sylvain thévoz

07/06/2017

Des petit coqs du Grand Conseil aux roitelets du Conseil Municipal

Il y a un peu moins d'une semaine, la Tribune de Genève faisait une étude des députés qui parlent le plus au Grand Conseil. Cette étude, pertinente, mettait en exergue les rapport de genre dans l'arène cantonale et démontrait que ceux qui tenaient le plus le crachoir étaient majoritairement des hommes quinquagénaires ou sexagénaires. Une partie des explications données par les intéressés justifiaient ces écarts avec des explications psychologisantes ou essentialistes : "Je pense qu’une femme ne s’exprime que si c’est utile. Les députées n’interviennent pas moins souvent, mais de façon plus brève. Elles ont moins besoin de s’étendre et ont souvent moins d’ego" estime ainsi une élue PLR.[1]

Mais ces explications manquent leur cible. Le décalage est avant tout politique. Il y a toujours beaucoup plus d'hommes dans les arènes législatives ; car le cadre politique les sert et justifie ces agissements. Il y a en moyenne seulement 30% de femmes dans les parlements cantonaux. La diversité y est grandement sous-représentée.

Comment changer cela ? En modifiant par exemple les horaires avec lesquels les parlements siègent, en améliorant la capacité à articuler vie professionnelle, vie privée et mandat politique, en contenant  l'agressivité croissante du débat politique, et la trop faible représentation des femmes dans les médias et le domaine public. Enfin que les partis politiques s'imposent une juste représentativité, par le biais des quotas, notamment.     

Car les hommes se royaument encore trop facilement dans des espaces faits pour les hommes par les hommes. Ils héritent d'un pouvoir qui leur est difficilement contestable, car ils usent multiples stratégies pour le conserver allant des discriminations, aux dénigrements en passant par la cooptation.

Dans les faits, les députés masculins parlent aussi 27% plus longuement que les femmes en moyenne. Non, ce n'est pas la timidité qui est en cause, mais les mécanismes constants de discrimination et de délégitimisation.

Illustration de ce pouvoir masculin ? Au conseil municipal de la Ville de Genève ce mardi, la plénière devait renouveler son président. Exit Rémy Burri (PLR) qui avait succédé à Carlos Medeiros (MCG). Et ô, mais quelle surprise, la droite présentait pour truster les places de la présidence trois hommes de plus de 50 ans : Jean-Charles Lathion (PDC), Eric Bertinat (UDC) et Pascal Spuhler (MCG), laissant aux femmes les postes de...  secrétaires.  

Des petits coqs du Grand Conseil aux roitelets du conseil municipal, une constance s'affiche, celle de la domination masculine d'un autre siècle, soutenue par la droite qui, la tradition à bon dos, refuse de céder un pouce de son pouvoir, au détriment des valeurs de représentativité et de démocratie.

Dans les faits, 50% de la population se voit tout bonnement privée de toute représentativité aux postes de pouvoir. Ce n'est pas la psychologie ou un quelconque essentialisme qui l'explique, mais des rapports de pouvoir et de domination, qui laisseraient entendre qu'en 2017, il serait acceptable d'imposer à la société une direction uniquement composée de mâles, et cela sans aucun lien avec des compétences ou des qualités spécifiques, mais uniquement par le fait d'un argument mineur : leur sexe masculin.

Contre les petits Trump en herbe, qu'ils soient des coqs ou des roitelets, nous n'avons qu'un mot: apprenez à partager le pouvoir, ou on vous rasera la crête. 

 

[1] http://longforms.tdg.ch/grandconseil/

 

......................................

www.sylvainthevoz.ch

07:34 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.