sylvain thévoz

23/10/2017

Faux prétexte de la séduction, cache-sexe de la domination

La parole refusant la domination est féconde. Et c’est peut-être cela qui retourne les dominants et les ulcère. Qu'une parole qu’ils aient voulu écraser, éteindre et nier, soit aujourd'hui porteuse de lien et de possibles, ça les rend dingue.

Pour les femmes (et les hommes), les milliers de témoignages dénonçant la domination masculine et demandant des comptes, favorisent une prise de conscience de l'étendue des violences sexuelles, de ce qui est généralement banalisé, euphémisé (frotteurs, blagueurs, coureurs, toucheurs, tchatcheurs, etc.,). Ces prises de paroles offrent un point d’appui collectif pour sortir des ambivalences et des ambiguïté. Et par l’écho trouvé au sein d’une communauté, l'opportunité de repenser les rapports de genre. 

En aucune manière la domination sexuelle n'est « normale », en aucune manière « cela n’est rien », ni ne ressort d’une responsabilité individuelle de la personne qui la subit. Cela touche des dizaines des centaines des milliers de milliers de femmes. Cela est dit. On le savait. C’est aujourd'hui clairement et fortement rappelé. Il est désormais plus difficile de prétendre ne pas savoir.

Quand culpabilisation silence et honte, sont encore des moyens d’asseoir les rapports de domination en les individualisant et les psychologisant, parler libère. La reconnaissance permet ainsi une sortie possible de la "petite histoire personnelle" et d'en faire un enjeu politique pour réfléchir collectivement à la sortie du déni.

Bien sûr il y a celles et ceux qui font obstruction. Evitons de plonger dans les latrines des petites phrases extrémistes (Zemmour, Boutin, Bonnant & co) et des rhétoriques complaisantes qui font du harcèlement "une cour amoureuse", pareille à celle des lais et fabliaux du 13e siècle alors que les propos de domination sexuelle sont à des années lumières du badinage des trouvères. [1] Cela nous permettra d'avancer et de sortir de l'ère des bonobos.

 

La séduction a bon dos

Qu’est-ce qui est de la domination, qu’est-ce qui ressort de la séduction ? Lever le nuage de la séduction pour couvrir la retraite de la domination fait penser à une ruse de vieux sioux. La ficelle est pourtant bien grosse. La séduction est aujourd’hui autre que la manière dont elle était vécue (ou subie) il y a 50, 20 ou 10 ans. Celles et ceux qui l'essentialisent en en faisant un intangible nous ramèneraient volontiers à l'âge de pierre pour en vanter les vertus du partage des tâches. C'est anachronique et mensonger.

Il est inconcevable d’imaginer aujourd'hui qu’un seul sexe puisse définir les canons de la séduction ou prétendre qu'elle ressort de tel ou tel ordre, d'une manière unilatérale et non négociée. Puisqu'elle est consciemment ou inconsciemment transmise: par l'éducation, les modèles et les pairs, elle est donc modifiable et négociable. Personne ne peut se l'approprier. Elle est par définition affaire de relation

Les légitimations culturalistes: « on a toujours fait comme ça », ou d’ingénuité « je ne savais pas », voire relativiste « c’est pareil ailleurs », sont des justifications dont se sert le pouvoir dominant pour réduire au silence ce qui le met en cause. Le faux prétexte de la séduction est encore un cache-sexe dont se sert la domination masculine pour s'exhiber en société, alors que, à rapport non-consenti, il s'agit encore d'accaparement, de consommation ou d'appropriation.

Comment se relie-t-on, séduit-on, exprime-t-on son désir ?

Puisque cela est culturellement construit, c'est donc que cela est politique. Le trouble concernant les zones grises (séduction ou abus? séduction pour l'un, violence pour l'autre?) illustre le besoin de négocier et repenser les rapports entre les sexes, et réaliser rapidement un aggiornamento culturel et politique sur comment cela se passe, devrait ou pourrait se passer d'être en relation, puisque c'est de cela qu'il s'agit; en regard de la loi et du droit, certes, mais aussi de la considération pour l'autre et d'une certaine éthique de la relation. Parce que cela n'a jamais été de soi, et que le temps ou l'on pouvait prétendre à l'évidence, à un héritage, aux manuels explicatifs des petits enfants sages ou de la bonne maîtresse de maison est fini

La notion clé pour défaire le noeud gordien demeure le consentement. Et là franchement tout le blabla défensif ou le déni des protecteurs du système de domination masculine prend une autre dimension. On voit le chemin éducatif qu'il faut parcourir[2] et parcourir sans cesse, pour composer des rapports de genre non-maltraitants et plus égalitaires. La campagne de sensibilisation "ça veut dire non", menée en Ville de Genève depuis 2015, faisant la promotion de l’égalité entre femmes et hommes par la lutte contre les violences sexuelles et sexistes, en est un bon exemple.[3]

 

Dominer la domination

On savait. Certains prétendent ne pas savoir.

