sylvain thévoz

01/08/2017

La Suisse raciste et sexiste existe, on l'a rencontrée

Loin du mythe harmonieux d'une Suisse unie, accueillante et joyeuse que l'on va nous servir sur tous les tons en ce jour de fête nationale, il est une Suisse raciste, réactionnaire et sexiste qui ne perd pas une occasion d'éructer. Un mot de la conseillère nationale Ada Marra sur Facebook l'a massivement fait sortir du bois. 

Par une réflexion personnelle, sur ce qu'est LA Suisse pour chacun-e, Ada Marra nous invite à considérer ce pays avec un regard qui n'est pas celui du nationalisme béat, mais avec un esprit critique sur les mythes helvétiques.

Ada Marra comme révélateur

Parce qu'elle est une femme, parce qu'elle énonce une parole qui ne marche pas au pas, parce qu'elle a le malheur d'avoir des parents qui ne sont pas nés dans l'Emmenthal, qu'elle réfléchit vite et bien, Ada Marra s'est vu sommer de la boucler, par ce qu'il faut bien nommer une meute s'autorisant l'insulte, la violence, avec une virulence qui fait froid dans le dos.[1]

Plus de 1100 commentaires, 200 partages, dont un grand nombre relevant clairement du code pénal. Si LA Suisse n'existe pas, une Suisse raciste et sexiste est bien présente. Le mot d'Ada Marra l'a démontré. Et encore, Ada Marra est catholique. Si elle était musulmane, qu'aurait-elle reçu en plus comme insultes et violences? Aurait-elle même osé s'exprimer ? Il est insupportable d'imaginer qu'en Suisse, une meute fasse régner l'intimidation et la violence et se donne pour mission de réduire au silence la démocratie.  

 

Une haine profonde qui prétend aimer la patrie

On pourrait incriminer les réseaux sociaux, leur "désinhibition", et la facilité avec laquelle ceux-ci permettent de dire n'importe quoi. Ce serait une erreur. Le mal est plus profond que l'usage d'une technique. Non, ce n'est pas de la responsabilité des réseaux sociaux s'il y a du racisme et du sexisme. Ce qui s'exprime là, c'est ce que certaines personnes pensent, croient : on peut menacer de mort une femme en Suisse, parce qu'elle ne pense pas comme vous! Et la meute d'applaudir, et la meute de se chauffer et de malmener la démocratie, nos valeurs de dialogue et d'échange.  

Cette partie haineuse fait notre honte. Elle s'est aussi exprimée à Genève. Une frange raciste vilipendant la Ville de fêter le premier août main dans la main avec le pays du Bénin. Cette partie haineuse se pare par ailleurs d'une apparence normale parfois charmante: un boulot, de jolis sourires, de bonnes blagues, parfois une appartenance à un parti politique, et des sympathies. Or, on peut être "bien sous tous rapports" et d'un racisme crasse. On peut être agent du racisme et du sexisme ordinaire, et dire "hop Servette ou hop Suisse", cela ne s'oppose pas. C'était la leçon du fascisme dans les années 30 : un être humain peut pleurer sur de la musique de Beethoven, cultiver son jardinet, et faire disparaître des gens.

 

Mettre la tête dans la fondue pour oublier?

Est-ce que l'on doit mettre la tête dans la fondue et dire : "je ne suis pas sur facebook, je ne lis pas ces commentaires", ou : "ce ne sont que des mots, c'est pas si grave", ou pire que cela appartiendrait à la liberté d'expression d'insulter, dénigrer, menacer?

La Suisse raciste et sexiste existe, on l'a rencontrée en ce jour de fête nationale par le biais de ces mille mots venimeux déversé sur une conseillère nationale. Il est impossible de laisser ces propos maltraiter les valeurs que l'on honore en ce jour, ni leur laisser gagner encore du terrain sans réagir. La Suisse, propre sur elle et bien sous de nombreux rapports, a par ailleurs un visage grimaçant et acide. 

 

L'union fait la force

Par amour et respect pour la Suisse, les propos racistes et sexistes doivent être dénoncés, combattus par le dialogue, la persuasion, et l'usage des lois. Les voix appelant, comme celle d'Ada Marra, à la liberté d'expression et à la diversité des points de vue, doivent continuer à se faire clairement entendre, sans se laisser intimider par la violence.

Les agents d'une Suisse raciste et sexiste existent. On les a rencontrés, et ça fait mal. Nous ne les laisserons pas défigurer notre beau pays.

Surtout, nous ne laisserons pas Ada Marra et toutes les cibles du racisme et du sexisme faire face seules à la meute.

 

[1] http://www.lematin.ch/suisse/torrent-insultes-ada-marra/story/30712717

.....................

www.sylvainthevoz.ch

 

10:55 | Lien permanent | Commentaires (51) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Pas mieux, bravo.

Écrit par : PA Gilliéron | 01/08/2017

Ada Marra est blanche.
Le racisme, c'est quoi? C'est un mot qu'on brandit dès qu'il y a divergence d'opinion pour faire taire son interlocuteur. Comme islamophobe.

Je n'ai pas suivi la polémique, je ne sais pas ce qu'a dit Ada Marra, mais si elle se considère suisse, il ne saurait y avoir racisme. Ou alors, c'est quoi, le racisme?
Est-elle victime de racisme anti-catholique?
Si elle se considère comme victime à cause de ses racines italiennes (ou autres, je ne sais pas d'où elle vient), ça signifie qu'elle se sent davantage italienne que suisse.

Sexisme? Parce qu'elle est une femme, on serait obligé d'être d'accord avec elle?

Les Américains ont tous des origines italiennes, scandinaves, irlandaises, latino etc. Si on tient des propos anti-américains, sommes-nous racistes anti-italiens, anti-scandinaves, anti-irlandais etc? A un moment donné, il faut choisir son camp et sa nationalité, ça n'empêche pas de garder un lien avec ses origines. Mais être Suisse et vivre en Suisse et se dire victime de racisme (racisme anti-suisse?), ça ne tient pas debout.

