sylvain thévoz

29/09/2017

Merci aux géantes de nous élever !

Les géantes sont à Genève, et pour une fois enfin, cette ville ressemble à ce qu'elle pourrait, devrait être tous les jours de l'année : un espace sans voitures, ou les gens peuvent marcher librement, s'émerveiller, et surtout, du fait de la présence de ces deux marionnettes géantes, faire de chaque coin de rue, un espace d'où peut surgir l'inattendu. De par la magie poétique de ces deux être animés, l'espace public, n'étant plus privatisé par les voitures et la circulation, redevient un territoire où déambuler véritablement. Là est déjà l'émerveillement : les géantes nous rendent notre ville ! Et notre ville prend un air de fête et de transgression, en un mot : de possibles.  

Si les géantes nous regardent de haut, elles nous hissent avant tout à leur hauteur. Elles nous donnent du volume, de l'espace, nous permettent aussi de grandir. Nous qui sommes d'habitude réduits aux trottoirs, tassés aux bords de route avec nos vélos, ou serrés dans les trams, avec parfois la tête dans les épaules, voilà que la route est à nous durant trois jours, où nous devenons véritablement des géants.

Placés à la hauteur des géantes, on se demande pourquoi nous restons si petits tout le reste de l'année.

Mais alors que des centaines de milliers de personnes s'enthousiasment de ce grand théâtre à ciel ouvert, s'amusent de cette partie de cache-cache à hauteur d'immeuble,  et de chasse au trésor XXL; alors que les genevois-es, inspirés par le récit merveilleux de cette petite-fille et de la grand-mère, écarquillent des yeux grands comme ça en hissant leurs enfants sur leurs dos, voilà qu'une petite armée de râleurs sortent du bois et persiflent. On leur a volé leur droit de bagnolard ! On a entravé leur droit à rouler en ville, et crée du retard sur la route, des embûches au droit de s'encolonner sans raison... et ça c'est grave! Ce que la ville compte de plus réactionnaire et conservateur klaxonne sur les réseaux sociaux, oubliant que c'est une fois tous les 30 ans qu'un événement d'une telle ampleur a lieu, et qu'il y a des choses bien plus vitales que le droit de rouler stressé : celui de rêver ensemble et d'inviter très loin à la ronde des gens à venir le faire avec nous. 

C'est beau, c'est absolument magique, de voir les âmes d'enfants se réveiller au passage des géantes, de constater combien ce spectacle réveille la magie d'une ville, et nous rappelle que nous avons, avec elles, toujours le pouvoir de nous élever.

Alors oui, il y a des blocs en béton et des policiers armés, c'est juste. Mais à ceux qui voient dans cela une incongruité, il faut rappeler que nous ne vivons ni dans un conte de fée ni un monde idéal, mais dans cette réalité ou kalachnikov et poésie coexistent. C'est cela aussi le pouvoir des géantes. Elles n'effacent rien, n'oblitèrent rien, mais nous permettent de voir ce monde parfois étriqué en agrandi, en plus intense, en magnifié. Elles nous offrent un miroir du monde en nous invitant à les regarder. Elles nous montrent notre société dans tout ce qu'elle peut avoir de beau, de nécessaire, mais aussi de violent et de risqué. Elles relèvent avec brio le défi du rassemblement populaire engageant une foule confiante, à une époque où les foules sont plutôt â risque, et les groupe défiants.

Il faudra toujours nous habituer, et pour longtemps encore, à voir coexister la poésie, les râleurs, et les blocs de béton.

Merci aux géantes de nous réveiller de notre torpeur et de secouer notre quotidien. Merci à elles d'éclairer le chemin de la poésie et de la magie et de nous inviter à les suivre.

Grâce à elles, le temps d'une fin de semaine, nous rêvons à une autre échelle... et vivons le fait aussi que les rêves les plus fous deviennent parfois réalité.

 

................

www.sylvainthevoz.ch

21:29 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (39) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

La grand-mère ne fait pas de vélo, elle tourne au diesel.

