sylvain thévoz

30/06/2016

Est-il encore autorisé d'autoriser?

Le signe d'impuissance d'une autorité, c'est d'interdire sans régler les comportements et se barricader derrière la sanction sans réussir à régler les enjeux du vivre ensemble. Interdire et punir, solution de facilité, peu efficace, coûteuse et qui fonctionne mal, déresponsabilise les citoyen-ne-s plutôt que de les impliquer dans un rapport positif au vivre ensemble.

Deux décisions récentes, prises en Ville de Genève par le responsable de la gestion de l'espace public, le magistrat Guillaume Barazzone, ont fait beaucoup réagir. L'interdiction, pour les vélos, de circuler dans les parcs, ainsi que l'interdiction pour les citoyen-ne-s d'y griller leurs saucisses[2]. Malheur total à ceux qui roulent en vélo avec des saucisses dans leur sac, les pandores pourront doublement sanctionner ces dangereux "cycloterroristes grillophiles"...

Interdire ne résout rien

Ces interdictions ne vont pas dans le bon sens. Elles marquent un durcissement fébrile. Plutôt que d'arbitrer intelligemment les enjeux de gestion de l'espace public, on bannit. Certes, il y a des tensions entre ceux qui veulent rouler en vélo, et ceux qui ne les voient pas venir, entre ceux qui veulent une ville animée, et d'autres qui en craignent les excès, entre ceux qui ont envie de griller un morceau de viande en plein air, et ceux que la fumée incommode (tout en ingérant en silence des tonnes de particules fines renvoyées par les bagnoles); entre ceux qui veulent dormir, et ceux qui veulent faire la fête, etc. C'est la base de l'espace public que d'être un espace disputé, négocié. C'est l'essence de la ville aussi. 

Accentuer, par des interdictions, les tensions, renforcer les fronts les plus durs, est un mauvais calcul. Surtout, c'est méconnaître les genevois, attachés à leur liberté, et à ne pas se laisser intimider par l'Etat. Franchement, faire appel à la police, pour des saucisses et des boyaux? Où va-t-on ? 

 

Vers un clientélisme de la norme et l'arbitraire

Réguler les enjeux du vivre ensemble devrait être résolu par des politiques de dialogue et de prévention, et l'aménagement d'espaces qui conviennent aux nouveaux usages de la ville. Les interdictions créent plus de problèmes qu'elles n'en résolvent. Elles ouvrent à une dimension ubuesque et arbitraire.

Le magistrat Barazzone rappelle au matin l'interdiction des vélos dans les parcs, mais au soir, il affirme, par son porte-parole, que : "Il ne s’agira pas de faire la chasse à tous les cyclistes mais à ceux qui roulent à tombeau ouvert et mettent en danger les piétons, surtout avec la multiplication des vélos électriques"[1] 

Mais alors, de deux choses l'une, soit on met des panneaux interdisant l'accès aux parcs aux vélos, soit on les autorise. Mais prétendre faire appliquer une loi d'interdiction tout en rappelant une certaine tolérance ouvre la porte à l'arbitraire. Honnêtement, quel usager de parc, pourra s'y retrouver? Et quel cycliste sait aujourd'hui s'il peut pédaler dans un parc ou non, au vu des déclaration contradictoires de Monsieur Barazzone qui souffle le chaud et le froid, sur les grillades comme dans le dos des cyclistes. 

On quitte là le domaine de l'application de la loi pour entrer dans celui du flou, de l'arbitraire, voire de l'intimidation. Ce n'est plus le rapport et le dialogue entre les gens qui règlent leurs conduites, mais le recours constant à la police qui, avec toute sa subjectivité, des règles mal posées, devra cadrer les conduites.

 

S'en remettre à la police pour tout: un mauvais calcul

Le calcul du magistrat semble être le suivant: faisons peur aux cyclistes, dissuadons-les, menaçons-les, espérant ensuite qu'ils renoncent à circuler. C'est, petite digression, la même politique qui est d'ailleurs suivie vis-à-vis des précaires, qui sont déplacés d'un coin à l'autre de la Ville, intimidés et amendés parfois simplement parce qu'ils proposent à quelqu'un de lui porter son sac de commissions. Ce geste d'entraide étant, pour certains policiers zélés, considéré comme une approche afin de commettre un vol et suffisant pour soustraire les piécettes que la personne a sur elle, l'emmener pour quelques heures au poste sans autre motif valable. L'interdiction de la mendicité pour tous a donné une marge arbitraire pour en persécuter sévèrement quelques uns. 

