos boucs émissaires. Honte à vous.    

Travestissant les faits, vous vous cachez derrière un « nous » de circonstance, comme si ce que vous énonciez était une vérité largement partagée. Quand vous insultez, Monsieur, à tout le moins dites « Je », ce sera plus courageux, plutôt que de vous faire le porte-parole de vos fantasmes comme si vous étiez un chef de meute. 

Vous me répondrez qu’en démocratie, chacun-e- à le droit de penser ce qu’il veut et de l’exprimer comme il l’entend. C’est vrai. Il m’est donc parfaitement légitime de répondre que ce faisant, par votre billet, vous vous êtes mis au service du sexisme le plus décomplexé. Que vous ayez encore une tribune pour exprimer un tel niveau de violences sexistes, est parfaitement hallucinant.

Monsieur  Rothenbühler, plutôt que de vous lâcher sur les femmes les plus précaires, vous auriez pu écrire directement  à vos confrères Weinstein, Buttet et Ramadan, pour leur dire toute l’admiration que vous leur portez. Certes, ils agissent à une autre échelle, mais ce sont les mêmes serviteurs zélés du sexisme ordinaire que vous pronez dans votre billet.

Pour conclure, le vrai scandale, monsieur Rothenbühler, ce n’est pas, alors que 2017 touche à sa fin, que des femmes mendiantes roms vous demandent une pièce à Noël. Le véritable scandale, c’est que des femmes soient harcelées sexuellement dans la rue, en allant aux courses ou à leur boulot, et encore une fois quand elles y arrivent ; que des gens n’aient pas d’abri où dormir, ni accès à des soins de qualité, que d’autres se fassent virer de leur boulot ou de leur logement comme des malpropres à 50 ans, et qu’il se trouve des gens comme vous pour non seulement nier ces faits, mais même tomber sur celles et ceux qui les subissent, pour les en rendre responsables !   

En 2017, Buttet et Weinstein ont dégagé. Peut-être, devriez-vous aussi songer à vous en inspirer. Si vous ne voulez pas lutter contre le harcèlement sexuel, la précarité sociale, et les violences institutionnelles, au moins pourriez-vous, en vous ressaisissant, par votre silence, cesser de les aggraver.

 

www.sylvainthevoz.ch


www.hesge.ch/hets/editions-ies/roms-en-cite

www.lacite.info/nouveauxmondes/2015/09/28/roms-le-combat-...

www.rts.ch/play/radio/linvite-du-12h30/audio/jean-pierre-...

 

...........................................

mendicité,sexisme,domination,racisme,matin,dimanche,opinions,violences

 

 

10:24 Publié dans Air du temps, Humeur | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : mendicité, sexisme, domination, racisme, matin, dimanche, opinions, violences | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Vous parlez de ce que vous ignorez. Les mendiants tsiganes d`Europe Centrale et de l`Est ("roms", comme c`est a la mode de les appeler), femmes et hommes, jeunes (y compris enfants) et vieux font tous (pas "presque tous" mais tous) partie d`organisations spécialisées dans la mendicité et toute sorte de petite criminalité. En tant que membres de ces organisations (qui fonctionnent comme des mafias), ils n`ont que des miettes du produit de leurs "activités" dont la grande partie passe dans les poches de chefs tres violents qui, eux, ne mendient jamais et roulent les mécaniques dans des voitures de luxe. Ces chefs de bande, souvent, font aussi dans le proxénétisme international et divers trafics aussi inavouables que juteux. Je sais ce que je dis car je suis souvent en contact avec les tsiganes qui me racontent la réalité de leur vie. Ce n`est donc pas en favorisant les activitées de ces mafias de la mendicité que les tsiganes pourront etre aidés mais en obligeant les gouvernements dont ils dépendent a consacrer les aides européennes et suisses a leur intégration scolaire et professionnelle au lieu d`escamoter l`argent. J`espere que vous ne céderez pas a la facilité de "modérer" mon commentaire.

