sylvain thévoz

31/12/2016

Il ne faut pas tourner la page

Ce samedi 31 décembre, fredonner la chanson de Nougaro serait bien approprié. Pourtant, non, on ne veut pas tourner la page, ni changer de paysage. On rechigne à faire comme si, par magie et dans les pétarades du soir, les fulgurances des cotillons, cette année écoulée magiquement se dissiperai... et hop les compteurs seraient remis à zéro pour repartir du bon pied? Non.

Il n'y a pas de grâce présidentielle pour l'année écoulée. Elle s'empile à la précédente qui s'empile à la précédente qui s'appuie sur un héritage qui se cumule. La magie du nouvel an est une crémeuse fumisterie. Rien n'est classé, liquidé, résilié. Non, de cette année 2016 nous ne serons pas quittes à minuit.

 

Dimanche 1e janvier : 366e jour de l'année 

On va s'y efforcer quand même? Faire sauter quelques bouchons, valser les bouteilles, trinquer, guincher, s'alka-seltzeriser? Et s'embrasser? S'embrasser, oui! Il nous faudra encore bien quelques jours pour ne pas dater de 2016 les premiers courriers de l'année. Mais enfin, si on y réfléchit, qui écrit encore des courriers aujourd'hui, et les date même ? Les courriels ont une mise à jour automatique, plus besoin de les dater, de remonter les pendules, de retourner les clepsydres, secouer les coucous. La machine se charge elle-même de se remettre à jour. Nous allons avec le mouvement, et n'avons pas avancé depuis les grecs : le champagne que nous buvons le soir du 31 est-il toujours le même ou chaque fois différent ? Héraclite a la gueule de bois.  

Le compte à rebours : ultime ringardise

Le domaine commun, aujourd'hui, c'est le changement, la fulgurance, le dépassement de soi. Le 31 décembre est devenu la fête la plus lente qui soit, la seule qui fait du temps son unique enjeu et ne célèbre que son passage dans une période où la fuite en avant est continue.

Or, quand le temps n'est plus qu'à la course, à quoi bon célébrer encore l'accélération? Le 31 se voudrait la fête du dépassement, elle devient paradoxalement celle du ralentissement, de la rétrospective, voire de la nostalgie; le seul moment de l'année où l'on fait encore un compte à rebours de 10 à zéro pour sourire béatement sur un zéro qu'on voudrait prolonger à l'infini. Alors qu'on ne fait même plus de compte à rebours pour envoyer des satellites dans l'espace, on continue à faire le compte à rebours pour les cotillons. Beau. 

 

Le temps n'est pas à la fête 

Pas de jour de repos, pas de trêve, pas de vieux cahier des charges à jeter, même plus d'agenda à changer, la mise à jour se met automatiquement à jour sur le smartphone.

Pas de silence à faire, tout continue comme avant, rien de neuf et de nouveau. Plus de résolutions, d'ailleurs, on y croit plus vraiment. A peine un nouvel abonnement de fitness à offrir, histoire d'y aller pour 3 semaines, on verra pour la suite... un promesse d'arrêter de fumer? ça devrait tenir les 3 premiers mois, après on se remettra à torailler.

Non, il ne faut pas tourner la page, rien ne change vraiment le 31 décembre, mais quel joli prétexte pour festoyer un peu quand même.

Il n'y a plus rien à fêter le 31. Mais avec un brin de distraction, on passe même à la nouvelle année sans s'en rendre compte. Hommage à ceux qui bossent ce soir, et ceux qui se couchent à 22h après un repas sommaire, réveillonnent avec une bande-dessinée.  Et à ceux qui s'embrassent, malgré tout, toujours!

 

www.sylvainthevoz.ch

 

 

 

 

18:02 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

28/12/2016

Quelle collaboration suisse avec un état colonial ?

 

israël,palestine,onu,résolution,coloniesLe vote, le vendredi 23 décembre, par 14 pays et l'abstention notable des Etats-Unis, de la résolution 2334 du conseil de sécurité de l'ONU, énonce clairement que les colonies d'Israël, toute les colonies, dans les territoires occupés de Cisjordanie et de Jérusalem sont illégales.[1]

 

Il devient dès lors impossible, pour le monde entier, de faire comme si, ou de légitimer l'occupation de quelque manière que ce soit. Ce vote marque un moment important pour la reconnaissance du droit du peuple palestinien; un tournant dans une histoire emplie de méandres. S'il n'y a pas de quoi tomber dans l'euphorie, cette résolution est clairement un jalon, suite aux nombreuses résolutions réaffirmant la primauté du droit international sur la logique d'annexion.[2]

   

Une résolution de plus, un pas vers le changement?

