03/11/2016

Ni terroriste ni kamikaze : juste cycliste!

cycliste,vélo,danger,voiture,mobilité,ville,risque,police,amendes,genèveLa presse l'avait annoncé, si la semaine passée, les deux roues motorisées avaient été ciblées par la police durant les vacances, à la rentrée, les cyclistes allaient y passer. Et les voitures? Peut-être à Noël... ou à la semaine des quatre jeudis, qui sait.

Après deux jours d'opération spéciale, un seul enseignement ressort de ces actions : mettre des amendes ne sert à rien. Et ne servira toujours à rien tant qu'une vraie place ne sera pas faite sur la route pour les adeptes de la petite reine. La police a mieux à faire que de chasser les usagers les plus vulnérables de la route. Tant que leur protection ne sera pas assurée, la police ferait bien mieux de protéger leur vie.

Il faut repenser la mobilité pour mieux intégrer les cyclistes. L'article de la Tribune rendant compte des manoeuvres de la police leur donne la parole. Leur témoignage est édifiant. Ce qui en ressort, c'est l'incompréhension, le sentiment de devoir survivre dans un espace qui n'est pas pensé pour eux, quand bien même ils utilisent un moyen écologique, qui ne nuit pas à la santé, ne pollue pas, et économise des volumes de parcage.[1] 

 

Kamikaze ou terroriste ? Juste cycliste!

Les cyclistes, vulnérables, sont jetés en pâture sur la route. Un exemple parmi tant d'autres. Vous arrivez en vélo du quai Gustave-Ador. Vous devez emprunter le pont du Mont-blanc. Vous risquez votre vie le long du jardin anglais, tassé contre le trottoir avec des voitures qui vous frôlent à haute vitesse. Vous serrez les dents, prenez votre courage à deux mains, levant bien haut l'une d'elle pour signaler que vous allez vous risquer à traverser deux voies de trafic à haute vitesse. Tout cela pour... tenter d'atteindre vivant la rue de Chantepoulet... Si vraiment vous êtes du genre kamikaze, vous aurez même pris le risque d'attendre le feu vert devant l'horloge fleurie, et osé la même manoeuvre au moment du démarrage de la meute des voitures. Jamais essayé ? Faites-le. La risque de mortalité est plus élevé que lors d'un saut de base-jump.

Alors quoi, il aurait fallu que vous veniez prendre la place des piétons au jardin anglais ? Que vous empruntiez ensuite la passerelle piétonne du pont du Mont-blanc en slalomant entre eux ? Tout cycliste tenant à la vie vous le dira, il empruntera la passerelle piétonne du pont du Mont-blanc. Si vous lui dites que vous prenez la route, il vous regardera comme un demeuré. Mais quoi ? Tu roules sur la route? Tu veux mourir ou quoi ?

Un autre exemple ? Boulevard Georges Favon. Vous commencez par emprunter la (nouvelle) piste cyclable qui s'arrête abruptement dans un resserrement coupe-gorge à hauteur du café-glacier du Remor, où les voitures vous serrent et tassent contre le trottoir. Atteignant le pont de la Coulouvrenière, une indication vous envoie disputer la passerelle aux piétons. Totalement illogique, incohérent et dangereux.

 

Respectez les règles fait de vous un kamikaze.

Vous en affranchir pour sauver votre peau un cycloterroriste.

Or, les cyclistes ne souhaitent rien d'autre que d'être des usagers de la route, tout simplement, avec une véritable place aménagée pour eux.

Ni kamikaze, ni terroriste, juste usager de la route.

Dites, c'est quand qu'on leur fait cette vraie place?

 

Faites respecter la loi pour préserver les plus vulnérables !

PRO VELO Suisse recommande aux cyclistes, d’entente avec la Confédération, de conserver une distance minimale de 70 cm avec le bord de la route ainsi que les lignes de sécurité. Dans les giratoires et pré-selection vers la gauche, le cycliste s’écartera de la droite pour se placer plus au centre de la voie de circulation.

Excusez-moi, mais si je respecte à la lettre ces recommandations, en ville, en trois jours, je suis MORT.

De leur côté, les automobilistes devraient laisser une distance d'au moins 90cm lorsqu'il dépassent un cycliste. Faites le calcul : 70 cm du trottoir + 90cm de sécurité avec le vélo. Quand une voiture me dépasse, elle devrait donc être à 1mètre 60 du trottoir... désolé, ce n'est pratiquement jamais le cas.

Alors, entre risquer sa peau ou une amende à 60.- le "choix" sera toujours vite fait.

Et à tout prendre, je préfèrerai toujours être considéré comme un cyclo-terroriste que d'être mort.

 

Les amendes sont à la prévention ce que la matraque est à la pédagogie

On peut s'étonner aussi que la Ville de Genève mette généreusement en garde les cyclistes sur son site web. Mais vous chercherez en vain une page similaire avertissant les automobilistes de faire attention aux cyclistes et aux piétons.[2] Pourtant, qui sont les tueurs de la route et envoient concrètement les gens de vie à trépas ?

Si l'augmentation des cyclistes est estimée à 30% environ tous les 5 ans, il n'y a jamais 30% d'augmentation des mesures d'accompagnement et des pistes cyclables mises à disposition. Jamais.

On peut donc envoyer la police pour sanctionner les vélos, on ne cachera pas la seule vérité qui ressort de leur action stérile : aujourd'hui, on prend du retard à Genève concernant la mobilité des cyclistes.

Il y a toujours plus de cyclistes à Genève, toujours moins de place pour eux sur la route.