On ne peut qu'espérer que les genevois ne se laisseront pas intimider par l'arbitraire et continueront d'aller en vélo, se rassembler, manger et respirer librement dans l'espace public, qui appartient à tous, et donc à personne. Et que plutôt que de ne plus rien faire du tout, par crainte de faire quoi que ce soit, ils continuent à affirmer leur liberté, leur volonté de vivre ensemble, dans le respect de l'autre.   

Quant au magistrat Barazzone, plutôt que d'ennuyer les gens avec des directives floues et rigides visant à restreindre l'usage de l'espace public, qu'il s'autorise à autoriser, plutôt que d'interdire à tout va. Pour sûr, notre ville, et l'air que l'on y respire, y gagnera!

 

[1] http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/velos-interdits-p...

[2] https://www.letemps.ch/suisse/2016/06/28/ville-geneve-dresse-une-barriere-saucisse-entre-deux-rives

 

..............................

www.sylvainthevoz.ch

09:05 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : genève, saucisse, vélo, interdiction | |  Facebook |  Imprimer | | |

27/06/2016

Ouf, la Suisse est éliminée. Le mythe est sauf.

Ouf, le mythe national est sauf, la Suisse a été éliminé de l'euro de football. C'est en revenant d'outre Sarine, assis en face d'un couple suisse-allemand, que j'ai réalisé que les mythes helvétiques sont éternels. Et si la Suisse a une équipe de football, c'est avant tout... pour qu'elle perde. 

Mais revenons au match. L'Intercity des CFF, ponctuel comme à son habitude, nous entraîne vers Brigue. Mon voisin, chips Zweifel sur les genoux, son amie, bière Feldschlösschen à la main, partagent généreusement les images du match avec des recrues en permission. Lichtsteiner, en bon capitaine, n'allume pas la lumière, en traversant le tunnel du Lötschberg. Mon voisin ouvre le Blick, feuillette la composition d'équipe, jouant au sélectionneur, juste pour tromper le temps.

Est-ce que l'entier du train suit ce match contre la Pologne ? Oui. L'engouement pour la Nati est total, même si personne, au fond, n'en doute: nous allons perdre, c'est sûr, et c'est très bien comme cela. C'est juste une belle occasion de ronger son Kägi Fret et avaler un Rivella.

Le suspens est dans les pannes du réseau

Des cris ponctuent des actions qui, sans l'interruption ponctuelle du réseau (que fait Swisscom?), n'auraient pas laissé place au moindre suspens. Peut-être faudrait-il, d'ailleurs, pour rendre le football plus attractif, songer à des interruptions d'une seconde dans la diffusion des matchs. C'est diablement efficace, le spectacle y gagnerait; en tout cas le jeu de l'équipe nationale serait plus haletant.   

Et voilà, juste avant la mi-temps, les polonais marquent, suite à une montée bien trop courageuse, hardie, autrement dire fort peu helvétique d'un de nos défenseurs, ce qui calme tout le monde et, dans le train, fait sourire le contrôleur, adepte de la schadenfreude, assurément. 

Défendre on sait, quant à attaquer...

Arrivé à Brigue, c'est toujours la défaite qui se profile, et cela fait plaisir à ceux qui aiment faire plaisir et trouvent qu'en Suisse, on a déjà bien de la chance, alors autant en faire gagner d'autres. De toute façon, on ne serait pas allé beaucoup plus loin. Les passagers délaissent peu à peu leurs écrans, pas disposés à renoncer totalement à leur série préférée pour un match de football mal emmanché.

Pourtant, le voyage n'est pas fini! Il reste 45 minutes pour se refaire. On monte dans un train à crémaillère. Si l'on réfléchit bien, en Suisse, on est crocheurs, on aime les situations contraires (quitte à les provoquer), pour ensuite ne plus rien lâcher. Déjà, contre la Roumanie, on avait égalisé (sans aller jusqu'à gagner, cela n'aurait pas été fair-play). C'est seulement au pied de la montagne et contre des éléments contraires que l'on se démène. Avant d'être au bord du précipice, pas de raison de brusquer la balade.