Le gouvernement Netanyahou a beau s'agiter dans tous les sens, vitupérer, menacer ses alliés ayant voté cette résolution (France, Angleterre, Nouvelle-Zélande) l'onde de choc est profonde et marque une prise de conscience du cul-de-sac dans lequel la politique du gouvernement Netanyahou entraîne son pays. Si les Etats-Unis s'abstiennent de faire usage de leur droit de veto pour protéger leur allié, le passe-droit permettant d'accaparer une terre au mépris du droit international se retourne en acte d'accusation.[3]

La fébrilité actuelle, en Israël, illustre le fait que les sanctions internationales ne sont pas indolores. Les atermoiements de Natanyahou, entre menaces et coups d'éclats : annonces de nouvelles colonies, puis leur mise en suspens, l'illustre. Le gouvernement israélien ne peut se permettre d'être politiquement mis aux bans des nations. La bataille des consciences et de l'image est un enjeu important. La colonisation tient encore, en 2016, par le seul fait d'être encore suffisamment légitimée aux yeux de la communauté internationale comme un "état de fait".[4]

 

Une victoire pour BDS !

Cette résolution 2334 est une victoire importante pour les mouvements dénonçant l'occupation israélienne. Elle marque une légitimité renforcée pour le mouvement du BDS (Boycott Désinvestissement Sanctions), qui trouve dans cette résolution du conseil de sécurité une caution internationale à sa dénonciation d'un état hors-la-loi.

Surtout, elle démontre que les moyens d'actions du BDS sont articulés d'une manière cohérente. Ils permettent d'actualiser dans des faits des décisions politiques, et de tendre vers la justice sociale, en haussant le niveau de conscience des populations concernées.

Alors que le ballet du Grand théâtre de Genève et le ballet Béjart Lausanne achèvent une tournée polémique à Tel-Aviv, malgré les avertissements du BDS, la résolution de l'ONU tombe à pic pour rappeler les risques de danser avec l'apartheid. Le dégât d'image étant fait, on peut désormais espérer que l'agenda 2017 des tournées de ces vénérables institutions sera plus solidaire et politiquement mieux inspiré. 

 

israël,palestine,onu,résolution,coloniesContinuer comme avant ?

Cette résolution du Conseil de sécurité conduit désormais directement à s'interroger sur la politique que la Suisse va désormais mener vis-à-vis d'Israël.

Pour rappel, Israël était, en 2015 le troisième partenaire commercial de la Suisse au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, après les Emirats Arabes Unis et l'Arabie Saoudite. Les biens exportés en Israël sont les produits pharmaceutiques, comptant pour plus d’un tiers des exportations (35%), les pierres précieuses et la bijouterie (19% principalement des diamants), ainsi que des machines (14%), des produits horlogers (7%) et agricoles (6%). Les importations d’Israël sont principalement constituées de pierres précieuses et de bijoux (diamants), comptant pour 66.4% du total.[5]

Est-il vraiment envisageable de continuer ce commerce comme si rien ne s'était passé ce 23 décembre 2016?

 

Quel impact, en Suisse, pour cette résolution de l'ONU ?

Certes, il n'est pas certain que la résolution de l'ONU dénonçant la politique de colonisation d'Israël puisse faire rapidement évoluer la situation dans les territoires occupés.

Toutefois, elle doit être reçue comme un signal important pour revoir la politique menée en Suisse à l'égard d'Israël.

Les positions de la Suisse doivent se fonder sur le respect inconditionnel des droits humains, du droit international, et de sa propre neutralité, garante de la paix.

Alors que le gouvernement israélien est condamné par la communauté internationale, il semblerait anachronique et dangereux que notre pays poursuive sa politique d'étroite collaboration économique, militaire, culturelle, avec un état désormais hors-la-loi.

Aux parlementaires fédéraux, aux élus, aux citoyens, consommateurs que nous sommes, de marquer la différence, par le boycott, le désinvestissement, et les sanctions, à l'égard d'Israël, et de faire pression sur notre gouvernement pour que lui aussi passe à l'acte. 

Refuser la collaboration en Suisse avec les états coloniaux, c'est un choix en faveur de la paix.