Écrit par : comac | 30/09/2017

J'apprécie beaucoup votre enthousiasme et votre capacité à relever tous les points positifs de cet événement.
Toutefois, si nous regardons l'ensemble de Genève et les répercussions au-delà du cadre des événements, le bilan est alourdi par une grande pollution due aux embouteillages, à toutes ces voitures qui roulaient au ralenti ou redémarraient constamment. D'autre part, bien des personnes ont été bloquées dans leurs vies professionnelles du fait de cet intense circulation condensée, ce qui peut avoir des conséquences douloureuses. Même certaines postes n'ont pas reçu leurs courriers à temps le matin, ce qui peut avoir de fâcheuses répercussions pour plusieurs personnes.
Pour ma part, j'estime que le fait d'imposer un tel événement un vendredi à toute une population n'est vraiment pas heureux.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 30/09/2017

Entierement d`accord avec vous. Je me dis aussi que les raleurs et autres pisse-froid font partie de la poésie comme les les sorcieres et les trolls font partie des contes de fées. Quand a la bagnole empestant le pet mécanique et contribuant dans une large mesure a l`hyper-inflation des couts de la santé, faudra vivre avec encore quelques décennies avant que le moteur électrique et les voitures autonomes partagées viennent rendre l`espace urbain a la vie. Nos petits-enfants se demanderont comment on a pu vivre ainsi sans devenir tous maboules.

Écrit par : J.S. | 30/09/2017

Pour moi, mais je suis peut-être le seul mais qui demande l'avis des petits enfants, par exemple, la pollution sonore issue des haut-parleurs est tout a fait insupportable. De plus il n'est pas possible de s'y soustraire si on habite sur le trajet du cortège.

Écrit par : Mère-Grand | 30/09/2017

D'accord cela dérange peut-être des gens lors du passage du cortège par le bruit de haut-parleur mais cela dure 3 jours et c'est un truc qui ne se reproduira sûrement jamais, par contre si l'on veut discuter de nuisance parlons aussi des endroits ou il y a des bars et là c'est tous les week-end, lors des mondiaux de foot sur la plaine de Plainpalais ce n'est pas 3 jours que cela dure, les fêtes de Genève idem, les manèges en fin d'année sur cette même plaine etc... Est-ce que l'on demande l'avis des riverains pour ces manifestations, alors deux poids, deux mesures !!!!

Écrit par : grindesel | 30/09/2017

Bonjour,
La venue des Géantes n'a pas facilité le quotidien des personnes en situation de handicap.
Je prends l'exemple de mon fils qui n'a pas pu se rendre à son institution vendredi 29 septembre à cause des perturbations et des annulations aux TPG. Puis, samedi 30 septembre il a attendu pendant 3 heures le tram qu'il a l'habitude de prendre pour se rendre au Grand Lancy. Comme d'autres personnes aperçues sur les bancs des abri-bus, il aurait tant apprécié une navette TPG circulant depuis Uni-Mail jusqu'aux Palettes !
Oui, la ville monopolisée par les Géantes a rendu son quotidien, et celui de bien d'autres personnes moins mobiles, difficile et il est dommage que le Maire de Genève et les organisateurs n'aient pas pensé aux personnes âgées (à part à la Grand-Mère Géante très choyée), et aux personnes en situation de handicap.

Écrit par : Priscila | 30/09/2017

"Nos petits-enfants se demanderont comment on a pu vivre ainsi sans devenir tous maboules."

Ils constateront que nous l'étions.

Écrit par : Observations | 30/09/2017

"...un espace sans voitures..."
Ben voyons !
Je m'arrête à cette première phrase. Je connais la suite de votre prose.
J'ai tenté tant bien que mal de transporter aujourd'hui dans mon taxi tous ceux que vous avez méprisé sans le moindre égard, juste pour pouvoir mieux dénoncer tout ce que vous détestez sans offrir la moindre alternative.
Fort de votre belle mentalité poétique qui ne fait que souligner à quel point nous avons dérivé et perdu l'essence du bien vivre ensemble.
Vous êtes le principal responsable de la frustration qui se dégage de vos billets et qui s'imprime sur votre visage, incapable que vous semblez être d'aller avec le courant pour disposer de l'énergie positive qui permet la mutation. Je vous laisse avec vos poupées de bois et de ficelle qui vous font tant rêver à tout ce que vous démolissez au quotidien en accusant les autres.

