sylvain thévoz

08/06/2015

Florian Eglin: Solal ou le dandysme déglingué

florian_eglin_-_solal_aronowicz_couverture_la_baconniere.jpgComment ne pas tomber sous le charme de Solal Aronowicz, anti-héros, looser solaire de l'écrivain Florian Eglin qui promène sa carrure de dandy cruel dans le dernier roman du genevois?

Solal Aronowicz a quelque chose de lumineux en lui, on pense alors immédiatement et facilement au roman éponyme d'Albert Cohen, mais sitôt les premières pages avalées, on bascule plutôt dans un univers cinglant à la Kill Bill (Tarantino), piquant comme Old boys (Park Chan-wook), quand le chapitre de la torture à la perceuse rappelle l'arrachage de dents au marteau, voir Fight Club (David Fincher) alias hémoglobine mon amour, pour la jouissance des bastons, masochisme inclu: excès des coups donnés et reçus. C'est chaud devant.

Enfin, qu'Eglin me pardonne, car c'est un peu iconoclaste comme référence: un épisode de Benny Hill, quand Solal notre héros à un seul oeil, à force de s'imbiber de whiskies et de consumer ses cigares, se retrouve avec un troupeau de mecs vulgaires aux trousses disposés à le torturer à mort (il y manque juste la musique douce et la trépignation du gros chauve pour s'y retrouver, avec certes une dose de cruauté en plus mais l'humour britannique bien planté).

On passe du rire gras au silence glacé, comme dans un film de Hanneke : Funny Games par exemple; ou sur une note perverse et grandiose dans la lignée d'Orange mécanique. Mais diable, pourquoi toutes ces références cinématographiques? La force de l'écriture, sa générosité, la construction des chapitres en scénette, renvoie à une forte dimension visuelle. Solal pourrait être adaptée à Hollywood, il en a la gnaque et la violence, mais les amerloques n'y pigeraient que dalle. Le sens, la langue, le lieu : tout est un produit local, de la pierre d'Unspunnen aux masques du Lötschenthal, en passant par la cavalcade dans les cimetières genevois, le foutage de gueule du Conseil d'Etat et de l'UBS,  matraquage d'une assistance sociale à la rue. 

 

florian-eglin-cette-malediction-qui-ne-tombe-finalement-pas.jpgVous l'aurez compris : "une résistances à toute épreuve... faut-il s'en réjouir pour autant?" deuxième ouvrage d'une trilogie ouverte par le fulgurant " cette malédiction qui ne tombe finalement pas si mal" adéquatement sous-titré : roman brutal et improbable, n'est pas un roman fleur bleue, pas un roman pour midinette, pas un assemblage de 300 pages aisé à déglutir. Ce n'est pas un roman du 18e bien léché, c'est un roman estampillé 2014, comme on n'en avait pas lu depuis un moment et qui se réclame de son époque:  tarée, tassée, saturée. 

 

Un roman où ça se castagne d'une manière jubilatoire - et vas-y Solal, défonce-les!- et saigne par longs jets. Scène dantesque d'ouverture du livre où, sur la plaine de Plainpalais, notre Solal doté d'un seul oeil (et ouvre l'oeil Solal, et le bon! lui répète sa femme tout au long du bouquin), fend le crâne d'un avocat, espèce contre lequel il a de sérieux contentieux, avec aussi les politiciens, les flics et les banquiers. Il s'en prend aussi à une vieille, au sonotone mal réglé et l'estourbit derechef au pied de la pierre, monument aux morts de 32. Dégât collatéral, à moins que ce ne soit là encore un symbole de la Suisse : sa vieillesse, que l'auteur a souhaité dégommer.