 

 

[1] https://electronicintifada.net/blogs/ali-abunimah/israel-punishes-world-after-un-vote

[2] https://www.monde-diplomatique.fr/2009/02/A/16775

[3]http://www.haaretz.com/opinion/.premium-1.761114

[4]https://www.letemps.ch/monde/2016/12/26/colonies-rage-net...

[5]https://www.seco.admin.ch/seco/fr/home/Aussenwirtschaftsp...

 

Photo : Afrique du Sud, 1992 - Enfants de Soweto au trempoline - James Nachtwey-  http://www.jamesnachtwey.com

...............................

www.sylvainthevoz.ch

17:05 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : israël, palestine, onu, résolution, colonies | |  Facebook |  Imprimer | | |

27/12/2016

Madonna peut aller se faire foutre

 

C'est devenu un rituel remarquable. A chaque star du showbizz qui casse sa pipe, à un âge respectable pourtant ou comme conséquence inéluctable d'une vie flambée, la litanie de la plainte grandit et se déverse sur les réseaux sociaux sous forme d'hommage et de complainte charitable où chacun en profite pour confesser ses premiers slows ou refrains fredonnées sous les vibratos de la star; exhumer s'il le peut une photo, un truc griffonnée avec son icône et où, au final, la mort de l'autre devient encore le lieu d'un culte de soi et d'une mise en avant de son propre vécu sur le dos des osselets fumants d'un roi de la pop ou du rock.

 

Orgie d'egos

Les petits mausolées numériques (aussi vite érigés qu'abandonnés) deviennent, au fil des mois, les tas grossiers d'une orgie compassionnelle devenant d'autant plus ridicules ou vulgaires que, forcément, le temps passe et les morts balisent le calendrier au rythme des saisons.

On ne sait plus trop distinguer alors qui mérite son mausolée ou pas, qui est laissé de côté et qui devient un martyre auréolé de strass, de pixels et de paillettes, le tout dans un scintillement approchant la saturation au fur et à mesure que la fin d'année approche et que la baudruche mortifère grandit... la répétition d'une expression de compassion numérique devenant de plus en plus guignolesque... heureusement, la nouvelle année remettra les compteurs à zéro... ouf, on a failli imploser. Mais quoi, le même cirque recommencera dès janvier. C'est ainsi, c'est la vie. 

On arrive ainsi au pic de l'éblouissement lorsque Madonna[1], suite à un deuil de trop, ou comme un ultime nombrilisme, propose à 2016 d'aller se faire foutre... hé, bravache la petite, il suffirait de peu que 2016 ne décide qu'elle aussi a fait son temps, et malgré la toute puissance de l'image et de l'argent, il soit temps pour elle, comme pour tout un chacun, de rendre l'âme et le tablier ...  Eh quoi une poignée de pop-stars meurent et elle envoie toute une année au diable? 

 

Il n'y a pas que les stars qui meurent il y a tous les péquins aussi

Car enfin, ça n'arrête pas de claquer sur cette planète. A la pelle même, des morts anonymes dans les ruines d'Alep, au Yemen, au Nigéria, en Irak, en Afghanistan, dans les prisons, les  brousses, les steppes, les ems, les océans et les hôpitaux du monde entier, ça tombe et ça meurt, ça naît et ça disparaît, à un rythme autrement plus élevé que la poignée de stars qui ont disparu cette année et semblent pourtant engloutir avec eux une partie de l'univers. 

Bien sûr que je ne suis pas insensible à la mort de Fidel Castro, de George Michael ou au dernier souffle de Leonard Cohen, c'est dramatique, mais franchement, tant que des enfants continueront de mourir en silence et dans l'anonymat complet, sans que l'on soit capable de sortir l'Occident de ses deux postures favorites : impuissance ou charité...

Madonna peut aller se faire foutre.   

 

 

[1]http://www.lemonde.fr/culture/article/2016/12/26/george-michael-est-mort_5053868_3246.html

 

 ..............................

www.sylvainthevoz.ch

13:48 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : star sytem, showbizz, justice, égalité | |  Facebook |  Imprimer | | |

21/12/2016

Budget de la Ville de Genève : le PLR refusera-t-il encore l'obstacle?

saut-obstacles-problemes-abords-1.jpgLa Ville de Genève aura-t-elle un budget pour 2017 ce jeudi? Rien n'est moins sûr. La faute aux atermoiements du PLR, de l'extrême gauche et de l'extrême droite. Ces derniers, après avoir choisi, durant 3 mois, soit de septembre à décembre de ne pas amender le budget proposé par le Conseil Administratif, ni de travailler sur celui-ci, se sont réveillés... pour choisir de ne rien faire et d'attendre encore avant de décider quoi que ce soit, se mettant au passage dans une infantile posture victimaire.