La police peut bombarder les cyclistes d'amendes, bomber le torse et faire de la communication.

Cela n'y changera malheureusement rien. C'est tristement le seul enseignement à retenir de ces opérations cosmétiques... 

 

 

[1]  http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/cyclistes-collima...

[2] http://www.ville-geneve.ch/themes/mobilite/velos/circuler-velo/conseils-securite/

 

.................................................

www.sylvainthevoz.ch

07:12 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (37) | Tags : cycliste, vélo, danger, voiture, mobilité, ville, risque, police, amendes, genève | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Même si je suis scootériste, je suis (exceptionnellement) totalement d’accord avec vous sauf quant à votre affirmation comme quoi les contrôles effectués hier et demain contre les cyclistes ne servent à rien.
Au contraire, ils servent à encaisser un maximum d’argent et c’est d’ailleurs leur unique (mais inavouable) but.

Écrit par : Vincent | 03/11/2016

Je suis également cycliste. Mais je ne suis pas totalement d'accord avec vous.

Il faut être un peu maboul pour emprunter Le pont du Mont Blanc ou le boulevard Geroges Favon, qui sont des axes où circulent beaucoup de voitures. Alors qu'il est tout à fait possible de prendre un pont ou une rue parallèle. Le réseau vélo n'est pas juxtaposable avec celui des voitures. Cela est normal. Car notre ville n'a pas été pensée pour la voiture ou le vélo (ni même les deux en même temps), mais aux calèches et aux piétons. A vouloir à tout prix faire passer des pistes cyclables partout ont tend à faire prendre des risques à tous les monde. C'est pour cela qu'existe une signalisation dédiée aux vélos à Genève.

Oui, il y a bien des carrefours où il faut mieux ne pas se fier au feux de signalisations et passer au rouge, si on souhaite passer sur une présélection à gauche, par exemple.... Mais encore faut-il bien connaître les lieux.

De plus, je ne considère pas les automobilistes comme des adversaires. Mais bien comme des partenaires. Comparativement aux cyclistes, les automobilistes respectent bien mieux le code de la route et sont conscients des dangers. Je connais des cyclistes qui ne savent pas ce qu'est une priorité de droite ou un céder le passage. Trop de cyclistes estiment être au dessus des lois et du respects des autres usagers de la route (automobilistes, piétons et autres cyclistes).

Si la police se retrouve à devoir verbaliser, c'est qu'il y a une partie importante des cyclistes qui se croit toute permise. Ceux qui roulent sur les trottoirs, prennent les parcs pour des pistes cyclables roulant comme des dingues, ceux qui ne s'arrêtent jamais à un passage pour piétons,....

Si les cyclistes veulent être pris aux sérieux, il faut arrêter de tomber de la gueguerre cyclistes/automobilistes. La meilleure chose à faire est de viser la sensibilisation des cyclistes face à la réalité de la circulation à vélo en ville. Connaître un minimum le code de la route, le réseau des routes conseillées en ville ou les règles basiques de sécurité pour pouvoir véritablement se poser comme des usagers de la route viables et sérieux! Surtout qu'il y a de plus en plus de vélo électriques, qui roulent deux fois plus vite qu'un vélo simplement mécanique, cela sans permis.

Écrit par : Riro | 03/11/2016

Je ne sais pas ce que vous faites dans la vie, ni même si vous faites quelque chose. Mais j'observe que vous prenez toujours la défense des terroristes, quels qu'ils soient, en les considérant comme des victimes d'une société injuste qui n'est pas faite pour eux (poncif connu). En se respectant pas les règles établies, les cyclistes torpillent le vivre-ensemble, vous devriez le savoir. Pourquoi ne pas le souligner ?

Écrit par : joseph | 03/11/2016

Comme Riro, je pense que nous ne devons pas aborder la question en adversaires.
Dédouaner les comportements dangereux des cyclistes en invoquant les délires d'automobilistes ne permet pas d'avancer. Ca me fait penser à une classe turbulente, où un chahuteur se dédouane, en disant qu'il n'est pas seul et que la maîtresse ne doit pas le punir, si elle ne punit pas aussi ses camarades.
(Dans ce cas, la maîtresse répond : Eh bien, je punis tout le monde ! merci du bon conseil.)

Il est juste de constater, qu'il n'y a pas assez de place pour tous en ville de Genève (et parfois également en périphérie). Il va falloir faire des choix et arrêter de prétendre que tous les modes de déplacement sont équivalents. C'est vraiment mettre la tête dans le sable, ou en l'occurrence le bitume.
Décider de priorités est plus difficile et demande davantage de courage politique, que de cibler chaque catégorie à tour de rôle.

On peut augmenter la surface des voies de circulation , p.ex. en rasant des immeubles, supprimant des espaces verts, construisant des ponts. Ainsi, il y aurait de la place pour ajouter des pistes cyclables sûres et les voitures pourraient enfin jouir de la vitesse en ville. Et ne parlons pas des scooters et motos ! Est-ce ça que l'on veut ?

Ce qui nous réunit tous, c'est d'être à la base des piétons.
C'est notre plus petit dénominateur commun.
A mon sens, il faudrait partir de là et se demander, comment on conçoit une ville pour des êtres humains, qui ont des besoins de déplacement et qui ne veulent pas mourir écrasés par celui qui a le véhicule le plus gros, le plus puissant ou rapide dans l'échelle de l'évolution de la mobilité.
Ni d'ailleurs être asphyxié ou empêché de dormir la nuit.

