sylvain thévoz

31/07/2015

Genève, la nuit

ArwmX5efpF4D43iODWRfhV7Rn-SMyHgaGRUDMkwdAUM.jpgVendredi.

J’ai été violée par mon premier mec.

Mon corps ne m’appartient plus. Ce qui est dedans n’est plus à moi. Il n’y a plus rien de protégé. Plus rien à soustraire, plus rien à préserver.

J’en parle toujours comme s’il s’agissait d’une autre. Comme si c’était arrivé à une femme qui est ma meilleure amie. Parfois je regarde les plaques des rues et je les récite, ça m’empêche de trop penser : rue Jean Sénebier, boulevard Helvétique, rue de l’Athénée, rue François d’Ivernois, puis je recommence dans l’autre sens rue François d’Ivernois, Ferdinand Hodler, rue de l’Athénée, boulevard Helvétique, rue Jean Sénebier. Des mecs que des mecs, tout le temps.

J’exige toujours la capote. Les mecs sont des tarés. En baisant, ils essaient de l’enlever, de te mettre sans protection, à nu. Avec un mec derrière moi, je garde toujours un doigt à la base de son sexe, pas qu’il l’enlève. Quand je tourne le dos je regarde par-dessus moi.

A l’intérieur, à l’intérieur de moi je fais des signes de croix.

Dieu est toujours là quand je travaille.  

Dieu est toujours là quand je baise.

 

Je me protège du mieux que je peux.

Toutes les filles te diront ça, mais tu verras, après, pour le fric, pour un soir, parce qu’elles font confiance, parce qu’elles en ont marre, elles vont risquer leur corps et leur santé.

Moi, je mets les choses au clair. Ce sont les lois du marché qui veulent ça. Le tarif, la durée, où on va et comment : tout est posé d’entrée. Je ne laisse rien au hasard.

Je suis douce, ferme, et polie.

Le client est roi. Mais il ne doit jamais me prendre pour une conne.

Je rentre dans sa voiture. C’est son territoire. Quand je suis embarquée, je prie.

 

yycE4FdUubLTNZmN-MtkVM4KO23_o7ILFgX3aT7FEUE.jpgC’est sur le trottoir, exposée, que je me sens le plus en sécurité. Car il y a les collègues qui travaillent, je connais chaque coin du boulevard, la petite rampe qui monte d’un côté, et redescend de l’autre, les balustrades en ferronnerie rouillée où s’adosser. C’est un lieu que j’ai appris à apprivoiser.  Il m’est devenu en quelque sorte familier.

Dire que je l’aime ce serait trop dire, mais je l’ai apprivoisé. Ou peut-être est-ce l'inverse en fait. Je ne sais pas. Genève, la nuit, pour moi, c'est comme cela.

Voilà tout.

 

Photographies: Tous droits réservés Eric Roset www.eric-roset.ch

12:14 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : prostitution, genève, nuit | |  Facebook |  Imprimer | | |

30/07/2015

Amène des fleurs, s’il te plaît

prostitution,genèveJeudi.

Tu vois l’homme qui tourne là-haut depuis toute à l’heure ? C’est un voleur, un dingue peut-être, ou les deux. Ici, on est environnées d'hommes comme ça.

Je ne sais jamais à qui j'ai affaire, sur qui je vais tomber. Me mettre là, sur la route c’est risquer ma vie, ma peau. Quoi que je fasse, c’est ce qui peut arriver.

Un dingue peut planter sa voiture devant moi et me tirer dessus, sans que je n’ai pu bouger ni eu le temps de comprendre ce qui m’arrivait. Sans que je n’ai rien dit ni fait d’autre que de venir travailler là ; me mettre sur ce bout de route, de trottoir.

Je risque tout le temps de me faire planter, trouer.

Mais je suis croyante, je prie. Si les saints m’abandonnaient, je n’aurais plus aucune protection. Je pourrais mourir ce soir, dans une heure. Tu viendrais, et je ne serais plus là.

A l’hôpital ou à la morgue, amène des fleurs, s’il te plaît.   

Pas d’alcool, pas de drogues. Mon corps, c’est ma fabrication. Je suis une athlète. Je place mes protections en amont. Quand j’arrive, je suis bien préparée. Même à moins cinq degrés, je dois travailler; avoir l’air jolie, ou à tout du moins mutine, selon les lois du marché.

Il faut plaire au client, quel qu’il soit, pour qu’il revienne. Laid ou pas, lavé ou non. Quand tu as tes réguliers, c’est mieux. Ce sont les lois du marché qui veulent ça.

Je ne monte pas avec des personnes que je ne sens pas. J’ai des règles, un code de conduite. Je regarde bien comment la voiture tourne, la gueule du mec, d’où il vient, ses plaques minéralogiques. J’apprends de mon passé. Il y a des mecs, je n’irai plus jamais avec eux, d’autres je m’y risque en disant : prudence, fais gaffe là. Mais parfois, quand faut y aller faut y aller...

 

(La cabane est ouverte aux quatre vents. Les volets tapent et les carreaux sont cassés. Le canapé rouge penche d’un côté, et au milieu il y  a de petits vêtements d’enfant éparpillés.)

 

prostitution,genèveDes filles sont déposées en rase campagne. Elles reviennent en marchant sur leurs talons durant des kilomètres. D’autres sont amenées dans des baraques lointaines avec quatre mecs qui les attendent pour les violer à l’arrivée, ici, à Genève.

Une amie s’est fait prendre par quatre tarés. Elle a dû se faire recoudre de partout. Fils et aiguilles dans la chaire perforée. On ne l’a plus jamais revue. Dents, nez cassées, poignets tordus. Elle n’est plus revenue travailler. Cela ne m’est jamais arrivé encore. C’est la chance ou un compte à rebours enclenché. Je ne sais pas.

Du moment que tu t'embarques, tu risques tes os, ta peau, ta cage thoracique. Ce sont les lois du marché.

Ce qui te bousille aussi, ce sont les dingueries des mecs. Tu dois être bien sûre de ce que tu veux faire ou pas, ce que tu acceptes ou refuses.

Si tu ne sais pas jusqu’où tu veux aller, tu finis par dériver.  

 

Photographies: Tous droits réservés Eric Roset www.eric-roset.ch

09:40 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : prostitution, genève | |  Facebook |  Imprimer | | |

29/07/2015

La queue des rats

prostitution,genèveMercredi.

Il y a des femmes qui me traitent de putes. Elles, elles passent d’un mec à l’autre quand elles ont bu un verre. Mais moi je n’ai toujours eu qu’un amoureux.

Les choses sont bien claires. Pas question de le tromper ni de passer d’un bras à un autre. La rue c’est une chose, l’intimité une autre. 

Pendant longtemps, mon amoureux m’accompagnait ici. Il m’y conduisait en bagnole, me déposait juste derrière les places bleues, sous le pont de la rue Saint-Victor.

Après, il attendait plus loin que la soirée se termine. On vivait ensemble dans une autre ville.

C’est mieux de mettre de la distance entre le lieu où l’on travaille et celui où l’on aime. Il grillait ses cigarettes, écoutait la radio dans la bagnole.

J’ai voulu arrêter de travailler.

Je lui ai dit que s’il le désirait, je me rangeais de suite. Il n’a pas répondu et continué de m’amener ici, comme si de rien n’était. Puis finalement, il est parti avec une autre. Il m’a trahi, comme un rat.

Je ne dis pas que tous les hommes sont des rats.