 

Ce n'est pas à la population d'en faire les frais   

Le budget présenté par le Conseil Administratif est à l'équilibre. Il est même un brin bénéficiaire. Il garantit les prestations à la population, les conditions cadres de l'exercice des services publics, alors même que la population et ses besoins sont croissants. C'est devant un budget responsable et équilibré que les forces politiques de droite et de l'extrême gauche jouent aux enfants colériques (mais sans amener de véritables revendications).  

Lors de la plénière du 10 décembre dernier, une pluie d'amendements, aussi tardifs qu'une première neige est tombée sur le parlement municipal. Le groupe MCG n'a rien trouvé de plus malin d'agglomérer une majorité constituée de PLR, d'UDC, d'extrême gauche et de quelques verts, pour renvoyer l'examen de ces amendements en commission.

En équitation on appelle cela un refus devant l'obstacle. Sandrine Salerno a eu beau tirer sur les rênes pour faire avancer l'attelage, rien à faire. Depuis, il ne s'est pas passé grand chose. Les élus rétifs tournent en rond devant l'obstacle et refusent d'assumer la responsabilité de leur plantage.  

En commission des finances, le Président du Conseil d'Etat, François Longchamp est venu en personne remonter les bretelles des conseillers municipaux, leur rappelant leurs devoirs et les limites de leurs pouvoirs. Les conseillers administratifs sont revenus rappeler une enième fois qu'un budget est une autorisation de dépenses, et qu'au final, c'est aux comptes que tout se joue, que ce budget est bon et qu'avec un peu de volonté il est possible de sauter l'obstacle... mais certains traînent encore des sabots.

Au passage, ce sont de nouvelles auditions qui ont été votées, quelques dizaines de milliers de francs dépensée pour faire siéger des élus qui ne savent, au final, toujours pas ce qu'ils veulent ni comment l'obtenir, et font de l'obstruction parlementaire alors qu'ils sont majoritaires. 

 

PLR et Extrême gauche cul et chemise pour saboter le vote du budget

Le PLR peut hurler au complot tant qu'il peut, répéter que le Conseil Administratif n'a pas fait son travail, ils ne trompent personne. Les faits sont têtus. On ne peut à la fois être majoritaire dans une arène politique et faire une politique d'obstruction et de délégitimation aussi massive. Le PLR montre là un visage d'incurie. Lui, pourtant si prompt à donner des leçons de bonne gestion et d'efficacité... les PME et l'économie apprécieront le trouble et l'incertitude que ce parti crée de toute pièce.

Que l'extrême gauche s'acoquine avec le PLR et oublie qu'il a en la personne de Rémy Pagani un responsable de l'exécutif est par ailleurs dramatique. Si c'est la stratégie de la rupture que l'extrême gauche veut jouer, que Pagani démissionne, plutôt que de laisser saboter un budget nécessaire à la collectivité. Ce ne sont pas aux habitant-e-s de payer les tâtonnements idéologiques de l'extrême gauche.

La posture du PDC est bien plus claire. Le groupe a choisit d'assumer ses responsabilités et d'aller de l'avant. 

 

Incertitudes devant l'obstacle

Que va-t-il se passer ce jeudi ? Différents scénarios se dessinent : soit le PLR, l'extrême gauche et l'extrême droite se rappellent à leurs devoirs, arrêtent leur pantalonnade et votent le budget amendé par leurs soins, soit la Ville n'aura pas de budget et fonctionnera sur ce que l'on appelle les 12e provisionnels, soit des autorisations de dépenses votées chaque mois chargeant inutilement l'administration et l'appareil bureaucratique d'une manière coûteuse.

La droite élargie acceptera-t-elle enfin de sauter l'obstacle ou tournera-t-elle casaque, faisant perdre encore des centaines de milliers de francs à la collectivité? On doit espérer que, dans chaque écurie, des élu-e-s sauront prendre leur responsabilité pour avancer et éviter de sombrer dans l'indigence.

Car le niveau a déjà bien baissé. Refuser encore l'obstacle reviendra à ramper à quatre pattes. Certes, les aplatis dénonceront ensuite la vilaine gauche, le méchant conseil administratif.