Je n'ai pas une réponse toute faite, car je ne suis qu'un individu parmi tant d'autres, mais avec de multiples modes de déplacement : piétonne parfois effrayée, cycliste toujours inquiète, automobiliste en souci et effarée, utilisatrice des TPG.
Je pense qu'une société un peu évoluée devrait pouvoir fixer des priorités en ayant à l'esprit le bien commun.
Certains devront changer de fonctionnement, il n'y aura pas que des gagnants, mais avec la loi de la jungle, ce n'est pas forcément paradisiaque non plus.

Écrit par : Calendula | 03/11/2016

Contrairement à ce que sous-entend l'article, PRO VELO Suisse d'entente avec la Confédération, ne conseille justement pas aux cyclistes de rouler à 70cm du bord à l'intérieur d'un giratoire mais au centre de la chaussée: http://www.pro-velo.ch/fr/themes-et-projets/securite-routiere/pedaler-en-securite/. C'est en effet, la meilleure manière de ne pas ressortir indemne d'un giratoire...

Écrit par : Zoé Dardel | 03/11/2016

@Riro
"
Comparativement aux cyclistes, les automobilistes respectent bien mieux le code de la route et sont conscients des dangers.
"

Positionnez-vous à un carrefour à grand trafic et observer les voitures :
- Feux jaunes brûlés systématiquement
- Manipulation de téléphone
- Blocage du carrefour
- Non-respect de la priorité des piétons quand le feu jaune clignotant "attention piéton" est présent avec le feu vert voiture
- Non respect des priorités.

Toutes ces infractions sont ultra courantes ... mais quand on voit la réalité avec des lunettes déformantes, on les ignore.

Écrit par : El Captain | 03/11/2016

"Toutes ces infractions sont ultra courantes ... mais quand on voit la réalité avec des lunettes déformantes, on les ignore."
En tant qu'automobiliste je me plains aussi des comportements que vous dénoncez. Le même liste d'infractions et j'ajouterai "incivilités", sauf le téléphone, peut aussi bien servir pour les cyclistes, qui représentent aussi un danger lorsqu'ils les commettent. Ne serait-ce qu'indirectement par le stress ou les manoeuvres qu'ils imposent aux automobilistes.
Les lunettes ne sont donc pas vraiment déformantes, elles sont simplement au servie des yeux et du cerveau de celui qui regarde.

Écrit par : Mère-Grand | 03/11/2016

Les cyclistes eux-mêmes et les partis rose-verts qui les soutiennent sont les premiers responsables du manque de compréhension que les autres usagers ont aujourd'hui envers eux.

Pourquoi ?

Parce qu'ils ne respectent pas eux-mêmes les règles les plus simples de la loi sur la circulation routière LCR.

1.

Tout véhicule qui circule la nuit tombée doit être muni d'un dispositif d'éclairage. Et chaque genevois a pu voir monter la marée des cycles roulant sans aucune lumière la nuit, et cela grâce à la complicitié des autorités sans doute rose-verte qui ont gentiment laissé faire... au parfait mépris de la LCR art. 41.

Les cyclistes revendiquent la liberté et le respect. Je connais quelques personnes âgées qui ont arrêté de rouler la nuit tombée tellement elles avaient peur de ne pas voir un jour un cycliste non éclairé et de le renverser. Ici les cyclistes se sont accaparé une liberté commune de circuler selon leur propre conception et à leur seul avantage.

2.

La vitesse doit toujours être adaptée aux circonstances art 32 LCR. Ce qui implique pour circuler au milieu de piétons de ROULER AU PAS, c'est-à-dire de ne pas rouler plus vite qu'un piéton marchant au pas...

Je n'ai jamais vu un, je dis bien UN-E cycliste respecter cette règles par exemple en traversant au bord du jardin anglais, transformant au contraire ce lieu en piste de bowling avec pour quilles possibles des petits enfants qui courent sur l'esplanade.


Vous dites que les cyclistes ne sont ni des terroristes ni des kamikazes, ce n'est pas mon avis. Les exemples 1 et 2 ici vous démontrent exactement le contraire !

On ne demande pas le respect et la discipline aux autres avant de se la demander à soi-même.

Tout le reste c'est du vent.

Michel Piccand

Écrit par : Michel Piccand | 03/11/2016

Vu que les cyclistes ne sont pas capables d'estimer les risques de circulation dans les voies où circulent des voitures, je propose ...

... la création de pistes cyclables dans les voies où circulent aujourd'hui les piétons, ....

... à partager avec les skateurs, les skatebordeurs, les trottinetteurs, et tous les autres machins à roues et à roulettes ...

... et la création de pistes cyclables dans les voies de bus et de tram !

Tagadayaka !

Écrit par : Chuck Jones | 03/11/2016

@El Capitain

Vous avez raison. Il y a des infractions. Mais combien par rapport au nombre de véhicules?

Le blocage de carrefour n'est souvent pas une infraction volontaire. Mais simplement une mauvaise évaluation. Vous pouvez vous retrouver au milieu d'un carrefour et avoir passé au vert..... Cela fait-il de vous un délinquant de la route? Non.

Je suis cycliste/automobiliste/péton. Combien de fois me suis-je fais dépassé à un carrefour, par un cycliste ne respectant pas le feu??? Les types qui traversent des lignes blanches ou même double?? Ceux qui ne s'arrête jamais à un passage piéton, même quand des gosses traversent ils préfèrent les contourner..... J'ai rencontrer des types qui gueule,car j'étais arrêté à un feu rouge!