Mais leur queue…

 

Photographie: Tous droits réservés Eric Roset www.eric-roset.ch

17:57 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : prostitution, genève | |  Facebook |  Imprimer | | |

28/07/2015

Soirs après soirs

Nous sommes et resterons libres. Libres de nos corps, libres de notre esprit, libres de notre argent gagné à la sueur de nos culs et de nos cerveaux. Libres comme des oiseaux migrateurs habillés de couleurs somptueuses, survolant de très loin la misérable boue où l’on voudrait nous enterrer. – Grisélidis Réal- 

 

Il9dSHLfQH6znRxJ64zLasErJJGEhsujK52BuCZSmxk.jpgMardi.

Les mecs reviennent, en redemandent, ça me valorise. Beckett, quand on lui demandait pourquoi il écrivait disait : « bon qu’à ça ». Je ne dirai pas que je suis bonne qu’à ça, c’est un moment de mon histoire. C’est du provisoire, ça ne va pas durer ; ça fatigue trop les horaires inversés.

 

Se retrouver tout le temps dehors, toute l’année, ça casse. C’est un métier difficile, mais j’ai besoin d’être seule, dehors, ne dépendre de personne. J’aurai pu travailler sur des chantiers aussi.

Tu vois, cet imposant bâtiment du musée d’Art et d’Histoire ? En Italie, j’étais reléguée dans la zone, les troisièmes cercles, ni salon, ni rue mais les zones portuaires ou industrielles. Là-bas, tu as tous les tarés qui viennent, déambulent, tu es livrée à l’extérieur comme une bête. C’est une rude école de vie... si tu survis. J’ai survécu. J’ai eu de la chance. Ici je travaille proche de Valloton, de Picasso et de Braque, avec même une vue sur le jet d’eau. Les banquiers et les avocats pullulent. C’est bon pour moi. Même s’il y a plein de cons.

 

Le bus là-bas, c’est celui de l’association Aspasie qui soutient les travailleuses du sexe. Elle l’ouvre les mardis et jeudis, pour de la prévention. Elle offre du café chaud et des biscuits, des petits sachets en plastique avec des capotes. Tu ne verras jamais un client venir avec son préservatif. De toute ma vie, je n’ai jamais vu ça. La préservation, tu dois te la donner, te la construire, matériellement comme psychologiquement ; être forte de l’intérieure.

 

 

Parfois, on se retrouve six ou sept femmes dans le bus. On se tient chaud, on rigole. Le temps d’un thé, on échange les dernières nouvelles, nos expériences. On finit par se connaître toutes. On jauge les nouvelles, les connes, celles qui ne sont pas réglos et cassent les prix. C’est le trottoir qui prouve qui tient la route, pas le blablabla ou leur frime. Il y a des filles qui viennent deux soirs et que l’on ne revoit plus. Après le bus, on retourne dehors, et c’est chacune pour soi. C’est le boulot avant tout, le boulot qui veut ça.  Les lois du marché.

 

Je suis croyante. L’église russe est plantée là-bas, juste derrière le pont qui barre le boulevard. Son toit bombé se découpe sur le ciel. Je travaille dans un quartier bourgeois. Une partie du périmètre est interdit pour le travail de nuit désormais. On ne passe pas la rue François Bellot, ne met pas nos escarpins sur Rodolphe Töpffer, Galland, Romilly. Même la rue Emilie Gourd, ils nous l’ont interdite. La féministe se retournerait dans sa tombe.

 

nyJ3GWqn-6_6w97ipMh8Frxu1nA_90JY0RmJgg95_Po.jpgLes bourgeois ne veulent pas de filles qui travaillent sous leurs fenêtres. Ce sont pourtant eux, comme tous les autres, que je vois passer en bagnole quand leurs femmes sont couchées, et qui nous emmènent au parking un peu plus loin pour jouir avant de nous ramener.

 

Les bons pères de famille, les papas avec le siège enfant réglable à l’arrière, porte-skis sur le toit, font leurs tours, obnubilés par nos cuisses, obsessionnels de nos nibards, nous éclairant dans leurs phares. Ce sont les mêmes qui nous interdisent de travailler en bas de chez eux. Pour rien au monde, ils n’aimeraient être associés au sexe tarifé.

 

Magistrats, juges, avocats, ils essaient de te baiser sans capotes avant de retourner dans leur lit douillet vers leur femme, prétextant, si madame se réveille et demande des comptes, une réunion qui a trop duré.

 

Photographies: Tous droits réservés Eric Roset www.eric-roset.ch

08:26 Publié dans Air du temps, Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : prostitution, genève. | |  Facebook |  Imprimer | | |

27/07/2015

L'amour, les lois du marché

eric roset, www.eric-roset.ch

La Prostitution est un Art, un Humanisme et une Science

–Grisélidis Réal- 

 

Lundi.

 

D’abord je me mets devant le miroir, et me regarde à peine. Avant toute chose je me maquille, me recouvre de poudre, de rouge à lèvre, m’étire les cils.

Après seulement, je retire mon sweat-shirt à capuche. Je garde mon portable avec moi ; les petites touches qui s’allument, c’est beau comme un sapin de Noël. Cela me change les idées, comme quand je passais gamine sur la rivière, sautant d’une pierre à l’autre, ça me distrait et j’en ris. A ceux qui m’appellent, je réponds en tout temps.

Je suis disponible. Je peux laisser sonner aussi quand je suis épuisée.

Je sais être ouverte, je peux me refermer très vite.

Je prends mon sac à main, un faux truc en croco, petit compact sur le fauteuil d’entrée. Je dis au revoir au chat ; vérifie qu’il a bien toutes ses croquettes, un bol de lait froid. Je ferme la porte doucement. Cela sent la soupe, le chou, le saucisson dans la cage d’escalier. Pas un bruit, les voisins sont couchés. Il savent être discrets. Je ne les connais pas. Je pense à mon fils. A ma mère qui s’en occupe quand je suis loin de lui.  

De chez moi au boulevard Helvétique, il y a 200 mètres seulement, mais j’y vais toujours en taxi. J’appelle toujours le même conducteur, je le connais. J’ai toujours son numéro sur moi. Il vient me prendre à heures régulières, me ramène à la maison quand je veux, n’importe quand.

Au quotidien, je suis basket et training. J’aime être décontractée à la ville. Travailler, c’est enfiler un costume, changer de personnalité. Ou plutôt : la mettre en veille. Je ne marche pas dans les rues quand je suis de mise pour le travail. Je ne marche jamais sur mes talons. J’aurai trop peur que l’on me prenne pour une pute.

Tu me vois la journée, la nuit, tu ne me reconnais pas.

Tu me vois la nuit, la journée tu ne me remarques même pas.

 

01MbV9fLCBcqlkIffjOJp71fP93A_91NwSyBOgSOj5A.jpgLa nuit - c’est différent - je dois tout faire pour me faire voir. Je dois te montrer, clairement, qui je suis, pourquoi je suis là, et ce que je négocie. Ma présence, c’est du boulot mon gars.

A 23h rien n'est clair. A 2 ou 3h du matin tout le devient. Le costume fait la différence. Le regard que je lance aussi. Il n’a pas la même nature ici et là. Tu la vois la différence ?   

Pour aller au travail, je ne marche jamais sur les trottoirs. Je les arpente quand je bosse seulement. Certains soirs, je vais au boulevard Helvétique, au boulevard des Tranchées, comme si je montais au front.

Bon, je ne sais rien de ceux qui vont au boulot comme à la guerre ; mais j’imagine qu’ils y vont dans la banalité, emportés par le mouvement général, et basta. De toute façon il n’y a plus de lignes de nos jours.