 

Shaqiri ou le ciseau du télécabine

Passé le roulis du départ, la montée en télécabine donne lieu à un doux chaloupement, balancement qui nous rend contemplatif et léger, jusqu'à ce que survienne ce geste clairement métaphysique et tranchant de Shaqiri : un ciseau! qui égalise d'une manière peu helvétique, -les udécéistes et autres racistes réprouvent ce geste peu orthodoxe; il ressemble pourtant à une figure de la patrouille suisse- Ce grain de folie et de talent, bien trop punk pour être alpin.

Le téléphérique tressaute, vacille: un cri, et bien sûr, l'écho... jusqu'au fond de la vallée.

Hébétude. Une rupture?

Après tout, si nos maillots se déchirent, tout est possible, même gagner.     

La séance de prolongation : monotone comme une traversée d'alpage.

 

Les pénaltys tiennent plus de la corrida que du combat de reines

Durant la séance de pénaltys, comme en altitude, l'oxygène vient à manquer.

On économise son souffle, commande une ovo chaude, mais on le sent déjà, la Nati sera fidèle à son mythe. Un joueur -Winkelried des pelouses - se sacrifiera nécessairement pour envoyer son tir au pied du Cervin, et assurer que la Nati, dans son entier, puisse, avec les honneurs, revenir à Zürich via le premier vol Swissair.

Car en Suisse, on aime l'empoignade réglo, la lutte à la culotte ou les combats de reines, mais les tirs au but, cet exercice solitaire et tranchant, tient bien trop de la corrida et du drame pour nous convenir.

Les vaches secouent leurs cloches, les nuages passent sur les montagnes.

Voilà, c'est fini, la Suisse a perdu (sans avoir démérité, bien sûr).

Soulagement.

La Suisse est éliminée, le mythe est sauf.

On peut maintenant refaire le match et se dire qu'il manquait peu, que l'on aurait pu, qu'il y a des progrès, et que peut-être la prochaine fois, avec un brin de roublardise, de chance, ou maturité...

Car si l'on n'aime pas gagner, c'est clair, on est pas des loosers quand même! 

 

 

 

...........................

www.sylvainthevoz.ch

 

 

 

 

11:07 Publié dans Air du temps, Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

19/06/2016

Euroloft 2016 ?

On connaît le conseil des médecins de consommer 5 fruits et légumes par jour, mais que penser du régime de l'eurofoot, 3 matchs après-midi-soirée-nuit, consommables tous les jours et sans possible modération? Leur présence sur tous les écrans, dans les journaux, avec les rappels aux balcons via des drapeaux de toutes les couleurs, et jusqu'aux petits pains d'un supermarché imprimés de losanges mimant le ballon avec un slogan "nouvelle règle du football, il est permis de mordre", tout cela rend ardu le fait de se soustraire à ce régime. Pour cet eurofoot 2016, le nombre de matchs et la durée du tournoi ont été rallongés. C'est encore plus de matchs, de diffusions télévisées, de pubs pour déos, bières et chips! [1]

Le risque d'obésité guette. Qui pourrait possiblement suivre ce régime sans risquer l'embonpoint, à tout le moins la saturation? Même les pelouses des stades ne supportent plus ce rythme effréné, encore moins les supporters, qui finissent par trouver le rythme éprouvant, pour leurs nerfs ou leurs conjoint-e-s[2] ; on déplore 2 morts, arrêt cardiaque et chutes, sans compter les victimes des bastonnades, et pourtant, ça continue, trois matchs par jours, sans compter les rediffusions, les résumés, les ralentis, les analyses, les best-off... etc, etc.

Mais surtout, comme le foot ne semble plus suffire au foot, n'assure plus en soi suffisamment de spectacle, c'est désormais en-dehors du champ que le spectacle se poursuit. Longs rubans de supporters dans les rues ou fans qui chantent un hymne à la gloire de la police française[3], tout est bon pour que le match, dont le coup d'envoi a été donné le 10 juin, ne marque aucun temps d'arrêt jusqu'au 10 juillet. Et que le spectacle soit continu!

To foot or not to ball

Les caméras sont partout. Les joueurs scrutés des pieds à la tête, les arbitres[4], les entraîneurs... un tel qui avait sorti une crotte de son nez à une coupe du monde a cette fois été filmé se grattant des parties intimes[5]; un joueur a lancé une polémique en faisant un bras d'honneur, mais s'en est défendu en annonçant qu'il avait fait sa sarabande habituelle[6]; un autre a défrayé la chronique en utilisant tweeter pour commenter sa non-sélection[7], entraînant à sa suite une avalanche de commentaires.

