sylvain thévoz

23/08/2017

QDB : Que du Bouchon !

Genève 22 août, 18h. La place des Vingt-Deux-Cantons est totalement congestionnée. Les annonces des TPG sont laconiques. "Circulation dense secteur Cornavin, Gare, place des Vingt-Deux-Cantons" et annonce plus de 30 minutes d'attente pour tous les bus pris dans la nasse et se tamponnant à la queue leu-leu, enchevêtrés au milieu des voitures, avec épars quelques camions. Les ambulances essayent de se frayer un chemin comme elles peuvent, les vélos zigzaguent, un gars de la SUVA voyant ça en ferait un infarctus. Et pour sûr, un trapéziste préférait faire cent fois son numéro de haute voltige que se retrouver au milieu de cet enfer en tant que piéton.

Pourtant, les fêtes de Genève sont finies. Il n'y a pas de manif. Pas d'événement majeur, rien. On assiste juste au quotidien d'une ville aux artères complètement bouchées. Triste spectacle.

Quand les moyens ne sont plus mis au bon endroit, l'incivilité devient la norme

Personne n'est là pour réguler le trafic. On en viendrait presque à regretter le temps béni où un policier assurait la circulation, sifflet à la bouche. Cela permettait de mettre un peu d'ordre dans la gabegie. Parce que là, ça pousse, ça congestionne, ça gueule, ça se met au milieu du carrefour pour gagner quelques mètres. C'est le règne du chacun pour soi, autrement dit: la jungle. Quoique même la jungle, pour sûr, est un espace plus régulé que l'enfer absurde de la place des Vingt-Deux- Cantons. Incivilité générale au milieu de la panade. Chacun joue sa carte individuelle pour s'en sortir, mettant le plus grand nombre dans la misère.

Vous remarquerez, entre parenthèses, que lorsque l'on parle d'incivilités, la droite attirera toujours l'attention sur les tags, les déchets, les mégots de cigarette au sol, mais rarement sur le trafic routier. Cette droite incrimine toujours facilement les conduites individuelles plutôt que de questionner les enjeux structurels. Dans le cas qui nous intéresse, ce 22 août à 18h à la place des vingt-deux cantons, on pourrait dire que c'est moche de passer au rouge et que cela ne sert qu'à rajouter du chaos au chaos. Mais on peut aussi penser : quel intérêt à cogner sur le pauvre automobiliste coincé là-dedans. Quand un système dysfonctionne, c'est légitime d'essayer de s'en sortir par les moyens que l'on a sous la main (ici:  la pédale de gaz). Les responsables sont les dirigeants incapables de fluidifier ce trafic.  

 

La violence urbaine c'est ça, pas des graffitis sur les murs  

J'ai eu une pensée pour la petite dame qui, ce 22 août et sous le cagnard, sortait de chez son médecin et devait attendre plus de 30 minutes son bus. Une pensée aussi pour la personne chargée de ses courses qui aura eu le choix entre marcher 5km ou poireauter 50 minutes, attendant un improbable service publique devenu inopérant, et pour celle qui quittait son boulot et devait encore se faire une heure de transport, malheureusement doublée à cause par l'incurie de certains. 

Ce que l'on avait là sous les yeux, c'était l'échec d'un système dans lequel il n'y avait plus que des perdants de la mobilité. Il n'y a pas eu de choix courageux de fait, mais des mesurette de surface prises pour plaire. Et cela se paie cher sur le bitume.    

Les avions en retard: manchettes ! La ville immobile : un quotidien?

Si Easy Jet a défrayé la chronique pour des retards sur ses vols, et fait la une des journaux, c'est étonnant que plus personne ne s'étonne des retards constants des transport à Genève. Mais alors quoi quand c'est le chaos dans la ville paralysée ça moufte même plus?  Résignés les genevois? Ben quoi on supporte plus une heure de retard d'une compagnie aérienne mais devant un bus on s'habitue, c'est plus la faute à personne...

QDB : que du bouchon. Le voilà le résultat d'une politique de transport désastreuse. Jusqu'à quand les automobilistes accepteront d'être jetés dans une jungle urbaine sans pouvoir avancer, et les autres usagers de la route de rester en rade parce que certains voient encore la Ville de 2017 comme dans les années 60... faisant un mini buzz en mettant des motos sur des voies de bus... alors que tout le monde se retrouve à l'arrêt? 

 

On dira : c'était économiquement, écologiquement, une façon de penser la mobilité désastreuse.

Assez de mesurettes visant à faire le buzz. Il s'agit maintenant de rendre rapidement la ville aux habitant-e-s, en maximisant les transports publics, et la piétonnisation, afin qu'un jour comme le mardi 22 août ne soit plus qu'un mauvais souvenir, et pas la norme quotidienne des genevois-e-s. 

Il est urgent que l'on passe de ce système où il n'y avait que des perdants, à un autre priorisant les modes de transports afin que l'on puisse dire : l'été 2017 fut le dernier où marcher jusqu'à son domicile fut plus rapide que de prendre le bus.    

 

..........................

www.sylvainthevoz.ch

 

 

16:32 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : pollution, trafic, bouchons, mobilité, genève | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Nous prenons souvent l'exemple de Zürich pour vanter sa fluidité. Et vous seriez étonné d'apprendre que la place centrale qui se trouve de l'autre côté du pont qui va à la gare est gérée par un flic sur sa tourelle aux heures de pointe. C'est une nécessité tant que l'ensemble du réseau des feux ne sera pas numérisé pour permettre la souplesse des fréquences en temps réel.

Mais surtout, à Zürich contrairement à Genève, les autorités ont toujours respecté tous les modes de transports sans en bannir un en particulier. C'est ainsi que les voies de trams ne sont jamais en site propre et que les voitures peuvent les traverser grâce à des lignes jaunes interrompues qui permettent non seulement de rejoindre les petites ruelles transversales, mais de faire un tour sur route.

Vous fustigez la politique de la droite alors que le chaos que nous vivons dans notre ville est le résultat de près de 20 ans de politique de brimades envers les transports individuels motorisés, incarnée principalement par Robert Cramer et Madame Kunzler, deux écolos qui n'ont visiblement rien compris aux règles qui font le succès de Zürich en matière de mobilité.

Mais surtout, ce que vous ne semblez toujours pas comprendre, vous et ceux qui vous ressemblent, comme l'ATE, Actif trafic, pro vélo et tous ces bobos qui veulent imposer leur vision, c'est que vous vous êtes tirés une balle dans le pied en refusant la traversée de la rade qui aurait permis de dégager le centre, le dédier aux transports publics et à la mobilité douce, et supprimer les bouchons durablement. Ou du moins jusqu'à que la voiture autonome vienne régler ces questions tout naturellement.

Je plains sincèrement tous ceux qui vous suivent car vous êtes les principaux responsables des nuisances dont ils voudraient se débarrasser.

Écrit par : Pierre Jenni | 24/08/2017

Pierre Jenni : mais bien sur ce sont les promoteur du vélo et de la mobilité douce qui sont responsable des nuisances du trafic urbain...
Il faut que vous vous mettiez une bonne fois pour toutes dans la tête que la bagnole de 1 tonne pour déplacer un pauvre humain de quelques dizaines de kilos c'est un modèle du PASSE.
Nous habitants du centre ville, on en à MARRE de supporter l'égoïsme de gens comme vous.

Monsieur vous êtes en plein délire, vous devriez ranger votre grosse auto au garage et vous aérer les neurones.

Écrit par : Pierrot | 25/08/2017

Les commentaires sont fermés.