sylvain thévoz

06/09/2017

Vous préférez la publicité politicienne ou la politique publicitaire ?

IMG_1668.JPGUne campagne de pub déboule au milieu de la campagne des votations du 24 septembre. Ses affiches miment le discours politique et prétendent se positionner pour ou contre un objet qui pourrait être de votation... mais qui n'en est pas un. L'effet de mimétisme est presque parfait. Il faut quelques secondes pour réaliser qu'il ne s'agit pas d'une affiche politique mais publicitaire, mimant habilement ses codes.

Si l'on n'est pas au fait des sujets de votations, un brin distrait, ou peu coutumier de ce type d'affiche, on pourrait se faire prendre, voire s'attendre même à retrouver certains de ces objets sur son bulletin de vote. Qui sait, peut-être que certains citoyens en viendront à appeler le service des votations et élections pour leur demander pourquoi, sur leur bulletin personnel, ils ne retrouvent pas l'objet soumis à choix sur les affiches des trams. Exemple de ces pseudos objets de vote : "Pour une politique d'alimentation durable", "Accepter les normes de l'UE sans débat." Plausible. 

Car certains se font prendre. J'ai vu un grand A anarchiste barrer une affiche appelant à soutenir les exportations d'arme, ou d'autres couvrant d'un slogan rageur une affiche soutenant "un avenir équilibré". Certes, le leurre fonctionne, mais peut-être aussi est-il aussi utilisé comme support, qu'elle soit vraie ou fausse important peu. Le réflexe pavlovien étant peut-être plutôt un positionnement politique affirmé détournant le détournement. Le blanc de l'affiche invite à y laisser sa marque et à s'inviter au débat. La politique reprend le dessus. Et paf.  

 

FullSizeRender.jpgDerrière cette fausse campagne politique se cache une vraie campagne publicitaire pour un grand magasin en ligne vendant babioles et colifichets.

Il est intéressant d'observer qu'au moment où certains annoncent la mort de la politique, les publicitaires s'en inspirent. Et qu'au moment où certains politiques créent pratiquement leur propre agence de communication et de pub, voire s'y réduisent, les frontières deviennent presque indistinctes entre support et contenu, ce qui est communiqué et qui communique. Ce drôle de chassé-croisé entre la pub politique et la politique de la publicité rendent les distinctions peu aisées. Assurément la confusion est plus grande. 

Définitivement plongés dans l'ère du détournement, de la subversion, du décalque et du double, à deux semaines des votations du 24 septembre, le grand gagnant de l'élection sera peut-être... Galaxus, qui aura surfé sur le temps démocratique des votations pour vendre ses casseroles. Mince alors... me retrouverai-je à leur faire plus de pub en ce moment ?

 

Vous préférez la publicité politicienne ou la politique publicitaire?

La politique serait-elle une marchandise commerciale comme une autre? L'offensive du tout marchand ferait-il croire que les idées sont des objets que l'on marchande et s'approprie à peu de frais?

Voyant dans le signe de cette campagne de publicité une sorte d'agrandissement de la société du spectacle, elle fait plutôt sourire. Car si elle laisse entendre par la caricature que le slogan peut tout, et que l'affiche est toute puissante, au final, elle n'y parvient pas, valorisant plutôt ce qu'elle prétend singer. Et que même si la publicité s'insinue partout, jusque sur les pissoirs et les distributeurs de billets TPG, une résistance citoyenne et politique s'organise pour réduire l'emprise de celle-ci. Un exemple? L'initiative zéro pub[1], lancée au début de l'été avec l'ambition affichée de privilégier la qualité du paysage urbain en libérant l'espace de la publicité commerciale par voie d'affichage, et supprimer les panneaux qui font obstacle aux déplacements des piétons.

Etes-vous pour Galaxus ou pour zéro pub?

Alors: Pour Galaxus ou zéro pub ? Il se peut que prochainement, le peuple soit appelé à trancher cette question. On se réjouit déjà de voir le festival d'affiches et de prises de position que cette votation susciterait, et les éventuelles sommes que les partis politiques investiraient en pub pour convaincre le peuple de la réduire, et que la publicité investirait en lobby politique pour se maintenir.  

Mais bon, ce n'est pas un enjeu pour l'immédiat. Cet objet n'étant bien entendu pas à l'ordre du jour des votations du 24 septembre...

 

[1]https://cocagne.ch/c58/application/files/3215/0208/6786/2...

 

...........................

www.sylvainthevoz.ch

18:10 Publié dans Air du temps, Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : publicité, politique, genève, spectacle, commerce | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Faut etre réaliste, dans un monde régi par les lois du marché, pourquoi la politique ne serait-elle pas récupérée par le marketing? On en reparlera apres l`écroulement du systeme, ce qui ne devrait plus beaucoup tarder avec la robotisation de l`économie et le vieillissement accéléré des populations.

Écrit par : jean jarogh | 07/09/2017

"(...) l`écroulement du systeme, ce qui ne devrait plus beaucoup tarder (...)".
Vous ne croyez pas si bien dire, JJ: le retour du Christ est annoncé pour bientôt!
Ce qui ne fera pas l'affaire de nos amis musulmans, à peine remis de leur joyeuse célébration de l'Aïd-el Adha...

Écrit par : Mario Jelmini | 07/09/2017

"On en reparlera apres l`écroulement du systeme, ce qui ne devrait plus beaucoup tarder avec la robotisation de l`économie et le vieillissement accéléré des populations." (jean jarogh)

"Obsolescence", Monsieur Jarogh.

Pas "vieillissement accéléré", mais "obsolescence programmée".

Comme ont été décrétées "obsolètes" les populations humaines indiennes d'amérique, africaines d'afrique, indochinoises d'indochine ...

Écrit par : Achille Gorgon | 07/09/2017

Le Christ est déja revenu, Jelmini. Il s`appelle désormais Facebook.

Écrit par : Ignaz, le moyne des sables | 08/09/2017

QUESTION: Qui est en faveur de la stupidité comme de la vanité?
REPONSE: personne.

QUESTION: Qui pratique la stupidité comme la vanité?
REPONSE: pratiquement tout le monde.
- Pourquoi?
- A cause du quand dira-t-on lequel conduit à la banalisation laquelle à son tour conduit au déclin des civilisations (Paul DIEL)

QUESTION: La stupidité comme la vanité sont-elles complémentaires?

Écrit par : Myriam Belakowsky | 08/09/2017

Sur un autre sujet...plus d'actualité : "pourquoi les assurances sociales suisses sont menées à disparaître"....http://www.20min.ch/ro/news/vaud/story/22672990

bonne lecture Topo

Écrit par : mark-o | 11/09/2017

L'action de Galaxus me choque à moitié, tant les campagnes politiciennes prennent les citoyens non pour des êtres adultes, responsables et capables de réflexion, mais pour des êtres décérébrés que l'on inonde de slogans débiles, comme s'il s'agissait de promouvoir une quelconque poudre à lessive et non pas de prendre des décisions importantes pour l'avenir de la société.

Écrit par : Michel VEUVE | 11/09/2017

Les commentaires sont fermés.