Écrit par : Arnica | 01/08/2017

Ne faites-vous pas preuve ici d'une innocence, ou plutôt d'une naïveté coupable.
Donnez-moi un seul exemple d'une nation qui ne développe pas ces travers de nos jours.
Mais surtout, en tant qu'élu, vous devriez au minimum tenter de comprendre les raisons qui font que ces tendances se développent dans le monde d'aujourd'hui.
Et prendre votre part de responsabilité.

Le nationalisme primaire, le racisme, les sexismes et toutes ces formes de repli identitaires proviennent de la peur. Peur de l'autre, peur du changement, mais aussi et surtout peur de perdre l'acquis.

Et cette peur est évidemment justifiée puisque les dérives de l'utra-libéralime mondialisé ont dangereusement creusé l'écart entre les pauvres et les nantis. Ce qui se passe en mer méditerranée n'est peut-être qu'un avant-goût du déferlement à venir et la gauche angélique n'aura plus de réponse pour justifier ses appels humanistes qui découlent principalement de la culpabilité.

Tout cela se traduit déjà par la montée au pouvoir de nouveaux dictateurs, démocratiquement élus par un peuple en mal de repères qui attend un bon père autoritaire pour redresser les nations.
Les régimes politiques sont toujours tous insatisfaisants et nous assistons à une espèce d'alternance, ou plutôt un mode cyclique qui passe de la démocratie la plus directe à la tyrannie en passant par les régimes militaires de transition qui souvent s'installent pour le long terme.

Et ça risque de mal tourner. Surtout lorsqu'il n'y aura plus de travail pour la moitié du monde actif. Car c'est bien ce qui se profile et le WEF, la banque mondiale et tous les acteurs de la technologie de pointe nous l'annoncent depuis quelque temps, la machine, puis l'intelligence artificielle, remplaceront inévitablement la plupart des tâches assurée aujourd'hui par des humains abrutis par le caractère mécanique et répétitif de ces métiers que la machine fera bien mieux que nous.

Alors plutôt que de fustiger ceux qui craignent l'avenir, vous seriez bien inspiré de penser à la suite que vous voulez donner dans le contexte actuel.
Malheureusement, la politique semble bien impuissante devant l'économie qui tire les ficelles sans même s'en cacher et surtout sans scrupule.
Il ne sera non plus pas possible, même si nous le voulions, de faire le travail dans ce seul petit coin de la planète. Car le monde est devenu village et l'effet papillon est visible en permanence. Tout est lié.

Il faudra vraisemblablement passer par une révolte ou un conflit mondial pour remettre l'ouvrage sur le métier. Malheureusement, nous ne semblons pas en tirer les leçons.
J'en viens presque à souhaiter que la machine décide à notre place et fasse notre bien malgré nous. Sinon, nous risquons bien de provoquer notre extinction pour sauver le reste. La Terre nous vomit.

Écrit par : Pierre Jenni | 01/08/2017

Regardez les blogs ici-meme, Sylvain. Guere plus d`une demi-douzaine de commentateurs utilisant parfois plusieurs pseudonymes suffisent parfois a rendre l`air irrespirable car ils passent leur temps a exprimer leurs peurs, aggressivité et insatisfactions sur la toile. Je suis certain que la plupart des Suisses (en tout cas en milieu urbain) ne sont pas des racistes ou des sexistes mais que la concentration de ces derniers est particulierement élevée parmi ceux qui passent le plus clair de leur vie sociale -triste réalité- sur la blogosphere. En général, ces gens sont agés, de tendance ultra-conservatrice et qui dépassés par une évolution accélérée des mentalités vers plus d`empathie, d`ouverture et de tolérance. Ne croyez-vous pas?

Écrit par : Minutus Manilianus | 01/08/2017

@Arnica Le "racisme", c`est d`abord un sérieux manque d`empathie. C`est l`inclination a voir le monde selon la logique exclusive du "eux et nous" qui, chez l`individu "raciste", s`étend presque toujours a tout ce qui n`appartient pas a son propre groupe, que celui-ci soit ethnique, national, social, voire religieux. En bref, le "racisme", c`est une forte myopie du coeur et de l`esprit.

Écrit par : Minutus Manilianus | 01/08/2017

@P.Jenni "Le nationalisme primaire, le racisme, les sexismes et toutes ces formes de repli identitaires proviennent de la peur. Peur de l'autre, peur du changement, mais aussi et surtout peur de perdre l'acquis." D`accord avec vous, la peur est un grand moteur de l`intolérance et meme de la haine, on l`a assez dit et répété. Aussi bien, les jeunes générations d`Européens en sont généralement conscients et arrivent souvent admirablement a dépasser cette peur. Les "vieux" comme vous et moi avons un peu plus de difficulté pour y parvenir mais, heureusement, nous laisserons vite la place aux jeunes générations.

Écrit par : Minutus Manilianus | 01/08/2017

Minutus manilianus @ ou quelque soit le pseudo que vous utilisez ( commentateurs utilisant parfois plusieurs pseudonymes, elle est bien bonne, celle-là...).
Puisque vous êtes aussi âgé que nous, n'avez-vous donc pas encore compris que toute chose possède des avantages et des inconvénients ? Les jeunes ont une fâcheuse tendance à ne voir que les avantages, les vieux que les inconvénients.
Les invasions barbares que nous subissons actuellement sont porteuses de pas mal d'inconvénients, et il est pour le moins farfelu de les nier...

Écrit par : Géo | 01/08/2017

@MinutusManilianus. Je pense en effet que sur ces blogs il y a une minorité de râleurs et d'esprits nocifs qui s'agite. Le problème, c'est lorsque tant d'autres se taisent et leur laissent le champ libre; et que les malfaisants anonymes se sentent encouragés par ce silence ou par des pairs.

Il n'y a toutefois pas de quoi baisser les bras, ni tomber dans un pessimisme apocalyptique comme le dessine @PierreJenni. Aucune raison hors de la volonté humaine ne préside à la situation sociale actuelle. L'homme a son destin entre les mains. Il n'y a jamais eu autant de richesses produites et d'accès technique pour en produire encore davantage.

C'est donc bien la redistribution des richesses et les limites à la toute puissance de certains qui est en jeux.

C'est de courage, de solidarité et d'organisation dont nous avons besoin. Eléments qui se trouvent en abondance dans notre société.