La guerre est partout, tout le temps, et le fric, il faut aller le chercher. Selon les lois du marché.

Certains soirs, je ne sais pas pourquoi j’y vais. Ça va te choquer, mais peut-être parce que j’aime ça aussi, faut croire. Etre dehors et aimanter ces mecs du regard, les dominer aussi. Mais surtout, j’ai besoin de fric. Comme tout le monde. Selon les lois du marché.  

Ce que je fais, je le fais bien. J’ai développé des compétences, un savoir-faire.  Je sais y faire, je suis habile, je suis rapide, les hommes: les mariés, les coincés, les timides, les fatigués du pouvoir, aiment ça.

Je me suis adaptée aux lois du marché.

J'y excelle même. Pourquoi me jugent-ils?

 

 

Photographies: Tous droits réservés Eric Roset www.eric-roset.ch

10:16 Publié dans Air du temps, Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : prostitution, genève, marché | |  Facebook |  Imprimer | | |

21/07/2015

Tour de France, Tour de fiente ?

tour de france,tour de fiente,dopage,cyclisme,capitalisme

Des forçats de la route, des mecs qui se brisent les vertèbres en chutant comme des dominos, leurs clavicules qui sautent comme une chaîne sur des pignons, au pire moment, à tous moments, sans crier gare.

 

Des mecs qui...

Des mecs qui n'ont pas de repos, pas de répit; sous les lauriers, dans la voiture balais, à l'hosto: sont toujours au taquet, pour gagner, abandonner, se remettre d'aplomb.

(Doivent toujours être les premiers : pour finir leurs assiettes, se mettre au lit, remonter sur la selle).  

Des mecs qui se frottent, se body check sur leurs biclous qui valent plus chers qu'une bagnole, dévalent des cols à plus de 100km/h, valsent au sprint à des vitesses supersoniques quand ils ne terminent pas au tapis, brûlés par le bitume, réduits à rien; un petit vélo cramoisi dans la tête: celui de la commotion cérébrale, tartine de goudron fondu et d'hémoglobine faisant passer pour des icebergs indestructibles les glaces vanille des gamins les ayant vu se gameler, en riant nerveusement.

 

Tiens, encore un soleil 

Des mecs lancés comme des bombes sur des parcours de galériens pour produire du spectacle.

Des mecs donnant tout pour satisfaire les foules, de la grand-maman en EMS aux jeunes balbuzards dans les bars, dizaine de milliers de voyeurs agglutinés le long des routes, 5 millions de français devant le petit écran, 1 ou 3 milliards d'audience cumulée dans le monde. Qui dit mieux? Les jeux olympiques, la coupe du monde de football ? A peine. 

Des mecs qui offrent leur sang, leur sueur, des dents serrées, émiettées, leurs rotules concassées.

Des mecs avec leur tête qui dodeline, s'affaisse, s'effondre, casquettes visées sur le crâne, leurs yeux derrière les vitres de leurs lunettes fluo, comme des mouches, des stars de cinoche dans les eighties.

 

L'Alpe d'Huez, c'est comme Hollywood   

Des mecs: des gladiateurs, des gigolos, gorge sèche, air hagard, qui grommellent sous la charge, mêlant virilité et épilation.

Des porteurs de bidons, des danseuses aux mollets soyeux, la nuque fraîche, leurs parties fines protégées par une peau de chamois. Dieu seul sait quel déo ils utilisent.

Des mecs casqués qui se ressemblent tous et ne ressemblent à rien.

Des extra-terrestres ayant quitté la bipédie. Des mecs à prothèse.

Les êtres bioniques de demain.

La gourde, l'oreillette et la route? Ce que tout le monde vit le matin en allant bosser avec son maillot de sponsor sur le dos (Nike, Gucci ou Hilfiger).

Eux au moins ils y vont en équipe, et ils s'entraident.

Mais la rivalité est la même.

 

 

tour de france,tour de fiente,dopage,cyclisme,capitalismeUne forteresse de type Moyen-âge

Des mecs queer, des esthètes qui vivent comme au Moyen-âge, un compagnonnage de chevaliers sans armures.

Des maigrichons, des balèzes, des rabougris, des timides qui restent toujours entre équipiers, dans leurs mobile home, leurs cars ou leurs chambres d'hôtels, se couchent avec les poules pour reprendre à l'aube, gonflés à bloc, leur travail de stakhanoviste sous surveillance policière. 

Des mecs qui cherchent à tout prix un bouquet de fleurs et les baisers d'une starlette. Des mecs transformés en placard publicitaire, des héros avec quelque chose de désuet, de décati, de décousu.

Des bad-boys, des drogués, des flèches, des camés : des sportifs d'élite, c'est-à-dire:  comme tous ceux de cette trempe : des obsédés.

 

Des Federer qui ne maîtrisent pas leur comm' 

Des mecs qui ont le blues, les tripes à l'air, mais ne refusent jamais de descendre du bus pour aller charbonner. Des mecs qui cuisent comme des oeufs sur des bandeaux de béton, mangent des bordures de bitume au petit-déjeuner.

Des Mike Tyson de la chambre à air. Des puncheurs sans protège-dents.

Des anorexiques soignant le mal par le mal.

Des bagnards, enchaînés à leurs vélos, pour qui le rêve ultime c'est un beignet gras et sucré oscillant sous la banderole estampillée arrivée comme une hallucination dans le désert; la portière de leur directeur de course à laquelle ils s'accrochent comme des naufragés. 

 

 

tour de france,tour de fiente,dopage,cyclisme,capitalismeAttaque attaque encore

Alors oui, pour oublier la souffrance, il y a vraiment de quoi s'enfiler de grosses tartines d'EPO, des suppositoires de testo, afin de résister à la pluie, au vent de face, à la pétoche dans les cols, encore.

Il y a de quoi prendre un cocktail de corticoïdes pour se durcir, en se répétant toujours la même chanson dans la tête pour rire du mec qui braille dans l'oreillette attaque attaque attaque encore...quand les jambes sont en soie et le vélo plombé; afin de pouvoir rêver peinard à la cocaïne de fin de saison à Ibiza.    

Des mecs, des fous furieux, des smicards, des inconnus, des nobody, accros à la vitesse, à l'effort, à la sueur, au Tour de France, au Tour de Flandre, de Suisse, d'Italie ou d'Espagne, des mecs qui veulent exercer leur métier, tourner en rond jusqu'à la victoire avec leur CV cycliste long comme le bras mais qui n'avancent plus, terrassé par le coup de pompe, l'hyper compétitivité, le coup de chaleur, la cabale médiatique, qui jettent l'éponge, et mettent la flèche à droite, filent tout droit, tombent au bord de la route, ne se relèveront pas, disparaîtront de l'écran. Des courageux. Des inconscients. Des lumineux, quand ils ne flambent pas.  

RIP Simpson / Pantani / Casartelli / Kivilev...  


tour de france,tour de fiente,dopage,cyclisme,capitalismeEt si le dopage dopait... l'audience ?

Tour de France, tour de fiente?

Sur ces mecs, la salissure. Les tracter dans la boue avec leurs maillots fluo ça en fait jouir certains. Leur jeter la suspicion à la gueule, dès qu'ils gagnent, dès qu'ils vont vite ou même trop lentement, même quand ils perdent, c'est trop bandant.