J'ai des connaissances qui dû passer leur permis d'auto pour se rendre compte à quelle point elles ne respectaient pas le code de la route. Elles représentaient bien un danger pour elles-mêmes et pour les autres. Alors le coup des lunettes déformantes....... à d'autres. Parfois à vélo,je constate que certaines personnes foncent, sans anticiper un comportement d'automobiliste. C'est typique des gens qui n'ont jamais suivi de sensibilisation à la route. C'est "j'ai le droit, donc je fonce!". Ce n'est pas digne d'un comportement responsable. En tant que piéton, j'attends et je cherche de le regard avant de traverser... c'est basique! Pourtant combien le font???

Encore une fois, ce n'est pas en posant en adversaire "méchants automobilistes vs vandales à vélos" que les choses iront mieux. Nous avons tous une part de responsabilité. Et ce n'est pas en voulant imposer un rapport de force que nous seront plus en sécurité!

Écrit par : Riro | 03/11/2016

Les cycloterroristes ne respectent pas les règles de la circulation, circulent à plusieurs de front la nuit sans éclairage, etc. insultent les piétons, jettent leurs canettes, bouteilles ou mégots sur les trottoirs, la totalité sont des dangers publics pour les piétons de tous âges. Ce sont des voyous qui ne respectent pas la vie en communauté. Le seul moyen d'être tranquille sur les trottoirs c'est les semences de tapissiers !

Écrit par : Justine Tittgoutt | 03/11/2016

On aura tous un florilège d'expériences négatives à partager, car à Genève, c'est "chacun pour soi" sur la route.
Les gens sont capables de ne voir que leur propre intérêt, d'où justement les carrefours bloqués, les forçages de toutes sortes, les ouvertures de portières intempestives, les dépassements par la droite (scooters et motos)avec grappes devant le feu rouge, en plus des zigzags de certains cyclistes parmi les piétons.
Mes enfants ont récemment passé leur permis et elles étaient ahuries, en constatant que quantité d'usagers ne respectaient pas les règles élémentaires. Elles râlaient de se savoir qu'elles allaient devoir faire preuve d'exemplarité pendant trois ans, avant de voir leur permis validé et pensaient qu'il y avait comme un double discours.
Il n'est pas difficile d'expliquer, qu'il faut bien commercer une fois à éduquer les conducteurs et qu'on ne peut pas mettre un gendarme à chaque coin de rue.
Je pense qu'il est nécessaire de pruner, d'affirmer que le code de la route n'est pas en option. A mon sens, c'est la seule solution, la prévention est insuffisante.
Mais les Genevois ne supportent pas les contraventions et d'aucune sorte, par principe. Le génie du lieu veut qu'elles soient contestées en toute circonstance. Je tombe toujours à plat avec ma mentalité psychorigide, prônant une sorte de civisme un peu simplet.
Et pourtant, n'y aurait-il pas plus de dignité à assumer ses responsabilités, tête haute, au lieu de crier à l'injustice ?!?!

On a en définitive un bon instinct de survie, car il pourrait y avoir bien plus d'accidents...

Écrit par : Calendula | 03/11/2016

Scène cocasse ce matin au bout du pont de la Coulouvrenière: plusieurs cyclistes attendant sagement d'emprunter le passage piéton (c'est certainement interdit, mais indispensable dans ce coin-là), le feu piéton étant rouge. Pendant ce temps-là, une demi-douzaine de piétons ont bravé le feu rouge sans sourciller. A quand une opération commando contre les piétons qui ne sont tenus de respecter aucune règle?

Autre coin aberrant: Bd James-Fazy. La piste cyclable est agréablement placée entre le tram (à votre droite) et les voitures (à votre gauche). Plus loin, les cyclistes sont priés de rouler sur le pont (j'adore!!!). Par conséquent, dans le virage, le cycliste doit franchir les rails du tram tout en évitant de se faire shooter par les voitures qui tournent vers la rue de Saint-Jean.

Sur de nombreux carrefours, il y a de petits feux pour cyclistes, mais qui passent au vert exactement au même moment que les feux pour voitures. Parfaitement inutile.... En effet, si les cyclistes brûlent les feux, c'est pour pouvoir passer avant les voitures et éviter de se faire renverser par ceux qui tournent à droite en ignorant royalement la créature à deux roues qui prétend aller tout droit.

Alors il est vrai qu'il y a des têtes brûlées qui foncent tout droit, sans phares etc. Mais ne pourrait-on pas utiliser, ici aussi, l'expression "pas d'amalgames" ? Tous les cyclistes ne sont pas des terroristes, il y en a plein qui sont pacifistes et modérés, si seulement on voulait leur permettre de survivre.

Pour une fois, cher Sylvain, j'applaudis votre texte des deux mains et des deux roues. Je confirme qu'on est obligé de faire preuve de créativité pour rester en vie.

Écrit par : Arnica | 03/11/2016

"Ce qui implique pour circuler au milieu de piétons de ROULER AU PAS, c'est-à-dire de ne pas rouler plus vite qu'un piéton marchant au pas...
Je n'ai jamais vu un, je dis bien UN-E cycliste respecter cette règles"
Ben ça veut juste dire que vous ne m'avez jamais croisé...
Et même, si je vois une personne âgée ou des enfants, je m'arrête, je pose le pied à terre et j'attends que la personne ne se trouve plus sur mon chemin.
Mais je roule très rarement sur un trottoir. Sauf s'il n'y a pas moyen de faire autrement. Il faudrait aussi dire aux piétons de respecter les pistes cyclables.
Quand à l'absence d'éclairage la nuit, chacun est libre de se suicider, non?