Les peurs doivent être entendues et comprises, les violences condamnées et sanctionnées. Beaucoup, au nom de la peur, deviennent des agents de terreur....

Je ne partagerai donc pas l'angélisme de @pierrejenni qui légitime les violences interpersonnelles au nom d'un malaise social, mais le rejoindrai sur la nécessité de s'engager pour lutter contre les inégalités sociales.

Écrit par : thevoz | 01/08/2017

"Il n'y a jamais eu autant de richesses produites et d'accès technique pour en produire encore davantage."
Certes, mais il y a le problème n°1 que personne ne veut voir : la surpopulation humaine. Si les Africains viennent chez nous, la première raison en est la surpopulation. Il est possible aussi de voir les affrontements de plus en plus nombreux entre chiites et sunnites sous cet angle. Et il devient urgent d'en prendre conscience ici en Europe...

Écrit par : Géo | 01/08/2017

Est-ce que tout cet émoi est conséquent à ce qu'aurait dit la "conseillère" Madame Ada Marra ...

"LA Suisse n’existe pas. Ce sont les gens qui y habitent qui existent. Avec des idées et des opinions différentes. Avec des combats et des orientations différentes. Avec des priorités et des soucis différents. ..."

En fait, la "conseillère" ("consigliere" en italien") nous raconte un rêve.

J'en ai fait un moi aussi. Tout récemment. A peu près le même d'ailleurs.

La différence, dans mon rêve, c'est que ce n'était pas la Suisse qui n'existait pas.

C'était la Mafia.

Écrit par : Chuck Jones | 01/08/2017

@Géo Á l`évidence, un des grands problemes de l`Europe c`est l`Afrique. Surpopulation + réchauffement climatique + sous-développement technologique + manque d`infrastructure + corruption endémique = migration massive vers Europe. Il est également évident que l`Afrique ne peut s`en sortir seule. C`est cela qu`il faut expliquer aux politiciens européens de la "droite radicale" quand ils menacent de supprimer les financements des ONG en Afrique mais aussi au non-moins "radical" Donald Trump quand celui-ci nie la réalité du réchauffement climatique et trouve les factures de l`ONU trop salées a son gout.

Écrit par : Minutus Manilianus | 01/08/2017

En googlant "Ada Marra la Suisse n'existe pas", j'ai réussi à trouver le texte qui est à l'origine de toute cette histoire. Il est paru sur lesobservateurs.ch (après avoir été retiré de la page fb d'Ada Marra, si j'ai bien compris).

Avec ce genre d'affirmations à l'occasion du 1er août, faut-il s'étonner que les esprits s'échauffent? Heureusement qu'elle écrit plus loin "Dieu que c'est beau de vivre dans un pays où on a le droit de penser de manière non-uniforme".

Nous vivons donc dans un pays où on a le droit - c'est Ada Marra qui le dit - de ne pas penser comme elle sans être pour autant traité de facho ou d'agressif qui rend l'air irrespirable. Ada Marra met volontiers en avant ses origines italiennes, elle ne doit pas s'étonner qu'on l'attaque sous cet angle.

Mauro Poggia n'a pas ce problème semble-t-il, ni Pagani ni Stauffer mais.... ah oui! ce sont des hommes ;-) Donc les attaques contre Ada Marra sont sexistes.

Oserait-elle dire en Italie, le jour de la fête nationale: "L'Italie n'existe pas" ? Aurait-elle envie de le dire?

Ce qui est certain, c'est qu'entre l'affaire Marra et l'émoi découlant du 1er août béninois, Pierre Jenni has a point: ce n'est pas le moment d'ébranler les bases qui font cette nation. La Suisse se porte fort bien avec sa diversité ethnique, il y a peu de communautarisme et les nouveaux-venus apprécient généralement le calme, la paix et la sécurité de ce pays (voir la série de reportages parus récemment dans la TG).

Ce sont les gens comme Thévoz qui créent une scission "eux et nous", les mauvais Suisses (ceux qui veulent hisser le drapeau suisse le 1er août) et les bons Suisses (ceux qui disent que la Suisse n'existe pas, la preuve, c'est la fête nationale du Bénin).

Je rappelle que je trouve sympa de faire la fête avec le Bénin, mais je peux comprendre qu'il y ait des gens que ça choque. Et à ma connaissance, ça n'a jamais été fait par aucun pays. Imagine-t-on les Français fêter la Jamaïque ou l'Australie le 14 juillet? Jamais de la vie - et on ne va pas les traiter de racistes pour autant.

On se calme.....

Écrit par : Arnica | 01/08/2017

Mme Addolorata (puisque tel est son vrai prénom) Mara aurait donc été élue au Parlement d'un pays qui (selon elle) n'existe pas? Une bonne raison pour ne pas la réélire.

Écrit par : Mario Jelmini | 01/08/2017

Merci Arnica, bien pensé et bien dit.

Écrit par : Michel | 01/08/2017

Donc, parce que madame Marra est une femme, on n'aurait pas le droit de la critiquer, car autrement on serait sexiste? En fait, c'est vous qui êtes sexiste, monsieur Thévoz, en tenant un tel discours. Raciste? Etre italienne n'est pas une race, seulement un nationalité. Et la plaie de ce pays ce sont les doubles nationaux qui de ce fait ont plus de droits que les simples nationaux. Il n'y a plus égalité des droits. Il est certain que vous êtes opposé à l'égalité des droits. Ce qui vous place à la droite de l'extrême-droite.

Après réflexion, madame Marra a raison: la Suisse n'existe pas, car tous ses citoyens ne disposent pas tous des mêmes droits.

Écrit par : Daniel | 01/08/2017

"C`est cela qu`il faut expliquer aux politiciens européens de la "droite radicale" quand ils menacent de supprimer les financements des ONG en Afrique"
Dans les blogs, créations éphémères, il faut parfois se répéter. Voici ce qu'écrivait la DDC il y a quelques années :
"La revue "Un seul monde", l'organe de la DDC (Direction pour le développement et la coopération suisse)de mars 2008 dans l'éditorial "Périscope" indiquait:
"Entre 1990 et 2005, les guerres ont coûté à l'Afrique l'équivalent de quelque 353 milliards de francs. Ce montant comprend les coûts directs des conflits (...)
Il correspond à peu près au volume de l'aide internationale attribuée au continent noir durant cette même période."