Leur crier qu'ils sont défoncés au sperme de taureau, qu'ils développent trop de Watts, ou pas assez, alors que 80% de ceux qui regardent le spectacle sont chargés à la caféine, boursouflés aux antidépresseurs ou à l'huile de palme, peuvent à peine monter un escalier.

Ceux qui leur crient dopés tous dopés et s'enfilent une bière, n'ayant pratiquement jamais mis leurs fesses sur un vélo ni monté un col autrement qu'avec un moteur à explosion ou en téléphérique.

 

Ceux qui ne connaissent rien de l'effort, de la souffrance, avec ou sans dopage. Ceux qui ont expérimenté pour tout tour, d'aller aux toilettes et retour pour rien louper de leur télé avec une régularité d'amateur éclairé;  ceux qui connaissent pour tout tour celui de leur quartier le soir avec toutou.   

Tour de France, tour de fiente, pour ceux qui déversent de l'urine sur les mecs numérotés, filent des coups de poing à ceux qui roulent avec du lactose plein les guiboles, lèvent bien haut leurs pancarte insultant du premier jusqu'au dernier: tous dopés

Tour de France, tour de fiente pour ceux qui se donnent le droit de dire à ces mecs, au nom du passé, au nom de leur vitesse et résistance, tout ce qui leur passe par la tête ou qui leur manque.

 

Le cyclisme est une psychanalyse sauvage

Le doute profite à l'accusé ? Ici, non jamais. Le doute nuit. Même au petit gars qui carbure à l'eau minérale, s'il a le malheur de gagner. Ici ne gagnent que des dopés, ou des tricheurs. C'est ainsi, c'est dit.  

Mais le véritable tour de force du tour de fiente, c'est le recyclage. C'est de parvenir à faire du dopage un élément supplémentaire d'une dramaturgie qui fait vendre. Il métamorphose de la merde en or et fait de l'industrie chimique une valeur gustative supplémentaire.

Je m'explique : la machine médiatique fait du fric avec tout ce qu'elle peut. Sans dopage, les descentes dans les hôtels ou les mystères des mobile home, le cyclisme serait un sport aussi chiant que la course automobile.

 

Le Cluedo du dopage 

Dopés ou pas dopés? Ce facteur d'incertitude augmente encore la tension. Même quand il ne se passe rien sur la route, on peut commenter durant des pages et des heures le fait qu'un tel ou un autre soit chargé comme un mulet; chercher à savoir ce qui se passe dans les chambres d'hôtel la nuit, lorsque la télé est coupée, que l'on ne voit plus les couleurs des maillots, ni les casquettes ou les cuissards, les os saillants ou les mollets trop grands comme ceux des poulets aux hormones, quand on peut fantasmer des orgies d'anabolisants et d'EPO, lumières éteintes, jusqu'à celles des écrans.  


Le gros du spectacle est hors cadre

Injections, inhalations, baumes, camphres, transfusions appliquées?

Que se passe-t-il hors du champ des caméras ? Loft story est has-been, le Tour de France transforme le sport en Cluedo, en enquête policière : c'est le feuilleton de l'été. Et c'est bien parce que la caméra n'est pas toujours là où est l'action que le vélo fascine.

La télé a réduit le foot où passe le ballon.

Le cyclisme démontre que tout se passe ailleurs que là où est le vélo.

 

Qui gagnera le tour de fiente?

Les coureurs ? Les équipes ? les spectateurs ? Les sponsors? les journalistes ? L'organisateur du tour? Le système marchand, qui pousse toujours plus loin toujours plus fort, au détriment de la santé, de l'équilibre, du plaisir même?

Peut-être un peu tout ce monde là, et c'est peut-être aussi pour cela qu'années après années, tous paient pour voir encore, reviennent regarder par le judas de la télé ce que déroulera la caravane colorée jetant bidons de plastique, casquette de toile et morceaux pré-découpés de saucissons, objets gonflables à la volée ; de la merde sur la route, de la merde dans les mains, de la merde dans les veines et les poumons, le tout retransmis en direct à la télé : grand show polystyrénisé.

 

tour de france,tour de fiente,dopage,cyclisme,capitalismeLe vélo avant tout

Les cyclistes sont des héros : non pas parce qu'ils avalent des kilomètres de bitume sous un cagnard infernal. 

Mais psychiquement, parce qu'ils supportent tout ce cirque plastifié.  

Et s'ils se dopent, c'est, je crois, avant tout, pour tenir le coup moralement et continuer à faire leur travail sans entrer en dépression ; pour que les gens en aient pour leur argent, et que le spectacle puisse continuer, année après année, à nous en mettre plein la vue avec ce tour de force.

Parce qu'ils aiment le vélo, plus que tout. 

 

 

08:32 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tour de france, tour de fiente, dopage, cyclisme, capitalisme | |  Facebook |  Imprimer | | |

16/07/2015

Retour dans l'oeil du cyclone

james baldwinRetour dans l'oeil du cyclone est une compilation de 14 articles publiés par James Baldwin (1924-1987) dans différentes revues (Mademoiselle, Esquire, Ebony...) entre 1960 et 1985. Traduits et publiés au début de l'année chez Christian Bourgeois, ces textes nous replongent dans l'Amérique des années d'après-guerre, de Martin Luther King à Mohamed Ali, en passant par les marches des droits civiques, la guerre du Vietnam.

 

Baldwin met à nu une Amérique brutale, aux enjeux raciaux et sexuels épidermiques, incapable de se ressaisir (Point de non-retour) ou de se voir dans un miroir. Il y raconte son désarroi (Quelques mots d'un enfant du pays), sa contestation (Le rêve américain et le Noir américain), et la lutte nécessaire pour changer cet état des choses (Reportage en territoire occupé).

 

Qu'est-ce qui a changé ?

Le caractère extrêmement actuel de ces articles, à mettre en relation avec les tensions raciales aux Etats-Unis, est troublant. Ces textes ont gardé un tranchant et une actualité terrible, au point que l'on peut se demander, hormis un "premier président noir des USA", ce qui a vraiment changé au pays de "l'oncle Sam".

Le pouvoir dominant, économique, racial, est bien établi; de Watts à Baltimore, de Los Angeles à Ferguson, les émeutes n'ont jamais cessé. Les non-blancs se font toujours tirer comme des lapins, quand ils ne terminent pas en taule.

Ces textes vont toutefois au-delà de leur contexte historique et politique. Ce que Baldwin écrit sur les rapports de domination, de genre, la discriminations et les solitudes, est universel.

 

Qu'est-ce qui domine le dominant?

Baldwin, dans la lignée d'un Frantz Fanon, développe une réflexion fine sur la domination et l'histoire du colonialisme, les abus du pouvoir et sa violence. Il démonte les rouages psychiques de la participation de l'esclave à son asservissement, mais aussi du maître à sa propre domination.  

Pourtant, aujourd'hui encore, je crois (probablement parce que je suis noir) qu'il est très dangereux de modeler son opposition à la définition arbitraire, à l'épreuve infligée, sur le seul exemple fourni par son oppresseur.

Baldwin renvoie le blanc à son dénuement et à sa vacuité. A Montgomery, quand ceux qui avaient une place assignée dans les bus se sont déplacés, les blancs se sont retrouvés perdus, désemparés; incapables de remodeler leur vision du monde.

 

L'objet de la haine n'est jamais, hélas, situé commodément quelque part à l'extérieur, mais se trouve assis sur vos genoux, bouillonnant dans vos tripes et dictant au coeur ses battements. Ignorer ce fait, c'est courir le risque de devenir une imitation - et donc une continuation - des principes qu'on s'imagine mépriser.

