sylvain thévoz

30/05/2016

La droite municipal craint le jugement du peuple, elle mobilise ses avocats

La droite municipale a donc lancé un recours pour invalider la votation populaire du 5 juin en Ville de Genève sur les coupes dans le social et la culture.[1] Pour la droite, les explications fournies dans la brochure par l'exécutif donnent l'impression que la majorité du conseil municipal est irresponsable d'avoir voté ces économies budgétaires, qu'il ne connaît rien aux finances, et va faire du mal aux jeunes, aux aînés, aux femmes battues.[2]

C'est donc parce qu'elle a le sentiment d'être mal comprise que la droite fait recours devant les tribunaux pour invalider un scrutin populaire. Le côté cocasse de ce recours est accentué lorsque l'on entend la cheffe de groupe PLR Natacha Buffet-Desfayes, à la télévision locale Léman Bleu [3], justifier son recours par la crainte d'être dépeint comme des sadiques. La droite prend très, très personnellement ce qu'elle interprète comme "une liste de griefs qui leur sont adressés... avec le sentiment d'être traîné dans la boue". Mais pourquoi donc la droite déserte-t-elle le champ du politique, de l'argumentation, et du débat ouvert, pour se réfugier dans une posture judiciaire victimaire ? 

Victimisation et personnalisation

Le journaliste écarquille les yeux et demande concrètement ce qui ne va pas dans la brochure présentant les votations du 5 juin. Il n'aura pas de réponse claire de la part de la cheffe de la droite, si ce n'est une succession de phrases à forte teneur émotionnelle et subjective : "on nous dit que l'on a mis la Ville à sang, nous sommes traînés dans la boue, on nous dit que tout le monde est affaibli, amputé, on n'a pas été entendu, on se sent insulté dans la brochure... nous ne voulons pas passer pour des méchants, nous voulons dire que parce qu'ils ne sont pas d'accord ils nous traitent de cette manière et il est mis dans la brochure que nous sommes des sadiques..." La cheffe de groupe finit dans un souffle: "enfin je vous dis là mon ressenti" Le mot est lâché, c'est donc, au final, de son sentiment que la droite parle et à partir de celui-ci qu'elle se sent autorisée à faire recours et encombrer les tribunaux. On a définitivement quitté le terrain du politique, pour naviguer dans l'espace infantile et régressif du: "je ne me sens pas compris, tu es très très méchant, je te coupe la paix... et ton budget avec".

 

La droite a peur de son image 

On a beau lire et relire la brochure des votations, on n'y retrouve aucun des qualificatifs offusqués employés par la droite. Sa blessure narcissique doit venir du fait que l'on déduise qu'ils sont les acteurs des coupes injustifiées pour 8 millions dans les finances publiques, avec des conséquences importantes pour le fonctionnement de la Ville de Genève et ses habitant-e-s: 

  • Réduction de 2.5% sur les mandats extérieurs et les achats de la Ville de Genève (Gérance immobilière, Service des sports, service des écoles, nettoyage des préaux).
  • Réduction de 2% sur les subventions accordées par la Ville de Genève à l'exception du sport, du Grand Théâtre et de la petite enfance.
  • Réduction de 10% sur l'ensemble des Fonds généraux culturels.
  • Réduction du budget du Fonds municipal de lutte contre le chômage de plus de 600'000.-
  • Diminution de 50% des subventions prévues pour le Fonds de soutien à l'innovation G'Innove.
  • Suppression de l'incubateur social Essaim et réallocation de sa subvention à la Fondetec.

 

Mais, de deux choses l'une : soit ces coupes de 8 millions sont anecdotiques, auquel cas, on peut se demander pourquoi, au final, la droite les a faites; soit elles permettent véritablement de trancher dans les dépenses publiques, et de faire des "économies"... on ne comprend pas alors pourquoi la droite s'offusque que leur impact soit relevé.

Serait-ce cette phrase, parmi d'autres, qui offusque la droite ? "La Ville de Genève jouit d'une excellente santé financière. Cela est rappelé par différentes études, qui saluent les performances de gestion de la commune. Depuis 2007, la dette municipale a baissé de 17,9% (soit de 330 millions). La moyenne d'autofinancement des investissements sur 10 ans atteint les 144%. Et les comptes 2015 affichent un boni de 39.5 millions." Il s'agit pourtant de faits avérés.

 

Un recours narcissique  

La droite a donc fait recours à la chambre constitutionnelle pour invalider une votation populaire, parce qu'elle se sent mal comprise! N'assumant pas d'avoir coupé pour 8 millions de prestations dans le budget de la Ville, elle envoie ses avocats. Comment ne pas avoir l'impression, au moment de passer devant le peuple, que la droite cherche à brouiller les cartes, menaçant d'une annulation de scrutin une votation qu'elle a pourtant elle-même provoquée... comme si elle n'avait pas confiance ni dans ses propres arguments, ni dans la souveraineté populaire.

 

La droite face à sa peur du désaveu populaire

En amont, la droite n'avait pas voulu examiner le budget de la Ville avant de le couper d'une manière linéaire et à l'aveugle, supprimant des prestations importantes pour la population. En aval, elle jette l'éponge, refuse de faire campagne, déclenchant une bataille juridique que, selon toute vraisemblance, elle perdra.

Ces choix sont regrettables, et donnent au final l'impression que c'est avant tout son image et ses postures que la droite défend, ayant peur du débat de fond, n'assumant pas devant le peuple ses coupes, voire pire: intimidant ce dernier, lui laissant entendre qu'au final, ce n'est pas lui qui décide mais les avocats et les tribunaux. 

Face à cette tentative d'intimidation, une seule réponse possible : aux urnes le 5 juin pour voter avec enthousiasme deux fois NON aux coupes et aux manoeuvres dilatoires d'une droite qui cherche à confisquer la liberté du vote populaire pour le réserver à ses avocats!   

 

 

[1]http://www.20min.ch/ro/news/geneve/story/Votation-contre-...

[2] http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/entente-veut-invalider-scrutin-5juin/story/14367373

[3]http://www.lemanbleu.ch/Scripts/Modules/CustomView/Lis...
 

...................................

www.sylvainthevoz.ch

09:03 Publié dans Air du temps, Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.