Écrit par : JJ | 28/12/2017

Bonjour,
Nous vous remercions pour votre réponse au brûlot de M. Rothenbühler. Il nous a profondément choqué dans son contenu, ce d'autant qu'il paraissait le jour des fêtes de Noël... Très charitable !
Nous ne comprenons pas du tout que Le Matin ait choisi de le publier.
Habitant Lausanne, nous n'avons strictement jamais été harcelés par des mendiants. Ils se contentent généralement d'attirer notre attention en disant "bonjour". Il y a pire... Libre à chacun d'y répondre ou non.
En espérant que l'avis de M. Rothenbühler soit largement minoritaire, nous vous saluons cordialement.
La famille Marteil

Écrit par : Christophe et Valérie Marteil | 28/12/2017

Monsieur Topo, les mendiants roms n'ont rien à faire en Suisse car ils sont citoyens européens. C'est Bruxelles qui doit s'occuper de ce problème. Pour ma part, je pense que les roms ont comme activité lucrative...la mendicité. Eh oui, ils vivent de cela et vous pouvez voir tous les jours les mêmes personnes qui mendient au mêmes emplacements aux mêmes heures. De plus, j'ai remarqué qu'ils ont des horaires 8h-17h, la preuve une dame avec son bébé qui fait le trajet Bouchet-Blandonnet en tram. Les roms sont spécialisés dans la mendicité comme les taïwanais dans la production de processeurs....Je n'ai jamais vu un Chinois mendié et un Rom travaillé dans une usine de production de processeurs. L'être humain a des talents illimités et les Roms comme les Chinois nous le montre.....

Écrit par : mark-o | 29/12/2017

Il serait intéressant de demander à la population générale( hommes et femmes) quels sont les trois actes de harcèlement les plus fréquents qu'elle rencontre.
Je ne pense pas non plus que les mendiants arriveraient en première position.

En ce qui me concerne, le plus énervant de tous est le démarchage téléphonique. Malgré les divers astuces de blocage, je reçois encore jusqu'à trois appels certains jours.

L'objectif de M. Rothenbühler est d'attaquer la municipalité de Lausanne qui n'est pas de son bord politique en faisant croire qu'il y aurait tellement de mendiants agressifs, qu'ils éclipsent tout.
Les Lausannois en jugeront par eux-mêmes ...

Écrit par : Calendula | 29/12/2017

Bravo

Écrit par : Samouiller | 29/12/2017

Vous etes un faible, Thévoz, incapable de faire face a une opinion contraire meme respectueusement énoncée et préférez la faire disparaitre. Vous méritez d`etre pour cela la risée des commentateurs radicaux.

Écrit par : JJ | 29/12/2017

Puisque vous avez tout de meme accepté ma critique, ce dont je vous félicite, mon commentaire ci-dessus n`a plus lieu d`etre.

Écrit par : JJ | 29/12/2017

@JJ Il est regrettable Monsieur que vous cédiez à l'insulte alors que vous énoncez votre opinion sous couvert d'anonymat et en aucune manière n'apportez une référence, un article, un rapport quelconque pour étayer celle-ci. Prétendant que les roms font tous "partie d`organisations spécialisées dans la mendicité et toute sorte de petite criminalité,qui fonctionnent comme des mafias)", vous faites indubitablement preuve de racisme et de discrimination. Vos propos sont mensongers ou le produit de votre ignorance, comme le démontrent plusieurs études, dont le livre Roms en Cité, ou l'article paru dans la Cité par Mathieu Martiniere, Daphné Gastaldi et Alberto Campi, ainsi que le livre de JP Tabin "Lutter contre les pauvres. Les politiques face à la mendicité dans le canton de Vaud", dont je vous recommande particulièrement les lectures, ce qui vous évitera d'énoncer des contre-vérités doublées d'insanités sur le dos de personnes vivant dans des conditions sociales indignes de l'Europe du 21e et honteuses pour la Suisse où personne ne devrait dormir dehors ni, pour certains, en être réduits à mendier pour survivre. Si c'est votre prétendu "radicalisme" qui vous conduit à vous faire l'écho de rumeurs et fantasmagories, alors je vous laisse à votre prétendu "radicalisme" qui me semble ressembler bien plus à ce qui agite depuis la nuit des temps l'humain dans ce qu'il a de plus instable et violent : la peur de l'autre et son rejet tripal.

www.hesge.ch/hets/editions-ies/roms-en-cite
www.lacite.info/nouveauxmondes/2015/09/28/roms-le-combat-contre-lexclusion
www.rts.ch/play/radio/linvite-du-12h30/audio/jean-pierre-tabin-et-les-prejuges-sur-les-roms?id=5664879&station=a9e7621504c6959e35c3ecbe7f6bed0446cdf8da

Écrit par : THEVOZ | 29/12/2017

"Je n'ai jamais vu un Chinois mendié et un Rom travaillé "

Vous n'avez dû visiter ni la Chine ni les Balkans.