 

Baldwin réfléchit sur l'assignation des places et l'enfermement, sur les moyens d'en sortir en nommant et se déplaçant, pacifiquement.   

 

Une nation à l'intérieur de la nation

Baldwin est animé par une volonté d'émancipation, de liberté et d'égalité. On y retrouve l'inspiration d'un Martin Luther King qu'il rencontre à de nombreuses reprises autour des années 60 (La dangereuse route qui s'ouvre à Martin Luther King).

Ferment de la fierté noire, du Black Power, au Black is Beautiful, les écrits de Baldwin portent une contestation dans la langue même : instrument politique, de pouvoir.   

 

Le rêve américain, l'identité

Baldwin grandit à Harlem. Il est jeune, pauvre, noir, et homosexuel. Bref, son identité contient tout ce qu'il faut pour se faire descendre rapidement... et il le sait. Il quitte le ghetto pour Greenwich village; puis Paris, où il devient écrivain. Il ne cessera jamais de voyager entre les USA et l'Europe.   

Récits sur la résilience, la sensibilité, et l'engagement, Retour dans l'oeil du cyclone est un livre à fleur de peau sur la nature humaine, le monstre américain, et de ce qui le constitue, mais aussi une source d'inspiration et presque d'éveil spirituel.

 

Dans l'oeil du cyclone, là où tout est calme.

Dans l'oeil du cyclone: où la tornade s'organise.  

 

 

 

James Baldwin, Retour dans l'oeil du cyclone, Editions Christian Bourgois, 2015

 

http://www.liberation.fr/monde/2014/08/18/de-watts-a-ferguson-cinquante-ans-d-emeutes-raciales-aux-etats-unis_1082803

 

08:25 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : james baldwin | |  Facebook |  Imprimer | | |

10/07/2015

Barthassat 2.0 : une mise à jour

Je souhaite ici poursuivre le débat engagé par mon dernier billet  : Baby Barthassat et la chose publique. J'ai été surpris par la charge émotionnelle voire passionnelle que ce dernier a déclenché ; étonné aussi par les injures portées à mon encontre par des gens bien en vue de cette société; des élu-e-s, qu'ils soient PLR ou PDC. Certes, Facebook désinhibe fortement, et ceux qui ne goûtent que peu le débat démocratique et la production d'arguments y cèdent trop facilement.

Beaucoup d'amis de Monsieur Barthassat se sont mis sur la défensive suite à mes propos. Ils ont sincèrement essayé de le défendre (comme s'il n'arrivait pas à le faire tout seul); mais peut-être aussi qu'un vieux fond bourgeois les encourageait à vouloir maintenir inaudible ce que tout le monde murmure tout bas. Lorsque quelqu'un soulève cette coutume, il faut alors inévitablement ... le réduire au silence. Pour ma part, il me semble avoir, certes avec engagement, mis des mots sur des actes qui appartiennent à Monsieur le Conseiller d'Etat Barthassat et dont il ne se cache pas du tout : l'exhibition répétée de son fils dans son cadre professionnel.  

 

Pour ma part, les enfants doivent être tenus en dehors de la vie politique

J'ai été sensible aux deux mots que la fille du Conseiller d'Etat a laissé en commentaire de mon billet. Elle y regrette que son frère voit si peu son papa, elle en souffre elle-même. Comme elle s'invite elle aussi dans le débat, j'aimerais rappeler ici que je ne m'adressais pour ma part en aucune manière au fils, à la fille, au tonton, à la tata, au papa, mais uniquement au Conseiller d'Etat en charge du Département de l'Environnement, des Transports et de l'Agriculture. Les enfants n'ont rien à voir là-dedans. Ils devraient, à mon avis, très soigneusement en être tenus à l'écart. Monsieur Barthassat conviendrait-il de cela? 

Il me sera toutefois difficile de plaindre le Conseiller d'Etat Barthassat. Certes, le métier de CE est exigeant, mais il est aussi composé de joyeux moments de détente. S'y ajoute une rémunération plus que correcte. Ajoutez à cela une retraite à vie, cela paraît suffisant pour que nous ne pleurions pas trop sur son sort. Cela rend encore plus surprenants les cris indignés des supporters de Barthassat, voire pathétique la manière dont ils le victimisent. 

Car enfin, un très grand nombre de nos concitoyen-ne-s vivent les mêmes difficultés que le magistrat Barthassat. Ils ne peuvent voir autant qu'ils le souhaiteraient leurs enfants. S'en plaignent-ils ? Ont-ils le choix ? Ils bossent. Emmènent-ils pour autant leurs bambins sur leur lieux de travail le lundi matin avant de le diffuser sur les réseaux sociaux? J'en doute. Vous avez déjà vu une vendeuse avec son bambin à côté d'elle dans un magasin? Vous vous positionneriez comment devant cela?   

C'est leur situation qui m'interpelle et celle des inégalités sociales. C'est pour changer la condition des familles moins nanties, de celles et ceux qui ne disposent pas d'un train de vie de ministre pour faire vivre leur famille, que je m'engage.

Je suis fier d'appartenir à un parti politique qui travaille activement et concrètement à lutter contre les inégalités, que ce soit par le biais de l'instauration d'un congé parental, pour l'augmentation des places en crèche; pour une égalité plus grande entre les femmes et les hommes tant au niveau des salaires que des responsabilités professionnelles ; un parti qui a instauré les frais de garde pour les élu-e-s siégeant au Conseil municipal, afin précisément que vie familiale et vie professionnelle puissent se dérouler d'une manière optimale, sans confusions de genre, ou que l'une ou l'autre de ces dimensions ne soit sacrifiée; et au final que les enfants en paient le prix. 

 

Et si Barthassat faisait son boulot plutôt que de se substituer à Gala magazine ?


Il est normal qu'un fils veuille passer du temps avec son père me glisse la fille du Conseiller d'Etat en bas de blog. Je suis d'accord avec elle. Il me semblerait encore plus normal, à l'inverse, qu'un père se rapproche davantage de son fils plutôt que de l'entraîner avec lui dans ses bourlingues et bastringues politiques, l'affichant à tout va. Mais de cela je ne suis pas juge, c'est du domaine de sa vie privée... pour autant qu'il ne l'étale pas publiquement à tort et à travers.

Car en affichant très fréquemment des images de son fils sur Facebook, en en faisant un sujet médiatique et politique, le Conseiller d'Etat Barthassat a choisi de projeter son fils dans la sphère publique et polémique. A partir de ce moment, il n'y a rien de choquant à en discuter ouvertement et à prendre une position critique sur cette manière de faire. Cela me semble même plutôt sain. Qu'en pensent d'ailleurs les chefs de services et les fonctionnaires qui travaillent sous Barthassat. On leur demande pour voir?    

En s'indignant de ma critique, les amis de Luc Barthassat le défendent mal. Par leurs insultes, ils confortent plutôt ceux qui pensent qu'il y a un problème dans l'approche du fait qu'un gamin de 15 ans se retrouve avec des hauts fonctionnaires à discuter de projets et de leur mise en oeuvre, avant de retourner à l'école comme si de rien n'était pendant que papa Conseiller d'Etat fait des selfies pour facebook.

 

Ce qu'il faut retenir de cette petite polémique ? 

A mon avis, une opportunité pour aborder des sujets importants pour notre République :

Un Conseiller d'Etat ne doit-il pas faire preuve de prudence dans sa manière d'exposer ses enfants en les impliquant dans sa vie professionnelle ?

