sylvain thévoz

28/05/2017

Ma rencontre avec un coucou de l'apocalypse

Tu es sous une tente rouge et devant toi une table. Et sur cette table des papiers et devant un jeune homme qui te regarde fixement, tout droit, et sans bonjour ni salut, dit : le monde est pourri, il n'y a rien de bon qui en sortira. Regarde, des attentats partout, des enfants qui meurent partout, et les religions qui foutent le bordel entre les gens partout, et ça c'est à cause des migrants surtout et des gens qui viennent d'ailleurs et nous prennent notre boulot et notre sécurité, et des gens comme vous qui ne dites rien et quand vous dites quelque chose, c'est pour ne rien faire. Les musulmans, les arabes, les pédés, c'est ça qui nous fout en bas, et la finance mondiale et le coca tiède et l'impérialisme chinois et les pizzas surgelées, il dit.

Il assène cela comme un fanatique au noviciat, un mec sous drogue mais pourtant sans ciller, pareil à un coucou qui sort sa tête de sa cabane pour piailler, que l'on aurait remonté jusqu'à ce que le ressort soit prêt à péter mais qui va toujours tout droit, toujours dans la même direction, inflexible, sûr de ce qu'il dit (qui semble pourtant la vérité d'un autre), certain de ce qui sort de sa bouche (même s'il ne semble pas la contrôler) avec une responsabilité du monde toujours dans les bras d'un autre, jamais de la sienne. 

S'il ne t'avait pas parlé, peut-être bien que quelque chose en lui aurait cédé ou explosé, tellement ça semble comprimé sous ses côtes et dans sa tête. Il sort le cou de sa cabane et le rentre vite dedans. Comme s'il avait peur aussi. Très remonté. Très effrayé. Il parle encore, jusqu'à ce que le mécanisme ralentisse petit à petit. Alors, ça file moins droit, et il y a de l'espace qui se fait. Tu l'écoutes, cherches à placer un peu de silence et comprendre. Comme il a pu se vider, peut-être est-il possible de dialoguer maintenant.

Tu as cette image du robinet que l'on ouvre après un long moment sans utilisation. Il en sort de l'eau rouillée et sale durant un bon moment avant que l'eau potable ne revienne.

Hé, mais pourquoi ce jeune gars dit tout cela. Hé, mais pourquoi il a besoin de te le dire à toi, si tout est pourri, que le monde dont il parle il ne le connait pas  - de toute évidence, on n'en fait pas le tour en 10mn- , et que ceux qu'il évoque, il les a à peine rencontré (à part ce qu'en disent les écrans qui lui en donnent une image déformée). Ce qu'il connaît de première main est effectivement vaseux mais se trouve sur ses yeux : la crasse que les écrans charrient, l'éloignant de lui, incriminant d'autres. 

Son image déformée et catastrophiste du monde, il s'engage à te prouver scientifiquement qu'elle est exacte, que c'est comme ça, que c'est pourri et foutu, accusant les sodomites, les moutons noirs, les nez crochus, le mauvais vin, les heures de fermeture des magasins, et surtout, avant toute chose, les Migrants (en gros : tous ceux qui ne sont pas d'ici mais quand même pas en provenance d'un pays avec un gros PIB, faut pas déconner). Parce que c'était mieux avant, quand le monde était intact et pur et préservé (juste après l'extinction des mamouths), beaucoup mieux lyophilisé.

Il empile des colonnes de mauvaises nouvelles et de chiffres tronqués sur son boulier d'apocalypse, formant une structure plus précise et complotiste que la plus parfaite des oeuvres de Michel Ange. Il parle des fémurs de vieilles dames brisées, des enfants à qui on coupe des bras pour mendier, et même des arrêts cardiaques au moment de l'orgasme... pour dire combien le monde est cruel.

Mais pourquoi a-t-il tellement besoin de le dire, pourquoi sa vérité ne lui suffit-elle pas pour vivre? Il commence à s'essouffler. Tu glisses : 

- Hé, mais tu parles de quoi en fait ?

- Eh mec je te parle de la misère du monde et de tous ces enfoirés là qui me laissent de côté.

- Hé, mais pourquoi tu commences pas par ça : "ces enfoirés là qui me laissent de côté", et cherches où toi tu veux aller, plutôt que de délirer sur le chemin des autres?