Écrit par : Pierre Jenni | 30/09/2017

Rassurez-vous Mère-Grand, je vous rejoins sur cet aspect de la pollution sonore. Imaginez une seconde le vide, pour ne pas dire la vacuité d'une telle manifestation sans le raffut qui va avec. Tout est pensé pour donner de l'importance à ce qui n'en a pas véritablement, ou du moins pas pour ceux qui sont curieux et qui ne se contentent pas de bêler avec le troupeau.
A titre d'exemple, je vous encourage à visionner un film sans le son, juste avec les sous-titre ou éventuellement en rétablissant le son lorsque les gens parlent. Vous serez sidéré par la place que prennent les bruitages et la musique de fond. Le moindre choc doit être amplifié pour être simplement remarqué. Un bagarre réclame des effets sonores sophistiqués pour donner de la crédibilité à l'image. Sans ça, il ne reste presque rien.

Écrit par : Pierre Jenni | 30/09/2017

Je n'ai pas vérifié, mais le commentaire de comac est tellement parlant. Ces magnifiques poupées fonctionnent au diesel ? Ont-elles passé le test anti-pollution ? Disposent-elles d'un filtre à particules ? MDR

Écrit par : Pierre Jenni | 30/09/2017

Le type de raisonnement de M. Thévoz est archi connu et ressort tellement de ses blogs que cela mérite une mise en exergue.

a) d'abord il met les lunettes roses sur un sujet quelconque
b) ensuite il focalise sur un point "positif" et c'est l'émerveillement absolu
c) il perd toute vision d'ensemble, capacité d'analyse et sens critique sur la globalité
d) finalement il condamne ceux qui ne pensent pas comme lui

Prenons la tasse de thé (blog précédent) : le geste inattendu, au coin d'une rue, le surprend tellement qu'il s'emballe dans des louanges générales sur cette religion et ses adeptes, sans jamais se poser des questions sur les points de divergence avec les valeurs de nos sociétés occidentales et qui, soyons francs, posent problème, sans même parler de la situation dans leurs pays.... Heureusement que plusieurs lecteurs ont écrit des commentaires très pertinents auxquels je vous renvoie mais qui jusqu'ici restent sans réponse.

A ce titre, je pense qu'un thé partagé avec Mme Keller Messahli serait certainement très profitable à M. Thévoz ; cela le ferait revenir sur terre et ouvrir les yeux. Qui plus est lorsqu'on prétend, comme M. Thévoz, être "fier de faire partie et défendre une liste progressiste, féministe (!!!)...."

Prenons les Géants : il y a manifestement une hystérie collective, attisée par les médias, sur le côté poétique de la chose. Soit. Chacun a été enfant et se souvient avec bonheur d'un spectacle au théâtre de marionnettes. Mais dans le cas qui nous occupe, c'est une ville et sa région qui, de par la volonté dogmatique de certains, a été "verrouillée" 3 jours durant. Transports publics, livreurs, travailleurs, entreprises, services d'urgence ont été gravement entravés, sans aucune alternative.

Pour M. Thévoz, ceux qui protestent sont "une armée de râleurs"... "à qui on a volé leur droit de bagnolard"...

Mais quelle courte vue, mais quelle intolérance venant de quelqu'un qui travaille dans le social qui, par définition, devrait être ouvert à l'autre ou je me trompe ??. Sincèrement les bras m'en tombent.

Heureusement, là aussi, quelques lecteurs essaient de lui ouvrir les yeux ; oui, il y a hélas des personnes âgées, en handicap qui n'ont pas l'immense chance comme lui (et moi) de pouvoir "marcher librement" et certains doivent faire leurs achats pour la semaine car ils travaillent tard. D''autres doivent conduire des enfants à des activités, d'autres enfin, compte tenu de leur domicile et de leurs horaires doivent prendre une voiture ou un 2 roues pour venir travailler dans les commerces pour servir M. Thévoz et leurs clients. Enfin ces commerces doivent être ravitaillés en marchandises (entre autre les pharmacies).

Le tout sans parler du bilan écologique qui, pour un représentant de l'ATE devrait être un élément fondamental.

Réveillez-vous, M. Thévoz, redescendez de votre nuage et ayez l'honnêteté de voir en celui qui ne partage pas forcément la totalité de vos points de vue non un adversaire à éliminer mais un partenaire avec qui, en négociant intelligemment, vous arriverez à construire un monde meilleur pour tous.