Écrit par : Ha, Ha, Ha | 29/12/2017

@mark-o Comme le rappelle en 2016 Stéphane Laederich, directeur exécutif de la Rroma Foundation, les Roms sont en Suisse depuis des siècles et parmi eux bon nombre sont des citoyens et citoyennes suisses. Les Roms font partie de la société suisse depuis 600 ans. Ils possèdent leur propre langue et culture et sont bien intégrés. Néanmoins, ils sont la cible de préjugés et de clichés qui continuent à circuler sans être remis en question. Les Roms font partie de la diversité culturelle de la Suisse. Pour ce qui est des roms en Suisse venant de l'étranger, en tant que citoyens européens ils ont les mêmes droits que ceux-ci dans le cadre des accords bilatéraux. Le véritable enjeu est de lutter contre la précarité sociale et la pauvreté, pas contre les pauvres et les précaires en prétendant en faire des menaces alors qu'ils sont en danger. Je vous recommande la lecture du rapport du conseil de l'Europe, dont la Suisse fait partie pour rappel, sur la situation des roms en Europe et les engagements pris pour garantir leurs droits. Vous trouvez le lien ci-dessous, bonne lecture.

https://www.gfbv.ch/fr/medias/communiques-de-presse/lignorance-est-un-poison-reconnaissance-des-roms-en-tant-que-minorite-nationale/

https://www.coe.int/fr/web/portal/roma

Écrit par : THEVOZ | 29/12/2017

Oui, l'Union européenne donne des droits et des libertés à ses citoyens, mais il me semble qu'elle interdit également le tourisme aux prestations sociales. Autrement dit, la libre circulation doit s'accompagner d'un projet constructif, du désir de travailler et de s'intégrer dans son pays d'accueil.

La Suisse a non seulement déjà versé un milliard aux nouveaux Etats membres de l'Est, mais elle doit encore prendre en charge l'éducation, la santé et le logement de ressortissants roumains.

Si on veut démolir le préjugé négatif qui colle aux basques des Roms, il faudrait peut-être mettre en avant des success story les concernant. Connaissant la Suisse, je suis certaine qu'il existe plein de programmes et de services sociaux qui aident et encadrent les Roms (et on passe malgré tout pour des banquiers égoïstes qui bouffent du chocolat en se moquant des pauvres.....). Avez-vous connaissances d'exemples d'intégration réussie de ces populations? Les parents acceptent-ils d'envoyer leurs enfants à l'école? Apprennent-ils le français? Y a-t-il des caissières ou des mécaniciens roms?

Toutes les populations immigrées finissent par s'intégrer - j'adore les tamouls qui parlent suisse allemand - mais qu'en est-il des roms?

Il ne suffit pas d'accuser autrui de rejet, on doit aussi faire un effort soi-même pour se faire accepter.

Écrit par : Arnica | 29/12/2017

Vous confondez tout, Thévoz. Il n`y a par exemple rien de commun entre les tsiganes d`Europe de l`Est et ceux de l`Ouest (en particulier de Suisse), ni culturellement, ni ethniquement. Les livres dont vous parlez, j`ai vu comment ils s`écrivent par des universitaires qui ne parlent en général aucune des langues que parlent ceux sur qui ils prétendent tout savoir et qui se gardent bien de mettre les pieds dans les endroits de misere ils vivent en se contentant de données bidon fournies par des fonctionnaires européens tout aussi bidons. Quant a mes sources, je suis un bénévole dans l`un des pays européens ou il y a la plus grande communauté tsigane et il m`arrive souvent de travailler a leur contact. Je peux vous dire qu`ils voient rarement la couleur des fonds européens dépensés en principe pour leur intégration et qu`ils se retrouvent en général victimes de congeneres sans scrupule qui les exploitent, notamment pour mendier et se prostituer a travers les grandes villes d`Europe de l`Ouest. Sortez de vos livres et allez vérifier par vous-meme avant de donner des lecons.

Écrit par : JJ | 29/12/2017

Excellent billet reflétant hélas une triste réalité qui s'est jamais asusi bien manifestée que depuis l'arrivée d'internet
Ils ont toujours été utilisés comme boucs émissaires même les Yénishs dans les années 50 étaient accusés de vols alors que c'était des gens de la région profitant de leurs présences
L'amour entre les peuples n'existe pas en Suisse C'est une façade pour se donner bonne conscience
C'est triste mais à l'inverse de beaucoup d'autres tous ceux qui ont des liens de sang avec un de ces groupes l'ont toujours accepté et ce depuis leur naissance car rejetés dès leur premier souffle par de nombreux membres de leur propre familles tous bien Suisses
Bonnes fêtes à vous

Écrit par : lovejoie | 29/12/2017

Les commentaires sont fermés.