12/03/2016

L'intimidation, c'est simple comme un coup de fil

file6ooz16inyww10tejk93i.jpg

 

Vous n'avez probablement pas lu la chronique dans le Temps du journaliste Olivier Francey: Bibi fricotin au pays des Mollahs. Et pour cause. Retirée 2h après avoir été mise en ligne et supprimée du print, elle a été gommée, mais demeure toutefois accessible pour les spéléologues du web dans ses strates souterraines, ou ici. [1]

Avec finesse et un esprit mordant dont il a le secret, le journaliste analysait le 3 mars la visite du président de la confédération Johann Schneider-Ammann avec le magistrat Pierre Maudet et le Fribourgeois Beat Vonlanthen à Téhéran: capitale de l’Iran, royaume des riz aux mille saveurs et des paysages contrastés mais aussi chef-lieu des grandes manifestations anti-occidentales et des pendaisons à la chaîne.

Le journaliste dressait alors un portrait non-complaisant et critique du Magistrat Maudet. Il révélait son tête à tête avec l'ayatollah Ali Khamenei  comme "un évènement un peu surréaliste lorsque l'on se rappelle que l'édile, quelques jours plus tôt, s'époumonait contre une employée de la Ville de Genève, voilée à son travail."

#jesuisolivierfrancey ?

Olivier Francey, avec son style libre et jubilatoire, nous rappelait que c'est quand la presse fait usage de sa liberté de parole qu'elle joue vraiment son rôle démocratique de contre-pouvoir. Est-ce alors le style ciselé et percutant de cet article qui l'a condamné aux oubliettes? Ou alors sa trop grande liberté de ton, voire, oh crime de lèse majesté, d'avoir mis en exergue les contradictions et hypocrisies du magistrat Maudet, qui l'a conduit à disparaître en 2 petites heures? 

Ceux qui se sont levés en lançant #JesuisCharlie et défendant la liberté de la presse seraient bien inspirés de ne pas réserver leur indignation aux atteintes qui se portent à des centaines ou milliers de kilomètres mais à celles qui se déroulent dans notre Genève réputée si libre et démocrate. Alors, à quand le hashtag #jesuisolivierfrancey ?

Le pouvoir de l'omerta

Il se dit que le journaliste Didier Tischler, ayant osé être critique envers le magistrat Maudet, pointe désormais au chômage de longue durée après s'être fait virer du Matin[2]. Comment nommer cela ? Le vrai pouvoir, c'est celui qui n'a même plus besoin de s'exercer pour que ses effets se fassent sentir. Faites des articles vitaminés sur comment Maudet fait de la course à pied, son activisme médiatique avec les djihadistes, mais un lien entre ses postures sur la laïcité et sa docilité devant un mollah qui pend des gens; ça, ça ne passe pas.

Le courage le pouvoir le rappel à l'ordre    

Ce qui est certain, c'est qu'Olivier Francey a franchi une ligne rouge. Et il semble que dans notre régime, si on peut prétendre à la liberté de parole, il n'est pas certain que l'on puisse l'exercer librement et surtout sans conséquences. En s'exprimant avec mordant, ce journaliste a dépassé une limite. Laquelle? Et qui l'a rappelé à l'ordre?

Il serait intéressant qu'un journaliste de la place se donne la liberté de faire un petit article sur ce sujet.

 

[1]  https://www.anony.ws/i/2016/03/12/LeTempsIran01.jpg

 https://www.anony.ws/i/2016/03/12/LeTempsIran02.jpg

[2]http://didiertischler.blog.tdg.ch/index-12.html

 

 

.......................................

www.sylvainthevoz.ch

11:51 Publié dans Air du temps, Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.