Comment vie privée et vie publique se délimitent-elles à l'heure des réseaux sociaux; un élu à l'exécutif peut-il tout mélanger et l'afficher?

Avons-nous la capacité de sortir des débats à bas bruits entre les happy-few de la Vieille-ville comme il est de coutume dans cette République, atteindre une maturité démocratique qui permette de questionner ce qui m'apparaît personnellement comme une dérive d'un dirigeant politique  ?

 

Enfin, et pour conclure, le Conseiller d'Etat Barthassat, puisqu'il est féru de réseaux sociaux, pourrait-il réaliser sa mise à jour 2.0, et arrêter de faire de son fils un hochet médiatique?

 

Car je vois dans cela, pour ma part, quelque chose de profondément troublant pour la gestion de la chose publique et de la représentation qu'il en donne : un domaine que l'on gèrerait comme une petite entreprise familiale personnelle... à se transmettre ensuite ainsi... de père en fils, en quelque sorte.

 

Ce n'est pas ma conception du bien public, ni ce qui fonde mon engagement politique.

 

 

 

12:11 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : barthassat, conseil d'etat, privé, public, transparence, réseaux sociaux | |  Facebook |  Imprimer | | |

09/07/2015

Baby Barthassat et la chose publique

barthassat, conseil d'etat, Quand tu es Conseiller d'Etat, tu peux économiser sur le baby-sitting. Plus besoin de chercher des solutions quand tu dois laisser ton gamin à la maison, pas de soucis à se faire sur où il va aller, avec qui: tu le prends avec toi.

 

Quand tu es Conseiller d'Etat, tu peux faire ce que personne n'oserait: te pointer à ton travail avec ton gamin, le laisser comme un enfant roi jouer avec les camions de pompier; dans le tunnel du Mont-Blanc, se faire expliquer comment ça se passe quand le trafic devient ingérable. 

Il faut imaginer alors le haut fonctionnaire qui regarde le père, le fils, et finit par se demander si c'est au fiston ou à papa qu'il doit expliquer son boulot... et surtout, de qui il sera le mieux compris.

 

Quand tu es Conseiller d'Etat PDC, et que le mot d'ordre de ton parti, c'est soi-disant de défendre la famille, tu peux montrer ce que cela signifie pour toi : la mienne d'abord.

Quand tu es Conseiller d'Etat, tu peux préparer ta succession, laissant le baby-sitting pour les prolos; et mettre en scène ton gamin, dans un baby-showing décomplexé.

Quand tu es Conseiller d'Etat, tu peux te dire que, finalement, la monarchie, comme système, ça permet d'assurer ses arrières. Allez gamin, montre ta bou-bouille, ça fera plaisir aux électeurs; et puis un jour, petit, tu prendras peut-être ma succession. 

Quand tu es Conseiller d'Etat, tu peux mélanger rendre service et te faire servir, vie privée et vie publique, dans un joyeux mélange 2.0.

 

 

Quand tu es Conseiller d'Etat, tu peux exiger des autres le respect absolu de ta vie privée, mais l'instrumentaliser et la mettre en scène comme il te sied (et si possible aux frais du contribuable). Viens-là fiston que je te mette la paluche sur l'épaule. Montes un coup sur le camion. Voilà, comme ça c'est parfait. Encore une dure journée de travail d'effectuée. On peut rentrer à la maison maintenant....

 

Quand tu es Conseiller d'Etat PDC, tu peux t'inspirer d'un collègue de parti qui est Conseiller administratif à temps partiel, et faire ton boulot à moitié pour t'occuper simultanément de fiston et de tes dossiers, et si possible bien mélanger les deux. 

Quand tu es Conseiller d'Etat, tu peux tout te permettre et si possible l'afficher.

 

Le privé c'est du privé et par définition - oui, c'est difficile aujourd'hui avec les nouvelles technologies- on cherche à éviter de le confondre dans la sphère publique. Il ne devrait pas concerner le politique, ses vertus décisionnelles et directives. Mais, quand il est injecté massivement dans ce domaine, on réagit comment ? Et maintenant que la confusion est de mise, on s'adresse à qui pour que ça change ? A toi ou à ton fils Luc ? Avant ou après 23h ?

Luc, (tu remarqueras que je te dis tu spontanément; la manière dont tu es Conseiller d'Etat, m'y autorise ainsi que le peu de respect que tu montres pour ta fonction), par égard pour tes électeurs et électrices, pour la République et ses institutions, j'oserai te proposer de laisser au moins ton gamin à la maison quand tu bosses, cela évitera de faire croire que tu as fait de ton boulot une extension du magazine l'Illustré et de ta maisonnée un sujet politique.

Car au final, ton fiston, Luc, on s'en fout.

Ce qui nous intéresse par contre au plus haut point, ce sont les embouteillages à Genève, l'état de délabrement de ton Département, la manière dont tu as traité et poussé à la démission l'ex-directrice des TPG, la réduction de l'offre des TPG, la pollution sonore et constante aux particules fines à Genève, etc., etc.,

Le fait que tu sembles y porter moins d'attention que de bien cadrer fiston sur ton téléphone portable à longueur d'année avec une face joviale est attristant pour le bien public. 

 

 

 

 

12:37 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : barthassat, conseil d'etat | |  Facebook |  Imprimer | | |

07/07/2015

Prenez-les chez vous! Vous démissionnez alors?

 

Prenez-les chez vous ! C'est comme cela que celles et ceux qui ne veulent ni s'occuper ni voir les problèmes de l'accueil des migrant-e-s terminent une discussion lorsqu'ils sont à court d'arguments... quand ils ne la commencent pas de cette façon.

Prenez-les chez vous ! C'est comme cela que Mauro Poggia, Conseiller d'Etat MCG, se positionne ; de la même manière Daniel Sormani conseiller municipal MCG, quand il envoie un message aux autres élu-e-s. Vous voulez trouver des solutions à ce problème social ? Prenez-les chez vous ! 

La volonté de faire porter à celles et ceux qui s'engagent la responsabilité d'une gestion étatique, doit être entendu comme un aveu d'impuissance ; ou une stratégie pour faire toujours porter aux citoyen-ne-s des charges qui reviennent à l'Etat mais dont il cherche à se défausser.   

Ni vu ni connu : prenez-les chez vous ! 

Vous avez des critiques, vous n'êtes pas satisfaits du travail effectué ? Vous pensez qu'il est indigne de mettre des humains dans des bunkers; que l'Etat a volontairement mal anticipé, mal évalué et mal traité ce problème des migrations ? Vous pensez que l'on peut faire mieux en faisant autrement? Prenez-les chez vous!

Vous pensez que l'on ne peut pas simplement faire disparaître des humains, comme s'ils n'existaient pas ? Prenez-les chez vous!

Vous pensez que, dans une société vieillissante comme la nôtre, où les aîné-e-s représentent un quart de la population, -cette part ne cessant de croître- laisser des jeunes hommes inoccupés est absurde? Prenez-les chez vous !

Vous pensez que le système administratif et carcéral prétendant gérer la question de l'asile ne fait que l'alourdir et rendre plus coûteuse sa charge à la collectivité ? Vous pensez que ces enjeux doivent être repensés ; que les multiples révisions de l'asile voulues par l'UDC ont totalement crispé la question de l'asile ? Prenez-les chez vous!

Vous pensez qu'il y a un lien entre la déshérence dans laquelle sont laissés ces hommes et la petite criminalité ? Prenez-les chez vous!

