sylvain thévoz

29/07/2015

La queue des rats

prostitution,genèveMercredi.

Il y a des femmes qui me traitent de putes. Elles, elles passent d’un mec à l’autre quand elles ont bu un verre. Mais moi je n’ai toujours eu qu’un amoureux.

Les choses sont bien claires. Pas question de le tromper ni de passer d’un bras à un autre. La rue c’est une chose, l’intimité une autre. 

Pendant longtemps, mon amoureux m’accompagnait ici. Il m’y conduisait en bagnole, me déposait juste derrière les places bleues, sous le pont de la rue Saint-Victor.

Après, il attendait plus loin que la soirée se termine. On vivait ensemble dans une autre ville.

C’est mieux de mettre de la distance entre le lieu où l’on travaille et celui où l’on aime. Il grillait ses cigarettes, écoutait la radio dans la bagnole.

J’ai voulu arrêter de travailler.

Je lui ai dit que s’il le désirait, je me rangeais de suite. Il n’a pas répondu et continué de m’amener ici, comme si de rien n’était. Puis finalement, il est parti avec une autre. Il m’a trahi, comme un rat.

Je ne dis pas que tous les hommes sont des rats.

Mais leur queue…

 

Photographie: Tous droits réservés Eric Roset www.eric-roset.ch

17:57 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : prostitution, genève | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.