Et combien de chutes because automobilistes pas respecter règles de circulation?
1) Voiture sortie d'une place de stationnement tout en effectuant un demi-tour sur place (et bien sûr sans regarder si la voie est libre): résultat route coupée et valse par-dessus de le capot de la voiture.
2) Obligation pour la voiture de tourner à droite. Que nenni, elle tourne à gauche et va franchir la ligne double séparant la chaussée. Résultat route coupée et chute sur la chaussée.
3) Et il y en a d'autres. Les terroristes routiers sont les chauffards: vitesse, alcool, etc.
Et combien de chocs brutaux évités de justesse quand un automobiliste ouvre sa portière sans regarder ce qui vient derrière?

http://www.rts.ch/info/suisse/1107747-net-recul-des-morts-sur-la-route.html
La voiture tue et pollue. Et rend malade. Ce que ne montre pas le lien ci-dessus: les morts indirects dus à la voiture et à la pollution ainsi engendrée. Toute la ville respire la pollution. À votre santé!

Le réseau cyclable est nul. Et pourtant nous avons voté pour son amélioration...

"la totalité sont des "
Tout ce qui est totalisant voire totalitaire est insignifiant.

"Positionnez-vous à un carrefour à grand trafic et observer les voitures :"
J'ajoute (en dehors du carrefour):
- Queues de poisson après un dépassement.
- Non respect des distances de sécurité.
- Dépassement par la droite La bonne nouvelle est que cette manoeuvre coûte 3 mois de retrait de permis. Avis aux amateurs.
- Dépassement de la vitesse autorisée: récemment suite aux travaux sur l'autoroute de contournement et la limitation à 80km/h est affiché le nombre de permis retiré: plusieurs dizaines. Jouissance!

Écrit par : Charles | 03/11/2016

J'oubliais

- Le non respect systématique des zones 30

- Le non respect de la priorité du piéton qui a manifesté son intention de traverser.

Je ne peux que ricaner en lisant certains commentaires ci-dessus qui tendent à minimiser certaines infractions automobilistes communes, au prétexte qu'on ne pourrait faire autrement.

Écrit par : El Captain | 03/11/2016

>>> "Et les voitures? Peut-être à Noël... ou à la semaine des quatre jeudis, qui sait."

De toutes évidences vous n'avez pas de voiture, sinon vous sauriez que pour les automobilistes la répression maximale c'est 365 jours pas année. Et vous n'avez pas du entendre parler de via secura qui envoie un automobiliste ayant bu deux bières plus surement en prison que s'il avait attaqué une grand-mère pour lui voler son sac. Vous ne devez pas non plus être au courant, malgré votre fonction, que le rouge-gris service du stationnement a bien plus d'effectif que la task force anti drogue. Que pendant que vous hurler a la violation de la vie privée quand une camera de surveillance est placée sur un lieu de deal ou de vandalisme fréquent, des robots identifiant les plaques/lieux et heure de stationnement sont mis en oeuvre pour industrialiser la répression des automobilistes, et qu'il y a une camera au dessus de quasiment chaque feu rouge... Vous en voulez plus ?


>>> "Les amendes sont à la prévention ce que la matraque est à la pédagogie"

Que quand il s'agit de cyclistes ? Ou aussi quand c'est des automobilistes, ou des fraudeurs du fisc ?

Ceci dit je suis parfois aussi cycliste et il est évident qu'il faut améliorer la sécurité par des aménagements adéquats, mais ça n’excuse en rien une mauvaise foi aussi crasse.

Écrit par : Eastwood | 03/11/2016

Bonjour
Comment peut on râler et demander plus de sécurité, de pistes cyclables, etc, quand on a pris comme usage de griller les feux rouges ? Peut être la sécurité commence par ce dernier point qui est sans frais et applicable de suite.

Prenons la photo de la TDG, contrôle de l'interdiction des cyclistes dans les rues basses : faudrait peut être arrêter de passer dans le petit mètre entre deux trams qui se croisent, si l'on veut de la sécurité non ?

Écrit par : Re Marc | 04/11/2016

Perso je fais du vélo depuis 30 ans en faisant attention aux autres et notamment les piétons. Par ma vigilance, j'ai évité des centaines d'accident avec des automobilistes inattentifs et parfois volontairement dangereux ou des scooters et motos qui sont une plaie en ville. Il y a 2 ans, j'ai respecté scrupuleusement le code de la route. J'avais un risque d'accident grave par semaine. Cela s'est terminé par un accident léger, la boule au ventre sur le vélo et la quasi-décision d'arrêter le vélo. Et je me suis posé la question de pourquoi avant je n'avais pas peur. La réponse m'est apparue simple. Auparavant, en brûlant les feux piétons ou ceux ou je peux tourner à droite, je parvenais à rester le plus souvent loin des voitures et motos et j'étais plus tranquille, avec moins de risque. Depuis, j'ai repris mes vieilles habitudes et cela va mieux, la peur a disparu mais je reste vigilant. Entre être blessé (une voiture s'est arrêté une fois à 10cm de mon genou gauche) et être plus en sécurité, le coix est vite fait. Le trafic cycliste doit être séparé du trafic motorisé.

Un dernier point. Quand vous tournez à droite, regardez svp dans votre retro extérieur droit. Le cycliste sur la bande cyclable est prioritaire sur vous. Vous coupez sa voie, vous êtes en tort et vous risquez gravement blessé quelqu'un. Merci.

