sylvain thévoz

28/07/2017

Le vrai patriote est un étranger

1er-aout-2017-contenu-vert.jpg

A l'occasion de la fête du premier août, la Ville de Genève propose de la fêter conjointement avec un autre pays, le Bénin. C'est une bonne idée et un beau signal d'ouverture. Après tout, la base du pacte fédéral, c'est une alliance, une ouverture à l'autre et au dialogue. Pas de quoi soulever de scandale donc. Et pourtant, une bande d'excités et de rétrogrades pensant que la fête nationale ne se vit qu'entre soi a trouvé bon de lancer une pétition raciste pour que la fête nationale soit réduite à une petite volonté de quant à soi chagrine et à une défense mordicus de la dévoration exclusive du schüblig ou de la fondue.[1] 

 

J'ai fait un petit sondage dans la rue, demandant aux gens ce qu'évoquait cette journée du premier août. Au final, c'est surtout le fait d'avoir... un jour de congé, qui offre la possibilité de manger une raclette, boire des bières et rencontrer des amis. Loin, très loin des grands chants du patriotisme, et des discours politiques réchauffés autour des feux.

C'est l'aspect convivial, sympa et détendu qui prévaut. "Pour moi c'est surtout les feux d'artifice. Mais c'est aussi se retrouver entre amis pour des apéros. Cette fête est peut-être plus sympa en sortant des villes, en retrouvant le folklore des villages." "Le premier août, pour moi, ça veut dire congé et manger du fromage, et boire du vin blanc. C'est l'occasion d'aller marcher à la montagne." 

Des avis plus critiques aussi : "j'exècre cette fête, qui signifie l'appartenance au drapeau, le nationalisme ses risques et ses dérives. Si fêter, ça doit vouloir dire être contre les autres, alors non, je préfère rester à la maison." Les défilés militaires et les bruits de bottes ne sont jamais très loin quand on parle de fête nationale. Chez Brassens, et chez nous, aussi. 

 

Fêter la fête nationale, c'est avant tout accepter que notre pays se réinvente, qu'il n'a pas de moule unique, que ce qui fait sa force est qu'il n'a cessé de changer et d'évoluer, s'adapter.

 

La véritable fête serait de rappeler surtout le plaisir de vivre ensemble, la chance d'être dans un état de droit, avec le défi d'articuler une société sans discrimination, doté d'un accès équitable au travail, au logement et aux soins de santé; de partager ces valeurs avec tous ceux et celles qui s'en sentent proches. 

L'enjeu n'est donc pas de savoir s'il y aura seulement de la saucisse servie au parc La Grange et des lampions rouges et blancs uniquement. Mais bien d'avoir l'ambition de faire grandir la Suisse au-delà du quant-à-soi défensif, signe de nanisme. 

En y réfléchissant bien, nous avons certainement plus de proximité et de points communs avec le Bénin qu'avec une majorité d'autres cantons suisse. Cela devrait nous aider à réfléchir à ce qui fonde l'unité de notre pays et quelles sont ses limites.

La prise d'otage par des nationalistes obtus de la fête nationale est pathétique. Elle dessert notre pays.

Car au final, tout vrai patriote est un étranger chez lui. Il ne prétend pas posséder quelque chose au détriment d'autres, ni que cela lui soit acquis de droit sanguin (ou divin). Il ne prétend pas que nous soyons pareils, au Tessin, dans les Grisons ou à Genève. Il reste curieux, se demandant ce qui fait la Suisse, sa force et son intelligence, et comment la développer encore. Non pas en se recroquevillant sur soi, mais en demeurant ouvert aux différences et prompts à apprendre des autres.

Fêter la Suisse c'est reconnaître que ce dont on bénéficie ici a été hérité de générations précédentes, que ceux qui ont construit la Suisse étaient de toutes les nationalités, et ce que l'on transmettra à la suivante, sans prétention de se l'accaparer, ne dépendra évidemment pas uniquement de ceux qui ont le passeport à croix blanche. 

Ce qui fait la beauté de la Suisse c'est d'avoir été capable de faire cohabiter les langues, les identités et les confessions différentes. Et au final, de nous inviter à accepter que l'on soit toujours un peu des étrangers chez soi.

A ceux qui voudraient faire du 1e août un espace clos et s'insurgent que la fête nationale, à Genève, se fasse main dans la main avec le Bénin, -dont ils ne connaissent très certainement rien-, nous disons simplement que ces gens trahissent les valeurs de Genève et de la Suisse, issues d'une longue tradition d'accueil, de curiosité et d'entraide.

Le vrai patriote est un étranger avide d'ouverture, pas un taulier défendant sa caverne.

 

[1] https://m.lecourrier.ch/151345/un_premier_aout_qui_fache_...

