sylvain thévoz

25/06/2017

Cyclistes, bas les pattes ?

C'est quand même épatant que la police municipale de la Ville de Genève, ressortant ses vélos qu'elle avait rangés au garage durant l'hiver dans l'attente de la belle saison, se mette en piste pour chasser prioritairement les cyclistes. Pas plus tard qu'avant hier, alors que je circulais au ralenti dans un joli parc de la ville, sans âme qui vive ni piéton proche de moi, arrivent trois pandores à vélo qui m'intiment de ranger mon téléphone que j'avais posé sur mon oreille pour écouter mes messages.

Ils étaient fiers, ils étaient sûrs de leur bon droit les pandores municipaux. Ils me sont tombés dessus, comme je ne les ai jamais vu faire avec un automobiliste téléphonant au volant, avec une volonté claire de me faire ranger mon téléphone dans ma poche. 

Or, nous avions bien posé une fois la question au conseil municipal pour savoir pourquoi il y avait si peu de dénonciation d'automobilistes utilisant leur téléphone au volant. La réponse d'un gradé de la police municipale faisait peur : c'est parce qu'il est difficile de les saisir sur le fait. Sous-entendu : les municipaux à vélo ciblent les cyclistes plutôt que les automobilistes parce que c'est plus simple. La loi n'est donc pas la même pour toutes et tous. Elle est uniquement appliquée en fonction de l'opportunité de cibler les contrevenants. Cela s'appelle l'arbitraire. Les automobilistes qui téléphonent au volant risquent de tuer des gens. Les cyclistes qui conduisent d'une main en écoutant leurs message, se casser leur figure uniquement. Les rails de trams sont mille fois plus dangereux pour les cyclistes que leur téléphone. Et si les policiers municipaux chassaient plutôt ceux qui enfreignent la loi que ceux qui roulent à vélo ?

Là où cela se corse encore, c'est que le policier qui me demandait de ranger mon téléphone connaissait mal la loi. Comme le rappel un article de la Tribune de Genève du 22 octobre 2012[1], ainsi que le service Interroge de la Ville de Genève :" il n'y a pas d'articles qui interdise spécifiquement de téléphoner à vélo", informe Guido Bielmann, porte-parole de l'office fédérale des routes (OFROU). Or, à défaut, c'est l'alinéa 3 de l'article sur la conduite du véhicule qui est utilisée pour sanctionner les cyclistes : "Les conducteurs de véhicule automobiles, de cyclomoteurs et de cycles, ne lâcheront pas l'appareil de direction". Bref, il faudrait, selon cette interprétation de la loi, que le cycliste aie toujours un contact avec son guidon (mais une main, deux mains?). Cela semble être une interprétation très extensive de la loi. Beaucoup de cyclistes conduisent momentanément d'une main durant leur journée. Mais surtout : comment alors indiquer des changements de direction  ?

Conformément à l'ordonnance sur la circulation routière (OCR), article 3 alinéa 3, "les cyclistes ne doivent lâcher ni le guidon ni les pédales, sauf pour indiquer un changement de direction. Ils doivent en outre vouer leur attention à la route et à la circulation, sans se laisser distraire."

Bref, un cycliste peut bien lâcher son guidon (et donc se mettre en danger) quand il est dans le trafic, car il n'a pas d'autre choix, vu que les infrastructures routières sont construites pour les véhicules motorisés avant tout.

Alors, si un cycliste n'est pas amendé quand il indique changer de direction, ne devrait-il pas l'être aussi quand il se passe la main dans les cheveux, quand il mange une glace, se passe du labello sur les lèvres, quand il lève la main pour saluer un ami, quand il lève le poing pour exprimer sa colère envers un véhicule qui l'a tassé contre le trottoir, ou ne respectant pas le mètre cinquante recommandé pour le dépasser, quand il réajuste sa veste, quand elle réajuste sa robe pendant qu'on y est ? Selon cette interprétation de la loi, oui. Haro sur les cyclistes donc, qu'ils mettent bas les pattes sur leurs guidons. 

Pour conclure, avis aux policiers municipaux qui s'acharnent sur ce qui semble à leur portée plutôt que de combattre les véritables risques mortels de la circulation -c'est-à-dire, les comportements des automobilistes envers les usagers les plus vulnérables- ; que l'on ne vous voie pas parler en radio à vos collègues, réajuster votre casque, ou indiquer de la main une direction quelconque, sinon, en effet miroir, on dégainera nos téléphones pour vous prendre en photo, pour rire (jaune) de votre partialité et sélectivité dans les délits qui conduisent à pointer du doigt des contrevenants mineurs et des usagers vulnérables plutôt que de lutter contre les vraies causes d'insécurité.        

