sylvain thévoz

29/09/2017

Merci aux géantes de nous élever !

Les géantes sont à Genève, et pour une fois enfin, cette ville ressemble à ce qu'elle pourrait, devrait être tous les jours de l'année : un espace sans voitures, ou les gens peuvent marcher librement, s'émerveiller, et surtout, du fait de la présence de ces deux marionnettes géantes, faire de chaque coin de rue, un espace d'où peut surgir l'inattendu. De par la magie poétique de ces deux être animés, l'espace public, n'étant plus privatisé par les voitures et la circulation, redevient un territoire où déambuler véritablement. Là est déjà l'émerveillement : les géantes nous rendent notre ville ! Et notre ville prend un air de fête et de transgression, en un mot : de possibles.  

Si les géantes nous regardent de haut, elles nous hissent avant tout à leur hauteur. Elles nous donnent du volume, de l'espace, nous permettent aussi de grandir. Nous qui sommes d'habitude réduits aux trottoirs, tassés aux bords de route avec nos vélos, ou serrés dans les trams, avec parfois la tête dans les épaules, voilà que la route est à nous durant trois jours, où nous devenons véritablement des géants.

Placés à la hauteur des géantes, on se demande pourquoi nous restons si petits tout le reste de l'année.

Mais alors que des centaines de milliers de personnes s'enthousiasment de ce grand théâtre à ciel ouvert, s'amusent de cette partie de cache-cache à hauteur d'immeuble,  et de chasse au trésor XXL; alors que les genevois-es, inspirés par le récit merveilleux de cette petite-fille et de la grand-mère, écarquillent des yeux grands comme ça en hissant leurs enfants sur leurs dos, voilà qu'une petite armée de râleurs sortent du bois et persiflent. On leur a volé leur droit de bagnolard ! On a entravé leur droit à rouler en ville, et crée du retard sur la route, des embûches au droit de s'encolonner sans raison... et ça c'est grave! Ce que la ville compte de plus réactionnaire et conservateur klaxonne sur les réseaux sociaux, oubliant que c'est une fois tous les 30 ans qu'un événement d'une telle ampleur a lieu, et qu'il y a des choses bien plus vitales que le droit de rouler stressé : celui de rêver ensemble et d'inviter très loin à la ronde des gens à venir le faire avec nous. 

C'est beau, c'est absolument magique, de voir les âmes d'enfants se réveiller au passage des géantes, de constater combien ce spectacle réveille la magie d'une ville, et nous rappelle que nous avons, avec elles, toujours le pouvoir de nous élever.

Alors oui, il y a des blocs en béton et des policiers armés, c'est juste. Mais à ceux qui voient dans cela une incongruité, il faut rappeler que nous ne vivons ni dans un conte de fée ni un monde idéal, mais dans cette réalité ou kalachnikov et poésie coexistent. C'est cela aussi le pouvoir des géantes. Elles n'effacent rien, n'oblitèrent rien, mais nous permettent de voir ce monde parfois étriqué en agrandi, en plus intense, en magnifié. Elles nous offrent un miroir du monde en nous invitant à les regarder. Elles nous montrent notre société dans tout ce qu'elle peut avoir de beau, de nécessaire, mais aussi de violent et de risqué. Elles relèvent avec brio le défi du rassemblement populaire engageant une foule confiante, à une époque où les foules sont plutôt â risque, et les groupe défiants.

Il faudra toujours nous habituer, et pour longtemps encore, à voir coexister la poésie, les râleurs, et les blocs de béton.

Merci aux géantes de nous réveiller de notre torpeur et de secouer notre quotidien. Merci à elles d'éclairer le chemin de la poésie et de la magie et de nous inviter à les suivre.

Grâce à elles, le temps d'une fin de semaine, nous rêvons à une autre échelle... et vivons le fait aussi que les rêves les plus fous deviennent parfois réalité.

 

................

www.sylvainthevoz.ch

21:29 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.