Bref, le foot est devenu un prétexte à polémiques ou commentaires sans fin. Comme si le ballon était devenu secondaire. A la blague potache de ceux qui disent : pourquoi est-ce que 22 gaillards courent après un seul ballon, on pourrait leur en donner plusieurs pour les satisfaire. On a presque envie de répondre... pourquoi leur donner encore un ballon, une caméra suffit à les combler.

L'essentiel est hors-champ?

En forçant un peu le trait, on pourrait dire : ça ne se joue plus sur le terrain. Loana dans sa piscine peut donc aller définitivement se rhabiller, il y a plus vendeur que le loft story (Big brother), qui se jouait aussi à onze pourtant, il y a le footloft ou euroloft, avec ses stars, ses millionnaires, filmés sous toutes les coutures, mettant leur main devant la bouche pour empêcher le décryptage de leurs échanges. "Epié" est le mot qu'employait un journaliste en parlant des joueurs, dont tous les gestes sont soumis à l'oeil panoptique, omniscient, des drones, caméras, appareils photos, faisant passer les arbitres pour des surveillants préhistoriques, de doux rêveurs romantiques, qui agitent encore des drapeaux et portent un sifflet à leur bouche, geste chargé de nostalgie, comme le faisaient les chefs de gare d'antan.

Bien sûr, le : "soyez-vous même", s'applique au sport comme à la téléréalité, et il sous-entend à l'adresse des joueurs: soyez de bons comédiens, à tout le moins crédibles : roulades, fanfaronnades ou provocations télévisuelles, ce n'est plus seulement du football qu'il est attendu de vous, c'est un spectacle total.  Alors : footloft ou euroloft, un sport universel qui se joue à 22 joueurs, avec 1 ballons et 600 caméras, et dont le but est de booster une image en marquant des buts devant des placards pour energy of azerbaijan ou Mac Donald's  ?

Que regarde-t-on encore quand on regarde un match ?

Est-ce encore le match de football qui est le centre, ou celui-ci est-il devenu un pré-texte et les spectateurs les voyeurs d'un spectacle burlesque qui se dispute entre le banc, le terrain, les gradins, là où des abrutis finis se mettent parfois en évidence, et où les femmes des joueurs sont exhibées dans une parodie sexiste comme des poupées, sorte de surenchère people pour occuper l'écran.

Ce qui demeure au milieu de cette orgie cathodique?

Le football. Ce ballon qui roule et des passes qui se donnent, des appels et des mouvements, technique et tactique. L'amour du ballon, du cuir, poussé par des jambes, rebondissant de têtes en têtes. Des enfants émerveillés, des adultes retrouvant une part d'enfance, la passion folle et intacte devant la magie du sport qui est une mise en scène, mais qui met aussi en scène la société dans laquelle il se développe.

Euroloft 2016, quand il n'y a plus rien à voir ou commenter, il demeure la radio, pour suivre les matchs, avec une voix seulement pour traduire l'émotion et rêver le reste.

Alors: football exutoire, miroir, catharsis, dérive, excès, violence, union, fusion? Un peu de tout cela à la fois certainement, dans une expérience qui nous fait vivre quelque chose de fort, individuellement et collectivement. 

Et au final, la superstar, il n'y en a qu'une : ce ballon insaisissable qui n'est à personne et après lequel tout le monde court.

 

 

 

 

[1] http://www.sofoot.com/euro-2016-24-pays-pour-quoi-faire-1...

[2]https://www.youtube.com/watch?v=ZrcX10HYMww

[3] http://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Les-supporters-...

[4] http://www.lematin.ch/euro2016/international/arbitres-sta...

[5]http://www.huffingtonpost.fr/2016/06/13/joachim-low-video...

[6]http://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Didier-deschamps-a-confiance-en-la-version-de-paul-pogba-sur-son-geste-polemique/696504

[7]http://www.lemonde.fr/football/article/2016/06/02/cantona...

 

 

...............................

www.sylvainthevoz.ch

 

14:45 Publié dans Air du temps, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : eurofoot, foot, france, règles | |  Facebook |  Imprimer | | |

06/06/2016

Si j'étais de droite...