 

[1]www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/Il-telephone-a-velo-et-e...

[2] http://www.ville-geneve.ch/index.php?id=16358&id_deta...

 

15:15 Publié dans Air du temps, Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | |

07/06/2017

Des petit coqs du Grand Conseil aux roitelets du Conseil Municipal

Il y a un peu moins d'une semaine, la Tribune de Genève faisait une étude des députés qui parlent le plus au Grand Conseil. Cette étude, pertinente, mettait en exergue les rapport de genre dans l'arène cantonale et démontrait que ceux qui tenaient le plus le crachoir étaient majoritairement des hommes quinquagénaires ou sexagénaires. Une partie des explications données par les intéressés justifiaient ces écarts avec des explications psychologisantes ou essentialistes : "Je pense qu’une femme ne s’exprime que si c’est utile. Les députées n’interviennent pas moins souvent, mais de façon plus brève. Elles ont moins besoin de s’étendre et ont souvent moins d’ego" estime ainsi une élue PLR.[1]

Mais ces explications manquent leur cible. Le décalage est avant tout politique. Il y a toujours beaucoup plus d'hommes dans les arènes législatives ; car le cadre politique les sert et justifie ces agissements. Il y a en moyenne seulement 30% de femmes dans les parlements cantonaux. La diversité y est grandement sous-représentée.

Comment changer cela ? En modifiant par exemple les horaires avec lesquels les parlements siègent, en améliorant la capacité à articuler vie professionnelle, vie privée et mandat politique, en contenant  l'agressivité croissante du débat politique, et la trop faible représentation des femmes dans les médias et le domaine public. Enfin que les partis politiques s'imposent une juste représentativité, par le biais des quotas, notamment.     

Car les hommes se royaument encore trop facilement dans des espaces faits pour les hommes par les hommes. Ils héritent d'un pouvoir qui leur est difficilement contestable, car ils usent multiples stratégies pour le conserver allant des discriminations, aux dénigrements en passant par la cooptation.

Dans les faits, les députés masculins parlent aussi 27% plus longuement que les femmes en moyenne. Non, ce n'est pas la timidité qui est en cause, mais les mécanismes constants de discrimination et de délégitimisation.

Illustration de ce pouvoir masculin ? Au conseil municipal de la Ville de Genève ce mardi, la plénière devait renouveler son président. Exit Rémy Burri (PLR) qui avait succédé à Carlos Medeiros (MCG). Et ô, mais quelle surprise, la droite présentait pour truster les places de la présidence trois hommes de plus de 50 ans : Jean-Charles Lathion (PDC), Eric Bertinat (UDC) et Pascal Spuhler (MCG), laissant aux femmes les postes de...  secrétaires.  

Des petits coqs du Grand Conseil aux roitelets du conseil municipal, une constance s'affiche, celle de la domination masculine d'un autre siècle, soutenue par la droite qui, la tradition à bon dos, refuse de céder un pouce de son pouvoir, au détriment des valeurs de représentativité et de démocratie.

Dans les faits, 50% de la population se voit tout bonnement privée de toute représentativité aux postes de pouvoir. Ce n'est pas la psychologie ou un quelconque essentialisme qui l'explique, mais des rapports de pouvoir et de domination, qui laisseraient entendre qu'en 2017, il serait acceptable d'imposer à la société une direction uniquement composée de mâles, et cela sans aucun lien avec des compétences ou des qualités spécifiques, mais uniquement par le fait d'un argument mineur : leur sexe masculin.

Contre les petits Trump en herbe, qu'ils soient des coqs ou des roitelets, nous n'avons qu'un mot: apprenez à partager le pouvoir, ou on vous rasera la crête. 

 

[1] http://longforms.tdg.ch/grandconseil/

 

......................................

www.sylvainthevoz.ch

07:34 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook |  Imprimer | | |

05/06/2017

Moi, François Hollande, ex-président de la République

Qu'est-ce que je fais faire maintenant? C'est la question que tout le monde me pose. Bon, c'était déjà celle que l'on me demandait pendant que j'étais président. Tout le monde alors semblait se foutre de ma réponse. Mais maintenant, il y a une importance folle à ce que je dise si je vais planter des pivoines à Trouville, me chercher un appartement à Tulle, ou finalement habiter avec Julie Gayet. Peut-être donner des conférences, créer ma fondation, ça ce serait dans mes cordes (même si les journalistes semblent en douter); ce que tout chef d'état bien constitué fait. J'ai démontré que le pouvoir on peut s'en détacher. Il n'y en a pas beaucoup qui y arrivent. Angela, tout le monde veut la garder, elle n'arrive pas à décrocher. Vladimir on aimerait bien s'en débarrasser mais on n'y arrive pas. Franchement, ils n'ont jamais été mes modèles.

