sylvain thévoz

15/08/2017

Les plots anti-terroristes ont fait leur preuve : conservons-les !

Les fêtes de Genève sont terminées. Les pouvoirs politiques, ayant choisi, au nom de la lutte contre le terrorisme, de poser des plots en béton autour de la rade, nous ont libéré d’un mal bien réel à Genève : les voitures. Ce n’est certes pas d’attaque terroriste que l’on meurt aujourd’hui à Genève, mais sous la pression constante incessante et mortelle du trafic des voitures.

Il se pourrait que de la peur des menaces vienne de nouvelles opportunités à saisir. Puisque le camion et la voiture deviennent des engins d'attaques et de morts, il faut les considérer pour ce qu’ils sont : un constant danger public. Piétonniser et borner les villes semble donc être la manière la plus sûre de se prémunir contre des risques mortels. Il faudra certes se passer de ce luxe d’un autre temps : prendre son véhicule pour aller chercher ses croissants ou pour partir en vacances. 

En 2017, il faut vraiment être un imbécile fini, pour croire que libéraliser encore plus la circulation, en transformant des pistes de bus en voies motardes, soit une solution à quoi que ce soit. Cela ne conduit qu'à faire durer encore un peu une manière de faire qui est vouée à l'impasse.  

D’abord les plots, puis les pioches

Grâce aux plots temporaires posés autour de la rade, nous voilà à l’abri, sur quelques tronçons et pour une durée limitée, de la menace tuant toute l’année. Les piétons, les cyclistes, les enfants, les commerçants, sont reconnaissants de ce salutaire enclos protecteur.

Car il conduit à davantage de places pour les terrasses, davantage d’espace pour s’arrêter, flâner, acheter et observer en sécurité. On assiste à une réappropriation salutaire des quais. C’est beau de voir passer les foules le long du quai Gustave Ador et sur le pont du Mont-Blanc, pour une grandiose promenade. C’est beau de voir, à cette occasion, les échanges qui y ont lieu, et de se dire que oui c’est possible, la ville peut-être rendue aux habitant-e-s.

Oui, c’est possible d’arrêter de sacrifier des volumes incroyables à la route et de déprécier des biens immobiliers à cause du bruit et de la pollution. Oui, c'est possible de réduire les dépenses ahurissantes de réfection, de réparation, d’un mode de transport usant, et d’employer l’intelligence d’ingénieurs à d'autres fins que celles de développer du bitume phono-absorbants ou des traçages à durée de vie éphémère. L’imbécilité sera toujours de mettre une boîte de 2 tonnes en mouvement pour transporter une personne et de croire que cela peut durer. 

Oui, il est possible de mettre à profit d’autres formes d’intelligence plutôt que de continuer comme avant à rouler, polluer et tuer en plein cœur des villes. Les urgentistes et pneumologues des HUG vous remercient d'avance de tout effort de clarification de l’atmosphère que l’on respire.

Non à la cuisson lente

Le changement climatique et le réchauffement global de la planète accompagnés d'une hausse des températures nous indique aussi, que dans un horizon très proche, vivre en ville sur un sol minéral, deviendra une impossibilité. Le rapport à la terre, au bois, au végétal sera une obligation pour les citadins, si nous ne voulons pas littéralement cuire dans les villes où nos sarcophages de béton deviendront des fours.

A Genève, plus de la moitié des ménages désormais ne possèdent pas de voitures. Ce nombre est en constante augmentation, et l’usage du vélo explose, avec des infrastructures qui ne suivent toujours pas. Il n’y aucune raison objective pour que l’on continue à bétonner, utiliser des surfaces énormes pour stationner alors que le sol est rare et le manque de logement criant.  

Une action volontaire pour rendre la ville aux habitant-e-s

Alors oui, merci à ces plots de béton posés aux entrées de la rade. Ils annoncent une période prochaine, où les pelles et pioches viendront  décrocher du bitume. Les villes du 20e ont vécu, il faut désormais accélérer les transitions et les repenser d’une manière volontaire pour les projeter dans celle du 21e. La sécurité, l’économie, le climat exigent de nous de repenser la ville, et cela implique de se débarrasser sur le plus de tronçons possibles de ce qui leur est clairement néfaste : la bétonite aïgue et la rente de situation des moteurs à explosion.

Le temps de la voiture a vécu, il reste à savoir jusqu’à quand nous voulons continuer à endurer son spectre en lui déroulant encore des kilomètres de bitume retirés aux habitant-e-s. 

 

 

14:33 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Genève est une coquille vide. Comprenez par là qu'une grande partie de ses habitants logent en dehors de la commune de Genève et d'ailleurs de plus en plus loin. Seule une minorité de privilégiés vivent dans le centre-ville.

Votre volonté de bannir la voiture risque simplement de faire crever plus rapidement le commerce situé en ville de Genève. Je constate déjà que certains de mes collègues ne se déplacent à Genève que pour bosser. Le reste du temps, ils évitent le centre-ville et préfèrent rester en dehors... Surtout en France où leur pouvoir d'achat est le bienvenu et les livres sont bien moins chers. A méditer.

Quant à l'utilisation du vélo, moi-même cycliste, c'est assez risible que de se faire dépasser dans des montées par des seniors roulant à l’électrique. A quand une taxe pour les vélos trop gourmand en électricité?!

Écrit par : Riro | 16/08/2017

Merci pour les handicapes et les personnes âgées qui ne peuvent se déplacer autrement qu'en véhicule privé ! Veut-on les guétoriser sur Le modèle Nazi?

Écrit par : Sean | 17/08/2017

Les commentaires sont fermés.