Prenez exemple sur les cantons voisins, VD, FR, où des politiciens de bords différents travaillent ensemble, réalisations concrètes à la clé, et non les uns contre les autres. C'est à des années-lumière du jardin d'enfants de la politique genevoise et de son attitude dont jusqu'ici, vous êtes -à mon grand regret- une illustration parfaite.

Bien à vous et bon dimanche

AP

Écrit par : A. Piller | 01/10/2017

Monsieur Piller, je vous encourage à prendre connaissance des nombreux billets publiés sous mon blog qui concernent la mobilité. Je propose des pistes concrètes pour redonner de la fluidité à tous les modes en respectant la volonté du souverain confirmée dans notre Constitution récemment renouvelée qui garantit le libre choix du moyen de transport.
Je déplore évidemment la guerre qui sévit dans notre canton et que des gens comme Monsieur Thévoz alimentent systématiquement par leur intégrisme. J'en viens presque à penser que leur intention n'est pas aussi pure qu'elle en à l'air et qu'ils misent sur le triste palmarès de l'immobilisme à Genève pour garder des postes au sein de divers organes rémunérateurs.
http://posttenebraslux.blog.tdg.ch/archive/2015/12/07/compromis-historique-sur-la-mobilite-a-geneve-272365.html

Écrit par : Pierre Jenni | 02/10/2017

"Alors oui, il y a des blocs en béton et des policiers armés, c'est juste. Mais à ceux qui voient dans cela une incongruité, il faut rappeler que nous ne vivons ni dans un conte de fée ni un monde idéal, mais dans cette réalité ou kalachnikov et poésie coexistent."

Vous pouvez remercier vos amis islamistes pour ce qui est du béton, mais apparemment, ça ne semble pas frapper les bisounours.

Écrit par : G. Vuilliomenet | 01/10/2017

Cher Monsieur Piller. Bien entendu que la concertation et la discussion sont à la base de recherche de solutions communes. Il me semble assez clair qu'aujourd'hui, une énorme partie de surfaces et d'espaces en Ville, sont confisqués au profit de transports individuels au détriment du bien etre du plus grand nombre et des transports collectifs. Ceux qui en souffrent le plus en sont les usagers les plus vulnérables : aines, enfants, marcheurs, cyclistes. Ce que la venue des géantes éclaire, c'est aussi cela: ce que pourrait être une ville rendue à ses habitant-e-s. Cela demandera des aménagements et un travail collectif pour y arriver, bien entendu. Mais tirer sur les géantes parce qu'elles ont montré en trois jours que notre façon de penser la Ville et l'organiser doit changer est absurde. Quand le trafic est congestionné et vous conviendrez que cela devient quotidien, que certains bus ont jusqu'à 20mn de retard, que devient le petit Monsieur qui attend son bus en bas de chez lui pour aller chez le docteur pour reprendre votre exemple. Et quand cela arrive 362 jours par an, il faut réfléchir plutot que d'incriminer les 3 jours ou une manifestation populaire et poétique éclaire la Ville autrement. Aujourd'hui des catégories de population restreignent leurs déplacements, parce que la Ville n'est pas pensé pour eux. La venue des géantes est une sorte d'électrochoc poétique. Tirons-en rapidement les enseignements pour changer la Ville et la manière dont nous y vivons et nous y déplaçons, pour le bien etre de toutes et tous.

Écrit par : Thevoz | 01/10/2017

Certaines personnes ont absolument besoin de râler sans raison et peuvent poster des pavés interminables pour justifier leur attitude... Que ce soit justement eux qui sont responsable de la culture politique dysfonctionnelle de Genève ne les a pas effleuré.

Écrit par : Prévisible | 01/10/2017

Je me marre en lisant les inepties des dingues de la bagnole que la fete autour des géants a privé pendant deux jours d`empester la ville avec leur jouet préféré. Comme disait Frédéric Dard: "l`échec, c`est la réussite du con".