Je vais peut-être vous étonner, mais pas de retraite anticipée pour moi. Je vais écrire un livre pour dire ma vérité. Certes, j'aurai dû le faire il y a longtemps. Ce mauvais livre écrit par des journalistes durant mon quinquennat m'a plombé. Rien que le titre "un président ne devrait pas dire ça"... ridicule, alors que, au final, je n'ai pratiquement jamais rien dit.

Maintenant que je suis certain que personne ne lira mes mémoires, c'est le bon moment pour les écrire. Je n'ai jamais aimé aller avec le courant. Ce qui a fait mon style, c'est toujours d'avoir un temps de retard. Certains disent: "en marche", moi ça a toujours été, résolument : "à reculons". J'aurai essayé d'imposer ma marque à la France, mais c'est allé trop vite. Je n'ai pas été compris. Pas sûr qu'un livre va me relancer, mais un bouquin me permettra de laisser ma trace dans l'histoire. Et tant pis si c'est celle d'un animal blessé. Chasseur ou gibier, il fallait choisir son camp. Je n'ai jamais aimé les fusils. Mitterrand a laissé une bibliothèque, je laisserai 200 pages. C'est ainsi. 

Je demanderai à Manuel d'écrire la préface, lui aussi tire le diable par la queue. Mais pas de regrets, ni remords. Si vous étiez à ma place vous sauriez ce que c'est que de diriger la France. Maintenant je vais devoir affronter plus compliqué : gérer ma vie. Je ne sais pas quel défi est le plus grand, mais si j'ai loupé le premier, je me sens capable de réussir le second. Faudrait juste que j'arrête la politique. Bien que personne ne me le demande, et que personne n'aimerai m'avoir dans les pattes, je suis quand même obligé de dire que je reste dans la course. J'aimerai continuer, parce que sans la politique, qu'est-ce qui va me rester? Je pourrai bien, sur un malentendu, réussir quelque chose.

Pourquoi insister ? Par peur de m'ennuyer c'est clair, mais surtout parce que je crois que j'ai de réelles compétences pour aider mon pays à se redresser. Mes meilleurs amis me disent que si je veux assister au redressement de la France, la meilleure chose à faire ce serait de m'en tenir éloigné. C'est vache. C'est beaucoup de cruauté la politique. Mais je dois bien reconnaître qu'ils ont un peu raison, les rosses.

Comme j'ai toujours fait l'inverse de ce que je pensais juste et ne me suis jamais écouté, je vais quand même l'écrire ce bouquin. Peut-être que, en 2023 qui sait, ma chance reviendra. Après tout, j'avais la place pour passer face à Emmanuel, et si je ne m'étais pas retiré, je serai encore à l'Elysée (ils m'ont tous dit ça, ceux qui m'ont poussé à jeter l'éponge).

Revenir à l'Elysée ? Pour y faire quoi? Je ne sais pas. Mais pour sûr, mes mémoires seront plus épaisses et se vendront mieux, ce qui compte quand même. Je pourrai aussi mieux me faire comprendre, même si je n'ai jamais eu grand chose à dire.

Et si les français-es ne me comprennent toujours pas, malgré ma pédagogie, mon sens politique, je n'ai qu'une explication : c'est le temps de bien me faire comprendre qui m'a manqué.

Peut-être que je suis lent, peut-être que j'avance au ralenti. Mais franchement, sans me chercher d'excuses, tout ça est allé très vite. Une petite pause me fera le plus grand bien.

Je promets de revenir. Je ne suis pas comme Lionel, qui a choisi de disparaître, la France a besoin de moi, tant qu'il y a de la vie il y a de l'espoir. Enfin, c'est mon flair politique qui me le dit. Moi, François Hollande, ex-président de la République.    

 

......................

www.sylvainthevoz.ch

 

 

18:53 Publié dans Air du temps, Humeur | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : hollande, présidence, france | |  Facebook |  Imprimer | | |