Mais il n'empêche, quand on ne veut pas passer des obstacles, on devrait en rester à l'accompagnement de poneys, pas au vote du budget de plus d'un milliard de la deuxième ville de Suisse.   

 

 

..............................

www.sylvainthevoz.ch

 

15:15 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : budget, ville de genève, finances, plr, obstacle | |  Facebook |  Imprimer | | |

20/12/2016

Alleluia Noël : apnée ou respiration?

noël,fêteNous ne nous laisserons pas emporter par la dépression, par les déflagrations. Cela a beau péter de tous côté, donner l'impression que c'est la fin du monde, la fin de l'histoire, qu'il n'y aura plus rien après notre prochain souffle - hé surprise tu es encore là toi?- nous ne nous laisserons pas tomber.

L'après vient, il est en gestation, maintenant, dépend de nos engagements, nos grandes petites mains, plongées dans le mystère du miracle d'être, du devenir gigotant avec, dans notre tube gastrique, en gestation dans la soupe primordiale colorée de milliers de calories tourbillonnantes, pour gérer l'angoisse post-brexit, post-trumpiste, pré-lepensite ou que sais-je : la farouche volonté d'être.

La farouche volonté d'aimer, de se tromper, d'oser, de recommencer, de lutter, d'écrire, de perdre, de recommencer encore, de témoigner, d'être jugé... et de s'en foutre. 

Patrick Chauvel[1] quand il rentrait de reportage de guerre, tentait de se poser et de ne pas repartir immédiatement. Mais il était tellement out, en décalage entre deux mondes, à distance d'un vol de l'horreur et ramené parmi les vivants, qu'il échouait, envoyait bouler les chauffeurs de taxi qui ne savaient pas ce que c'était que Viêt-Nam ou Liban et se relançait à nouveau, sur d'autres terrains.   

Ce n'est pas la catastrophe qui l'emportera, ni le double gras de la dinde aux marrons, ou la charité. Il y a une voie large entre se gaver de gras ou grogner sous les gravats, avec quelque chose de la distance à l'événement et l'engagement, pour ne pas se réfugier dans le quant-à- soi, la dépression, ou l'impuissance. Il y a mille manière de résister, de dire non. On se laissera pas bouffer la tête, ronger l'os par le cancer du renoncement.

Mille façons aussi de s'organiser, d'accroître la beauté, comme cet homme qui passe doucement de la musique à la radio le soir, choisissant des airs décalés, de jazz ou de rumba, et ouvre les fenêtres de l'esprit comme un petit calendrier de l'Avent.

Comme cette femme qui griffonne des textes sur les tables des cafés et répète d'un air inspiré à tous ceux qui lui offrent un verre : tu dois lire Le dernier testament de Ben Zion Avrohom de James Frey, tu verras un Christ déglingué revenant tel un clodo dans le New-York d'aujourd'hui... tu dois lire Antonin Artaud ou Michaux, écrire tout ce qui te passe par la tête, limer toutes tes pensées, pour faire briller une autre densité, une autre lumière.  

Ces journées ou s'emboutissent sur ton écran un assassinat, une fusillade, des bombardements et des naufrages - comme si c'était quelque chose d'aussi banal qu'une liste de commissions; où tu te retrouves scotché comme un batracien devant la dureté du monde, et en même temps, où tout atteste de sa dématérialisation, car rien n'empêchera le sprint radical, décisif, forcené et bouillant vers... les cadeaux de Noël.

S'y ajoute, nécessairement le temps des rétrospectives, des hommages, des bilans, des retours en arrière, et des fleurs déposées sur les tombes. Et puisque c'est la fête des familles, c'est donc nécessairement celle de ceux qui n'en font plus partie, l'ont quitté ou glissé au-dehors. Et tu brasses tout cela, faisant mémoire par un mantra silencieux des noms disparus ou présents à jamais.  

Alleluia Noël : apnée ou respiration ?

Sur le fil ou sous la flamme, vivre est encore une fête. 

 

 

 [1] Patrick Chauvel, rapporteur de guerre, Editions J'ai lu, 2004. 

 

....................

 www.sylvainthevoz.ch

 

 

11:43 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : noël, fête | |  Facebook |  Imprimer | | |

15/12/2016

On, solidaires, ou personne pour le faire

 

 

on,personne,vie,viveOn s'assied on se voit, on  se parle.