Écrit par : J.S. | 01/10/2017

Tout d'abord, merci M. Thévoz, de nous offrir une tribune de qualité et de permettre une réelle liberté d'expression.
Vous décrivez bien les difficultés actuelles auxquelles la Ville essaie constamment de remédier. Vous citez "l'énorme partie de surfaces et d'espaces en Ville confisqués au profit du plus grand nombre". C'est le propre d'une ville d'être dense: vous parlez de surfaces mais les bâtiments y sont pour quelque chose et ce n'est pas aujourd'hui qu'on va les déloger!
Vous plaigniez les cyclistes vulnérables : c'est eux qui peuvent encore le mieux se faufiler et en prenant des risques et des libertés bien surprenants à maints égards.
Si vraiment les plus vulnérables se sentent concernés, il serait judicieux que les 2 millions de francs récoltés par une association (https://www.letemps.ch/grand-format/geneve-geants-royal-de-luxe-art?utm_source=Newsletters&utm_campaign=5500063581-newsletter_alaune&utm_medium=email&utm_term=0_56c41a402e-5500063581-109452437) au profit de la Saga des Géantes, leur soit plutôt alloués afin qu'ils créent un spectacle conçu par eux et animé par eux. Alors qu'on diminue les subsides aux différentes activités artistiques tant dans les écoles que dans les associations, ce serait une occasion très forte et pertinente pour animer la ville "du dedans" et non en faisant venir des artistes de l'étranger, le tout géré par des gens de théâtre qui ne sont pas ou peu concernés par la vie active à l'intérieur de notre Cité. Ils amènent certes des concepts intéressants mais davantage mus par leurs envies de se réaliser que par les désirs profonds du tout-un-chacun concerné dans son quotidien et qui pourrait participer bien plus activement à la transformation de la situation plutôt que de se limiter à caresser des poupées!
Il est à remarquer aussi que les "Géants Royal de Luxe" (appellation officielle) qui se sont imposés dans la ville sont peu en relation dans l'existence réelle avec la catégorie des "plus vulnérables"...donc ne peuvent pas être réellement leurs porte-parole.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 01/10/2017

Combien a coûté cette parade ridicule? 3, 5, 10 millions? Alors que les artistes de tous bords à Genève sont si mal soutenus par un Ministre incompétent, qui préfère l’esbrouffe a la culture? Qui fera, un jour prochain, l’histoire de l’imposture culturelle genevoise?

Écrit par : Karpov | 01/10/2017

Le fait que l`urbanisme genevois soit encore aujourd`hui centré sur le culte de la bagnole constitue probablement l`une des grandes sources de problemes dans le futur. Les partis dits de "droite" qui sont en général pro-bagnole (et donc tres myopes) ont réussi a maintenir l`urbanisme dans cette voie en cul-de-sac et le point d`orgue est maintenant atteint avec le projet démentiel (financierement, écologiquement et esthétiquement) de la "traversée de la rade". A force d`adorer la bagnole et de faire croire aux Genevois que cela ne porte pas a conséquence dans un espace aussi restreint que Geneve on en est arrivé au point ou une bonne part de la population s`endette (leasings) pour se payer des "SUV" surdimensionnés quasi-impossibles a parquer et qui empestent l`air de la ville en passant le plus clair de leur temps a y faire du sur-place dans les embouteillages. Temps de se réveiller et, comme dit si bien S. Thévoz, "la venue des géantes est une sorte d'électrochoc poétique. Tirons-en rapidement les enseignements pour changer la Ville et la manière dont nous y vivons et nous y déplaçons, pour le bien etre de toutes et tous".

Écrit par : J.S | 01/10/2017

Pour s'élever, à Genève, a-t-on réellement besoin de marionnettes à plusieurs millions ?

Voici mon avis :

1. La population genevoise est mise en danger, il suffit de regarder le dispositif policier pour s'en rendre compte, en temps d'attentats potentiels, et ce, sans qu'on lui demande son avis.

2. Sans parler de l'hystérie collective et de la pression social, de la perturbation du trafic, du chaos crée sans tenir compte des personnes à mobilité réduite cité plus haut, cet investissement d'envergure aurait pu être utilisé pour promouvoir des artistes suisses, voire genevois.

3. Quel est le message derrière ces guignols géants ? Pour l'instant, je ne vois aucune cause noble, aucun symbole digne ou louable. Ce que je retiens, c'est un déploiement de faste et d'opulence d'une compagnie dont le nom, Royal De Luxe, est à l'image de notre belle ville, mégalomane, consommatrice, décomplexée de toute morale, et qui utilise le mot « poésie » pour justifier ses dépenses.