Écrit par : Lucas | 04/11/2016

Perso je fais du vélo depuis 30 ans en faisant attention aux autres et notamment les piétons. Par ma vigilance, j'ai évité des centaines d'accident avec des automobilistes inattentifs et parfois volontairement dangereux ou des scooters et motos qui sont une plaie en ville. Il y a 2 ans, j'ai respecté scrupuleusement le code de la route. J'avais un risque d'accident grave par semaine. Cela s'est terminé par un accident léger, la boule au ventre sur le vélo et la quasi-décision d'arrêter le vélo. Et je me suis posé la question de pourquoi avant je n'avais pas peur. La réponse m'est apparue simple. Auparavant, en brûlant les feux piétons ou ceux ou je peux tourner à droite, je parvenais à rester le plus souvent loin des voitures et motos et j'étais plus tranquille, avec moins de risque. Depuis, j'ai repris mes vieilles habitudes et cela va mieux, la peur a disparu mais je reste vigilant. Entre être blessé (une voiture s'est arrêté une fois à 10cm de mon genou gauche) et être plus en sécurité, le coix est vite fait. Le trafic cycliste doit être séparé du trafic motorisé.

Un dernier point. Quand vous tournez à droite, regardez svp dans votre retro extérieur droit. Le cycliste sur la bande cyclable est prioritaire sur vous. Vous coupez sa voie, vous êtes en tort et vous risquez gravement blessé quelqu'un. Merci.

Écrit par : Lucas | 04/11/2016

Encore un point, je circule avec un puissant phare et des lampes clignotantes de jour comme de nuit. J'ai même un casque lumineux. Malgré tout cela, certains ne me voient pas, me coupent la route, me foncent dessus dans les rond-points... Merci de faire attention.

Écrit par : Lucss | 04/11/2016

"et qu'il y a une camera au dessus de quasiment chaque feu rouge... "
Faux. Il y a des boîtiers quasiment toujours vides, vu qu'il n'y a qu'une quinzaine de caméras pour tout le canton.

"Vous en voulez plus ?"
Nous voulons moins de morts sur les routes. Vous n'êtes pas d'accord?

Écrit par : Charles | 04/11/2016

Moi qui suis, comme beaucoup, cycliste, mais aussi piéton et automobiliste, il y a une question qui me paraît cruciale : pourquoi lorsque je circule en voiture, je respecte scrupuleusement les règles de circulation et lorsque que je suis cycliste, je m'affranchis de certaines de ces règles ? Je suis une conductrice prudente et respectueuse, en voiture comme à vélo. Et encore plus sur mes gardes à vélo, puisque je suis infiniment plus vulnérable. Vous l'avez dit dans votre article : on se sent (et on est) plus en sécurité si on peut se retrouver en dehors de la meute agressive des véhicules à moteur, sans compter qu'on respire mieux. Non, griller un feu à vélo ne signifie pas être un "terroriste" comme cela le serait pour une automobile. Si les feux étaient adaptés aux cyclistes, ils ne les brûleraient pas. L'erreur est de considérer que le vélo s'assimile à un véhicule à moteur car il ne l'est pas. Il est une sorte de piéton rapide. Presque aussi rapide qu'un véhicule à moteur depuis les vélos électriques, mais aussi vulnérable qu'un piéton dont on a fait à juste titre le roi du trafic pour cette raison précise. Une solution, coûteuse certes mais visionnaire, serait de développer un véritable réseau, efficace, agréable et direct, réservé aux cyclistes. Car malgré toutes les difficultés et les découragements que rencontrent aujourd'hui ces derniers, à Genève du moins, je pense qu'il y en aura toujours plus pour des raisons évidentes de suremcombrement des routes et de pollution et c'est évidemment une bonne chose. Prenons exemple sur les villes du nord de l'Europe, Copenhague en tête, qui ont pris une certaine avance dans le domaine et cessons de considérer à tort les cyclistes comme de dangereux individus, car c'est tout simplement faux. Encourageons-les, rendons-leur la vie plus facile et soyons reconnaissants de leur participation active à rendre la ville plus agréable pour tous.

Écrit par : Aurore | 04/11/2016

@ Charles,

J'aimerais réagir à ceci :
"Quand à l'absence d'éclairage la nuit, chacun est libre de se suicider, non?"
Je conteste le choix du mot " se suicider". Même si je comprends que ça peut être ironique, car les cyclistes roulant sans phare n'ont pas décidé réellement de mourir ainsi.
Il est vrai que des dizaines de personnes par année se jettent devant des trains, pour se suicider. C'est une méthode tout aussi contestable, car elle prend des autres êtres humains en otage.
Le conducteur de la loco n'a pas demandé à tuer un désespéré.

Utiliser un automobiliste pris au hasard, et qui n'a pas demandé à participer à un "suicide", ne me semble pas être un vrai suicide. Il y a quelque chose de de l'ordre de la corrida ou simplement de l'idée qu'on est au fond immortel et c'est aux autres de faire attention, afin qu'on ne meure pas déjà. C'est très égoïste ou inconscient.

La prise de risques fait partie de la vie et en particulier de celle des adolescents.
Un soir, ado roulant sans phare est venu heurter ma voiture dans un giratoire. Ça s'est passé comme dans un film au ralenti, parce que j'étais quasi à l'arrêt, l'ayant quand-même aperçu à temps et ayant freiné sec et lui aussi. Il n'avait rien et son vélo non plus.
J'ai exigé qu'il m'amène chez ses parents. J'ai dû leur dire : " Je viens de presque reverser votre fils dans le giratoire à 300m d'ici et il n'avait pas de phare."
Ils m'ont proposé un verre de rouge !
En tant que parents, on était totalement en phase et je suppose qu'après mon départ, ils auront eu des "biscuits" pour raisonner leur garçon.
Mes enfants à moi sont drillées ad nauseam depuis cet épisode. Je refuse qu'elles se suicident juste parce qu'elles n'ont pas de phare !!!

Écrit par : Calendula | 04/11/2016

@ Lucas

"Encore un point, je circule avec un puissant phare ..."

Ça m'intéresse. Quel type d'éclairage ? Du Led ? Batterie rechargeable ? Quel puissance lumineuse? Et encore le prix si possible. Est-ce vraiment efficace ?
Car je hésite à m'acheter une. Merci d'avance pour une réponse ;-)

Écrit par : Dan | 04/11/2016

- « Non, griller un feu à vélo ne signifie pas être un "terroriste" comme cela le serait pour une automobile. »

Vous allez bien rigoler.

L'autre jour, arrêté à un carrefour sans feu, ni panneau stop, je précise, *** sur ***, je précise, *** complètement en travers *** d'un passage piéton pour pouvoir voir la circulation venant de droite, pour laisser la priorité à droite, plantage de freins 50 centimètres après avoir appuyé sur l'accélérateur.

Venant de la gauche, une dame s'était ruée en courant sur la passage pour piétons, cherchant à passer devant mon véhicule, en poussant ... une poussette, évidemment, chargée d'une bombe humaine.

C'est pour quand le permis de conduire "poussette" ?

Écrit par : Chuck Jones | 04/11/2016

Ce matin, le bus m'a accordé la priorité dans un giratoire.
Victoire! Alleluia! ¡Venceremos!
La campagne de la police aura peut-être eu le mérite de sensibiliser les uns et les autres à la place de la Petite Reine dans la Cité.

Quelques aberrations:
- à la rue Terreaux-du-Temple, la piste cyclable prend soudainement naissance entre deux voies pour voitures. Tout simplement génial.
- tout en bas de l'Av de la Paix, le feu pour cyclistes passe au vert au même moment que le bus, ce qui équivaut à de l'homicide organisé, étant donné que les TPG sont les pires ennemis du cycliste
- au bout de la rue du Stand, le feu cycliste passe au vert en même temps que les voitures; le cycliste se fait couper la route par les voitures qui tournent à droite sur le pont (bcp de carrefours aménagés ainsi)
- les Rues Basses, accessibles aux trams et aux camions de livraison, sont interdites au vélos. Nous sommes priés de prendre un virage à angle droit et en montée après Confédération Centre, à un endroit qui grouille de piétons qui se croient en zone piétonne.
- au bout du Pont de la Coulouvrenière, il y a encore le logo "piste cyclable" sur la chaussée, entre les rails du trams. La piste cyclable sur les trottoirs est très mal signalisée, il y a plein de cyclistes qui ignorent que c'est LE trottoir sur lequel ils ont le droit de rouler.
- il me semble qu'il est dorénavant interdit de traverser le Parc des Bastions à vélo. Il faut donc prendre la rue de la Croix-Rouge et se faire klaxonner dessus à choix par les automobilistes ou par les TPG (qui nous détestent)
- etc.

Dan: j'ai vu une installation lumineuse "disco" qui fait le tour des roues en clignotant. Malheureusement, je ne sais pas où ça s'achète. J'ai ajouté un système de phare à aimants en sus de mon phare par défaut, j'ai un gilet de chantier et j'ai scotché un catadioptre sur mon casque. Celui qui me renverse ne pourra pas dire qu'il n'a pas fait exprès!

Écrit par : Arnica | 04/11/2016

"les TPG sont les pires ennemis du cycliste" Les pires ennemis du cycliste sont les motards. Eux sont aussi sur deux roues et ne voient aucune raison de vous respecter. Dépassement en pleine courbe, se rabattre beaucoup trop vite pour les capacités de vos freins, etc, etc...

Écrit par : Géo | 04/11/2016

@Arnica
"j'ai vu une installation lumineuse "disco"
Il me semble en avoir aperçu chez Decathlon

Écrit par : OMAR | 04/11/2016

@Aurore

" Si les feux étaient adaptés aux cyclistes, ils ne les brûleraient pas. L'erreur est de considérer que le vélo s'assimile à un véhicule à moteur car il ne l'est pas. Il est une sorte de piéton rapide."

Pour les vélo électrique je ne suis pas d'accord. Il m'arrive souvent de me faire doubler par des vélo électriques et ils roulent de plus en plus vite en faisant de moins en moins d'effort. Pour moi, ils sont à mettre dans la catégorie des scooters... On retrouve souvent la même mentalité que les scooteristes. A savoir: d'ancien automobilistes frustrés des bouchons qui roulent comme des sagouins ultra pressés.

Écrit par : Riro | 04/11/2016

@Géo

Les motards sont les champions du "faites ce je dis mais pas comme je fais", certes. Mais un bus TPG roulant à 50km/h qui vous frôle à 20 cm à la la rue de Lyon ça refroidit!

Écrit par : Riro | 04/11/2016

Pas entièrement d'accord avec vous S. Thévoz. Vous ne voyez qu'une des facettes du problème, comme en général dans tous les sujets de vos articles, que je lis régulièrement néanmoins.

Je suis multiple: piéton, cycliste en ville et cyclo-touriste à la belle saison, et très très occasionnellement en voiture dans Genève-ville.

J'observe: une majorité des cyclistes à Genève se conduisent comme des sauvages, sans aucun respect des règles élémentaires de la circulation, que ce soit sur la route et de plus en plus sur les trottoirs. Sur les trottoirs ils se considèrent comme prioritaires par rapport aux piétons: ça doit être leur vengeance, les automobilistes les terrorisent sur la route, donc ils terrorisent les piétons sur les trottoirs, surtout les vieilles personnes!

La vague politique "tout pour la mobilité douce", avec laquelle je suis bien sûr d'accord, les a libérés de tout respect étant donné l'impunité quasi totale dont ils bénéficient. J'ai parfois tenté de raisonner des cyclistes fous sur un trottoir: je me suis fait chaque fois ramasser.

Vous donnez des exemples de trajets, sur le pont du Mont-Blanc etc. Je connais bien les lieux: il y a plein d'itinéraires cyclistes sans grand danger pour éviter les endroits dont vous parlez. Faut être fou en effet pour prendre le pont du Mont-Blanc, suffit de passer par l'île Rousseau. Idem pour Georges-Favon vers le Remor: prenez les petites rues parallèles.

Un dernier mot: je suis très souvent en Allemagne, dans des villes petites et grandes. C'est juste l'inverse de Genève. Les cyclistes s'arrêtent au feu rouge (mais oui), leurs pistes cyclables sont très respectées par les autres usagers, les piétons sont en sécurité. Bref: c'est juste une autre mentalité et un autre état d'esprit. Mais c'est l'Allemagne, pas Genève...

Écrit par : Christian | 04/11/2016

@Charles

"et qu'il y a une camera au dessus de quasiment chaque feu rouge... "
Faux. Il y a des boîtiers quasiment toujours vides, vu qu'il n'y a qu'une quinzaine de caméras pour tout le canton.

>>> Regarder bien, je ne parle pas que des grosse boite blanche radar, mais aussi des petites camera en forme de sphère noire qui sont apparus sans prévenir au dessus de presque tous les feux.

"Vous en voulez plus ?"
Nous voulons moins de morts sur les routes. Vous n'êtes pas d'accord?

>>> Plus d'exemple de la répression automobiliste pour l'information de Mr Thevoz qui feint d'en ignorer l'existence. Sinon il est évident que je veux moins de morts sur les routes, vous n'êtes pas d'accord ?

Écrit par : Eastwood | 04/11/2016

Mon phare est un LUMOTEC IQ2 LUXOS de busch & müller. Il fonctionne sur dynamo et a un condensateur qui lui permet de rester allumé à l'arrêt pendant 4 minutes. http://en.bumm.de/produkte/dynamo-scheinwerfer/lumotec-iq2-luxos.html
Mais malgré sa puissance ce n'est pas suffisant. J'ai un casque Torch aussi pour l'hiver. Très efficace.

Écrit par : Lucas | 04/11/2016

"Mais un bus TPG roulant à 50km/h qui vous frôle à 20 cm à la la rue de Lyon ça refroidit!" Je roule pas mal, sur des routes où il n'y a presque pas de circulation à la montée (je n'aime pas les gaz d'échappements...) mais je descends sur les routes plus fréquentées. Ma première crainte sont les éventuels obstacles sur la route (un caillou contre une roue de vélo de course...)
Les seuls qui m'ont mis en danger sont les motards. Les autres usagers sont très respectueux et je me sens souvent obligé de leur faire signe de passer...

Mais le vélo en ville, à Genève...
De ce que j'en ai vu, le premier problème est entre cyclistes et piétons sur les trottoirs. Cela devrait être absolument interdit, cela ne fait aucun doute pour moi. Si ces cyclistes roulaient sur la route, ils y feraient leur place. Mais il faut reconnaître qu'il y a beaucoup d'arrogance chez les cyclistes. J'habite dans la région où se trouve le World cycling centre. Il y a donc régulièrement des équipes qui passent sur les routes de la région. Ils occupent toute la chaussée, jusqu'à trois de front. Rien à foutre des voitures, et ils tiennent à le montrer. Sur les berges du Rhône, où les voitures sont interdites, ils ont la même attitude envers le malheureux cycliste amateur peinard (genre moi au hasard) qui viendrait en face...
Donc, un peu moins d'arrogance de la part des cyclistes serait un bon début...

Écrit par : Géo | 04/11/2016

Âmes sensibles s'abstenir:
https://www.youtube.com/watch?v=_c2eMgbeEpM

Écrit par : Charles | 04/11/2016

Il y aura un événement mercredi prochaine avec des fonctionnaires de l'etat:

https://www.facebook.com/events/579842388807588/

Green Community Project organise une conférence publique intitulée "Genève s'engage pour la mobilité douce".

Avec les invités :
Luc BARTHASSAT, Conseiller d'Etat chargé du Département de l'environnement, des transports et de l'agriculture (DETA)
Valérie DE ROGUIN, Secrétaire générale de l'association transports et environnement (ATE Genève)
Pietro MAJNO, Co-président de Pro Vélo Genève
Thibault SCHNEEBERGER, Co-secrétaire Suisse romande d'Actif TrafiC

La conférence sera suivie d'un débat public et d'un apéro offert avec des produits bio et locaux.

Entrée libre !

Wednesday, November 9 at 7 PM - 8:30 PM
Maison Des Associations
rue des Savoises 15, 1205 Geneva, Switzerland

Écrit par : Paul | 05/11/2016

C'est fou ce que la vie semble dure lorsqu'on vous lit.

Écrit par : PIerre Jenni | 08/11/2016

Les commentaires sont fermés.