Solal a du nerf. Les phrases sont longues et le souffle tient. Eglin pratique le name dropping comme d'autres larguent des troupes d'élite sur des territoires à conquérir. On pourrait s'en lasser, il n'en est rien. Comme tout est excessif, agrandi, ironique et subtilement décalé, on en redemande même. Plus c'est gros, mieux ça passe. Eglin arrive à faire des détours une trame et des digressions le centre. On est embarqué dans les délires éthyliques- mystiques- oniriques- de Solal le dandy déglingué qui nous parle tout du long en Je, d'un Je fort, drôle et complice, nous rendant camarade de beuverie, ou de boucherie, c'est selon. Et on s'y sent bien, car il éructe là le chaos, la luxuriance, et l'abondance d'un monde insensé sursaturé de significations, et de stupidité, définitivement trop tordu pour qu'un anti-héros foutraque renonce à s'en emparer. On s'en méfie un peu de ce Solal. Mais en attendant, on part avec lui, cahin-caha. Cette histoire est trop mal emmanchée pour bien se terminer, trop déglinguée pour que l'on renonce à en connaître la fin.  

Une histoire? On dirait plutôt: un écheveau brûlant, entortillé comme la mèche d'un cocktail molotov. Elle se déroule à Genève sur un rythme déjanté qui rappelle le roman du Maître et Marguerite de Boulgakov. Le décor est planté entre la Jonction et Plainpalais, si ce n'est dans la pure toute puissance imaginaire de l'auteur. Le délire mâtiné de considérations sociales et politiques va du souci de voter à l'enfermement d'être toujours joignables -foutus portables- a une sardonique critique du système scolaire. Toujours cela nous ramène au plus prosaïque des quotidiens, à sa fange cachée que Solal nous lance au visage. 

De digressions en fulgurances, Solal se cuite, Solal comme Colombo nous rend pote de sa femme, tabasse et se fait tabasser -encore- nous invite dans son club de messieurs, gros, oisifs et lâches, et se fait encore rosser pour une sombre histoire de mallette qu'il ne veut pas rendre. La langue est riche, forte. On aime, beaucoup, en vrac : mouron, ramdam, vau-l'eau, tripette, ratiches, cafignons, etc., l'argot qui tranche.

Les phrases d'Eglin nous ensuquent et font tanguer. Il écrit à la façon d'un boxeur, y allant doucement et longuement par un travail au corps, qui est son style, de sa patte folle, de sa danse de chat, avant d'asséner une série d'uppercuts bien placés.

Et ça fait mal ! Vous avez intérêt à avoir l'estomac bien accroché pour vous lancer dans ce bouquin.

Il y va loin et fort Solal, clochard céleste, baladant dans la Genève calviniste son caractère de juif errant émancipé, chiant au passage sur les fonds en déshérence, l'hygiénisme helvétique, sa neutralité. Les sujets qui fâchent sont enquillés et traités bien comme il faut, les uns après les autres. Bien helvétique et sytématique dans son délire, le bougre.  C'est évidemment trop gros pour ne pas être vrai. C'est ce qui est bon : ce ton, humour et ironie, une soif vengeresse, méchanceté drôle et grinçante.

Solal est un roman violent, mais d'une violence toute théâtrale, spectaculaire, que l'on devrait finalement plutôt rapprocher du catch que de la boxe. Il se donne à lire comme se déroule un spectacle ou un film en 3D, se dévoile dans sa langue unique avec ses multiples rappels, échos, en sous-titre; ses complicités tissées avec le lecteur.  

Roman drôle et violent, d'une puissance extatique, Solal Aronowicz nous rend à la liberté, celle de jouer avec le réel et de s'en détacher, sans être dupe de ce qui est à l'oeuvre dans le quotidien, ni le nier.

Un dandysme déglingué, lumineux. En un mot: éclairé. 

 

 

 

«Solal Aronowicz: Une résistance à toute épreuve… Faut-il s’en réjouir pour autant?» Florian Eglin, Ed. La Baconnière, 300 p.

 

 

 

 

 

 


 

10:18 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : florian eglin, solal, littérature | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.