4. Ce « weekend qui permet de transgresser les interdits » se passe tous les jours dans chacune de nos grandes villes occidentales, pas besoin de ces statues animées pour transgresser quoi que ce soit, et si la transgression est synonyme d'élévation pour vous, je vous renvoie à l'étude des b.a.-ba de la philosophie.

5. Oui, ces marionnettes sont belles, même leur faciès bouge, impressionnant non ? Et pourtant, ce manège n'est indispensable à personne, et n'apporte pas la moindre solution au moindre problème réel de notre société. Les enfants sont contents, c'est une belle chose, après tout.

Écrit par : Dulìo | 01/10/2017

Intéressant débat mais je peine à trouver la moindre proposition concrète dans les posts de ceux qui critiquent les contributeurs dont l'avis est contraire au leur.

Comment organiser la mobilité à l'intérieur et à l'extéreiur de la ville ?
Quels moyens de mobilité utiliser-favoriser-développer-prioriser ?
Quelles solutions pour ceux qui ne peuvent entrer dans les bénéficiaires/utilisateurs de ces moyens "priorisés" ?
Comment animer le centre-ville (horaires d'ouverture, attractions, accès) ?
Quelle collaboration avec les commerçants ?
Politique des taxis, des 2 roues, des vélos, des piétons ?
Quid d'Uber ?
Que font les autres villes ? Y a-t-il des expériences à "importer" ?
Approvisionnement des magasins, livraison des achats ?

Voilà entre autres des sujets très "basiques" mais sur lesquels, sincèrement, il serait plus intéressantt d'avoir des réponses et prises de positions très claires plutôt que de s'extasier sur des marionnettes géantes.
Celles-ci sont par ailleurs un très bon exemple du consumérisme capitaliste tellement honni par M. Thévoz et ses camarades de parti qui dans le cas présent semblent applaudir des deux mains une opération financière très juteuse pour la compagnie Royal de Luxe (!) mais très coûteuse pour la collectivité genevoise... Cherchez l'erreur :-)

Écrit par : A. Piller | 01/10/2017

Je réponds sous votre première intervention.

Écrit par : Pierre Jenni | 02/10/2017

Vous ne pouvez, monsieur Thévoz, vous emparer d'un sujet sans cliver les gens en deux catégories (l'une bonne dont vous êtes inexorablement le plus illustre représentant et l'autre infâme, inconsciente...) et jouer au donneur de leçons. Insupportable comme toujours et générateur de violence. Vraiment, les Géantes n'avaient pas besoin de votre venin et nous non plus!

Écrit par : Michèle Roullet | 01/10/2017

J'apprécie votre commentaire Madame Roullet. Notamment parce qu'il vous permettra de mieux comprendre mon indignation manifestée sur votre blog. Oui, monsieur Thévoz confirme ici, que sa véritable intention ne consiste nullement à permettre l'émerveillement que propose ces différentes manifestations culturelles, mais bien un combat contre les transports individuels motorisés.

Écrit par : Pierre Jenni | 02/10/2017

@Dullio
"Et pourtant, ce manège n'est indispensable à personne, et n'apporte pas la moindre solution au moindre problème réel de notre société."
Vous avez amplement raison, tout comme les cirques, les musées, les cinémas, les spectacle, etc... Tout cela n'apportent pas la solutions aux problèmes de la société.

Par contre ce que j'ai vu, ce sont des enfants contents d'être là et les adultes aussi.
Alors avoir de gros bouchons pendant 3 jours, j'y étais dedans aussi, c'est pas grave.

Écrit par : omar | 01/10/2017

Omar, Vous décrétez que les bouchons pendant 3 jours, "c'est pas grave".
Pour vous peut-être mais que pouvez-vous répondre pour les occupants de toutes les autres voitures? Pas seulement pendant le moment qui semble interminable de l'embouteillage mais aussi et peut-être surtout en ce qui concerne les conséquences des très longs retards imposés.

Et puis, si pour que des enfants et des adultes soient contents, il faille dépenser des millions, alors cela démontre bien à quel point notre société est terriblement dépendante de moyens financiers énormes.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 02/10/2017

Depuis Mai 68 on s'en prend de plus en plus aux donneurs de leçons et bien pensants priés de se scotcher les lèvres, d'une part, et d'aller méditer ou penser ailleurs, de l'autre.
Sans oublier ces blogs où certains commentateurs/trices spécialistes du copinage comme de l'"entre nous" ne cherchent qu'à plaire pour se faire bien voir en prenant le soin d'être toujours "psychologiquement"... dans la norme!