Vous proposez des Assises sur la question de l'asile, incluant les associations, l'Etat, les communes et les communautés religieuses? Prenez-les chez vous!

Prenez-les chez vous ! Cette réponse est indigne d'un Conseil d'Etat. Cette manière culpabilisante de faire de la politique : en individualisant les questions politiques et rendant responsable le citoyen de leur gestion, est désastreuse.

Elle est, de plus, anti-démocratique, parce que précisément, nous élisons nos représentants pour leur déléguer le pouvoir d'agir, pas pour qu'ils nous le renvoient à la gueule sans concertation avec un "Prenez-les chez vous" qui est un aveu de démission. 

 

L'incohérence de Monsieur Poggia

Paradoxalement, en faisant cela, Monsieur Poggia légitime ceux qui prennent la rue et manifestent en occupant des lieux !

Vous voulez qu'on les prenne chez nous ! Bien, on va le faire. Vous démissionnez? On s'en occupera.

C'était le sens de la banderole "Plutôt prendre qu'attendre" qui a été déroulée au 28c route de Meyrin  le 26 juin dernier lors d'une brève occupation de ce bâtiment. Monsieur Poggia, lorsqu'il demande ensuite au collectif de dégager et menace d'envoyer la police est incohérent. 

S'il veut que les gens s'occupent de la délicate gestion des migrants pourquoi le refuse-t-il lorsqu'ils rentrent dans une maison inutilisée de l'Etat, prêts à y faire des travaux, y remettre de l'ordre ?

N'est-ce pas parce que ce qui le dérange profondément, c'est le passage de l'individuel au collectif et le fait qu'un mouvement organisé puisse finalement faire le boulot à sa place?  

 

Séparez-les tous

Prenez-les chez vous.. mais un par un, dit Poggia ! Il affaiblit ainsi tout mouvement social de solidarité.

Prenez-les chez vous! Cette phrase de la droite et l'extrême droite est extensible à tous les domaines dans lesquels l'Etat a le mandat d'être actif, réactif et efficace mais duquel il se retire à bas bruit, s'absente, pour des questions prétendues financières mais liées avant tout à des choix politiques. 

L'avenir que dessinent les politiques de droite et d'extrême droite se profile ainsi clairement devant nous :

Une personne âgée qui n'est plus autonome? Prenez-la chez vous !

De l'insécurité dans votre rue ? Prenez votre batte de baseball !

On vous a volé ? Prenez sur vous !

Vous êtes malade ? Votre famille s'occupera de vous !

 

Chantage à la charité

 

Il faut le dire clairement, ce ne sont pas aux citoyen-ne-s de se substituer au rôle de l'Etat, d'éponger l'échec des politiques publiques, ni à la charité individuelle de combler ses déficiences.

Ce ne sont pas aux citoyen-ne-s de payer de leur personne pour les cadeaux fiscaux fait aux entreprises ou aux plus fortunés, ni aux citoyen-ne-s de croire les bobards du Conseil d'Etat quand il dit qu'il n'y a pas d'autres solutions aux enjeux sociaux que l'abri, la prison ou l'expulsion.

 

Et notre Constitution, c'est du flan?

Prenez-les chez vous ! Ce report sauvage de charge de l'Etat vers les citoyen-ne-s est abusif.

En cela, la difficile question de la situation des migrant-e-s est une ligne de combat. C'est une ligne de front qui refuse à l'Etat démissionnaire de reculer encore devant ses missions de base. 

Si nous devons prendre des migrant-e-s chez nous, par substitution, ce ne sera en tout cas pas parce que le Conseil d'Etat aura refusé de faire dignement son travail et nous l'intime. Ce sera contre lui et pour nous organiser collectivement. 

Nous lui demanderons ensuite des comptes: sa démission par exemple, puisque il aura fait preuve de son inutilité; son incapacité d'honorer la délégation de pouvoir, principe constitutionnel, qui implique précisément de réaliser au nom de tous ce que chacun, en société, ne peut ni ne doit faire seul.

 

 

 

 

Références:

http://commecacestdit.blog.tdg.ch/archive/2015/06/24/un-conseil-d-etat-toujours-aux-abonnes-absents-268258.html

https://stopbunkers.wordpress.com/2015/06/26/communique-de-presse-no-bunkers-collectif-doccupation-du-gru%CC%88tli-vendredi-26-juin-2015-des-solutions-existent-pour-fermer-les-bunkers/

 

http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/Des-policiers-evacuent-un-squat-a-la-route-de-Meyrin/story/10417521

 

 

 

 

14:16 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : migrant-e-s, politique sociale, poggia, mcg, udc | |  Facebook |  Imprimer | | |

06/07/2015

Journal d'un exilé

genève,asile,migrants,elisa-asileDans son journal d'exilé, Yaovi Mawussi Bossa fait le récit de son arrivée en Suisse le 15 mai 2014 en provenance du Togo. Il est alors placé en détention à l'aéroport avant d'être incarcéré à Frambois.
Ce petit ouvrage autobiographique rédigé avec l'aide de personnes retraitées participant à l'atelier d'écriture du Groupe des Aînés de Carouge et de l'Agora -aumônerie genevoise oecuménique auprès des requérants d'asile- touche juste. La préface de Gerda Ferrari, rappelle le contraste entre cet homme arrivant d'un parcours d'exil brisé et des aînées l'accueillant dans leur atelier d'écriture.
Comment se faire entendre  
Comment mettre en ordre le récit, dire l'indicible, l'inaudible, le formuler, afin d'être cru des fonctionnaires de l'asile?
Comment raconter le fait que l'on n'ait pas été jugé crédible? 
Comment survivre dans un système pervers où le mensonge est une manière de maximaliser ses chances; la falsification une tentative de dire sa vérité et sa détresse?
Comment rester droit quand le système est tordu ?
Les Suisses adoraient les malades. Pour se sauver les détenus souhaitaient être atteints d'une maladie grave. Je fis le test de dépistage de VIH sida mais dommage c'était négatif (!). A Frambois, faudrait pas souhaiter une bonne santé. Je n'avais jamais vu ça. La maladie était salvatrice, elle seule pouvait libérer.  
 
Le système de tri : une fatalité?
On avait déjà, dans les films de Fernand Melgar : La Forteresse ou Vol Spécial, pu constater les effets pervers du tri et de l'évaluation des récits par des fonctionnaires fédéraux. Avec Journal d'un exilé, c'est un témoignage supplémentaire, touchant, politiquement incorrect, maladroit, blessé et blessant parfois, d'un homme qui raconte ce qu'il advient de lui dans les méandres du système carcéral et administratif helvétique. Yaovi Mawussi Bossa devient le jouet d'un système, dont les codes lui échappent. Il emploie son énergie et les moyens à se disposition pour s'en défendre.   
Son récit, dans ses différentes étapes, est un formidable sismographe émotionnel. Haine, sentiment d'injustice envers les blancs, révolte, soumission, découragement, Il nous tend un miroir sur l'accueil et l'hospitalité dont notre pays fait preuve, enfermant sans délit notoire un Homme derrière des fils de fer barbelés durant de longs mois à seule fin de l'expulser.   
Que demande-t-il au juste ?
Je ne demande pas que la Suisse me prenne en charge, mais juste la liberté et que je me débrouille moi-même; juste de pouvoir aller en France, où il est attendu, poursuivre sa route. Que demande-t-il ? Une forme de compassion,de respect, parce qu'il est un Homme, parce que les nationalités, les passeports les papiers ne peuvent pas prendre le pas sur ce qui nous constitue intérieurement. Il nous éclaire sur les rouages du système, nous jette à la gueule son inhumanité, la (dé)classification et la violence du tri; la détention qui rend dingue.    
 