On voit. Certains disent n’avoir rien vu.

On entend, clairement. Certains affirment que c'est mal dit. 

Certains aimeraient encore continuer comme avant plutôt que d'inventer comment cela sera après.

Le mouvement actuel d’une parole libérée, émancipatrice, permet d'envisager un changement de nos rapports de genre. La domination et les abus ne sont pas que l’affaire de l’un ou de l’autre, de celle qui les subit ou celui qui les fait subir, mais une responsabilité collective de ne plus les tolérer et les faire cesser. Si l’on est individuellement responsable des actes que l’on pose, on est aussi collectivement responsable des actes que d’autres posent, d'autant plus quand ils prétendent être agis en notre nom.

Cette sortie massive du silence fait espérer que les voix refusant la domination d'un sexe sur l'autre soient aujourd’hui estimées à leur juste valeur, et recueillies, afin que plus personne ne puisse dire « je ne savais pas » ou « je trouvais cela normal » sans que d’autres ne se lèvent immédiatement pour en contester ou éclairer le sens.

 

 

[1] http://blog.francetvinfo.fr/ladies-and-gentlemen/a-propos...

[2] https://www.youtube.com/watch?v=oQbei5JGiT8

[3] http://www.ville-ge.ch/caveutdirenon/

11:24 Publié dans Air du temps, Humeur, Littérature | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Vous résumez ici à merveille et en condensé l'aspiration inavouée d'une sorte d'uniformisation qui se traduit visiblement aujourd'hui par une forme d'androgynie et d'encouragement à l'homosexualité pour contourner la difficulté d'entrer véritablement en relation avec l'autre sexe.
C'est un peu la quête impossible du paradis perdu par le péché originel. La fusion des opposés et donc la mort puisque l'imperfection fait partie de la perfection de la création à laquelle elle donne le mouvement.
Faut-il vous encourager à revisiter les classiques. Le lingam et le yoni des védas sont devenus le glaive et son fourreau. Chacun dans un rôle bien distinct qui n'est pas interchangeable et que toute tentative de nivellement, sous prétexte d'égalitarisme, met en péril l'espèce. Même après Dolly.

Écrit par : Pierre Jenni | 23/10/2017

Lucidité rime souvent avec humour: https://files.newsnetz.ch/bildlegende//49421/3256359_pic_970x641.jpg
Apres, on peut écrire des pavés sur la question avec toutes les situations particulieres vues sous toutes sortes d`éclairages idéologiques etc.. mais, n`en déplaise, l`essentiel est dit dans ce dessin. Soit dit en passant, les dessins de Herrmann sont tres souvent du génie a l`état pur. Le passage a l`acte bien-sur (tripotage), c`est un autre probleme.

Écrit par : Jean | 23/10/2017

Lucidité rime souvent avec humour: https://files.newsnetz.ch/bildlegende//49421/3256359_pic_970x641.jpg
Apres, on peut écrire des pavés sur la question avec toutes les situations particulieres vues sous toutes sortes d`éclairages idéologiques etc.. mais, n`en déplaise, l`essentiel est dit dans ce dessin. Soit dit en passant, les dessins de Herrmann sont tres souvent du génie a l`état pur. Le passage a l`acte bien-sur (tripotage), c`est un autre probleme.

Écrit par : Jean | 23/10/2017

Là il faut reprendre vos antidépresseurs ou du ROUNDUP, mais à grosse dose!

Écrit par : dominique degoumois | 24/10/2017

Je vois que "le courrier" quotidien d'extrême droite, consacre sa une à "l'affaire tariq ramadan", une grande première! Ah au courrier c'est tous des fachos et des racistes!!!!!

Écrit par : dominique degoumois | 09/11/2017

Les commentaires sont fermés.