Merveilleux résultats.

Il Suffit de regarder le monde avec ses problèmes de guerres, de terrorisme, de misère et de dérèglement climatique, énumération non exhaustive, pour savoir à quoi les donneurs de leçons aux donneurs de leçons condamnent t cette planète avec l'ensemble de ses êtres vivants.

Merci, Monsieur Thévoz, de nous écrire, avec honneur et courage, non ce qu'il faut pour plaire mais pour nous dire ce qui est.

Écrit par : Myriam Belakowski | 02/10/2017

@A. Piller
"Chacun a été enfant et se souvient avec bonheur d'un spectacle au théâtre de marionnettes."
Vous montrez bien que cet argument est totalement bidon. Comme nous le savons tous, même ceux qui ne font pas partie des "personnes âgées" qui devaient être fêtées ce week-end, un vrai spectacle de marionnettes pour enfants et populaire ne nécessite pratiquement aucun investissement financier: un drap ou une grande surface de carton peuvent suffire au décor et les parents inventifs n'ont pas besoin d'avoir recours à des figurines de luxe (ni de Royal Luxe) pour animer une histoire captivante pour les petits.
Les responsables de la CULTURE (sic) à Genève auraient donc pu, avec l'aide des associations chargées de la jeunesse, organiser sur une cinquantaine de places un tel spectacle pour de vrais enfants, pas des bobos naïfs et exaltés que nous connaissons bien à Genève, à un coût minime et pour un plaisir tout aussi réel, pratiquement sans ennuis pour le reste de la population, sans déploiement policier et militaire, sans agglomération de foules qui ne laissaient guère de place aux petits.
Plus démocratiquement, sans LUXE et publicité géante aussi, donc sans tout ce qui fait mousser les élus et doit leur rapporter des voix.

Écrit par : Mère-Grand | 02/10/2017

@marie-france de meuron
Je ne répond pas à la place des autres. Mais tout le monde était au courant qu'il y aurait des bouchons.
Que faut-il faire dans ces cas là? PARTIR PLUS TÔT!!!
Prévoir qu'il sera impossible d'aller à tel ou tel endroit. Si c'est pas urgent, on reporte.
Sinon, au pire du pire. Prendre les TPG, et si il le faut: marcher.

"Et puis, si pour que des enfants et des adultes soient contents, il faille dépenser des millions, alors cela démontre bien à quel point notre société est terriblement dépendante de moyens financiers énormes."
Un peu comme les feux des fêtes de genève, il faudrait l'interdire celui-là aussi?
Tout les spectacles, théâtres et autres manifestations culturelle sont en partie subventionnés par le canton (ou la commune). Il faudrait aussi arrêter tout cela? Puisque dépenser des sommes énormes pour quelque sourire cela ne vaut pas le coup.
Je vous laisse dans votre grisaille.

Écrit par : OMAR | 02/10/2017

@mère grand
"Les responsables de la CULTURE (sic) à Genève auraient donc pu, avec l'aide des associations chargées de la jeunesse, organiser sur une cinquantaine de places un tel spectacle pour de vrais enfants, pas des bobos naïfs et exaltés que nous connaissons bien à Genève, à un coût minime et pour un plaisir tout aussi réel,"

Alors, je sais pas si vous avez été ce dimanche voir les géants, mais des "bobos naïfs et exaltés", il y en avait un paquet. Ce qui me permet d'affirmer qu'il n'y avait pas que des "bobos naïfs et exaltés" mais aussi et surtout plein d'autres personnes et des enfants.

Écrit par : omar | 02/10/2017

On peut s'imaginer crêpe Suzette rôtissant la face (façon de parler pour une crêpe!) toujours tournée vers le fond mais qui, par un coup de poignet sec se retrouverait soudain en train de regarder au plafond.

Par peur de "perdre" d'une façon ou d'une autre... nous voyons les choses de la vie du côté qui nous convient.

Écrit par : Myriam Belakowski | 02/10/2017

"On peut s'imaginer crêpe Suzette"

Vous vous imaginez souvent crêpe Suzette ?

Écrit par : Ah, Ah, Ah ! | 02/10/2017

@ Ah Ah, Ah!