Les conseillers municipaux de droite ne se sont pas présentés à l'annonce des résultats ce dimanche 5 juin à l'hôtel de Ville. Hormis l'extrême droite, deux PLR et le nouveau président du PDC Ville de Genève, bien isolés, tous les autres étaient absents du rendez-vous démocratique. Il semble en effet plus facile de couper 8 millions dans le budget de la Ville en appuyant sur un bouton un soir d'hiver, que de venir assumer les conséquences de ses actes devant le peuple.

Un désaveu très clair de la politique du coupe-coupe

Les élus de droite ont-ils eu peur de voir leur politique désavouée par plus de 60% du corps électoral en Ville de Genève? Ou avaient-ils encore en tête le désaveu frontal que la chambre constitutionnelle leur avait porté quelques jours avant le scrutin sur leur recours administratif considéré nul et non avenu ? Cet abstentionnisme des élus de droite pousse à réfléchir. Il fait écho à une campagne où la droite s'est effilochée et réfugiée dans une posture victimaire et plaintive, incapable d'assumer politiquement ses coupes.

Le résultat des urnes allait-il faire réfléchir les élus de droite? Il semble, malheureusement, à écouter ceux qui y ont réagi, que non. Au soir d'un désaveu électoral massif, Simon Brandt, PLR signe sur son blog un nouvel acte d'accusation contre les autorités, relayé en communiqué de presse par les quatre partis de l'Entente, où il promet de nouvelles coupes.[1]     

Une droite autiste et obsessionnelle

Face à la décision très claire des habitants de la Ville de Genève de refuser de taillader un budget bénéficiaire. Face à un choix démocratique qui transcende les camps politiques, s'appuyant sur des comptes 2015 dotés de 40 millions de bénéfices, rappelant qu'une partie de la prospérité de la Ville est construite sur la culture et le social, la droite répond par l'autisme et l'obsession en annonçant la poursuite des coupes dans la prospérité de la Ville [2].

La droite dysphorique réaffirme sa volonté de nuire, son sentiment infantile de ne pas être entendue par le Conseil administratif et la Gauche. Or, il n'est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre. Le peuple s'est exprimé clairement ce dimanche et a fait entendre sa voix: des coupes, il n'en veut pas! Est-ce si dur à entendre? Plutôt que des coupes, on a envie de proposer à la droite un bon nettoyage d'esgourdes.  

 

Si j'étais de droite...

Si j'étais de droite, ce lundi, je me demanderais pourquoi 60% du corps électoral  m'a clairement signifié son désaccord. Si j'étais de droite, je m'interrogerais pour savoir en quoi ma volonté de coupes forcées est encore légitime. Je ne mettrais pas en cause ma "méthode" mais mes manies. Si j'étais de droite, pourquoi trahirais-je ce qui a bâti la prospérité de la Suisse: sa valorisation du consensus, du dialogue, et le respect des majorités comme des minorités, dans la défaite comme dans la victoire ?

Si j'étais de droite, et de droite, disons modérée, je me demanderais pourquoi renier mon héritage politique, humaniste et social. Je remettrais en question mon plan quinquennal de coupes, et en l'interrogeant, je ferais preuve d'évolution politique, me séparant au passage de quelques extrémistes peu inspirés. Si j'étais de droite, pourquoi rejouerais-je au budget 2017, ce qui a échoué au budget 2016?

Si j'étais de droite, je ne mépriserais pas la démocratie suisse en raillant les référendums comme certains l'ont osé dans mon camp, mais la respecterais, et m'inclinerais devant elle. Si les élus passent, la démocratie demeure; et il revient aux élus d'être au service de celle-ci, pas l'inverse... je ne chercherais pas à forcer ma politique à 43 bonhommes contre l'avis du peuple[3].  

Si j'étais de droite, enfin, j'irais au théâtre, au cinéma, ouvrirais des livres, remerciant ceux qui les créent de ne pas être rancunier ou aigri, car offrant sans compter ce qui rend l'Homme éclairé.

 

 

   

[1] http://simonbrandt.blog.tdg.ch/archive/2016/06/05/ville-de-geneve-a-nouveau-budget-nouvelles-methodes-276682.html

[2] http://plr-villedegeneve.ch/2016/06/ville-de-geneve-a-nou...

[3] La droite dysphorique, disposant de 43 sièges sur 80 depuis les élections municipales du printemps 2015, s'est mise en tête que cette faible majorité lui donne toute légitimité pour imposer ses vues, sans tenir compte de l'avis populaire. 

 

................................

www.sylvainthevoz.ch

08:39 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |