sylvain thévoz

07/12/2016

Les chauds froids (il n'y a plus de saison vous dites?)

 

Après la fête de l'escalade, avant la coupe de Noël, avant les polémiques sur les crèches qui vont nous tomber dessus.

Avant la chaleur des fêtes de fin d'année, après l'ouverture des abris PC pour ceux qui sont à la rue toute l'année. 

Dans l'hiver qui vient, à tous les chauds-froids qui nous saisissent.

Dans la ronde des primaires françaises, où pareilles à celles des stands de foire, de petites figurines politiques sont dressées puis dézinguées.

Alors, comme lors d'un tir à la carabine de plomb, des pipes en plâtre sont volatilisées.

A ceux qui n'osent pas lever la tête, à ceux qui ont peur de se prendre une volée. A ceux qui se taisent.

Au sentiment d'assister au freak show, à la ballade des monstres qui jouent du simulacre, du retournement de veste ou du mime, devant une foule de badauds grignotant du pop-corn, ou se pinçant pour y croire, voire regardant ailleurs... Il y a-t-il spectacle plus saisissant?

Ce serait donc vraiment lui, l'homme qui va faire éclater les chaînes, et celle-là réellement va se faire couper en deux, sans même montrer qu'elle souffre ni hurler ? Spectaculaire.

 

Diversions

A la foire. Aux miroirs déformants, au minces qui se sentent obèses, aux poids lourds qui ne passent plus les portes, mais qui demeurent pourtant tout finauds, pour disparaître d'un coup, quand tourne le vent ou change l'éclairage. 

A l'étrange sentiment d'assister à une course de chevaux, avec des paris furieux, des papiers qui volent, des poubelles pleines de quittances désuètes ou de prises éparses de note, des papiers gras glissés de main en main, avec la peur qui tourne bleue dans les yeux. Il y a même des femmes à barbe maintenant!

Vite, lancer une balle encore, peut-être que l'on atteindra le trou des 100, remplira le panier.

Parier encore sur une autre bestiole. Celle avec une belle crinière, l'autre, avec les sabots à l'équerre.

Hypothéquer sa confiance s'il le faut! Car ce canasson là, c'est le bon (ou plutôt, puisqu'il en faut un, pourquoi ne pas parier sur celui qui serait à cent contre un: perdu pour perdu autant, en rire encore un peu).

A la grande réjouissance de revenir de l'arrière et de coiffer au poteau les plus aguerris, les blanchis sous le harnais, à la grande tentation du pire céder? Mais peut-on se satisfaire du côté revanchard et d'en jouir?

C'est-à-dire: d'en faire perdre certains plutôt que véritablement gagner d'autres, et cesser de construire? 

Ce serait là notre maximum?

 

La course à l'échalote

A l'échauffement des voix, concomitant à l'essoufflement des naseaux; au démaquillage d'Hillary Clinton au lendemain de sa défaite, au vernis de David qui dégouline de sueur quand il s'approche d'une dame. A sa transpiration abondante dans sa tour de verre aux lumières clignotantes. Aux milliardaires convoqué d'une manière cinématographique - on se croirait dans un talk show -ploutocratie-. Et la foule qui suit, les badauds qui regardent le spectacle, comme si ce qui se décidait là en concernait d'autres qu'eux-mêmes.

Oui.

Comme si cela n'était qu'un spectacle. 

A l'angoisse de la fin du monde. A Alain qui s'effondre, à François qui se débine, à tout ce qui pousse tranquillement.  

Bientôt, peut-être, le peuple votera aussi pour retenir ou non son ministre et décidera par sondage des mesures à prendre. Et le président, ou l'algorithme, leur confirmera par tweet leur choix final.

Mais il n'y aura pas un gramme de pouvoir en plus dans la balance pour le peuple. Ce sera un divertissement supplémentaire, enfin, je veux dire plutôt : une distraction en plus.

 

Le cirque

Par les votes des budgets, dans la glaciation de ceux qui dézinguent des lignes à l'aveugle, ne sachant pas à ce qu'ils touchent, mais y allant de leur coup de taser sur ce qui leur déplaît, pour bien montrer qui seraient les patrons, qui peut imposer sa force, ce qui plaît bien et ce qui ne plaît pas - et au diable le bien commun- régime pour tous et ceinture, et ration supplémentaire, pour quelques uns seulement.

Ce qui compte pour eux, c'est de rappeler qui est le boss de l'esthétique budgétaire. Il ne faut pas que ça dépasse ici, que ça aille une jolie forme là et que ça puisse entrer au millimètre dans la pointure inférieure, quitte à tordre, à casser le bout des orteils.

Et finalement : cahin-caha, ça avancerait toujours pareil?

   

Contrôle

La droite obéit à la logique de l'expérience de Milgram. C'est à savoir qui sera le plus désinhibé et augmentera les décharges que porte l'emphase.

Car oui, il faut bien envoyer des décharges électriques, afin que tous aient suffisamment peur, et prennent conscience que les entreprises peuvent partir, vont partir, que la pénurie guette, que la lutte des places sera sans pitié, si on ne déroule pas le tapis rouge pour quelques uns.

C'est du sentiment bien clair du manque et de l'isolement que viendra la paix sociale. Ah, vous le croyez vraiment?  (ça s'échauffe dans les coins).

Dans l'annonce du refus de sortir du nucléaire, dans l'incandescence de la fission des finances publiques ; par Rie3 : dans l'ère de glaciation.

Dans l'hiver qui vient, dans la chaleur brûlante de décembre.

 

Il n'y a plus de saison vous dites?

Dans les frissons des frimas, sur les plaques de glace, avec la neige pixelisée dans les yeux, au risque de glisser.

Aux artistes qui chantent, à ceux qui continuent de patiner sur une surface lisse dont l'épaisseur diminue pourtant. A ceux qui vont vite, à ceux qui font des trous dans la glace pour trouver de la nourriture, et la partagent encore sur le feu.

A la beauté de l'exercice.

A la menthe fraîche. Au givre sur les roseaux. A l'amour.

Au silence des oiseaux.

Au printemps qui vient, à sa chaleur puissante.

 

 

.....................................

www.sylvainthevoz.ch

 

16:35 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.