Il repart pour une boucle, répétant ce que disent ses sites de prédilection, fait du copié coller avec des vérités, du pliage et des origamis avec Closer, l'Equipe et 20mn mixés. A part son copain Abdel, tous les autres sont pourris délinquants ou criminels, et le moindre geste d'entraide semble s'être définitivement retiré de ce monde, ne laissant qu'un horizon carbonisé sur lequel on se demande encore comment le soleil peut se lever et le soir basculer sans que le feu ne se répande partout, et surtout comment lui peut encore respirer, se savonnant le matin avec un discours de l'UDC, pour s'endormir le soir avec un prêche de Dieudonné en guise d'oreiller.

- Parce qu'il faut que l'on soit en insécurité pour être bien cadré ?

- Quoi ?

- Parce qu'il te faut une menace extérieure, que l'hostilité la pourriture et le mal soient toujours ailleurs qu'en toi ?

- Tu déconnes mec, tu es un cinglé et je vais te casser la gueule si tu continues à m'insulter.

 

Mais hé, il lui vient une idée. Si pour sûr on va vers l'apocalypse, la destruction généralisée, il se pourrait bien, oui, il se pourrait quand même, voire, il se pourrait malgré tout, qu'il y ait encore un été et des cerises et du basilic sur le marché, et même des piscines ouvertes, allez, et de la bière fraîche l'été dans les parcs, et ça, ça le fait sourire largement. Oui ça, ça le fait rêver ...

 

- Hé, mais pourquoi tu parles toujours des autres et jamais de toi, de ce que tu veux faire, et de ce qu'il te manque dans ta vie pour désirer ? 

- Mec, j'aimerai posséder ce que je crois que mon voisin a, ou retrouver ce que je croyais avoir, c'est mon droit. 

- Et pourquoi tu me le dis à moi, et commences pas à le chercher ?

- Parce que je ne sais pas par où commencer, bordel, ni comment, ni même avec qui. Parce qu'à part Abdel, avec qui je dors le soir collé - et encore il ronfle- je n'ai pas de proche, et que c'est quand même plus simple à vivre blindé, qu'exposé en affrontant cette vie là en l'empoignant sans savoir ce qui va arriver ni même le contrôler, okay? Au moins les murs, ça permet de cacher l'horizon. L'ouverture, ça fait flipper.

- Et si tu restais un moment pour boire un café et en discuter? Je trouve pas mal ce que tu racontes.

- Hé mec ouais, je veux bien. De toute façon, là, je n'ai rien d'autres à faire que de te parler, et si ça peut t'apprendre quelque chose et t'aider, je veux bien essayer... 

 

...............................

www.sylvainthevoz.ch

 

 

14:20 Publié dans Genève, Littérature | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

La paille et la poutre. On enseigne le mieux ce qu'on a le plus besoin d'apprendre.
Selon les théories les plus récentes de la physique, dans la foulée des découvertes d'Einstein, on apprend que l'univers est non seulement en expansion, mais qu'il va de l'ordre au chaos.
On ne va donc pas s'ennuyer...
https://www.youtube.com/watch?v=lVJd3VfdRps

Écrit par : Pierre Jenni | 28/05/2017

Répondre à ce commentaire

Surtout si les volcans Toba/Yellowstone/Les champs Phlégréens explosent ne même temps, ce qui risque d'arriver à tout instant! -Allo la Terre?????

Écrit par : dominique degoumois | 28/05/2017

Le maître spirituel français d'origine bulgare Omraam Mikhaël Aïvanhov (1900-1980) abordant l'apparent chaos contemporain disait qu'il n'y a rien é faire sinon qu'à ne pas se laisser rendre malades

Krisnamurti, lui, affirmait que ce qui nous choque le plus nous concerne, nous interpelle...

Le jeune homme que vous nous présentez, Sylvain Thévoz, s'exprime, pour la forme, selon sa situation sociale, pour le fond selon ou à partir de ce que nous entendons ou lisons chaque jour.

Prenez garde, prévient l'Evangile, de "ne mépriser aucun de ces petits"!

La fin du monde, vue de l'Inde après la création qui nous fait évoluer du chaos primordial en des temps (relatifs) de bien-être et d'harmonie ou d'ordre "bien compris" nous fait ensuite involuer jusqu'au chaos

Mais si l'âme, corps causal, est un peu comme un oiseau!?

Guidée par un autre oiseau, de "feu": l'Esprit-Saint...

Écrit par : Myriam Belakovsky | 28/05/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.