Non aux renvois
Lors de l'occupation du Grütli, des journalistes ont essayé de démontrer que certains requérants n'avaient pas droit de parole ou avaient été instrumentalisés par des mouvements politiques et associatifs. Ils pourraient aujourd'hui se faire l'écho de ce recueil, s'ils cherchent des témoignages, ou aller en recueillir d'autres derrière les grilles de Frambois, de l'aéroport.
En tout les cas éviter la polémique de la récupération et être attentifs à leur propre instrumentalisation politique.
Finalement, ne font-ils pas aussi le jeu d'une politique qui escamote la question des migrants incarcérés, du renvoi continu et inhumain de ceux-ci, en toute banalité, au quotidien? 
Allez donc, journalistes, faire toc toc à Frambois pour demander à parler à ceux qui y sont et vous nous raconterez qui peut parler et de quoi. Allez donc, journalistes, à l'aéroport, nous raconter les vols spécial et les mamans qui sont expulsés par les flics deux enfants sous les bras... 
 
 
Smooth and easy
En lisant ce journal d'un exilé, on prend conscience des flux de déportés, d'une machine d'expulsion bien huilée, du système légal de séquestration et d'exploitation (les petits boulots à 3.- de l'heure) Il pose la question d'un système coûteux et inhumain, nous invite à réfléchir à un sujet difficile : celui de notre capacité d'accueil et de notre rage d'expulsion, de la volonté d'être humains, mais surtout pas trop... de crainte d'être trop accueillants.   
 
Journal d'un exilé est en vente à la librairie du Boulevard ou commandable au 022.930.00.89. C'est un photocopié avec page de couverture plastifié et transparente. Un recueil très simple, un témoignage avec quelques points de colle et une mise en page Word aléatoire.
 
L'association Elisa-Asile organise une lecture du Journal d'un exilé de Yaovi Mawussi Bossa
Lundi 6 juillet à 19h30, Café Gavroche, Bd. James-Fazy 4, Genève
La lecture sera précédé d'une présentation de la situation des requérant-e-s d’asile dont la requête de protection a été rejetée par les autorités suisses.
L'auteur ne sera pas présent à la lecture de son recueil.
 
 
 
 
 

09:48 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : genève, asile, migrants, elisa-asile | |  Facebook |  Imprimer | | |

01/07/2015

La Suisse vire au rouge

FullSizeRender.jpg

La Suisse vire au rouge. Ce ne sont pas les résultats d'une nouvelle élection, mais le recouvrement du pays par une vague de chaleur. L'alerte canicule a été déclenchée. Elle risque de se prolonger durant de nombreux jours. Le mercure est monté à 38 degrés. Les personnes âgées, les plus jeunes sont les plus exposés et parfois même en danger.

Ce sont des gestes très simple, ce sont des gestes gratuits qui peuvent sauver des vies. Aller frapper à la porte d'un voisin-e-, être attentif à ce qui se passe dans son immeuble. Rendre visite, téléphoner aux personnes les plus isolées. Cela prend quelques minutes.

Recommandations de base

Les recommandations de base sont diffusées par les autorités. Tout d'abord: se protéger en maintenant les stores ou les volets fermés durant la journée. Aérer la nuit. En cas de sortie: chapeau, lunettes bien sûr, mais aussi : vêtements amples et aérés en fibre naturelle, coton ou lin afin de favoriser une meilleure circulation de l'air. Ne pas rajouter de la chaleur à la chaleur. Les appareils électriques en produisent abondamment: les débrancher dès que possible. Ne pas utiliser le four, les plaques de cuisson. Boire, boire et encore boire (de l'eau!). La bagnole ? Une bonne idée de la laisser au garage, ça évitera que les cyclistes et les piétons se transforment en saucisse à rôtir et que la pollution atmosphérique rende l'air totalement irrespirable.

Symptômes du coup de chaleur

Agressivité inhabituelle, peau chaude, rouge, sèche, et fièvre, maux de tête, nausée, somnolence et soif intense, confusion convulsions et pertes de connaissance ne sont pas seulement les symptômes du conseil municipal de la Ville de Genève. Ce sont aussi ceux du coup de chaleur.

Un seul remède: le 144. 

 

Les bénéfices collatéraux de l'exceptionnel

Pourquoi la canicule me fait paradoxalement penser à une tempête de glace?

En 1998 j'avais vécu au Québec le verglas massif de 1998. Une pluie fine se transformant en glace avait jeté dans le noir 1 million de foyers, immobilisé totalement Montréal. Aéroport fermé, écroulement de pylônes et de plusieurs lignes à hautes tension. L'armée avait été envoyé dans les rues pour éviter tout pillage, rassurer la population.

Les québecois s'y réfèrent toujours comme la tempête du siècle. Elle avait eu pour vertu collatérale de rassembler les gens, créer des solidarités dans l'échange de vivres, de bougies, afin d'avoir de quoi s'éclairer, se nourrir. Les gens quittaient leurs appartements pour en rejoindre d'autres, se tenir ensemble face à l'inattendu.

Des pics de naissance ont été annoncés 9 mois après la catastrophe... mais ce fait est, paraît-il, contesté par des scientifiques. 

 

Le crash est pour demain? Solidarités et décroissance !

Dans un timing congruent, l'organisation mondiale de la santé (OMS) et l'organisation météorologique mondiale ont annoncé ce mercredi que la fréquence et l'intensité des vagues de chaleur allaient augmenter en raison du changement climatique.

Ce que la canicule nous enseigne? Notre planète surchauffe. Ce que la canicule nous permet : retrouver une certaine manière plus sobre de vivre; plus économe, simple, qui permette d'éviter la surchauffe et de vivre d'une manière économique.  

Les catastrophes, les crashs, les déstabilisations sociales et écologiques sont notre présent et certainement notre devenir.

Certes, il est vital, ces prochains jours de boire de l'eau en abondance, de porter des vêtements amples, mais il devient surtout toujours plus urgent de réinventer des formes de solidarité et de voisinage qui permettent en amont d'économiser de l'énergie, de faire en sorte que les plus isolés le soient moins (idéalement plus du tout), afin que la catastrophe ne soit pas le temps réduit de formes de solidarités exceptionnelles mais une manière différente et renouvelée d'être au monde.

Que ce ne soit pas seulement à l'occasion d'une canicule, d'une tempête de glace ou d'une coupure de courant général, mais tout au long de l'année, que de nouvelles manières d'être au monde soient confectionnées ensemble ; que ce ne soit plus seulement quand le train est immobilisé ou que la chaleur nous écrase, que l'on commence, contraint, subissant, à penser et agir autrement, langue tirée.    

 

Des choix  

Continuer à l'identique et accepter que la catastrophe devienne notre quotidien.

Faire du quotidien quelque chose de plus exceptionnel, économe, différent que ce qu'il est aujourd'hui durant toute l'année (structurellement et socialement), on pourrait nommer cela l'éco-socialisme.

Pour ceux que le terme rebute, nous dirions plutôt : l'exercice du bon sens.

 

 

http://www.1001infos.net/suisse/vagues-de-chaleur-en-augmentation.html

http://neustartschweiz.ch/userfiles/file/Unterlagen/redmarrer_la_suisse.pdf

 

17:36 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : canicule, catastrophe | |  Facebook |  Imprimer | | |