 

11:25 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook |  Imprimer | | |

18/07/2017

Les halles de l'île : lieu de culture

xfs_800x550_s100_1236074_10151912777078885_1285077189_n.jpgPassé le choc de l'annonce de la fermeture de la librairie Archigraphy, spécialisée dans le domaine de l'architecture, du design et du graphisme.[1] Passé le choc de cette nouvelle perte d'une librairie à Genève, ajout supplémentaire sur une déjà trop longue liste (Forum, Artou, Panchaud, Descombes, la librairie du Musée d'Art et d'histoire, etc...).

Passé le choc de la réduction de la diversité culturelle, alors que le peuple genevois a dit oui au prix unique du livre à Genève en 2012, et que l'on doit faire davantage pour préserver cette tradition genevoise, élément fondamental pour l'éducation, la formation culturelle et l'intégration.


Passé le choc de la crainte d'un centre-ville qui se vide de ses arcades culturelles ou commerçantes.

 

Passé le choc

Les halles de l'île, avec les 5 studios d'artiste qui les composent, sont un espace culturel important. Cet espace des halles de l'île doit demeurer un espace créatif et culturel accessible pour les habitant-e-s de Genève, si possible sous la forme d'une librairie, ou d'un espace culturel à repenser, dans le respect du Plan d'utilisation du sol et avec une vision d'ensemble pour ce lieu, au coeur de la ville.


Cette réflexion doit être menée en bonne concertation avec les acteurs culturel du lieu : l'AGACH (Association genevoise des acteurs culturels des halles de l'île) qui regroupe  la galerie Halle Nord[2], s'impliquant dans la promotion des jeunes artistes, la librairie Papier Gras[3], galerie et librairie de bande dessinée, et pourquoi pas aussi le bateau lavoir, qui n'est pas si loin; la Barje, ce qui nous rapproche de l'Usine. Il y a là un potentiel important à valoriser. Sur le modèle de l'axe du miel de la Jonction[4], il y a une jolie cohérence culturelle le long du Rhône à dessiner, aboutissant qui sait, jusqu'à la pointe de la Jonction, à la buvette éponyme. L'axe du fleuve? 


Une page se tourne, l'histoire continue

Depuis la transformation de la brasserie des Halles de l’île en 2009, on a toujours défendu les halles de l'île non comme un espace pour salary men descendant du quartier bancaire voisin, mais comme un espace cohérent, artistique, culturel, populaire, permettant de faire vivre ce lieu exceptionnel d'une manière créative.

Un projet d'initiation à la créativité et aux arts, pour les familles et les jeunes, serait passionnant à mener. Si le centre-ville semble parfois mortel les dimanches matins, ce n'est pas une fatalité.

La ville a une belle carte à jouer en ce lieu, sur cette jolie presqu'île. Le Canton, une responsabilité, vu qu'il a choisi de s'occuper de la politique du livre. Librairie, initiations culturelles pour petits et grands, lieu d'expression pour le fonds municipal d'art contemporain, les possibilités sont multiples.

La page Archigraphy se tourne, le projet culturel continue.

 

[1] https://www.lecourrier.ch/151064/archigraphy_c_est_fini

[2] http://halle-nord.ch/

[3] https://www.papiers-gras.com/accueil.html

[4] http://www.arv-ge.ch/content/visite-de-laxe-du-miel

 

..............................

sylvainthevoz.ch

 

 

12:13 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

16/07/2017

La vie est un long trek tranquille

Ce n'est pas parce que c'est juillet que j'écris plus serré ou plus juste. Ce n'est pas parce que les enfants rient que je suis satisfait. Ce n'est pas quand les gens applaudissent que le mot est formé. Ce n'est pas sans la main que se forment les blés. Les paupières sont épaisses. Les voiles sur les têtes légers. Ce n'est pas sur l'écran qu'est le masque. Beaucoup de respirations au tuba dans le bus. Je peux écarquiller les yeux ou faire semblant. Les épis sont levés pour la moisson. C'est dans le silence que le silence est donné.

Ce ne sont pas les sourcils froncés qui rassemblent. Ce ne sont pas les yeux baissés qui composent la vérité. Dans les paumes, il y a l'encre et le nom. Ce ne sont pas ces mains là qui ont pesé. Ce n'est rien de visible qui soutient. Ce n'est rien d'innommable qui peut calibrer.

Ni bandeau ni balance, ni juge ni collier. Ce n'est rien de fragile qui pourra s'affaisser. Ce n'est pas à la douane que je peux demander. C'est à la clairière où se tiennent les ruches.   

