sylvain thévoz

01/07/2015

La Suisse vire au rouge

FullSizeRender.jpg

La Suisse vire au rouge. Ce ne sont pas les résultats d'une nouvelle élection, mais le recouvrement du pays par une vague de chaleur. L'alerte canicule a été déclenchée. Elle risque de se prolonger durant de nombreux jours. Le mercure est monté à 38 degrés. Les personnes âgées, les plus jeunes sont les plus exposés et parfois même en danger.

Ce sont des gestes très simple, ce sont des gestes gratuits qui peuvent sauver des vies. Aller frapper à la porte d'un voisin-e-, être attentif à ce qui se passe dans son immeuble. Rendre visite, téléphoner aux personnes les plus isolées. Cela prend quelques minutes.

Recommandations de base

Les recommandations de base sont diffusées par les autorités. Tout d'abord: se protéger en maintenant les stores ou les volets fermés durant la journée. Aérer la nuit. En cas de sortie: chapeau, lunettes bien sûr, mais aussi : vêtements amples et aérés en fibre naturelle, coton ou lin afin de favoriser une meilleure circulation de l'air. Ne pas rajouter de la chaleur à la chaleur. Les appareils électriques en produisent abondamment: les débrancher dès que possible. Ne pas utiliser le four, les plaques de cuisson. Boire, boire et encore boire (de l'eau!). La bagnole ? Une bonne idée de la laisser au garage, ça évitera que les cyclistes et les piétons se transforment en saucisse à rôtir et que la pollution atmosphérique rende l'air totalement irrespirable.

Symptômes du coup de chaleur

Agressivité inhabituelle, peau chaude, rouge, sèche, et fièvre, maux de tête, nausée, somnolence et soif intense, confusion convulsions et pertes de connaissance ne sont pas seulement les symptômes du conseil municipal de la Ville de Genève. Ce sont aussi ceux du coup de chaleur.

Un seul remède: le 144. 

 

Les bénéfices collatéraux de l'exceptionnel

Pourquoi la canicule me fait paradoxalement penser à une tempête de glace?

En 1998 j'avais vécu au Québec le verglas massif de 1998. Une pluie fine se transformant en glace avait jeté dans le noir 1 million de foyers, immobilisé totalement Montréal. Aéroport fermé, écroulement de pylônes et de plusieurs lignes à hautes tension. L'armée avait été envoyé dans les rues pour éviter tout pillage, rassurer la population.

Les québecois s'y réfèrent toujours comme la tempête du siècle. Elle avait eu pour vertu collatérale de rassembler les gens, créer des solidarités dans l'échange de vivres, de bougies, afin d'avoir de quoi s'éclairer, se nourrir. Les gens quittaient leurs appartements pour en rejoindre d'autres, se tenir ensemble face à l'inattendu.

Des pics de naissance ont été annoncés 9 mois après la catastrophe... mais ce fait est, paraît-il, contesté par des scientifiques. 

 

Le crash est pour demain? Solidarités et décroissance !

Dans un timing congruent, l'organisation mondiale de la santé (OMS) et l'organisation météorologique mondiale ont annoncé ce mercredi que la fréquence et l'intensité des vagues de chaleur allaient augmenter en raison du changement climatique.

Ce que la canicule nous enseigne? Notre planète surchauffe. Ce que la canicule nous permet : retrouver une certaine manière plus sobre de vivre; plus économe, simple, qui permette d'éviter la surchauffe et de vivre d'une manière économique.  

Les catastrophes, les crashs, les déstabilisations sociales et écologiques sont notre présent et certainement notre devenir.

Certes, il est vital, ces prochains jours de boire de l'eau en abondance, de porter des vêtements amples, mais il devient surtout toujours plus urgent de réinventer des formes de solidarité et de voisinage qui permettent en amont d'économiser de l'énergie, de faire en sorte que les plus isolés le soient moins (idéalement plus du tout), afin que la catastrophe ne soit pas le temps réduit de formes de solidarités exceptionnelles mais une manière différente et renouvelée d'être au monde.

Que ce ne soit pas seulement à l'occasion d'une canicule, d'une tempête de glace ou d'une coupure de courant général, mais tout au long de l'année, que de nouvelles manières d'être au monde soient confectionnées ensemble ; que ce ne soit plus seulement quand le train est immobilisé ou que la chaleur nous écrase, que l'on commence, contraint, subissant, à penser et agir autrement, langue tirée.    

 

Des choix  

Continuer à l'identique et accepter que la catastrophe devienne notre quotidien.

Faire du quotidien quelque chose de plus exceptionnel, économe, différent que ce qu'il est aujourd'hui durant toute l'année (structurellement et socialement), on pourrait nommer cela l'éco-socialisme.

Pour ceux que le terme rebute, nous dirions plutôt : l'exercice du bon sens.

 

 

http://www.1001infos.net/suisse/vagues-de-chaleur-en-augmentation.html

http://neustartschweiz.ch/userfiles/file/Unterlagen/redmarrer_la_suisse.pdf

 

17:36 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : canicule, catastrophe | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.