A cela s'ajoute que les migrants payent des fortunes à la mafia des passeurs pour traverser dans des conditions horribles la Méditerranée. Mais les naïfs européens ne se rendent pas compte que 10'000 euros pour eux, c'est comme un million pour les Européens. Avec cet argent si durement gagné, généralement par leur mère, ils pourraient investir dans leur propre pays. Ce mode de faire, envoyer les fils de la famille trimer chez Renault et végéter dans les foyers Sonacotra, a eu son utilité, bien que cela s'apparente fortement à de l'esclavage familial, mais c'est maintenant caduque par le chômage élevé en Europe.

Écrit par : Géo | 01/08/2017

c'est vraiment navrant que le droit d'expression est "juste" d'un côté mais "mauvais" de l'autre !? parce que c'est une femme, on est sexiste de ne pas arborer dans son sens ? on est raciste du fait de vouloir garder nos traditions, nos us et coutumes ? dire que le pacte de 1291 n'est qu'un parmi d'autres et que la Suisse n'existe pas, vous pensiez vraiment que personne n'allait réagir ? c'est ça être raciste ? même avec des origines italienne, elle a quand même été élue, donc touche un bon salaire d'un pays qui n'existe pas, c'est ça le racisme et sexisme ?
alors je suis raciste, mais surtout contre les cons qui ne veulent plus d'un peuple qui résiste, qui s'exprime et qui aime son pays comme il l'entend ! la gauche en perte de vitesse depuis des décennies tente de se relever par n'importe quel moyen, quitte à "éliminer" ceux qui les empêche de parvenir à leur but ! on en veut plus de cette gauche bobo qui ne défend plus que l'indéfendable !

Écrit par : Patrick | 01/08/2017

très bien écrit Arnica. bravo !

Écrit par : Patrick | 01/08/2017

Est ce que Mr Thevos et ses pairs se sont relus avant de parler de râleurs frustrés qui déversent leurs haines ?

A défaut de pouvoir argumenter sur d'autre base que des generalités qui ne veulent concrètement rien dire, dans un sursaut de haine absolue ils n'accordent même plus aux gens qui ne pensent pas comme eux le status de démocrates qui ont une autre vision de la société. Non, ils tentent de les cloisonner dans des catégorie qui leur retire le droit même a la parole: Vieux renfermés, dépassés par l'évolution, racistes, xxxphobe etc...

Il faut admettre que cette stratégie a un certain succès auprès des esprits vulnérables, mais ça ne mènera a rien a long terme parce derrière il n'y a que du vide, des idéologies qui ont échouées partout dans le monde et tout au long de l’histoire.

Écrit par : Eastwood | 01/08/2017

"Ce sont les gens comme Thévoz qui créent une scission "eux et nous" ... " (Arnica)

Une "scission", dites-vous ?

Entre "Eux" et "nous", dites vous ?

Vu le titre du billet de son carnet "Les Aventures de Monsieur Thévoz chez les Helvètes", moi je dirais plutôt une scission entre la Suisse et Monsieur Thevoz.

Mais vu que Monsieur Thevoz ajoute "L'union fait la force", peut-être aurons nous l'occasion de lire un prochain billet intitulé "Moi Sylvain Thévoz, conseiller municipal suisse, raciste et sexiste."

Vous êtes bien encore conseiller municipal et suisse, Monsieur Thévoz ?

Écrit par : Chuck Jones | 01/08/2017

J'aurais beaucoup aimé voir les réactions de tous bords si Ada Mara avait annoncé a vos invités d'honneur, qui fêtent aussi le 1er aout: Le Bénin n'existe pas !

Écrit par : C.Martel | 01/08/2017

@ Thévoz
" Nous ne les laisserons pas défigurer notre beau pays. "
Impossible de défigurer un pays qui "n'existe pas".
Je ne laisserai pas nier notre beau pays.
Ada Marra a nié la Suisse: qu'elle soit logique avec elle-même et renonce à la nationalité d'un pays inexistant.

Écrit par : Daniel | 02/08/2017

@Daniel Ada Marra n'a pas nié la Suisse. Il faut la relire. Ce qu'elle nie c'est la prétention qu'il existe 'LA' Suisse, monocolore sans diversité et niant la singularité de chacun-e. On peut être d'accord avec elle ou pas, bien sûr. Pour ma part, j'y vois un message permettant la réflexion et l'échange sur ce qu'est la Suisse aujourd'hui, et ce que l'on veut qu'elle devienne. Ce qui est totalement intolérable et injustifiable, c'est l'injure, le dénigrement, le sexisme qui s'est déversé sur elle avec un effet de meute sans même essayer de comprendre ce qu'elle voulait dire ou lui demander de préciser sa pensée.

'LA Suisse n’existe pas. Ce sont les gens qui y habitent qui existent. Avec des idées et des opinions différentes. Avec des combats et des orientations différentes. Avec des priorités et des soucis différents.

L’histoire suisse comme toutes les histoires des pays du monde est faite de mythe et de récit national. Moi je sais que Guillaume Tell n’a jamais existé. Et que le pacte de 1291 n‘en est qu’un parmi d’autre et à un moment de l’histoire, il a été adopté comme un point de repère. C’est comme avec la religion les histoires des mythes nationaux : dès qu’on a plus le droit de les considérer avec un sens critique, c’est le début de la fin.

Ce qui existe ce sont nos différentes lois. Notre démocratie. Notre équilibre entre public et privé.

Tout cela n’est pas immuable. Nous avons le pouvoir de les faire évoluer. Chacun-e aime la Suisse différemment. Et il/elle a le droit. Et il n’y a pas de bons ou de mauvais suisses. Pour moi il ne peut y avoir de définition du suisse. Parce que la Suisse elle n’est pas composée que de tenant-e-s du passeport. La Suisse est composée de volontés qui s’expriment dans les domaines qu’elles souhaitent.

L’histoire est mouvante. Et ce que nous considérons comme éternel n’est en fait que la photographie d’un moment donné.

Ma Suisse à moi n’est pas la vôtre. Vôtre Suisse n’est pas la mienne.