On budgétise, on comptabilise. On planifie. On sectorise.

On avance, on reprend, on écrit. On témoigne, on rabiboche, on se goure, on poursuit, travaille la sente, jongle avec le temps, saute sur les bois roulants. 

On compose, on résiste, on s'engage, on dit non.

On dit bon, on se lance.

 

 

Quand ils n'ont que le mot coupes à la bouche. On a liens sur les lèvres.

On dit viens.

On s'enflamme.

Moins de langue de bois, plus de feu dans les mains.

On tartine son pain, cherche une simplicité, à se laisser rejoindre.

 

 

on,personne,vie,viveOn fait demeure de coquelicots et de tuiles, on se tait, on se bouge, on s'étend.

On se parle, on s’allume.

On mâchonne les cailloux, allume des bougies.

On regarde de loin, du plus près que l'on peut, ce qui là-bas déchire.

On peut peu, on peut plus, et ce que l'on peut faire, on le doit.

On sent que ça ne peut pas passer comme ça.

On écoute.

On s'alepise, épilepsise, et parfois on ne voit plus rien.

Anesthésie ou débattue. 

 

 

On avance, on essaime, prend sa chance, lance la danse.

On s’attire, on s’aimante, on se dore, se ronronne.

On s’éprend, on s’appelle, se reprend, se sourit.

On se baigne, on se tanne, on se saque, on s’étire, on respire.

Pas céder.

Du moment qu'on avance et qu'on sait: le plus beau à venir.

Pas céder.

 

 

on,personne,vie,viveOn se vit.

On fait deux, on fait meute, on fait groupe, on fait bande.

Le parti, le duo, amoureux, sur le ventre, sur le dos, la balade, sous la pluie.

Le chemin nous enseigne.  

On appuie sur les chaînes, on enfonce les pédales, on étire par le fond, les paumes posées à table.

On reprend les virages à la corde, on se calme on s’attend, on se pose, on respire, on s'entraide.

On se casque, on s'enfonce, on sourit.

 

 

Moins de cadeaux, davantage de dons. 

On s'accorde. 

On, solidaires, ou personne pour le faire. 

 

 

10:08 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : on, personne, vie, vive | |  Facebook |  Imprimer | | |

07/12/2016

Les chauds froids (il n'y a plus de saison vous dites?)

 

Après la fête de l'escalade, avant la coupe de Noël, avant les polémiques sur les crèches qui vont nous tomber dessus.

Avant la chaleur des fêtes de fin d'année, après l'ouverture des abris PC pour ceux qui sont à la rue toute l'année. 

Dans l'hiver qui vient, à tous les chauds-froids qui nous saisissent.

Dans la ronde des primaires françaises, où pareilles à celles des stands de foire, de petites figurines politiques sont dressées puis dézinguées.

Alors, comme lors d'un tir à la carabine de plomb, des pipes en plâtre sont volatilisées.

A ceux qui n'osent pas lever la tête, à ceux qui ont peur de se prendre une volée. A ceux qui se taisent.

Au sentiment d'assister au freak show, à la ballade des monstres qui jouent du simulacre, du retournement de veste ou du mime, devant une foule de badauds grignotant du pop-corn, ou se pinçant pour y croire, voire regardant ailleurs... Il y a-t-il spectacle plus saisissant?

Ce serait donc vraiment lui, l'homme qui va faire éclater les chaînes, et celle-là réellement va se faire couper en deux, sans même montrer qu'elle souffre ni hurler ? Spectaculaire.

 

Diversions

A la foire. Aux miroirs déformants, au minces qui se sentent obèses, aux poids lourds qui ne passent plus les portes, mais qui demeurent pourtant tout finauds, pour disparaître d'un coup, quand tourne le vent ou change l'éclairage. 

A l'étrange sentiment d'assister à une course de chevaux, avec des paris furieux, des papiers qui volent, des poubelles pleines de quittances désuètes ou de prises éparses de note, des papiers gras glissés de main en main, avec la peur qui tourne bleue dans les yeux. Il y a même des femmes à barbe maintenant!

Vite, lancer une balle encore, peut-être que l'on atteindra le trou des 100, remplira le panier.

Parier encore sur une autre bestiole. Celle avec une belle crinière, l'autre, avec les sabots à l'équerre.

Hypothéquer sa confiance s'il le faut! Car ce canasson là, c'est le bon (ou plutôt, puisqu'il en faut un, pourquoi ne pas parier sur celui qui serait à cent contre un: perdu pour perdu autant, en rire encore un peu).