Ce n'est pas cet été que je vais sautiller. Ce n'est pas cet hiver que le bois brûlera. Ce n'est pas dans la nuit que les chats se reposent. Le lait qu'ils lapent est de pluie et de mousse. Ce n'est pas la puissance qui fait rouler les dés. Ce n'est pas le hasard qui ordonne les biches. Ce n'est rien de dicible ou visible qui met en mouvement.

Ce n'est pas assis que l'on peut s'accorder. Ce n'est pas sans sourire que l'on peut découvrir. Les obstacles sont intérieurs. Ce n'est pas la vitesse qui fait tourner la roue. Le tapis roulant ne change rien au paysage. Ce n'est pas par le don que je peux recevoir. Ce n'est pas faute d'avoir essayé. Le vieil homme s'est levé.

Ce n'est pas dans le nom qu'est l'accent. Ce n'est pas à la source que la soif est crée. Ce n'est pas sur la photo qu'est le signe de l'oiseau. Ce n'est pas l'appeau qui appelle, le chasseur qui conserve la trace. Le dernier mot est celui qui s'efface. Le premier creuse le torse et referme le poing.

C'est l'image qui compte, c'est le sucre qui pèse, c'est la langue qui lie, le prix à payer.

La vie est un long trek tranquille.

 

 ...........................................

www.sylvainthevoz.ch

 

 

 

16:19 Publié dans Littérature | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

11/07/2017

Macron dans la lumière à Lausanne... les dictateurs dans l'ombre à Genève ?

IMG_9180.JPGC'était l'événement de ce mardi. Le président français Emmanuel Macron se déplaçait à Lausanne. Au final, pas pour dire grand chose, ni proposer quoi que ce soit, mais pour faire du lobby pour Paris en vue des Jeux olympiques de 2024 ou 2028 et faire en sorte que la ville lumière rafle la mise.

Pas grand chose donc qui concerne la Suisse non plus, ni nos liens avec notre voisin français. Rien pour retenir notre intérêt au final, si ce n'est l'opportunité du côté people de la visite permettant de prendre la température de notre attrait provincial, un brin idolâtre, pour la chose parisienne. Parce que si les Suisses adorent se comparer aux Français, ce qu'ils aimeraient par-dessus tout serait d'en être les égaux dans le faste et le décorum. Peut-être? Pas sûr? Pas si simple.

 

Rochebin aux genoux d'Hidalgo   

On a donc eu droit à un gros plan au 19:30 sur le président français, par où il passait et où il dormait, à qui il serrait la main (à Gorrite plutôt qu'à Leuthard, oh dis donc le scoop). Et allez que ça se bousculait sur les photos pour pouvoir dire j'y étais, j'ai serré la main du prince, du puissant, à se demander si ça allait encore se laver les joues et les chagnottes après ce moment de gloriole. 

Ceux qui ont pu l'approcher ne pouvaient que reconnaître qu'ils n'avaient pas vraiment discuté d'autre chose que ... de rien. Bref: on était dans une pièce de Beckett, dans l'absurde. Mais à l'inverse de Godot, on n'attendait rien. Macron était bien là, mais il n'y avait rien à en dire ni en penser, et nous... rien à en faire.

C'est peut-être ça le moment médiatique : l'absurde magnifié et l'événement auto-célébré portant sur... rien. Si au moins, pendant que l'entretien Rochebin-Hidalgo tournait à une platonique ronronnade convenue, Macron avait fait du pédalo à Ouchy, on aurait pu en rigoler. Mais non, même pas! Macron ne connaîtra jamais rien du pâté de féra de la jetée de la Compagnie et de ses petits sirops de fruits rouges, c'est grand dommage pour lui (et tant mieux pour nous).   

 

Et les avions des dictateurs en marge des visites officielle : on en parle ?   

En même temps, ce n'est pas comme s'il y avait des pourparlers à Genève sur la Syrie, des manifestations devant les ambassades de Turquie pour demander la libération des militants des droits humains emprisonnés, ni que le festival de Montreux ne drainait son lot d'artistes engagés portant un discours radical sur la société (Casey), ou que l'actualité ne nous plaçait pas au coeur d'enjeux et de luttes fondamentales.

Jetez un oeil au profil twitter GVA dictator alert qui permet de voir en temps réel le nombre d'avions des régimes autoritaires se poser sur le tarmac de Cointrin. On aimerait bien avoir un peu plus de caméras sur ces visites aussi... [1] 

 

Cette agitation médiatique donne au final un sentiment de provincialisme abouti

Mettre tant de moyens pour accompagner la visite d'un chef d'Etat voisin, cela illustre peut-être aussi le fait que les plus grands admirateurs de la monarchie ne sont peut-être pas ceux qui en ont encore une (les anglais), ni ceux qui ont réussi à s'en débarrasser (les français), mais éventuellement ceux qui, comme nous, n'ont jamais pu en faire l'expérience. [2] 

Une à deux fois par an alors, nous jouons à une sorte de Ballenberg live-show, Ode aux people pour accueillir un roi étranger (chinois ou français), et voir ce que ça fait de mettre les petits plats dans les grands, tourner des hélicos dans le ciel, des navettes de police sur le lac, monter en épingle des interviews, faire crépiter flashs et caméras, avec nos édiles locaux qui se bousculent tous pour en être. Comme si le musée olympique était Versailles, et l'avenue de la Gare les champs Elysées... quitte à ce que ce soit... pour rien. 