Dieu que c’est beau de vivre dans un pays où on a le droit de penser de manière non-uniforme. C’est cette Suisse là que j’aime. Je sais qu’elle est en danger plus que jamais. Je me battrai pour qu’elle continue à vivre.

Bon 1er août à toutes et tous.'

Écrit par : Thevoz | 02/08/2017

@ S.Thévoz Vous voyez ce que je disais a propos du relativement petit nombre d`"ayatollahs"? Finalement, ceux-la ont leur place aussi dans un pays démocratique et moralement évolué comme la Suisse car ils sont un repere nécessaire au "rétroviseur" spirituel de la société; il faut savoir d`ou l`on vient pour savoir garder le cap. Le probleme commence lorsque la démocratie fait défaut (comme dans certains coins d`Europe Centrale ou du Sud en ce moment) et des dirigeants politiques populistes se mettent a cultiver l`hyper-nationalisme combinée avec la peur de l`autre et l`intolérance en résultant. C`est la parabole de l`éternel combat en l`homme du loup blanc et du loup noir: celui des deux qui l`emporte est celui que l`on nourrit. A propos, j`ai un ami psychologue et généticien qui m`a dit qu`il semble y avoir depuis une quinzaine d`années une multiplication des naissances d`enfants a la fois exceptionnellement doués sur les plans intellectuel (facultés de compréhension et d`apprentissage) ET empathique.

Écrit par : minutus manilianus | 02/08/2017

La Suisse n'existe pas !
Bonjour la provocation.
Mme Ada Marra est une femme intelligente et une politicienne aguerrie.
En écrivant que "la Suisse n'existe pas" un 1er août, elle savait parfaitement ce qu'elle faisait.

Ce genre d'affirmation qui n'apporte rien, ça s'appelle faire le "BUZZ". Les politiciens utilisent parfois ce moyen de communication : Ca permet de ne pas être oublié.
Exemple : "je vous souhaite un bon 1er août" et la "Suisse n'existe pas". Il est certains que les journalistes vont préférer relayés la deuxième phrase.
Quelle sera la prochaine affirmation de Mme Ada Marra ?
Le 24 décembre, on peut lui suggérer d’écrire que « Dieu n'existe pas et que Noël n'est que commerce ».
Avec une telle affirmation, bonjour les réactions et ...les insultes.
Genres d'affirmations qui font avancer le monde....
En outre, en traitant dans votre blog les personnes qui ont réagis à la provocation de Mme Ada Marra de racistes, de xénophobes, de sexistes, de réactionnaires, d’islamophobes, de christianophobes etc... Il me semble que ces propos et affirmation sont des insultes relevant clairement du code pénal.
La violence de ces propos me fait froid dans le dos.

Il est effectivement insupportable d'imaginer qu'en Suisse, une meute de politiciens d’une malhonnêteté intellectuelle crasse fasse régner l'intimidation et la provocation et se donne pour mission de réduire au silence la liberté d’expression et la démocratie.

Écrit par : Boccard | 02/08/2017

"une multiplication des naissances d`enfants a la fois exceptionnellement doués sur les plans intellectuel (facultés de compréhension et d`apprentissage) ET empathique."
C'est devenu un gag repris par les humoristes. Tous les parents suisses ont mis au monde des surdoués. Ben voyons...

Écrit par : Géo | 02/08/2017

Tout ce branlebat en résumé ne veut dire qu'une chose; les étrangers de ce pays, devenus suisses sans jamais l'être vraiment, ont le droit de TOUT dire, à leur guise, sans scrupules!

Les Suisses, les vrais, mêmes ceux naturalisés qui ont complètement adoptés notre suissitude, ceux-là doivent se taire, ne surtout pas s'affirmer car ils seront tout aussitôt; des racistes.... et blablabla.

Voilà le résultat d'avoir trop donné à ces "enfants gâtés" qui aujourd'hui nous mènent par le bout du nez.....et c'est pas fini! La nouvelle vague est là, dans une petite décennie nous aurons fait un grand pas de plus dans la restriction de NOS droits, dans NOTRE SUISSE!

Continuez à élire ces doubles voire triples nationaux!

Écrit par : Corélande | 02/08/2017

@Géo Désolé de vous décevoir mais le phénomene est bien plus qu`un gag. Les neurochirurgiens et les chirurgiens dentistes eux-memes constatent chez l`enfant une fréquence ascendante de diminution dans la taille de la machoire et d`augmentation de volume cranien au niveau du frontal et du temporal, tout cela corrélé a une modification de forme au niveau de l`os sphénoide supportant le crane.

Écrit par : minutus manilianus | 02/08/2017

Cela ne fera bien-sur pas taire les vociférateurs d`une certaine droite paranoide adorant insulter et détester tout ce en quoi ils ne se reconnaissent pas mais Ada Marra explique ainsi sa phrase pour RTS-Info: "J'ai mis 'LA Suisse n'existe pas' en majuscule, le déterminant est en majuscule, ce qui signifie qu'il n'y a pas une Suisse mais des Suisses (..), surtout culturelles. C'était un hymne à cette Suisse qui permet la diversité."

Écrit par : minutus manilianus | 02/08/2017

Sylvain Thévoz,

C'est VOUS (notez les majuscules), TOI (notez encore les majuscules) Sylvain Thévoz, qui EXPLOITE ... LE "sexisme" ... et ... LE "racisme" ... que TU PRETENDS ... exprimés ... à l'encontre d'Ada Marra.

J'attends avec impatience ton prochain billet "LE Sylvain Thévoz raciste et sexiste existe, je l'ai rencontré."

Écrit par : Chuck Jones | 02/08/2017

"Plus de 1100 commentaires, 200 partages, dont un grand nombre relevant clairement du code pénal."

"LE" code pénal ?

Il n'y en aurait donc qu'UN ?

Mais alors lequel ?

Écrit par : Chuck Jones | 02/08/2017

@ Thevoz
"Ada Marra n'a pas nié la Suisse. Il faut la relire. Ce qu'elle nie c'est la prétention qu'il existe 'LA' Suisse, monocolore sans diversité et niant la singularité de chacun-e."
Désolé, mais je ne vous suis pas dans votre interprétation. Pas du tout. D'abord le "LA" n'est pas entre guillemets dans la première déclaration. Il peut être interprêté comme un faute de frappe (surtout quand il y a trois majuscules de suite). Ensuite si elle avait voulu signifier qu'il y a plusieurs Suisses, elle aurait dû écrire: "il n'existe pas une seule Suisse". "LA" Suisse, c'est un peuple, ses citoyens, un territoire, ce n'est pas seulement les "gens qui y habitent". Ensuite vous pouvez prendre n'importe quel pays: la diversité des opinions existe, même sous les dictatures, surtout sous les dictatures. Et je noterai que cette diversité des opinions chez nous et nos voisins permet à la classe dominante de mieux régner en divisant.

En fin de compte je relève comme une contradiction: vous faites l'éloge d'une Suisse diverse, mais vous vouez aux gémonies et aux insultes ceux qui ne pensent pas comme vous. Votre conception de la diversité des opinions a ses limites.

"Dieu que c’est beau de vivre dans un pays où on a le droit de penser de manière non-uniforme."
Dieu que c’est beau de vivre dans un pays où on a le droit de traiter les autres de "racistes", de "réactionnaires", de "sexistes", qui "éructent".

"Moi je sais que Guillaume Tell n’a jamais existé."
Moi je sais que je ne veux pas de juges étrangers, ni de députés étrangers, ni de magistrats étrangers.

Je ne vous ai pas lu sur l'égalité des droits...

Écrit par : Daniel | 02/08/2017

Pour calmer le jeu, je pense que Mme Marra devrait dire aussi "Le Venezuela n'existe pas" Cela ne plairait pas à son ami Maduro qui est aussi un socialo pur et dur !!

Écrit par : Gedeon Teusmany | 02/08/2017

Pour calmer le jeu, je pense que Mme Marra devrait dire aussi "Le Venezuela n'existe pas" Cela ne plairait pas à son ami Maduro qui est aussi un socialo pur et dur !!

Écrit par : Gedeon Teusmany | 02/08/2017

Accuser lâchement et pour se faire bien voir de racisme et de sexisme sans chercher à en analyser et "dénoncer" les causes précises est faire preuve de la complaisance habituelle largement offerte par les puissants et les nantis aux puissants et aux nantis d'ici comme d'ailleurs qui, eux tous, quoi qu'il arrive... "pourvus"... n'auront rien à redouter.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 02/08/2017

Il est difficile d'écrire un discours du 1er août, que ce soit sur commande ou pour sa page Facebook.
Ada Marra s'est plantée, c'est certain.
Disserter d'une façon trop subtile à un tel sujet n'est pas très malin, en sortant ce vieux slogan qui avait déjà fâché pas mal de monde à l'époque, où elle avait été inventée, déjà par provocation assez simple.
Il est impossible de jouer à l'innocente avec cette phrase. Avant les réseaux sociaux, ça aurait crée la polémique, mais la réaction aurait probablement été moins violente. Là non plus, il ne faut pas faire semblant de découvrir que les internautes sont hors-contrôle.
Quelle a été l'intention de départ de A. Marra ?
Faire réfléchir, secouer le consensus, se profiler comme progressiste ?
C'est réussi, mais à un prix bien terrible.

La Suisse contemporaine existe par la volonté de ses citoyens et non par une sorte d'homogénéité donnée par la langue ou une très longue histoire commune, par des actes de guerres décisives. Sa formation par ajouts successifs est l'explication même d'un fédéralisme que beaucoup nous envient.
La Suisse a justement cela d'extraordinaire qu'elle existe avec toute la diversité culturelle de ses régions et de ses cantons.
Pensons seulement aux accents et aux dialectes, avant même d'évoquer les quatre langues ou les drapeaux tellement présents des cantons ! Aucun autre pays n'a les écussons de leurs départements ou régions sur les plaques des voitures.
C'est un truisme de dire qu'il y a des Suisses et pas une seule Suisse.
Pourquoi opposer les deux choses ? Ceux qui vont voter expriment leurs différences de façon institutionnelle après des débats politiques.
A ce stade, je ne vois pas de mise en danger de la démocratie. Et dans l'absolu, on peut vivre avec des personnes qui pensent qu'il est important de dire que LA Suisse n'existe pas.

D'autres pays ont des problèmes avec leurs frontières, la liberté d'expression et les droits humains et/ou leurs minorités. Dirait-on pour autant qu'ils n'existent pas !
Est-ce fait même qu'en Suisse on s'en sorte sans trop de casse qui la rendrait irréelle ?

Écrit par : Calendula | 02/08/2017

Sylvain Thevoz, vous titrez "Une haine profonde qui prétend aimer la patrie",
après avoir titré votre précédent billet par: "Le vrai patriote est un étranger"

Votre liberté d'expression oblige.
Mais quelle éthique Monsieur, quand vous omettez de préciser, aux commentaires ci-dessus qui en font état,

- que vous êtes vous-même arrivé en Suisse en 2003,

- que vous êtes aujourd'hui triple-national, détenteur de la nationalité canadienne et française, avant d'avoir obtenu la naturalisation suisse.

Pourtant ceci éclaire votre billet, ainsi que votre dédain exprimé dans ce billet quant à l'absence d'intérêt du Pacte de 1291 (que vous noyez parmi "tant d'autres"),
ainsi que sur votre ignorance d'anthropologue de formation, quant au rôle et à la place du Bund dans la constitution de la Confédération helvétique.

Bravo Monsieur l'anthropologue et triple-national doté de très courtes racines patriotiques,

pour votre politique de gauchiste élu dans ce canton, qui sur ces blogs n'a de cesse d'attiser la haine au sein d'un petit canton noyé sous plus d'une centaine de nationaux de tous horizons ne connaissant rien de la Suisse, préoccupé de nourrir le concept de racisme auprès de ces nouveaux-venus, d'entretenir les divisions d'un canton peuplé de résidents fugaces, unis par le même impératif de migration salariale

Population de migrants à l'image identitaire hors-sol que vous abreuvez du même populisme dont vous accusez vos ennemis déclarés - MCG et UDC,
le tout au fil de l'opportunisme des initiatives dont vous vous servez, au gré des élections auxquelles vous postulez.

Pourquoi cacher dans ce billet dont c'est le sujet, que vous êtes un triple-national, qui ne vit à Genève (soit pas tout à fait en Suisse) que depuis 2003?

Vous l'anthropologue, vous le savez bien... rien de plus normal en somme, si l'âme de la Confédération Helvétique vous est étrangère et vous échappe

Mais votre méprise et méconnaissance de ce qui a fabriqué, contribué et constitue l'union des canton au sein de la Confédération Suisse

ne vous donnent aucunement le droit de vouloir détruire à chaque tournure de vos billets sur blog.tdg.ch

ce que vous ignorez, ce que vous ne comprenez pas, et n'avez pas compris de ce qui participe de l'esprit suisse ancestral, ce qui unit les cantons et les suisses - ne vous en déplaise.

Au lieu de vous entêter dans votre guéguerre identitaire perso sur le dos des suisses, faites-donc votre choix, décidez-vous pour un pays auquel vous appartenez - comme la France, l'une de vos "patries", correspondant mieux à votre "état" de politicien socialiste.


Soyez assuré que les derniers suisses simple nationaux de Genève dont je fais partie en ont marre d'avoir un tel nombre d'élus multiples nationaux déviant leurs culs d'une chaise à l'autre à gré, incapables de respect patriotique.

Dans cette situation, que vous nous considériez non-stop racistes prend un tout autre sens.

Écrit par : divergente | 02/08/2017

@divergente vous vous trompez lourdement sur ma personne et trajectoire. Je suis originaire de Missy (VD) ai grandi à Chêne-Pâquier puis fait toutes mes écoles à Lausanne, petit fils de paysan du gros-de-Vaud et fils d'un médecin ayant fait ses études à Genève. Vos propos illustrent parfaitement ce que le mot d'Ada Marra mettait en lumière : 'LA' Suisse, comme une manière unique de la vivre et de la penser qui virerait à une forme de pureté de la race où ne pourraient s'exprimer ou prendre position que ceux dont le sang est helvète depuis X générations n'existe pas. Et tant mieux. Nous sommes un peuple bigarré, métissé, établi dans diverses langues et origines. Et tant mieux. Pour ma part, je m'en réjouis c'est ce qui a toujours fait la force et la grandeur de ce pays, et c'est ce qui fait ma joie d'être Suisse, parmi d'autres identités, ne vous en déplaise. Et ce qui fait la grandeur de la Suisse ce sont tous ceux qui y vivent, travaillent, contribuent à sa richesse, et bien souvent ce sont aussi des personnes sans passeport à croix blanche, ne vous en déplaise.

Écrit par : Thevoz | 02/08/2017

Tres bien dit, Mr Thevoz. Ce qui se concoit bien, s`énonce clairement et votre conception de la Suisse qui est aussi celle de Mme Marra (et de beaucoup d`autres dont moi-meme) se concoit a moins d`etre aveuglé par les préjugés et l`égoisme. Heureusement, la pensée-chablon caractérise de moins en moins les jeunes générations comme on le voit dans la composition des électorats et groupuscules se réclamant d`une droite pete-sec, pisse-froid et égoaste. Surtout, ne vous laissez pas influencer par la petite minorité de raleurs internétisés qui ne sont que les derniers dinosaures d`une époque en passe d`etre révolue, du moins en Europe. Les mentalités ont beaucoup changé en Suisse dans les cinquante dernieres années. Je me souviens comme, dans les années soixante et septante les ouvriers italiens venus construire la Geneve moderne étaient souvent traités de "magutes" sans que cela fasse probleme. Face a cela aujourd`hui, la xénophobie est devenue objet de mépris et meme ceux qui continuent a penser de la sorte prennent soin de ne s`exprimer que sous l`anonymat de l`internet. Times are changing...

Écrit par : minutus manilianus | 03/08/2017

Non. Je constate seulement avoir lu votre bio, dans ce sens:
Vous êtes triple national dont français et n'en faites pas mention. De même que vous ne faites pas mention dans votre billet à charge contre l'existence d'une Suisse en termes de patrie, avoir vécu et avoir été formé au Canada ainsi qu'en Belgique, avant de revenir comme votre bio l'indique, faire votre carrière politique en Suisse, en 2003.

Incidemment, j'interprète vos positions de socialiste adepte d'une gauche ultra libérale & ultra anti-Israël (cf vos positions sur la Palestine), sous l'angle de votre politique pour une Suisse pro-européenne à la française.

Vos billets en accusations répétées de xénophobisme et de racisme à charge contre les suisses à tous propos, à l'emporte-pièce et en dépit de tout respect de nos traditions, dont votre mépris du rôle du Bund en fondement de la Constitution fédérale (ne parlez-vous pas l'allemand), m'ont confirmé cet angle.

http://sylvainthevoz.ch/ueber-mich/

Écrit par : divergente | 03/08/2017

"comme ça c'est dit"@. Ne pas publier mon contre-commentaire vous met dans la case des manipulateurs de commentaires.

Écrit par : divergente | 03/08/2017

Calendula@ quelle fatuité

vous arrivez à dire d'un pays d'accueil, qui est celui que vos parents ont choisi après avoir délaissé le leur, puis l'Allemagne comme terre de séjour,

que "La Suisse contemporaine existe par la volonté de ses citoyens
et non par une sorte d'homogénéité donnée par la langue"

"ou une très longue histoire commune, par des actes de guerres décisives"
que de subtilité dans vos nuances...

Et c'est en ces termes que "la maîtresse d'école" comme vous aimez à vous décrire, appréhende le concept de la confédération helvétique. Ben voyons!

@pseudo Calendula, ce que vous balayez ici d'un revers de main dédaigneux est pourtant ce qui a conduit ce pays à sa stabilité politique et à son économie florissante du XXe siècle - et non, ce ne sont pas les actuels résidents qui ont créé cette Suisse qui les a attiré (logique). Bien au contraire.

La négation comme vous le faites, du rôle passé des suisses conduisant à l'attractivité de la Suisse du XXe siècle m'est insupportable. Pendant des siècles des générations de familles suisses dont mes ancêtres et d'autres y ayant laissé leur vie, sont ceux qui ont construit la Suisse vous savez, cet eldorado qui a attiré vos parents comme des centaines de milliers de migrants durant la 2me moitié du XXe siècle.