A la grande réjouissance de revenir de l'arrière et de coiffer au poteau les plus aguerris, les blanchis sous le harnais, à la grande tentation du pire céder? Mais peut-on se satisfaire du côté revanchard et d'en jouir?

C'est-à-dire: d'en faire perdre certains plutôt que véritablement gagner d'autres, et cesser de construire? 

Ce serait là notre maximum?

 

La course à l'échalote

A l'échauffement des voix, concomitant à l'essoufflement des naseaux; au démaquillage d'Hillary Clinton au lendemain de sa défaite, au vernis de David qui dégouline de sueur quand il s'approche d'une dame. A sa transpiration abondante dans sa tour de verre aux lumières clignotantes. Aux milliardaires convoqué d'une manière cinématographique - on se croirait dans un talk show -ploutocratie-. Et la foule qui suit, les badauds qui regardent le spectacle, comme si ce qui se décidait là en concernait d'autres qu'eux-mêmes.

Oui.

Comme si cela n'était qu'un spectacle. 

A l'angoisse de la fin du monde. A Alain qui s'effondre, à François qui se débine, à tout ce qui pousse tranquillement.  

Bientôt, peut-être, le peuple votera aussi pour retenir ou non son ministre et décidera par sondage des mesures à prendre. Et le président, ou l'algorithme, leur confirmera par tweet leur choix final.

Mais il n'y aura pas un gramme de pouvoir en plus dans la balance pour le peuple. Ce sera un divertissement supplémentaire, enfin, je veux dire plutôt : une distraction en plus.

 

Le cirque

Par les votes des budgets, dans la glaciation de ceux qui dézinguent des lignes à l'aveugle, ne sachant pas à ce qu'ils touchent, mais y allant de leur coup de taser sur ce qui leur déplaît, pour bien montrer qui seraient les patrons, qui peut imposer sa force, ce qui plaît bien et ce qui ne plaît pas - et au diable le bien commun- régime pour tous et ceinture, et ration supplémentaire, pour quelques uns seulement.

Ce qui compte pour eux, c'est de rappeler qui est le boss de l'esthétique budgétaire. Il ne faut pas que ça dépasse ici, que ça aille une jolie forme là et que ça puisse entrer au millimètre dans la pointure inférieure, quitte à tordre, à casser le bout des orteils.

Et finalement : cahin-caha, ça avancerait toujours pareil?

   

Contrôle

La droite obéit à la logique de l'expérience de Milgram. C'est à savoir qui sera le plus désinhibé et augmentera les décharges que porte l'emphase.

Car oui, il faut bien envoyer des décharges électriques, afin que tous aient suffisamment peur, et prennent conscience que les entreprises peuvent partir, vont partir, que la pénurie guette, que la lutte des places sera sans pitié, si on ne déroule pas le tapis rouge pour quelques uns.

C'est du sentiment bien clair du manque et de l'isolement que viendra la paix sociale. Ah, vous le croyez vraiment?  (ça s'échauffe dans les coins).

Dans l'annonce du refus de sortir du nucléaire, dans l'incandescence de la fission des finances publiques ; par Rie3 : dans l'ère de glaciation.

Dans l'hiver qui vient, dans la chaleur brûlante de décembre.

 

Il n'y a plus de saison vous dites?

Dans les frissons des frimas, sur les plaques de glace, avec la neige pixelisée dans les yeux, au risque de glisser.

Aux artistes qui chantent, à ceux qui continuent de patiner sur une surface lisse dont l'épaisseur diminue pourtant. A ceux qui vont vite, à ceux qui font des trous dans la glace pour trouver de la nourriture, et la partagent encore sur le feu.

A la beauté de l'exercice.

A la menthe fraîche. Au givre sur les roseaux. A l'amour.

Au silence des oiseaux.

Au printemps qui vient, à sa chaleur puissante.

 

 

.....................................

www.sylvainthevoz.ch

 

16:35 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

01/12/2016

Tram rose ou delirium tremens ?

tram-rose.jpgQuand il  me prend dans sa rame, il me porte très loin, je vois la Ville en rose...