Quant à imaginer que cela puisse, au final, servir à faire diversion face aux vrais enjeux de notre temps, il faudrait vraiment être un gâcheur de fête pour croire cela n'est-ce pas? 

Car le véritable bonheur serait que Justin Trudeau vienne prochainement à la pêche aux perches au bord du lac Léman avec Melania Trump.

 

[1] http://www.tdg.ch/economie/entreprises/Un-site-repere-les-avions-de-dictateurs-a-Cointrin/story/28750390

[2] http://www.tdg.ch/monde/brigitte-macron-adore-lausanne/st...

...................................................

www.sylvainthevoz.ch

 

 

 

 

12:12 Publié dans Air du temps, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

07/07/2017

Le creux de l'été

FullSizeRender.jpgElle est jolie cette expression du creux de l'été. On remarque, d'une semaine à l'autre, que les trains sont moins plein, les trottoirs semblent plus larges, la cadence de la circulation ralentie, les voitures naviguent presque au rythme d'une valse (image idéalisée, sur le pont du Mont-Blanc c'est techno plutôt, ou danse figée).

Surtout,  on n'entend plus chanter dans les préaux: les classes sont fermées. Un peu de silence, plus d'espace. Cela suffirait-il au bonheur? On ne sait pas trop quand il commence à se creuser le creux du creux de l'été. Pourtant on le sent venir à des petits signes, et l'on sait qu'il est pour bientôt quand déjà on est dedans.

Le creux de l'été, on le décèle aussi quand les journalistes commencent à courir après les sujets, se demandent avec un brin d'anxiété ce qu'ils vont bien pouvoir écrire durant les prochaines semaines, et comment meubler, remplir donc. Peur du vide? 

C'est aussi le début du règne des envies et donc des envieux : - quand est-ce que tu pars toi ? En juillet? C'est l'heure déjà pour les chanceux de prendre leur envol : premiers départs en vacances.  Alors quand certains sont déjà à la mer, d'autres bossent pour dix. Injustice!

Arrivent les premiers messages sur  fonds de carte postale (nécessairement ré-haussés de filtres de couleurs pour faire saliver davantage) avec odeurs de vahiné, de ristretti serrés sur des piazza de carton pâte. Et en avant pour les longs clichés des couchers de soleil saisis au creux des vagues, dans le reflet des piscines de Spritz et de rosés.

Pendant ce temps, les laborieux se consolent avec le souffle des ventilos, ou de l'air conditionné pour les mieux équipés, exposés aux rayons ultraviolet et l'infrarouge de leur ordinateur en guise de bronzette.

Nous n'ouvrirons pas ici le chapitre de l'ancestrale lutte entre juillettistes et aoûtiens, entre ceux qui regardent le tour de France au camping, vont tâter de la boue de Paléo, ou marquent d'une pierre blanche le début de Wimbledon pour le contempler le plus loin possible de chez eux.   

On ne sait pas trop quand le creux de l'été commence (certains disent à la fermeture des classes), on ne sait par conséquent pas non plus quand il finit (avec le festival de la Bâtie affirment certains)...il se pourrait bien que pour d'autres le creux de l'été signifie prolonger la farniente jusqu'au début de l'été indien... mais au final on se demande même s'il existe finalement. Tout le monde ne vit pas au rythme des vacances scolaires.

Quand le creux fait naître de l'appréhension chez certains, pour d'autres c'est la délectation : joie du ralenti, et jouir du silence. Qui fera l'étude des hyperactifs nerveux de devoir ralentir, forcés de lever le pied, de ceux qui renoncent aux vacances ou ne peuvent s'en payer, se décident à des travaux ménagers longtemps repoussés ou à des marottes occupationnelles afin de ne pas voir le temps passer ?

Le creux de l'été, c'est découvrir une autre manière de vivre les saisons et les rythmes : rencontrer la joie du ralentissement en s'adonnant à une sorte de spéléologie estivale. Et pour ceux qui en ont le temps : s'y perdre un peu... pour autant que l'on s'en autorise la liberté, bien entendu.

 

.................................

www.sylvainthevoz.ch

 

 

 

12:06 Publié dans Air du temps, Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |