sylvain thévoz

23/09/2015

Pourquoi je suis candidat au Conseil National

Pourquoi tu veux y aller, pourquoi es-tu candidat au National ? Cette question on me la pose tous les jours, ou presque. Ma réponse est la suivante :  une société plus juste est possible. Elle ne tombera pas du ciel. 

 

Si je peux comprendre que le politique ne fasse pas toujours rêver, il me semble mille fois préférable d'agir, de s'engager, que de subir. Même dans une démocratie participative comme la Suisse, 95% des objets votés au parlement ne seront pas soumis au peuple. C'est finalement un petit 5% sur lequel on peut se prononcer directement. Le gros des décisions sont prises à Berne, sans même que l'on s'en rende compte. Elles ont pourtant un impact direct sur nos vies. Voter c'est décider, ne sous-estimons pas les élections. [1] Et être candidat c'est finalement la meilleure manière d'être bien représenté, et de prendre son destin en main. 

 

Mon engagement est basé sur 3 axes principaux :  le social, la place de la Suisse en Europe, les réformes fiscales à venir.

 

Le Social

Par mon engagement professionnel, je suis au quotidien, interpellé par les questions sociales. Je ne suis pas convaincu en l’état par la réforme des rentes AVS et du 2e pilier qui occupera le parlement ces prochaines années.

Ce n'est pas une politique progressiste de faire passer l'âge de la retraite des femmes de 64 à 65 ans, d'abaisser fortement le taux de conversion des rentes du 2e pilier, et d'augmenter massivement la TVA en faveur des retraites.

Elu au parlement, je travaillerais d'arrache-pied, durant ces prochaines années, pour que ce projet devienne véritablement social. Les rentes de l’AVS doivent être augmentées de 10%, sans relèvement de l’âge de la retraite. A travail égal, salaire égal, il n'est pas juste que les femmes travaillent plus et plus longtemps pour des salaires moindres.

 

La place de la Suisse en Europe

L’UDC devrait être rebaptisée l’Union of Dead Children : l’Union des enfants morts. Ce parti xénophobe, qui fait petit à petit de la Suisse un pays renfermé sur lui et isolé, est directement responsable de la mort de centaines de gens, par les restrictions du droit d’asile qu’il a initié, l’interdiction de faire des demandes d’asile depuis les ambassades, et sa politique de défiance vis-à-vis de l'autre.

La Suisse est un pays vieillissant. Nous ne survivrons pas sans apport extérieur. La Suisse doit être responsable et avoir une vision d’accueil réactive. Elle n’a pas le droit de laisser mourir des enfants à sa frontière et s’en laver les mains.

La votation du 9 février 2014 a montré que l'UDC voulait casser ce qui a fait la richesse de la Suisse : sa capacité pragmatique, innovante et accueillante.

Laisser ceux qui font commerce de la peur devenir les fossoyeurs de la Suisse ? Jamais! 

 

Les réformes fiscales

En prévision de la troisième réforme de l'imposition des entreprises (RIE III), il faut bien entendu que la Suisse demeure économiquement compétitive. Mais elle ne doit ni brader son potentiel ni le faire au détriment des citoyen-ne-s. Il n'est pas juste que ce soient toujours les mêmes qui profitent de la croissance. Et il n'est pas équitable que la richesse bénéficie à un petit nombre pendant que les inégalités s'accroissent.

Virer du parlement celles et ceux qui font profession de servir les lobbys avant la démocratie est urgent! Elire c'est choisir, c'est éliminer aussi.

Ce ne sont pas aux travailleurs d’être les variables d’ajustement et de faire les frais des politiques d’austérité. Renforcer la protection contre les licenciements et préserver les chômeurs et chômeuses âgé-e-s du chômage de longue durée, imposer l’égalité des salaires à travers des dispositions contraignantes et des conventions collectives de travail, doit se faire à l’échelon national. 

Il n’y a pas de fatalité qui préside au fait que notre société soit de plus en plus inégalitaire.

 

Genève dispose d'un formidable potentiel de développement. Nous n'avons pas encore su le mettre en valeur, ni le défendre à l'échelle fédérale. Notre région dispose de ressources et d’un bassin de compétences peut-être unique au monde. Pourquoi je suis candidat au Conseil National ? Parce qu'une société plus riche, plus juste, est possible. 

 

Qui je suis

Je suis né il y a 40 ans à Toronto, Canada. Fils d’un médecin suisse et d’une infirmière française. Professionnellement, je travaille dans le domaine social. Mon engagement associatif est marqué. Je suis membre du comité de l’ATE, Association Transports et Environnement,  d’Appartenances: association proposant des soins psychologiques, un soutien et une intégration des personnes migrantes; d’Aspasie et de Boulevard: associations défendant les droits des personnes qui exercent le travail du sexe.

 

Je siège depuis 5 ans au conseil municipal de la Ville de Genève, à la commission de l’Aménagement et de la Culture, ayant assuré la présidence de cette dernière en 2014. L’écriture, comme la parole, est un outil pour travailler les consciences et les coeurs. Je suis engagé dans le collectif Art et politique (Kunst und Politik). En parallèle de ce blog, j'écris des nouvelles et de la poésie, parce que je crois que l’Homme construit ses conditions de vie et qu’il n’y a nulle fatalité dans ce monde.

 

Une société plus égalitaire est possible. Elle ne tombera pas du ciel. 

 

 

[1] http://www.sept.info/club/ne-estimons-elections-voter-cest-decider/

 

...........................................

www.sylvainthevoz.ch

 

 

11401500_10153304060346826_2948900798104134039_n.jpg

 

10:11 Publié dans Air du temps, Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.