Connaissez-vous l'expression "rire jaune"!?

Parenté vôtre avec... certains qui ne "comprennent" ce qui les dérange!

Écrit par : Myriam Belakowski | 02/10/2017

Bien orientés les enfants sont également capables de créer leurs propres "géantes" et, s'il y a une Fête des Ecoles avec défilé des élèves de présenter leurs créations.

Écrit par : Myriam Belakowski | 02/10/2017

@ Omar,
Vos propos relèvent bien de la mentalité actuelle qui se contente de quelques concepts faciles, globalisants et vite dits :
"Tout le monde était au courant qu'il y aurait des bouchons". Comment pouvez-vous affirmer une déclaration aussi simpliste? Avez-vous enquêté auprès de tous les conducteurs pris dans les artères en périphérie de Genève?
"Il faut partir plus tôt". On connaît bien les "faut qu'on" et les "y a qu'à". vous parlez pour vous. Vous ne connaissez donc pas toutes les situations où des parents se débattent avec toutes leurs obligations tant personnelles que familiales et professionnelles? Croyez-vous que leur temps est élastique?
Prendre les TPG alors que plusieurs témoignages disent bien qu'ils étaient bloqués? Alors "y a qu'à marcher!" On dirait que vous n'avez jamais rencontré de personnes à mobilité réduite qui se débattent déjà en situation habituelle pour défendre leurs dignités d'êtres humains actifs.
Vous ne faites donc pas de différence entre un spectacle de ce type et ceux où la population participe bien plus, avec des frais moindres.
De plus, les spectacles festifs sont organisés pendant l'été ou sur des we et pas en imposant à toute la population des handicaps aussi magistraux qu'avec les Géantes?
"Je vous laisse dans votre grisaille" vous ne savez rien de moi alors que pouvez-vous dire de mon état intérieur? Dans la situation dont il est question ici, j'ai été prise dans un bouchon sur l'autoroute de contournement. Je venais de recevoir un livre et j'ai été ravie de m'y plonger par à-coups il est vrai, ce qui me permettait de bien assimiler ce que je venais de lire!
Mais personne ne m'attendait et je n'avais pas d'obligations immédiates à honorer.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 02/10/2017

@ M-F de Meuron
"Avez-vous enquêté auprès de tous les conducteurs"
Non, je n'ai malheureusement pas eu le temps, j'étais bloqué dans un bouchon.
Mais si les conducteurs ne renseignent pas sur les blocages qui il y aurait, je n'y peu rien. Et ne me faite pas croire que tout ceux-là était des touristes qui venaient de très loin. C'était des genevois et frontaliers, en tres tres tres tres tres grande majorité.
Donc la majorité des familles (dont je fais partie) se sont arrangés. j'espère pour eux.

"Vous ne faites donc pas de différence entre un spectacle de ce type et ceux où la population participe bien plus, avec des frais moindres."
Tout est proportionnel: comptons le nombre de spectateur: on estime à 700000 pour les 3 jours. Divisons les par le cout du spectacle: 2,2 millions. Cela donne : 3,15 franc suisse. Vous voyez, c'est pas si cher. Et c'est vrai que lors des feux d'artifice, la population participe énormément...

"De plus, les spectacles festifs sont organisés pendant l'été ou sur des we et pas en imposant à toute la population des handicaps aussi magistraux qu'avec les Géantes?"
La population était au bord du lac dimanche, donc il faudrait savoir de quel population vous parlez.

Écrit par : omar | 02/10/2017

Près de 800.000 personnes pour voir une grand-mère ! Combien de spectateurs vont voir leur vraie grand-mère dans son EMS ou à l'hôpital ?

Écrit par : Gedeon Teusmany | 03/10/2017

Près de 800.000 personnes pour voir une grand-mère ! Combien de spectateurs vont voir leur vraie grand-mère dans son EMS ou à l'hôpital ?

Écrit par : Gedeon Teusmany | 03/10/2017

Très bel événement qui a coûté 2 000 000.--......Que ceux qui se plaignent des coupes budgétaires et des économies se taisent.....Les qataris sont des clochards par rapport à Genève qui a des budgets illimités....dans tous les domaines surtout ceux du sociales....

Écrit par : mark-o | 04/10/2017

Les commentaires sont fermés.