Dès ce jeudi 1e décembre, pour sûr, les Genevois-e-s fredonneront Edith Piaf et se frotteront les yeux en le voyant passer. Qui ? Le tram tout rose de la ligne 14 customisée par l'artiste Pipilotti Rist dans le cadre du projet art et tram.[1]

Initié en 2009 par cinq communes accueillant la ligne du tram 14, Lancy, Onex, Confignon, Bernex et la Ville de Genève, le projet art et tram a piqueté cette ligne de projets artistiques.

Pour rappel, on peut déjà admirer  : l'oeuvre de Silvie Defraoui sur les trois arrêts successifs de la commune de Lancy, Quidort, Petit-Lancy et Les Esserts, la sculpture monumentale de 10 m de haut, représentant une figure humaine en position debout d'Ugo Rondinone à Onex, les mâts et lampadaires tordus d'Eric Hattan à la croisée de Confignon. Le projet de John M Armleder dans le passage "Gotham City" sous les voies de Montbrillant et le projet de beautiful bridge de Lang/Baumann sont à réaliser encore.

Le Canton de Genève a assuré la réalisation de ces projets, avec la participation financière des communes concernées. A ce jour donc, cinq interventions artistiques permanentes sont réalisées ou à réaliser encore le long de la ligne 14, auquel s’ajoutera, dès ce jeudi 1e décembre, le Monochrome Rose de Pipilotti Rist.[2]

 

rose,rose explose,monochrome rose,pipilotti rist,kuverum,culture,genève,tpgVoir la ville en rose

C'en est donc fini de la grisaille de novembre, des habits noirs, du bitume sombre. Une flèche rose va débouler dans la ville, ouvrir la première fenêtre du calendrier de l'avent à toute volée. Le plus intéressant ne sera pas seulement de voir passer le tram rose ou même d'y monter, mais dans et autour du tram ! Grâce à un réseau orienté vers la pratique, Kuverum, groupe de médiateurs culturels de toutes les régions linguistiques de la Suisse, liant médiation culturelle et formation, sont venus éprouver la ligne 14 et réfléchir à des propositions culturelle et de médiation pour le tram rose.

Les dix premières offres de médiation culturelle qui émanent de cette démarche sont séduisantes. Elles proposent d'utiliser l'attraction du tram pour inviter les écoles, les institutions, les groupes à se l'approprier, faire avec des actions simples, réfléchies et accessibles, de la culture, un facilitateur social inspirant.

Impliquant le Muséum d'Histoire Naturelle, invitant à se faire des compliments, mettant en forme des idées autour de la couleur rose, investissant les écrans du tram, il ne sera bientôt plus possible de lire son 20mn ou tapoter sur son téléphone mobile de la même manière dans ce tram là... Bienvenue à cette autre manière d'explorer la ville en quelque sorte. Après, si c'est trop, on pourra toujours prendre le tram suivant, aller à pieds sous la pluie.

Les Genevois-es s'approprieront-ils ce tram rose? Oseront-ils rêver la ville en rose dans celui-ci, ou sera-t-il réduit à un exotisme coloré et singulier ? Réponse dès ce jeudi... et tous les jours de l'année ensuite, selon les désirs de chacun-e. Durée d'exploitations prévue: 30 ans.

 

rose,rose explose,monochrome rose,pipilotti rist,kuverum,culture,genève,tpgInvitation à chacun-e à participer

Chacun-e- est désormais invité à participer à l'aventure du tram, pensé en quelque sorte comme un outil de médiation culturelle et sociale pour vivre la ville autrement. Plusieurs options sont déjà offertes: suivre l'une des médiations déjà réalisée, et envoyer des photos et des textes de son expérience avec celle-ci ; proposer un projet personnel grâce à l’appel à projets (l'appel à projets‬) ; initier une action liée au tram Monochrome Rose, et l'envoyer à l'adresse suivante :info@roseexplose.ch

 

Alors : tram rose ou delirium tremens? Un peu des deux peut-être en fait.

Certainement, une initiative osée de médiation culturelle permettant d'aller à la rencontre des gens.

Cela commence ce jeudi 1e décembre à 14h au Rond-Point de Plainpalais, par la manière la plus traditionnelle qui soit, une inauguration, et un petit apéro... au rosé évidemment.

 

 

[1] http://www.art-et-tram.ch/

[2]http://www.roseexplose.ch/fr/index.html

[3]http://www.kuverum.ch/fr_index.php

 

.........................................................

www.sylvainthevoz.ch

06:53 Publié dans Air du temps, Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rose, rose explose, monochrome rose, pipilotti rist, kuverum, culture, genève, tpg | |  Facebook |  Imprimer | | |