Vous me gonflez avec vos doctes diatribes et votre besoin d'entretenir l'image de "moi professeur des écoles", quand nulle part ailleurs qu'à Genève 3 années d'études en fac de lettres ne peuvent valoir le statut de professeur à un enseignant d'allemand en LV2 (quelques années en fac de lettres à Genève, pour y enseigner l'allemand en seconde langue, en voilà de la com pétance), quand en aucun autre pays qu'à Genève l'unique job d'enseignante d'allemand en LV2 ne permet ni indépendance financière ni droit à une retraite plein pot qui plus est co-capitalisée par les contribuables.

Car contrairement à vous, quand il s'agit d'un jour de mémoire fédérale comme l'est le 1er août, je me remémore mes ancêtres qui se sont battus contre des invasions de tous poils pour le pouvoir ou pour l'argent (Napoléon a annexé la majeure partie des cantons suisses - les plus riches, comme il l'a fait d'autres pays telle la Belgique, pour financer ses guerres en Russie). Ils ont versé leur sang, ont perdu terres et hommes pour défendre le pacte, pour apporter leur soutien à d'autres cantons, et vécu extrêmement durement jusqu'à faire de la Suisse un pays à l'économie confortable et attractive aux yeux de centaines de milliers de migrants. Entre-temps, la barque a versé.

J'observe ici encore votre besoin de négation des faits par confort perso, ici dans un élan stylistique d'intello du jour, de l'historique de la Suisse.

Écrit par : divergente | 03/08/2017

En fait, tout ce débat tourne autour de la pureté de la race. Et c'est Ada Marra qui a commencé en inventant l'eau chaude: LA Suisse n'est pas composée que de blancs ayant tous le même ADN.

Quant à divergente, la prospérité de la Suisse n'est pas que le fait de descendants des Waldstätten ou de vos ancêtres gardes suisses au Vatican.

La magie de la Suisse, c'est que des gens comme Nicolas Hayek (libanais) ou Kudelski (Tchecoslovaquie, je crois) ou même Wawrinka (parents allemands d'origine polonaise) sont tous SUISSES !!!!! Contrairement à Ada Marra qui tient à rester italienne.

Même Monsieur Nestle était Allemand.....

Toutes ces personnes ont contribué à la construction de ce pays et ils deviennent Suisses à partir du moment où ils ont envie de rendre ce pays beau et prospère. Cela ne les empêche pas de garder un lien à leurs racines, mais de grâce, qu'ils arrêtent de dire qu'ils sont papous plutôt que d'être suisses, ce n'est pas très constructif. Et de grâce, qu'ils arrêtent de cracher dans la soupe!

Écrit par : Arnica | 03/08/2017

Chez Thevoz, on y rencontre la censure...

Écrit par : Laurent Lefort | 05/08/2017

@LaurentLefort ce blog est modéré par mes soins. Les propos dénigrants et les insultes n'y sont en effet pas les bienvenus. La liberté d'expression à ses limites : c'est le respect des autres et de la loi.

Écrit par : Thevoz | 05/08/2017

Car dénigrer c'est insulter!

Dites-vois, vous qui semblez drogué à la moraline, ne dénigrez-vous pas et n'insulter pas lorsque vous écrivez:

"Les agents d'une Suisse raciste et sexiste existent. On les a rencontrés, et ça fait mal. Nous ne les laisserons pas défigurer notre beau pays".

Et là, ce n'est qu'un maigre aperçu.

Alors votre morale, vous savez ce que nous en pensons.

Juste pour rappel, le nazisme était un socialisme, ne vous en déplaise. Au cas où, vous pouvez aller consulter un de mes commentaires à votre sujet ici à la date du 2 août 2017 à 09h00:

http://lesobservateurs.ch/2017/07/31/la-socialiste-ada-marra-pour-notre-1er-aout-la-suisse-nexiste-pas/

Écrit par : G. Vuilliomenet | 05/08/2017

Oui oui. Suffit de lire Minutus pour se convaincre que votre excuse ne vaut pas un clou. Je mettrai mon commentaire ailleurs et chacun pourra juger.

Écrit par : Laurent Lefort | 05/08/2017

"Pour calmer le jeu, je pense que Mme Marra devrait dire aussi "Le Venezuela n'existe pas" Cela ne plairait pas à son ami Maduro qui est aussi un socialo pur et dur !!" (Gedeon Teusmany)

Tout à fait. D'ailleurs LA Israêl (notez les majuscules à "LA") n'existe pas non plus.

J'attends de savoir si celà plaira à NOTRE ami Thévoz.

Écrit par : Chuck Jones | 05/08/2017

"LA Suisse n’existe pas. Ce sont les gens qui y habitent qui existent. Avec des idées et des opinions différentes. Avec des combats et des orientations différentes. Avec des priorités et des soucis différents. ..."
Tellement naïf comme procédé! La même chose peut se dire de n'importe quel terme qui désigne un ensemble ou même de n'importe quel concept, même la femme, l'homme, et ainsi de suite.
La philosophie a discuté de cela depuis l'antiquité et on retrouve le problème dans les affrontements scolastiques sous les termes de "universaux" et de "nominalisme" notamment.
En l'occurrence il n'est pas besoin d'aller si loin: il s'agit simplement d'une affirmation typiquement idéologique (en même temps que narcissique et adolescente) qui peut se traduire par "la Suisse de ceux qui ne pensent pas comme moi (celle du peuple des ploucs donc) n'existe pas, contrairement à ma Suisse à moi, que j'évite en principe de nommer ainsi pour ne pas paraître réactionnaire et vieux jeux."

Écrit par : Mère-Grand | 05/08/2017

"Juste pour rappel, le nazisme était un socialisme" (G. Vuilliomenet)

Et le zionisme, Monsieur Vuilliomenet est-ce que le "zionisme" était aussi UN socialisme (notez les majuscules) ?

Ou est-ce que LE "zionisme" (notez les majuscules) n'existe pas ?

Écrit par : Chuck Jones | 05/08/2017

Ne mords pas la main qui t'a nourrit.....

Écrit par : mark-o | 08/08/2017

Les commentaires sont fermés.